Archives par étiquette : Asie

Orientalisme versus Asie-Océanie

Jean-François Sabouret, 8 octobre 2013

 

Ce livre blanc sur les études Asiatiques et du Pacifique fait écho au rapport sur les Études orientalistes paru en 1993. Les deux titres sont différents, la réalité l’est également, ce qui ne signifie pas que les études orientalistes aient disparu au profit de nouvelles études centrées sur l’Asie contemporaine.

Les études orientalistes sont principalement représentées en France dans des institutions prestigieuses comme le Collège de France, l’EPHE, l’EFEO.

Cependant vingt ans plus tard en 2013, si les Études orientalistes occupent toujours une place notable dans la recherche française sur l’Asie et sont un élément important de sa reconnaissance à l’étranger, une évolution sensible s’est produite dans les études contemporaines sur cette même aire asiatique à laquelle il faut joindre les pays voisins de l’Asie, ceux de l’Océanie, entraînés par le développement rapide de l’Extrême-Orient. Cela est dû en grande partie au dynamisme des économies de nombreux pays d’Asie qui enregistrent un taux de croissance élevé (Chine, Japon, Corée du Sud, Taiwan, Hong-Kong, Singapour, Inde…).

Le basculement du monde et l’exigence de comprendre cette nouvelle donne

Dès la fin des années 70, la stratégie économique du leader chinois Deng Xiaoping apparaît, avec le court recul de ces trente dernières années, comme une lame de fond qui bouscule les économies du monde entier, à commencer par celles de l’Europe et des États-Unis. On sait aujourd’hui que la Chine et derrière elle, d’autres nations comme la Corée, Taiwan et l’Inde ont pris la mesure du monde et développent des industries, des services, de l’agriculture sur l’ensemble de la planète : dans l’Australie « voisine », mais aussi en Afrique et au Brésil. L’Occident n’est plus au centre du Monde.

L’Asie s’enrichit, prend confiance en elle, deux économies asiatiques sont dans les cinq premières : La Chine et le Japon. L’Inde va bientôt entrer dans le club des dix et la Corée du Sud est au quinzième rang. Le PNB de la Chine a doublé celui du Japon en 2010 et ces deux puissances économiques sont aujourd’hui respectivement les seconde et troisième du monde. Si cette tendance se poursuit, la Chine, disent les experts, pourrait devenir la première puissance économique du monde en 2025.

Le PIB cumulé de l’Asie et de l’Océanie place dorénavant cette région au premier rang (28,15%), devant l’Amérique du Nord (27,72%) et l’Union Européenne (27,08%) (stat. 2012). Mais avec la puissance économique acquise ou retrouvée (pour l’Inde et la Chine), d’autres dépenses montent aussi en puissance : les dépenses militaires. Selon le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), dont le centre est à Stockholm la première place de « gendarme du monde » est toujours occupée par les États-Unis : 711 milliards USD de dépenses en 2011 contre 71,9 pour la Russie, 62,7 pour Royaume-Uni, 62,5 à la France…mais déjà 143 milliards USD pour la Chine (tendance régulière en hausse chaque année). L’Asie est prospère mais la région est peuplée de belligérants potentiels.

De nombreux pays voisins s’observent, les armes à la main, soufflant alternativement le chaud et le froid : les deux Corées (de chaque côté de la ligne DMZ), Corée du Sud contre le Japon (Takeshima/Dokdo, le Japon contre la Russie (Kouriles), la Chine contre le Japon (Senkaku), La Chine contre l’Inde (Arunachal Pradesh), la Chine contre le Vietnam, la Malaisie, Brunei, La République de Chine et les Philippines (Spratleys), tout cela sous l’œil attentif du maître du Pacifique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale : Les États-Unis.

Le danger d’un affrontement militaire est atténué, pour un temps seulement peut-être, par les échanges économiques, le consumérisme galopant, la production industrielle…. Ainsi la Chine est le premier pays producteur d’automobiles (18 418 876 en 2011) contre 8 653 560 aux États-Unis, 8 398 654 au Japon, 6 311 318 en Allemagne, 4 657 094 en Corée du Sud, 3 926 517 en Inde et… 2 242 928 en France.

Un nécessaire repositionnement sur les études contemporaines en sciences politiques, en économie et dans l’étude des sociétés du temps présent.La demande pour prendre la mesure de ce monde asiatique en mutation est quasi-exponentielle : mieux comprendre, mieux se former. Il apparaît évident sinon urgent de doter la recherche de spécialistes en France capables d’étudier et de rendre compte de ce « basculement du monde ». La plupart des personnes interrogées pour le Livre blanc, celles qui ont rédigé un texte (voir le site Resap.hypotheses.org), mais aussi celles qui ne pouvaient consacrer qu’un temps assez court à cette enquête ont souligné ce changement majeur dans l’évolution de l’Asie.

Si une majorité se déclare en faveur d’un nombre accru d’enseignants et de chercheurs spécialistes de l’Asie contemporaine, plusieurs « solutions » sont avancées quand à cet accroissement significatif de postes dans des domaines jusque-là en nombre modeste.

La première solution consiste à confier à l’État cette importante création de postes nouveaux et à se reposer sur les décisions des personnes en charge de cette politique d’enseignement et de recherche tant au niveau de l’enseignement supérieur que du secondaire.

La seconde et la troisième solutions tiennent compte de la situation économique de notre pays actuellement et qui est peu propice à une augmentation accélérée des postes à créer. La seconde solution suppose donc de réduire ou de ne pas renouveler des postes dans certaines disciplines afin de permettre la création de nouveaux postes ailleurs. Solution « polémique » selon que les chercheurs appartiennent à une discipline ou à un champ en forte demande ou à une discipline dont la place est devenue moins urgente.

La troisième de ces solutions est nouvelle et originale. Elle tient compte de la double demande d’un accroissement d’enseignants et de chercheurs. Là aussi, des arbitrages devront sans doute être faits. Cependant, pourquoi ne pas créer des postes de chercheurs-enseignants qui seraient en quelque sorte les postes miroirs de ceux des enseignants-chercheurs. Les enseignants chercheurs, ceux qui ont des étudiants dès la première année de licence (192 heures annuelles pour un maître de conférences), et un flot important et répété de copies à corriger, stigmatisent souvent le déséquilibre dont ils s’estiment victimes quand ils comparent leurs emplois du temps au regard de celui des chercheurs.

Si un enseignant-chercheur peut réserver « au maximum » le tiers de son temps à la recherche, il est gêné dans la réalisation de ses projets de recherche pour écrire ou partir en mission sur son terrain. Or si dans l’emploi du temps de ce nouveau type de poste de « chercheur-enseignant », un tiers était réservé à l’enseignement, celui-ci pourrait « en complémentarité, remplacer son collègue une ou deux années universitaires. Ainsi sur une carrière de plus de trente ans, le chercheur-enseignant aurait une douzaine d’années à faire comme enseignant pour s’acquitter de son cahier des charges. Cette proposition apparaît comme une solution intermédiaire par rapport à l’idée développée par le ministre C. Allègre quand il souhaitait un seul corps d’enseignants-chercheurs.

Une demande insistante de disposer de plus de temps pour mener à bien des recherches.

La réforme des universités, avec une plus grande autonomie accordée à celle-ci, va-t-elle faire évoluer les deux métiers vers une fusion ou va-t-elle maintenir cette séparation entre chercheurs et enseignants sujette à bien des commentaires ? Entre les deux métiers traditionnels d’enseignant-chercheurs et de chercheurs, la proposition de créer une nouvelle catégorie mérite réflexion, puisque les deux professions seraient complémentaires : plus de cours nouveaux pourraient être proposés aux étudiants et davantage de recherches sur le contemporain seraient réalisées, sans avoir forcément à remettre en question la raison d’être de certaines spécialités situées davantage sur le versant « sciences humaines » que des « sciences sociales contemporaines ». Il reste néanmoins que certains spécialistes se demandent s’il y a lieu encore de reconduire autant de postes dans certaines disciplines qui furent importantes sans doute à l’époque où la France, ayant des colonies ou des protectorats, se devait de mieux comprendre les « ethnies » minoritaires, et les religions des peuples qu’elle dirigeait. La question est ouverte.

Une concertation accrue au niveau des établissements et des organismes

Une plus grande transparence est souhaitée quant à la création des postes nouveaux, la cohérence de ceux-ci dans un établissement donné par rapport à un autre établissement. Est-ce qu’une politique de concertation est menée, par qui, et pour quels résultats entre le CNRS, le CIRAD, l’INSERM, l’INRA, l’IFREMER, l’IRD… et la CPU? Est-ce une conférence inter-organismes ? Est-ce le (ou les) ministère(s) de tutelle ? De grands thèmes intéressants plusieurs organismes pourraient être définis et donner lieu à des montages.

Les recrutements « à l’Américaine »

Certains souhaitent un recrutement tel qu’il se pratique par exemple aux États-Unis (système de la « tenure »). Un jury de spécialistes de la discipline et du champ incluant des chercheurs étrangers, font le choix de deux personnes au terme d’un processus plus long de réflexion et d’investigation que celui pratiqué par le comité national au CNRS par exemple. Un cahier des charges serait proposé aux chercheurs choisis (articles de recherches, participation à des conférences, organisation de colloques, publication d’ouvrage…) Après plusieurs années, une seule des deux personnes obtiendrait définitivement le poste.

L’autonomie des universités et la demande de création d’UMR

La recherche au sein des universités prend une place de plus en plus grande et devenant plus autonomes, ces dernières souhaitent développer des stratégies propres. Il est à prévoir un plus grand nombre de créations de postes d’enseignants-chercheurs dans les domaines des études asiatiques et du Pacifique. Si une taille critique est atteinte, certaines universités vont vouloir posséder une UMR associant le CNRS à leur université. Le cas d’école, si l’on peut dire, est celui de l’INALCO (Institut National des Langues et civilisations orientales), qui, depuis novembre 2011, a vu tout son dispositif d’enseignement regroupé sur le site de l’Avenue de France dans le XIIIe arrondissement, regroupement vertueux également puisque la bibliothèque de la BULAC est située également dans les mêmes bâtiments. Plus de 93 langues enseignées dès la première année, 9 000 étudiants, 300 enseignants dont déjà 50 « civilisationnistes ». Les enseignants souhaitent se voir créer au sein de l’INALCO une ou plusieurs UMR pour faciliter les recherches, recevoir des chercheurs du CNRS, accueillir et former des étudiants qu’ils veulent pouvoir former jusqu’à la fin du doctorat… La réunification des divers éléments du « puzzle de l’INALCO » mettant un terme à sa longue « balkanisation » permettrait, si la recherche était véritablement soutenue en sciences sociales par le CNRS, de créer, par exemple, une saine émulation avec la SOAS de Londres.

Un besoin important de compétences asiatiques ciblées et nouvelles

Les universités, mais aussi les écoles de commerce et d’autres lieux d’enseignement et de recherche (Coëtquidan, Navale, écoles d’agriculture, des beaux-arts, école des transports…), feront certainement appel à des enseignants spécialisés sur des savoirs jusque-là peu abordés. Il est donc important de pouvoir former dès maintenant les futures compétences dont notre pays aura besoin. Tout un chantier à consolider. Cela évitera des déconvenues ultérieures lors des recrutements avec des candidats compétents, certes, mais dans des domaines qui ne correspondent pas exactement à la demande des établissements et plus simplement à la demande sociale.

La quasi-totalité des personnes interrogées ont également mis l’accent sur la bonne maîtrise d’une ou plusieurs langues asiatiques comme condition nécessaire à un accès réel aux sources premières et aux enquêtes de terrain quelle que soient les disciplines concernant l’Asie.

Financement, emploi du temps, évaluation

Certains enseignants-chercheurs relèvent que dans leurs emplois du temps, la partie occupée par les réunions et la préparation de multiples dossiers de demandes de financement de recherche occupent une part de plus en plus importante, avec l’inconnu de réponses négatives dans le cas des demandes de financement. Les grandes œuvres des asiatisants comme Paul Mus ou Denys Lombard n’auraient pu voir le jour dans une ambiance où le harcèlement bureaucratique l’emporte sur une recherche patiente et réfléchie. Ne pourrait-on pas attribuer une somme moins importante à un chercheur que pour un programme ANR et évaluer sa qualité, non pas sur la base d’un projet, mais sur les résultats des travaux effectivement réalisés. Les résultats obtenus étant garants d’un futur financement.

Moins de bureaucratie, une plus grande attention accordée au jugement des pairs et aussi à des travaux de plus longue haleine et moins de court terme imposé par les recherches par appel à projets du système actuel. Le système de programmes favorise les recherches de micro-terrains et les micro-expertises. Peut-on former ou favoriser des chercheurs pour des analyses géopolitiques ou des recherches sociologiques plus vastes, mais dont la réalisation demande plus de temps ?

En conclusion

Il faut remercier toutes les personnes, professeurs, experts, chercheurs qui ont bien voulu répondre à cette enquête malgré un emploi du temps chargé. Ces réponses écrites aussi ont été complétées par des entretiens oraux, des rencontres parfois courtes où on demandait quelles étaient les préoccupations et les questions saillantes auxquelles les chercheurs étaient confrontés. Le site RESAP permet l’accès des textes de chacun à tous.

De tout cela émerge chez les enseignants-chercheurs dans les universités la question du manque de temps consacré à la recherche et c’est peut-être le point le plus marquant de notre enquête, d’où la proposition de création d’un statut nouveau qui serait celui de chercheur-enseignant (⅔ de recherche, un tiers d’enseignement), faisant miroir à celui d’enseignant-chercheur (⅔ d’enseignement ⅓de recherche). Ils souhaitent (et ce vœu est récurrent), pouvoir consacrer davantage de temps à la recherche, à l’écriture d’articles visibles dans des revues sortant de la semi-confidentialité, continuer à rédiger en français, tout en publiant davantage en anglais. Ils souhaitent voir plus de leurs ouvrages traduits en anglais et dans des langues asiatiques. Des budgets réservés à des traductions correctes dans diverses langues permettraient aux chercheurs sur l’Asie et le Pacifique de les faire mieux connaître par leurs pairs européens et étrangers.

Ce nouveau couple enseignant et chercheur permettrait de prendre place d’autant mieux dans le paysage de l’université de demain que l’Asie et le Pacifique entrent de plus en plus dans les cursus des universités à côté des enseignements traditionnels. Des enseignements sur l’Asie y sont donnés régulièrement et constituent un pôle de plus grande attractivité. En province également des enseignements sur l’Asie sont donnés dans des universités anciennes (comme Strasbourg ou Bordeaux…) ou nouvelles (La Rochelle, Le Havre…). Si l’on tient compte des institutions célèbres et plus anciennes et des structures plus jeunes et dynamiques, on mesure rapidement la richesse, la diversité de l’enseignement et de la recherche sur l’Asie et le Pacifique en France. La question qui demeure est la répartition des rôles et des obligations. Pour peu que la génération des baby-boomers arrivant à la retraite soit correctement remplacée grâce à un recrutement concerté, la France a des atouts certains qu’elle ne peut que mieux valoriser au fil des années à venir. Cela signifie que l’Asie et les Pacifiques vont occuper une place plus importante dans les manuels scolaires du primaire au lycée et donc dans la formation des enseignants.

Les centres de recherche et institutions dédiées à l’Asie et au Pacifique sont-ils remis en cause de ce fait ? Cela n’est pas dit et encore moins écrit clairement, mais en creux on voit bien que les enseignants du supérieur souhaitent sinon une réforme profonde de ces institutions du moins une participation plus active à la formation des étudiants depuis la première année et non au niveau du master ou du doctorat.

Certains interlocuteurs ont abordé la question d’un meilleur cadre d’enseignement et de recherche. Ils n’hésitent pas à proposer des frais d’inscription et de cours plus élevés pour les étudiants issus de catégories socio-professionnelles plus aisées avec un système de tarif différentiel pour les étudiants de familles ayant peu de revenus. Le principe de l’égalité des chances liée à une meilleure qualité de l’environnement pour tous, mettrait l’université française au niveau de grandes universités étrangères du monde et exercerait une plus grande force d’attractivité pour les étudiants européens et étrangers voulant étudier en France.

Les succès économiques, industriels, technologiques, scientifiques en Asie ajoutés à l’énorme réservoir démographique que représente cette région obligent l’enseignement et la recherche française à tenir davantage compte de ce basculement du monde et cela devrait se traduire rapidement par des décisions réelles que l’ensemble des enseignants et des chercheurs attend avec espoir et vigilance.

Jean-François Sabouret est sociologue, spécialiste du Japon, directeur de recherche émérite au CNRS


Jean-Michel Sers : La coopération entre l’Union européenne et l’Association des nations du Sud-Est asiatique (ANASE) dans le domaine de la recherche et de l’innovation

La coopération en matière de recherche et d’innovation entre l’UE et l’Association des nations du Sud-Est asiatique (ANASE) s’est considérablement développée en termes de participations dans les programmes-cadres de recherche et de développement technologique de l’UE depuis le lancement d’un dialogue politique sur la science et la technologie entre le Comité Science et Technologie (ASEAN-COST) et la Commission européenne en 2008[1]. Le dialogue politique a été lancé dans le but d’échanger des idées et les meilleures pratiques respectives sur les défis d’intérêt commun tels que la santé, la sécurité alimentaire et le changement climatique. La mise en place du dialogue s’est également fondée sur une participation croissante des centres de recherche et des universités de l’ANASE dans les programmes-cadres de l’UE depuis le début des années 2000, et la volonté de l’UE de devenir un partenaire de l’ANASE au même titre que d’autres pays partenaires traditionnels de l’ANASE dans la région asiatique (Chine, Corée et Japon notamment).

L’ANASE regroupe dix pays et occupe une position clé dans la région Asie-Pacifique au niveau politique et économique. L’association a été créée le 8 Août 1967 à Bangkok, en Thaïlande, à l’initiative de cinq nations fondatrices : l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande. Le Brunei Darussalam a rejoint le groupe en 1984 suivi du Vietnam, du Laos, du Myanmar et du Cambodge entre 1995 et 1999. Avec plus de 600 millions d’habitants, les membres de l’ANASE ont une population de taille similaire à l’Europe et un PIB cumulé de 1.450 € milliards (2010). La construction d’un développement socio-économique durable fondé sur la connaissance, qui s’appuie aussi sur une très riche mosaïque de cultures, est considérée comme une des voies les plus prometteuses pour remédier aux disparités économiques encore importantes qui existent entre et au sein des membres de l’ASEAN.

