Archives par étiquette : Japon

AEJF 1997 – 2012 : L’enseignement du japonais en France – bilan et perspectives

Association des enseignants de japonais en France :

AEJF 1997 – 2012 : L’enseignement du japonais en France – bilan et perspectives –

http://aejf.asso.fr/filemgmt_data/files/rappport.pdf

« Le but de cet ouvrage est double : d’une part établir un état rétrospectif de nos activités en vue de réfléchir à l’orientation de nos actions futures et de nos nouvelles missions. Présenter, d’autre part, la somme de ces activités dans un document en français afin de leur donner plus de visibilité et diffuser les informations essentielles concernant la pratique et les acquis dans le domaine de l’enseignement du japonais en France auprès de tous les acteurs de la communauté éducative. »

 

 

Isabelle Giraudou : Le ‘global turn’ de l’enseignement du droit au Japon

Isabelle GiraudouLa mondialisation des sciences humaines et sociales – et, singulièrement, du droit – s’accompagne au Japon d’un certain nombre de changements récents du paysage académique. Parmi les plus marquants, relevons : la mise en place d’une soixantaine de Law Schools, la diversification de l’enseignement juridique en langue anglaise (avec, en particulier, la création dans plusieurs Graduate Schools of Law de nouveaux programmes conçus à partir d’une approche transnationale du droit), le renforcement des programmes japonais de coopération internationale dans le domaine de l’enseignement juridique à destination de plusieurs pays d’Asie et, plus récemment encore, la consolidation des collaborations scientifiques internationales entre enseignants-chercheurs via la création de nouveaux supports institutionnels ainsi que la multiplication des recrutements d’enseignants juristes non-japonais. Induites par la mondialisation du droit, ces transformations institutionnelles s’accompagnent d’un renouvellement de la réflexion sur les objets mêmes de l’enseignement du droit et ses méthodes. Quoiqu’y revêtant des modalités spécifiques, une telle recomposition du paysage académique n’est pas propre au Japon : liée à l’émergence de nouveaux espaces de régulation et à l’apparition de nouvelles pratiques du droit, elle participe du basculement progressif vers l’Asie de la production du droit et de la pensée juridique.

In and Out – Les nouveaux espaces de l’enseignement du droit au Japon

Law School, ou Hōka daigakuin; Research and Education Center for Japanese Law, ou Nihon hō kyōiku kenkyū sentā; Leading Graduate School, ou Rīdingu daigakuin : autant de nouvelles appellations officielles, parmi d’autres, pour désigner en deux langues certains des nouveaux espaces de l’enseignement du droit au Japon; et autant de transformations institutionnelles – dont la plus médiatisée reste la mise en place du système universitaire de préparation à l’examen du barreau à partir de 2004.

Américanisation? La mise en place dans plusieurs universités existantes d’une soixantaine de hōka daigakuin à partir de 2004 est une des mesures les plus connues, les plus vivement débattues aussi, de la réforme de l’enseignement du droit au Japon. Requise pour la préparation à l’examen du barreau, cette nouvelle formation est proposée au niveau post-graduate principalement à des étudiants ayant suivi une formation préalable (niveau under-graduate) juridique ou non. Quoique traduite officiellement par « Law School », l’appellation Hōka daigakuin utilise deux mots en usage depuis longtemps au Japon; et la réforme est censée répondre avant tout à des problèmes propres au pays (notablement, le manque avéré de juristes praticiens). Cependant, soutenue plus particulièrement par les spécialistes japonais de droit anglo-américain ayant suivi une formation et/ou ayant une expérience de l’enseignement aux États-Unis, elle n’en traduit pas moins d’un point vue institutionnel une certaine américanisation du paysage académique. Sur le plan pédagogique, cette réforme n’est pas sans soulever des difficultés – certains dénonçant l’inadaptation du nouveau cadre institutionnel à l’enseignement d’un droit interne structuré autour de grands codes (Roppō). Ceci étant, la réforme a permis d’inaugurer un rapprochement entre enseignants et praticiens juristes et d’ouvrir ainsi pour la première fois au Japon une réflexion poussée sur les méthodes d’enseignement du droit. Comme le souligne le juriste américain Daniel Foote (université de Tokyo): « The most gratifying development of all has been a dramatic change in ethos with regard to the attention accorded to teaching »[i].

Globalisation? Avec la mise en place de programmes en Global Studies aux niveaux master et doctorat, certaines universités japonaises tentent de pérenniser l’internationalisation des programmes d’enseignement et d’innover plus radicalement en matière de rapprochements disciplinaires[ii]. Mais dans quelle mesure exactement l’enseignement du droit au Japon prend-il en compte les transformations liées au « global » défini comme « ensemble de questions, d’objets, de mises en relation, de thématiques »[iii]? Ces Global Studies Programs entendent promouvoir l’enseignement et la recherche en sciences humaines et sociales de manière à ce que les étudiants abordent – plus largement que ce que ne permettent les études régionales (Area Studies) – tant les aspects pratiques que les aspects théoriques d’un ensemble de questions et de points de vue revêtant une portée globale. Certes, il ne s’agit que de quelques indicateurs. Et pourtant, rapprochement entre disciplines des SHS, voire remise en cause de certains découpages disciplinaires traditionnels, et ouverture des partenariats de recherche et d’enseignement en direction de plusieurs pays d’Asie: le Japon aurait-il sur ce point une longueur d’avance sur la France où études « disciplinaires » (encore trop centrées sur les terrains européens) et études « aréales » (encore trop peu sensibilisées à l’apport des approches disciplinaires), où « sciences sociales » (droit y compris) et « aires culturelles », se voient encore trop souvent opposées?

Ceci étant, que les cours proposés soient regroupés au sein de Graduate Schools spécifiques suscite une observation, car multiplier aux marges des disciplines des formations dites « global » ne répond pas à la question de savoir « comment réorganiser le cœur des disciplines pour que nous, et nos étudiants, puissions apprendre à penser différemment, au lieu de séparer l’histoire et la méthode sérieuses d’un côté, le glamour et la globalité facile de l’autre »[iv]. Précisément, la mise en place de nouveaux Leading Programs au sein de Graduate Schools of Law existantes participent d’une tentative un peu différente: diversifier le curriculum de l’intérieur, mettre à l’épreuve les matières juridiques classiquement enseignées en y injectant ce supplément de questionnement susceptible d’en assurer progressivement la « globalisation ». Ainsi, et singulièrement, du Leading Program de la Graduate School of Law de l’université de Nagoya[v] dont le syllabus n’affiche d’emblée aucun « global » – et de son workshop Introduction to Joint Research on Comparative Study of the Law qui repose sur une diversification des méthodes de l’enseignement juridique comparé propre à faire des étudiants des acteurs à part entière du processus de « découverte » du global.

Régionalisation? Le Japon entend agir plus résolument sur la scène juridique régionale, et un nombre croissant d’universitaires juristes et de praticiens du droit japonais s’impliquent dans la réforme du droit dans plusieurs pays asiatiques. Les programmes de coopération juridique établis par la Japan International Cooperation Agency (JICA) depuis maintenant presque une vingtaine d’années, mettent en avant cette expertise que le Japon peut offrir sur la base d’une expérience historique unique en matière de « réception » de différentes traditions juridiques, d’abord; d’une expérience singulière de l’hybridation normative en contexte de mondialisation, censée contrebalancer la tendance à la généralisation d’un modèle juridique unique, ensuite. Ce qui ferait du droit japonais « un modèle de technique à utiliser en vue de l’unification future du droit »[vi] à l’échelle régionale. Ce même discours vient sans surprise à l’appui de la création récente de Research and Education Center for Japanese Law (Nihon Hō Kyōiku Kenkyū Sentā), dont le Center for Asian Legal Exchange (CALE) de l’université de Nagoya assure le fonctionnement dans plusieurs pays d’Asie[vii]. Le droit japonais y est présenté et enseigné avant tout comme « produit lui-même de la comparaison », sinon comme « figure par excellence du droit comparé »[viii].

À cet enseignement du droit japonais donné hors Japon et en langue japonaise, et conçu dans le cadre des programmes dits d’« assistance juridique » (Hōseibi shien) à destination de différents pays en transition, s’ajoute un ensemble de programmes (principalement au niveau under-graduate) mis en place cette fois au Japon (université de Nagoya)[ix], et y compris en langue anglaise[x]. Ainsi en est-il, tout particulièrement, du « Campus Asia Pilot Program – Re-inventing Japan Project » dont l’objet s’énonce sans détour comme suit: « Training human resources for the development of an epistemic community in law and political science to promote the formation of a ‘jus commune (common law)’ in East Asia »[xi].

« Mondialisation et enseignement du droit (au Japon) » : une nouvelle thématique de recherche?

Nouveaux concepts, autres méthodes : La « recherche relative au droit » ou « prenant le droit pour objet »[xii], ne saurait plus penser la globalisation et sa globalisation sans considérer les enseignants-chercheurs qui, dans l’ensemble du monde non-occidental, proposent des pistes de réflexion nouvelles.

Illustration : réinterrogeant « ce qu’est le droit au Japon » et en quoi y consiste sa « construction »[xiii], plusieurs juristes japonais tentent aujourd’hui d’en analyser plus finement les objets charnières, ces montages juridiques inédits résultant de combinaisons complexes opérées entre différentes traditions juridiques (continentale européenne, de Common law, asiatique); apparaissent ainsi de nouvelles approches du droit japonais, comme système juridique mixte[xiv] ou comme traduction[xv]. Or, le renouvellement épistémologique qu’opèrent ces approches n’est pas non plus dénué de portée sur le plan des méthodes mêmes du comparatisme : critiques vis-à-vis des lectures doctrinales classiques de la « réception » historique du droit au Japon, l’une comme l’autre de ces approches interrogent en effet au plus près les moyens à disposition des juristes pour « connecter » ou identifier de possibles articulations entre différents systèmes, traditions, cultures, langues juridiques; en ce sens, elles invitent à repenser l’enseignement du droit japonais, mais présentent aussi, plus largement, un intérêt évident pour repenser l’enseignement du droit comparé au Japon. Les renouvellements épistémologiques et méthodologiques qu’elles impliquent fourniraient-ils même les bases d’un modèle théorique pour penser – et enseigner – la complexité des phénomènes normatifs contemporains et la fabrication du droit en contexte de mondialisation? Telle est, précisément, l’une des hypothèses développées lors de deux colloques internationaux à la Maison franco-japonaise (juin 2011 et juin 2012) – qui, en privilégiant deux axes d’analyse (soit : l’hétérogénéité de la régulation et le rôle créateur des acteurs de la régulation en contexte de mondialisation), ont conduit à identifier, décrire et analyser un ensemble de pratiques normatives et d’objets juridiques inédits[xvi].

