Archives par étiquette : Innovations technologiques

SERBIE

Source: Aleksandar Protic, Conseiller fédéral auprès de la Fédération Française des Clubs UNESCO. Intervenant à l’Université de Paris IV Sorbonne (2013)

BREF HISTORIQUE
En Serbie, les études asiatiques sont intimement liées au départ de l’Empire Ottoman des Balkans en fin du XIXe siècle. Les premières études asiatiques en Europe de l’Est se développent en Serbie, après la révolution serbe, quand le pays réintègre la communauté « européenne » et coordonne ses études selon les standards scientifiques. Le premier temple bouddhique en Europe apparaît à Belgrade au début du XXe siècle. Le premier département universitaire d’études orientales dans les Balkans est fondé à Belgrade en 1926, à la Faculté de Philologie, par l’illustre chercheur Fehim Bajraktarevic. Les études concernaient les langues orientales et les littératures turques, perses et arabes, car il y avait une nécessité de comprendre l’héritage oriental des peuples slaves du sud. Progressivement, les études hébraïques, chinoises, japonaises ou perses se développent et se voient ouvrir leurs départements universitaires. Les études universitaires de langue et littérature russes existent depuis 1878, suite aux relations bilatérales de longue date avec la Russie. Belgrade a toujours conservé le rôle prépondérant en matière d’études asiatiques dans la région.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Université de Belgrade

La coopération entre l’Université de Belgrade et les universités en Asie comprend principalement les universités de Russie, de Chine, du Japon et d’Australie, mais également les universités d’Indonésie, d’Iran et de Corée.

Faculté des sciences politiques :

La Faculté des sciences politiques consacre un département à la géopolitique, économies et politiques d’Asie, identité et valeurs des peuples asiatiques, développement des ressources en Asie ou diplomatie du Japon. La faculté propose un unique master multidisciplinaire « Les études régionales asiatiques » dirigé par le Professeur Dragana Mitrovic. Par ailleurs les enseignements de grande qualité sont assurés par les professeurs, experts, diplomates et professionnels ad hoc.

Centre d’études asiatiques

Établi par le Professeur Dragana Mitrovic, experte de référence pour la Chine et l’Extrême-Orient, le Centre d’études asiatiques approfondit les politiques internes de pays suivants : la Chine, le Japon, la République de Corée, la Fédération de Russie, les Républiques d’Asie centrale, l’Inde, le Pakistan, la Malaisie, l’Indonésie et d’autres pays de l’ASEAN, l’Australie, l’Iran et la Turquie; leur développement économique et social, leur politique étrangère, leurs relations et intégrations économiques, la coopération politique, de sécurité et d’infrastructure. À part sa fonction de recherche, et d’expertise indépendante, le Centre publie la revue « Asian Issue », organise des conférences, des séminaires, des ateliers, la création des bases de données et demeure lieu de référence dans le contexte régional et asiatique.

Faculté de philologie

C’est l’institution régionale la plus importante en matière de langues asiatiques. Le Département d’études orientales regroupe plusieurs chaires étudiant la philologie, langue et littérature orientales : arabes, turques, chinoises, japonaises, hébraïques, coréennes, persanes et sanskrites, alors que la langue et la littérature russes sont étudiées en Département d’études slaves.

Faculté de Philosophie

Elle enseigne le hindi, ancien sanskrit et sandhi ainsi que l’histoire de la Turquie et de la Russie.

À la Faculté de géographie, au Département de géographie régionale d’Australie et d’Océanie, on  étudie la géographie, l’aménagement régional, la démographie ainsi que l’environnement géo-spatial.

L’art et la philosophie de la Chine, du Japon et de l’Inde sont étudiés à l’Université d’art de Belgrade.

L’Institut Confucius de Belgrade propose des cours de chinois et de calligraphie traditionnelle, et organise des ateliers et expositions sur la Chine.

En dehors de l’Université de Belgrade, il existe le Département de l’Asie et du Pacifique, le Département de la Russie ainsi que le Département du Moyen-Orient à l’Université de Megatrend ou les études japonaises et orientales à l’Université de Singidunum. À l’extérieur de la ville de Belgrade, il importe de citer l’Université de Novi Sad, proposant des études sur la géographie et la géographie du tourisme de l’Asie.

COOPERATION SCIENTIFIQUE

Au-delà des facultés proposant des cursus sur l’Asie, il existe en Serbie les programmes communs scientifiques au Centre serbo-japonais pour les simulations scientifiques, à l’Institut Vinca de sciences nucléaires, et à l’Institut du physique. Les Facultés de Médecine et de chimie également ont des coopérations avec des organismes japonais et la Faculté de pharmacie coopère avec la Chine. De plus, la Faculté de Médecine de l’Université de Nis coopère avec l’Université Shiga de sciences médicales du Japon. L’Académie serbe des sciences et des arts indique des programmes de coopération avec l’Australie, le Japon et la Chine. Le Centre de physique et de technologies du plasma a une synergie importante avec l’Université d’Osaka au Japon, et avec l’Institut national des sciences de la fusion à Nagoya. L’Institut des mines et de métallurgie de Bor étudie la géologie et les gisements de cuivre et de l’or dans les pays suivants : Birmanie, Pakistan, Iran, Indonésie, Nouvelle-Guinée, Turquie, Mongolie et Kazakhstan.

Programme de superordinateurs de la nouvelle génération :

Le Centre pour la science et le développement technologique (CENTER) de Belgrade développe les superordinateurs SX-6i, avec Nippon Electric Corporation (NEC) du Japon, et avec le Prof. Dr. Tetsuyi Sato, directeur général de « Earth Simulator Center » au Japon. C’est l’unique programme de haut de gamme technologique de ce type en Europe du sud-est.

TROIS AXES

Un intérêt particulier se distingue aujourd’hui en Serbie, pour la Russie, la Chine et le Japon, ce qui est visible à travers la politique étrangère envers ces pays, mais aussi par l’existence de plusieurs associations serbo-japonaises, serbo-chinoises et serbo-russes, de leurs manifestations, festivals de langues, d’arts et de cultures, qui ont souvent lieu en Serbie. La coopération avec la Russie et la Chine s’inscrit aujourd’hui dans la stratégie de la politique étrangère serbe prioritaire. Il existe une coopération très développée, à tous les niveaux, avec la Russie. La Chine investit considérablement en Serbie, plus que dans d’autres pays de la région : dans l’infrastructure, ouvrant des plus grands centres commerciaux régionaux, dans l’énergétique, construction des ponts etc. La coopération officielle intense avec le Japon, est renforcée par l’engagement de la société civile serbe : par exemple, les compétitions de la rhétorique en langue japonaise, tournois des ars martiaux japonais, écoles de haïku.