Archives par étiquette : champs d’études

SERBIE

Source: Aleksandar Protic, Conseiller fédéral auprès de la Fédération Française des Clubs UNESCO. Intervenant à l’Université de Paris IV Sorbonne (2013)

BREF HISTORIQUE
En Serbie, les études asiatiques sont intimement liées au départ de l’Empire Ottoman des Balkans en fin du XIXe siècle. Les premières études asiatiques en Europe de l’Est se développent en Serbie, après la révolution serbe, quand le pays réintègre la communauté « européenne » et coordonne ses études selon les standards scientifiques. Le premier temple bouddhique en Europe apparaît à Belgrade au début du XXe siècle. Le premier département universitaire d’études orientales dans les Balkans est fondé à Belgrade en 1926, à la Faculté de Philologie, par l’illustre chercheur Fehim Bajraktarevic. Les études concernaient les langues orientales et les littératures turques, perses et arabes, car il y avait une nécessité de comprendre l’héritage oriental des peuples slaves du sud. Progressivement, les études hébraïques, chinoises, japonaises ou perses se développent et se voient ouvrir leurs départements universitaires. Les études universitaires de langue et littérature russes existent depuis 1878, suite aux relations bilatérales de longue date avec la Russie. Belgrade a toujours conservé le rôle prépondérant en matière d’études asiatiques dans la région.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Université de Belgrade

La coopération entre l’Université de Belgrade et les universités en Asie comprend principalement les universités de Russie, de Chine, du Japon et d’Australie, mais également les universités d’Indonésie, d’Iran et de Corée.

Faculté des sciences politiques :

La Faculté des sciences politiques consacre un département à la géopolitique, économies et politiques d’Asie, identité et valeurs des peuples asiatiques, développement des ressources en Asie ou diplomatie du Japon. La faculté propose un unique master multidisciplinaire « Les études régionales asiatiques » dirigé par le Professeur Dragana Mitrovic. Par ailleurs les enseignements de grande qualité sont assurés par les professeurs, experts, diplomates et professionnels ad hoc.

Centre d’études asiatiques

Établi par le Professeur Dragana Mitrovic, experte de référence pour la Chine et l’Extrême-Orient, le Centre d’études asiatiques approfondit les politiques internes de pays suivants : la Chine, le Japon, la République de Corée, la Fédération de Russie, les Républiques d’Asie centrale, l’Inde, le Pakistan, la Malaisie, l’Indonésie et d’autres pays de l’ASEAN, l’Australie, l’Iran et la Turquie; leur développement économique et social, leur politique étrangère, leurs relations et intégrations économiques, la coopération politique, de sécurité et d’infrastructure. À part sa fonction de recherche, et d’expertise indépendante, le Centre publie la revue « Asian Issue », organise des conférences, des séminaires, des ateliers, la création des bases de données et demeure lieu de référence dans le contexte régional et asiatique.

Faculté de philologie

C’est l’institution régionale la plus importante en matière de langues asiatiques. Le Département d’études orientales regroupe plusieurs chaires étudiant la philologie, langue et littérature orientales : arabes, turques, chinoises, japonaises, hébraïques, coréennes, persanes et sanskrites, alors que la langue et la littérature russes sont étudiées en Département d’études slaves.

Faculté de Philosophie

Elle enseigne le hindi, ancien sanskrit et sandhi ainsi que l’histoire de la Turquie et de la Russie.

À la Faculté de géographie, au Département de géographie régionale d’Australie et d’Océanie, on  étudie la géographie, l’aménagement régional, la démographie ainsi que l’environnement géo-spatial.

L’art et la philosophie de la Chine, du Japon et de l’Inde sont étudiés à l’Université d’art de Belgrade.

L’Institut Confucius de Belgrade propose des cours de chinois et de calligraphie traditionnelle, et organise des ateliers et expositions sur la Chine.

En dehors de l’Université de Belgrade, il existe le Département de l’Asie et du Pacifique, le Département de la Russie ainsi que le Département du Moyen-Orient à l’Université de Megatrend ou les études japonaises et orientales à l’Université de Singidunum. À l’extérieur de la ville de Belgrade, il importe de citer l’Université de Novi Sad, proposant des études sur la géographie et la géographie du tourisme de l’Asie.

COOPERATION SCIENTIFIQUE

Au-delà des facultés proposant des cursus sur l’Asie, il existe en Serbie les programmes communs scientifiques au Centre serbo-japonais pour les simulations scientifiques, à l’Institut Vinca de sciences nucléaires, et à l’Institut du physique. Les Facultés de Médecine et de chimie également ont des coopérations avec des organismes japonais et la Faculté de pharmacie coopère avec la Chine. De plus, la Faculté de Médecine de l’Université de Nis coopère avec l’Université Shiga de sciences médicales du Japon. L’Académie serbe des sciences et des arts indique des programmes de coopération avec l’Australie, le Japon et la Chine. Le Centre de physique et de technologies du plasma a une synergie importante avec l’Université d’Osaka au Japon, et avec l’Institut national des sciences de la fusion à Nagoya. L’Institut des mines et de métallurgie de Bor étudie la géologie et les gisements de cuivre et de l’or dans les pays suivants : Birmanie, Pakistan, Iran, Indonésie, Nouvelle-Guinée, Turquie, Mongolie et Kazakhstan.

Programme de superordinateurs de la nouvelle génération :

Le Centre pour la science et le développement technologique (CENTER) de Belgrade développe les superordinateurs SX-6i, avec Nippon Electric Corporation (NEC) du Japon, et avec le Prof. Dr. Tetsuyi Sato, directeur général de « Earth Simulator Center » au Japon. C’est l’unique programme de haut de gamme technologique de ce type en Europe du sud-est.

TROIS AXES

Un intérêt particulier se distingue aujourd’hui en Serbie, pour la Russie, la Chine et le Japon, ce qui est visible à travers la politique étrangère envers ces pays, mais aussi par l’existence de plusieurs associations serbo-japonaises, serbo-chinoises et serbo-russes, de leurs manifestations, festivals de langues, d’arts et de cultures, qui ont souvent lieu en Serbie. La coopération avec la Russie et la Chine s’inscrit aujourd’hui dans la stratégie de la politique étrangère serbe prioritaire. Il existe une coopération très développée, à tous les niveaux, avec la Russie. La Chine investit considérablement en Serbie, plus que dans d’autres pays de la région : dans l’infrastructure, ouvrant des plus grands centres commerciaux régionaux, dans l’énergétique, construction des ponts etc. La coopération officielle intense avec le Japon, est renforcée par l’engagement de la société civile serbe : par exemple, les compétitions de la rhétorique en langue japonaise, tournois des ars martiaux japonais, écoles de haïku.

BULGARIE

Source : East-Asian studies in Bulgaria, Boyka Tsigova, Département d’études sur l’Asie orientale, Université Saint-Clément d’Ohrid de Sofia, Bulgarie (2009).

Consulter ici le texte original

BREF HISTORIQUE

La plus grande partie de la recherche sur l’Asie et le Pacifique en Bulgarie est menée depuis le début du 20e siècle. La plupart des études se sont concentrées sur la compréhension du monde oriental et l’introduction de diverses cultures orientales en Bulgarie (chinoise, japonaise, indienne et arabe). En 2007, un Institut Confucius, principalement financé et soutenu par la Chine, a ouvert à l’université Saint-Clément d’Ohrid de Sofia, où se trouve le Centre pour les études et les langues orientales. Ce centre est la principale institution de recherche sur l’Asie et le Pacifique en Bulgarie, avec quatre départements et dix spécialisations.

Le premier cursus de licence du centre a démarré en 1984 à la Faculté de philologie classique et moderne. Depuis lors, le centre s’est développé et est aujourd’hui le plus grand centre national d’études et de recherche sur l’Asie en Bulgarie. Le département d’études de l’Asie orientale est le plus grand du centre et de la Faculté de philologie classique et moderne. Il a été créé en 2000 et comprend des programmes d’études japonaises, chinoises et coréennes.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUELS

–          Institution principale :

Université Saint-Clément d’Ohrid de Sofia (Centre  pour les études et les langues orientales)

1504 Sophia, 15 Tzar Osvoboditel Blvd

Recteur : Professeur Ivan Ilchev, Dr. Habil.

Tél. : +359 2 946 18 15

–          Autres institutions où sont menées des recherches sur l’Asie et le Pacifique :

-Université de Veliko Turnovo

-Académie d’économie D.A. Tsenov

-Académie nationale des arts

-Académie des sciences bulgare

-Divers instituts de recherche


CHAMPS ÉTUDIÉS

–       Langues et cultures de l’Asie orientale (Japon, Corée, Chine), et également de l’Inde, du Pakistan, de l’Iran et de l’Arménie. Sont aussi étudiées les langues et cultures caucasiennes, arabes et sémitiques, ainsi que le turc et les langues altaïques.

–          Linguistique, littérature, ethnologie, art, religion. Vie sociale et économique.

–          Diplômes proposés au Centre pour les études et les langues orientales :

  • Licence, maîtrise et doctorat
  • Cours de langues
  • Cours de cultures asiatiques


PERSONNEL

–          Personnel du Centre pour les études et les langues orientales :

  • 43 enseignants à plein temps et environ 73 enseignants à temps partiel par an
  • Au département d’études de l’Asie orientale : 16 enseignants à temps plein, 13 enseignants à temps partiels et 6 enseignants invités.
  • Au sein du programme d’études japonaises : 6 enseignants à temps plein et 3 personnels à temps partiel, ainsi que 2 enseignants invités du Japon.

Nombre total d’étudiants : 450 en 2009-2010

–          S’inscrire à l’université est gratuit, excepté les frais gouvernementaux. Des bourses d’études à l’étranger sont également proposées.

–          La recherche est l’une des tâches confiées à la responsabilité des chercheurs à l’université.

–      Les chercheurs travaillant dans des instituts en-dehors de l’université ont des contrats à plein temps dédiés principalement au travail scientifique. Ils n’ont pas de tâches d’enseignement obligatoire, et n’enseignent que lorsque leur domaine scientifique précis est demandé. Les professeurs sont responsables de la qualité des enseignements ; ils supervisent également les doctorants et participent sous de nombreuses formes à l’administration de l’université.

–      De nombreux étudiants ont connu des développements de carrière intéressants dans le domaine des sciences, dans l’éducation, la traduction, le journalisme, la diplomatie,  l’administration publique et le commerce.


PUBLICATIONS ET SITES INTERNET

–          Bulgarian Oriental Studies, Centre pour les études et les langues orientales.

–          Series Oriens, Centre pour les études et les langues orientales.

–          Yearbook of Saint Kliment Ohridski University, Sofia, Faculté de philologie classique et moderne.