Réseaux : Encore relativement peu nombreux sont les travaux portant sur la mondialisation du droit qui incluent des considérations relatives aux transformations de l’enseignement du droit en contexte de mondialisation. Ceux qui le font (German Law Journal, 2009) se concentrent sur les transformations de l’enseignement juridique en Amérique du Nord et en Europe. Les transformations en cours dans plusieurs pays asiatiques (elles ne manquent pourtant pas : Chine, Japon, Corée, Singapour, Inde, …!) sont encore insuffisamment explorées[xvii]. Déjà souligné à l’occasion de la création des hōka daigakuin, l’intérêt d’une réflexion approfondie portant sur l’enseignement du droit est pourtant clairement reconnu au Japon. Que – sous l’intitulé « Law and Education » – la Japan Society for the Promotion of Science (JSPS) liste cette thématique dans les « New Fields of Research » éligibles à un financement de la recherche, n’est à cet égard pas fortuit.

Mais comment élargir l’analyse comparée des changements du droit en contexte de mondialisation – et, singulièrement, de son enseignement – sans traiter la question selon une logique de compétition spatiale entre diverses communautés scientifiques nationalement (voire régionalement) construites? Articuler plus résolument la réflexion au nouveau champ scientifique des Global Legal Studies pourrait ouvrir sur ce point des perspectives intéressantes. De par ses partenariats décentrés et la priorité qu’elle accorde à la pluridisciplinarité, la tentative récente de « structurer ce champ » via la création d’un groupement d’intérêt scientifique (GIS) Global Legal Studies between Asia and Europe[xviii],  retient alors d’autant plus l’attention. Nul doute que, au-delà du seul développement d’une « veille » des formations juridiques (mentionnée aux termes des statuts), ses membres sauront en faire un lieu pour repenser les transformations de l’enseignement du droit, son global turn – et l’émergence progressive d’un modèle singulier d’étude et d’apprentissage du droit en contexte de mondialisation.

En poste au Japon depuis plusieurs années, et ancienne chercheur à l’Institut français de recherche sur le Japon (UMIFRE 19, CNRS-MAEE), Isabelle GIRAUDOU est actuellement professeur associé à l’université de Nagoya, où elle enseigne le droit comparé (Graduate School of Law). Intitulée « Reforming Knowledge? The Global Turn of Legal Education in Japan », sa recherche en cours porte sur les transformations de l’enseignement juridique induites par la mondialisation du droit. Comparée, cette étude interroge plus particulièrement l’émergence en Asie d’un modèle singulier d’étude et d’apprentissage du droit en contexte de mondialisation.

Retrouvez le profil d’Isabelle Giraudou, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 


[i] Voir D. Foote, « Forces driving and shaping legal training reform in Japan », J. Asian Law, 7, p. 216-240.

[ii] Ainsi, par exemple, de la mise en place en avril 2006 d’un Graduate Program in Global Studies à l’université privée Sophia, à Tokyo; et de la création, quatre ans plus tard, d’une Graduate School of Global Studies par l’université privée Doshisha, à Kyoto.

[iii] A. Caillé, S. Dufoix, Le tournant global des sciences sociales, Paris, La Découverte, 2013, p. 13.

[iv] G. Spivak, « Lire le tournant global », in A. Caillé, S. Dufoix, Le tournant global des sciences sociales, op.cit., p. 382-383. Voir aussi, sur ce point, les remarques conclusives d’Antoine Jeammaud, « La part de la recherche dans l’enseignement du droit », Jurisprudence, Revue critique, 2010, p. 181-205; et les observations complémentaires de Mikhaïl Xifaras, « Discussion », p. 207 et s.

[v] Nagoya University Leading Graduate School Program, “Cross-Border Legal Institution Design”`: http://www.law.nagoya-u.ac.jp/project/en/Leading/index.html

[vi] K. Yamamoto, « Un essai du Japon pour la coopération juridique dans la région asiatique », in L. Netten et al., La mondialisation du droit dans un nouvel espace de justice universelle, Paris, Éditions juridiques techniques, 2004, p. 125 s.; voir aussi I. Giraudou, « L’assistance juridique japonaise aux pays émergents d’Asie – Une contribution à l’approche pluraliste de la circulation du droit », Transcontinentales (FMSH), n° 7, p. 47-67.

[vii] Cinq centres ont ainsi été créés : un en Uzbekistan (2005), un en Mongolie (2006), un au Cambodge (2009), et deux au Vietnam (Hanoi, 2007; Hochimin, 2012). Voir http://cjl.law.nagoya-u.ac.jp/content/ja/38. Est actuellement en discussion la création en Indonésie, au Laos, et à Myanmar de nouveaux centres sur un modèle un peu différent (privilégiant le recherche).

[viii] K. Michiatsu, « Japanese Law as a Figure of Comparative Law », Waseda University, Institute of Comparative Law, 2009 (http://www.waseda.jp/hiken/en/jalaw_inf/topics/004kaino.html).

[x] Rappelons que, à partir du début des années 2000, la diffusion d’informations juridiques et la traduction du droit japonais dans la langue en usage dans la communauté internationale deviennent prioritaires, et le gouvernement japonais décide de relayer les initiatives prises par certains universitaires ou cabinets d’avocats pour mieux faire connaître le droit japonais. Deux initiatives de traduction du droit japonais en langue anglaise sont à mentionner : le « Transparency of Japanese Law Project » (Nihon-hō no tōmeika), sélectionné en 2004 par le ministère de l’Éducation, de la Culture, des Sports, de la Science et de la Technologie, et couvrant un ensemble de domaines ; et le site « Japanese Law Translation » (Nihon hōrei gaikokugoyaku dēta bēsu shisutemu), mis en place en 2009 auprès du ministère de la Justice. Voir « The Transparency and Enrichment of Japanese Laws Concerning International Transactions in the 21st Century, Doing Cross-Border Business with/in Japan » : www.tomeika.jur.kyushu-u.ac.jp/; en japonais: www.tomeika.jur.kyushu-u.ac.jp/index_jp.html Le site est lié à celui du projet « Japanese Law Translation » (Ministère de la Justice) ainsi qu’au site de l’Asian Legal Information Institute (www.asianlii.org/). En six ans, le projet a conduit à la traduction en anglais d’un ensemble de textes clé de droit positif japonais (décisions de justice comprises), à la publication d’une vingtaine d’ouvrages, de près de 500 articles, ainsi qu’à plus de 80 conférences au Japon et à l’étranger. Voir aussi le site du « Japanese Law Translation »: www.japaneselawtranslation.go.jp/?re=02).

[xii] A. Jeammaud, « La part de la recherche dans l’enseignement du droit », Jurisprudence, Revue critique, 2010, p. 181.

[xiii] Voir le compte-rendu du colloque « Koko ga hen da yo nihon-hō – Is Japanese Law a Strange Law? » (Tokyo, 28-29 nov. 2009), ZJapanR, n° 28, 2009, p. 229-250. Voir aussi Y. Kasai, Hō no tōmeika purojekuto e no hikakuhō-hōseishi kara no okaeshi, Juristo, 2010, n° 1394, p. 35.

[xiv] On trouve une première utilisation du qualificatif « mixte » s’agissant du droit japonais sous la plume de A. Katsuta, « Japan as a Grey Legal Culture », in E. Örücü, E. Attwooll, S. Coyle (eds), Studies in Legal Systems : Mixed and Mixing, 1996, p. 249-263. Pour une utilisation plus rigoureuse du terme et une approche systématique, voir E. Matsumoto, « Japanese Law as a Mixed Legal System », Global Law and Global Legal Theory – Academic Knowledge in Question (MFJ, Tokyo, 3-4 juin 2001), compte-rendu en ligne (www.mfj.gr.jp/web/sympo_20110603/pdf/CR-IW_3-4_June_2011.pdf). Ainsi que: M. Tamaruya, Igirisu shintaku-hō o koeru mono, kokunai no kaikaku to kokusaiteki henkaku to (Articulating the Underlying Assumptions of English Trust Law: Domestic Reforms and Cross-border Innovations) », St. Paul’s Review of Law and Politics, 2012, vol. 84, p. 31-51.

[xv] Voir K. Hasegawa, « Between Rights and Kenri », in E. Cashin-Retaine, Legal Engineering and Comparative Law, vol.2, Schulthess, 2009, p. 87-103; et : « Incorporating Foreign Legal Ideas through Translation », in A. Halpin, V. Roeben, Theorising the Global Legal Order, Oxford, Hart Publishing, 2009, p. 85-106; voir aussi I. Giraudou, « Le droit japonais comme traduction », Ebisu, n° 46, p. 111-144.

[xvi] C’est lors d’un colloque international co-organisé par l’Institut français de recherche sur le Japon (juin 2009, Maison franco-japonaise, Tokyo), que G. Lhuilier présentait la notion de « décentrement du droit » et développait – s’agissant d’un objet spécifique: les « contrats globaux » – une réflexion originale sur les « nouveaux espaces normatifs transnationaux », l’articulation possible de différents espaces de normativité, et l’émergence d’une langue internationale des contrats. Intitulé « Global Law and Global Legal Theory – Academic Knowledge in Question », le colloque international organisé en juin de l’année suivante par l’Institut français de recherche sur le Japon, avec le soutien du Clarke Program in East Asian Law and Culture (Cornell University) et la participation du Global Legal Studies Network (FMSH Paris), a permis de poursuivre la réflexion et d’interroger sur ce fondement notamment les transformations de l’enseignement du droit japonais et du comparatisme en droit. L’organisation en juin 2012 d’un colloque international, toujours à la Maison franco-japonaise, a fourni l’occasion d’un rapprochement plus étroit entre la réflexion sur les nouveaux espaces normatifs de la mondialisation et la réflexion sur l’implication des acteurs japonais du droit – les enseignants au premier chef – dans la construction de nouveaux instruments de régulation commerciale à l’échelle régionale. Voir I. Giraudou, « Through the Lenses of ‘Normative Spaces’ – A Brief Memoir on Two Workshops Dealing with Legal Globalization », Cahiers d’Ebisu n.3, p. 43-49; et, dans ce numéro, l’ensemble du dossier intitulé « Rethinking the Globalization of Law » (I. Giraudou, G. Lhuilier, K. Hasegawa, A. Sutter).

En ligne :

http://www.mfj.gr.jp/publications/_data/e-CahiersEbisu3_pp41-79_GlobalizationLaw_screen.pdf

[xvii] Mentionnons toutefois certains numéros spéciaux de revues juridiques anglophones (par exemple Wisconsin International Law Journal 2006, 2007; Australian Journal of Asian Law 2005; Journal of Japanese Law 2005) et deux monographies: W. P. Alford (ed.) 2007, Raising the Bar, The Emerging Legal Profession in East Asia, Harvard U. Press, pp. 436; S. Steel, K. Taylor (eds.) 2011, Legal Education in Asia, Globalization, Change and Contexts, Routledge, p. 334.

[xviii] Voir la contribution de G. Lhuilier au présent Livre blanc.

 

Pour citer ce billet : GIRAUDOU, Isabelle, « Le ‘global turn’ de l’enseignement du droit au Japon », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 15 juillet 2013. [En ligne] http://resap.hypotheses.org/2003

Alain Delissen : Émergences coréennes

Avertissement

Les pages qui suivent n’ont pour ambition ni prétention de constituer un état des lieux objectif, à jour et détaillé des études coréennes en France. Encore moins des « connaissances françaises sur la Corée » — si cette formulation a un sens.

Du côté français comme du côté sud-coréen — souvent à l’occasion des anniversaires diplomatiques ou des commissions mixtes — une histoire des pionniers, des institutions, des personnes actives et des travaux ne manque pas d’être régulièrement établie. Elle fait alors office de bilan[1]. Comme ce domaine s’est très considérablement enrichi et diversifié depuis deux décennies, il a semblé inutile de sacrifier à un exercice réclamant, pour être sérieux, beaucoup de temps et de moyens.

Directeur d’études à l’Ehess, ancien directeur de l’UMR 8173 Chine, Corée, Japon (2008-2011) et directeur de l’Institut d’Études Coréennes du Collège de France, l’auteur de ces lignes est engagé dans le monde coréanologique depuis presque vingt-cinq ans : il peut avoir l’imprudence d’évoquer de façon subjective — quoique informée — cette expérience déjà assez longue.

Ce texte bref relève donc de l’exercice solitaire. Si son objectif et ses destinataires ont été discutés de façon informelle dans le petit milieu coréanologique, il n’a pas été soumis ni a fortiori validé par les nombreux acteurs qui constituent aujourd’hui les études coréennes en France. Il ne s’exprime pas en leur nom.

Émergence, s. f.  1) Sortie hors d’un milieu. 2) Fig. Circonstance pressante.

(« Littré » 1874).

Premier aperçu

À la mesure de l’émergence de la Corée du Sud sur la scène économique, politique et culturelle du monde depuis 30 ans (pour ne rien dire trop vite de la Corée du Nord), la production scientifique coréenne s’est considérablement développée. On désigne ici toutes les connaissances que produit et accumule le monde coréen, y compris sur lui-même.

Il en va de même plus modestement des études coréennes françaises. Depuis deux décennies, elles ont su entamer le « tournant disciplinaire » des études sur l’Asie, entretenir un dialogue plus assidu avec les aires culturelles voisines et concevoir des formes de coopération interinstitutionnelle productives qui les rendent visibles au-delà de l’hexagone.

Essentiellement du fait de ses universités, dans des domaines et des lieux disciplinaires « classiques » (histoire, littérature, langue), la France n’a pas à rougir de ses efforts passés et récents au regard des autres pays européens. Ils portent leurs fruits.

Car, comme en témoigne la spectaculaire croissance des étudiants de premier cycle engagés en études coréennes, la jeunesse française a pris la mesure de l’intérêt (du potentiel) de la péninsule. On doit s’en réjouir.

Cette nouvelle puissance (sud-)coréenne en actes doit désormais s’imposer aux décideurs français plus âgés, publics et privés : non plus comme une hypothèse, mais comme un fait. Il est temps de changer de lunettes et d’ajuster nos dispositifs à la réalité.

Une émergence spectaculaire

Des signaux très positifs

Une fois n’est pas coutume dans l’évocation — souvent découragée — de l’enseignement supérieur et de la recherche français, il est possible d’entamer l’esquisse d’un tableau des études coréennes sur une note générale positive, voire très positive. Elle doit autant à la trajectoire récente d’un petit pays ambitieux sur la scène mondiale qu’aux réponses actives qu’elle a su susciter de la part des institutions françaises de la connaissance.

Surprise (à déchiffrer) et promesse à la fois, le flux massif et toujours croissant des jeunes français intéressés par la Corée en constitue la manifestation récente la plus spectaculaire. S’en tiendrait-on à l’Île de France, à la rentrée 2012, plus de sept cents étudiants étaient inscrits pédagogiquement à l’une ou l’autre des trois années de Licence de l’Inalco et de Paris 7-Paris Diderot !

Parce que les échanges entre les deux « finisterres » eurasiatiques sont désormais plus intenses, fait écho à cette demande de formation avancée un intérêt notable de la société française qui est bien mieux informée sur la Corée qu’il y a 20 ans. On doit donc saluer aussi comme un signe encourageant la couverture médiatique consacrée à la péninsule, particulièrement dans la presse écrite. Dans la foulée d’un Philippe Pons qui a su, longtemps seul, assurer au Monde la pédagogie des choses coréennes, l’information s’est aujourd’hui remarquablement diversifiée et segmentée en niches spécialisées. Y dominent très largement les points de vue sur (et de) la Corée du Sud.

Cinq points saillants : Le Nord (le monde coréen), la tradition savante, Paris, l’Europe, la « famille » CNRS

Par contraste — et ce sera dit une bonne fois pour toutes —, on ne peut que regretter le traitement décevant et caricatural, bête et répétitif (en gros typiquement « orientaliste ») réservé en général à la Corée du Nord. On est parfaitement en droit d’avoir peu de sympathie et de goût pour cet État et ses dirigeants, mais il y a mieux que le psittacisme pour en rendre compte. On ne manque pas avec Pyongyang de beaux défis intellectuels et méthodologiques à relever, de beaux objets curieux à penser…

Plutôt que d’une Corée rabattue inconsciemment sur la Corée du Sud, on parlera ici de « monde coréen », non par prétention à la grandeur, mais par effort de reconnaissance d’une tension entre une unité indéniable vue de l’extérieur (il y a une coréanité qui n’est soluble ni dans la globalisation ni dans la vague « Asie ») et des pluralités internes d’ordres variés (le Sud, le Nord, les diasporas ; les régions, les générations, les classes ; les hommes et les femmes…).

Pour le reste heureusement, le monde savant français peut tirer fierté des efforts qu’il a fournis pour accompagner de son travail la lente émergence mondiale de la Corée à la conscience du monde. Quoique incomparablement moins épaisse que la sinologie (ou la japonologie) francophone, l’histoire longue de la première coréanologie française du Père Féron (1827-1903) à Charles Haguenauer (1896-1976) et de Mgr Dallet (1829-1878) à l’impressionnant Maurice Courant (1865-1935) est désormais bien connue. Il reste à écrire celle de la seconde génération (André Fabre, Li Ogg, Daniel Bouchez, Bertrand Chung, Marc Orange, Alexandre Guillemoz) qui eut pour mission — réussie —d’ancrer la Corée dans le paysage universitaire.

Mis bout à bout, le nombre de supports budgétaires consacrés aujourd’hui à connaître et faire connaître la Corée n’est pas négligeable. Musées et bibliothèques compris (Guimet, Bulac), l’État français finance entre 20 et 25 postes statutaires (à comparer avec + 150 sur le Japon). Ils relèvent des universités (enseignants-chercheurs et ingénieurs d’études ; Inalco, Paris Diderot) ou des grands établissements (EHESS, EFEO, CNRS, Collège de France. Plus inconstamment l’IEP-Paris) et, très largement aussi, d’une localisation à Paris même. La plupart sont logés dans des dispositifs disciplinaires spécifiques soit centrés sur l’enseignement de la langue ; soit cantonnés aux réduits exotiques des « aires culturelles »[2].

Pareille esquisse en grandes tendances ne peut oublier ce qui, en banlieue parisienne ou « en régions » (Lyon, Bordeaux, La Rochelle, Aix en Provence, Le Havre, Belfort…) se confirme ou s’affirme de formations à la Corée, originales de tenter parfois des formules plus « professionnalisantes ». On doit enfin évoquer diverses initiatives « coréennes » qui, de façon non structurée et non permanente, se manifestent aujourd’hui dans de nombreux établissements français.

Chiffres en main et loin des discours « RP » auto-promotionnels qui marquent actuellement la vie académique internationale, cet ensemble dense de ressources, d’actions variées et de travaux accumulés est tout à fait unique en Europe. La coréanologie française — qui a appris à communiquer et écrire en anglais — fait ainsi excellente figure dans un espace européen de recherches et d’échanges, remarquablement intégré et actif, que structure et anime l’AKSE. Parce qu’elle offre une masse critique de chercheurs et des structures efficaces de circulation, l’Association for Korean Studies in Europe est peu à peu devenue une instance majeure de professionnalisation, de validation ; en bref, de légitimation scientifique : et comme telle reconnue pour son expertise par les bâilleurs de fonds publics sud-coréens (Korea Foundation).

Depuis que l’auteur de ces lignes s’est plongé dans le monde coréen (à la veille des Jeux olympiques de Séoul de 1988), la coréanologie française a donc crû de façon remarquable. On notera pour conclure le rôle paradoxal qu’a joué le CNRS dans ce paysage : quoique tout à fait marginal (voire longtemps absent !) en termes de postes de chercheurs, l’organisme national de recherche a su continument y jouer un rôle structurant en rendant possible, grâce à ses UMR multi-tutelles, un dispositif inter-institutionnel précieux ; l’ambiance interpersonnelle d’une petite famille ; l’accès à des ressources spécifiques critiques (crédits de recherche, documentation, accès — coûteux — aux indispensables grandes bases de données scientifiques sud-coréennes).

Cette « petite famille » réclame aujourd’hui d’être repensée en d’autres termes. Avec d’autres dispositifs.

Les difficultés

Crise de l’université, géopolitique du savoir et points faibles de la coréanologie

Il est tentant de se saisir de cette tribune pour entonner un lamento général — au fond justifié — sur la vie académique au 21e siècle ; pour dévider la liste — au fond légitime — des grands besoins à satisfaire : des postes, des locaux, des budgets et du temps ! Il semble vain de trop s’y attarder sinon pour rappeler le caractère mondial du constat/sentiment de crise de « l’université » ; son acuité particulière en SHS.

Il serait plus justifié de s’étendre davantage sur ce qu’ajoute, en France, de difficulté aux difficultés le parti pris d’un pilotage des adaptations « nécessaires » qui apparaît nettement contre-productif : de préférer systématiquement et massivement la recherche programmée au temps libéré, la surproduction quantitative à la qualité créative, la reproduction du même à l’énergie du neuf.

Voire: dans toutes les grandes mutations en cours, il n’est visiblement réservé aucune place à une géopolitique du savoir un tant soit peu à jour sur des enjeux fondamentaux :

– les aires culturelles en SHS et ce qu’elles nous permettent de comprendre en finesse — au prix d’une formation longue — des changements planétaires en cours sont sacrifiées sur l’autel d’un court-termisme utilitariste qui tient les échanges internationaux en « sciences dures » (en anglais international) pour suffisants à la compréhension  du monde.

– indépendamment de la dignité et de l’intérêt égaux de toutes les aires culturelles, la place géopolitique de « la Corée » et son émergence, en puissance et en savoir — en ambitions dévorantes — à la mondialité n’est pas ou mal repérée. Il y a pourtant des mutations dans le monde au-delà du catalogue officiel des « émergents » patentés ; au-delà du sino-centrisme exclusif qu’impose une nouvelle doxa …

– cette émergence n’est pas bien comprise parce qu’elle est aussi insuffisamment analysée par un nombre insuffisant d’experts suffisamment in/formés. Indépendamment de la dignité et de l’intérêt égaux de tous les sujets et de toutes les périodes, il faut avoir le courage d’énoncer clairement des points faibles : les études classiques (et historiques) ne se portent pas si mal (elles pèsent et sont visibles à l’échelle mondiale) quand la connaissance, en France, du monde contemporain coréen a été visiblement abandonnée à d’autres métiers que ceux de la science. Très loin de tout « présentisme » (chiffon rouge dont la pertinence peut valoir pour les États-Unis…) la coréanologie francophone cherche politologues, économistes, sociologues, ethnologues ou médiologues connaissant vraiment — en langue coréenne cela va de soi et en profondeurs historiques cela va aussi de soi — le monde coréen actuel.

Divers effets secondaires néfastes des mutations en cours : effets de cycle, déstructuration des PRES, pilotage général

Il y a peut-être plus grave : la croissance brutale de la demande estudiantine, les réformes institutionnelles en cours (PRES et Idex) et le remplacement du pilotage stratégique national (le courage des choix) par la compétition systématique entre établissements (et entre PRES) semblent avoir la capacité rapide, dans le domaine des études coréennes, non seulement de contrarier une émergence, mais de parvenir à défaire trente années de patients tissages interinstitutionnels.

Aubaine pour une part, les effets de « cycle » sont non moins redoutables. Imprévue et spontanée, la croissance brutale des effectifs estudiantins en licence a d’autres inconvénients que de mettre aujourd’hui à rude épreuve les structures d’accueil : elle accule les établissements asphyxiés à gérer l’urgence en créant trop vite des postes, soudainement nombreux, face à un vivier de candidats insuffisant — insuffisamment large, varié, préparé, compétitif. La constitution de pareil vivier ne peut, par définition, ni être instantanée ni laissée totalement à la bonne fortune. Elle devrait se préparer.

En domaine émergent, peut-on concevoir une politique de formation et de recrutement qui ne soit pas coincée entre la pure reproduction du même et l’anomie hasardeuse générée par l’urgence ?

S’il est difficile d’anticiper aujourd’hui ce qu’il adviendra des PRES et des Initiatives d’excellence à l’horizon 2020, il est palpable d’en constater les premiers effets, à Paris, sur un petit domaine comme celui des études coréennes, naguère intensément coopératif. Longtemps interinstitutionnelles (de façon formalisée ou pas), elles ont commencé d’être mises à mal par la logique quantitative et concurrentielle qu’ont générée évaluation et contractualisation (AERES, UMRisation). La mise en place des PRES et des Initiatives d’excellence a aggravé la tendance. Les études coréennes — et souvent les personnes en charge de les gérer — sont ainsi éclatées (écartelées) aujourd’hui entre trois PRES : Paris-Cité, héSam et PSL. À la clé : pressions des établissements sur les individus, crédits étroitement ciblés, dé-circulation attristante des étudiants (!!!), bras de fer sur les créations de postes et les affectations, enrégimentement dans des projets collectifs artificiels, accroissement de la complexité bureaucratique et, à terme, concurrence franco-française prévisible auprès des bâilleurs de fonds français, européens et coréens…

Les études coréennes émergentes peuvent-elles raisonnablement se permettre une désastreuse mise en concurrence franco-française ?

Soumis, comme tous les autres EPST, à des logiques « supérieures » de mécano gestionnaire, de taille critique, de tempo contractuel trop court ; tiraillé par en bas par les demandes concurrentes des établissements désireux de retenir son attention et d’obtenir son « label », on peut interroger la capacité (son désir n’étant pas en cause) d’un organisme comme le CNRS à assurer la cohérence de l’ensemble tout en tenant compte des domaines « émergents » qu’il a pour mission non de protéger, mais de faire grandir. On peut s’interroger de même sur sa capacité à formuler une stratégie de soutien à la recherche qui ne soit pas soumise aux normes professionnelles des sciences dites « dures », aux sujets imposés par la technocratie scientifique de Bruxelles au nom sacré de la « demande sociale ». On peut enfin s’étonner de sa capacité à coordonner les efforts de la recherche française en SHS — naguère mondialement prestigieuse — pour l’insérer dans un environnement d’échanges globalisés et inégaux.

Dans ce contexte, il revient finalement… à un organisme sud-coréen (l’Academy of Korean Studies) de financer (considérablement) pour cinq ou dix ans, le seul dispositif interinstitutionnel coréanologique (Paris Diderot, Inalco, Ehess), en articulant recherche et formation dans une ambition francophone…

À l’échelle nationale et internationale, l’émergence des études coréennes peut-elle survivre longtemps à une programmation scientifique aussi impérieuse que sans pilotage ad hoc?

S’en déduisent quelques propositions d’actions, formulées brièvement, dans trois domaines très différents : pilotage, diffusion de la connaissance, relations internationales. Chacune est déclinée en deux volets, l’un facile à mettre en place, l’autre plus ambitieux.

Elles peuvent être décisives pour passer d’émergence en consolidation.

Une nécessaire consolidation

1) Pilotage : orientation nationale, passerelles, plan décennal de formation

Parce que la puissance coréenne est ce qu’elle est, parce que les études coréennes constituent un domaine émergent (parmi d’autres) et parce qu’elles sont particulièrement vulnérables à la recomposition (décomposition) en cours qu’induit la naissance des PRES  les études coréennes réclameraient un peu d’attention particulière.

  • A minima : on pourrait attendre d’un pilotage vraiment national de la recherche qu’il institue au sommet du Ministère une structure d’orientation destinée de réfléchir à des « passerelles » trans-PRES visant à contrebalancer, par des actions concrètes (autres que la réunionite), la dérive des continents.
  • Au mieux : pour faire face aux multiples formes de « demande de Corée », on pourrait envisager la mise en place d’un plan décennal de formation échappant aux à-coups et aux effets d’aubaine. Il s’agirait de créer un « horizon de postes » (enseignant ou chercheur), sans aucun autre fléchage que « langue + discipline », soutenu au départ par des bourses (en master) puis des contrats doctoraux. À charge pour les établissements, CNRS ou universités, ayant connaissance de ce vivier, d’ouvrir ensuite les postes « en réserve » — éventuellement reportables un nombre donné d’années — selon leurs procédures usuelles et le schéma national de la LRU.

2) Les aires culturelles, un savoir stratégique ?  Traduction, veille scientifique et diffusion de la connaissance

L’Asie en général nous connaît mieux que nous ne la connaissons. Cette dissymétrie en héritage est plus abrupte encore entre France et Corée. Elle ne sera pas indéfiniment sans conséquences pratiques depuis que nous n’avons plus le monopole des Lumières. Il est donc temps d’envisager les SHS et les aires culturelles aussi comme des savoirs stratégiques qui ne prospèrent pas dans les vases clos (supposés) de la pure érudition.

  • Au minimum : il ne semble pas inutile de faire un effort plus soutenu (à dire vrai il existe à peine) du côté de la traduction. À quoi pense la Corée ? Comment pense la Corée ? Que sait-elle et dit-elle de nous ? Que nous apprend-elle des grands problèmes du monde passé, du présent, des mondes futurs ? Sur des bases scientifiques solides, traduire en français tout un univers de savoir (même un tout petit peu) ne semble pas hors de portée.
  • De façon plus ambitieuse : il faudrait (en parallèle avec le plan de formation décennale évoqué plus haut) prendre de façon plus systématique la mesure de la production scientifique en Corée (en Asie) en général : tout ne se dit pas en anglais ; tout dispositif de veille n’est pas automatisable et purement quantitatif. Que pouvons-nous faire, que savons-nous faire pour mieux appréhender (puis rediffuser) ce que pense le monde coréen des grandes questions scientifiques et sociétales qui travaillent notre époque ? Quelles ressources de concepts ou de pratiques gisent là, éclairantes ou utiles pour nous ?

3) Relations internationales : changer de braquet… et remettre les SHS dans la boucle : pour une Maison franco-coréenne… à Séoul ET à Paris

Les relations scientifiques internationales sont aujourd’hui décisives. Dans les faits, elles passent informellement par des individus, demeurent assez superficielles, manquent de constance, de moyens et de résultats : le tout semble peu efficace. Surtout : ni la Corée ni les SHS ne sont au devant (ou même en cinquième ligne) des priorités françaises.

Qui lit le coréen (ou examinera la liste des projets financés) pourra à cette aune évaluer le programme STAR liant France et Corée du Sud : outre que le CNRS n’a plus d’accord cadre avec ce pays, le partenaire dans la péninsule n’affiche aucun intérêt pour les SHS autres qu’immédiatement applicables à l’industrie (contrairement à ce qu’avance la partie française).

