Jean-Luc Domenach : il faut développer les études économiques sur l’Asie

Le rapport qui m’est demandé n’appelle aucun talent particulier car les réponses aux questions posées sont bien connues — aussi bien connues, hélas, que, depuis de longues années, l’incapacité des autorités concernées à leur donner les suites financières nécessaires. Je serai donc bref.

Les « changements radicaux » intervenus en Asie sont, comme chacun sait, une « montée en importance » globale de la région dans les années récentes et, comme beaucoup l’ignorent,  une incertitude croissante sur l’avenir économique et politique des grands pays (Chine, Inde, Japon, Indonésie) ainsi que sur l’évolution de leurs relations.

Chacun le sait, la recherche française sur l’Asie bénéficie de bases en général honorables et parfois brillantes dans les disciplines les plus classiques de l’ « orientalisme ». C’est dans le domaine des études sur l’Asie contemporaine qu’un « décrochage » se profile de plus en plus. Pour la zone dans son ensemble et chaque grand pays, le niveau international n’est atteint que par quelques individus. Le nombre et la valeur des jeunes chercheurs varient beaucoup suivant la qualité et les moyens financiers des aînés qui les entourent.

Globalement, le poids est du côté des centres de recherche de l’EHESS, mais il faut tenir également compte de quelques unités dynamiques comme le CERI-Sciences Po (notamment pour l’Inde avec Christophe Jaffrelot) et surtout l’équipe de jeunes chercheurs de l’Asia Centre de François Godement (professeur à Sciences Po).

Si l’on regarde vers les disciplines, c’est sans doute l’économie qui est la plus faible, surtout comparée à l’ampleur des besoins — faut-il insister ? Mais l’appauvrissement est général, seulement compensé par la stature de quelques japonologues, sinologues ou indianistes ou par le brio de l’historien de l’Indonésie qu’est devenu Romain Bertrand…

Le paysage de la recherche française contemporaine sur l’Asie ressemble donc encore beaucoup plus à celui de la Gaule au temps d’Asterix qu’à un véritable champ intellectuel : tout dépend de l’activité de quelques chefs gaulois, Jean-Luc Racine ou Christophe Jaffrelot pour l’Inde, François Godement pour l’ensemble de la zone, Jean-François Sabouret ou Pierre Souyri pour le Japon, Isabelle Thireau (EHESS) pour la Chine, bientôt Romain Bertrand pour l’Indonésie et les rapports Occident-Asie.

On peut signaler cependant quelques évolutions intellectuelles assez visibles (mais fragiles) : la prise en compte de l’histoire du monde telle qu’elle se développe aux États-Unis, la combinaison entre l’anthropologie, la sociologie et la science politique et aussi un développement remarquable des monographies.

À titre général, je recommande un développement considérable des études de type économique sur la zone asiatique, appuyé sur des financements massifs et des procédures de sélection modernes.

Les moyens nécessaires me paraissent hélas dépasser ceux que le CNRS pourrait mobiliser, compte tenu de ses charges, de ses budgets et de ses procédures. Ce sont probablement les universités, qu’on le veuille ou non, qui mobiliseront tout ou partie de ces moyens : j’espère de tout cœur que Sciences Po continuera à augmenter les siens en la matière et que l’EHESS modernisera ses procédures. Ce sont les seules universités qui disposent de la masse critique pour jouer un rôle majeur dans le développement des études asiatiques —mais on peut espérer de bonnes surprises.

Le rôle du CNRS en la matière doit être calqué sur son point fort, qui est d’être une institution nationale au service de la communauté scientifique. C’est bien pour cette raison qu’il a soutenu ce qui s’est fait de meilleur dans le champ des études asiatiques depuis longtemps : l’activité du Réseau Asie, qui permettait justement aux « villages gaulois » de communiquer entre eux et d’encourager la relève. Cette organisation souple coûtait peu et apportait beaucoup parce qu’elle avait à sa tête un homme remarquable, Jean-François Sabouret, dont les succès à la tête du Réseau ont fait honneur au CNRS. Je considère la prolongation du Réseau Asie dans sa formule actuelle, et de son directeur, comme le principal devoir du CNRS en matière de recherche sur l’Asie — il serait en tout cas contre-productif de l’affecter à une institution de recherche particulière, fût-ce même l’excellente EHESS[1].

Le reste est secondaire, en partie car les universités vont désormais jouer un rôle croissant en matière de recherche : le CNRS pourra donc se recentrer dans le domaine qualitatif, c’est-à-dire le Réseau Asie d’un côté et aussi — j’aurais aimé y insister plus — quelques recrutements de jeunes chercheurs de qualité (car, et ce n’est pas un véritable paradoxe, les recrutements du CNRS sont devenus de plus en plus remarquables à mesure que ses moyens diminuaient).

Jean-Luc Domenach est historien, politiste et spécialiste de la Chine. Il est directeur de recherche au Centre d’études et de recherches internationales (CERI) et membre de la Fondation nationale des sciences politiques.

Retrouvez le profil de Jean-Luc Domenach, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.


[1] Qu’on permette ici à l’ancien numéro deux de Sciences Po que je suis de dire que, si l’on veut vraiment conserver monsieur Sabouret à son poste bien qu’il arrive à l’âge de la retraite, on en trouvera le moyen….

 

Pour citer ce billet : DOMENACH, Jean-Luc, « Il faut développer les études économiques sur l’Asie », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/102]


Une réflexion au sujet de « Jean-Luc Domenach : il faut développer les études économiques sur l’Asie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.