Archives par étiquette : japonologie

AEJF 1997 – 2012 : L’enseignement du japonais en France – bilan et perspectives

Association des enseignants de japonais en France :

AEJF 1997 – 2012 : L’enseignement du japonais en France – bilan et perspectives –

http://aejf.asso.fr/filemgmt_data/files/rappport.pdf

« Le but de cet ouvrage est double : d’une part établir un état rétrospectif de nos activités en vue de réfléchir à l’orientation de nos actions futures et de nos nouvelles missions. Présenter, d’autre part, la somme de ces activités dans un document en français afin de leur donner plus de visibilité et diffuser les informations essentielles concernant la pratique et les acquis dans le domaine de l’enseignement du japonais en France auprès de tous les acteurs de la communauté éducative. »

 

 

Cécile Sakai : Une mondialisation multipolaire en Asie orientale

Réseau Asie — Quels sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Cécile Sakai En Asie orientale, on assiste à un changement de paradigmes économiques et culturels et à une montée en puissance par rapport à l’Europe ou aux États-Unis. En inter-asiatique, la Chine est en voie de devenir une super-puissance, malgré des fragilités structurelles. La vague asiatique culturelle est toujours menée par le Japon (restes de la puissance passée ?), à laquelle contribuent la Corée, Taiwan et, désormais, la RPC : un ensemble pop, jeune, alternatif, technologique, avec un marché exportateur (cf. Études d’Iwabuchi Kôichi). Une mondialisation multipolaire se met en place.

Réseau Asie — Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Cécile Sakai — La transition est en cours, y compris générationnelle, des recherches sur les « civilisations » vers des recherches en sciences sociales du monde contemporain. Sans doute un cycle s’achève, avec sa dominante classique et ses travaux archéologiques, historiques, documentaires, religieux ou littéraires. Cet ensemble a composé un pôle d’excellence des spécialistes français : il conviendrait de maintenir le niveau de cette expertise dans les années à venir. Mais de nouvelles pistes doivent être explorées, pour reconfigurer les études aréales au 21e siècle. Un accent particulier me semble devoir être porté sur les questions de globalisation, associées aux questions de mutations technologiques, d’ailleurs liées, et qui transforment en profondeur les corpus étudiés par les chercheurs du contemporain. Recherches de normes et d’outils d’évaluation.

Réseau Asie — Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents ?

Cécile Sakai Dans l’ensemble, on assiste au développement de travaux pluridisciplinaires, voire interdisciplinaires, autour de thématiques ou de périodisations communes. Il y a un accroissement des programmes collectifs, souvent renforcés par les incitations institutionnelles (appels à projet, soutiens financiers, évaluation des équipes de recherche, etc.). On constate également l’essor des rencontres scientifiques régionales, qui cherchent par la comparaison à faire émerger les spécificités d’aires géopolitiques dépassant les frontières linguistico-culturelles. Lorsque le terreau commun est historique, ces travaux trouvent une pleine légitimité. Pour autant, les recherches aréales, spécialisées, doivent aussi être poursuivies, sous peine de perdre les compétences qui permettent notamment les échanges internationaux les plus fructueux avec les équipes locales, sur place.

Du point de vue des nouvelles thématiques, on constate l’émergence de recherches plus globales, ménageant une place particulière aux questions de transferts culturels, de traduction (au sens large du terme), de circulation des savoirs, c’est-à-dire travaillant sur les médiations et les négociations, ainsi que sur leurs effets.

Réseau Asie — Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française… ?

Cécile Sakai Il faudrait sans doute une moindre dispersion des équipes, mais la problématique s’est complexifiée depuis cinq ans, avec les restructurations en cours, notamment universitaires (PRES, Labex, Idex, etc.). Pour véritablement créer des synergies scientifiques, il faudrait dépasser les logiques de regroupement institutionnel, pour aller vers les transversalités et coopérations effectives et reconnues dans le domaine de la recherche. Il faudrait également protéger les temps de recherche individuelle, notamment pour les EC des universités (systématisation des délégations CNRS par exemple), qui subissent l’accroissement exponentiel des charges administratives et pédagogiques. La recherche fondamentale, de longue durée, doit retrouver une place de choix, pour permettre à de véritables « œuvres » scientifiques (monographies dans le cadre des LLSHS) de rénover le cadre épistémologique en construisant de nouvelles théories et méthodologies, adaptées au 21e siècle.

Visibilité et internationalisation : le problème de la langue de communication et de la diffusion est récurrent. Dans une ère dominée par l’anglais, les travaux francophones souffrent des limites de leur champ de réception. Si des traductions plus systématiques sont à encourager et à soutenir (financièrement), les solutions ne se limitent sans doute pas à l’outil seulement. Certaines délégations CNRS (voir aussi avec les IEA et leurs partenaires étrangers) pourraient être organisées dans le cadre de conventions d’internationalisation (d’ailleurs en réciprocité). La valorisation des travaux en langues locales de l’Asie (interactions) est également nécessaire.

27 avril 2012

Cécile Sakai, spécialiste des littératures modernes et contemporaines du Japon est professeur à l’université Paris Diderot et chercheur au Centre de Recherches sur les Civilisations de l’Asie Orientale, CNRS/EPHE/Université Paris Diderot (UMR 8155), rattachement secondaire Collège de France : Japon, littérature et culture modernes et contemporaines

Retrouvez le profil de Cécile Sakai, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : SAKAI, Cécile, « Une mondialisation multipolaire en Asie orientale », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/359]

Natacha Aveline : La recherche urbaine en Chine et au Japon

Réseau Asie — Quels sont les sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Natacha Aveline  J’interviens dans le domaine des études urbaines sur la zone Asie du nord-est, plus précisément sur les politiques foncières dans les grandes villes japonaises et chinoises. Au Japon, quatre grands changements sont intervenus au cours des dernières années :

-les prix fonciers, qui avaient connu une hausse quasi-ininterrompue depuis l’après-guerre, ont subi un recul sévère suite à l’éclatement de la bulle spéculative au début des années 1990. Cela a marqué la fin du « mythe foncier » (tochi shinwa) et profondément modifié les pratiques d’investissement immobilier.

-la population japonaise a commencé à décroître depuis 2004 et l’on voit apparaître des phénomènes de rétraction urbaine dans les périphéries des grandes villes ; ce phénomène conduit à des recompositions régionales majeures : fusion de municipalités, projet de réduction des préfectures.

-de nouveaux outils ont été introduits pour financer la construction immobilière (fonds tritrisés REIT et equity funds) ; les logiques d’investissements sont dictées par des arbitrages au sein des marchés financiers. Cela a pour effet d’exacerber le mouvement actuel de concentration de l’aménagement dans les zones centrales de Tokyo, au détriment des autres parties de l’agglomération et des autres grandes villes nipponnes comme Osaka et Nagoya.

-suite aux accords de Kyoto, le Japon a cherché à se faire le champion du développement durable. De nouvelles normes sont édictées dans le domaine de l’aménagement urbain pour prendre en compte la performance énergétique des constructions et programmer des espaces verts.

Alors que le Japon accuse un recul des marchés fonciers, la Chine connaît au contraire un emballement dans tous les secteurs de l’immobilier. Le grand changement pour la Chine est l’utilisation de la ressource foncière par les collectivités locales pour financer leurs ambitieux travaux d’infrastructures et les services de protection sociale. Le foncier est donc au cœur du modèle de développement de la Chine urbaine, avec un fort désengagement de l’État, un endettement local en hausse rapide et une pénétration croissante des capitaux financiers dans l’aménagement urbain.

Un autre changement majeur est la prise en compte de la « durabilité » dans la construction. Le gouvernement a lancé une campagne de promotion pour les immeubles « verts » en 2004, dont l’enjeu sera majeur compte tenu de l’importance de la construction immobilière dans ce pays : en 2015, 50% des constructions seront en Chine ; dans ce pays sont construits chaque année 2,5 milliards de mètres carrés, soit autant que la totalité des constructions en France.

Réseau Asie — Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Natacha Aveline  Il existe au Japon une tradition de recherche française sur le développement régional et urbain, qui était particulièrement active dans les années 1980 lorsque Augustin Berque dirigeait la Maison Franco-Japonaise. Mais cette tradition doit être renouvelée pour prendre en compte les nouvelles thématiques ayant émergé au cours des deux dernières décennies : développement urbain durable, vieillissement, rétraction urbaine (« shrinkage »), financiarisation de la production immobilière. Après une longue « traversée du désert » des études urbaines sur le Japon, on observe un regain d’intérêt des doctorants qu’il conviendrait d’encourager.

Du côté de la Chine, on n’observe pas de rayonnement équivalent de la recherche urbaine française, par manque de coordination des travaux dans ce domaine. Il existe néanmoins un gisement de compétences et l’on observe un effort d’intégration à l’échelle européenne (réseau Urbachina financé par le FP7).

Un grand frein à la recherche urbaine française en Asie tient au fait que les communautés scientifiques sont très fragmentées. Les quelques réseaux existants relèvent davantage d’affinités géographiques (communautés organisées en sous-aires culturelles), personnelles ou corporatistes (normaliens, architectes) que de véritables stratégies de partage des compétences à l’échelle de l’Asie. Les doctorants pâtissent de ce morcellement qui est encore aggravé par certaines pratiques mandarinales. Le réseau Asie pourrait à cet égard jouer un rôle important pour faciliter le désenclavement des communautés.

Réseau Asie — Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents (dans votre laboratoire ou dans votre champ de recherche) ?

Natacha Aveline  La financiarisation de la production urbaine : cette thématique, sur laquelle je travaille depuis plus de 10 ans, fait enfin sa percée depuis la crise des subprime ;

-les finances locales en Chine : l’endettement explosif des villes chinoises mérite à lui seul de nombreuses recherches dans plusieurs aires géographiques et secteurs d’activité ;

-les recompositions régionales au Japon : fusion des municipalités et nouvelles configurations régionales, enjeux économiques, politiques et spatiaux ;

-la question foncière urbaine : le foncier est-il encore au cœur du modèle de développement économique japonais ? Quel rôle joue-t-il dans le modèle économique chinois ? Les problèmes de conversion du foncier agricole aux marges des grandes villes, les nouvelles expérimentations de préservation des terres agricoles péri-urbaines (Chongqing) ;

-le développement urbain durable : bilan des ecocities, eco-towns et autres projets urbains « durables », effets des technologies vertes sur la production urbaine, économie politique de la rhétorique « green » ;

-effets spatiaux du vieillissement : la Chine commence à reconnaître l’imminence de ce phénomène sur son territoire, cette thématique encore peu investie est donc très porteuse. Le Japon jouera à cet égard un rôle de modèle et de laboratoires d’idées, il convient donc de ne pas déserter ce terrain.

Réseau Asie — Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française, autant dans votre domaine précis que, plus généralement, sur votre aire culturelle au sens large, voire sur l’Asie et le Pacifique ?

Natacha Aveline  Je pense qu’il serait intéressant de créer un réseau « villes d’Asie », couvrant l’ensemble des aires géographiques de cette aire culturelle (Asie du Sud, du Nord-est et du Sud-est, éventuellement Pacifique). Pour faire vivre ce réseau, il serait nécessaire que les tutelles (CNRS, IRD, établissements universitaires comme l’INALCO, l’EPHE, Paris 7, Paris I, l’ENS-LSH, Lyon 2…) apportent un soutien institutionnel fort et s’engagent financièrement. Le CNRS pourrait prévoir un budget commun avec la DERCI dans le cadre de son action de coopération internationale. L’UPS Réseau Asie aurait toute légitimité à initier la création d’un tel réseau. À terme pourrait être envisagée son évolution vers une école doctorale « Villes d’Asie » qui regrouperait des institutions rattachées à différents PRES.

 

Natacha Aveline est géographe et économiste, spécialiste de la Chine et du Japon, directrice de recherche au CNRS, Laboratoire Géographie – Cités  (UMR Paris 1-Paris7) et chargée de cours à Sciences-Po Paris

Retrouvez le profil de Natacha Aveline, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : AVELINE, Natacha, « L’état de la recherche sur les études urbaines en Chine et au Japon », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1304]

Bernard Thomann : Forces et faiblesses de la japonologie française

Réseau Asie — Quels sont les sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Bernard Thomann Le Japon a connu, depuis deux décennies, une situation de relative stagnation économique et de déclin démographique, et, plus récemment, une série de graves catastrophes naturelles et écologiques. Et si cette situation a plongé le pays dans un sentiment de déclin et de fatalisme qui ne semble pas trouver d’issue, elle a également provoqué des évolutions sociales et politiques notables. Dans le même temps, la monté en puissance de la Chine, représentant de nouvelles opportunités commerciales, mais également ressentie par une partie des Japonais comme une menace, ajouté à un discours à dominante populiste de la part de certains hommes politiques, a favorisé une certaine résurgence du nationalisme dans la population, avec de potentielles conséquences géopolitiques qu’il ne faut pas négliger.

Réseau Asie — Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Bernard Thomann La japonologie française a été longtemps dominée par une riche tradition philologique qui a constitué et continue de représenter son atout majeur. À partir des années 1970, les sciences sociales sur le Japon contemporain se développent néanmoins progressivement, parallèlement à la monté en puissance de son modèle économique. Aujourd’hui, on peut considérer que ces deux grandes tendances s’équilibrent en termes d’enseignants chercheurs en poste. L’étude de l’histoire de l’art et de la littérature, anciennes ou modernes, sont aujourd’hui les points forts des études japonaises françaises. En ce qui concerne les sciences sociales, de nombreuses disciplines sont aujourd’hui représentées, mais si un certain nombre de projets collectifs a émergé ces dernières années, leur visibilité reste sans doute encore insuffisante. On peut aussi regretter un certain manque d’échanges entre les japonologues et les spécialistes de disciplines. En revanche, les travaux de japonologie peuvent aujourd’hui bénéficier de possibilités de publication relativement importantes, avec deux revues qui fonctionnent bien et des collections « Japon », ou plus largement « Asie », au sein de maisons d’édition relativement importantes. La Société Française des Études Japonaises continue enfin à être un instrument important d’échanges entre les spécialistes de l’aire culturelle japonaise et d’intégration des jeunes chercheurs à cette communauté scientifique.

Réseau Asie — Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents (dans votre laboratoire ou dans votre champ de recherche) ?

Bernard Thomann L’apparition de nouvelles possibilités de financement, via les appels à projet, a contribué à sortir la recherche d’un certain individualisme. Ainsi, l’émergence de projets collectifs pluridisciplinaires est sans doute l’évolution la plus remarquable de ces dernières années.  Ces projets traitent de sujets relevant plutôt des sciences sociales comme la famille, l’État, l’éducation, la population, le capitalisme, la santé au travail,  mais aussi ayant un caractère plus philologique, comme la littérature classique ou la philosophie.

Réseau Asie — Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française, autant dans votre domaine précis que, plus généralement, sur votre aire culturelle au sens large, voire sur l’Asie et le Pacifique ?

Bernard Thomann Le danger principal qui guette aujourd’hui la recherche sur le Japon est le non renouvellement des départs à la retraite qui seront particulièrement nombreux dans les prochaines années. Au sein du CNRS ou à l’EHESS, ont peut craindre que les départs de figure importantes des études japonaises ne soient pas compensés par le recrutement de jeunes chercheurs. Au sein des universités, l’augmentation des effectifs étudiants a permis la création d’un certain nombre de postes d’enseignants de langue et civilisation pendant la décennie passée. Cependant, les départements disciplinaires restent toujours presque totalement fermés aux spécialistes des aires culturelles, ce qui continue à considérablement handicaper, premièrement, l’apport que pourrait avoir ces aires culturelles sur des disciplines qui restent trop centrés sur les terrains européens, deuxièmement, le renforcement nécessaire de la culture disciplinaire chez les spécialistes d’aires culturelles et, enfin, l’émergence de projets comparatistes ambitieux.

Bernard Thomann, historien spécialiste du Japon est maître de conférences habilité à l’INALCO (Histoire, sociétés et territoires du monde, EA 4511) & membre d’ESOPP (Études Sociales et Politiques des Populations, de la protection sociale et de la santé).

Retrouvez le profil de Bernard Thomann, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : THOMANN, Bernard, « Forces et faiblesses de la japonologie française », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/219]

Jean-Michel Butel : La recherche à l’Inalco & le Centre d’Études Japonaises

La période récente pourrait être définie pour l’Inalco par le terme « regroupement ». Regroupement des activités de recherche tout d’abord : centres de recherche, études doctorales et administration de la recherche se retrouvant sur un même site dédié, au Centre de la Belle Gabrielle[1] depuis 2008, puis dans le bâtiment historique de l’Inalco, au 2 rue de Lille, à partir du 27 août 2012 ; regroupement – enfin ! – de l’enseignement des 93 langues proposées à l’Inalco à partir d’octobre 2011, dans le beau bâtiment du Pôle des Langues et Civilisations[2], nouvel équipement de la ZAC Paris-Rive-Gauche partagé avec la Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations[3]. Cette concentration des chercheurs et des moyens a été accompagnée par un effort conséquent pour l’organisation, la promotion et la diffusion de la recherche effectuée aux « Langues’O ».

Le Centre d’Études Japonaises[4], évalué A+ par l’AERES en 2009[5], est tout particulièrement représentatif du dynamisme des 14 équipes de recherche de l’Inalco[6]. Le doublement récent (2010) de sa dotation[7], auquel il faut ajouter l’apport de deux enseignants-chercheurs de l’équipe membres de l’IUF[8] ainsi qu’un financement important du Conseil scientifique de la ville de Paris (programme Emergences), est heureusement venu soutenir une activité qui était jusqu’alors largement financée par des partenariats avec des institutions japonaises (au premier rang desquelles l’Université Waseda).

Fort de 34 membres titulaires et 35 doctorants[9], s’appuyant depuis 2012 sur une antenne très active à l’Université Toulouse le Mirail, le CEJ entretient de longue date des rapports très étroits avec d’importantes institutions francophones parmi lesquelles le CRCAO (UMR 8155), mais aussi la section d’études japonaises de l’Université de Genève, toutes les deux parties prenantes, quoiqu’à des titres différents, d’un Master études japonaises cohabilité Inalco /Paris Diderot – Paris 7[10].

Le CEJ fédère de fait les japonisants francophones autour d’outils de diffusion de la recherche uniques en France :

Cipango, Cahiers d’études japonaises

Créé en 1992, Cipango est aujourd’hui la seule revue d’études japonaises publiée en France. Ces dernières années ont été marquées par la consolidation du protocole scientifique de la revue et l’ouverture à des chercheurs francophones au delà des frontières de l’hexagone. En ligne depuis juin 2012 sur le portail académique revues.org[11], comme quatre autres des revues de l’Inalco[12], Cipango connaîtra à partir de cette année 2012 une déclinaison en anglais accessible en ligne : Cipango — Japanese studies: English édition.

Collection Japon

Créée en 2005 et animée depuis par deux membres du CEJ, Christian Galan et Emmanuel Lozerand, aux Belles-Lettres, cette collection, qui compte déjà 16 titres en 2012, propose recherches inédites, essais originaux, mais aussi traductions littéraires et scientifiques[13].

Le CEJ accueille aujourd’hui 14 projets de recherche organisés selon 4 axes[14]. Nous présenterons ici cinq des projets les plus dynamiques. Ceux-ci sont représentatifs de l’ampleur de la recherche sur le Japon à l’Inalco : si une focalisation récente sur le Japon contemporain est tout particulièrement notable, et fait suite à une politique de recrutement des enseignants-chercheurs continue depuis 2005, le Centre n’abandonne pas les études classiques qui faisaient sa force (langue, littérature comme histoire de l’art), ni une vision de la société japonaise qui insère le contemporain dans une histoire longue. On note par ailleurs une tendance forte à la multiplication et à l’internationalisation des partenariats.

Genji monogatari (responsable : Terada Sumie)

Le projet Genji, initié sous le quadriennal 2001-2005, se donne pour objectif la traduction du grand roman médiéval du Genji Monogatari et l’animation de recherches pluridisciplinaires autour de ce dernier. L’équipe a rapidement atteint une notoriété internationale et est désormais connue sous l’appellation « Groupe Genji de Paris ». Elle a été rejointe par de nombreux chercheurs hors institutions françaises.

Le travail collectif de traduction s’appuie sur la vérification comparative des variantes des principales copies manuscrites ainsi que des commentaires datant du XIIIème siècle jusqu’à nos jours. L’attention portée à la lisibilité s’exprime dans le soin porté à l’élaboration stylistique, respectueuse du dispositif narratif de l’ouvrage, et qui répond à l’attente d’un lecteur d’aujourd’hui, légitimement désireux d’accéder à l’un des chefs-d’œuvre du patrimoine littéraire universel.

La publication du premier chapitre s’est faite, conjointement avec des travaux de recherche, sous la forme d’un numéro spécial de la revue Cipango[15]. Celui-ci a rencontré un vif succès qui a entraîné une réédition. Il connaît actuellement une traduction en anglais (prévue pour 2013). La traduction du deuxième chapitre est actuellement en phase de finition. S’ajoute à la réussite du projet le succès de la publication de l’ouvrage  monumental dont Estelle Leggeri-Bauer a assuré le travail éditorial, Le Dit du Genji, Edition Diane de Selliers, 2007[16].

Des manifestations scientifiques internationales, principalement franco-japonaises, sont organisées chaque année. Les actes du colloque de 2008, Opacité et transparence, ont été publiés au Japon en 2009. La publication au Japon des actes du colloque de 2011, Le roman à travers les siècles, est en préparation.

Manuscrits à peintures dans les collections françaises (responsable pour le CEJ : Estelle Leggeri-Bauer)

Ce projet – porté par le CEJ, le CRCAO, la BnF, et soutenu par l’Université de Nagoya – a pour objectif de promouvoir l’étude de manuscrits illustrés japonais conservés dans les collections publiques françaises[17]. Le travail à la fois pluri- et transdisciplinaire reflète la volonté de dépasser le partage traditionnel des savoirs afin de mieux comprendre les manuscrits dans toute leur complexité.

Le projet se signale par la diversité de ses activités scientifiques (séminaire mensuel ouvert aux étudiants en master et en doctorat, journées d’études, colloque, missions de terrain), par son souci de formation (formation à la paléographie) et par son ouverture sur le monde non universitaire (conférences grand public cultivé, contribution à l’organisation d’expositions[18]). Son rayonnement international s’appuie sur le dynamisme de l’équipe et sur les liens tissés avec les chercheurs à l’étranger (Japon, Etats-Unis).

Discours et débats de l’ère Meiji (DDEM) : La famille japonaise moderne  (responsables : Christian Galan et Emmanuel Lozerand)

L’activité du groupe – une vingtaine de chercheurs de divers établissements français (Inalco, Paris 7, Cnrs, Lyon 3, Toulouse Le Mirail, Bordeaux 3 en particulier) – se concentre sur l’étude des discours sérieux ou fictionnels qui ont proliféré dans le Japon des dernières décennies du XIXe siècle et du début du XXe siècle. La première thématique choisie concerne les mutations de la famille japonaise à l’époque moderne : il s’agissait d’aborder la famille comme lieu central et symptomatique des bouleversements de l’ère Meiji, en considérant les questions qui s’y rattachent de manière très ouverte : code civil, relations hommes-femmes, amour, sentiments, croyances, relations parents-enfants, conflits de génération, enfance, éducation familiale, morale, hygiène, sexualité.

L’année 2011 a marqué une étape importante pour ce projet avec la parution d’un épais volume de 670 pages, La Famille japonaise moderne (1868-1926). Discours et débats, édité par C. Galan et E. Lozerand chez Picquier[19]. L’accueil très positif laisse entrevoir une édition anglaise de l’ouvrage. Le groupe se tourne à présent vers un second objectif : présenter une anthologie raisonnée de textes écrits sur la famille dans le Japon moderne. Celle-ci sera publiée aux Belles-Lettres, Collection Japon, au cours de l’année 2013.

L’après-guerre, mémoire et contours (responsable : M. Lucken)

Partant du constat qu’au Japon des débats aussi différents que ceux portant sur la réforme de la Constitution, les relations avec la Chine ou la commémoration des héros de la nation ont pour point commun la Seconde Guerre mondiale et l’occupation américaine, il est apparu important d’analyser dans quelle mesure le cadre de l’« après-guerre » reste pertinent pour situer et décrire l’archipel aujourd’hui. Le projet a eu pour premier objectif d’examiner les différentes modalités du rapport à la guerre depuis 1945. Pour mettre en relief l’ampleur et la complexité du thème, une approche pluridisciplinaire a été privilégiée. De nombreux domaines ont été pris en compte, comme la politique, l’éducation, l’environnement, mais aussi les arts et la littérature.

La réalisation d’un livre collectif a d’emblée été définie comme l’objectif principal du projet de recherche. Publié en 2007 sous la direction de Michael Lucken, Anne Bayard-Sakai et Emmanuel Lozerand, Le Japon après la guerre, (Philippe Picquier, 406 p.), tiré à 1000 ex., a été épuisé en quelques mois. Il a connu une très bonne appréciation de la communauté internationale qui a poussé à une traduction en anglais : Japan’s Postwar, Nissan Institute/ Routledge Japanese Studies, 2011.

 Éducation, enfance-s et société dans le Japon contemporain (responsable : Christian Galan)

Créé en 2008 par des japonisants, l’équipe a reçu depuis le renfort de chercheurs spécialistes de la Chine. Elle rassemble aujourd’hui vingt-cinq enseignants-chercheurs, doctorants, étudiants de Master 2, du CEJ, mais aussi de Paris 7, Paris 8 ainsi que d’universités japonaises, européennes et nord-américaines. Le projet s’attache à tout ce qui concerne les questions d’éducation et d’enfance, au travers de problématiques directement rattachées à des mutations ou à des enjeux auxquels les sociétés japonaises et chinoises doivent actuellement faire face[20]. Les approches et les méthodologies privilégiées sont celles de la sociologie, des sciences de l’éducation, de la psychologie, de l’histoire, de l’anthropologie, de la philosophie et des sciences politiques. Un séminaire de M2 (INALCO / Paris 7), « Education et société dans le Japon contemporain », a été mis en place en parallèle aux activités du groupe.

Populations japonaises, évolutions et perspectives contemporaines  (responsables : Jean-Michel Butel, Isabelle Konuma)

Ce projet veut décrire les évolutions contemporaines des différentes populations résidant au Japon. Il s’attache plus particulièrement aux questions de la dénatalité, du vieillissement, de la crise de la famille, des marges et des migrations[21].

Pour traiter de ces questions, l’équipe rassemblée, qui compte aujourd’hui 29 chercheurs appartenant à 12 institutions différentes, dont 9 doctorants et 4 post-docs, se veut résolument interdisciplinaire. Elle est également mue par une conviction : pour bien être comprise, la société contemporaine doit être considérée comme le résultat d’évolutions qui se dessinent à l’époque moderne.

Ce projet bénéficie d’un financement important du conseil scientifique de la ville de Paris (programme “émergence”: 142.000 euros pour la période 2011-2013).

 Conclusion

Dans les réorganisations qui se font cours, les synergies et les remous engendrés par le PRES puis l’IDEX, l’équipe a toujours voulu réaffirmer sa volonté de proposer une recherche pluri-disciplinaire focalisée sur une aire géographique précise – le Japon –, qui ne serait pas noyée dans une logique de regroupement tous azimuts. Cette stratégie, dictée par la nécessité de se faire reconnaître par des partenaires japonais dont on a dit l’importance aussi bien scientifique que financière, nous semble validée par le dynamisme et la cohérence des réalisations du Centre. L’activité de recherche développée au sein du CEJ est incroyablement intense comparée à sa dotation : pour le précédent quadriennal, la production scientifique compte ainsi 275 entrées, sans compter les colloques internationaux et les journées d’étude ! L’équipe est pourtant au seuil de ses capacités dans l’accompagnement logistique de ses activités de recherche, pour l’instant essentiellement tributaires, malgré l’important effort consenti par l’Inalco ces dernières années, de la bonne volonté et de l’investissement bénévole des enseignants-chercheurs et des étudiants. Sans assistance à la recherche (secrétariat), cette pénurie dramatique en moyens humains rend par exemple très difficile de répondre à des appels d’offre, ce qui ne manquera pas de poser un problème à terme.

Jean-Michel Butel est anthropologue et ethnologue, spécialiste du Japon. Il est maître de conférences à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) et chercheur au Centre d’études japonaises (CEJ).

Retrouvez le profil de Jean-Michel Butel, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.


[1] http://www.inalco.fr/ina_gabarit_espace.php3?id_rubrique=90

[2] http://www.inalco.fr/ina_gabarit_rubrique.php3?id_rubrique=37

[4] www.cej.fr

[5] http://www.aeres-evaluation.fr/Etablissements/INSTITUT-NATIONAL-DES-LANGUES-ET-CIVILISATIONS-ORIENTALES

[6] http://www.inalco.fr/ina_gabarit_rubrique.php3?id_rubrique=114

[7] Précédemment de 14500 euros… que l’on pourra s’amuser à diviser par le nombre de chercheurs du centre.

[8] Michael Lucken en « junior » depuis 2009, puis Anne Bayard-Sakai depuis 2012.

[9] Chiffres de mai 2012. En septembre 2008 l’équipe comptait 20 membres titulaires et 25 doctorants. Le Centre a ainsi connu une augmentation de plus de 50% en 4 ans.

[10]http://www.inalco.fr/ina_gabarit_rubrique.php3?ctx=dept&id_rubrique=47&id_departement=12&ina_rubrique_departement=1201

[11] http://cipango.revues.org

[12] Soit Yod, revue des études hébraïques et juives (yod.revues.org), Études Océan Indien (oceanindien.revues.org), les Cahiers Balkaniques (ceb.revues.org). Devraient suivre les Cahiers de Littérature Orale (http://www.inalco.fr/ina_gabarit_rubrique.php3?pub=1&id_rubrique=1875&cat_rub=56), et Slovo (http://www.inalco.fr/ina_gabarit_rubrique.php3?pub=1&id_rubrique=1886&cat_rub=65).

[13] http://www.lesbelleslettres.com/collections/japon/

[14] Littérature et esthétique ; Lexicologie et sémantique ; Société du Japon contemporain ; Pensée, discours et représentations XIXème-XXème siècles.

[15] http://cipango.revues.org/577

[16] http://www.editionsdianedeselliers.com/nos_livres/oeuvres.php?fiche_id=16

[18] http://www.tapisserie-bayeux.fr/index.php?id=420

[19] http://www.editions-picquier.fr/catalogue/fiche.donut?id=758

[20] http://w3.cej-eesjc.univ-tlse2.fr

[21] www.popjap.fr

 

Pour citer ce billet : BUTEL, Jean-Michel, « La recherche à l’Inalco & le Centre d’Études Japonaises », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 27 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/125]