  • A minima : il est urgent (voir ci-dessus), de redonner aux échanges entre France et Corée un éventail disciplinaire un peu moins étroitement utilitariste ou « techno-sciences dures » lesquelles occupent tout le champ depuis maintenant 10 ans. Les accords STAR ont certes le mérite d’exister. Il n’est pas trop tard de faire l’effort de les adosser à des partenaires coréens… qui pratiquent (et financent) aussi la recherche en SHS. Il y en a.
  • De façon plus ambitieuse : un big bang s’impose. Les échanges scientifiques franco-coréens continuent d’être à la remorque de bureaux régionaux situés à Tokyo ou à Pékin qui prennent mal la mesure et de ce que produit la science coréenne (et pas du tout de ce qui s’y pense en SHS). On me pardonnera ici d’insister lourdement sur les dividendes de notre soft power
  • On peut donc enfin faire le choix de l’ambition : en créant à Séoul, comme on le faisait à Tokyo il y aura bientôt un siècle, une Maison franco-coréenne, fonctionnant peu ou prou dans les mêmes conditions et dans les mêmes domaines, associant la recherche et les affaires étrangères (façon UMIFRE).
  • On peut même faire beaucoup mieux : en la structurant d’emblée à égalité d’ambitions et d’intérêts comme une structure d’échanges et de circulations bilocalisée à Paris et à Séoul.

Il n’est pas trop tard pour mettre nos actes à la hauteur de nos ambitions verbales.

Il n’est pas trop tard de concevoir des ambitions françaises au sujet de la Corée.

Il n’est pas trop tard surtout pour sortir du XIXe siècle…

Alain Delissen, historien, est spécialiste de la Corée coloniale et des usages publics du passé dans le monde coréen. Il est directeur d’études à l’Ehess, directeur de l’Institut d’Études Coréennes du Collège de France et membre de l’UMR 8173 Chine, Corée, Japon.


[1] Une première approche de ce monde coréanologique en mouvement pourra passer par le Carnet en ligne du Réseau francophone d’études coréennes, porté par Paris Diderot, l’Inalco et l’Ehess et généreusement soutenu par l’Academy of Korean Studies (Overseas Leading University program for Korean Studies), sur appel d’offre pour cinq ans (2010-2014). Un Portail plus large devrait être ouvert courant 2013. http://parisconsortium.hypotheses.org/

[2] Il faudrait être capable de mesurer précisément, sur trente ans, la « capacité d’accueil » des disciplines pour telle et telle aire culturelle. Ainsi, le nombre des spécialistes de l’Asie recrutés dans des départements disciplinaires et qui y font l’essentiel de leur service sur leur aire de spécialité est plus que ténu. Les mantras neufs de l’histoire globale semblent devoir faire oublier que, chez les historiens par exemple, ce nombre semble, en réalité, avoir baissé… Sous bénéfice d’inventaire.

Pour citer ce billet : DELISSEN, Alain, « Émergences coréennes », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 9 décembre 2012, modifié le 20 décembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1304]

Cécile Sakai : Une mondialisation multipolaire en Asie orientale

Réseau Asie — Quels sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Cécile Sakai En Asie orientale, on assiste à un changement de paradigmes économiques et culturels et à une montée en puissance par rapport à l’Europe ou aux États-Unis. En inter-asiatique, la Chine est en voie de devenir une super-puissance, malgré des fragilités structurelles. La vague asiatique culturelle est toujours menée par le Japon (restes de la puissance passée ?), à laquelle contribuent la Corée, Taiwan et, désormais, la RPC : un ensemble pop, jeune, alternatif, technologique, avec un marché exportateur (cf. Études d’Iwabuchi Kôichi). Une mondialisation multipolaire se met en place.

Réseau Asie — Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Cécile Sakai — La transition est en cours, y compris générationnelle, des recherches sur les « civilisations » vers des recherches en sciences sociales du monde contemporain. Sans doute un cycle s’achève, avec sa dominante classique et ses travaux archéologiques, historiques, documentaires, religieux ou littéraires. Cet ensemble a composé un pôle d’excellence des spécialistes français : il conviendrait de maintenir le niveau de cette expertise dans les années à venir. Mais de nouvelles pistes doivent être explorées, pour reconfigurer les études aréales au 21e siècle. Un accent particulier me semble devoir être porté sur les questions de globalisation, associées aux questions de mutations technologiques, d’ailleurs liées, et qui transforment en profondeur les corpus étudiés par les chercheurs du contemporain. Recherches de normes et d’outils d’évaluation.

Réseau Asie — Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents ?

Cécile Sakai Dans l’ensemble, on assiste au développement de travaux pluridisciplinaires, voire interdisciplinaires, autour de thématiques ou de périodisations communes. Il y a un accroissement des programmes collectifs, souvent renforcés par les incitations institutionnelles (appels à projet, soutiens financiers, évaluation des équipes de recherche, etc.). On constate également l’essor des rencontres scientifiques régionales, qui cherchent par la comparaison à faire émerger les spécificités d’aires géopolitiques dépassant les frontières linguistico-culturelles. Lorsque le terreau commun est historique, ces travaux trouvent une pleine légitimité. Pour autant, les recherches aréales, spécialisées, doivent aussi être poursuivies, sous peine de perdre les compétences qui permettent notamment les échanges internationaux les plus fructueux avec les équipes locales, sur place.

Du point de vue des nouvelles thématiques, on constate l’émergence de recherches plus globales, ménageant une place particulière aux questions de transferts culturels, de traduction (au sens large du terme), de circulation des savoirs, c’est-à-dire travaillant sur les médiations et les négociations, ainsi que sur leurs effets.

Réseau Asie — Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française… ?

Cécile Sakai Il faudrait sans doute une moindre dispersion des équipes, mais la problématique s’est complexifiée depuis cinq ans, avec les restructurations en cours, notamment universitaires (PRES, Labex, Idex, etc.). Pour véritablement créer des synergies scientifiques, il faudrait dépasser les logiques de regroupement institutionnel, pour aller vers les transversalités et coopérations effectives et reconnues dans le domaine de la recherche. Il faudrait également protéger les temps de recherche individuelle, notamment pour les EC des universités (systématisation des délégations CNRS par exemple), qui subissent l’accroissement exponentiel des charges administratives et pédagogiques. La recherche fondamentale, de longue durée, doit retrouver une place de choix, pour permettre à de véritables « œuvres » scientifiques (monographies dans le cadre des LLSHS) de rénover le cadre épistémologique en construisant de nouvelles théories et méthodologies, adaptées au 21e siècle.

Visibilité et internationalisation : le problème de la langue de communication et de la diffusion est récurrent. Dans une ère dominée par l’anglais, les travaux francophones souffrent des limites de leur champ de réception. Si des traductions plus systématiques sont à encourager et à soutenir (financièrement), les solutions ne se limitent sans doute pas à l’outil seulement. Certaines délégations CNRS (voir aussi avec les IEA et leurs partenaires étrangers) pourraient être organisées dans le cadre de conventions d’internationalisation (d’ailleurs en réciprocité). La valorisation des travaux en langues locales de l’Asie (interactions) est également nécessaire.

27 avril 2012

Cécile Sakai, spécialiste des littératures modernes et contemporaines du Japon est professeur à l’université Paris Diderot et chercheur au Centre de Recherches sur les Civilisations de l’Asie Orientale, CNRS/EPHE/Université Paris Diderot (UMR 8155), rattachement secondaire Collège de France : Japon, littérature et culture modernes et contemporaines

Retrouvez le profil de Cécile Sakai, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : SAKAI, Cécile, « Une mondialisation multipolaire en Asie orientale », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/359]

Natacha Aveline : La recherche urbaine en Chine et au Japon

Réseau Asie — Quels sont les sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Natacha Aveline  J’interviens dans le domaine des études urbaines sur la zone Asie du nord-est, plus précisément sur les politiques foncières dans les grandes villes japonaises et chinoises. Au Japon, quatre grands changements sont intervenus au cours des dernières années :

-les prix fonciers, qui avaient connu une hausse quasi-ininterrompue depuis l’après-guerre, ont subi un recul sévère suite à l’éclatement de la bulle spéculative au début des années 1990. Cela a marqué la fin du « mythe foncier » (tochi shinwa) et profondément modifié les pratiques d’investissement immobilier.

-la population japonaise a commencé à décroître depuis 2004 et l’on voit apparaître des phénomènes de rétraction urbaine dans les périphéries des grandes villes ; ce phénomène conduit à des recompositions régionales majeures : fusion de municipalités, projet de réduction des préfectures.

-de nouveaux outils ont été introduits pour financer la construction immobilière (fonds tritrisés REIT et equity funds) ; les logiques d’investissements sont dictées par des arbitrages au sein des marchés financiers. Cela a pour effet d’exacerber le mouvement actuel de concentration de l’aménagement dans les zones centrales de Tokyo, au détriment des autres parties de l’agglomération et des autres grandes villes nipponnes comme Osaka et Nagoya.

-suite aux accords de Kyoto, le Japon a cherché à se faire le champion du développement durable. De nouvelles normes sont édictées dans le domaine de l’aménagement urbain pour prendre en compte la performance énergétique des constructions et programmer des espaces verts.

Alors que le Japon accuse un recul des marchés fonciers, la Chine connaît au contraire un emballement dans tous les secteurs de l’immobilier. Le grand changement pour la Chine est l’utilisation de la ressource foncière par les collectivités locales pour financer leurs ambitieux travaux d’infrastructures et les services de protection sociale. Le foncier est donc au cœur du modèle de développement de la Chine urbaine, avec un fort désengagement de l’État, un endettement local en hausse rapide et une pénétration croissante des capitaux financiers dans l’aménagement urbain.

Un autre changement majeur est la prise en compte de la « durabilité » dans la construction. Le gouvernement a lancé une campagne de promotion pour les immeubles « verts » en 2004, dont l’enjeu sera majeur compte tenu de l’importance de la construction immobilière dans ce pays : en 2015, 50% des constructions seront en Chine ; dans ce pays sont construits chaque année 2,5 milliards de mètres carrés, soit autant que la totalité des constructions en France.

Réseau Asie — Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Natacha Aveline  Il existe au Japon une tradition de recherche française sur le développement régional et urbain, qui était particulièrement active dans les années 1980 lorsque Augustin Berque dirigeait la Maison Franco-Japonaise. Mais cette tradition doit être renouvelée pour prendre en compte les nouvelles thématiques ayant émergé au cours des deux dernières décennies : développement urbain durable, vieillissement, rétraction urbaine (« shrinkage »), financiarisation de la production immobilière. Après une longue « traversée du désert » des études urbaines sur le Japon, on observe un regain d’intérêt des doctorants qu’il conviendrait d’encourager.

