Archives par étiquette : Inalco

Jacques Legrand : Quelques réflexions sur les études consacrées à l’Asie, leurs enjeux, leurs voies, leurs outils

Les observations qui suivent viennent au terme d’une pratique et d’une réflexion de plus de quarante ans d’exercice au sein de l’INALCO. Notre institut réunit aujourd’hui 2000 étudiants sur l’Asie, tous cycles confondus dont 300 en master et doctorat, une centaine d’enseignants chercheurs. Toutes les parties de l’Asie y sont représentées.

Il va de soi que l’INALCO est l’héritier et un des acteurs importants de la grande tradition d’études asiatiques en France et qu’il tient absolument non seulement à entretenir mais aussi à développer ce potentiel. Sur le territoire Paris rive gauche, un nouveau pôle sur les études asiatiques est en train de se structurer autour de la BULAC, de Paris-Diderot et de l’INALCO. Pour de nombreuses années sans doute, l’EPHE et l’EHESS, au sein desquelles les recherches sur l’Asie sont également très présentes, partagent ce voisinage. Cette richesse nous invite à retrouver avant tout l’objet et la raison d’être de nos travaux et de nos engagements, avant des calculs institutionnels qui sont un moment, mais non une fin en soi.

Lors des récentes élections présidentielles américaines, alors que je suivais un reportage d’une chaine de télévision polonaise dans un bureau de vote de quelque banlieue de New York ou de Chicago, mon regard fut capté par un mur du préau de l’école où se déroulait le scrutin. Au beau milieu de ce panneau, une inscription en caractères cyrilliques de 50 cm de haut : « ЭРДМИЙН БАЯРЫН МЭНД ХҮРГЭЕ ! » qui proclamait, en mongol, « Saluons la fête de la science ! ». Ce clin d’œil médiatique, dont le destinataire était plus certainement l’auteur de ces lignes que l’électeur moyen des USA, après la stupeur et l’hilarité des premiers instants, me renvoyait à l’actualité et au devenir de nos champs d’étude, à leurs résurgences dans des étendues naguère encore improbables et imprévisibles…

Il y a quelques décennies, alors que selon la tradition entre autres mongole « le Mont Sumeru n’était encore qu’une motte et la Mer de Lait encore qu’une flaque », c’est-à-dire alors que, encore étudiant et déjà jeune enseignant je participais à la création de l’enseignement du mongol à l’INALCO, combien de polémiques et de débats trouvaient pour champ et pour cible un « orientalisme » renvoyé à son inéluctable archaïsme ethnocentrique et à son incapacité à s’intégrer dans le mouvement des sciences humaines et sociales. Bien des reproches étaient sans doute justifiés et trop de démarches restaient fondées sur des hypothèses, voire des certitudes, dont l’obsolescence était déjà un lieu commun. Mais si la cause semblait entendue, c’est qu’il était facile de se contenter d’alternatives simplistes alors que les terrains et leurs horizons étaient d’une infinie richesse.

Dans un établissement fondamentalement voué à la perception et à la compréhension du contemporain, il ne fallait pas longtemps pour se convaincre de la nécessité d’une association intime entre appropriation des réalités, confrontation au mouvement des disciplines, mais également la tradition d’une érudition apportant la solidité de ses méthodes et son intelligence des sources et des textes. En d’autres termes concevoir la connaissance des héritages et des cultures sur l’Asie, comme sur tout autre région du monde, comme un affrontement entre un savoir classique fermé sur lui-même et la mise en application de théories affirmant très vite leur validité générale ne pouvait mener qu’à un vertige. Ce contexte reste parfois présent. Là où doit se concevoir une approche coopérative complexe et pluridimensionnelle, il arrive encore qu’étude « disciplinaire » et « aréale », « sciences sociales » et « aires culturelles » se voient confrontées voir opposées (ajoutons que les méandres des choix de politique scientifique, parfois sous des influences lointaines, ne sont pas ici innocents : les « aires culturelles », après avoir été une mode ont perdu leur prestige, avant d’être à nouveau conviées…). Or, ce débat n’est pas que de méthode, mais a trait à la substance de l’objet comme au sens de la démarche. Les conditions et les arrière-plans de la production des connaissances, qu’il s’agisse de celles-ci en elles-mêmes ou de ce qui est une de leurs missions essentielles – leur transmission et leur entrée dans la vie des sociétés, tout ce dont l’éducation est à la fois l’enjeu et le terrain – sont autant de domaines dont les évolutions fournissent des pistes et des perspectives désormais incontournables.

1)   Ces questions se jouent sur une échelle encore inconnue il y a quelques décennies. Des phénomènes, des problèmes et des tendances se sont manifestés et se multiplient. Il est possible de débattre à l’infini sur leur caractère positif ou négatif. La seule conclusion est en fait qu’ils constituent de nouveaux enjeux de connaissance et de recherche tout autant que de stratégies concrètes. Un point de départ incontournable tient à l’échelle planétaire des mouvements, changements et modèles, fixant un cadre nouveau à toute démarche d’appropriation : la coexistence d’une unité de l’humain pouvant prétendre inclure la totalité de l’espèce avec la reconnaissance de son universalité non pas « malgré », « en dépit de », « nonobstant » les multiples manifestations de sa diversité mais, au contraire, « à travers » et « au cœur » de cette diversité elle-même. En un mot, l’universalité humaine ne se fonde pas « contre » la diversité des cultures, des modes de vie, des appropriations parfois contradictoires du kaléidoscope de ressources, de milieux et d’ « histoires » multiples mais elle s’en nourrit et s’en constitue. Cette diversité est la matrice d’une identité qui, loin de se réduire à la somme fortuite d’inépuisables accidents, en organise la cohérence tout en se les appropriant. Dans ces conditions, il n’est plus légitime, mais même possible, de considérer quelque culture ou quelque modèle comme un étalon de référence, comme plus « central » dans l’histoire des cultures humaines que d’autres, renvoyés à une périphérie « exotique ». Il est remarquable que l’homme, engagé dans des milieux largement diversifiés ne serait-ce qu’en termes de contraintes environnementales, ait maintenu son identité biologique commune, à la différence de nombreuses espèces vivantes soumises à des évolutions irréversibles de différenciation et de spéciation. Les recherches croisées des multiples sciences de l’homme et des multiples sciences du vivant manifestent ici tout leur intérêt pour assumer ce double enjeu de diversité et de cohérence. C’est dans leur croisement, dans chacune de leurs démarches propres comme dans leur capacité à construire des projets et des conduites descriptives, analytiques et comparatives. C’est même dans ces rencontres et sur ces frontières que les disciplines peuvent à la fois mieux cerner leurs propres trajectoires, en assurer l’universalité élargie, objet constant de la démarche scientifique et, ce qui ne l’est pas moins, favoriser l’émergence de disciplines nouvelles.

2)   Une deuxième dimension qui acquiert une importance considérable, en particulier dans le cas de la connaissance de l’Asie, tient au fait que les régions, les réalités et les peuples extérieurs à l’Europe et à ses extensions culturelles directes ont été longtemps traités en « objets » de leur étude et qu’il serait fallacieux de croire que ce biais aurait été purement et simplement éradiqué. Il n’en reste pas moins qu’un fait majeur et caractéristique des dernières décennies tient à l’apparition de chercheurs locaux ou issus de leur propre culture et liés à des cultures voisines ou liées à la leur par des interactions fortes. Ils sont désormais non plus des fragments de l’« objet » observé de l’extérieur, mais bien des acteurs et des « sujets » de l’étude. Encore faut-il que la production de connaissance sache-t-elle affirmer sa propre économie et à sa propre rationalité, celles de la démarche scientifique et de sa rigueur tout en l’associant à l’apport propre de la vision « interne ». Sans doute cet effort complexe, qui nécessite un investissement intellectuel et désormais technologique majeur (les pièges et risques de la traduction se renouvellent en permanence, mais les besoins attachés à la conduite et au maintien de coopérations internationales et régionales efficaces implique aussi une ingénierie ambitieuse), s’est-il longuement heurté à un refus de reconnaissance plus ou moins radical. C’était y compris lorsque les chercheurs issus des cultures étudiées pensaient se rendre plus accessibles en faisant leur la logique, voire certains des stéréotypes projetés de l’extérieur et qui avaient acquis force de loi dans les cultures dominantes. Cette ouverture du paysage et des acteurs de la recherche s’inscrit non plus dans l’irruption souvent fortuite d’individus et de personnalités remarquables, mais bien dans une transformation institutionnelle majeure impliquant la politique des États et des structures universitaires et scientifiques dans des programmes de coopération souvent lourds et dont les enjeux économiques, directs ou induits, sont considérables (dès lors que des retombées technologiques ou de santé publique s’attachent à des recherches dans lesquelles les sciences humaines sont toujours plus fréquemment présentes). Il est commun de regretter ces pesanteurs, mais il devrait plutôt être souligné qu’il s’agit sans doute d’un des aspects les plus excitants de ce qu’il est désormais convenu de nommer la « globalisation ». Ce terme, et son associé francophone – la « mondialisation » – sans être parfaitement synchrones et interchangeables, décrit pour peu qu’on y prête attention une situation qui ouvre autant de potentialités et d’opportunités au monde de la connaissance et de la science qu’il ne recèle de pièges et d’impasses : il est toujours nécessaire de consolider face au « sens commun » la certitude que la connaissance n’est pas une somme d’observations anecdotiques.

3)   Le rapport qui s’établit entre la connaissance, sa production et sa diffusion, les coopérations que doivent établir entre eux sur ce plan la formation et la recherche connaît, à tous les niveaux de la société et de la culture des bouleversements dont l’ampleur suggère une ampleur et une profondeur anthropologiques. Il s’agit selon toute probabilité d’une tendance de très longue durée dont nous percevons seulement surtout, après des signes avant-coureurs parfois anciens, la véritable mise en mouvement. Se rejoignent d’une part l’entrée toujours plus directe de la connaissance dans les mécanismes de la fabrication, même la plus quotidienne, et de la mise en œuvre du produit et, d’autre part, la rapidité avec laquelle le mouvement de la connaissance frappe de caducité des savoirs acquis et partagés dont l’espérance de vie, qui se comptait il y a encore peu de temps en générations, se rétrécit au fil des années. D’une part l’éducation – sans perdre la force que doit revêtir son engagement critique (qui s’en trouve même renforcé) – n’a plus pour mission tant le renouvellement, voire la reproduction d’apprentissage de modèles et de contenus désormais bientôt obsolètes que l’accompagnement d’une émergence rapide devenant une dimension permanente. D’autre part, et ce processus est déjà perceptible dans les populations étudiantes, au schéma encore linéaire d’un « parcours » éducatif normatif commence à se substituer un modèle plus largement différencié, multipliant les canaux formels et informels, les rythmes et les étapes au point que tant aux plans sociologique que psychologique se dessinent de nouveaux rapports au savoir et aux modes de son acquisition. Ceci touche naturellement au premier chef les connaissances souvent volatiles relatives au mouvement du monde, qu’il s’agisse des événements, des tendances et développement, des évaluations et de leurs critères.

4)   Un des enjeux de l’omniprésence de cet arrière-plan est que, quel que soit le domaine d’étude ou le mode de réflexion, la connaissance de l’Asie comme d’autres aires ne fait ici nullement exception, un impératif essentiel consiste à toujours mieux articuler les disciplines scientifiques et la multiplicité des démarches empiriques. Sans enfermer les premières dans l’illusion qu’elles seraient d’ores et déjà porteuses d’un regard définitif ou de méthodes intangibles ni faire des secondes un donné indépassable et souvent intuitif, inaccessible à une investigation critique. Ceci rapproche d’une caractéristique centrale de tout esprit scientifique : sa volonté légitime de tendre à l’universalité. Or cette démarche, dans le domaine des sciences humaines mais plus largement également, se doit d’intégrer la diversité et la multiplicité des sources culturelles ayant contribué à la formulation des attentes, mais aussi des hypothèses fondatrices d’une discipline. Le dépassement de ce qui pourrait n’avoir produit qu’un relativisme culturel est un impératif. Il ne fait pas pour autant disparaître (ce que seule la maturité de la discipline et son degré d’universalité permettent d’atteindre) le rôle que telle ou telle culture, pour des raisons qui lui étaient propres avait pu y investir. Que tel pan des mathématiques ait été originaire – quand les historiens des sciences peuvent l’établir –  de l’Inde, de la Chine, de l’Égypte, des mondes hellénique ou arabe – fussent-ils étendus jusqu’à l’Asie centrale – et que les motivations première du développement de la connaissance et de la pensée aient été l’architecture, la fiscalité ou l’astronomie, ceci non seulement n’enlève rien à l’abstraction universelle à laquelle peut prétendre la pensée mathématique, mais n’en permet également pas moins de mieux mesurer l’apport de la diversité des cultures à cette œuvre unificatrice colossale. Les études sur l’Asie, qu’on leur applique d’ailleurs ou non le terme d’« orientalisme », se situent bien dans ces perspectives : ni collection de monographies impressionnistes, ni placage de schémas théoriques préconçus.

5) C’est dans cette perspective que le devenir propre des recherches sur une partie du monde aussi décisive et névralgique que l’est l’Asie et que l’évolution des institutions qui y sont impliquées prennent, à Paris comme ailleurs, toute leur signification. Il s’agit bien sûr de l’affaire de chaque structure et de chaque équipe de recherche. Compte tenu de la concentration des forces de recherche en Île de France plusieurs pôles sur l’Asie doivent et peuvent exister. Cette multiplicité est objective et légitime.

C’est aussi dans ce contexte que se joue le devenir des modes et des formes de coopération. C’est le cas pour le Réseau Asie-Pacifique, institution jouant un rôle important pour la visibilité des recherches asiatiques en France par ses formes d’expression et ses initiatives, tels les congrès qu’il a su tenir, par sa capacité à rassembler les effort et l’intérêt des spécialistes des domaines les plus divers, mais aussi par son aptitude à réunir scientifiques expérimentés et jeunes chercheurs et à stimuler l’initiative de ces derniers. Sans doute est-il nécessaire de rechercher des solutions spécifiques appropriées. Il en existe sûrement plusieurs, dont les avantages et les inconvénients devront être pesés.

On ne pourrait que regretter que soit préférée à une démarche d’implication collective et de mutualisation des intérêts une logique d’appropriation de telle ou telle part du potentiel scientifique ou de service au profit d’un seul établissement et telle n’est pas l’approche que souhaite promouvoir l’INALCO, car elle n’est sans doute pas la démarche la plus prometteuse.

Paris et l’Île de France, tant en potentiel de recherche qu’en richesse documentaire réunissent des forces importantes et beaucoup de partenariats souhaitables, tant entre recherches orientalistes de tous profils (de l’érudition classique à l’expertise et à la prospective économique et sociale) qu’entre celles-ci et de multiples disciplines des sciences humaines et sociales, des sciences de la matière, de la Terre et de l’univers. J’ai fait savoir à de multiples interlocuteurs, depuis 2005, alors que se préfiguraient les unions d’établissements que sont désormais les PRES, puis lors de leur mise en œuvre, que ces transformations, si elles conduisaient à aggraver les divisions, à rendre étanches les cloisonnements et concurrences qui s’étaient instaurés entre beaucoup d’universités, iraient à l’encontre du renforcement invoqué. La proposition de création d’une puissante UMR consacrée à l’Asie et commune aux établissements dans lesquels ces recherches présentent une pertinence forte, à laquelle le Réseau Asie apporterait ses compétences et ses forces propres, permettrait de répondre aux attentes et de promouvoir les intérêts tant de chaque partenaire que de l’ensemble et me semble donc digne de retenir l’attention.

Un établissement tel que l’INALCO, qui a consenti depuis une quinzaine d’année des efforts importants pour consolider ses capacités de recherche en même temps qu’il a renouvelé ses équipements[1], a pour ambition de favoriser ce qui peut permettre la construction de multiples partenariats.  Il entend jouer au sein de ce processus un rôle ouvert et constructif. Pour l’INALCO une collaboration renforcée avec les organismes de recherche comme avec l’ensemble de ses partenaires permettrait de donner une ampleur et une visibilité supplémentaires aux enseignements et aux recherches sur l’Asie. Les uns comme les autres savent que l’institut a le potentiel et la volonté d’une telle politique.

Sans doute d’autres alternatives peuvent-elles être avancées et je suis persuadé qu’elles seront examinées avec attention. Du moins est-il avant tout nécessaire que ces projets aient pour finalité et pour logique la consolidation du potentiel parisien et régional pour un champ d’étude dont l’actualité est à ce point crucial.

Paris, le 16 décembre 2012

Jacques Legrand (Professeur des universités [langue, littérature et civilisation mongoles], est Président de l’INALCO (2005-2013) et Président du Conseil académique de l’Institut international pour l’étude des civilisations nomades [IISNC, UNESCO, Ulaanbaatar, 1998-]).


[1]

Installé depuis septembre 2011 dans son nouveau bâtiment du 65 rue des Grands Moulins qui héberge, en même temps que la BULAC, les enseignements de ses plus de  90 langues, l’INALCO a en outre procédé au ravalement et à la rénovation de son bâtiment historique du 2 rue de Lille, qui abrite depuis la fin de l’été 2012 l’ensemble de ses équipements et équipes de recherche ».


Pour citer ce billet : LEGRAND, Jacques, « Quelques réflexions sur les études consacrées à l’Asie, leurs enjeux, leurs voies, leurs outils », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 16 décembre 2012.[En ligne : http://resap.hypotheses.org/1416]

Jean-François Huchet : Perspectives de la recherche et de l’enseignement sur la Chine

1)      Quelles analyses faites-vous de la situation des études actuelles de l’Asie et du Pacifique ? 

Le plus simple c’est que je vous parle de ce que je connais le mieux, c’est-à-dire de la Chine. Tout d’abord de la place de la Chine puis des questions d’économie. Sur la Chine, je pense qu’il y a eu « un trou d’air » – je crois à peu près entre la génération des soixantenaires et la génération qui arrive maintenant – dans la plupart des disciplines des sciences humaines et sociales.

2)      Donc le « trou d’air », cela veut dire qu’il y a eu des recrutements qui devaient se faire mais qui ne se sont pas faits ?

Je pense que dans certaines disciplines, c’est en train de se faire, même si c’est de manière un peu inégale. Par ailleurs, on ne recrute plus de la même manière comme on le faisait au moment de votre génération. Par exemple si je prends le cas des sciences politiques, on ne recrute plus des gens qui travaillent sur la situation générale de la politique chinoise en tant que telle. On recrute aujourd’hui des gens qui font des études sur une « tête d’épingle » … sur un sujet très spécifique. Ce n’est pas quelque chose propre uniquement à l’aire culturelle Chine. Il est évident qu’il y a un besoin, à mon sens, de reconstituer un vivier sur des thématiques bien précises. On le voit aujourd’hui avec la passation de pouvoir en Chine durant le 18ème Congrès du PCC. Il existe dans la jeune génération très peu de personnes qui sont capables de décrypter ce qui est en train de se passer en Chine, alors que la Chine est la deuxième puissance – et bientôt la première puissance politique et économique du monde. Je trouve que c’est assez inquiétant.

3)      Vous avez des thésards en amont ?

On a des thésards mais qui travaillent encore une fois sur des sujets « têtes d’épingle » et il n’y en a pas beaucoup. Il y en a un peu plus en anthropologie. Quand j’étais à Hong Kong au CEFC et que nous lancions des appels à financement pour des thèses, nous avions majoritairement des anthropologues.

4)      Qu’est-ce qu’il faut faire ?

À mon sens il faut recruter, mais cela implique qu’il y ait des signaux forts à envoyer aux directeurs de thèses comme quoi ils pourront faire le « service après-vente ». « Je vais recruter cette personne en thèse en sachant que je pourrais lui dire que je vais faire de mon mieux pour l’aider à trouver un poste sur tel ou tel sujet ». Je parle sur quelque chose que je connais mieux à savoir l’économie : combien sommes-nous aujourd’hui en France à traiter de l’économie de la deuxième puissance mondiale ? On a quelques jeunes aujourd’hui qui ont fait des thèses avec Daniel Cohen à l’École d’économie de Paris et il y en deux qui parlent chinois. Donc je suis content que l’un d’entre eux ait été recruté mais c’est très peu pour une telle nation.

5)   Parmi les auteurs des contributions pour le Livre Blanc, les économistes sont ceux qui disent qu’on exige d’eux la connaissance de la langue alors que ce n’est pas vraiment nécessaire. Ils travaillent sur des séries de statistiques, beaucoup de choses sont en anglais …  Or pour moi ce n’est pas suffisant. Il faut entrer dans une langue car c’est entrer dans une logique.

Il faut que les commissions en économie au CNU ou au CNRS soient un peu moins sectaires sur le plan méthodologique et acceptent des personnes qui font de l’économie appliquée et pas uniquement basée sur des modèles économétriques.

6)    Pensez-vous qu’il serait intéressant de créer une nouvelle section CNRS pour pouvoir recruter des gens avec le profil qu’on souhaite ?

Je pense que la section 15 du CNU pourrait être reproduite au CNRS, tout simplement, car elle est ouverte à des gens qui ont travaillé sur la civilisation ; il y a une tolérance plus forte.

7)     Faudrait-il mettre un coup de projecteur sur l’Asie, comment procéder et comment le justifier ?

Je reste persuadé que la meilleure chose est que l’Asie ne se retrouve pas seule dans cette quête, il faut faire comme au CNU avoir une commission qui recrute sur plusieurs aires culturelles. Mais pour la question du contemporain, il faudrait souligner dans ce livre blanc, le fossé entre la montée de l’Asie sur tous les points en matière d’économie, politique, géopolitique … et la faiblesse du recrutement sur cette période. Sinon, on va se retrouver dans vingt ans avec très peu de chercheurs sur une zone géographique très importante. Et en terme de compréhension de cette zone, on aura été déclassé, ce que nous n’étions pas il y a encore quelques années puisqu’il y avait une très forte école sur l’Asie, mais qui correspondait à une Asie qui n’était pas celle qui émerge et se transforme actuellement sous nos yeux.  La Chine en l’espace de 35 ans a connu de profonds changements. On a donc besoin d’avoir des gens qui travaillent véritablement sur le contemporain. On a besoin de monter d’un cran maintenant.

8)    Comment faire évoluer le contemporain, recruter des gens et comment  se positionner ? Qu’est-ce qui peut être fait avec l’INALCO ?

Je pense que la voie à poursuivre, c’est surtout de ne pas toucher à la puissance de formation linguistique qui est remarquable. Mais il faut recruter des juristes, des économistes, des géographes, des politistes qui vont travailler sur l’Inde, sur la Chine, l’Asie du Sud-est … Il faut investir sur le long terme et favoriser une montée en gamme de la recherche et de l’enseignement sur ces domaines et il y aura cette complémentarité qui fait l’excellence de l’INALCO, c’est-à-dire d’une institution qui est capable de former des gens à la fois en langue et en civilisation. De surcroît, nous récupérons à l’INALCO beaucoup d’étudiants qui sont en double cursus. Il est important de savoir et de comprendre ce que les entreprises chinoises font en achetant des terrains au Brésil, que la structure même du commerce extérieur de l’Amérique latine est en train d’être aspirée littéralement par la Chine parce que les pays d’Amérique Latine sont en train de se spécialiser dans les matières premières aux dépens de l’industrie pour répondre aux besoins de la Chine.

9)    Comment fait-on si on n’a pas de bons candidats ?

On pourrait effectivement décider d’avoir un système à l’américaine avec des « tenures ». Toutefois, je suis assez partagé : c’est-à-dire qu’il soit transparent et prévisible pour les candidats. On dit aux gens « voilà on a des critères et au bout de trois ou cinq ans, on vous embauche donc vous avez un poste à contrat indéterminé». Soit on vous en redonne pour deux ans parce que vous avez fait des choses mais ce n’était pas suffisant. Soit vous éjectez. Cependant, il y a des pays où ils affichent sur le papier ce système mais qui en fait, vont mal se comporter vis-à-vis des professeurs qui ont rempli les conditions. En France, les recrutements à l’université permettent déjà d’avoir eu la possibilité de tester en matière d’enseignement les candidats via les postes d’ATER. Pendant deux ans, on a déjà vu si le candidat était capable d’assurer des enseignements tout en écrivant une thèse. Effectivement si la personne ne possède pas les qualités nécessaires, elle ne sera pas recrutée en tant qu’enseignant-chercheur ; aujourd’hui sur les dossiers quand on recrute des maîtres de conférences, ce sont des personnes qui ont déjà été testées par le système.

10)   Comment feriez-vous pour implanter un système semblable au CNRS ?

Moi ça ne me choquerait pas que le CNRS institue une possibilité pendant 3 à 5 ans de dire aux gens « Non vous n’êtes pas fait pour être chercheur ». Je suis très fortement en faveur de pousser les gens à l’enseignement. D’abord parce qu’il y a une exigence de transmission extrêmement importante. Il y a une exigence de transmission sur les sujets sur lesquels on travaille. Je le vois entre les cours que je faisais au département d’économie à Rennes sur l’histoire de la pensée économique qui est un cours très intéressant mais qui n’est pas le sujet sur lequel j’ai fait ma thèse. Mais je vois bien la différence entre ce type de cours que je donnais et le type de cours que je donne maintenant sur la Chine qui est mon objet de recherche. Je pense que pour mes étudiants, ils prennent plus de plaisir et d’intérêt à m’écouter quand je leur parle aujourd’hui d’économie chinoise que les étudiants qui m’écoutaient lorsque je faisais mes cours sur la pensée économique. Je ne faisais que répéter ce que j’avais lu dans les bouquins, je n’ai pas fait ma thèse sur Ricardo ou Adam Smith. Il y a donc cette exigence de transmission sur le sujet de recherches sur lequel on a fait sa thèse,  c’est extrêmement important. Les étudiants sont redoutables, ils jugent un professeur très rapidement et il y a une exigence de clarté dans les propos qui aide beaucoup au niveau de la recherche. Il faut construire un cours sur 26 heures et l’enseignant est devant un public exigeant. Je pense aussi que les cours  nous aident à resituer notre objet de recherche dans un contexte plus large que notre sujet de recherche. Je pense que ces exigences sont nécessaires dans le métier de chercheur. Après faut-il donner un service aux gens du CNRS ou la moitié d’un service et permettre à ceux qui sont à l’université aujourd’hui de faire un peu moins de cours ? C’est une question qu’il faut étudier.

(…)

On pourrait aussi pour les enseignants chercheurs garder « un crédit recherche » sur toute sa vie. Un chercheur qui est à l’université aurait par exemple un crédit de 10 ans recherche dans toute sa carrière et aurait le droit de passer au CNRS, impliquant que quelqu’un du CNRS vienne à l’université avec un crédit d’enseignement à faire pendant 10 ans et cela permettrait de tourner. Les délégations actuelles pour les collègues qui sont à l’université qui partent au CNRS, sont encore difficiles à gérer par l’équipe d’origine de l’enseignant. Pour un détachement, l’université dispose d’un support de crédit qui arrive automatiquement puisque le MESR ne paie plus l’enseignant ; mais la délégation d’une certaine manière est un peu pernicieuse pour l’université parce que tes collègues te disent « on te laisse partir au CNRS pendant un an mais qui va faire les cours si on n’a pas de support budgétaire ? Donc c’est nous qui allons assurer tes cours ? » ; et quand le collègue demande une deuxième année on lui répond qu’il déjà eu une première année cela arrive qu’il y ait une certaine réticence pour lui accorder une deuxième.

11)   Comment verriez-vous l’articulation des deux ? (CNU/CNRS)

Je pense que ce sont des crédits qui permettent d’établir un pont beaucoup plus systématique entre la recherche et l’enseignement. Pourquoi ne pas étendre le système d’institut de France qu’on a mis en place au CNRS ?

12)   Cela équivaut à une année sabbatique ?

Non car il y a des gens qui pourraient rester longtemps. On pourrait imaginer que cela soit le CNRS qui serait l’organisme récipiendaire des enseignants qui partent ? Et à l’inverse il y aurait des chercheurs qui donneraient des cours, s’il y a obligation d’avoir cette réciprocité entre l’université et le CNRS.

13)   Il faudrait qu’il y ait une expérience pilote pour dire qu’en Asie il y a des transformations profondes

On commence par une UMR et voyons ce que ça donne.

14)  À Berkeley, ils ont 6 mois tous les 3 ou 4 ans et s’ils veulent une année il faut qu’ils aillent voir une fondation avec leur projet, laquelle fondation peut dire « moi je prends ce sujet » ; mais ils doivent faire un rapport et travailler. Donc ils peuvent avoir tous les 3 ou 4 ans une année complète. Ce système n’existe pas en France.

Non, mais nous on connaît une autre alternative qui sont les UMIFRE où on part à l’étranger. Mais combien sommes-nous dans le système à le faire ? Très peu et puis ça implique qu’on parte à l’étranger aussi.

15)   Qu’est-ce qu’on pourrait faire pour améliorer les UMIFRE, c’est-à-dire pour que ce soit une plaque importante pour que les chercheurs qui viennent soient accueillis ?

Il faudrait reprendre une politique active du CNRS pour développer des contrats de longue durée (2 à 4 ans) mais aussi de plus courte durée (inférieurs à un an). Nous avions au CEFC en 2008 6 postes CNRS et aujourd’hui il n’y en a plus qu’un c’est-à-dire que l’accordéon s’est refermé.

16)   Quelles sont les disciplines criantes où l’on manque de spécialistes ?

Économie, sciences politique et droit. Les décideurs politiques doivent décider de certaines priorités et reconnaître que dans les trente ans à venir nous auront besoin de personnes qui connaissent la politique chinoise, le droit, l’économie chinoise ; cela ne nous ne empêchera pas bien sûr de recruter toujours des chercheurs et enseignants en sociologie, ou en anthropologie, en langue. Il n’y a pas à opposer les disciplines les unes par rapport aux autres mais s’il y a des lacunes dans certains domaines il faut les combler par des crédits supplémentaires et des créations de poste, quitte dans les période de disette budgétaire que nous connaissons à flécher un peu plus les postes. Prenons l’exemple du droit en Chine, il n’y a à ma connaissance en France que deux personnes qui travaillent à temps plein sur ce sujet. Aux États-Unis, sans réfléchir, je pense à 7 chercheurs qui travaillent sur ce sujet.

17)   Comment situez-vous « Perspectives chinoises » ?

Maintenant la revue est entrée dans les critères scientifiques entre guillemets que ce soit en France ou à l’étranger. Mais on avait suffisamment d’histoire. La revue disposait déjà d’un comité scientifique solide. C’est sur ce point le grand drame des nouvelles revues, surtout dans les critères de classification à l’étranger, qui demandent une longue histoire de publication. Mais cela veut dire que les chercheurs à qui on demande de publier dans les revues classées par SSCI ne publieront pas dans les nouvelles revues non classées.

17) Mais pourquoi n’y a-t-il pas une édition en chinois ?

Essentiellement pour des questions de coûts de la traduction et de main d’œuvre dans le travail éditorial et de censure en Chine. À Taiwan il n’y a pas de problème mais les gens lisent l’anglais. Par contre ce qui est intéressant c’est de prendre des textes de collègues qui écrivent en chinois et de les traduire en anglais, de faire connaitre la recherche qu’il y a en Chine. Et ça je dois dire qu’on ne le faisait pas suffisamment parce que cela coûte cher généralement en plus du gros travail éditorial à faire derrière.

Jean-Francois Huchet, économiste et sinologue, est professeur des universités à l’INALCO

Professor, School of China Studies

 

Pour citer ce billet : HUCHET, Jean-François, « Perspectives de la recherche et de l’enseignement sur la Chine », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 décembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1266]