–          Contrastive linguistics, Faculté de philologie classique et moderne et Faculté d’études slaves.

–          Annuaire de l’Université de Sofia Saint Kliment Ohridski, Faculté d’histoire.

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

Source : Presentation of Asian and Pacific studies, Olga Lomova, Institut d’études d’Asie orientale, Université Charles de Prague, République Tchèque (2009).

Consulter ici le texte original

BREF HISTORIQUE

Les études asiatiques en République Tchèque remontent à la seconde moitié du 19e siècle. L’« Asie » était considérée comme l’ensemble des pays situés au-delà de l’Europe, incluant le Moyen-Orient, l’Asie du Sud et du Sud-Est, et l’Extrême-Orient. L’indologie et la sinologie ont été depuis le début au centre des études asiatiques à l’université Charles de Prague.

Après 1948, avec la victoire de la révolution communiste, les études asiatiques ont prospéré. De nouvelles chaires en sinologie, en japonologie et en coréanologie ont été créées, et l’indologie a poursuivi son développement, se divisant selon les langues (hindi, bengali et tamoul). La liberté académique étant restreinte dans d’autres départements de lettres, les études asiatiques ont également attirés certains des meilleurs esprits des humanités tchèques à cette époque. La plupart de ces développements furent stoppés en 1968 après la suppression du mouvement communiste réformiste, qui eut pour résultat des purges dans les institutions académiques, un accès limité à l’information, peu d’information internationale, et dans certains cas, à savoir pour la sinologie, une subordination directe de la recherche et de l’enseignement aux décisions du Comité central du Parti communiste. La recherche académique est entrée en hibernation, poursuivie à l’occasion par des chercheurs de manière privée, et l’enseignement a été réduit à l’apprentissage de la langue et des thèmes en rapport avec la politique et l’idéologie. Le seul développement nouveau de cette période a été la création d’études mongoles et vietnamiennes à l’université Charles de Prague. Lorsque la liberté académique a été rétablie en 1990, les études asiatiques ont fait face à un écart générationnel énorme, s’accompagnant de controverses à propos des activités communistes précédentes de certains des anciens chercheurs. Les études asiatiques sont donc revenues vers les traditionnelles études orientées vers la philologie. Les sciences sociales sur l’Asie n’ont pu commencer à se développer qu’avec la nouvelle génération de docteurs.


ORGANISATION ACTUELLE ET PRÉSENTATION

Université Charles, Faculté de Philosophie (institution publique, pas de frais d’inscription)

Celetna 13

116 36 Prague 1

Télephone : +420 224 491 850

Fax : +420 224 491 895

E-mail : ipc@ruk.cuni.cz
Il y a trois entités dans l’université :

Institut oriental, Académie des Sciences, Prague (institution publique)

L’Institut a un département d’études orientales et un département d’études de l’Asie du Sud.

Université Palacký d’Olomouc, Faculté de Philosophie (institution publique, pas de frais d’inscription)

L’université a un département d’études asiatiques

Université Masaryk, Brno (institution publique, pas de frais d’inscription)

L’université possède un centre pour l’étude des religions en Chine et au Japon

Université métropolitaine, Prague (institution privée, frais de scolarité)

L’université possède un département d’études asiatiques

DOMAINES ÉTUDIÉS

Sont proposées dans ces universités et instituts des études de littérature, linguistique, histoire prémoderne et moderne, philosophie, religion, anthropologie, médecine chinoise, relations avec l’Europe, bouddhisme contemporain, littérature moderne, Taïwan.

Des licences et masters sont proposés selon les universités et institutions, ainsi qu’une large variété de cours de langues, et l’étude de différents pays.

L’université Charles de Prague est le seul centre proposant un haut niveau d’études en République Tchèque, avec un programme de doctorat en études asiatiques.

Des conférences annuelles et des ateliers sont organisés. On trouve aussi des échanges bilatéraux, des programmes européens et des projets soutenus par des fondations asiatiques.

PERSONNEL

Il y a environ 56 enseignants-chercheurs travaillant sur l’Asie en République Tchèque. Un chercheur à plein temps doit allouer un tiers de son temps à l’enseignement, un tiers à la recherche, et un tiers à l’administration.

Le nombre d’étudiants cumulés dans tous les organismes est d’environ 450-500, en  croissance stable.

PUBLICATIONS

–          Acta Universitatis Carolinae – Studia Orientalia Pragensia  depuis 1945

–          Mongolica Pragensia depuis 2007

–          Archiv Orientalni depuis 1929 (en anglais, français et allemand)

–          Novy Orient depuis 1945 (en tchèque)

 

IRLANDE

Source: Asian studies in Ireland, Chris Connolly, University College Cork‐ Université nationale d’Irlande (UCC), Irlande (2009).
Consulter ici le texte original

BREF HISTORIQUE

Les études asiatiques sont une très jeune discipline académique en Irlande, la première formation d’études asiatique ayant été créée en 2008 à l’University College Cork – Université nationale d’Irlande à Cork (UCC). Cependant les recherches et les études sur l’Asie remontent à quelques années, quand un certain nombre d’écoles de commerce insérèrent des cours de japonais dans leurs programmes ; la Kemmy Business School, notamment, de l’université de Limerick, établit l’Euro-Asia Centre. En 1999, le gouvernement irlandais diffusa son document « Stratégie Asie », faisant une priorité du développement économique et des relations avec la Chine, le Japon, la République de Corée, Singapour, l’Inde, la Malaisie, l’Indonésie, et le Vietnam. Comme le prévoyait la phase II de cette stratégie, le ministre de l’Education annonça le soutien du Département de l’Education à l’établissement de deux instituts irlandais d’études chinoises, l’un à l’University College Dublin (UCD), et l’autre à l’University College Cork (UCC). L’institut de l’UCC se développa rapidement en un département propre, proposant quatre diplômes de licences en études chinoises. En 2009, le département élargit encore son champ d’action pour inclure un master en études asiatiques, traitant surtout du Nord-Est asiatique, et de l’étude soit du japonais, soit du coréen. D’autres institutions en Irlande ont aussi introduit l’enseignement de langues asiatiques, pendant qu’individuellement, des chercheurs avaient des sujets de recherche propres comportant des thèmes relatifs à l’Asie.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Les études supérieures sont publiques et gratuites en République d’Irlande, bien qu’il soit demandé aux étudiants de payer des frais d’inscription de 1500 euros pour couvrir les services étudiants. Il est possible de profiter d’un système de bourses allant jusqu’à 3400 euros, administré par les conseils de comté.

Le système éducatif est basé sur le système LMD : Licence, Master, Doctorat.

PERSONNEL

Il y a 85 chercheurs universitaires dans le champ des études asiatiques, qui travaillent sur 22 pays, régions ou entités intergouvernementales asiatiques différents. La Chine, le Japon et l’Inde sont les pays les plus étudiés. Il est demandé à la plupart des chercheurs, comme parties intégrantes de leurs tâches, de faire de la recherche et d’enseigner, et c’est une obligation contractuelle pour tous les enseignants-chercheurs à temps plein d’être « actifs en recherche » (‘research active’) et de publier, bien que que n’existe pour cela aucun système national de contrôle.

Les chercheurs sont libres de choisir leurs propres sujets de recherches, malgré, bien sûr, des directions que le gouvernement peut donner, à travers des traitements préférentiels pour des domaines spécifiques de recherche, par l’allocation de bourses de recherche sur certains thèmes. Le travail de consultance est permis, mais doit être déclaré. Les subventions de recherche internes sont en nombre limité, et la plupart des financements viennent de sources externes.

DOMAINES D’ÉTUDES

La langue et la culture sont les principaux domaines d’études. L’Asie orientale est la principale aire de recherche pour les langues et cultures. Les sciences politiques et l’histoire sont les domaines d’intérêt les plus forts dans chacune des quatre régions de l’Asie (du Sud, du Sud-Est, centrale et orientale). Les langues étudiées dans les divers établissements sont le japonais, le mandarin, le coréen, le malais et l’indonésien.

 

 

 

 

 

Fédération de Russie – Moscou

Source : Résumé d’informations fournies par Mikhail Roshchin, Institut d’études orientales, Académie des sciences de Russie, Fédération de Russie (2010).

See the english version/Voir la version anglaise.

Les études orientales à l’Université de Moscou ont débuté dès les années 1750. L’Institut d’études asiatiques et africaines est le principal centre russe pour la formation de spécialistes dans les études orientales en général, et dans les études de pays et régions d’Asie et d’Afrique.

L’Institut d’études orientales, à l’Académie des sciences de Russie, est la principale institution de recherche russe pour l’étude des pays et cultures d’Asie et d’Afrique du Nord. L’Institut se trouve à Moscou. Il était auparavant à Saint-Pétersbourg, mais la branche de Saint-Pétersbourg a été réorganisée en 2007 en un Institut des manuscrits orientaux, séparé.

  • Institut d’ethnologie et d’anthropologie

Leninsky Prospect, 32A, Moscow

Bref historique

L’Institut fait partie de la branche « Histoire » de l’Académie des sciences de Russie. Il a été créé sous l’Union soviétique à l’automne 1933, par la fusion du Musée d’anthropologie et d’ethnographie, et de l’Institut d’études des groupes ethniques de l’URSS.

Pays et disciplines étudiés

L’Asie centrale, le Pakistan, l’Inde, le Sri Lanka, d’autres pays d’Asie du Sud-Est, la Malaisie, l’Indonésie, la Chine, la République de Corée, le Japon, l’Océanie.

L’anthropologie, l’ethnologie sociale et médicale, l’ethnosociologie, l’ethnoécologie, la psychologie interculturelle, la culture, les sciences politiques, la religion.

Personnel

153 chercheurs

24 doctorants

Publications

Une publication électronique : www.ethnonet.ru

« Races and people » (Races et personnes), est une revue publiée régulièrement. Le dernier numéro est paru en 2006.

  •  L’Institut de Littérature mondiale Maxime Gorki

Povarkaya, 25A, Moscow

http://www.imli.ru/

L’Institut fait partie de l’Académie des sciences de Russie. Il a été créé en 1932 pour le 40ème anniversaire de l’entrée en littérature de Maxim Gorky.

Le département de littérature asiatique et africaine a été créé en 1975-76.

L’Institut est considéré comme le plus important centre russe d’études littéraires. Le personnel compte 209 chercheurs et 39 doctorants.

  • Institut de linguistique

Bolchoi Kislovsky Pereoulok, 1/12 Moscow

http://www.iling-ran.ru

L’Institut fait partie de l’Académie des sciences de Russie. Il a été créé en 1950 à Moscou. Le personnel compte 103 chercheurs et 25 doctorants.