L’ANASE et l’UE ont des visions politiques et des objectifs similaires sur de nombreux points dans le domaine de la recherche : participer à la résolution des défis mondiaux et soutenir l’innovation pour une économie compétitive, durable et inclusive. Alors que l’UE est sur le point d’adopter son futur programme-cadre pour la recherche et l’innovation, «Horizon 2020», l’ANASE a prolongé son Plan d’action pour la Science et la Technologie (APAST) jusqu’en 2015. Le Plan d’action inclut des Programmes Phares (Flagship Programmes) couvrant six thèmes (la prévention des catastrophes ; la promotion des biocarburants ;  la promotion des systèmes d’exploitation libres en matière informatique, la sécurité et la sûreté alimentaire, le changement climatique et la santé), que l’ASEAN s’efforcent de mettre en œuvre, principalement à travers des partenariats internationaux. La décision politique de l’ANASE la plus récente en matière de recherche et d’innovation a été l’adoption de l’Initiative de Krabi (Krabi initiative)[2] sur « l’avenir de la science, de la technologie et de l’innovation pour une zone ANASE compétitive, durable et inclusive d’ici 2015 et au-delà » en décembre 2010. Cette déclaration vise à réaffirmer le rôle crucial de la recherche et de l’innovation comme levier de compétitivité dans la région. Elle comprend des recommandations dans huit domaines, y compris la construction d’une société numérique au niveau régional, la promotion des technologies vertes, la sécurité alimentaire et énergétique, la gestion des ressources en eau, la biodiversité et l’apprentissage scientifique continu.

Dans le cadre du dialogue politique instauré depuis 2008 les responsables de l’ANASE et de l’UE ont identifié un certain nombre de domaines de recherche d’intérêt commun comme les technologies de l’information et de la communication, les biotechnologies, la sécurité alimentaire, la santé, les énergies renouvelables et les sciences marines. La coopération, déjà bien établie dans ces domaines, a ensuite été développée dans d’autres domaines, y compris les sciences des matériaux et les sciences socio-économiques, qui sont aussi des domaines prioritaires de l’ANASE et du 7ème  Programme-Cadre pour la Recherche et le Développement Technologique (7ème PCRDT 2007-2013).

Le 7ème PCRDT a créé un cadre propice à la coopération à travers la mise en œuvre d’actions ciblées vers l’Asie, et les partenaires de l’ANASE en particulier, ainsi que le financement d’activités ayant permis de mieux faire connaitre le programme-cadre européen de soutien à la recherche dans cette région du monde, notamment :

1. Les programmes spécifiques du 7ème PCRDT sur l’agro-alimentaire, l’environnement (y compris le changement climatique), les technologies de la société de l’information, les sciences socio-économiques et humaines,  les nanosciences et des nanotechnologies qui ont permis de financer des actions de recherche collaboratives ciblées entre des équipes européennes et du sud-est asiatique offert la possibilité de développer une coopération mutuellement bénéfique. La participation de l’ASEAN dans le 7ème PCRDT est aujourd’hui significative puisqu’elle elle enregistre 758 demandes de financement parmi lesquelles 190 ont été retenues (soit 21% de l’ensemble des participations asiatiques en 7ème PCRDT). Les principaux domaines de coopération UE-ANASE sont les technologies de l’environnement, de l’information et de la communication, de la santé, de l’agriculture et des biotechnologies.

2. Le dialogue politique UE-ANASE est accompagné par le projet SEA-EU-NET[3], aussi financé par le 7ème PCRDT, qui a mis en place un large éventail d’actions intersectorielles visant à renforcer la coopération entre les milieux universitaires, industriels et gouvernementaux des deux régions UE et ANASE. Le déploiement de points de contact 7ème PCRDT dans sept des dix pays de l’ASEAN a contribué au rapprochement des communautés scientifiques des deux régions. Un autre projet, le projet SEACOOP[4], a également mis en œuvre des actions de sensibilisation dans le domaine des technologies de l’information et de la communication. Les actions et les recommandations résultant de ces deux projets ont été intégrées dans le dialogue politique UE-ASASE en science et technologie.

La coopération entre l’Union européenne et l’ANASE dans le domaine de la recherche et de l’innovation sont complémentaires d’autres activités de coopération initiées par l’UE dans le cadre de sa politique extérieure. Ces activités de coopération sont mises en œuvre au niveau bilatéral (par exemple la coopération scientifique est une priorité de la coopération entre l’UE et la Thaïlande), régional et thématique (notamment environnement et la gestion durable des ressources naturelles y compris l’énergie, la sécurité alimentaire et d’autres).  L’instrument de soutien aux dialogues régionaux UE-ASEAN non commerciaux notamment, mieux connu sous le sigle ‘READI’ (2011-2015)[5], a financé en 2012 des activités de renforcement des capacités scientifiques,  par exemple des actions de soutien à la mobilité des décideurs politiques dans le domaine des sciences[6].

Favoriser la coopération stratégique avec les pays tiers ainsi que des coopérations bi-régionales avec des groupements de pays structurés tels que l’ANASE constituera un angle essentiel de la coopération scientifique de l’UE dans le cadre du futur programme de recherche et d’innovation Horizon 20206. À ce titre L’ANASE est considérée par l’UE comme un bloc émergent de première importance en Asie. La célébration de l’année de la science, de la technologie et de l’innovation 2012 entre l’UE et l’ANASE  marque le début d’une nouvelle ère des relations ASEAN-UE visant à améliorer le processus commun d’identification des priorités de recherche, la mobilisation et la diversification  d’instruments permettant de mettre en œuvre ces priorités, y compris les mécanismes existant au niveau des États, et enfin le développement de nouvelles activités conjointes dans le domaine de l’innovation.

Jean-Michel Sers est responsable de la coopération internationale entre l’UE et les pays de l’Asie du Sud à la DG recherche de la commission européenne.


[6]COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS ‘Renforcement et ciblage de la coopération internationale de l’Union européenne dans la recherche et l’innovation: une approche stratégique’, 14 Septembre 2012.

