Thèses

 Les thèses sur l’Asie

Intention : L’enseignant-chercheur, l’étudiant, l’administrateur de la recherche, l’éditeur, les recruteurs disposent, au sujet des thèses soutenues en sciences humaines et sociales sur l’Asie en France, de dénominations et de « thématiques » concurrentes, selon qu’elles sont issues de ministères (de la Recherche et de l’Enseignement supérieur notamment), du Conseil national des universités, du Programme-cadre de recherche et de développement ou du Comité national de la recherche scientifique (Centre national de la recherche scientifique). Il est souvent malaisé d’établir des correspondances entre les différentes dénominations de « thématiques » existantes. C’est en vue de proposer un état cohérent et relativement unifié des « thématiques » des thèses soutenues en sciences humaines et sociales sur l’Asie en France, qu’a été entreprise la présente étude. Nous visons, par cette étude, à appuyer la recherche dans ses opportunités de choix de sujets, de thématiques, de références (enseignants-chercheurs et étudiants) et d’offre de compétences et expertises ponctuelles ou durables (en direction de recruteurs, éditeurs, journalistes).

Méthode : La méthode a consisté à collecter les données dans le catalogue en ligne du Système Universitaire de Documentation – SUDOC (principalement les « notices abrégées ») et à les traiter semi-manuellement (tableau Excel, distribution selon les grands types de disciplines, les « continents », les « sous-aires asiatiques » et les pays) et semi-automatiquement (calculs selon les « continents », les « sous-aires » et les pays asiatiques, et les années de soutenance).

***

Il a été soutenu en France plus de thèses sur l’Asie depuis 1991 (année de rédaction du Livre Blanc de l’Orientalisme français, Paris, Société asiatique, 1993) qu’au cours de deux siècles précédant cette date.

Entre 1991 et 2012 (comptage arrêté au 19 novembre 2012),  2 917 thèses ont été soutenues en France sur l’Asie : 2 327 sur l’Asie seule et 590 sur l’Asie et une autre aire géoculturelle (voir liste « aires culturelles » ci-dessous), hors Océanie.

Entre 1784 (première mention d’un document écrit catalogué dans la catégorie « thèse » dans le catalogue en ligne du Système Universitaire de Documentation – SUDOC), apparaissant après la requête d’un des pays d’Asie (voir liste « pays » ci-dessous) et ressortissant aux sciences humaines et sociales (SHS), lettres, linguistique, « humanités » et quelques « relations de voyages médicales » comprises), et 1990, 2 453 thèses ont été soutenues en France sur l’Asie : 2 113 sur l’Asie seule et 340 sur l’Asie et une autre aire géoculturelle, hors Océanie.

 158 thèses en 2007 : le chiffre le plus élevé depuis deux siècles

Depuis 1991, les années qui ont vu le plus fort nombre de thèses soutenues sur l’Asie seule ont été, par ordre décroissant, 2007 (158 thèses soutenues), 2004 et 2010 (142), 2000 (128), 2008 et 2009 (127), sur l’Asie et une autre aire géoculturelle, hors Océanie, 2008 (41), 2010 et 2011 (37), 2005 (35), 2007 (34), 1995 (33).

Depuis 1991, les années qui ont vu le plus faible nombre de thèses soutenues sur l’Asie seule ont été, par ordre croissant, 2012 (43), 1993 (77), 1992 (81), 1995 (90), 1996 (92), sur l’Asie et une autre aire géoculturelle, hors Océanie, 1991 (12), 2012 (16), 1992 (18), 2001 (19), 1997 (21).

La Mongolie, Taïwan et la Corée du Sud en tête des pays les plus étudiés

La ou les sous-aires asiatiques étudiées ayant connu, entre après 1991 et avant 1991, les plus fortes progressions ont été l’Asie du Sud + l’Asie du Sud-Est, l’Asie du Sud + l’Asie du Sud-Est + l’Asie du Nord-Est (150 % ; 2 à 5), l’Asie du Sud + l’Asie centrale et l’Asie du Sud + l’Asie occidentale + l’Asie centrale (100 % ; 1 à 2), l’Asie centrale (85 %, 35 à 65) ; les plus faibles ont été l’Asie du Sud-Est + l’Asie du Nord-Est (-66 % ; 3 à 1), l’Asie du Sud + l’Asie occidentale (-25 % ; 4 à 3).

L’Asie du Nord-Est (Chine, Corée, Japon, Mongolie, Taïwan) a été la sous-aire asiatique la plus étudiée par les thèses soutenues en France depuis 1991 : 1 420 thèses soutenues, contre 898 pour l’Asie du Sud-Est, 681 pour la Haute-Asie, 413 pour l’Asie du Sud, 336 pour l’Asie occidentale, 65 pour l’Asie centrale. Par rapport à avant 1991, elle a été aussi la sous-aire asiatique qui a connu le plus fort nombre de thèses soutenues supplémentaires : 522, contre 188 pour l’Asie du Sud-Est (2e rang), 85 pour l’Asie du Sud (3e). Depuis 1991, au sein de l’Asie orientale, les pays à avoir connu la plus forte progression ont été la Mongolie (400 % ; 3 à 15), Taïwan (293 %, 16 à 63), la Corée du Sud (125 % ; 95 à 214) ; le Japon a conservé une progression soutenue (59 % ; 137 à 219) ; la Chine a ralenti d’un tiers (35 % ; 592 à 800).