L’Institut est considéré comme un centre d’études linguistiques essentiel en Russie.

  • Institut d’études pratiques orientales

Nahimovsky Prospeckt, 32 Moscow

http://www.ipos-msk.ru

Cette institution d’enseignement supérieur non-gouvernementale, qui fait partie de l’Académie des pays de la région Pacifique, a été créée en 1993. Sa constitution a été initiée par une décision du Conseil académique de l’Institut des études asiatiques et africaines de l’Université d’Etat de Moscou pour répondre à la demande croissante d’orientalistes formés à la pratique, plutôt que de formation scientifique purement théorique.

On compte 65 professeurs et 268 étudiants.

Les pays étudiés sont tous les pays arabes, la Turquie, l’Iran, le Pakistan, l’Inde, le Sri Lanka, d’autres pays d’Asie du Sud-Est, la Malaisie, les Philippines, la Chine, la République de Corée, le Japon et Taiwan.

Les disciplines étudiées sont l’histoire, la linguistique, la culture et les sciences politiques.

  • Institute of Oriental Studies

Rozhdestvenka, 12 Moscou

http://www.ivran.ru/

L’Institut a été créé pendant la période de l’Union soviétique et se trouvait à Saint-Pétersbourg. En 1950, l’Institut a été transféré à Moscou et est maintenant connu comme le principal centre d’études orientales en Russie. La branche de Saint-Pétersbourg existe toujours, l’Institut des manuscrits orientaux y est rattaché depuis 2009.

S’y trouvent 388 chercheurs et 50 doctorants.

Les pays étudiés sont tous les pays arabes, la Turquie, l’Iran, le Pakistan, l’Inde, le Sri Lanka, d’autres pays d’Asie du Sud-Est, la Malaisie, les Philippines, la Chine, la République de Corée, le Japon, Taiwan, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et d’autres pays d’Océanie.

Les disciplines étudiées sont l’histoire, la philologie, la linguistique, l’économie, la culture et les sciences politiques.

  • L’Université orientale

Rozhdestvenka, 12, Moscou

http://www.orun.ru/

L’université a été créée en 1994 à Moscou. C’est une branche de l’Institut d’études orientales, et beaucoup de professeurs de l’université sont aussi chercheurs à l’Institut.

On compte 72 professeurs et 203 étudiants.

Les pays étudiés sont l’Extrême-Orient, l’Australie et d’autres parties de l’Océanie, l’Asie du Sud et du Sud-Est, l’Iran et le monde arabe.

7 février 2013

FÉDÉRATION DE RUSSIE – SAINT-PÉTERSBOURG

Source : La sinologie à Saint-Pétersbourg : Traditions et approches contemporaines, par Nikolay Samoylov, Faculté des Études africaines et orientales, Université d’état de Saint-Pétersbourg, Fédération de Russie (juillet 2012).

Voir le texte original
Voir la version anglaise/See the english version

L’histoire en bref

Le 18 juin 1700, Pierre le Grand proclama un édit qui est considéré comme le premier décret des études russes sur les langues orientales. Le Tsar russe ordonna que « deux ou trois moines de talent pas trop âgés » soient envoyés à Tobolsk (Sibérie) pour étudier le chinois et le mongol. La première mission ecclésiastique arriva à Beijing en 1716 et y demeura durant les trois siècles suivants, prêchant le Christianisme. Ils étudièrent la dynastie des Qing, l’armée mandchoue et les relations entre la Chine et les pays voisins, et traduisirent en russe les publications chinoises et mandchoues ainsi que les classiques confucianistes. En 1741, Illarion Rossokhin fonda la première école d’études chinoises à Saint-Pétersbourg.

La Faculté des Études orientales de l’Université de Saint-Pétersbourg fut établie en 1854. En 1899, un Institut des Études orientales fut fondé à Vladivostok, des diplômés de l’Université de Saint-Pétersbourg en devenant les premiers professeurs.

Après la Révolution d’octobre en 1917, toutes les facultés et tous les départements de l’Université de Petrograd (anciennement Saint-Pétersbourg) furent réorganisés. Graduellement, la seule méthode d’enseignement et de recherche académique devint le marxisme-léninisme : les principaux domaines étudiés étaient le développement  social et économique, l’histoire de la lutte des classes et le mouvement révolutionnaire en Chine. Entre 1920 et 1950, les officiels Soviets imposèrent la vision staliniste de la Chine aux cours universitaires, rejetant la sinologie classique. Durant cette période, beaucoup de sinologues russes furent arrêtés et envoyés en prison ou dans des camps de concentration, ou tout simplement exécutés.

La Faculté des Études orientales fut ré-établie en 1944 et les meilleures traditions de l’École d’études chinoises de Saint-Pétersbourg furent ramenées à la vie par un groupe de sinologues russes de renom.

De 1960 aux années 1980, la sinologie prit une nouvelle direction avec l’étude de l’histoire intellectuelle chinoise, de l’histoire des sociétés secrètes et groupes religieux chinois, et de l’histoire des mouvements paysans. De 1961 jusqu’à maintenant, la Faculté des Études orientales a tenu des conférences spéciales sur les problèmes de l’historiographie. Aujourd’hui, elle compte parmi les plus grandes institutions mondiales dans le domaine de la sinologie.

Organisation actuelle et fonctionnement – domaines étudiés

Faculté des Études orientales de l’Université de Saint-Pétersbourg

Un programme de master de quatre ans est proposé par la Faculté des Études orientales de l’Université de Saint-Pétersbourg.

Les étudiants doivent apprendre au moins deux langues asiatiques et une langue européenne. Les cours magistraux couvrent un vaste spectre de disciplines : histoire de la Chine, littérature chinoise, linguistique, ethnographie, philosophie, économie et religions.

Les étudiants reçoivent une licence dans le domaine général des études africaines et orientales.

La Faculté propose également cinq diplômes de maîtrise et les étudiants reçoivent alors une maîtrise en études africaines et orientales.

Les étudiants apprennent le chinois, autant moderne que classique, la littérature, l’ethnographie, la religion, la philosophie et les sciences économiques ; ils étudient également l’anglais et le japonais. Ce programme donne aux étudiants une connaissance approfondie de la civilisation et de la société chinoises, les aidant à travailler dans différents domaines en tant que chercheurs, interprètes, diplomates, journalistes, enseignants, libraires et commerciaux en Asie de l’Est.

Les professeurs de l’Université d’état de Saint-Pétersbourg ont contribué à la mise en place d’un nouveau centre de sinologie à Blagoveshensk, à la frontière sino-russe.

Beaucoup d’académiciens éminents contribuent à maintenir les meilleures traditions de la classique École d’études chinoises de Saint-Pétersbourg. Ils se retrouvent principalement sur deux départements :

  • Philologie chinoise
  • Histoire des pays du lointain orient

Quinze professeurs et enseignants tiennent des séminaires sur des sujets variés des études chinoises.

Des spécialistes d’autres institutions académiques de Saint-Pétersbourg, comme l’Institut des Études orientales, l’Institut d’anthropologie et d’ethnographie et le Musée d’état de l’Héritage, sont invités à donner des cours spéciaux.

Institut Confucius de l’Université d’état de Saint-Pétersbourg

Fondé en juillet 2005 dans le cadre d’un accord entre l’Université d’état de Saint-Pétersbourg et le Bureau national chinois pour l’enseignement du chinois comme langue étrangère, son objectif est de combiner les traditions d’excellence de l’enseignement chinois en Russie avec l’expérience des partenaires chinois et les dernières techniques d’enseignement à distance. L’Institut Confucius propose des cours de langue, calligraphie et culture chinoises.

11 enseignants pour le chinois : neuf sont Russes et deux sont Chinois.

160 étudiants inscrits aux cours de langue.

Institut des Études sur l’Extrême-Orient : branche de Saint-Pétersbourg

Fondé en 2010 comme branche de l’Institut des Études sur l’Extrême-Orient de l’Académie des Sciences russe de Moscou.

Sa principale tâche est d’assurer la coopération, dans leurs activités scientifiques, des académiciens de Saint-Pétersbourg et de Moscou engagés dans des études sur l’Asie orientale.

Bibliothèque de l’Académie des Sciences russe

La bibliothèque de l’Académie des Sciences russe est une bibliothèque d’envergure détenue par l’État et installée à Saint-Pétersbourg.

Elle fut fondée dans cette ville par décret de Peter Ier en 1714 et fut par la suite intégrée dans la structure de l’Académie des Sciences de Saint-Pétersbourg. Depuis 1747, toutes les institutions académiques et, depuis 1783, tous les imprimeurs du pays ont eu l’obligation légale de déposer à la bibliothèque une copie gratuite de chaque ouvrage publié. De 1728 à 1924, ses collections furent entreposées dans le bâtiment « Kunstkamera », avec lequel elle constituait une unique institution académique jusqu’en 1803. En 1924-1925, les collections furent transférées dans un nouveau bâtiment construit pour la bibliothèque en 1914 et occupé par un hôpital militaire durant la Première Guerre mondiale. Le 15 février 1988, la bibliothèque subit un incendie catastrophique qui détruisit ou endommagea une part considérable de sa collection.

Le Département des Publications africaines et orientales de la bibliothèque de l’Académie des Sciences russe fut fondé en 1953.

Institut des Manuscrits orientaux

Dvortsovaya nab. 18, Saint Petersburg

L’Institut est découpé en six divisions académiques :

  • Département des Études sur l’Asie antique
  • Département des Études sur l’Asie centrale et australe
  • Département des Études sur l’Extrême-Orient
  • Département des Manuscrits et Documents
  • Département des Études sur le Proche et le Moyen-Orient
  • La Bibliothèque académique

Kunstkamera

Musée d’Anthropologie et d’Ethnographie Pierre le Grand. Académie des Sciences russe.

3 University Embankment, Saint Petersburg

Durant l’automne 1714, Pierre le Grand ordonna au Docteur Robert Areskin de déplacer sa collection personnelle et sa bibliothèque de Moscou à Saint-Pétersbourg, la nouvelle capitale, et de commencer à travailler à la création du premier musée public d’état – la Kunstkamera. Pour Pierre le Grand, il était extrêmement important de créer l’image d’une Russie en plein changement. L’Empereur avait l’habitude de recevoir les ambassadeurs dans son musée et une visite de ce dernier faisait partie du programme de tous les visiteurs importants.

Le musée est divisé en départements de recherche :

Département de Philosophie et culture orientales, établi

Créé au sein de la Faculté de Philosophie de l’Université d’état de Saint-Pétersbourg en 1998, il possède quatre programmes d’enseignement, deux d’entre étant consacrés aux régions d’Extrême-Orient et d’Asie du Sud : culture chinoise (dirigé par le Professeur Marina Kravtsova) et culture de l’Inde (dirigée par le Professeur Sergei Pahomov).

Le nombre global d’inscriptions au programme de culture chinoise est de cent étudiants, avec actuellement cinq enseignants à plein-temps. Le programme couvre une vaste gamme de sujets portant sur l’histoire de la culture chinoise (incluant la religion, la philosophie, les courants de pensée à l’époque classique et moderne). L’enseignement est principalement basé sur le développement des compétences linguistiques des étudiants, leur permettant de mener leurs recherches en se basant à la fois sur des sources de première main et de la littérature secondaire. La durée du cursus est de cinq ans, ce qui est traditionnel dans le système d’enseignement supérieur russe, et comprend des cours magistraux portant, entre autres, sur l’histoire de Chine, l’histoire de la culture et de la philosophie chinoises, l’histoire de l’art chinois, l’histoire de la littérature chinoise, les croyances populaires et les religions de la Chine moderne. Y sont également donnés divers cours de chinois à la fois classique et moderne et de japonais écrit. À la fin de chaque année scolaire, un article de recherche doit être présenté. Le cursus est complété par un examen d’état et un exament oral sur le dernier sujet de recherche. Sur la base de leurs performances académiques, les étudiants peuvent continuer dans les instituts.

Le programme sur la culture de l’Inde est organisé sur le même modèle. Le nombre global d’inscriptions est de vingt étudiants, avec quatre enseignants à plein-temps. Il couvre divers aspects de la culture indienne, incluant les aspects religieux, philosophiques et sociaux, depuis l’Antiquité jusqu’à l’ère moderne, avec de nombreux cours sur des sujets comme la philosophie indienne, l’histoire de l’Inde, la religion védique et l’hindouisme, la littérature indienne, l’art indien et le système social de l’Inde. Le programme inclut également des cours de langue en sanskrit et en hindi (la principale langue de l’Inde moderne).

Institut Ho Chi Minh

Université de Saint-Pétersbourg, faculté des Études africaines et orientales

L’Institut fut fondé en 2010 avec le soutien du Gouvernement du Vietnam et de l’Université de Saint-Pétersbourg.

Ses principaux domaines de recherche sont :

  • La situation politique contemporaine au Vietnam
  • Les relations internationales en Asie du Sud-Est
  • La politique étrangère du Vietnam
  • L’histoire moderne et actuelle du Vietnam

PORTUGAL

Source : Asian studies in Portugal – State of the art – Miguel Santos Neves, Institute of International and Strategic Studies, IEEI, Portugal (2009). Voir le texte original.

See the english abstract/Voir le résumé en anglais.

BREF HISTORIQUE

Bien que les Portugais aient été les premiers européens à établir des relations régulières, constantes, avec l’Asie au 16ème siècle, les études asiatiques sont secondaires, marginalisées dans les études académiques et scientifiques au Portugal. Les jésuites fondèrent à Macao en 1594 la première université d’Asie, le Collège Saint Paul. Plus tard, aux 18ème et 19ème siècles, on vit une baisse d’intérêt pour l’Asie, en partie à cause du déclin de l’empire portugais dans cette région. Ce n’est qu’au cours du 19ème siècle qu’il y eut un regain d’intérêt pour la culture chinoise, et la sinologie redevint importante au Portugal au début du 20ème siècle.

La structuration des études asiatiques est un phénomène récent au Portugal. La plupart des institutions dans ce domaine ont été créées après la fin des années 1980, principalement pendant la décennie en cours, et le nombre d’institutions portugaises impliquées dans les études asiatiques s’est accru depuis 2000. Leurs domaines d’études sont limités à l’Asie du Sud, du Sud-Est et du Nord-Est. Le nombre d’institutions ayant des programmes permanents, structurés sur l’Asie, a augmenté, passant de 3 dans les années 1980 à 13 en 2012. Le principal moteur de ce développement a été le processus de transition de Macao vers la souveraineté chinoise, qui a débuté en 1987.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Il y a trois types d’institutions dans le domaine des études asiatiques :

  • Des institutions dédiées uniquement à la recherche :
    • Asiana (Centre d’études asiatiques / Centro de Estudos Asiaticos), à l’Institut universitaire de Lisbonne (Instituto Universitário de Lisboa). C’est un centre de recherche universitaire, comprenant 2 directeurs de recherche.
    • Le Centre d’études Afrique – Asie (Centro de Estudos Africa – Asia), à l’Université technique de Lisbonne. C’est un centre universitaire de recherches économiques, comprenant 3 directeurs de recherche.
    • Des institutions combinant recherche et formation :
      • La Faculté de lettres de l’Université de Lisbonne (Faculdade de Letras at the Universidade de Lisboa), qui propose une licence en études asiatiques et comprend 3 chercheurs
      • L’Institut d’études orientales (Instituto de Estudo Orientais), à l’Université catholique portugaise (Universidade Catolica Portuguesa), qui propose un master en études orientales et comprend 7 chercheurs, travaillant principalement en histoire ;
      • Le Centre de langues et cultures orientales (Centro de Linguas e Culturas Orientais), à l’Université de Minho (Universidade do Minho), qui propose une licence en études orientales, un master en études japonaises et différentes thèses, sur la culture et la littérature extrême-orientale, la linguistique chinoise et japonaise, et les philosophies et religions orientales ;
      • L’Institut portugais de Sinologie (Instituto Portugues de Sinologia), qui propose des cours de chinois et de culture chinoise, dispose d’un groupe de 5 chercheurs ;
      • Le Centre scientifique et culturel de Macao (Centro Cientifico e Cultural de Macau), qui est une institution publique portugaise sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Science ;
      • L’Institut de  l’Orient (Instituto do Oriente) de l’Université technique de Lisbonne, qui propose des cours de 3ème cycle sur la Chine moderne, et comprend 9 chercheurs.
      • Des institutions dédiées uniquement à la formation :
        • Le Centre de langue et culture chinoise (Centro de Lingua e Cultura Chinesa), à l’Institut polytechnique de Porto (Oporto Polytechnic Institute)
        • L’Institut oriental (Instituto Oriental), à la Nouvelle Université de Lisbonne (Universidade Nova de Lisboa)
        • Le Centre d’études asiatiques (Centro de Estudos Asiaticos), à l’Université d’Aveiro (Universidade de Aveiro)
        • L’Université Alberta (Universidade Aberta), Université Ouverte
    • L’Institut des études stratégiques et internationales (Instituto de Estudos Estratégicos e Internacionais). Son programme Asie comprend 2 chercheurs permanents, un chargé de recherche et un directeur de recherche, et quatre directeurs de recherche associés.

Il y a à présent moins de 100 chercheurs au Portugal, dont un nombre significatif de jeunes chercheurs, la plupart travaillant sur l’Asie contemporaine.

DOMAINES D’ÉTUDES

L’analyse du contenu des projets de recherche et de formation sur l’Asie et le Pacifique révèle qu’il n’y a pas de recherche structurée sur le Pacifique, et que toutes les activités de recherche se limitent à l’Asie.

Les trois principaux thèmes étudiés sont :

  1. Les relations internationales, principalement avec la Chine, la construction de l’Etat et l’identité au Timor-Leste, et l’évolution de Macao en Région administrative spéciale de Chine ;
  2. L’histoire, avec un accent fort mis sur la recherche sur l’Inde, puis sur la Chine, puis sur le Japon ;
  3. La culture et la langue, se concentrant principalement sur la Chine, puis sur le Japon. La plupart des cours d’université proposés abordent la culture, la philosophie, la religion et la linguistique de ces pays, mais peu de recherches sont menées sur ces sujets.

PUBLICATIONS

Aujourd’hui, quatre revues spécialisées sur les études asiatiques sont publiées au Portugal :

  • Daxiyangguo – Revista Portuguesa de Estudos Asiaticos. Créée en 2002, c’est une revue bi-annuelle, bilingue portugais et anglais, publiée par l’Institut de l’Orient de l’Université technique de Lisbonne ;
  • Zhongguo Yanjiu – Revista de Estudos Chineses. Créée en 2007, c’est une revue annuelle publiée en portugais par l’Institut portugais de Sinologie ;
  • Revista Oriente. Créée en 2001, elle est publiée annuellement par la Fondation de l’Orient ;
  • Bulletin of Portuguese / Japanese Studies. Créée en 2000, c’est une revue bi-annuelle publiée en anglais par le Centre d’histoire des Outre-mer (Faculté de sciences sociales et humaines de la Nouvelle université de Lisbonne et Université des Açores).

Instituts impliqués dans les études asiatiques et orientales en Roumanie

La recherche sur l’Asie est menée dans différents instituts en Roumanie, où chercheurs, directeurs de thèses en sciences humaines et sociales et experts des relations géoculturelles asiatiques travaillent sur la culture, l’histoire, la vie sociale, l’archéologie ou la linguistique.

La plupart des institutions sont rattachées soit à l’Académie roumaine, soit à une université, où l’on peut trouver des centres de recherche et des Masters en langues, civilisations et cultures asiatiques.

La religion, les interactions religieuses entre l’Europe de l’Est et de l’Ouest, l’histoire moderne de l’Asie orientale, les orientations politiques, les migrations, la littérature, sont autant de sujets étudiés.

La plupart des enseignants sont titulaires d’un doctorat, mais certains étudient encore et publient souvent des articles en français ou en anglais.

Les pays étudiés sont : la Fédération de Russie, l’Inde, le Japon, la Chine, la Turquie, le Tibet, l’Iran, le Kazakhstan, le Tajikistan, la Biélorussie, l’Afghanistan et la région caucasienne.

Beaucoup de bourses ont été allouées aux études japonaises en raison des échanges culturels et éducatifs qui existent entre la Roumanie et le Japon.

En 2008 a été créé le premier master en études orientales, à l’Université de Bucarest, où les étudiants peuvent être diplômés en chinois, japonais ou coréen.

Les lieux de l’enseignement et de la recherche sur l’Asie en Roumanie :

Université de Bucarest :

Centre d’études de l’Europe de l’Est et de l’Asie (Centrul de studii est-europene si asiatice),

10 chercheurs ou enseignants.

Str. Povernei, no. 6, Sect.1, Bucuresti

Centre d’études religieuses (Centrul de Istoria Religiilor), Faculté d’histoire

9 chercheurs ou enseignants.

B-dul Regina Elisabeta, Nr. 4-12, Sector 5, Bucuresti

Association pour l’histoire des religions (Asociatia Romana de Istoria Religiilor)

10 chercheurs ou enseignants.

Str. Edgar Quinet 14, Cod Postal 010017, sector 1, Bucuresti

 

Centre d’études hébraïques (Centrul de studii ebraice Goldstein Goren)

Str. Edgar Quinet 5-7, Bucuresti

Faculté de langues et littératures étrangères, département de langues et littératures orientales Master d’études asiatiques : Chine, Japon et Corée

Strada Pitar Moş nr. 7-13 etaj 1, Bucuresti

Université romano-américaine :

Centre d’études roumano-japonaise (Centrul de studii romano-japoneze)

10 chercheurs ou enseignants.

Universitatea Româno-Americană, Bulevardul Expoziţiei, nr. 1B, Bucuresti

 

Université Babes-Bolyai Cluj-Napoca :

Institut d’études Turques et d’Asie Centrale (Institutul de Turcologie si Studii central-asiatice)

20 chercheurs ou enseignants.

Mihail Kogălniceanu nr. 1 RO- 400084, Cluj-Napoca

Faculté d’arts et lettres, département des études asiatiques

Chinois, japonais et coréen

Mihail Kogălniceanu nr. 1 RO- 400084, Cluj-Napoca

Université de Craiova

Centre de Recherches sur l’Imaginaire et la Rationalité Mircea Eliade

9 chercheurs ou enseignants.

Str. A.I. Cuza nr. 13, Craiova 200585

Université Hyperion

Calea Calarasilor, Nr. 169, Sector 3, Bucuresti

Université populaire de Constanta (Universitatea Populara Constanta)

20 chercheurs ou enseignants

Universitatea Populara Constanta, Bd. Ferdinand nr. 28, mun. Constanta, CT 900726

Université Alexandru Ioan Cuza

Cours de langue et culture japonaises

Bulevardul Carol I, Nr.11, 700506 Iasi

Institut d’histoire Nicolae Iorga (Institutul de Istorie “Nicolae Iorga”)

Bld Aviatorilor1, 011851Bucureşti

 

Institut national d’histoire des religions (Institutul National de Istoria a Religiilor)

15 chercheurs

Calea 13 Septembrie, nr. 13 Sect. 5, Bucuresti

 

Institut roumain d’études euro-asiatiques (Romanian Euro-Asian studies Institute)

31-35, Emil Racovita Street, Residential Complex Azur 1, Pipera Vila AJ 42, Bucuresti

 

Fondation Nipponica (Nipponica Foundation)

BB-dul. Timişoara, Nr. 43, Bl. P13, Ap. 148, Sector 6, O.P. 66, C.P. 53, Cod 77300, Bucuresti

Ecole de langue japonaise de Bucarest (Bucharest Japanese language school)

Str. Biserica Enei nr. 2, bl. Dunarea

Centre d’échange culturel

à Musashino, Brasov

Str. Matei Basarab 2, 500008 Braşov

 

Association des professeurs de japonais de Roumanie (Asociatia profesorilor de limba japoneza din Romania)

Bdul Stefan cel Mare si Sfint, nr 17, bl. 1, sc C, et. 2, ap6.  Iaşi, jud. Iaşi

Association des amoureux des cultures japonaise et roumaine

B-dul. 1 decembrie 1918, Bl. 205, Ap.34, Târgu Mureş

7 février 2013

LITUANIE

Source: Asian studies in Lithuania – Audrius Beinorus, Center of Oriental Studies at Vilnius University, Lithuania (2009). Consulter la version anglaise/See the english version

BREF HISTORIQUE

En Lituanie, les études asiatiques remontent au 19ème siècle, à une période où l’Université de Vilnius est au cœur des études de langues orientales. Le département des langues orientales est fondé dès 1810, mais personne ne le dirige. Un intellectuel renommé de Vilnius, Kazimir Kontrimas, se risque à proposer l’établissement d’un Institut d’études orientales au Gouverneur de Vilnius. Cependant, pour des raisons inconnues, le projet n’est pas accepté et les étudiants brillants de l’université sont contraints de se disperser dans le monde.

Pendant la période de l’indépendance, dans l’entre-deux-guerres, l’orientalisme ne reçoit pas l’attention et le soutien qu’il mérite. Les études orientales ne survivent que grâce aux efforts d’une poignée d’érudits dévoués. Durant l’ère soviétique, les établissements d’enseignement supérieur lituaniens, placés sous la tutelle de Moscou, ne sont pas autorisés à créer des instituts orientalistes. Par conséquent les étudiants sont envoyés dans les universités russes.

Après 1993, avec l’indépendance de la Lituanie, les études asiatiques connaissent un renouveau. Le Centre d’études orientales de l’Université de Vilnius se concentre sur l’étude de l’Asie du Sud, de l’Est et du Proche-Orient. L’objectif du Centre est de former des spécialistes des études asiatiques afin d’encourager la recherche scientifique, le développement des relations culturelles et économiques, et de favoriser la compréhension des cultures orientales en Lituanie.

Ayant reçu un large soutien de la part des partenaires sociaux et des institutions publiques, un programme d’Etudes asiatiques classiques de trois ans est ajouté au programme académique en 2000. En 2005, une nouvelle licence d’études iraniennes, un Master d’études asiatiques contemporaines sont introduits, suivis d’une licence d’études turques en 2007.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Centre d’études orientales

Université de Vilnius

University Street 5

LT-01513, Vilnius

Centre d’études asiatiques de la Faculté de sciences politiques et de diplomatie

Kaunas Vytautas Magnus University

Vaizganto 30, Kaunas

Le Centre d’études asiatiques est fondé en 2009 par la fusion de deux institutions existantes : le Centre d’études asiatiques et le Centre d’études japonaises.

Les étudiants doivent financer eux-mêmes leurs études car l’État n’offre pas de bourses dans le domaine des études asiatiques. Cependant les accords passés entre universités lituaniennes et universités asiatiques et européennes leurs permettent de bénéficier de certaines bourses.

Les étudiants peuvent se rendre dans des universités asiatiques pendant une partie de leurs études.

Le système d’éducation est basé sur le modèle : Licence, Master, Doctorat.

PERSONNEL

Université de Vilnius

Centre d’études orientales

On compte 25 enseignants à temps plein et à temps partiel. Le nombre de postes à temps plein dépend du nombre d’étudiants et du budget de l’université.

Dix étudiants sont admis tous les deux ans à chacune des licences : études indiennes, chinoises, japonaises, iraniennes, arabes et turques. Tous les deux ans, 15 étudiants sont admis au master d’études asiatiques contemporaines.

Les enseignants et chercheurs en études asiatiques de l’Université de Vilnius sont membre du Réseau d’études indiennes d’Europe centrale et orientale (Central and Eastern European Network for Indian Studies) et du Réseau européen de recherche académique contemporaine sur l’Inde (European Network of Contemporary Academic Research on India).

Les membres du Centre partagent leur temps entre la recherche et l’enseignement. Un tiers de leur salaire est destiné à la recherche.

Il est exigé de tous les enseignants qui détiennent un doctorat d’effectuer des recherches et de publier.

Kaunas Vytautas Magnus University

On compte trois chercheurs et sept enseignants pour environ 20 étudiants en master.

À l’Université de Kaunas, l’enseignement et la recherche sont séparés.

Le nombre de chercheurs en études asiatiques augmente régulièrement depuis plusieurs années. En raison du faible niveau des salaires, il est presque impossible d’attirer des universitaires étrangers confirmés pour des postes à temps plein.

DOMAINES D’ÉTUDE

Le Centre de l’Université de Vilnius forme des spécialistes en sciences humaines et sociales. Parmi ses objectifs figurent l’analyse et la recherche sur l’évolution culturelle dans les principales aires géographiques de l’Asie, la communication interculturelle et les perspectives de collaboration sur les études asiatiques. Pour la période 2008-2013, le thème de recherche approuvé par l’université est : « Les stratégies traditionnelles du savoir en Asie ».

13 langues asiatiques sont enseignées au Centre : japonais, mandarin, chinois, chinois classique, tibétain, persan, dari, arabe, turc, hindi, sanskrit et langue védique.

L’Université de Kaunas propose l’enseignement du japonais, du mandarin et du coréen. Son principal thème de recherche est la représentation en images des pays d’Asie de l’Est en Europe.

PUBLICATIONS

Acta Orientalia Vilnensia – publiée en anglais depuis 2000, la revue propose également des publications en ligne sur le site : http://www.oc.vu.lt/en/aov.html.

FINLANDE

Source: Asia-Pacific studies in Finland, by Tiina Airaksinen, University Lecturer in Asia-Pacific Studies, Asia-Pacific Studies programme University of Helsinki, Finland (2009). Consulter la version anglaise/See the english version

BREF HISTORIQUE

L’Université d’Helsinki est fondée en 1640 au même moment que l’Académie royale d’Abo et est déplacée à Helsinki en 1820. Elle est la plus ancienne université de Finlande. La chaire de professorat Linguarum Orientalium est créée dès 1640.

Les études d’Asie et du Pacifique sont inaugurées en 2001 à l’Institut Renvall de l’Université d’Helsinki et couvrent plus spécifiquement l’Asie de l’Est et du Sud-Est.

L’Université de Turku propose un cours sur l’Asie de l’Est depuis plus de quarante ans. En 2005, une chaire d’histoire chinoise contemporaine est établie au sein du Département d’histoire chinoise contemporaine sous l’égide de la Faculté de sciences sociales. Depuis sa fondation en 2006, le Centre d’études de l’Asie de l’Est (CEAS) a mené un certain nombre de projets de recherche de haut niveau. Entre 2007 et 2009, l’Académie de Finlande a attribué une subvention de 250 000 euros au CEAS pour un projet sur Tianjin et la gouvernance urbaine en Chine.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Université d’Helsinki

Les principaux champs d’étude sont : l’histoire, les problèmes sociétaux, l’intégration, les relations internationales, les problèmes de développement et les cultures contemporaines de la région. Après avoir obtenu une licence en études d’Asie et du Pacifique, les étudiants peuvent poursuivre leurs études par un Master en études de l’Asie de l’Est. A ce jour trois étudiants ont obtenu leur licence.

Différents séminaires, forums et conférences sont organisés pour les étudiants, les doctorants et les chercheurs post-doctorants.

Institut d’études asiatiques et africaines, programme d’études de l’Asie de l’Est

http://www.helsinki.fi/hum/aakkl/english/disciplines/east.html

Fondée en 1974, la première chaire d’études de l’Asie de l’Est est créée en 1987 et devient permanente en 1994.

Institut Confucius

http://www.helsinki.fi/hum/confucius/index.html

Créé en 2006, il organise des cours de langue et de culture en rapport avec la Chine.

Université de Turku

http://aasia.utu.fi/en/

Université d’Oulu

Se consacre aux études japonaises.

Université ouverte

DOMAINES D’ÉTUDE

Université d’Helsinki

Des cours sont proposés en histoire, sciences politiques, économie, anthropologie et art. Les axes de recherche sont : histoire asiatique moderne, identités et interactions Asie – Occident, échanges interculturels Asie – Occident.

Les études asiatiques modernes en général englobent l’histoire, le développement économique et les problèmes politiques.

Institut d’études asiatiques et africaines, programme d’études de l’Asie de l’Est

Les deux principaux axes de recherche sont : les études classiques de l’Asie de l’Est (langues classiques, littératures, philosophies, beaux-arts) et les études modernes de l’Asie de l’Est (histoire moderne, développement économique, enjeux sociopolitiques).

En raison des ressources limitées allouées à ces axes de recherche en Finlande, il est conseillé aux étudiants se spécialisant dans des domaines plus pointus de rechercher un encadrement scientifique à l’étranger.

L’enseignement et la recherche se font dans les langues suivantes : japonais, coréen, chinois, anglais, finlandais, cantonais et vietnamien.

Université de Turku

Axes de recherche :

  • Problèmes environnementaux et développement urbain en Asie de l’Est
  • Système juridique et droits de l’homme en Chine
  • Mouvements sociaux et contestataires en Chine et au Japon
  • Politique contemporaine de Taiwan
  • Migration de travail chinoise
  • Relations étrangères de la Chine

Université d’Oulu

Axes de recherche :

  • Occupation américaine au Japon
  • Travail missionnaire au Japon
  • Identité nationale au Japon
  • Image du Japon en Occident

PERSONNEL

Université d’Helsinki

Un à deux chercheurs et cinq à six enseignants à temps partiel.

Langues de recherche et d’enseignement : anglais, finlandais et suédois.

Institut d’études asiatiques et africaines, programme d’études de l’Asie de l’Est

Deux professeurs, trois maîtres de conférence, un assistant et plusieurs enseignants à temps partiel.

Environ 16 étudiants en licence d’art, 19 étudiants en master d’art, 3 docteurs de philosophie sont diplômés chaque année de l’Institut. Les étudiants peuvent travailler en tant qu’enseignants, traducteurs, chercheurs ou administrateurs internationaux.

Université d’Oulu

Trois doctorats, quatre licences et plus de 20 masters.

PUBLICATIONS

En anglais :

  •  Leena Avonius, Damien Kingsbury (eds.): Human rights in Asia. A reassessment of the Asian values debate, Palgrave Macmillan, 2008.
  • TiinaH. Airaksinen: Love your country on Nanjing road: the British and the may fourth movement I Shanghai. Renvall Institute Publications; 19. University of Helsinki, 2005.
  • Raisa Asikainen (toim.): Perspectives on China. Papers from the Nordic association for China studies conference at the University of Helsinki, June 7-9 2005. Renvall Institute Publications; 21. University of Helsinki.
  • Olavi K. Fält, Fascism, Militarism or Japanism? The interpretation of the crisis years of 1930-1941 in the Japanese English-language press. (1985)
  • The Clash of Interests. The transformation of Japan in 1861-1881 in the eyes of the local Anglo-Saxon press. (1990)
  • Henry Oinas-Kukkonen, Tolerence, Suspicion and Hostility. Changing U.S. Attitudes toward the Japanese Communist Movement, 1944-1947. (2003)
  • Seija Jalagin (ed.), Japan – Reflections on the Eastern Mind. (1998)

En finlandais :

  • Raisa Asikainen, Teemu Naarajärvi, Juha Vuori (eds.): Pekingin kevät 1989. Tiananmen ja kiinalaisen aktivismin rajat, (Spring in Pekin 1989: Tiananmen and limits of Chinese activism), Gaudeamus 2005.
  • Raisa Asikainen, Juha Vuori (eds.): Kiinan yhteiskunta muutoksessa, (Chinese society in transition), Gaudeamus 2005.

 

BELGIQUE

Source : Asian studies in Belgium – Pierre-Henry de Bruyn, Université de La Rochelle, France, et Paul Servais, Université catholique de Louvain, Belgique (2009). Consulter le texte original

Consulter la version anglaise/see the english version

BREF HISTORIQUE

L’orientalisme est d’abord enseigné et étudié à Louvain, en Belgique, dès le début du 16ème siècle, à une période où les actuelles Hollande et Belgique forment une entité encore floue appelée les Pays-Bas, qui font partie de l’empire espagnol des Habsbourg dirigé par Charles V.

En 1517, le Collège des Trois Langues (Collegium Trilingue) est fondé par Hiëronymus van Busleyden, chanoine de Malines (Mechelen), un humaniste, diplomate et ami de Thomas More et d’Erasme de Rotterdam. A l’initiative de ce dernier, Busleyden lègue sa fortune à une fondation pour l’établissement à Louvain d’un institut d’études du latin, du grec et de l’hébreu.

Le Collegium Trilingue, bien qu’indépendant de la Faculté de Théologie, a pour principal objet d’apporter aux étudiants en théologie une connaissance solide du latin, du grec et de l’hébreu, celle-ci étant indispensable à une interprétation juste de la Bible.

Durant la période menant à la Première Guerre mondiale, l’indien, l’iranien et beaucoup d’autres langues sont ajoutées au cursus des Facultés de Théologie et de Lettres. Cependant, jusqu’au milieu des années 1930, les cours restent dispersés entre les deux facultés, et ne mènent pas à un diplôme en études orientales en tant que tel. Le temps paraît venu à certains de rassembler cours et enseignants sous une seule et même enseigne. Comme le déclare le président de l’université lors de l’annonce officielle de la fondation d’un Institut orientaliste en 1936 : « Pendant les trois premiers quarts du dix-neuvième siècle, les différentes branches des études orientales ont principalement été considérées comme des sciences secondaires, au service tant des études scripturales et théologiques que de la philologie classique.

Cependant, ces disciplines sont depuis longtemps devenues indépendantes, et nous aurions dû commencer il y a plusieurs années déjà à unir nos forces et nos efforts. Cette unification est maintenant devenue réalité à l’Institut orientaliste de Louvain, qui aura comme programme l’instruction philologique de toutes les langues anciennes et l’instruction critique de l’histoire des anciens peuples de l’Orient. »

Les études extrême-orientales, au sens général, connaissent une grande avancée grâce à la contribution conséquente du Professeur Etienne Lamotte. Cet érudit, nommé professeur en 1932, se distingue dans les études bouddhiques. Autant à l’aise en sanskrit, pali et tibétain qu’en chinois classique, il produit d’impressionnantes traductions et études de textes sacrés bouddhiques, se créant par-là, ainsi qu’à l’institut, une réputation mondiale.

Les années 1960 sont une décennie de bouleversements et de changements considérables pour l’Université. En 1966-1967, l’Université est divisée en deux entités : une université néerlandophone, qui reste dans la ville historique de Louvain, et une université francophone, qui déménage dans la partie francophone de la Belgique et est renommée Louvain-la-Neuve. L’Institut orientaliste est divisé selon les mêmes distinctions linguistiques.

Comme la plupart des professeurs concernés par l’Extrême-Orient sont francophones, la section d’Extrême-Orient s’installe à Louvain-la-Neuve, où Lamotte continue d’enseigner. L’Institut orientaliste étend ses programmes pour proposer un cursus de quatre ans en 1974. En 1978, il devient un département à part entière de la Faculté de Lettres et offre un programme de quatre ans en études extrême-orientales.

Lorsque la Chine ouvre ses portes en 1979, un programme de sinologie est créé sous la direction du Professeur U. Libbrecht (retraité depuis 1993). Depuis, le programme a été le témoin d’un développement considérable. Aujourd’hui, hormis le programme général – qui se compose de cours de chinois (moderne et classique), d’histoire et de philosophie – les étudiants ont l’opportunité de se spécialiser soit en culture et en histoire, soit en économie. Les cours sont principalement donnés en néerlandais.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

  • Université Catholique de Louvain
  • Université de Louvain (Leuven)
  • L’Institut belge d’études chinoises, établi en 1929 suivant une initiative de la Chine. Durant ses 80 ans d’existence, l’Institut a développé trois types d’activités : une bibliothèque, des activités pédagogiques, telles que des cours et des conférences, et la publication de textes bouddhiques et chinois.
  • La Société belge pour l’indologie, dans laquelle l’Université de Gand joue un rôle primordial avec ses départements de langues et cultures de l’Asie du Sud, et de l’Asie orientale.
  • Le Centre d’études japonaises de l’Université de Gand
  • Le Centre pour la coopération internationale et les études du développement de l’Université libre de Bruxelles

DOMAINES D’ÉTUDES

Après la mort de Monseigneur Lamotte, les études chinoises à l’Université catholique de Louvain disparaissent presque. Cependant, ce champ s’engage depuis peu dans un processus progressif de reconstruction, pas tant dans le domaine de la sinologie classique que dans les études des aires contemporaines.

À  l’Université de Louvain, trois champs de recherche sont actuellement représentés :

  • La philosophie classique chinoise des dynasties Zhou et Han
  • Les échanges culturels entre la Chine et l’Occident depuis le 17ème siècle
  • Le chinois moderne (qui inclut la recherche appliquée sur l’enseignement du chinois)

Dans d’autres institutions, les sujets étudiés sont : le sanskrit et la culture tokharienne, la philosophie jaïn, les débuts du bouddhisme, le statut de la religion dans les temps modernes avec une attention particulière sur le bouddhisme dans l’Asie orientale et le Japon moderne, l’histoire intellectuelle et la philosophie en Chine et au Japon modernes.

PERSONNEL

Les deux seuls sinologues en poste d’enseignement dans une université francophone en Belgique sont Eric Florence à l’Université de Liège, spécialiste des questions de migration, qui a contribué à la fondation d’un Institut Confucius à Liège en 2006 ; et Françoise Lauwaert, à l’Université libre de Bruxelles, qui donne deux cours sur la Chine (anthropologie historique du monde chinois et de l’Asie contemporaine) et des cours en langue classique. Elle est également rattachée à l’Institut des Hautes Etudes de Belgique.

Dans les parties francophone et néerlandophone du pays, la situation est donc différente. Malgré d’importantes différences sur les plans financier et institutionnel, des personnalités des deux parties se mobilisent pour améliorer l’état des études asiatiques.

Pour en savoir plus : http://resap.hypotheses.org/1590#sthash.aZWWlays.dpuf

RUSSIAN FEDERATION – SAINT PETERSBURG

 Source: Sinology in St. Petersburg: Traditions and Contemporary Approaches, by Nikolay Samoylov, Faculty of Asian & African Studies, St.Petersburg State University, Russian Federation (July 2012). See the original text here

 

SHORT HISTORY

On the 18th of June 1700, Peter the Great issued an edict that is considered to be the first decree on Russian studies of Oriental languages.  The Russian Tsar ordered that “two or three talented and not very old monks” be sent to Tobolsk (Siberia) to study Chinese and Mongolian. The first ecclesiastical mission arrived in Beijing in 1716 and remained there for the following three centuries, preaching Christianity. They studied the Qing dynasty, the Manchu army and relations between China and neighbouring countries, and translated Chinese and Manchu publications as well as Confucian classics into Russian. In 1741, Illarion Rossokhin founded the first school of Chinese studies in Saint Petersberg.

The Faculty of Oriental Studies at the University of Saint Petersburg was established in 1854. In 1899, an Institute of Oriental Studies was founded in Vladivostok, at which graduates of Saint Petersburg University were the first professors.

After the October Revolution in 1917, all the faculties and departments of Petrograd University (former Saint Petersburg) were reorganized. Gradually, the only method of scholarly research and teaching became Marxism-Leninism: the main fields studied were to be social and economic development and the history of the class struggle and the revolutionary movement in China. Between 1920 and 1950, Soviet officials imposed the Stalinist view on China in university courses, repudiating classical Sinology. During that period, many Russian Sinologists were arrested and put into prison or concentration camps or simply killed.

The Faculty of Oriental studies was re-established in 1944, and the best traditions of the Saint Petersburg School of Chinese studies were brought back to life by a group of renowned Russian Sinologists.

In 1960 to the 1980s, Sinology took a new direction, with the study of Chinese intellectual history, the history of Chinese secret societies and religious groups and the history of the Chinese peasant movement. From 1961 to the present, the Faculty of Oriental Studies has held special conferences on the problems of historiography. Today, it ranks among the world’s largest institutions in the field of Sinology.

PRESENT ORGANISATION AND FUNCTIONING – FIELDS STUDIED

  •  Saint Petersburg Faculty of Oriental Studies

A 4-year BA programme is offered at the Faculty of Oriental Studies of Saint Petersburg University.

Students must study at least two oriental and one European language. The theoretical courses cover a wide spectrum of disciplines: history of China, Chinese literature, linguistics, ethnography, philosophy, economy and religions.

Graduates are awarded a BA in the general field of Oriental and African studies.

The Faculty also offers five Masters degrees, and graduates are awarded an MA degree in Oriental and African studies.

Students learn Chinese, both modern and classical, literature, ethnography, religion, philosophy, politics and economics; they also study English and Japanese. This curriculum provides the students with extensive knowledge of Chinese civilization and Chinese society, to help them work in various fields as researchers, interpreters, diplomats, journalists, teachers, librarians and business representatives in East Asia.

Professors from Saint Petersburg State University contributed to the establishment of a new Sinology centre in Blagoveshensk, at the Russian-Chinese border.

Many eminent scholars maintain the best traditions of the classical Saint Petersburg School for Chinese studies. They are concentrated in two departments:

  • Chinese Philology
  • History of Far Eastern Countries

Fifteen professors and teachers hold seminars on various aspects of Chinese studies.

Specialists from other Saint Petersburg academic institutions, such as the Institute of Oriental Studies, the Institute of Anthropology and Ethnography and the State Hermitage Museum, are invited to teach special courses.

  • Confucius Institute at Saint Petersburg State University

Founded in July 2005 under an agreement between Saint Petersburg State University and the Chinese national office for teaching Chinese as a foreign language. Its aims are to combine excellent traditions of teaching Chinese in Russia with the experience of Chinese partners and the latest techniques of distance education. The Confucius Institute offers courses in Chinese language, calligraphy and culture.

11 teachers of Chinese languages: nine are Russian and two are Chinese.

160 students are enrolled in language courses.

  • Saint Petersburg branch of the Institute for Far Eastern Studies

Founded in 2010 as a branch of the Institute for Far Eastern Studies of the Russian Academy of Sciences in Moscow. Its main task is cooperation in the scientific activities of Saint Petersburg and Moscow scholars engaged in East Asian studies.

  • Library of the Russian Academy of science

The library of the Russian academy of science is a large State-owned library based in Saint Petersburg.

The library was founded in Saint Petersburg by a decree of Peter I in 1714 and subsequently integrated into the structure of the Saint Petersburg Academy of Sciences. Since 1747, all academic institutions, and since 1783 all publishers in the country have been legally obliged to provide the library with a free copy of each published item. Between 1728 and 1924, its collections were stored in the Kunstkamera building, with which it had formed a single academic institution until 1803. In 1924-1925, the collections were transferred to a new building built for the library in 1914 and occupied by a military hospital during the First World War. On 15 February 1988, the library suffered a catastrophic fire, which destroyed or damaged a considerable part of the collection.

The Asia and Africa Publications Department of the Russian Academy of Sciences Library was established in 1953.

  • Institute of Oriental Manuscripts

Dvortsovaya nab. 18, Saint Petersburg

The Institute is divided into six academic divisions:

Department of Ancient Eastern Studies

Department of Central Asian and South Asian Studies

Department of Far Eastern Studies

Department of Manuscripts and Documents

Department of Middle Eastern and Near Eastern Studies

The Academic Library

  • Kunstkamera

Peter the Great Museum of Anthropology and Ethnography. Russian Academy of Sciences

3 University Embankment, Saint Petersburg

In autumn 1714, Peter the Great ordered Doctor Robert Areskin to move his personal collection and library from Moscow to Saint Petersburg, the new capital, and to begin work on the creation of the first State public museum – the Kunstkamera. For Peter the Great, it was extremely important to create an image of a changing Russia. The Emperor had the habit of receiving ambassadors in his museum, and a tour of the museum was part of the programme for all important guests.

The museum is divided in research departments:

Department of Australia, Oceania and Indonesia

Department of America

Department of Physical Anthropology

Department of Archaeology

Department of Africa

Department of East and Southeast Asia

Department of Eastern Slavs and Peoples of European Russia

Department of Europe

Department of Caucasus

Department of Siberia

Department of Central Asia

Department of South and Southwest Asia

Department of the history of Kunstkamera and 18th century Russian Science (M.V. Lomonosov museum)

Centre of Political and Social Anthropology

  • Saint Petersburg State University, Faculty of Philosophy

Saint Petersburg State University Faculty of Philosophy

Department of Oriental Philosophy and Culture established in the Faculty of Philosophy of Saint Petersburg State University in 1998.

It has four educational programmes, two of which are devoted to Far Eastern and South Asia regions: Chinese culture (headed by Professor Marina Kravtsova) and culture of India (headed by Professor Sergei Pahomov).

Overall enrolment in the Chinese culture programme is 100 students, currently with five full-time teachers. The programme covers a wide range of topics in the history of Chinese culture (including religion, philosophy, political thought  in classical times and modernity). The teaching is based primarily on developing the linguistic skills of the students, enabling them to carry out their research on the basis of both primary sources and secondary literature. The course takes 5 years, which is traditional in the Russian higher educational system, and comprises both lectures such as on the history of China, the history of Chinese culture and philosophy, the history of Chinese art, the history of Chinese literature, Chinese popular beliefs and religions of modern China. There is also  a variety of courses in both modern and classical Chinese and written Japanese. At the end of each school year, a research paper must be presented. The course is completed by a State examination and an oral examination on the final research topic. On the basis of their academic achievements, the students can continue to graduate school.

The programme on the culture of India is organized on the same model. The overall enrollment is 20 students, with four full-time teachers. It covers various areas of Indian culture, including religious, philosophical and social aspects, from antiquity until modern times, with numerous lectures on topics such as Indian philosophy, history of India, Vedic religion and Hinduism, Indian literature, Indian art and the social system of India. The programme also includes language classes in Sanskrit and in Hindi (the main language of modern India).

  • Ho Chi Minh Institute

Saint Petersburg State University Faculty of Asian and African Studies

The Institute was founded in 2010 with support from the Government of Viet Nam and Saint Petersburg State University.

The main research areas:

Contemporary political situation in Viet Nam

International relations in South-East Asia

Foreign policy of Viet Nam

Modern and current history of Viet Nam

RUSSIAN FEDERATION – MOSCOW

Source: Summary of information gathered by Mikhail Roshchin, Institute of Oriental Studies at the Russian Academy of Sciences, Russian Federation (2010).

 

Oriental studies at Moscow University started as early as the 1750s. The Institute of Asian and African Studies is the leading Russian centre for training specialists in oriental studies in general and in studies of countries and regions of Asia and Africa.

The Institute of Oriental Studies at the Russian Academy of Sciences is Russia‘s leading research institution for the study of the countries and cultures of Asia and North Africa. The Institute is located in Moscow. It was formerly in Saint Petersburg, but in 2007 the Saint Petersburg branch was reorganized into a separate Institute of Oriental Manuscripts.

  • Institute of Ethnology and Anthropology

 Leninsky Prospect, 32A, Moscow

Short history

The Institute is part of the history branch of the Russian Academy of Sciences. It was established in the Soviet Union by amalgamation of the Museum of Anthropology and Ethnography and the Institute for the Study of Ethnic Groups of the USSR in autumn 1933.

The institute has its own library, archives and museum.

Countries and fields studied

Central Asia, Pakistan, India, Sri Lanka, other countries of South-East Asia, Malaysia, Indonesia, China, the republic of Korea, Japan, Oceania.

Anthropology, social and medical ethnology, ethnosociology, ethno-ecology, cross-cultural psychology, culture, political sciences, religion.

Staff

153 researchers

24 PhDs

Publications

An electronic publication: www.ethnonet.ru

Races and people” is a magazine that is published regularly. The last one appeared in 2006.

  •  GORKY Institute of World Literature

 Povarkaya, 25A, Moscow

http://www.imli.ru/

The Institute is part of the Russian Academy of Sciences. It was founded in 1932 for the 40th anniversary of Maxim Gorky’s literary activity.

The department of Asian and African literature was founded in 1975-76.

The Institute is considered the most important Russian centre in literature studies. The personnel comprises 209 researchers, with 39 PhD students.

  • Institute of Linguistics

Bolchoi Kislovsky Pereoulok, 1/12 Moscow

http://www.iling-ran.ru

The Institute is part of the Russian Academy of Sciences. It was founded in 1950 in Moscow.  The staff comprises 103 researchers, with 25 PhD students.

The Institute is considered an essential linguistic study centre.

  • Institute of Practical Oriental Studies

Nahimovsky Prospeckt, 32 Moscow

http://www.ipos-msk.ru

This nongovernmental institution of higher education, which is part of the Academy of Pacific Region Countries, was founded in 1993. It was initiated on a decision of the Academic Council of the Institute of Asian and African Studies of Moscow State University to meet the growing demand for orientalists with training in practical rather than purely scientific areas.

There are 65 professors and 268 students.

The countries studied are: all the Arabic countries, Turkey, Iran, Pakistan, India, Sri Lanka, other countries of South-East Asia, Malaysia, the Philippines, China, the Republic of Korea, Japan and Taiwan.

The fields studied are history, linguistics, culture and politics.

  • Institute of Oriental Studies

Rozhdestvenka, 12  Moscou

http://www.ivran.ru/

The Institute was established during the time of the Soviet Union and was situated in Saint Petersburg. In 1950, the Institute was transferred to Moscow and is now known as the main centre of oriental studies in Russia. The Saint Petersburg branch still exists, to which, since 2009, the Institute for Oriental Manuscripts is attached.

There are 388 researchers and 50 PhD students.

The countries studied are: all the Arabic countries, Turkey, Iran, Pakistan, India, Sri Lanka, other countries of South-East Asia, Malaysia, the Philippines, China, the Republic of Korea, Japan, Taiwan, Australia, New Zealand and other countries of Oceania.

The fields studied are: history, philology, linguistics, economy, culture and politics.

  • ORIENTAL UNIVERSITY

Rozhdestvenka, 12, Moscou

http://www.orun.ru/

The University was founded in 1994 in Moscow.  It is a branch of the Institute of Oriental Studies, and many professors at the University are also researchers at the Institute.

There are 72 professors and 203 students.

The countries and areas studied are: the Far East, Australia and other parts of Oceania, South and South-East Asia, Iran and the Arabic world.

CZECH REPUBLIC

 Source: Presentation of Asian and Pacific studies, by Olga Lomova, Institute of East Asian Studies, Charles University in Prague, Czech Republic (2009). See the original text here

SHORT HISTORY

Asian studies in the Czech Republic date back to the second half of the 19th century. ‘Asia’ was considered to be all the countries beyond Europe, including the Middle East, South and South East Asia and the Far East. From the beginning, Indology and Sinology have been the focus of Asian Studies at Prague’s Charles University.

After 1948, with the victory of the Communist revolution, Asian studies flourished. New chairs in Sinology, Japanology, and Koreanistics were established, and Indology developed further, divided according to language (Hindi, Bengali, Tamil). As there was restricted academic freedom in other humanities, Asian studies also attracted some of the best minds in Czech humanities at the time.  Most of these developments stopped in 1968 after the suppression of the Communist reformist movement, which resulted in purges in academic institutions, restricted access to information, limited international information and in some cases, namely Sinology, direct subordination of research and teaching to the decisions of the Central Committee of the Communist Party. Academic research hibernated, occasionally pursued by scholars in private, and teaching was restricted to language instruction and topics relevant to politics and ideology. The only new development in this period was the creation of Mongolian and Vietnamese studies at Charles University. When academic freedom was restored in 1990, Asian studies faced a huge generation gap, accompanied by controversy about the previous Communist activities of some of the older scholars. Asian studies therefore returned to the tradition of philology-oriented studies. Asian social sciences started to develop only with the new generation of PhD degree holders.

PRESENT ORGANIZATION AND PRESENTATION

Charles University, Faculty of Philosophy (public institution, no fees)

Celetna 13

116 36 Prague 1

Telephone: +420 224 491 850

Fax: +420 224 491 895

E-mail: ipc@ruk.cuni.cz

There are three entities in the University:

  • Institute of East Asian studies

http://www.ff.cuni.cz

  • Chiang Ching-kuo Foundation International Sinological Centre

http://cck-isc.ff.cuni.cz/indexEn;html

  • Institute of South and Central Asia

http://www.ff.cuni.cz/FF-7332.htm

Oriental Institute, Academy of Sciences, Prague (public institution)

http://www.orient.cas.cz

The Institute has a department of East Asian Studies and a department of South Asian Studies.

Palacky University Olomouc, Faculty of Philosophy (public institution, no fees)

Department of Asian Studies

http://www.kas.upol.cz/

Masaryk University, Brno (public institution, no fees).

Centre for the Study of Religion in China and Japan

http://www.phil.muni.cz/relig/csncj-uvod.php

Metropolitan University, Prague (private institution, tuition fees).

Department of Asian Studies

http://www.cz/cs/pha/asijska-studia-a-mezinarodno-vztahy/472

FIELDS STUDIED

In these universities and institutes, the following studies are proposed: literature, linguistics, early history (pre-modern and modern), philosophy, religion, anthropology, Chinese medicine, contacts with Europe, contemporary Buddhism, modern literature, Taiwan.

Depending on the university or institution, BA and MA programmes are offered, a wide variety of language classes, various country studies

Charles University in Prague is the only centre of higher learning in the Czech Republic that offers a PhD programme in Asian studies.

Annual conferences and workshops are organized. There are also bilateral exchanges, European programmes and projects supported by Asian foundations.

ABOUT THE STAFF

There are about 56 lecturers and researchers in Asian studies in the Czech Republic. A full-time teacher is required to devote 1/3 of time to teaching, 1/3 to research and 1/3 to administration.

The number of students in all the listed institutions is 450-500, with a steady rise in the numbers.

PUBLICATIONS

–          Acta Universitatis Carolinae – Studia Orientalia Pragensia  since 1945

–          Mongolica Pragensia since 2007

–          Archiv Orientalni since 1929 (in English, French and German)

–          Novy Orient since 1945 (in Czech)

 

FINLAND

Source: Asia-Pacific studies in Finland, by Tiina Airaksinen, University Lecturer in Asia-Pacific Studies, Asia-Pacific Studies programme University of Helsinki, Finland (2009). See the original text here

 

SHORT HISTORY

The University of Helsinki was founded in 1640 as the Royal Academy of Abo and moved in 1820 to Helsinki. It is the oldest University in Finland. The chair for Professor Linguarum Orientalium was established as soon as 1640.

Asia Pacific studies were inaugurated in 2001 at the Renvall Institute of the University of Helsinki and are more specifically oriented towards East and Southeast Asia.

The University of Turku has been offering courses on East Asia for over forty years. In 2005, a Professorship in Contemporary Chinese History was established within the Department of Contemporary History under the aegis of the Faculty of Social Sciences. Since its founding in 2006, the Centre for East Asian Studies (CEAS) has led and carried out a number of high-profile research projects. Between 2007 and 2009, the Academy of Finland awarded CEAS a 250,000 euro grant for its project on Tianjin and urban governance in China

PRESENT ORGANISATION AND FUNCTIONING

University of Helsinki

http://www.helsinki.fi/hum/renvall/aps/aps_english.html

The main fields studied are: history, societal issues, integration, international relations, development problems and contemporary cultures of the region.

After completing a Bachelor’s degree in Asia Pacific studies, students can continue towards a Master’s degree in East Asian studies. So far three students have completed their BA degrees in Asia Pacific studies.

Different seminars, forums and conferences are regularly organized for students, postgraduate students and postdoctoral scholars.

Institute for Asian and African Studies, East Asian Studies programme

http://www.helsinki.fi/hum/aakkl/english/disciplines/east.html

Founded in 1974, the first professorship in East Asian studies was created in 1987 and became permanent in 1994.

Confucius Institute

http://www.helsinki.fi/hum/confucius/index.html

Established in 2006, organizes languages and culture courses related to China.

University of Turku

http://aasia.utu.fi/en/

University of Oulu

Concentrates on Japanese studies.

Open University

FIELDS STUDIED

University of Helsinki

There are courses on history, politics, economics, anthropology and arts. The different research fields are: Modern Asian history, Asian-Western identities and interaction, Asian-Western intercultural encounters.

Modern Asian Studies in general include history, economic development and political issues.

Institute for Asian and African Studies, East Asian Studies programme

The two principle directions of research are: Classical East Asian Studies (classical languages, literatures, philosophies and fine arts and Modern East Asian Studies (modern history, economic development, socio-political issues).

Due to the limited resources of these lines of research in Finland, students specializing in more specific topics are advised to search for contacts and supervision abroad.

Teaching and research languages: Japanese, Korean, Chinese, English, Finnish, Cantonese ad Vietnamese.

University of Turku

Research areas:

  • Environmental issues and urban development in East Asia
  • Legal system and human rights in China
  • Social movements and protests in China and Japan
  • Taiwanese contemporary politics
  • Chinese labour migration
  • Chinese foreign relations

University of Oulu

Research areas:

  • American occupation in Japan
  • Missionary work in Japan
  • Japanese national identity
  • Image of Japan in the West

STAFF

University of Helsinki

1-2 researchers and around 5-6 part time teachers.

Languages of teaching and research: English, Finnish and Swedish.

Institute for Asian and African Studies, East Asian Studies programme

There are two professors, three lecturers, one assistant and several special readers and part-time teachers.

About 16 Bachelors of Arts, 19 Masters of Arts and 3 Doctors of Philosophy graduate yearly from the Institute. Students can work as teachers, translators, researchers or international administrators.

University of Oulu

3 PhD thesis, 4 Licentiates and over 20 MA thesis.

PUBLICATIONS

In English:

  •  Leena Avonius, Damien Kingsbury (eds.): Human rights in Asia. A reassessment of the Asian values debate, Palgrave Macmillan, 2008.
  • TiinaH. Airaksinen: Love your country on Nanjing road: the British and the may fourth movement I Shanghai. Renvall Institute Publications; 19. University of Helsinki, 2005.
  • Raisa Asikainen (toim.): Perspectives on China. Papers from the Nordic association for China studies conference at the University of Helsinki, June 7-9 2005. Renvall Institute Publications; 21. University of Helsinki.
  • Olavi K. Fält, Fascism, Militarism or Japanism? The interpretation of the crisis years of 1930-1941 in the Japanese English-language press. (1985)
  • The Clash of Interests. The transformation of Japan in 1861-1881 in the eyes of the local Anglo-Saxon press. (1990)
  • Henry Oinas-Kukkonen, Tolerence, Suspicion and Hostility. Changing U.S. Attitudes toward the Japanese Communist Movement, 1944-1947. (2003)
  • Seija Jalagin (ed.), Japan – Reflections on the Eastern Mind. (1998)

In Finish:

  • Raisa Asikainen, Teemu Naarajärvi, Juha Vuori (eds.): Pekingin kevät 1989. Tiananmen ja kiinalaisen aktivismin rajat, (Spring in Pekin 1989: Tiananmen and limits of Chinese activism), Gaudeamus 2005.
  • Raisa Asikainen, Juha Vuori (eds.): Kiinan yhteiskunta muutoksessa, (Chinese society in transition), Gaudeamus 2005.