Charles Stepanoff : Les études françaises sur la Sibérie

Réseau Asie – Quels sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Charles Stepanoff — Les vingt dernières années ont été marquées dans le monde sibérien par l’effondrement du régime soviétique et l’expérimentation erratique de la démocratie et du libéralisme économique. Comme pour l’ensemble de la Russie, la transition s’est accompagnée en Sibérie d’une crise économique particulièrement grave, d’un retrait des structures étatiques et d’un abaissement du niveau de vie et des conditions de santé d’importantes couches de la population. L’effondrement massif de la puissance industrielle sibérienne est directement comparable aux effets d’une guerre. Les économies traditionnelles des peuples autochtones ont aussi été sévèrement frappées comme en témoigne la chute de 50% du cheptel russe de rennes domestiques (plus d’un million de têtes). Si pour beaucoup la disparition des symboles de la société soviétique et l’émergence d’une culture individualiste et consumériste a été perçue comme une perte de valeur, la libéralisation a aussi permis la revalorisation des cultures traditionnelles locales. L’ouverture a par ailleurs été évidemment profitable sur le plan de la recherche scientifique. Les chercheurs russes en sciences humaines et sociales ont pu se libérer de cadres théoriques sclérosés et entreprendre des coopérations scientifiques avec des collègues étrangers. Réciproquement, la Sibérie est devenue un objet d’étude accessible pour de nouvelles générations de chercheurs français archéologues, ethnologues, historiens, littéraires.

Réseau Asie – Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Charles Stepanoff — Les études françaises concernant le monde sibérien ont connu dans les années 1990 un vigoureux renouvellement, un nouveau départ même, grâce aux possibilités inédites d’enquêtes de terrain et de collaborations scientifiques survenues avec la chute de l’URSS. Le CNRS compte plusieurs GDRI et LIA portant directement sur la Sibérie : étude du carbone et de l’ozone, coévolution homme-environnement, nomadisme et environnement. De nombreux autres projets associent des équipes françaises et sibériennes en chimie, biologie et physique.

Deux revues françaises en SHS se consacrent plus particulièrement au monde sibérien : Boréales (Centre de recherches inter-nordiques) et Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines (Centre d’études mongoles et sibériennes). Depuis 2008, une collection d’ouvrages intitulée « Nord-Asie », consacrée à cette aire, est publiée par l’École pratique des hautes études.

Toutefois il faut reconnaître que la recherche française sur l’aire sibérienne, de par sa jeunesse, manque encore de visibilité. En sciences sociales, le domaine souffre d’une faiblesse d’encadrement au niveau doctoral ce qui conduit à une dispersion des doctorants vers d’autres domaines ou vers des institutions étrangères mieux pourvues (Max Planck Gesellschaft, Scott Polar Research Institute, université de Cambridge, université d’Aberdeen).

Réseau Asie – Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents ?

Charles Stepanoff — L’immensité sibérienne, qui s’étend de la steppe eurasiatique à la toundra polaire, est d’une importance majeure pour les recherches sur l’environnement et le climat, mais reste relativement peu étudiée. L’étude de la gestion des ressources naturelles, des perceptions de l’environnement et des modes de vie autochtones ouvre d’importantes perspectives dans le cadre de collaborations interdisciplinaires associant géographes, anthropologues, climatologues, écologues, éthologues.

Réseau Asie – Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française… ?

Charles Stepanoff — Le CNRS et la Branche Sibérienne de l’Académie des Sciences de Russie étudient un projet de création de Centre franco-sibérien de formation et de recherche qui facilitera les échanges de doctorants et l’accueil d’équipes internationales.

Charles Stepanoff, anthropologue, spécialiste des mondes russe et sibérien est maître de conférences à l’EPHE, Section des Sciences religieuse, Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (UMR 8582, EPHE-CNRS).

 

Pour citer ce billet : STEPANOFF, Charles, « Les études françaises sur la Sibérie », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/107]


1 réflexion sur « Charles Stepanoff : Les études françaises sur la Sibérie »

Répondre à Marine Sam Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.