Du côté de la Chine, on n’observe pas de rayonnement équivalent de la recherche urbaine française, par manque de coordination des travaux dans ce domaine. Il existe néanmoins un gisement de compétences et l’on observe un effort d’intégration à l’échelle européenne (réseau Urbachina financé par le FP7).

Un grand frein à la recherche urbaine française en Asie tient au fait que les communautés scientifiques sont très fragmentées. Les quelques réseaux existants relèvent davantage d’affinités géographiques (communautés organisées en sous-aires culturelles), personnelles ou corporatistes (normaliens, architectes) que de véritables stratégies de partage des compétences à l’échelle de l’Asie. Les doctorants pâtissent de ce morcellement qui est encore aggravé par certaines pratiques mandarinales. Le réseau Asie pourrait à cet égard jouer un rôle important pour faciliter le désenclavement des communautés.

Réseau Asie — Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents (dans votre laboratoire ou dans votre champ de recherche) ?

Natacha Aveline  La financiarisation de la production urbaine : cette thématique, sur laquelle je travaille depuis plus de 10 ans, fait enfin sa percée depuis la crise des subprime ;

-les finances locales en Chine : l’endettement explosif des villes chinoises mérite à lui seul de nombreuses recherches dans plusieurs aires géographiques et secteurs d’activité ;

-les recompositions régionales au Japon : fusion des municipalités et nouvelles configurations régionales, enjeux économiques, politiques et spatiaux ;

-la question foncière urbaine : le foncier est-il encore au cœur du modèle de développement économique japonais ? Quel rôle joue-t-il dans le modèle économique chinois ? Les problèmes de conversion du foncier agricole aux marges des grandes villes, les nouvelles expérimentations de préservation des terres agricoles péri-urbaines (Chongqing) ;

-le développement urbain durable : bilan des ecocities, eco-towns et autres projets urbains « durables », effets des technologies vertes sur la production urbaine, économie politique de la rhétorique « green » ;

-effets spatiaux du vieillissement : la Chine commence à reconnaître l’imminence de ce phénomène sur son territoire, cette thématique encore peu investie est donc très porteuse. Le Japon jouera à cet égard un rôle de modèle et de laboratoires d’idées, il convient donc de ne pas déserter ce terrain.

Réseau Asie — Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française, autant dans votre domaine précis que, plus généralement, sur votre aire culturelle au sens large, voire sur l’Asie et le Pacifique ?

Natacha Aveline  Je pense qu’il serait intéressant de créer un réseau « villes d’Asie », couvrant l’ensemble des aires géographiques de cette aire culturelle (Asie du Sud, du Nord-est et du Sud-est, éventuellement Pacifique). Pour faire vivre ce réseau, il serait nécessaire que les tutelles (CNRS, IRD, établissements universitaires comme l’INALCO, l’EPHE, Paris 7, Paris I, l’ENS-LSH, Lyon 2…) apportent un soutien institutionnel fort et s’engagent financièrement. Le CNRS pourrait prévoir un budget commun avec la DERCI dans le cadre de son action de coopération internationale. L’UPS Réseau Asie aurait toute légitimité à initier la création d’un tel réseau. À terme pourrait être envisagée son évolution vers une école doctorale « Villes d’Asie » qui regrouperait des institutions rattachées à différents PRES.

 

Natacha Aveline est géographe et économiste, spécialiste de la Chine et du Japon, directrice de recherche au CNRS, Laboratoire Géographie – Cités  (UMR Paris 1-Paris7) et chargée de cours à Sciences-Po Paris

Retrouvez le profil de Natacha Aveline, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : AVELINE, Natacha, « L’état de la recherche sur les études urbaines en Chine et au Japon », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1304]

Bernard Thomann : Forces et faiblesses de la japonologie française

Réseau Asie — Quels sont les sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Bernard Thomann Le Japon a connu, depuis deux décennies, une situation de relative stagnation économique et de déclin démographique, et, plus récemment, une série de graves catastrophes naturelles et écologiques. Et si cette situation a plongé le pays dans un sentiment de déclin et de fatalisme qui ne semble pas trouver d’issue, elle a également provoqué des évolutions sociales et politiques notables. Dans le même temps, la monté en puissance de la Chine, représentant de nouvelles opportunités commerciales, mais également ressentie par une partie des Japonais comme une menace, ajouté à un discours à dominante populiste de la part de certains hommes politiques, a favorisé une certaine résurgence du nationalisme dans la population, avec de potentielles conséquences géopolitiques qu’il ne faut pas négliger.

Réseau Asie — Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Bernard Thomann La japonologie française a été longtemps dominée par une riche tradition philologique qui a constitué et continue de représenter son atout majeur. À partir des années 1970, les sciences sociales sur le Japon contemporain se développent néanmoins progressivement, parallèlement à la monté en puissance de son modèle économique. Aujourd’hui, on peut considérer que ces deux grandes tendances s’équilibrent en termes d’enseignants chercheurs en poste. L’étude de l’histoire de l’art et de la littérature, anciennes ou modernes, sont aujourd’hui les points forts des études japonaises françaises. En ce qui concerne les sciences sociales, de nombreuses disciplines sont aujourd’hui représentées, mais si un certain nombre de projets collectifs a émergé ces dernières années, leur visibilité reste sans doute encore insuffisante. On peut aussi regretter un certain manque d’échanges entre les japonologues et les spécialistes de disciplines. En revanche, les travaux de japonologie peuvent aujourd’hui bénéficier de possibilités de publication relativement importantes, avec deux revues qui fonctionnent bien et des collections « Japon », ou plus largement « Asie », au sein de maisons d’édition relativement importantes. La Société Française des Études Japonaises continue enfin à être un instrument important d’échanges entre les spécialistes de l’aire culturelle japonaise et d’intégration des jeunes chercheurs à cette communauté scientifique.

Réseau Asie — Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents (dans votre laboratoire ou dans votre champ de recherche) ?

Bernard Thomann L’apparition de nouvelles possibilités de financement, via les appels à projet, a contribué à sortir la recherche d’un certain individualisme. Ainsi, l’émergence de projets collectifs pluridisciplinaires est sans doute l’évolution la plus remarquable de ces dernières années.  Ces projets traitent de sujets relevant plutôt des sciences sociales comme la famille, l’État, l’éducation, la population, le capitalisme, la santé au travail,  mais aussi ayant un caractère plus philologique, comme la littérature classique ou la philosophie.

Réseau Asie — Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française, autant dans votre domaine précis que, plus généralement, sur votre aire culturelle au sens large, voire sur l’Asie et le Pacifique ?

Bernard Thomann Le danger principal qui guette aujourd’hui la recherche sur le Japon est le non renouvellement des départs à la retraite qui seront particulièrement nombreux dans les prochaines années. Au sein du CNRS ou à l’EHESS, ont peut craindre que les départs de figure importantes des études japonaises ne soient pas compensés par le recrutement de jeunes chercheurs. Au sein des universités, l’augmentation des effectifs étudiants a permis la création d’un certain nombre de postes d’enseignants de langue et civilisation pendant la décennie passée. Cependant, les départements disciplinaires restent toujours presque totalement fermés aux spécialistes des aires culturelles, ce qui continue à considérablement handicaper, premièrement, l’apport que pourrait avoir ces aires culturelles sur des disciplines qui restent trop centrés sur les terrains européens, deuxièmement, le renforcement nécessaire de la culture disciplinaire chez les spécialistes d’aires culturelles et, enfin, l’émergence de projets comparatistes ambitieux.

Bernard Thomann, historien spécialiste du Japon est maître de conférences habilité à l’INALCO (Histoire, sociétés et territoires du monde, EA 4511) & membre d’ESOPP (Études Sociales et Politiques des Populations, de la protection sociale et de la santé).

Retrouvez le profil de Bernard Thomann, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : THOMANN, Bernard, « Forces et faiblesses de la japonologie française », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/219]

Thierry Pairault : Les pays africains face à la Chine

Nos approches des relations entre la Chine et les pays africains se focalisent soit sur ce que nos craintes nous suggèrent, soit sur ce qu’elles ne sont déjà plus. On lit et retient que la Chine serait la deuxième puissance mondiale. Très malheureuse, cette expression est réminiscente d’une époque de la guerre froide où l’on savait qui étaient les « bons » et les « méchants », la Chine se voyant assigner ce second rôle. Malgré ses succès, la Chine n’est encore fondamentalement qu’un pays en développement. Si la Chine était un pays africain, elle se rangerait au dixième rang du continent en termes de création de richesses par tête en parité de pouvoir d’achat. L’indice de développement humain donne de la Chine une image légèrement plus favorable et la place au cinquième rang des pays africains. Que la Chine puisse jouer un rôle de plus en plus important dans l’économie mondiale ne signifie pas qu’elle puisse convertir sa course aux matières premières et aux débouchés en une stratégie de domination des autres États en particulier africains. Inversement, sa demande de ressources naturelles et sa recherche de nouveaux marchés la conduit forcément à influencer peu ou prou les choix stratégiques des États partenaires. Aussi n’est-il pas étonnant que certains voient la présence chinoise comme une chance pour l’Afrique tandis que d’autres la considèrent comme néfaste et contraire à la paix, à la prospérité et à la démocratie.

Il est donc extrêmement difficile de jeter un regard froid sur l’implication économique de la Chine en Afrique. Toutefois les données statistiques (rares et disparates) ne témoignent d’aucune mainmise de la Chine sur l’Afrique mais manifestent un opportunisme qui in fine est celui de tous les pays importateurs. Si l’Afrique peut apparaître en bonne place parmi les fournisseurs de la Chine, c’est moins le résultat de sa politique africaine que celui d’une stratégie de diversification des sources en fonction de leur disponibilité tant quantitative que politique. De 2000 à 2010, dans le commerce mondial des combustibles et des minerais, la part des approvisionnements d’origine africaine a été de 12,1%. Celle des approvisionnements chinois de ces mêmes produits d’origine africaine est passée de 4,4% à 16,6% tandis que, pour l’ensemble des économies développées, ces deux derniers chiffres s’établissent respectivement à 73,0% et 63,3%. La question n’est donc pas de savoir si la Chine dominerait l’Afrique mais de remarquer que les pays développés craindraient de perdre une domination jusqu’alors incontestée. Si le poids de la Chine est croissant, c’est parce que l’essor du commerce mondial exagère son rôle : 60% des importations chinoises sont le fait d’entreprises étrangères en Chine et 60% des exportations chinoises sont le fait de ces mêmes entreprises. La Chine importe des matières premières africaines pour être transformées sur son territoire et consommées par les pays développés.

L’essor récent des relations entre la Chine et les pays africains est le plus souvent étudié en termes géostratégiques. De telles approches révèlent le rôle joué par la Chine mais tendent à en estomper les particularités. C’est pourquoi il importe de centrer notre réflexion sur les différents acteurs confrontés à la présence chinoise en Afrique. En nous focalisant sur la variété des acteurs, l’image moins simplificatrice que l’on en retire manifeste que la « stratégie chinoise en Afrique » se décline en une multiplicité de stratégies répondant chacune à une logique propre.

Thierry Pairault, économiste, est directeur de recherches émérite au CNRS. Il est membre du Centre Chine de l’EHESS où il anime un séminaire sur l’économie et la société de la Chine et où il dirige un groupe de réflexion sur les relations entre la Chine et les pays africains.

Retrouvez le profil de Thierry Pairault, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : PAIRAULT, Thierry, « Les pays africains face à la Chine », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/216]

Annick Horiuchi : Bilan et perspectives de la recherche sur le Japon

Réseau Asie — Quels sont les sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Annick Horiuchi  La catastrophe du 11 mars 2011 a provoqué une onde de choc dans la société japonaise. L’attention des chercheurs en sciences sociales est depuis lors tournée vers les effets de la catastrophe nucléaire et sismique. Compte tenu de la durée dans laquelle s’inscrit cette crise, on peut prévoir que la thématique soit encore déclinée sous de multiples formes au cours des années à venir.

Bien que moins immédiatement visible, le déclin démographique, la dénatalité et le vieillissement de la population sont également des facteurs majeurs d’évolutions. C’est un sujet de préoccupation central des pouvoirs publics et du monde socio-économique depuis plusieurs années. La situation des femmes est souvent associée aux interrogations sur l’avenir de la population japonaise. Les recherches sur le genre occupent désormais en sociologie, comme en histoire, une place significative.

Le Japon est amené depuis une vingtaine d’années à coopérer de plus en plus étroitement avec ses voisins asiatiques et notamment chinois. La circulation des hommes et des femmes, mais aussi des produits culturels entres les pays de la région est en augmentation croissante. Ce nouvel environnement favorise les problématiques régionales dans la recherche.

La société japonaise est également travaillée par le doute. Alors que les pays émergents de la région connaissent la croissance et considèrent leur avenir avec optimisme, le Japon est en proie à des interrogations sur son identité, son passé, ses valeurs, et cherche des réponses par différents moyens, notamment en revisitant ses classiques.

Réseau Asie — Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Annick Horiuchi  Si on la compare à la situation il y a une vingtaine d’années, la recherche française présente des signes d’un dynamisme certain. Un nombre significatif de postes dans les universités permet d’absorber les jeunes docteurs. Les manifestations (colloques, ateliers, et conférences) souvent organisées en collaboration avec des laboratoires japonais sont en augmentation. Les publications sont souvent de qualité.

Cependant, cette recherche présente aussi des signes de fragilité quand on la compare aux études sinologiques ou tibétologiques (autres champs couverts par le CRCAO). Les chercheurs CNRS sont en voie d’extinction. Les universitaires doivent faire face depuis de nombreuses années à un public étudiant nombreux et à des tâches administratives qui absorbent leur énergie. La visibilité dans le monde anglo-saxon des publications françaises est faible. Il n’existe pas de portail d’accès identifié à la production en langue française, comme il  n’y a pas de revues scientifiques francophones internationalement reconnues. Les enseignants-chercheurs ne déposent pas ou peu leurs contributions dans des archives ouvertes (HAL), comme ils sont peu présents dans les congrès internationaux (EAJS, AAS) et dans les sociétés savantes. Ils publient peu en anglais. Les jeunes docteurs, presque toujours formés dans des universités japonaises, méconnaissent les résultats de la recherche anglo-saxonne. Il importe cependant de souligner leur haut niveau de compétences. Ils maîtrisent parfaitement la langue et la documentation en langue originale. Leur réseau au Japon est bien plus étendu que par le passé. Ils publient également plus souvent dans les revues japonaises que leurs aînés.

Réseau Asie — Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents (dans votre laboratoire ou dans votre champ de recherche) ?

Annick Horiuchi  Voici quelques thématiques nouvelles : les formes de sociabilité et de gouvernance dans un pays en crise, le rapport à l’environnement naturel, à l’habitat, au patrimoine, à l’alimentation dans sa dimension historique, la circulation et les contacts des hommes, des biens, des techniques, des savoirs en Asie orientale, la mémoire et la représentation de l’histoire et leur mise en scène, l’empire colonial japonais et son impact socio-économique et culturel, l’étude des ouvrages « mineurs » (guides, almanachs, encyclopédies domestiques, dictionnaires) ou techniques du Japon médiéval et pré-moderne, les visages du féminisme, les collections japonaises conservées dans les bibliothèques françaises, la culture et les effets de la traduction dans toutes ses dimensions.

Réseau Asie — Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française, autant dans votre domaine précis que, plus généralement, sur votre aire culturelle au sens large, voire sur l’Asie et le Pacifique ?

Annick Horiuchi  L’une des faiblesses de la recherche française vient de l’éparpillement des forces sur plusieurs laboratoires et sur plusieurs sites qui ne communiquent pas entre eux. C’est le cas plus particulièrement à Paris, même s’il existe quelques rares lieux de dialogue. Il importe donc de mettre en relation les différentes structures, voire même de les réunir au sein d’une même entité, d’un même lieu, de les organiser autour de revues internationales, de faciliter la communication entre les spécialistes, à travers des forums ou des sites web communs. Le regroupement des spécialistes en littérature, en linguistique, et en sciences sociales dans des départements d’Asie orientale est chose courante dans les universités. Il n’est pas toujours pertinent du point de vue de la recherche. Les chercheurs en sciences sociales ont besoin d’un espace propre, où ils sont en interaction avec les spécialistes des aires culturelles proches. Les séjours prolongés sur leur terrain de recherche leur sont indispensables. Ils sont amenés à travailler en contact étroit avec les spécialistes européens dans le cadre de programmes financés et à réfléchir dans un cadre collectif et régional.

Les besoins financiers des chercheurs en littérature sont en comparaison plus modestes, si l’on exclut les besoins en documentation. Leur travail s’inscrit davantage dans la durée et ne nécessite pas la même réactivité, même s’il doit impérativement se nourrir de contacts et d’échanges avec diverses pratiques de recherche. Les travaux de traduction qui constituent une partie essentielle de leurs activités et qui contribuent notablement au rayonnement de la recherche dans la société méritent d’être davantage valorisés. S’agissant de la littérature asiatique, l’aide publique devrait autant porter sur les programmes de traduction que sur les travaux de recherche collectifs. De même, les travaux de valorisation des collections des bibliothèques ou des musées contribuent d’une manière efficace à diffuser la connaissance dans la société.

Annick HORIUCHI est historienne, spécialiste du Japon, professeur à l’université Paris Diderot (Paris 7) et directrice du CRCAO.

Retrouvez le profil de Annick Horiuchi, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : HORIUCHI, Annick, « Bilan et perspectives de la recherche sur le Japon », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/208]

Claude Meyer (Sciences Po) : Valoriser la recherche économique

Le déplacement du centre de gravité de l’économie mondiale vers l’Asie constitue un des évènements majeurs des dernières décennies. Face à cette profonde évolution, la recherche française souffre de handicaps sévères par rapport  à celle de  l’étranger, les États-Unis au premier chef bien sûr, mais aussi et c’est plus grave, la Grande Bretagne ou l’Allemagne.

Cette situation pourrait être progressivement améliorée si la politique de recherche s’infléchissait dans deux directions : le recrutement d’économistes spécialisés sur l’Asie et une meilleure synergie avec les attentes de milieux extérieurs à l’univers de la recherche.

  1. Le recrutement d’économistes spécialisés sur l’Asie

Les chercheurs sur l’Asie sont actuellement majoritairement concentrés dans des disciplines comme la linguistique, l’histoire, la philosophie, la sociologie, la science politique, etc. Le nombre d’économistes est extrêmement limité et les vocations semblent rares.

Cela peut s’expliquer en partie par la barrière de la langue, qui représente un investissement très lourd et peut apparaître comme démesuré pour un économiste ; il se spécialisera alors sur des zones plus accessibles au niveau de la langue. En ce sens, ses motivations peuvent être assez différentes de celles du linguiste, historien, sociologue ou politiste, qui choisit tel ou tel pays asiatique en fonction de l’intérêt intrinsèque qu’il  lui porte.

Cependant, en économie, le vocabulaire technique est assez limité, dans les langues asiatiques comme dans les autres, et l’apprentissage pour accéder aux sources originales (statistiques, rapports, articles) est beaucoup plus facile que dans d’autres disciplines.

Il faudrait donc lancer une politique active de recrutement en direction de jeunes économistes en leur proposant une formation linguistique adaptée et quasiment sur mesure, qui aurait une double dimension :

  • Pratique de la conversation courante et apprentissage de la lecture (pour les langues à idéogrammes, acquisition de quelques centaines de caractères usuels) ;
  • Acquisition du vocabulaire spécialisé en économie et finance (pour les idéogrammes, acquisition des caractères composant les termes techniques).

 2- Valorisation de la recherche économique

Les évolutions entraînées par la mondialisation sont si rapides que les attentes de la société dans son ensemble sont très fortes pour comprendre  les enjeux liés au rôle croissant que joue l’Asie dans l’économie mondiale.

Des synergies devraient donc être développées, notamment avec le monde de l’entreprise. Les responsables des acteurs institutionnels de la recherche devraient s’efforcer de diffuser et de valoriser les travaux d’économistes spécialisés sur l’Asie par tous les moyens possibles, par exemple :

  • Contrats de recherche avec les entreprises tournées vers l’Asie et avec les services de recherche économique de grandes banques. Certains de ces contrats pourraient même prévoir le détachement provisoire d’un chercheur pour mener à bien un projet spécifique. Outre l’avantage financier que l’institution concernée en retirerait, une telle politique motiverait les chercheurs dont les travaux seraient ainsi reconnus et valorisés.
  • Coopération avec des organismes ou think tanks privés
  • Coopération institutionnelle avec les associations internationales de recherche économique sur l’Asie
  • Etc.

