Archives par étiquette : recherche

Un panorama des études mongoles en France

Articles de Isabelle Charleux et Roberte Hamayon :

Un panorama des études mongoles en France (partie 1)
Dans : Le CNRS en Chine, 2015, Cahier spécial consacré à la Mongolie, 18, pp.40-45.
URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01198486

1. Introduction
2. Les grands chiffres sur la mobilité des chercheurs et sur les publications du CNRS
3. Un panorama des études mongoles en France
4. Profils de chercheures : Roberte Hamayon et Isabelle Charleux
5. Présentation de la Mission archéologique franco-mongole

Un panorama des études mongoles en France (suite)
Dans : Le CNRS en Chine, 2015, 19, pp.49-52. : http://www.cnrs.fr/derci/IMG/pdf/cnrsenchine_19_print-ete2015.pdf
URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01198490

1-Un panorama des études mongoles en France  (suite)
• Chercheurs et étudiants travaillant sur l’aire mongole (trombinoscope)
• Sélection des publications françaises sur la Mongolie depuis 2010
• Liste des thèses non publiées, soutenues et en cours dans le domaine
2-La mission archéologique conjointe Monaco – Mongolie, recherches scientifiques et leurs applications dans la valorisation du patrimoine
3-Séismes majeurs et interactions entre grandes failles actives en Mongolie
4-Coévolution homme-milieu : le peuplement de la steppe eurasiatique de l’Age du bronze à l’heure actuelle

Jean-Michel Sers : La coopération entre l’Union européenne et l’Association des nations du Sud-Est asiatique (ANASE) dans le domaine de la recherche et de l’innovation

La coopération en matière de recherche et d’innovation entre l’UE et l’Association des nations du Sud-Est asiatique (ANASE) s’est considérablement développée en termes de participations dans les programmes-cadres de recherche et de développement technologique de l’UE depuis le lancement d’un dialogue politique sur la science et la technologie entre le Comité Science et Technologie (ASEAN-COST) et la Commission européenne en 2008[1]. Le dialogue politique a été lancé dans le but d’échanger des idées et les meilleures pratiques respectives sur les défis d’intérêt commun tels que la santé, la sécurité alimentaire et le changement climatique. La mise en place du dialogue s’est également fondée sur une participation croissante des centres de recherche et des universités de l’ANASE dans les programmes-cadres de l’UE depuis le début des années 2000, et la volonté de l’UE de devenir un partenaire de l’ANASE au même titre que d’autres pays partenaires traditionnels de l’ANASE dans la région asiatique (Chine, Corée et Japon notamment).

L’ANASE regroupe dix pays et occupe une position clé dans la région Asie-Pacifique au niveau politique et économique. L’association a été créée le 8 Août 1967 à Bangkok, en Thaïlande, à l’initiative de cinq nations fondatrices : l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande. Le Brunei Darussalam a rejoint le groupe en 1984 suivi du Vietnam, du Laos, du Myanmar et du Cambodge entre 1995 et 1999. Avec plus de 600 millions d’habitants, les membres de l’ANASE ont une population de taille similaire à l’Europe et un PIB cumulé de 1.450 € milliards (2010). La construction d’un développement socio-économique durable fondé sur la connaissance, qui s’appuie aussi sur une très riche mosaïque de cultures, est considérée comme une des voies les plus prometteuses pour remédier aux disparités économiques encore importantes qui existent entre et au sein des membres de l’ASEAN.

L’ANASE et l’UE ont des visions politiques et des objectifs similaires sur de nombreux points dans le domaine de la recherche : participer à la résolution des défis mondiaux et soutenir l’innovation pour une économie compétitive, durable et inclusive. Alors que l’UE est sur le point d’adopter son futur programme-cadre pour la recherche et l’innovation, «Horizon 2020», l’ANASE a prolongé son Plan d’action pour la Science et la Technologie (APAST) jusqu’en 2015. Le Plan d’action inclut des Programmes Phares (Flagship Programmes) couvrant six thèmes (la prévention des catastrophes ; la promotion des biocarburants ;  la promotion des systèmes d’exploitation libres en matière informatique, la sécurité et la sûreté alimentaire, le changement climatique et la santé), que l’ASEAN s’efforcent de mettre en œuvre, principalement à travers des partenariats internationaux. La décision politique de l’ANASE la plus récente en matière de recherche et d’innovation a été l’adoption de l’Initiative de Krabi (Krabi initiative)[2] sur « l’avenir de la science, de la technologie et de l’innovation pour une zone ANASE compétitive, durable et inclusive d’ici 2015 et au-delà » en décembre 2010. Cette déclaration vise à réaffirmer le rôle crucial de la recherche et de l’innovation comme levier de compétitivité dans la région. Elle comprend des recommandations dans huit domaines, y compris la construction d’une société numérique au niveau régional, la promotion des technologies vertes, la sécurité alimentaire et énergétique, la gestion des ressources en eau, la biodiversité et l’apprentissage scientifique continu.

