Archives par étiquette : Pacifique

Orientalisme versus Asie-Océanie

Jean-François Sabouret, 8 octobre 2013

 

Ce livre blanc sur les études Asiatiques et du Pacifique fait écho au rapport sur les Études orientalistes paru en 1993. Les deux titres sont différents, la réalité l’est également, ce qui ne signifie pas que les études orientalistes aient disparu au profit de nouvelles études centrées sur l’Asie contemporaine.

Les études orientalistes sont principalement représentées en France dans des institutions prestigieuses comme le Collège de France, l’EPHE, l’EFEO.

Cependant vingt ans plus tard en 2013, si les Études orientalistes occupent toujours une place notable dans la recherche française sur l’Asie et sont un élément important de sa reconnaissance à l’étranger, une évolution sensible s’est produite dans les études contemporaines sur cette même aire asiatique à laquelle il faut joindre les pays voisins de l’Asie, ceux de l’Océanie, entraînés par le développement rapide de l’Extrême-Orient. Cela est dû en grande partie au dynamisme des économies de nombreux pays d’Asie qui enregistrent un taux de croissance élevé (Chine, Japon, Corée du Sud, Taiwan, Hong-Kong, Singapour, Inde…).

Le basculement du monde et l’exigence de comprendre cette nouvelle donne

Dès la fin des années 70, la stratégie économique du leader chinois Deng Xiaoping apparaît, avec le court recul de ces trente dernières années, comme une lame de fond qui bouscule les économies du monde entier, à commencer par celles de l’Europe et des États-Unis. On sait aujourd’hui que la Chine et derrière elle, d’autres nations comme la Corée, Taiwan et l’Inde ont pris la mesure du monde et développent des industries, des services, de l’agriculture sur l’ensemble de la planète : dans l’Australie « voisine », mais aussi en Afrique et au Brésil. L’Occident n’est plus au centre du Monde.

L’Asie s’enrichit, prend confiance en elle, deux économies asiatiques sont dans les cinq premières : La Chine et le Japon. L’Inde va bientôt entrer dans le club des dix et la Corée du Sud est au quinzième rang. Le PNB de la Chine a doublé celui du Japon en 2010 et ces deux puissances économiques sont aujourd’hui respectivement les seconde et troisième du monde. Si cette tendance se poursuit, la Chine, disent les experts, pourrait devenir la première puissance économique du monde en 2025.

Le PIB cumulé de l’Asie et de l’Océanie place dorénavant cette région au premier rang (28,15%), devant l’Amérique du Nord (27,72%) et l’Union Européenne (27,08%) (stat. 2012). Mais avec la puissance économique acquise ou retrouvée (pour l’Inde et la Chine), d’autres dépenses montent aussi en puissance : les dépenses militaires. Selon le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), dont le centre est à Stockholm la première place de « gendarme du monde » est toujours occupée par les États-Unis : 711 milliards USD de dépenses en 2011 contre 71,9 pour la Russie, 62,7 pour Royaume-Uni, 62,5 à la France…mais déjà 143 milliards USD pour la Chine (tendance régulière en hausse chaque année). L’Asie est prospère mais la région est peuplée de belligérants potentiels.

De nombreux pays voisins s’observent, les armes à la main, soufflant alternativement le chaud et le froid : les deux Corées (de chaque côté de la ligne DMZ), Corée du Sud contre le Japon (Takeshima/Dokdo, le Japon contre la Russie (Kouriles), la Chine contre le Japon (Senkaku), La Chine contre l’Inde (Arunachal Pradesh), la Chine contre le Vietnam, la Malaisie, Brunei, La République de Chine et les Philippines (Spratleys), tout cela sous l’œil attentif du maître du Pacifique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale : Les États-Unis.

Le danger d’un affrontement militaire est atténué, pour un temps seulement peut-être, par les échanges économiques, le consumérisme galopant, la production industrielle…. Ainsi la Chine est le premier pays producteur d’automobiles (18 418 876 en 2011) contre 8 653 560 aux États-Unis, 8 398 654 au Japon, 6 311 318 en Allemagne, 4 657 094 en Corée du Sud, 3 926 517 en Inde et… 2 242 928 en France.

Un nécessaire repositionnement sur les études contemporaines en sciences politiques, en économie et dans l’étude des sociétés du temps présent.La demande pour prendre la mesure de ce monde asiatique en mutation est quasi-exponentielle : mieux comprendre, mieux se former. Il apparaît évident sinon urgent de doter la recherche de spécialistes en France capables d’étudier et de rendre compte de ce « basculement du monde ». La plupart des personnes interrogées pour le Livre blanc, celles qui ont rédigé un texte (voir le site Resap.hypotheses.org), mais aussi celles qui ne pouvaient consacrer qu’un temps assez court à cette enquête ont souligné ce changement majeur dans l’évolution de l’Asie.

Si une majorité se déclare en faveur d’un nombre accru d’enseignants et de chercheurs spécialistes de l’Asie contemporaine, plusieurs « solutions » sont avancées quand à cet accroissement significatif de postes dans des domaines jusque-là en nombre modeste.

La première solution consiste à confier à l’État cette importante création de postes nouveaux et à se reposer sur les décisions des personnes en charge de cette politique d’enseignement et de recherche tant au niveau de l’enseignement supérieur que du secondaire.

La seconde et la troisième solutions tiennent compte de la situation économique de notre pays actuellement et qui est peu propice à une augmentation accélérée des postes à créer. La seconde solution suppose donc de réduire ou de ne pas renouveler des postes dans certaines disciplines afin de permettre la création de nouveaux postes ailleurs. Solution « polémique » selon que les chercheurs appartiennent à une discipline ou à un champ en forte demande ou à une discipline dont la place est devenue moins urgente.

La troisième de ces solutions est nouvelle et originale. Elle tient compte de la double demande d’un accroissement d’enseignants et de chercheurs. Là aussi, des arbitrages devront sans doute être faits. Cependant, pourquoi ne pas créer des postes de chercheurs-enseignants qui seraient en quelque sorte les postes miroirs de ceux des enseignants-chercheurs. Les enseignants chercheurs, ceux qui ont des étudiants dès la première année de licence (192 heures annuelles pour un maître de conférences), et un flot important et répété de copies à corriger, stigmatisent souvent le déséquilibre dont ils s’estiment victimes quand ils comparent leurs emplois du temps au regard de celui des chercheurs.

Si un enseignant-chercheur peut réserver « au maximum » le tiers de son temps à la recherche, il est gêné dans la réalisation de ses projets de recherche pour écrire ou partir en mission sur son terrain. Or si dans l’emploi du temps de ce nouveau type de poste de « chercheur-enseignant », un tiers était réservé à l’enseignement, celui-ci pourrait « en complémentarité, remplacer son collègue une ou deux années universitaires. Ainsi sur une carrière de plus de trente ans, le chercheur-enseignant aurait une douzaine d’années à faire comme enseignant pour s’acquitter de son cahier des charges. Cette proposition apparaît comme une solution intermédiaire par rapport à l’idée développée par le ministre C. Allègre quand il souhaitait un seul corps d’enseignants-chercheurs.

Une demande insistante de disposer de plus de temps pour mener à bien des recherches.

La réforme des universités, avec une plus grande autonomie accordée à celle-ci, va-t-elle faire évoluer les deux métiers vers une fusion ou va-t-elle maintenir cette séparation entre chercheurs et enseignants sujette à bien des commentaires ? Entre les deux métiers traditionnels d’enseignant-chercheurs et de chercheurs, la proposition de créer une nouvelle catégorie mérite réflexion, puisque les deux professions seraient complémentaires : plus de cours nouveaux pourraient être proposés aux étudiants et davantage de recherches sur le contemporain seraient réalisées, sans avoir forcément à remettre en question la raison d’être de certaines spécialités situées davantage sur le versant « sciences humaines » que des « sciences sociales contemporaines ». Il reste néanmoins que certains spécialistes se demandent s’il y a lieu encore de reconduire autant de postes dans certaines disciplines qui furent importantes sans doute à l’époque où la France, ayant des colonies ou des protectorats, se devait de mieux comprendre les « ethnies » minoritaires, et les religions des peuples qu’elle dirigeait. La question est ouverte.

Une concertation accrue au niveau des établissements et des organismes

Une plus grande transparence est souhaitée quant à la création des postes nouveaux, la cohérence de ceux-ci dans un établissement donné par rapport à un autre établissement. Est-ce qu’une politique de concertation est menée, par qui, et pour quels résultats entre le CNRS, le CIRAD, l’INSERM, l’INRA, l’IFREMER, l’IRD… et la CPU? Est-ce une conférence inter-organismes ? Est-ce le (ou les) ministère(s) de tutelle ? De grands thèmes intéressants plusieurs organismes pourraient être définis et donner lieu à des montages.

Les recrutements « à l’Américaine »

Certains souhaitent un recrutement tel qu’il se pratique par exemple aux États-Unis (système de la « tenure »). Un jury de spécialistes de la discipline et du champ incluant des chercheurs étrangers, font le choix de deux personnes au terme d’un processus plus long de réflexion et d’investigation que celui pratiqué par le comité national au CNRS par exemple. Un cahier des charges serait proposé aux chercheurs choisis (articles de recherches, participation à des conférences, organisation de colloques, publication d’ouvrage…) Après plusieurs années, une seule des deux personnes obtiendrait définitivement le poste.

L’autonomie des universités et la demande de création d’UMR

La recherche au sein des universités prend une place de plus en plus grande et devenant plus autonomes, ces dernières souhaitent développer des stratégies propres. Il est à prévoir un plus grand nombre de créations de postes d’enseignants-chercheurs dans les domaines des études asiatiques et du Pacifique. Si une taille critique est atteinte, certaines universités vont vouloir posséder une UMR associant le CNRS à leur université. Le cas d’école, si l’on peut dire, est celui de l’INALCO (Institut National des Langues et civilisations orientales), qui, depuis novembre 2011, a vu tout son dispositif d’enseignement regroupé sur le site de l’Avenue de France dans le XIIIe arrondissement, regroupement vertueux également puisque la bibliothèque de la BULAC est située également dans les mêmes bâtiments. Plus de 93 langues enseignées dès la première année, 9 000 étudiants, 300 enseignants dont déjà 50 « civilisationnistes ». Les enseignants souhaitent se voir créer au sein de l’INALCO une ou plusieurs UMR pour faciliter les recherches, recevoir des chercheurs du CNRS, accueillir et former des étudiants qu’ils veulent pouvoir former jusqu’à la fin du doctorat… La réunification des divers éléments du « puzzle de l’INALCO » mettant un terme à sa longue « balkanisation » permettrait, si la recherche était véritablement soutenue en sciences sociales par le CNRS, de créer, par exemple, une saine émulation avec la SOAS de Londres.

Un besoin important de compétences asiatiques ciblées et nouvelles

Les universités, mais aussi les écoles de commerce et d’autres lieux d’enseignement et de recherche (Coëtquidan, Navale, écoles d’agriculture, des beaux-arts, école des transports…), feront certainement appel à des enseignants spécialisés sur des savoirs jusque-là peu abordés. Il est donc important de pouvoir former dès maintenant les futures compétences dont notre pays aura besoin. Tout un chantier à consolider. Cela évitera des déconvenues ultérieures lors des recrutements avec des candidats compétents, certes, mais dans des domaines qui ne correspondent pas exactement à la demande des établissements et plus simplement à la demande sociale.

La quasi-totalité des personnes interrogées ont également mis l’accent sur la bonne maîtrise d’une ou plusieurs langues asiatiques comme condition nécessaire à un accès réel aux sources premières et aux enquêtes de terrain quelle que soient les disciplines concernant l’Asie.

Financement, emploi du temps, évaluation

Certains enseignants-chercheurs relèvent que dans leurs emplois du temps, la partie occupée par les réunions et la préparation de multiples dossiers de demandes de financement de recherche occupent une part de plus en plus importante, avec l’inconnu de réponses négatives dans le cas des demandes de financement. Les grandes œuvres des asiatisants comme Paul Mus ou Denys Lombard n’auraient pu voir le jour dans une ambiance où le harcèlement bureaucratique l’emporte sur une recherche patiente et réfléchie. Ne pourrait-on pas attribuer une somme moins importante à un chercheur que pour un programme ANR et évaluer sa qualité, non pas sur la base d’un projet, mais sur les résultats des travaux effectivement réalisés. Les résultats obtenus étant garants d’un futur financement.

Moins de bureaucratie, une plus grande attention accordée au jugement des pairs et aussi à des travaux de plus longue haleine et moins de court terme imposé par les recherches par appel à projets du système actuel. Le système de programmes favorise les recherches de micro-terrains et les micro-expertises. Peut-on former ou favoriser des chercheurs pour des analyses géopolitiques ou des recherches sociologiques plus vastes, mais dont la réalisation demande plus de temps ?

En conclusion

Il faut remercier toutes les personnes, professeurs, experts, chercheurs qui ont bien voulu répondre à cette enquête malgré un emploi du temps chargé. Ces réponses écrites aussi ont été complétées par des entretiens oraux, des rencontres parfois courtes où on demandait quelles étaient les préoccupations et les questions saillantes auxquelles les chercheurs étaient confrontés. Le site RESAP permet l’accès des textes de chacun à tous.

De tout cela émerge chez les enseignants-chercheurs dans les universités la question du manque de temps consacré à la recherche et c’est peut-être le point le plus marquant de notre enquête, d’où la proposition de création d’un statut nouveau qui serait celui de chercheur-enseignant (⅔ de recherche, un tiers d’enseignement), faisant miroir à celui d’enseignant-chercheur (⅔ d’enseignement ⅓de recherche). Ils souhaitent (et ce vœu est récurrent), pouvoir consacrer davantage de temps à la recherche, à l’écriture d’articles visibles dans des revues sortant de la semi-confidentialité, continuer à rédiger en français, tout en publiant davantage en anglais. Ils souhaitent voir plus de leurs ouvrages traduits en anglais et dans des langues asiatiques. Des budgets réservés à des traductions correctes dans diverses langues permettraient aux chercheurs sur l’Asie et le Pacifique de les faire mieux connaître par leurs pairs européens et étrangers.

Ce nouveau couple enseignant et chercheur permettrait de prendre place d’autant mieux dans le paysage de l’université de demain que l’Asie et le Pacifique entrent de plus en plus dans les cursus des universités à côté des enseignements traditionnels. Des enseignements sur l’Asie y sont donnés régulièrement et constituent un pôle de plus grande attractivité. En province également des enseignements sur l’Asie sont donnés dans des universités anciennes (comme Strasbourg ou Bordeaux…) ou nouvelles (La Rochelle, Le Havre…). Si l’on tient compte des institutions célèbres et plus anciennes et des structures plus jeunes et dynamiques, on mesure rapidement la richesse, la diversité de l’enseignement et de la recherche sur l’Asie et le Pacifique en France. La question qui demeure est la répartition des rôles et des obligations. Pour peu que la génération des baby-boomers arrivant à la retraite soit correctement remplacée grâce à un recrutement concerté, la France a des atouts certains qu’elle ne peut que mieux valoriser au fil des années à venir. Cela signifie que l’Asie et les Pacifiques vont occuper une place plus importante dans les manuels scolaires du primaire au lycée et donc dans la formation des enseignants.

Les centres de recherche et institutions dédiées à l’Asie et au Pacifique sont-ils remis en cause de ce fait ? Cela n’est pas dit et encore moins écrit clairement, mais en creux on voit bien que les enseignants du supérieur souhaitent sinon une réforme profonde de ces institutions du moins une participation plus active à la formation des étudiants depuis la première année et non au niveau du master ou du doctorat.

Certains interlocuteurs ont abordé la question d’un meilleur cadre d’enseignement et de recherche. Ils n’hésitent pas à proposer des frais d’inscription et de cours plus élevés pour les étudiants issus de catégories socio-professionnelles plus aisées avec un système de tarif différentiel pour les étudiants de familles ayant peu de revenus. Le principe de l’égalité des chances liée à une meilleure qualité de l’environnement pour tous, mettrait l’université française au niveau de grandes universités étrangères du monde et exercerait une plus grande force d’attractivité pour les étudiants européens et étrangers voulant étudier en France.

Les succès économiques, industriels, technologiques, scientifiques en Asie ajoutés à l’énorme réservoir démographique que représente cette région obligent l’enseignement et la recherche française à tenir davantage compte de ce basculement du monde et cela devrait se traduire rapidement par des décisions réelles que l’ensemble des enseignants et des chercheurs attend avec espoir et vigilance.

Jean-François Sabouret est sociologue, spécialiste du Japon, directeur de recherche émérite au CNRS


Références biblio : Assises de la Recherche Française dans le Pacifique

 

-Actes des Assises de la Recherche Française dans le Pacifique : 24-27 août 2004, Nouméa, Nouvelle-Calédonie

http://www.documentation.ird.fr/hor/fdi:010051919

Y lire « Les recherches en sciences humaines et sociales : bilan et perspectives » , Paul de Deckker, 2004 :

assises fra de la rech dans le pac_2004

 

-2nd Assises de la recherche française dans le Pacifique : 2-6 mars 2009, Tahiti, Polynésie française

http://www.psi2009.pf

 

 

Les études sur le Pacifique en Europe

Source : Report on Pacific Studies Centers and groups in Europe – Serge Tcherkézoff, École des Hautes Études en Sciences Sociales, France (2009).

Voir la version anglaise/See the english version

 

I – Il y a quatre centres en Europe :

Trois sont des centres bien développés. Ils sont, du nord au sud :

  • En Norvège, à l’Université de Bergen :

GROUPE DE RECHERCHE SUR LES ETUDES PACIFIQUES DE BERGEN

C’est intéressant de remarquer comment, en Norvège (pays qui n’a absolument aucun intérêt historique, stratégique ou d’aide internationale dans le Pacifique), les financements extérieurs et l’importance institutionnelle pour les études sur le Pacifique peuvent néanmoins être obtenus grâce à l’extension du rôle du Pacifique aux plus larges travaux théoriques de l’anthropologie et des disciplines qui lui sont liées.

  • Aux Pays-Bas, à l’Université Radboud de Nimègue :

CENTRE D’ETUDES PACIFIQUE ET ASIATIQUE DE NIMEGUE (CPAS)

Le CPAS constitue / forme un réseau de chercheurs en anthropologie sociale et culturelle, en anthropologie juridique, des sociologues du développement, des géographes, des historiens et des linguistes à l’Université de Nimègue et à l’Institut Max Planck de psycholinguistique de Nimègue. Aujourd’hui, environ 25 directeurs de recherche et 14 chargés de recherche sont affiliés au centre.

Ces projets de recherche sont initiés et menés par le personnel du Département d’anthropologie et d’études du développement, du Département d’histoire, du Département des lois coutumières, du Département de géographie humaine et du Groupe de recherche Langage et cognition de l’Institut Max Planck. Le centre est affilié à l’Institut de recherche culturelle sociale de Nimègue (NISCO) et l’Ecole nationale de recherche pour les études des ressources pour le développement (CERES). Dans le domaine des études sud-est asiatiques et océaniques, le centre coopère avec l’Association néerlandaise des études océaniques (NVOS), le Centre d’études non-occidentales (CNWS), le Centre d’études asiatiques d’Amsterdam (CASA), et l’Institut international d’études asiatiques (IIAS).

Le CPAS a signé un protocole d’entente soulignant les modalités de coopération dans le domaine des études asiatiques et du Pacifique avec les départements d’anthropologie d’Aarhus (Danemark) et d’Heidelberg (Allemagne). Le CPAS est également représenté au conseil de la Société européenne des océanistes, depuis qu’elle s’est établie à Nimègue en 1992.

  • En France, au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) / Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) / Aix-Marseille Université

CENTRE DE RECHERCHE ET DE DOCUMENTATION SUR l’OCÉANIE (CREDO)

http://pacific-credo.net/

Le CREDO est un centre de recherche multidisciplinaire et d’information spécialisé sur les sociétés du Pacifique Sud, dans le champ de l’anthropologie sociale et culturelle, de l’histoire et de l’archéologie.

Les 25 membres qui en font partie sont rattachés à trois institutions : le CNRS, l’EHESS, et Aix-Marseille Université.

Le centre a mis en place trois secteurs d’activités différents:

Le premier concerne la recherche en anthropologie, histoire, ethnoarchéologie et linguistique centrée sur l’Océanie (Australie, Mélanésie, Micronésie, Polynésie).

Le second est relatif aux activités d’enseignement, dans le cadre du Département d’anthropologie de l’Université de Provence (étudiants du premier au troisième cycle), et des formations de master et doctorat à l’EHESS.

Le troisième se rapporte au Centre de documentation sur les sociétés océaniennes.

Le CREDO fait partie de la « Maison Asie-Pacifique », tout comme l’IrAsia (Institut de recherches asiatiques, UMR 7306) et une autre unité, combinant service de documentation et valorisation de la recherche.

La « Maison Asie-Pacifique » fournit les outils nécessaires aux membres de deux unités mixtes de recherche : le CREDO et l’Irasia. L’expression « Maison Asie-Pacifique » est souvent utilisée pour nommer toutes les composantes. Elle représente plus de 100 personnes (enseignants-chercheurs et membres associés, doctorants, ingénieurs et techniciens) à qui le rattachement à une même structure spécifique permet de faire partie d’un milieu de travail, un lieu de rencontre ayant une réelle synergie globale, au-delà d’un simple lieu de travail.

  • Et un quatrième, qui se développe rapidement, en Angleterre, à l’Université de Saint Andrews :

CENTRE SAINT ANDREWS D’ETUDES SUR LE PACIFIQUE

Le Centre d’études sur le Pacifique de l’Université de Saint Andrews propose deux bourses de doctorat de dispense de frais d’inscription en anthropologie sociale. Le choix des sujets est ouvert, mais ils sont généralement définis comme des travaux portant sur les sociétés des îles du Pacifique et des régions mélanésiennes.

 

II – Il y a trois unités de recherches, ou groupes, ou associations académiques.

  • Le plus important et le plus ancien est au Royaume-Uni, à l’Université d’East Anglia :

L’unité de recherche Sainsbury (SRU)

C’est un centre d’études des arts d’Afrique, du Pacifique et des Amériques, qui offre des services de grande qualité et une bibliothèque de recherche spécialisée pour son personnel, les doctorants et les professeurs invités.

Deux autres sont :

  • En Allemagne, à l’Université de Göttingen :

GÖTTINGEN

En Allemagne, il n’y a presqu’à l’Université de Göttingen que les études sur le Pacifique sont importantes. A côté de plusieurs enseignements (W. Kempf, Elfriede Hermann, etc.) – cependant non organisés en centre dédié aux études sur le Pacifique –, se trouve l’ « Association d’études sur le Pacifique », qui est hébergée au sein de l’université. Leur intérêt principal porte sur le développement économique, dans des conditions acceptables socialement et pour l’environnement, spécialement celui des états de la région Pacifique économiquement désavantagés.

  • En Autriche, à l’Université de Vienne :

La société autrichienne et Sud-Pacifique (OSPG)

7 février 2013

PACIFIC STUDIES IN EUROPE

Source: Report on Pacific Studies Centers and groups in Europe, by Serge Tcherkézoff, Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS – Institute of Advanced Studies in Social Science), France  (2009).

Voir la version française

There are four centers in Europe :

Three full-blown which are, from north to south:

In Norway, at the University of Bergen (4 + …)

BERGEN PACIFIC STUDIES RESEARCH GROUP

It is interesting to note how, in Norway (which has absolutely no historical, strategic or aid-related interest in the Pacific), external funding and institutional importance for Pacific Studies can nevertheless be reached through pursuing the role of the Pacific in the wider theoretical agendas of anthropology and related disciplines.

In Netherlands, at the University of Nijmegen

NIJMEGEN CENTRE FOR PACIFIC AND ASIAN STUDIES

The CPAS constitutes a network of social and cultural anthropologists, legal anthropologists, development sociologists, geographers, historians, and linguists at the University of Nijmegen and at the Max Planck Institute for Psycholinguistics in Nijmegen. At present approximately 25 senior and 14 junior scholars are affiliated with the Centre.

These research projects are initiated and carried out by staff from the Department of Anthropology and Development Studies, the Department of History, the Department of Folk Law, the Department of Human Geography and the Research Group Language and Cognition of the Max Planck Institute. The Centre is affiliated with the Nijmegen Institute for Social Cultural Research (NISCO) and the national Research School for Resource Studies for Development (CERES). In the field of Oceanic and Southeast Asian Studies it closely cooperates with the Netherlands Association for Oceanic Studies (NVOS), the Centre for Non-Western Studies (CNWS), the Centre for Asian Studies in Amsterdam (CASA), and the International Institute for Asian Studies (IIAS).

The CPAS has signed a Memorandum of Understanding outlining the modalities of cooperation in the field of Pacific and Asian Studies with the Departments of Anthropology in Aarhus (Denmark) and Heidelberg (Germany). The CPAS is also represented on the board of the European Society for Oceanists since it was established at Nijmegen in 1992.

In France, at the CNRS/EHESS/Aix-Marseille Université

CENTRE DE RECHERCHE ET DE DOCUMENTATION SUR l’OCÉANIE (CREDO )

www:// pacific-credo.net

The CREDO is a multidisciplinary research and information centre specialised in South Pacific societies in the fields of social and cultural anthropology, history and archaeology.

There are 25 members part of three institutions: the CNRS (National scientific research centre), l’EHESS (Advanced social studies school) and the Aix-Marseille University.

The centre has set up three different activity sectors:

The first one concerns research in anthropology, history, ethno-archaeology and linguistics focused on Oceania (Australia, Melanesia, Micronesia, Polynesia).

The second relates to the teaching activities in the framework of the anthropology department of the Provence University (from junior to postgraduate students) and to the Master and PhD training at EHESS.

The third one refers to Documentation Centre on Oceanian societies.

The CREDO is part of the “Maison Asie-Pacifique” along with IrAsia (Asian research institute, UMR7306) and a unit combining documentation services with research enhancement.

The “Maison Asie-Pacifique” supplies the necessary tools to the members of two joint research units: the CREDO and IrAsia. The expression “Maison Asie-Pacifique” is often used to name all of the components. It represents more than 100 people (teacher-researchers and tenured associate teachers, PhDs, technician-engineer) whose attachment to a specific same structure allows them to be part of a workplace, a meeting place with a real global synergy beyond a simple worksite.

And  a fourth one, growing rapidly: In UK, at the University of Saint Andrews

SAINT ANDREWS CENTRE FOR PACIFIC STUDIES

The Centre for Pacific Studies at the University of St Andrews is offering two PhD fees-waiver scholarships in Social Anthropology. Focus is open but broadly defined as work on the societies of island Pacific and Melanesian regions.

There are three Research Units, or groups, or academic associations.

The largest and oldest is

In UK, at the University of East Anglia

University of East Anglia, SAINSBURY (The Sainsbury Research Unit (SRU))

It is a centre for the study of the arts of Africa, the Pacific region and the Americas, providing high quality facilities and a specialist research library for its staff, postgraduates and visiting scholars.

Two others are

In Germany, at the University of Göttingen

GOTTINGEN

In Germany, there is nearly only the University of GOTTINGEN where Pacific studies are strong. Besides several teachings (W. Kempf, Elfriede Hermann, etc.) – but not organized within a Center dedicated to Pacific studies–, there is an “Association for Pacific Studies” which is housed in the University. The main concern is the economic development, on socially and environmentally acceptable terms, especially of the economically disadvantaged states of the Pacific Region.

In Austria, at the University of Vienna

In Austria, at the University of Vienna, there is an association:

Osterreichisch-sudpazifischeGesellschaft OSPG


Christophe Sand : L’archéologie dans le Pacifique

Introduction

L’archéologie francophone dans le Pacifique a une longue tradition, remontant au début du 20e siècle. Mais c’est au professeur José Garanger que l’on doit la mise en place des premières équipes structurées sur ce thème et le début d’un enseignement sur l’archéologie de l’Océanie à partir des années 1970. Au cours des dernières décennies, les équipes francophones travaillant dans la région se sont multipliées et diversifiées, avec une tendance récente de renforcement de structures archéologiques basées directement dans les archipels, intégrant des archéologues océaniens. Ce rapport propose un tour d’horizon synthétique de la situation contemporaine de l’archéologie francophone du Pacifique.

Intervenants

Dans un monde océanien où l’influence de la recherche anglo-saxonne, en particulier australienne, néo-zélandaise et américaine, est massive, quatre grandes entités scientifiques francophones regroupent la quasi-totalité des chercheurs travaillant sur l’archéologie du Pacifique. Les structures nationales sont composées du CNRS associé à différentes universités, ainsi que de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD). L’équipe Océanie de l’UMR 7041 (Arscan), basée à l’Université Paris I-Paris X de Nanterre, fédère le plus grand nombre d’archéologues océanistes, couvrant des champs scientifiques divers, répartis à travers l’ensemble du Pacifique. La caractéristique majeure de cette équipe est qu’un nombre important de ses membres ne fait pas partie des personnels du CNRS. Une équipe plus réduite est intégrée au sein du CREDO (Centre de recherches et de documentation sur l’Océanie), basé à l’Université de Provence. Les archéologues de l’IRD travaillant dans le Pacifique sont majoritairement rattachés à ce centre, car aucun laboratoire archéologique avec personnel permanent n’est en place aujourd’hui dans les centres de recherche IRD de Nouméa et de Tahiti.

L’Université de Paris I est associée à l’Université de la Polynésie Française à Tahiti, où existe un laboratoire de recherches archéologiques, le CIRAP (Centre International de Recherche Archéologique sur la Polynésie), fédérant plusieurs équipes régionales. Cette structure est le pôle principal d’accueil des étudiants français souhaitant travailler dans le Pacifique Est. Un enseignement en archéologie océanienne est délivré à l’Université de la Nouvelle-Calédonie, mais sans poste d’enseignant titulaire.

Outre ces structures de recherche d’État, les collectivités de la Nouvelle-Calédonie et de Polynésie Française ont chacune créé des entités archéologiques locales. Le gouvernement calédonien et les provinces ont fondé en financement local l’Institut d’archéologie de la Nouvelle-Calédonie et du Pacifique (IANCP), avec un personnel – uniquement local – de 10 personnes. Un Département Archéologie existe depuis de nombreuses années au sein du musée de Tahiti et des îles, avec également un fonctionnement sur finances locales. Enfin, doit être soulignée l’existence au sein du Centre Culturel du Vanuatu — État indépendant de Mélanésie —, de personnels francophones formés à l’archéologie en France. Aucune structure n’existe par contre à Wallis-et-Futuna, en Polynésie occidentale.

Thèmes

Quatre thèmes principaux fédèrent les chercheurs francophones travaillant dans le Pacifique. Le premier — et probablement celui rassemblant le plus de personnes —, s’articule autour des phases de premier peuplement dans la région. Pour le Pacifique sud-ouest, il s’agit principalement de la période Lapita il y a trois millénaires. Le processus chronologique régional de ce peuplement est aujourd’hui bien défini. Pour la Polynésie orientale, peuplée entre la fin du premier millénaire et le début du deuxième millénaire après J.C., les données archéologiques restent encore confuses et sujettes à interprétations, incitant à des recherches multiples.

Le deuxième sujet majeur est l’étude multithématique des sociétés traditionnelles océaniennes de pré-contact et leurs évolutions au cours de la période coloniale. Ce champ de recherche est extrêmement riche et divers, allant d’études sur l’intensification de l’occupation de l’espace insulaire, à des analyses typologiques poussées de matériel archéologique, en intégrant les questions d’évolutions sociopolitiques et les échanges à longue distance.

Les analyses d’anthropologie physique traversent les deux premiers thèmes, en s’intéressant aux caractéristiques des premiers découvreurs autant qu’aux évolutions physiques et génétiques au cours du temps. L’étude des rituels funéraires développés dans les différentes régions et un autre axe de ce thème.

Le dernier grand thème développé par les archéologues francophones dans la région est composé d’études spécialisées comme l’anthracologie, la palynologie, la reconnaissance géologique des matériaux et les études isotopiques. Des études ethnoarchéologiques sur les techniques de navigation, les techniques de plantations horticoles ou de pêche, complètent ce thème.

Les apports principaux de la recherche archéologique francophone en Océanie

Les travaux archéologiques menés par les chercheurs francophones dans le Pacifique ont contribué à faire avancer la connaissance du passé océanien de façon majeure sur un certain nombre de sujets. Les fouilles menées sur des sites de premier peuplement Lapita en Nouvelle-Calédonie et au Vanuatu, ont permis de proposer des interprétations renouvelées sur cette période clé de l’histoire océanienne. Sur ce thème, l’apport méthodologique de l’anthropologie française dans une équipe plurinationale, doit être souligné comme une des contributions internationalement reconnue lors de la fouille du premier cimetière Lapita découvert dans le Pacifique, sur l’île d’Efate au Vanuatu. Cette méthodologie appliquée à des sites funéraires plus récents, aussi bien en Mélanésie qu’en Polynésie, permet de placer la recherche francophone à la pointe scientifique dans ce domaine en Océanie.

Le développement d’une problématique centrale autour du premier peuplement de la Polynésie orientale par l’équipe de l’Université de la Polynésie Française depuis maintenant près de deux décennies, a permis, dans le cadre de programmes autonomes ou en collaboration avec d’autres structures de recherche de la région, de renouveler totalement nos connaissances sur la chronologie de cet épisode fondateur des sociétés polynésiennes. Les nouvelles fouilles menées sur des sites déjà étudiés ainsi que l’étude de sites nouveaux, ont permis de rajeunir parfois de près d’un millénaire la datation des premières occupations humaines des dunes de bord de mer.

Le dernier thème où le savoir-faire et l’apport scientifique des chercheurs francophones est reconnu, porte sur les études spécialisées. L’anthracologie, développée depuis plus de deux décennies par plusieurs équipes, a ainsi permis de renouveler les questionnements. Ainsi, l’étude de plusieurs dizaines de milliers de charbons provenant de fouilles menées à l’île de Pâques, a démontré une chronologie progressive de déforestation, venant contredire l’image d’une destruction environnementale brutale et rapide après le premier peuplement polynésien. En Nouvelle-Calédonie, les études anthracologiques et palynologiques ont montré des processus complexes de déforestation/reboisement au cours du temps. Différentes collections de référence de collections de bois et de pollens ont été produites, certaines accessibles sur le Net. Dans un autre domaine, des études de pointes sont menées, dans le cadre de programmes internationaux, autour d’analyses isotopiques d’ossements humains.

Domaines de recherche archéologique sous-représentés

Le nombre peu important de francophones travaillant sur l’archéologie océanienne, à partir de la France ou des collectivités locales, ne permet évidemment pas que soient traités l’ensemble des sujets liés au passé des archipels de la région. Néanmoins, certains thèmes devraient être présents ou plus développés qu’ils ne le sont. Le plus emblématique est sans conteste l’étude de la période pléistocène aux îles Salomon. Ce grand archipel du nord de la Mélanésie a été peuplé il y a au moins 30000 ans. Mais le nombre extrêmement réduit de fouilles menées, n’a permis à ce jour de définir une première chronologie complète que pour l’île de Buka, à l’extrême nord. Absolument rien d’autre n’est connu des évolutions culturelles des Salomons avant la fin du deuxième millénaire avant J.C. L’expertise française en archéologie paléolithique étant mondialement reconnue, ce terrain aurait dû être depuis longtemps occupé par des équipes métropolitaines. Il est d’ailleurs à souligner qu’une équipe allemande (un pays absent de l’archéologie de la Mélanésie depuis très longtemps), débutera prochainement un programme sur ce thème.

La deuxième région où une présence d’équipes francophones fortes et nombreuses serait la bienvenue, concerne les grandes îles sous le vent de Polynésie, Tahiti et Moorea. Si le Département Archéologie local, associé dans certains cas à l’Université, mène des missions d’inventaires et de fouilles préventives sur ces deux îles, les programmes les plus pointus sont menés sous la direction d’équipes étrangères.

Un renouvellement des travaux archéologiques francophones mériterait également d’être visible dans la grande région micronésienne, formant la partie nord du Pacifique. Quelques rares programmes ponctuels y ont été menés au cours des deux dernières décennies par des équipes françaises, mais la mise en place d’une problématique multithématique bien financée permettrait d’assoir dans cette région une présence scientifique francophone, qui fait aujourd’hui défaut, et où se développent essentiellement des programmes archéologiques australiens, américains et japonais.

Perspectives d’avenir

L’archéologie francophone en Océanie est aujourd’hui à un tournant. Il apparaît clairement que ce sujet n’est pas porteur dans la recherche française en sciences humaines, engendrant une absence de planification de postes pour les étudiants thésards, que ce soit dans les centres de recherche ou à l’Université. Le désengagement de la métropole est probablement un phénomène qui se poursuivra au cours de la prochaine décennie, la crise financière apparaissant devoir perdurer et les collectivités territoriales françaises de la région étant dans un processus d’autonomie politique poussée.

L’avenir de l’archéologie francophone dans le Pacifique repose ainsi partiellement sur le développement d’entités locales, à travers les structures d’État comme les Universités mais aussi grâce aux structures créées par les collectivités territoriales. Là aussi, l’engagement des autorités politiques à soutenir financièrement le développement de l’archéologie apparaît central dans toute perspective d’avenir. De même, la liberté donnée aux équipes locales, seules ou en partenariat avec d’autres entités de recherche d’État ou de la région, à développer des programmes archéologiques de pointe — dans leur archipel mais également dans la région —, dépend fortement de choix politiques. C’est dans ce contexte que doit être favorisée de façon centrale la formation d’archéologues océaniens, en parallèle à des archéologues océanistes métropolitains. Cette nouvelle génération est la plus à même de sensibiliser les communautés locales sur l’intérêt et les apports de l’archéologie pour les habitants du Pacifique. L’intégration de ces chercheurs issus des Universités françaises est la meilleure garantie, en cette période difficile, d’assurer la pérennité de la recherche archéologique francophone océanienne.

Christophe Sand est anthropologue et ethnologue, directeur de l’Institut d’archéologie de la Nouvelle-Calédonie et du Pacifique (IANCP), HDR et président d’ICOMOS Pasifika (branche régionale de l’instance internationale du patrimoine culturel liée à l’UNESCO) ; UMR 7041 Arscan, Ethnologie préhistorique-Maison René-Ginouvès-Archéologie et Ethnologie.

 

Pour citer ce billet : SAND, Christophe, « L’archéologie dans le Pacifique », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/200]