Source

Retour à la page principale « Thématiques sociétales »

 

Repérage et structuration des « thématiques sociétales » pluridisciplinaires afin de constituer une ou plusieurs bases de données

CNRS-INSHS – Béatrice Brémont, Ingénieur pluridisciplinaire, Chef de projet prospective et transversalité, Nov. 2012

 

Après les paramètres d’identification des expertises des chercheurs, il convient d’établir un état des lieux de la recherche en SHS dans les thématiques sociétales sensibles et stratégiques. Cette démarche de visibilité et d’état des lieux des chercheurs SHS de plusieurs disciplines, mobilisés sur une thématique, pose cependant un problème de périmètre institutionnel. En effet, la démarche de recensement par « thématique sociétale », dépasse le cadre des chercheurs du CNRS et des enseignants-chercheurs, qui se trouvent dans des Unités gérés par le CNRS.

Comme le précise le dernier rapport de la Cour des Comptes (août 2012), 1744 chercheurs et 23 000 enseignants-chercheurs (dont 38% dans les 286 unités du CNRS ~ 6375, et 62% dans les 1000 EA universitaires SHS), ainsi que 11 000 doctorants et 740 post-doctorants, constituent le potentiel des compétences en SHS.

Lors de requêtes sur Labintel et internet, afin de recenser toutes les compétences des différentes disciplines SHS sur une « thématique sociétale », et répondre par exemple à des besoins d’accompagnement de recherche technologique développée au CNRS (ex : DEFI-SENS), de nombreux chercheurs des EA universitaires apparaissent, en particulier pour des disciplines inexistantes au CNRS (ex : ergonomie, psychologie clinique ou sociale, …), mais nous n’avons pas légitimité à les inclure, ce qui est dommageable pour tout le monde …donc, nous le faisons quand même, car nous avons besoin de toutes les compétences !

Les recensements manuels effectués par l’INSHS, dans quelques thématiques sociétales, font apparaître des ressources SHS pluridisciplinaires dont l’importance est totalement insoupçonnée, malgré le fait que nos résultats restent des estimations largement en deçà du potentiel réel qui reste à ce jour inaccessible (pas de base de données institutionnelle, et projet RELIANCE en suspens).

Exemples :

SHS-Handicap – Vieillissement (500 « chercheurs » / 86 UMR) … Qui a dit qu’il n’y avait pas de « disability studies » en France ?

SHS-Santé (455 « chercheurs » / 152 UMR) ;

SHS-Alimentation (99 « chercheurs » / 53 UMR) ;

SHS-Risques (345 « chercheurs » / 94 UMR) ;

SHS-Nanotechnologies (76 « chercheurs » / 29 UMR) ;

SHS-Energie Nucléaire (71 « chercheurs » / 50 UMR) ;

SHS-Numérique (500 chercheurs CNRS + EA, dont 106 sur la sous-thématique « Humain augmenté / Cyborg»)

NB :

-1 : dans les données ci-dessus : « chercheurs » = chercheurs + enseignants-chercheurs + doctorants, ayant publié depuis 2000, et rattachés à une UMR.

-2 : ne pas additionner les chercheurs et les unités, cela n’a aucun sens puisque la majorité des UMR SHS travaillent sur plusieurs thématiques sociétales, de même pour chaque chercheur.

-3 : « SHS-Environnement » pose problème car suivant les découpages du Grenelle de l’environnement, ou des groupes de travail d’Allenvi, ou de l’INEE, les sous-thématiques qui relèvent « d’Environnement » sont différentes. Par ex : Alimentation, Risques, Energie nucléaire, etc… sont incluses dans « Grenelle de l’Environnement »). L’INEE se préoccupe des sous-thèmes traités par la section 31. Pour l’INSHS, en recoupant les sous-thèmes du Grenelle et d’Allenvi, les travaux SHS sont considérables et impossibles à identifier sans l’aide d’un outil base de données basiques de type Reliance.

La liste des thématiques sociétales listées en annexe ci-dessous, a également été constituée à partir de la consultation des rapports suivants : CAS, rapports et études du Centre d’Analyse Stratégique, GE, Grenelle de l’Environnement, SNDD, Stratégie National de développement durable, et Agora 2020, SNRI, Stratégie National de Recherche et d’Innovation (axes thématiques prioritaires), Rapport de conjoncture du Comité national 2006 (sections et interdisciplinarité), puis ed.2011 (et travaux de réflexion sur les périmètres des sections du CN en 2011), rapports Santé Publique, ONFRIH, AFSSET, rapport accessibilité, ANACT, INRS, rapport principe de précaution, Programme national pour l’alimentation (PNA), etc…

Les « thématiques sociétales » correspondent aux grands problèmes de société, et structurent d’une part les Ministères (Environnement, Santé, Enseignement, Sécurité, Défense, Industrie, Transports, etc…) et d’autre part le monde économique, industriels, et les entreprises.

Les « thématiques sociétales » constituent des objets de recherche soumis au regard et à l’analyse d’un grand nombre de disciplines académiques. Cette caractéristique pluridisciplinaire apparaît bien dans les demandes d’état des lieux des recherches, adressés régulièrement au CNRS, car sont concernées, soit les disciplines de l’ensemble des Instituts du CNRS, ou/ et les disciplines des Sciences humaines et des Sciences sociales, du moins celles représentées au CNRS. La majeure partie des disciplines qui relèvent des « Sciences humaines » se trouvent en effet dans les Universités.

Pour catégoriser les travaux des chercheurs en SHS, en fonction des demandes sociétales, le projet RELIANCE propose une vingtaine de grands intitulés de « thématiques sociétales » (cf. Liste en annexe, …c’est un outil de travail à faire évoluer).  Cette liste des thématiques sociétales sensibles facilite d’une part, une visibilité sociétale et un établissement cartographique des compétences et expertises des chercheurs, dans les domaines qui intéressent la société, et d’autre part l’identification des pôles de compétitivité, des fédérations de recherches, des centres de documentations spécialisés, etc… qui peuvent leur être associés.

Des thématiques tendent à se communautariser en « Sciences » ou en « Studies » suivant les usages de vocables traduits ou non : Sciences de l’environnement, Sciences de la communication, Sciences des religions, Disability studies, Gender studies, Visual studies, etc… mais elles restent des thématiques sociétales éclairées par un ensemble de disciplines académiques.

Ce mouvement qui donne une meilleure visibilité sociétale et scientifique aux travaux SHS dans une thématique, est beaucoup plus développé aux USA, où ils génèrent des centres universitaires pluridisciplinaires spécialisés sur une thématique, dans une démarche qui apparaît plus propice à l’innovation.

Suivant cette dynamique catégorisante des travaux SHS, proposée ici, il est possible de donner une visibilité et d’établir un état des lieux des forces de recherche pluridisciplinaires, non pas dans toutes les thématiques étudiées par les chercheurs et enseignants-chercheurs en SHS, mais au moins dans toutes celles qui constituent des problèmes de société stratégiques, en particulier pour les décideurs, les politiques, les professionnels et les citoyens (cf. Liste en annexe).

Avec ces catégories il est également possible de repérer les travaux SHS qui concernent les aires géo-culturelles par exemple, pour le Ministère des affaires étrangères (Afrique, Asie, Océanie, Europe, etc…), ou qui concernent des populations spécifiques (ex : les femmes, les enfants ou les personnes âgées, etc…)

 

Un travail d’identification des sous-thématiques a également été réalisé dans un grand nombre de thématiques listées ci-dessous. Il est disponible auprès de Béatrice Brémont.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *