Archives par étiquette : Coopérations transeuropéennes

L’Institut international des études asiatiques (IIAS), Leiden, Pays-Bas

Philippe Peycam, 8 octobre 2013

 

L’Institut

L’Institut international des études asiatiques (IIAS) est une plate-forme d’échanges basée à Leiden, aux Pays-Bas. Il encourage les études multidisciplinaires et comparatives sur l’Asie, et favorise activement les coopérations (inter)nationales. L’IIAS a le rôle d’un médiateur national, européen et mondial, rassemblant les partenaires académiques et non-académiques, dont les organisations culturelles, sociales et politiques.[1] Créé en 1993, financé par le Ministère néerlandais de l’Education, l’IIAS est un institut mondial de sciences humaines et sociales. Il se situe dans l’Université de Leiden.[2]

Avec la réorganisation des études supérieures néerlandaises dans les années 2000 et le nouvel accent mis sur le développement de groupes académiques d’excellence, nationaux et internationaux, l’IIAS a accru son rayonnement international, tout en voyant son ancrage renforcé dans le paysage des études internationales et régionales de Leiden. Cette réussite n’est pas uniquement due à la richesse des ressources académiques que représente l’Université de Leiden, une institution de plus de quatre cents ans qui, depuis longtemps, soutient l’un des investissements éducatifs les plus complets en ce qui concerne les études des langues et sociétés non-occidentales en Europe. L’IIAS interagit également avec les principales institutions d’études régionales présentes à Leiden, comme l’Institut royal néerlandais d’études sur l’Asie du Sud-Est et les Caraïbes, et le Centre d’études africaines.[3] L’Institut est aussi connecté aux nombreux centres académiques anglophones, francophones et germanophones en Europe, ainsi qu’à des partenaires en Asie, en Amérique, en Afrique, et au-delà.

Le personnel permanent est chargé de la coordination, de l’organisation et de l’administration des activités de l’IIAS. Le directeur rend compte de ses missions à un Conseil, constitué de chercheurs académiques du champ des études asiatiques. L’IIAS accueille beaucoup de chercheurs en post-doctorat dans les études asiatiques ; ils sont sélectionnés par un comité académique indépendant, sur la base de leurs mérites, qualités et des ressources disponibles.

Animer un réseau mondial

L’IIAS est depuis longtemps à l’avant-garde des nouvelles réflexions sur les études asiatiques, et des avancements innovateurs majeurs dans ce domaine. Depuis 1995, il joue un rôle clé de conseil, en fournissant une participation académique stratégique à l’Asia-Europe Meeting (ASEM) et à son Asia-Europe Foundation (ASEF). En 1997, l’IIAS a collaboré avec l’Institut nordique des études asiatiques (NIAS) pour mettre en place l’Alliance européenne des études asiatiques, qui a consolidé la coopération académique entre un certain nombre d’instituts importants sur les études asiatiques en Europe, établissant ainsi une plate-forme transeuropéenne pour le partenariat académique et le dialogue scientifique. L’Alliance connaît actuellement un processus de réorganisation pour mieux refléter la nouvelle diversité des programmes et institutions en Europe.

En 1997, en collaboration avec l’Association pour les études asiatiques (AAS) nord-américaine, l’IIAS a lancé la Convention internationale des scientifiques sur l’Asie (ICAS). ICAS est devenu un réseau scientifique mondial pour les échanges académiques avec la société civile. C’est maintenant le plus grand événement biennal mondial des études asiatiques, avec une moyenne de 200 à 300 panels couvrant tous les sujets des études asiatiques, avec des participants du monde entier et un réseau institutionnel de plus de 350 universités, instituts et organisations.[4] A l’exception de la rencontre d’Hawaï de 2011, toutes les conventions depuis 2001 se sont tenues en Asie. Le secrétariat de l’ICAS est hébergé à l’IIAS. Depuis juin 2013, il est sous la supervision d’un conseil international représentant des institutions des différentes régions d’Asie et du monde, où l’Asie est étudiée. Outre l’Alliance et ICAS, l’IIAS développe actuellement un tissu de centres régionaux, stratégiquement situés en Europe, en Asie et au-delà, dans lesquels il recherche des collaborations de long terme avec des partenaires institutionnels.

Depuis 2010, l’IIAS et d’autres partenaires d’Asie, d’Afrique et des Etats-Unis travaillent sur une initiative de renforcement des acquis pour promouvoir l’enseignement et les études de l’Asie dans les universités africaines, avec l’objectif de donner une place à l’axe académique Asie-Afrique dans le domaine plus large des études asiatiques, qui inclut le rôle des institutions académiques occidentales. Par conséquent, une Association des études asiatiques en Afrique (A-Asia) a été créée à Lusaka, en Zambie, en 2012.[5] Une initiative similaire est en préparation avec des partenaires d’Amérique latine.

Expérimenter les nouvelles tendances des études asiatiques

Étant l’une des plus mondialisées des institutions existantes sur les études asiatiques, et comme principal complexe de recherches centrés sur les humanités, accueillant plusieurs réseaux scientifiques dynamiques à travers l’Europe et ailleurs, l’IIAS bénéficie d’une position unique pour expérimenter les nouvelles tendances des études asiatiques, notamment en encourageant les dialogues pluridisciplinaires et multisectoriels.

Depuis 2010, l’IIAS a mené des recherches dans trois groupes thématiques : (1) Les villes asiatiques, groupe qui explore les modes du développement urbain en Asie ; (2) Les patrimoines asiatiques, groupe qui évalue de manière critique les pratiques autour du patrimoine culturel en Asie ; et (3) « Global Asia », groupe qui se concentre sur l’Asie dans un contexte mondial, comprenant les connexions internes en Asie. Chacun de ces trois thèmes est envisagé de manière large, dans le but de maximiser les interactions entre les projets, les chercheurs, et les partenaires institutionnels.

Dans le domaine des études urbaines, l’IIAS a créé en 2012 le Réseau Asie du savoir urbain (UKNA), financé par l’Union européenne ; c’est un groupe transrégional de plus de 100 chercheurs affiliés à 17 institutions en Inde, en Chine, en Europe et aux Etats-Unis.

Dans le champ du patrimoine, l’Institut facilite la création du premier programme universitaire transrégional en « critical heritage studies » entre l’Université de Leiden (Pays-Bas), l’université Gadjah Mada (Indonésie), l’Université Nationale de Taiwan et l’Université Yonsei (Corée). La première partie de ce cursus de double-diplôme a débuté en septembre 2013, avec le lancement d’un parcours en « critical heritage studies », études comparatives entre l’Europe et l’Asie, dans le cadre du programme de Master en études asiatiques de l’Université de Leiden.

À l’intérieur du « groupe « Global Asia », l’IIAS parraine le premier réseau pan-africain d’études asiatiques : Association des études asiatiques en Afrique (A-Asia). En octobre 2013, l’IIAS a rejoint le consortium Connexions interasiatiques, coordonné par le Conseil de la recherche en sciences sociales.[6]

En octobre 2013, l’IIAS s’est vu remettre un prix pluriannuel de la Fondation Mellon, à New-York, pour une nouvelle initiative intitulée « Repenser les études asiatiques dans le contexte mondial ». Ce projet pilote de deux ans fait partie d’un programme à plus long terme dont le but est de renforcer et de réorienter les études asiatiques, en encourageant une nouvelle recherche centrée sur les humanités, et des opportunités de formation construites sur un réseau ouvert international et transrégional, de chercheurs et d’institutions, principalement d’Asie, d’Amérique du Nord et d’Europe, mais aussi d’Afrique.[7]

Ces initiatives de l’IIAS, et de nombreuses autres, ont inspiré un certain nombre d’articles académiques de stratégie pour les études asiatiques, mis en valeur dans une collection d’éditoriaux et de rapports de direction publiés dans la lettre d’information de l’IIAS. Cette lettre, qui compte près de 20 000 abonnés à ses versions papier et électronique, est le périodique et la ressource les plus importants en leur genre sur les études asiatiques. L’IIAS dirige également un programme de publication, en partenariat avec les Presses universitaires d’Amsterdam (AUP). Il rénove actuellement cette activité pour établir une nouvelle collection thématique, basée sur une série, de monographies et de volumes édités.

Philippe Peycam est directeur de l’International Institute for Asian Studies, Leiden, Pays-Bas.

Il est également Visiting Fellow de l’Institute of Southeast Asian Studies, à Singapour.

Historien du Vietnam moderne (Ph.D SOAS), il s’intéresse également à l’histoire récente du Cambodge, et plus généralement, aux problèmes liés à la (re)constitution d’une communauté académique/intellectuelle en contextes de post-conflit.

Il a été directeur-fondateur du Centre d’Etudes Khmères, au Cambodge (1999-2009)


[1] Pour plus d’informations, voir le site web de l’IIAS : www.iias.nl

[2] L’Institut a été créé à l’origine de manière commune, par l’Académie royale néerlandaise des arts et sciences (KNAW), l’Université de Leiden, l’Université d’Amsterdam (UVA) et l’Université libre d’Amsterdam (VU).

[3] L’IIAS est un membre fondateur du réseau « Leiden Global » récemment créé, de même que l’Université de Leiden, le Centre d’études africaines, l’Institut royal néerlandais d’études sur l’Asie du Sud-Est et les Caraïbes (KITLV), le Musée d’ethnographie et d’antiquités, le Centre Roosevelt d’études nord-américaines, etc. Le bureau de l’IIAS à Amsterdam a été fermé au 31 décembre 2011.

[4] La septième convention ICAS s’est tenue à Honolulu au printemps 2011, conjointement à la conférence de l’AAS, qui fêtait son 70e anniversaire. Avec plus de 5000 participants et 770 panels, elle représente le plus large rassemblement sur les études asiatiques à ce jour. La huitième convention ICAS aura lieu à Macao, en Chine, du 23 au 27 juin 2013.

[5] L’initiative a été développée en partenariat avec le Programme d’échanges Sud-Sud pour la recherche sur l’histoire du développement (SEPHIS), l’Université de Zambie, l’Université Doshisha (Japon), le Centre d’études africaines (Leiden) et Conseil de la recherche en sciences sociales (New York). La conférence inaugurale de l’association A-Asia est prévue en 2015 à Accra, au Ghana, avec le support logistique d’ICAS.

[6] Le consortium comprend le Conseil de la recherche en sciences sociales, l’Université de Yale, l’Université de Hong-Kong, l’Université Koc, l’Université nationale de Singapour et l’Université de Göttingen.

[7] Pour cette initiative qui sera lancée en avril 2014, l’IIAS collaborera avec l’Université Columbia.