 

Pour citer ce billet : SERS, Jean-Michel, « La coopération entre l’Union européenne et l’Association des nations du Sud-Est asiatique (ANASE) dans le domaine de la recherche et de l’innovation », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 9 décembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1309]

Maryvonne Nedeljkovic : Les États insulaires d’Océanie/Mélanésie

Les États insulaires indépendants d’Océanie (en relation avec la Mélanésie), démocraties établies de longue date (Australie, Nouvelle-Zélande) ou récemment acquises (Vanuatu), voire toujours en cours d’élaboration (Fidji), ou encore la Collectivité territoriale à gouvernement collégial de Nouvelle-Calédonie seront, selon toute vraisemblance, le théâtre d’événements majeurs au cours du XXIème siècle.

L’Australie et la Nouvelle-Zélande sont certainement les deux États démocratiques influents de la région Océanie/Mélanésie. Ces deux pays ont  un rôle politique et économique reconnu, important au plan international et déterminant au plan régional. Dans la région Océanie, ils sont en constantes et étroites relations avec les petits États insulaires de Mélanésie. Ils y ont souvent un rôle de conseillers, d’arbitres et de modérateurs.

Les histoires coloniales et postcoloniales de tous les pays d’Océanie/Mélanésie les inscrivent aujourd’hui dans une réflexion politique, sociale et économique qui les relie à la fois aux événements des pays de l’Europe et de l’Union européenne ; aux pays d’Asie (Asie du sud, du Sud-est, du Centre et du Nord, par le biais de l’ASEAN et de l’APEC ) et à l’ensemble des États d’Océanie/Mélanésie qui ont accédé à l’indépendance politique dans les années 1970 : Fidji (1970), PNG (1975),  les îles Salomon (1978), Vanuatu (1980). De plus, à partir de la Deuxième Guerre mondiale, diverses îles ont établi des liens privilégiés avec les États-Unis d’Amérique, liens qu’ils maintiennent pour assurer la sécurité et la stabilité de la région : Australie, Nouvelle-Zélande, PNG, Fidji, îles Salomon.

Étudier les États insulaires d’Océanie/Mélanésie implique donc des connaissances historiques, politiques et sociologiques scientifiquement étayées afin de comprendre les enjeux subrégionaux, régionaux et internationaux de l’Océanie. Sans aucun doute ces enjeux dépassent de loin le strict cadre géographique des États concernés comme l’ont fort bien compris par exemple Fidji, la Papouasie Nouvelle Guinée, sans parler de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. La subtilité diplomatique de ces pays les fait utiliser des cartes complexes dans leurs alliances tant politiques qu’économiques. Par exemple, afin d’être des intervenants crédibles dans les instances internationales, ils utilisent leurs droits de vote comme outil démocratique de pression sur d’éventuels  partenaires économiques, voire stratégiques.

C’est ainsi que les politiques récentes d’investissements de la Chine, de l’Inde, et du Japon, dans une course aux matières premières et à l’expansion de leurs partenariats commerciaux dans les États en voie de développement économique sont des signes clairs du potentiel régional des États insulaires. (Cf. PNG ou Fidji avec la Chine, l’Inde ou le Japon).

Mais, dans leur désir de reconnaissance internationale, les États insulaires d’Océanie/Mélanésie qui ont une majorité de populations autochtones, sont soumis à des soubresauts culturels sans précédents qui remettent en cause les équilibres hiérarchiques claniques traditionnels et les notions tribales de propriété, en particulier de propriété foncière, ou de propriété du littoral maritime. Afin d’apprécier les évolutions de ces nouvelles sociétés, il faut donc connaître les étapes sociales de transition de sociétés rurales vers des sociétés urbaines, ce qui modifie en profondeur les relations humaines et les codes comportementaux traditionnels.

En effet, ces sociétés nouvelles sont confrontées aujourd’hui au respect de constitutions écrites qui ont imposé la reconnaissance légale de citoyens égaux, hommes et femmes. Ces nouvelles démocraties parlementaires protègent par leurs constitutions écrites les libertés fondamentales de chaque citoyen, en particulier le droit à la parole et le droit à l’action. Parallèlement aux États, des « nations » s’organisent donc autour de valeurs d’allégeance aux chefs d’État, même quand les Chefs coutumiers conservent une autorité morale réelle comme par exemple, le Grand Conseil des Chefs du Vanuatu qui est aussi un corps constitutionnel. Cela suppose pour ceux qui s’intéressent à ces pays d’en connaître à la fois les droits coutumiers complexes, les évolutions constitutionnelles en cours et les fonctionnements spécifiques entre ces deux modes référentiels.

Dans ces sociétés où les anciennes responsabilités des hiérarchies tribales tendent à être partagées, au mieux, avec celles de l’État, et où le pouvoir de décision n’est plus dans les seules chefferies, une certaine déstabilisation sociale peut se faire jour. Ces mutations profondes de sociétés rurales vers des sociétés urbaines doivent donc être « accompagnées » pour éviter des tentations déviantes, surtout parmi les jeunes non diplômés, non qualifiés, pour lesquels « vie urbaine » est souvent associée à « vie facile » dans tous les sens du terme. Des études sur les causes de violence et de délinquance urbaines sont souhaitables afin de mesurer la vulnérabilité d’individus tentés par toutes les sources possibles d’argent facile. Douanes ; services internationaux de surveillance doivent être formés de façon spécifique au fonctionnement de ce type de sociétés.

Afin d’établir des connaissances fiables et de proposer des interprétations rigoureuses, il est souhaitable de former des étudiants spécialisés dans plusieurs disciplines complémentaires, et non pas dans une seule. De plus ces étudiants devraient pratiquer les langues majeures utilisées dans les pays de spécialisation, comme par exemple le fidjien qui est parlé pratiquement partout en Mélanésie. (Il est possible aujourd’hui de l’apprendre « en ligne » ; site : « Apprendre à parler fidjien »). Les langues océaniennes sont trop nombreuses pour être toutes pratiquées (Cf. l’article en ligne de Claire Moyse-Faurie,  Directeur de recherche au CNRS, Les langues du Pacifique), mais une fois une langue de base acquise pendant les études, des séjours linguistiques en des pays déterminés faciliteront l’acquisition de telle ou telle langue particulière.

Pour terminer cette vue d’ensemble de la région Asie-Pacifique/Océanie, ces mutations socio-économico-politiques s’expriment dans diverses formes de créations artistiques, tant traditionnelles qu’innovatrices. Musiques, peintures, sculptures, arts vidéo, films, littératures sont autant de moyens de s’imprégner de la richesse culturelle de ces divers peuples et d’avoir de riches échanges personnels avec leurs représentants. Le contact humain et la confiance d’individu à individu est primordiale dans tous ces États d’Océanie/Mélanésie.

L’Asie-Pacifique/Océanie un axe privilégié d’études supérieures en France pour le XXIème siècle :

Les nombreux secteurs des évolutions en cours évoquées pour la région Asie-Pacifique/Océanie au XXIème siècle montrent combien il sera important pour tout intervenant dans le Pacifique sud d’y être un acteur fiable, et partant, bien informé. La France fait partie des puissances dans le Pacifique sud, et pouvons-nous dire, des puissances DU Pacifique sud/Océanie. À ce titre elle a pu négocier en 2011-2012 un rôle stratégique renforcé, en partenariat avec les démocraties d’équilibre de la région : l’Australie et la Nouvelle-Zélande. La Nouvelle-Calédonie est à ce titre perçu par les pays cités comme l’espace sécuritaire nécessaire en cas de déstabilisation ponctuelle ou générale de cet ensemble géopolitique. Les uns et les autres ont récemment évoqué, par exemple, les éventualités positives et/ou négatives d’une région qui deviendrait plus ou moins délibérément dépendante du « dilemme de l’Oncle Sam et du Panda » ou bien d’un axe économico-politique Japon-Océanie.

Rappelons que depuis une visite dans la région Pacifique au cours du dernier trimestre 2010, Mme Clinton n’a  cessé de réaffirmer l’engagement constructif et la volonté de partenariat de l’administration du Président Obama dans cette partie du monde. Outre bien sûr l’Australie et la Nouvelle-Zélande, tous les petits États insulaires sont concernés par ce retour de la politique US dans le Pacifique sud, y compris Fidji, dont le processus de démocratisation « progressive » a été  désapprouvé par l’Australie et la Nouvelle-Zélande, et le Commonwealth des Nations, mais soutenu par les USA. Dès 2010 Mme Clinton avait  aussi souligné devant les Sénateurs que la plupart des États insulaires océaniens, à son sens, pouvaient être considérés comme des alliés fiables de longue date des États-Unis. C’est encore vrai, mais il faut avoir conscience que les relations diplomatiques de ces petits États insulaires sont devenues des « monnaies d’échange » pour les pays en voie de développement. L’exemple de Fidji est typique de ces nouveaux jeux d’alliance, le Contre-amiral Premier ministre Franck Bainimarama vantant la façon de penser et d’agir de la Chine vue par lui comme ayant une pensée politique « visionnaire » dans le Pacifique. Depuis 2006 les relations de Fidji avec la Chine s’étaient intensifiées suite à l’incompréhension de la politique de démocratisation des structures politiques fidjiennes de la part de l’Australie en particulier.

Notons que le 21 juin 2011, les États-Unis ont inauguré leur « super-ambassade » à vocation régionale à Tamavua, (banlieue de Suva, Fidji), « symbole de la présence et de l’engagement américain dans la région du Pacifique insulaire » avait déclaré M. Steven McGann, ex-ambassadeur américain pour le Pacifique. « C’est un exemple de l’engagement grandissant de l’Amérique dans la région Pacifique ». C’était aussi sans doute une réponse à l’inauguration, avec faste par Pékin à Suva, de l’ambassade de Chine quelques mois plus tôt. En mai 2011 les États-Unis avaient nommé Mme Frankie Annette Reed, directrice adjointe à la direction des Affaires du Pacifique et de l’Asie du sud-est au Département d’État américain, ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire des États-Unis à Fidji. C’est dire l’importance de la région Asie-Pacifique pour les États-Unis, politique défendue énergiquement par Mme Hillary Clinton devant le Sénat américain en mars 2011 devant lequel elle évoquait ouvertement le contexte de « realpolitik » et de concurrence des US avec la Chine.

Notons encore que 2012 fêtera le quarantième anniversaire des relations officielles entre l’Australie et la Chine ;  et que 2012 poursuivra activement, entre les deux pays, les négociations engagées depuis 2005 pour conclure, dans un proche avenir, un ambitieux Traité de Libre Échange entre les deux pays.

Rappelons aussi que 2012 a réuni à Okinawa (Japon) le 6ème sommet du PALM (Pacific Alliance Leaders Meeting). Le PALM a été établi par le Japon en 1997 pour mettre en place une politique d’aide et de concertation avec les États insulaires du Pacifique, membres du Forum. Le PALM se réunit tous les trois ans. Cette politique de la « main tendue », du « Kizuna », initiée par le Japon,  a séduit en particulier les jeunes États qui peuvent discuter avec le Japon de problèmes concrets communs et essayer de leur trouver des solutions pragmatiques rapides et innovantes. Les souvenirs encore douloureux de la guerre du Pacifique disparaissent avec les Anciens, et les jeunes générations veulent construire une autre image d’un Pacifique solidaire et dynamique. L’Australie et la Nouvelle-Zélande  sont membres du PALM; et  les États-Unis ont été invités pour la première fois cette année au sommet d’Okinawa. Outre les discussions récurrentes concernant les moyens de réduire les émissions de CO2 et les effets de serre dans les îles du Pacifique, des thèmes très urgents ont été mis en avant comme les nouvelles sources d’énergie renouvelable, la désalinisation de l’eau de mer, la protection scientifique de la biodiversité, le développement d’économies durables et les questions maritimes ; la réduction des importations par les jeunes États encore économiquement fragiles, et la participation de ces petits États à de nouvelles formes de partenariats industriels comme sources de revenus . Ces discussions très terre-à-terre s’accompagnent de l’offre de formations accélérées au Japon pour 300 jeunes étudiants prometteurs par an, qui se voient attribués des bourses d’étude au Japon. Politique déterminée dans des secteurs innovants donc, mais qui pourrait stimuler d’autant la concurrence  de la Chine.

C’est pourquoi un équilibre régional, et par voie de conséquence mondial, bien pensé, et bien mis en œuvre,  inclus nécessairement une puissance qui n’a pas besoin de pratiquer régionalement une course aux zones d’influence pour s’assurer une reconnaissance internationale; une puissance qui n’a pas de visée dominatrice en termes de puissance politique régionale et mondiale ; une puissance qui n’achète pas la liberté d’expression de ses voisins régionaux par une politique du « carnet de chèque » sans concession ; enfin une puissance qui cherche avant tout la conciliation avec les peuples en émergence plutôt que leur exploitation socio-politico-économique. La France correspond à ce profil et  c’est pourquoi elle ne doit pas se laisser enfermer  dans une image réductrice de « puissance colonisatrice » ou dans une image restrictive de « force d’appoint » de secours en cas de catastrophes naturelles, ou encore de force de sécurité maritime dans cette région du monde.

Certes son passé dans la région l’unit de façon spécifique aux peuples locaux, mais pas plus que les autres pays issus de volontés colonisatrices régionales passées. Sa politique socio-économique a permis des avancées juridiques et politiques appréciées qui peuvent encore progresser dans un processus de concertation envié dans d’autres États régionaux en voie de consolidation. Certes la France apporte toutes les fois nécessaires, tout son savoir-faire et sa solidarité dans les moments difficiles vécus par les divers petits États insulaires de la région. Mais si elle peut mener ces politiques d’amicale attention aux autres États c’est parce qu’elle est, régionalement et internationalement, une puissance stable et pondératrice. La politique de la « main tendue », elle l’a elle-même pratiquée depuis 1947 en tant que membre de la « Commission du Pacifique Sud » aujourd’hui appelée la Communauté du Pacifique (CPS).

Depuis sa création cette structure a mis de côté toute implication politique de ses membres  et a focalisé ses actions aux domaines sociaux, humanitaires et scientifiques dans les pays partenaires. De même, de nos jours, la mission du CPS dans laquelle la France est pleinement engagée, consiste à aider les peuples océaniens à gérer leurs ressources en vue d’un développement économique et social durable, et ceci dans un souci de préserver  les écosystèmes existants. La CPS, basée en Nouvelle-Calédonie, offre une assistance technique, des formations techniques et professionnelles aux populations locales et organise des travaux de recherche avec les pays concernés. Ces services sont proposés à la fois en anglais et en français, les deux langues officielles de la CPS.

Alors pourquoi  des pays défendant de mêmes projets ne pourraient-ils pas se rapprocher, sous une forme ou une autre, du PALM ? Cela permettrait d’aborder des thématiques identiques avec plus d’efficacité; cela  permettrait de ne pas se contenter des acquis de mécanismes de fonctionnement anciens et cela permettrait dans le même temps de trouver des énergies nouvelles pour stimuler, en accéléré, des projets futuristes communs. Par exemple, des projets de recherches conjoints en biodiversité, biosécurité, climatologie, qui pourraient susciter la création de consortium de recherches, comme celui signé entre la France et la Nouvelle-Zélande scientifique (GOPS et NIWA) en juin 2012. Ce type d’accord renforce les liens de coopérations entre les diverses communautés du Pacifique qui mettent ainsi en commun la richesse de leur expérience de terrain et leur capacités créatrices. Ces futurs pôles d’excellence contribueraient à la compréhension entre partenaires régionaux d’une façon visible et respectueuse des avancées des uns et des autres. Et ils permettraient de valoriser des spécificités propres aux États de la région, souvent méconnues, voire inconnues, des communautés scientifiques plus traditionnelles.

De plus la France, en tant que membre de l’UE, se doit de promouvoir ses actions ciblées concernant tous les domaines de l’aide au développement dans le Pacifique, le groupement des pays de l’ACP prenant de plus en plus en compte les contextes très particuliers des évolutions de la région Asie/Pacifique. Les jeunes démocraties y sont dans une dramatique obligation d’évoluer techniquement et économiquement très rapidement, et ce, de façons adaptées à leurs écosystèmes, à leurs climats et à leurs types de sociétés.

C’est un vrai défi, et un véritable enjeu humain, pour les uns et pour les autres. Le XXIème siècle devrait pouvoir innover de concert avec ces nouvelles sociétés, pour ces nouvelles sociétés, dans des secteurs vitaux encore trop délaissés par les sociétés anciennes et traditionnalistes. C’est pourquoi il faut que, dans une politique nationale française, en symbiose avec les nouvelles donnes stratégiques dans le Pacifique, des formations spécifiques dans les nombreux domaines évoqués ici soient soutenues et créées, tant en métropole que dans les territoires du Pacifique.

Un exemple des possibilités de transmission et d’acquisition du savoir mises en œuvre dans le contexte universitaire français

 

À partir de 1992, l’université du Havre avait choisi de développer un pôle d’excellence en Études des pays d’Asie-Pacifique sous l’impulsion du Professeur Maryvonne Nedeljkovic :

En 1995, une maîtrise d’Anglais en Études du Commonwealth (années 1 et 2) avait ouvert la voie à ce pôle d’excellence en proposant aux étudiants des enseignements sur les stratégies politiques et économiques développées par le Commonwealth britannique, puis par le Commonwealth des Nations, incluant, entre autre, une approche de pays « neufs » dans l’hémisphère sud, tels l’Australie et la Nouvelle-Zélande. En 2004, cette maîtrise devenait Master (1 et 2), LLCE « Littératures, Imaginaires, Sociétés », en co-habilitation avec l’université de Caen, dans laquelle un parcours spécifique «Pays du Pacifique de langue anglaise » était proposé. Que ce soit à l’université du Havre comme à l’université de Caen, ces diplômes innovants attiraient un très grand nombre d’étudiants (entre 30 et 40 étudiants pour la seule université du Havre).