Dans le cadre du dialogue politique instauré depuis 2008 les responsables de l’ANASE et de l’UE ont identifié un certain nombre de domaines de recherche d’intérêt commun comme les technologies de l’information et de la communication, les biotechnologies, la sécurité alimentaire, la santé, les énergies renouvelables et les sciences marines. La coopération, déjà bien établie dans ces domaines, a ensuite été développée dans d’autres domaines, y compris les sciences des matériaux et les sciences socio-économiques, qui sont aussi des domaines prioritaires de l’ANASE et du 7ème  Programme-Cadre pour la Recherche et le Développement Technologique (7ème PCRDT 2007-2013).

Le 7ème PCRDT a créé un cadre propice à la coopération à travers la mise en œuvre d’actions ciblées vers l’Asie, et les partenaires de l’ANASE en particulier, ainsi que le financement d’activités ayant permis de mieux faire connaitre le programme-cadre européen de soutien à la recherche dans cette région du monde, notamment :

1. Les programmes spécifiques du 7ème PCRDT sur l’agro-alimentaire, l’environnement (y compris le changement climatique), les technologies de la société de l’information, les sciences socio-économiques et humaines,  les nanosciences et des nanotechnologies qui ont permis de financer des actions de recherche collaboratives ciblées entre des équipes européennes et du sud-est asiatique offert la possibilité de développer une coopération mutuellement bénéfique. La participation de l’ASEAN dans le 7ème PCRDT est aujourd’hui significative puisqu’elle elle enregistre 758 demandes de financement parmi lesquelles 190 ont été retenues (soit 21% de l’ensemble des participations asiatiques en 7ème PCRDT). Les principaux domaines de coopération UE-ANASE sont les technologies de l’environnement, de l’information et de la communication, de la santé, de l’agriculture et des biotechnologies.

2. Le dialogue politique UE-ANASE est accompagné par le projet SEA-EU-NET[3], aussi financé par le 7ème PCRDT, qui a mis en place un large éventail d’actions intersectorielles visant à renforcer la coopération entre les milieux universitaires, industriels et gouvernementaux des deux régions UE et ANASE. Le déploiement de points de contact 7ème PCRDT dans sept des dix pays de l’ASEAN a contribué au rapprochement des communautés scientifiques des deux régions. Un autre projet, le projet SEACOOP[4], a également mis en œuvre des actions de sensibilisation dans le domaine des technologies de l’information et de la communication. Les actions et les recommandations résultant de ces deux projets ont été intégrées dans le dialogue politique UE-ASASE en science et technologie.

La coopération entre l’Union européenne et l’ANASE dans le domaine de la recherche et de l’innovation sont complémentaires d’autres activités de coopération initiées par l’UE dans le cadre de sa politique extérieure. Ces activités de coopération sont mises en œuvre au niveau bilatéral (par exemple la coopération scientifique est une priorité de la coopération entre l’UE et la Thaïlande), régional et thématique (notamment environnement et la gestion durable des ressources naturelles y compris l’énergie, la sécurité alimentaire et d’autres).  L’instrument de soutien aux dialogues régionaux UE-ASEAN non commerciaux notamment, mieux connu sous le sigle ‘READI’ (2011-2015)[5], a financé en 2012 des activités de renforcement des capacités scientifiques,  par exemple des actions de soutien à la mobilité des décideurs politiques dans le domaine des sciences[6].

Favoriser la coopération stratégique avec les pays tiers ainsi que des coopérations bi-régionales avec des groupements de pays structurés tels que l’ANASE constituera un angle essentiel de la coopération scientifique de l’UE dans le cadre du futur programme de recherche et d’innovation Horizon 20206. À ce titre L’ANASE est considérée par l’UE comme un bloc émergent de première importance en Asie. La célébration de l’année de la science, de la technologie et de l’innovation 2012 entre l’UE et l’ANASE  marque le début d’une nouvelle ère des relations ASEAN-UE visant à améliorer le processus commun d’identification des priorités de recherche, la mobilisation et la diversification  d’instruments permettant de mettre en œuvre ces priorités, y compris les mécanismes existant au niveau des États, et enfin le développement de nouvelles activités conjointes dans le domaine de l’innovation.

Jean-Michel Sers est responsable de la coopération internationale entre l’UE et les pays de l’Asie du Sud à la DG recherche de la commission européenne.


[6]COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS ‘Renforcement et ciblage de la coopération internationale de l’Union européenne dans la recherche et l’innovation: une approche stratégique’, 14 Septembre 2012.

 

Pour citer ce billet : SERS, Jean-Michel, « La coopération entre l’Union européenne et l’Association des nations du Sud-Est asiatique (ANASE) dans le domaine de la recherche et de l’innovation », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 9 décembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1309]