Avant 1991, les années qui ont vu le plus fort nombre de thèses soutenues sur l’Asie seule ont été, par ordre décroissant, 1987 (111 thèses soutenues), 1988 (106), 1989 (83), 1984 (75), 1984 (74), sur l’Asie et une autre aire géoculturelle, hors Océanie, 1987 (31), 1988 (26), 1986 (19), 1989 (15), 1985 (14).

On observe, entre après 1991 et avant 1991, une hausse du nombre de thèses soutenues sur l’Asie seule (18 % ; 2 432 à 2 885), une hausse sur l’Asie + une ou plusieurs aires géoculturelles autres que l’Asie, hors l’Océanie (18 % ; 2 430 à 2 882), un doublement sur l’Asie + l’Océanie (1 à 2), un doublement sur l’Asie + l’Océanie + une ou plusieurs aires géoculturelles autres que l’Asie et l’Océanie (1 à 2), une baisse sur l’Asie occidentale (-51 %, 692 à 336).

Lente mais sûre progression des thèses sur l’Océanie : 109 doctorats depuis 1991

L’Océanie seule, depuis 1991, a fait l’objet de 109 thèses soutenues en France. Avant 1991, ce chiffre a été de 45. Entre après 1991 et avant 1991, la progression a été de 142 %.

Depuis 1991, les autres aires géoculturelles à avoir été étudiées avec l’Océanie ont été principalement les aires géoculturelles autres que l’Asie (9, contre 2 avant 1991), l’Océanie + l’Asie seule totalisant deux thèses (1 avant 1991), l’Océanie, l’Asie + une ou plusieurs aires géoculturelles 2 (contre 1 avant 1991).

Depuis 1991, le pic du nombre de thèses soutenues sur l’Océanie seule en France a été atteint en 2010 (12), précédé de 2004 (9), 2007 (8) ; avant 1991, ce pic avait été atteint en 1986 (4), de nombreuses années ne voyant aucune thèse soutenue sur l’aire géoculturelle seule considérée.

Des thèses en sciences de la vie et de la terre sur l’Asie

Depuis 1991, 455 thèses en médecine, pharmacie, zoologie et 441 en sciences de la terre qui portaient sur l’Asie et/ou l’Océanie ont été soutenues en France, contre 200 et 331 avant 1991. Toutes ne portent pas seulement, ni exclusivement, sur l’Asie et/ou l’Océanie.

Un nombre plus élevé de thèses depuis 1991 qu’entre le début du XIXe siècle et 1991

Les données collectées sur les thèses soutenues en France sur l’Asie (et le Pacifique/l’Océanie) depuis 1991 font apparaître un état très différent de celui avant 1991. Globalement, l’Asie orientale a été la sous-aire qui a, depuis cette date, connu, relativement, la plus forte progression, Taïwan et la Corée du Sud, en son sein, connaissant les valeurs les plus fortes.

D’autres traitements, sur les données déjà collectées, ainsi que la collecte et le traitement de nouvelles données devraient permettre de préciser les sujets, les disciplines, les thématiques, les périodes des thèses soutenues sur l’Asie (et/ou le Pacifique/l’Océanie) en France depuis 1991, des thèses sur l’Asie en France en préparation et des thèses sur les aires géoculturelles autres que l’Asie et le Pacifique/l’Océanie (voir « Propositions »).

La constitution d’une base qui rassemblerait les données nécessaires à la production des réponses aux questions qui viennent d’être mentionnées pourrait être, à terme, à envisager, avec l’objectif, moyennant des développements (association avec des partenaires, d’autres bases, création d’un nouveau site ?), d’offrir un état jour des études sur l’Asie en France aux enseignants-chercheurs, aux étudiants, aux administrateurs de la recherche, aux éditeurs, aux commanditaires d’études ou aux recruteurs publics ou privés. L’élargissement, à l’échelle de l’Europe, de la collecte (et du traitement) des données pourraient constituer une étape suivante également à envisager.

Rédigé le 22/02/2013

Auteur : Christophe Sabouret (Secrétaire d’édition, Ingénieur d’étude, Réseau Asie – Imasie (UPS 2999), CNRS)

P.-S. : il est prévu une mise à jour des données contenues dans le texte publié ci-dessus (voir « Propositions »). L’enregistrement de la mise à jour sera accompagné de sa date correspondante.

Remarque : Il a été réalisé, pour pouvoir produire les chiffres ci-dessus mentionnés, une extraction de données de la base du catalogue en ligne du Système Universitaire de Documentation (SUDOC : www.sudoc.abes.fr), qui s’est arrêtée le 19 novembre 2012. Le total de thèses obtenu a été de 6 993 (5 558 en SHS + 1 435 autres). Pour chaque thèse, la « notice abrégée » a été utilisée.

Liste « aires géoculturelles » : Aires africaines (Afrique australe ; Afrique de l’Est ; Afrique de l’Ouest, Afrique du Nord) ; Aires américaines (Amérique latine et Caraïbes ; Amérique du Nord) ; Aires asiatiques ; Europe de l’Est ; Europe de l’Ouest ; Europe du Nord ; Europe du Sud ; Antarctique ; Moyen-Orient ; Océanie.

Liste « pays » : Afghanistan ; Arménie ; Australie, Azerbaïdjan ; Bangladesh ; Bhoutan ; Brunei, sultanat de ; Cambodge ; Chine ; Cook, îles ; Corée, République de ; Corée, République Populaire Démocratique de ; Fidji ; Inde ; Indonésie ; Iran, République Islamique d’ ; Japon ; Kazakhstan ; Kirghizstan ; Kiribati ; Lao, République Démocratique Populaire ; Madagascar ; Malaisie ; Maldives ; Marshall, îles ; Micronésie, États Fédérés de ; Mongolie ; Myanmar (ex-Birmanie) ; Nauru ; Népal ; Niue ; Nouvelle-Zélande ; Ouzbékistan ; Pakistan ; Palaos ; Papouasie-Nouvelle-Guinée ; Philippines ; Salomon, îles ; Samoa ; Singapour ; Sri Lanka ; Tadjikistan ; Taïwan ; Thaïlande ; Timor-Leste ; Tonga ; Turkménistan ; Turquie ; Tuvalu ; Vanuatu ; Vietnam.

Liste « sous-aires asiatiques » : Asie du Sud (Bangladesh, Bhoutan, Inde, Népal, Pakistan, Sri Lanka et Maldives) ; Asie du Sud-Est (pays situés entre la Birmanie et le Vietnam, les Philippines et l’Indonésie) ; Asie du Nord-Est (Chine, Corée, Extrême-Orient russe, Japon, Mongolie, Taïwan) ; Asie centrale (Afghanistan, Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan) ; Asie occidentale (Arménie ; Azerbaïdjan ; Géorgie ; Iran) ; Sous-régions (Cachemire, Tibet), Territoires extracontinentaux (Hawaï ; Nouvelle-Calédonie ; Pâque, île de)

Liste « Océanie » : Australie, Cook, îles ; Kiribati ; Marshall, îles ; Micronésie, États Fédérés de ; Nauru ; Niue ; Nouvelle-Zélande ; Palaos ; Papouasie-Nouvelle-Guinée ; Salomon, îles ; Samoas occidentales ; Salomon, îles; Tonga ;Tuvalu ; Vanuatu.

« Propositions » : La première direction à prendre nous paraît devoir être la mise à jour régulière (annuelle) des données collectées. La mention d’une constatation permettra de souligner la nécessité d’une actualisation suivie de l’information : tandis que depuis le début des années 2000, plus de 100 thèses sont soutenues chaque année sur l’Asie, en 2012, notre comptage, qui s’est arrêté au mois de novembre, en a recensé 43. Ou bien il reflète un nouvel état, auquel cas, il sera nécessaire de chercher à connaître l’explication. Ou bien il ne prend pas en compte les thèses soutenues au mois de décembre, lesquelles, peut-être, qui plus est, sont recensées durant les premiers mois de l’année suivante. D’ici à juin 2013, la collecte des données relatives à l’année 2012 devrait constituer la première tâche. Parallèlement à cette première mise à jour, le traitement des données, en vue de faire apparaître les disciplines, les sujets et thématiques des thèses soutenues en France sur l’Asie, nous paraît devoir également être entrepris. Il serait utile, dans un troisième temps, d’appliquer aux aires géoculturelles autres que l’Asie les mêmes collecte et traitement de données que pour cette dernière. L’image qui se dégagerait serait véritablement mondiale, et un premier niveau de comparaison pourrait être fourni. Il resterait à procéder à nouveau à ces différentes opérations, mais à partir de notices plus détaillées que celles qui auraient été utilisées jusqu’alors, et de s’intéresser également aux thèses en préparation.

La collecte des données pourra s’effectuer à partir du catalogue en ligne du Système Universitaire de Documentation – SUDOC (www.sudoc.abes.fr) – et du moteur de recherche des thèses de doctorat françaises – theses.fr (www.theses.fr/). Le catalogue en ligne du SUDOC pourra servir de base à la collecte « abrégée », puis « détaillée » des thèses soutenues. Le moteur de recherche theses.fr pourra servir de base à la collecte des données sur les thèses en préparation. Il fournira également des renseignements concernant les directeurs de thèses, les établissements de soutenance, les écoles doctorales. Le moteur de recherche theses.fr signale à ce jour les thèses soutenues et en préparation en France depuis 2002. (Il est indiqué qu’à terme (?) il les signalera depuis 1985.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *