Paramètres d’identification SHS

Retour à la page principale “Thématiques sociétales”

 

Repérage et structuration des paramètres d’identification des travaux SHS, afin de constituer une ou plusieurs bases de données

CNRS-INSHS – Béatrice Brémont, Ingénieur pluridisciplinaire, Chef de projet prospective et transversalité, Nov. 2012

 

Depuis, 2008 l’INSHS reçoit des demandes d’état des lieux de la recherche en SHS  et d’identification des expertises des chercheurs, dans les thématiques sociétales sensibles et stratégiques.

     Ces demandes émanent soit des structures institutionnelles (ministères, agences, etc…), soit des médias (recherche d’experts), soit des programmes interdisciplinaires du CNRS ou de la Mission pour l’interdisciplinarité. Ces demandes concernent l’état des lieux de la Recherche SHS, dans les thématiques sociétales sensibles, mais également dans les aires géoculturelles.

     Devant l’impossibilité de répondre à ces questions par absence de bases de données institutionnelles sur les compétences des chercheurs et des enseignants-chercheurs dans ces domaines stratégiques pour la société, il s’est avéré indispensable de proposer au CNRS, un projet de bases de données facilement interrogeables (Projet RELIANCE, Béatrice Brémont, 2008,…en suspens à ce jour).

La conception de ce projet « SI » a rendu nécessaire de distinguer dans la définition des compétences des chercheurs, ce qui relevait de l’angle de vue académique et méthodologique de leur « discipline », et ce qui relevait des « thématiques sociétales » qui constituent leur(s) objet(s) de recherche.

D’autres paramètres d’identification se sont également révélés pertinents : les « aires géoculturelles », la « période historique » (temporalité), et le « type de population » (âge/sexe ou globale).

 

Les « disciplines » académiques constituent des intitulés de référents identitaires qui structurent l’enseignement et la recherche (organisation, gestion, évaluation).

     Les disciplines constituent des « angles de vue » conceptuels et méthodologiques, qui se sont historiquement constitués au fur et à mesure de l’avancée des connaissances. Ces angles de vue s’étayent sur une filiation de pairs associés à des référents bibliographiques. Ils sont  animés par une dialectique communautaire et constituent une identité professionnelle (philosophe, historien, anthropologue, économiste,…). Les disciplines sont regroupées suivant des référentiels de gestion des chercheurs et des enseignants-chercheurs qui varient suivant les organismes et leurs préoccupations utilitaires et stratégiques : CN, CNU, ESF, etc…

     Dans ces référentiels de gestion (CN, CNU, ESF,…), il apparaît des confusions entre « disciplines », « aires géoculturelles », et « thématiques sociétales » (ex : CNU – Etudes orientales et Africaines ; CNU- Religions, Femmes, Genre ; CN-Environnement, Communication, etc…). Ces confusions rendent impossible un croisement simple des données dans un outil « base de données requétable».

     Afin de construire un référentiel « disciplines » pérenne, non soumis aux aléas de la gestion administrative (CN, CNU, SNRI, etc…), et dans lequel tous les chercheurs retrouvent leurs marques identitaires, il est indispensable de revenir aux intitulés professionnels de base, quitte à laisser le chercheur en choisir plusieurs suivant son activité (ex : philosophie-anthropologie, anthropologie-ethnologie,…). Un travail de compilation des données de tous les référentiels, et de réflexion sur les intitulés de disciplines et sous-disciplines existants actuellement, a été réalisé avec l’aide des DAS de l’INSHS des sections CN-SHS de 32 à 40). (Disponible auprès de B. Brémont).

Les aires géo-culturelles

Suite à la mission d’état des lieux confiée par l’INSHS au Réseau Asie et Pacifique, un groupe de travail à l’initiative du Réseau Asie et Pacifique et de l’INSHS, a également été constitué en 2009, afin de rassembler tous les gestionnaires de sites web des réseaux géo-culturels (Afrique, Amérique du nord et du Sud) qui tentent de donner une visibilité aux travaux des chercheurs qui relèvent de leur périmètre géographiques. Ces travaux ont identifié les intitulés d’aires géoculturelles, dans le but hypothétique de faire un jour communiquer entre elles, ces bases de données par aires-géoculturelles qui restent actuellement dispersées.

Les périodes

     Un travail avait également été mené au sein de l’INSHS, avec les DAS-INSHS Archéologie et Histoire sur les intitulés et choix des périodes (temporalité), qui puissent convenir à toutes les cultures (occidentales, orientales, africaines, etc…).

     Dans son enquête pour constituer le « livre blanc de la Recherche Asie-Pacifique », la temporalité scandée par millénaire puis par siècle à partir de JC, s’est révélée la plus pertinente.

Le type de population concernée

(âge/sexe ou globale).

Ces différents paramètres identificatoires des compétences des chercheurs étant posés, il devient plus facile de repérer et de penser ce qui relève des « thématiques sociétales ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *