Archives par étiquette : ILAS

Nouvelles perspectives en sciences humaines pour les Asian Studies

Source : Peyraube, Alain, Wang, Ayling, « New Perspectives for Asian Studies in the Humanities », in Asian Studies in the Humanities : Visions for the Future, European Science Foundation, Young Researchers Forum ‘New Perspectives for Asian Studies in the Humanities’, ESF-CCKF Humanities, Spring 2009, 27-30 May 2009, Prague, pp. 5-6

Les études interdisciplinaires sur les aires culturelles proviennent de champs hétérogènes et transdisciplinaires de la recherche et du monde universitaire qui se rapportent à une région géographique ou culturelle particulière. Ces études sont devenues de plus en plus populaires aux États-Unis et dans le monde universitaire occidental après la Seconde Guerre mondiale. Cependant, elles ont également fait l’objet de nombreuses critiques de la part des spécialistes de la région eux-mêmes qui ont pu constater que leur popularité était en baisse entre 1980 et 2000. Lorsque le Conseil de la recherche en sciences sociales, l’American Council of Learned Societies aux États-Unis et le Centre national de la recherche scientifique en France, qui avait soulevé et administré des fonds pour les études sur les aires, ont fermé leurs commissions aires culturelles, cela a été interprété comme un changement radical pour la recherche.

La plus grande menace pour les aires culturelles venait des sciences sociales, principalement des sciences politiques et économiques, et non des sciences humaines.

Les études sur les aires culturelles ont énormément bénéficié aux études asiatiques, qui sont l’une de ses principales branches, ainsi qu’aux études sur l’Afrique, l’Amérique, l’Amérique latine et l’Europe. L’expression « études asiatiques », englobe non seulement l’archéologie, l’histoire, les langues, la linguistique, les études anthropologiques et culturelles, la philosophie, les religions, l’art et la littérature, mais aussi des aspects de la sociologie, de la politique et de l’économie dans les sociétés asiatiques traditionnelles et contemporaines.

Afin d’examiner à quel point les études asiatiques devenaient populaires à nouveau dans les sciences humaines, le Comité permanent du FSE pour les sciences humaines (SCH) et la Fondation taïwanaise Chiang Ching-Kuo pour les échanges scientifiques internationaux (CCK-F) ont invité les universitaires à participer à un atelier de trois jours intitulé «Nouveaux Horizons» à Prague, du 27 à 30 mai 2009.

Le rôle du Comité permanent du FSE pour les sciences humaines (SCH) est de coordonner des réseaux transnationaux existants et émergents d’universitaires et d’institutions dans les sciences humaines. Ses intervenants sont des organismes nationaux et internationaux de financement de la recherche, qui à l’affût de nouvelles contributions dans les discussions sur les choix stratégiques. La Fondation taïwanaise Chiang Ching-Kuo pour les échanges scientifiques internationaux (CCK-F), favorise également l’internationalisation des études chinoises en intégrant aussi bien les tendances universitaires à Taiwan qu’à l’étranger. En outre, ses objectifs de promotion de jeunes talents signifient que de nouveaux champs et cadres conceptuels peuvent être également développés.

Deux réseaux d’études asiatiques en Europe

Le réseau Asie

Il a d’une part été fondé par un groupe de chercheurs et soutenu par le Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MENESR), le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) et l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Les objectifs du Réseau Asie incluent l’élaboration d’une liste d’experts de l’Asie et leur réunion afin de développer leur expertise, d’étudier les questions concernant l’Asie, d’attirer et de stimuler l’intérêt des spécialistes d’autres régions ou disciplines liées à l’Asie et de créer un pôle de compétences et de connaissances à travers la création d’une base de données, ce qui permet la coopération avec des organisations similaires en Asie, en Amérique du Nord et du Sud.

L’Institut international d’études asiatiques (ILAS)

L’ILAS, d’autre part, est un centre de recherche post-doctoral, à Leyde et Amsterdam. Son objectif est d’encourager l’étude interdisciplinaire et comparative de l’Asie et de promouvoir la coopération nationale et internationale. L’Institut met l’accent sur les sciences humaines et sociales et sur leurs interactions avec les autres sciences.

En tant que médiateur international, travaillant en étroite collaboration avec des partenaires nationaux et internationaux, les activités de l’Institut comprennent la fourniture de services d’information, la construction de réseaux internationaux et la mise en place de projets de coopération internationaux et de programmes de recherche.

En outre, l’ILAS accueille de nombreux stagiaires post-doctoraux en études asiatiques, qui sont sélectionnés par un comité académique, et organise des ateliers, des conférences et la publication d’un bulletin international et autres ressources académiques. Comme le Réseau Asie, l’ILAS possède une base de données contenant des informations sur les chercheurs et les instituts dans le domaine des études sur l’Asie, en Europe et dans le monde entier.

Enfin, en matière de réseaux institutionnels, l’ILAS joue un rôle stratégique et dominant au sein de réseaux tels que le « Consortium Leiden for Asian Studies », le « European Alliance for Asian Studies » et la Convention internationale des chercheurs asiatiques.

New Perspectives for Asian Studies in the Humanities: Summary of the text by Alain Peyraube and Wang Ayling

Source: Peyraube, Alain, Wang, Ayling, « New Perspectives for Asian Studies in the Humanities », in Asian Studies in the Humanities: Visions for the Future, European Science Foundation, Young Researchers Forum ‘New Perspectives for Asian Studies in the Humanities’, ESF-CCKF Humanities, Spring 2009, 27-30 May 2009, Prague, pp. 5-6.

Interdisciplinary Area (or Areal) studies stem from heterogeneous and interdisciplinary fields of research and academia that relate to a particular geographical or cultural region. These studies grew increasingly popular in the United States and in Western academia after the Second World War. However, they had also succumbed to much criticism from area specialists themselves and found that their popularity was declining from 1980-2000.  When the Social Science Research Council and the American Council of Learned Societies in the United States and the National Centre for Scientific Research in France, which had raised and administered funds for Area Studies, closed down their area committees, this was interpreted as a the drastic changing of research.

The greatest threat to Areal Studies came from the Social Science, mainly from Political Science and Economics and not from the Humanities.

Areal studies have hugely benefitted Asian studies, which are one of its main branches of study, as well as African, American, Latin American and European studies. The term, ‘Asian studies’, not only encompasses the study of archaeology, history, languages, linguistics, anthropological and cultural studies, philosophy, religions, art and literature, but also aspects of sociology, politics and economics in traditional Asian and other contemporary societies.

In order to examine to which point Asian studies were becoming popular again in the Humanities, the ESF Standing Committee for the Humanities (SCH) and the Taiwan Chiang Ching-Kuo Foundation for International Scholarly Exchange (CCK-F) invited academics to participate in a three-day workshop entitled, ‘New Horizons’ in Prague from 27th-30th May 2009.

The role of the ESF Standing Committee for the Humanities (SCH) is to coordinate existing and emerging transnational networks of academics and institutions in the Humanities. Its stakeholders are national and international research funding bodies, which look for new input to discussions on strategic choices. The Taiwan Chiang Ching-Kuo Foundation for International Scholarly Exchange (CCK-F), on the other hand, promotes the internationalisation of Chinese studies by incorporating both the academic trends in Taiwan and abroad. Moreover, its aims of fostering young talent mean that new fields and conceptual frameworks can also be developed.

Two Asian Studies networks in Europe

The Asia Network was founded by a group of researchers and supported by the Ministry of National Education, Higher Education and Research (MENESR), the National Centre for Scientific Research (CNRS), the Foundation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), the National Foundation for Political Science (FNSP) and the School of Graduate Studies in the Social Science (EHESS). The aims of the Asia Network include compiling a list of experts of Asia and bringing them together in order to develop their expertise, studying issues concerning Asia, attracting and stimulating the interests of specialists from other regions or disciplines related to Asia and to create a hub of skills and knowledge through the creation of a database, allowing cooperation with similar organisations in Asia, North and South America.

The International Institute for Asian Studies (ILAS), on the other hand, is a postdoctoral research centre, in Leiden and Amsterdam. Its aim is to encourage the interdisciplinary and comparative study of Asia and promote national and international cooperation. The Institute focuses on the human and social science and their interaction with other sciences.

As an international mediator, working closely with national and international partners, the Institute’s activities include providing information services, constructing international networks and setting up international cooperative projects and research programmes.

Additionally, the ILAS welcomes many postdoctoral fellows in Asian studies, which are selected by an academic committee, as well organising workshops, conferences and the publication of an international newsletter and other academic material. Like the Asia Network, the ILAS, too has database containing information about researchers and institutes in the field of Asian Studies in Europe and throughout the world.

Finally, in terms of its institutional networks, the ILAS plays a strategic and leading role in networks such as the ‘Leiden Consortium for Asian Studies’, the ‘European Alliance for Asian Studies’ and the ‘International Convention of Asian Scholars’.