En résumé, les études françaises sur l’Asie-Pacifique, déjà très nourries en linguistique, histoire, philosophie, sociologie, science politique, etc. devraient s’ouvrir beaucoup plus largement à la dimension économique, que les évolutions récentes rendent désormais  incontournable. La crédibilité de la recherche française sur l’Asie-Pacifique en dépend, y compris du point de vue de la concurrence internationale. Par ailleurs, au-delà de la segmentation des disciplines, une importance plus grande donnée à l’économie permettrait de mieux comprendre dans leur globalité les évolutions actuelles et futures des sociétés d’Asie-Pacifique.

Claude Meyer, économiste spécialiste de la Chine et du Japon, est chercheur associé au Ceri-Sciences Po Paris, au Groupe d’économie mondiale / GEM-Sciences Po et professeur au Centre Franco-Japonais de management de l’Université de Rennes.

Retrouvez le profil de Claude Meyer, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : MEYER, Claude, « Valoriser la recherche économique », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 27 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/116]

Jean-Pascal Bassino : Forces et faiblesses de la recherche française

La tendance au basculement du centre de gravité économique du monde vers l’Asie s’accompagne d’un phénomène comparable en matière de recherche scientifique. Le développement économique des pays d’Asie de l’Est et du Sud-Est et plus récemment de l’Inde est en effet associé depuis une dizaine d’années au lancement de programmes massifs d’investissement dans l’enseignement supérieur et la recherche. Il en résulte une convergence vers les niveaux d’excellence qui avaient déjà été atteints par le Japon, la Corée, Hong Kong, Taiwan et Singapour depuis plusieurs décennies.

Cela est particulièrement manifeste en Chine où la volonté des autorités de construire des centres d’excellence académique de niveau international concerne à la fois les sciences de la matière et du vivant (SMV) et les sciences humaines et sociales (SHS). Dans les différents pays d’Asie, cette ambition passe notamment par le recrutement/retour au pays de scientifiques de réputation internationale et de jeunes chercheurs ayant effectué leurs études et/ou le début de leur carrière en Amérique du Nord, en Australie, en Europe ou au Japon, ainsi que par l’augmentation du nombre des chercheurs étrangers effectuant des séjours dans les institutions de premier plan.

Le renforcement de la liberté académique a constitué une condition sine qua non de ces mobilités et de la volonté d’atteindre l’excellence. Cela crée une situation dynamique dans tous les domaines de recherche en SHS comme en SMV, mais en particulier dans des programmes interdisciplinaires.

Compte tenu de l’importance des enjeux économiques, politiques et scientifiques liés au développement des pays d’Asie, la recherche française en SHS portant sur ces pays devrait manifester un dynamisme exceptionnel. Ce n’est généralement pas le cas. La faiblesse de la recherche française sur l’Asie semble liée à la conjonction de deux facteurs.

Le premier réside dans l’inertie dans les processus de décision concernant le recrutement des chercheurs et enseignants-chercheurs en France, qui sont marqués par une tendance lourde à l’autoreproduction. Les responsables d’établissements et d’équipes de recherche ainsi que les membres des comités de sélection ne semblent pas tous convaincus de la nécessité d’augmenter rapidement le nombre de chercheurs disposant d’une réelle expertise concernant les pays d’Asie. Il en résulte une stagnation autoentretenue : le faible nombre de postes ouverts au recrutement a pour conséquence une faiblesse du vivier strictement français de jeunes chercheurs qui justifie le nombre restreint de postes.

La deuxième cause de faiblesse réside dans le cloisonnement entre, d’une part, les domaines traditionnels de la recherche en SHS sur l’Asie qui reposent sur la maîtrise des langues asiatiques et, d’autre part, un ensemble de nouveaux champs de recherche dans lesquels les coopérations entre chercheurs occidentaux et asiatiques sont fortement interdisciplinaires et reposent sur une communication en anglais.

Dans les domaines traditionnels, le nombre de chercheurs n’a pratiquement pas augmenté au cours des dernières décennies ; dans certains cas, le simple renouvellement des effectifs n’est pas toujours assuré. Les champs relativement nouveaux de la recherche en SHS appliquée aux pays d’Asie restent relativement marginaux en France car la barrière linguistique limite la capacité des chercheurs occidentaux à accéder à la masse considérable des données et travaux récents, en particulier en chinois, coréen et japonais.

Parmi les thématiques et axes de recherche qui apparaissent prioritaires dans la coopération scientifique entre pays d’Europe et d’Asie, on peut notamment mentionner les analyses en SHS sur des enjeux de santé publique et de gestion de l’environnement. Il s’agit en effet de thèmes sur lesquels la coopération internationale est forte en SMV et où la prise en compte des analyses sociétales est susceptible d’apporter un éclairage utile à ces recherches.

La faiblesse de la recherche française est particulièrement marquée sur ces questions et plus généralement dans les domaines où la dimension interdisciplinaire est dominante. Cela vaut en particulier pour l’application en SHS des outils numériques et de représentation spatiale reposant sur l’utilisation de données disponibles en langues asiatiques et occidentales. Cela concerne également l’utilisation de techniques quantitatives pour la validation empirique d’hypothèses portant sur les mécanismes de gestion et les processus de décision des agents dans les sphères publiques et privées. Il en est de même sur des questions liées à l’évaluation des capacités d’innovation technologique et organisationnelle dans les pays d’Asie et des implications de celles-ci.

Une telle situation dans ces domaines de la recherche en SHS fortement liés à des enjeux politiques ou économiques de première importance pour les pays européens est naturellement préjudiciable ; elle risque d’avoir de graves conséquences à moyen et long terme.

Le renforcement de la recherche française sur l’Asie nécessite une communication accrue et des programmes structurant les coopérations entre les chercheurs traditionnellement spécialisés sur l’Asie et ceux ne maîtrisant pas nécessairement des langues asiatiques mais néanmoins engagés dans des coopérations avec des partenaires en Asie, aussi bien en SHS et qu’en SMV.

Dans la plupart des domaines, les équipes françaises dans les domaines de la recherche traditionnelle sur l’Asie ne disposent pas à elles seules d’une masse critique ; cela signifie qu’une coopération entre équipes européennes est indispensable. Elle pourrait en particulier reposer sur une plus grande mobilité des jeunes chercheurs à l’intérieur de l’Europe.

Ce renforcement passe aussi par un appui sans faille à la constitution de ressources documentaires, notamment numériques car partageables, comparables à celles dont disposent nos voisins européens.

5 mai 2012

Jean-Pascal Bassino est économiste, professeur des universités (Grenoble II) et spécialiste de l’Asie du Sud-est, de la Chine et du Japon.

Retrouvez le profil de Jean-Pascal Bassino, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : BASSINO, Jean-Pascal, « Forces et faiblesses de la recherche française », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 27 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/112]

Chloé Froissart : La Chine, un acteur incontournable

Alors même que la Chine est aujourd’hui devenue un acteur économique et politique incontournable dans le monde, les études sinologiques classiques sont beaucoup mieux représentées à l’université que les études sur la Chine contemporaine. On note en particulier que la science politique sur la Chine est menacée de disparaître avec le départ à la retraite, effectif ou éminent, de ses représentants patentés. Plus aucun chercheur ne travaille sur le système politique de la Chine et l’étude politique de la Chine en général, bien que représentant un enjeu crucial dans la compréhension de ce pays, est sous représentée. Enfin, on déplore une absence de relève à l’université, et encore plus au CNRS, de la jeune génération travaillant sur la Chine contemporaine.

Autrefois limitée à une approche sinologique (c’est-à-dire à l’étude de la Chine, notamment en sciences humaines, à travers ses textes), l’étude de la Chine s’est ouverte ces dernières années aux sciences sociales, notamment à la sociologie, à l’anthropologie, à l’économie et à la géopolitique. Cette évolution correspond à la nécessité de comprendre les enjeux contemporains et de former des étudiants à même d’en avoir une bonne appréhension. En ce qui concerne les deux premières disciplines, les termes émergents sont les suivants : actions collectives, développement des organisations sociales, d’Internet, migrations, urbanisation, citoyenneté, travail, et développement de formes de religiosité qui sortent du cadre institutionnalisé défini.

La recherche sur cette aire culturelle est néanmoins confrontée à de nouveaux défis. Alors même que la recherche collective est de plus en plus valorisée à travers le rôle croissant des laboratoires de recherche et des appels à projets, les laboratoires au sein des universités regroupent souvent des chercheurs spécialistes d’aires culturelles différentes et de disciplines différentes, ce qui rend souvent les collaborations hasardeuses, voire inopérantes. Or les chercheurs n’ont souvent d’autre alternative que de mener leurs recherches au sein de l’université, les recrutements au CNRS étant très peu ouverts aux spécialistes des aires culturelles. Les recrutements au CNRS devraient donc faire plus de place à l’international et d’une manière générale, à l’interdisciplinarité. Il existe une réelle difficulté d’accès aux aires culturelles asiatiques, en termes de temps d’apprentissage de la langue et d’accès au terrain, qui devrait être mieux prise en compte. Il s’agirait donc de valoriser les parcours atypiques de chercheurs qui ont fait de longs séjours dans des universités ou des centres de recherche asiatiques.

Enfin, la recherche en sciences sociales sur cette aire culturelle est menacée par le manque de temps dont disposent les enseignants-chercheurs pour faire du terrain. Il s’agirait d’accueillir plus largement des chercheurs de l’université au CNRS en augmentant les possibilités de détachement et de délégation pour une durée minimale de deux ans. D’une manière générale, il s’agirait de créer des aménagements plus réguliers pour les enseignants-chercheurs afin qu’ils puissent se consacrer à leur recherche et notamment faire du terrain en prenant exemple sur les « sabbaticals » dont disposent leurs homologues américains et anglo-saxons.

Chloé Froissart est politiste, spécialiste de la Chine et enseignante-chercheur à l’université de Rennes 2. Elle est membre du Centre Chine-Corée-Japon et du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (UMR 8173 – CECMC).

Retrouvez le profil de Chloé Froissart, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : FROISSART, Chloé, « La Chine, un acteur incontournable », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/91]