En 1996, l’université du Havre a renforcé le pôle d’excellence en ouvrant  le Centre d’Étude des Pays du  Pacifique (CEPAC) inauguré en 1997. Ce Centre était reconnu internationalement et était alors unique en France dans sa conception pluridisciplinaire et son fonctionnement thématique (Sciences humaines, Langues asiatiques, Science politique, Droit, Economie). Il a été intégré par la suite dans le laboratoire GRIC (plurilingue), reconnu par le Ministère en janvier 2004 comme « jeune équipe » (JE 2436). La nouvelle appellation de l’ex-équipe du CEPAC correspondait alors toujours à la vocation première des chercheurs qui ont continué d’y travailler : « Stratégies des Pacifiques ». Il est à regretter que cette équipe ait  été éliminée du laboratoire GRIC dès que le Professeur Nedeljkovic est partie en retraite en 2009. C’est là un point faible du système universitaire français qui ne se donne pas les moyens d’assurer la continuité des recherches impulsées et reconnues comme axe porteur d’un laboratoire par le Ministère. Afin de préserver une structure d’accueil autonome à ces chercheurs sur l’Asie-Pacifique et aux acteurs du tertiaire intéressés par cette région du monde, un Centre d’Étude privé, le CRESPAC, assure depuis novembre 2009 la continuité des réseaux de relations humaines et universitaires précédemment constitués, relations par cooptations, fondées sur l’amitié,  la compétence, le respect des individus.

Dans la logique de continuer à développer le pôle d’excellence en études pluridisciplinaires du Pacifique, l’université du Havre a demandé la création d’un DESS  en Droit des Affaires comparé européen et du Pacifique élaboré par Madame le Professeur B. Bourdelois (Droit privé) et Madame le Professeur Maryvonne Nedeljkovic (stratégie du Pacifique). La création de ce DESS a été accordée par le Ministère en 2001 ; renouvelée en 2004 : Droit des Affaires européen et des échanges avec le Pacifique et en 2007. Ce DESS a toujours compté,  jusqu’en 2009, entre trente et quarante étudiants.

Les enseignements en stratégies australiennes du Pacifique y comportaient les cours suivants, dispensés en anglais : « Australia as a Pacific Leader : a Stable Democracy and Developed Country in the Southern Hemisphere », ainsi que les Droits des Sociétés multiculturelles du Pacifique : « The Pacific Community. Towards a Redistribution of Roles (SPC – AOSIS – PIF) ; Regionalism vs Globalisation (PANG – PACER – PICTA – SPREP – FFA) ; Cooperation and Competition (PICT – SPARTECA) ; the USA and the Pacific Islands ; the EU and France in the Pacific ; Security in the Pacific islands.  

De plus, les étudiants du DESS/Master 2 se spécialisant dans les études du Pacifique ont bénéficié chaque année, depuis la création celui-ci, de stages dans des Sociétés ou des banques dans le Pacifique (Nouvelle-Calédonie, îles Cook, Australie) et remettaient pour l’obtention du diplôme des rapports de stages supervisés par le Professeur en charge des études des pays du Pacifique. Quelques-uns des sujets abordés pour les stages : le secret bancaire ; les comptes offshore ; la formulation des contrats d’exploitation commerciale; le droit du travail ; le droit des femmes ; les procédures de négociation avec les clans tribaux.

Le  but était de sortir d’études purement littéraires, intéressantes, utiles mais limitées dans leur utilisation pratique, afin d’ancrer de nouvelles options professionnelles pour une jeunesse prête à s’investir hors métropole. De 1995 à 2009 une politique universitaire de recherche cohérente avait donc pu être menée à l’université du Havre, facilitant des approches transversales et aidant la construction de véritables réseaux universitaires pluridisciplinaires. En témoignent les très nombreuses invitations, faites chaque année, de collègues étrangers participant aux colloques internationaux organisés par le GRIC/CEPAC à l’université du Havre, ou intervenant dans les diplômes ci-dessus mentionnés, à charge de réciprocité pour nous d’être invités dans les universités étrangères respectives.

Maryvonne NEDELJKOVIC, anthropologue et ethnologue, spécialiste de l’Océanie, est chercheur de l’Université du Havre à la retraite (Groupe de recherche Identités et cultures / GRIC – EA 4314).

Retrouvez le profil de Maryvonne Nedeljkovic, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : NEDELJKOVIC, Maryvonne, « Les États insulaires d’Océanie/Mélanésie », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/354]

Jean-Luc Domenach : il faut développer les études économiques sur l’Asie

Le rapport qui m’est demandé n’appelle aucun talent particulier car les réponses aux questions posées sont bien connues — aussi bien connues, hélas, que, depuis de longues années, l’incapacité des autorités concernées à leur donner les suites financières nécessaires. Je serai donc bref.

Les « changements radicaux » intervenus en Asie sont, comme chacun sait, une « montée en importance » globale de la région dans les années récentes et, comme beaucoup l’ignorent,  une incertitude croissante sur l’avenir économique et politique des grands pays (Chine, Inde, Japon, Indonésie) ainsi que sur l’évolution de leurs relations.

Chacun le sait, la recherche française sur l’Asie bénéficie de bases en général honorables et parfois brillantes dans les disciplines les plus classiques de l’ « orientalisme ». C’est dans le domaine des études sur l’Asie contemporaine qu’un « décrochage » se profile de plus en plus. Pour la zone dans son ensemble et chaque grand pays, le niveau international n’est atteint que par quelques individus. Le nombre et la valeur des jeunes chercheurs varient beaucoup suivant la qualité et les moyens financiers des aînés qui les entourent.

Globalement, le poids est du côté des centres de recherche de l’EHESS, mais il faut tenir également compte de quelques unités dynamiques comme le CERI-Sciences Po (notamment pour l’Inde avec Christophe Jaffrelot) et surtout l’équipe de jeunes chercheurs de l’Asia Centre de François Godement (professeur à Sciences Po).

Si l’on regarde vers les disciplines, c’est sans doute l’économie qui est la plus faible, surtout comparée à l’ampleur des besoins — faut-il insister ? Mais l’appauvrissement est général, seulement compensé par la stature de quelques japonologues, sinologues ou indianistes ou par le brio de l’historien de l’Indonésie qu’est devenu Romain Bertrand…

Le paysage de la recherche française contemporaine sur l’Asie ressemble donc encore beaucoup plus à celui de la Gaule au temps d’Asterix qu’à un véritable champ intellectuel : tout dépend de l’activité de quelques chefs gaulois, Jean-Luc Racine ou Christophe Jaffrelot pour l’Inde, François Godement pour l’ensemble de la zone, Jean-François Sabouret ou Pierre Souyri pour le Japon, Isabelle Thireau (EHESS) pour la Chine, bientôt Romain Bertrand pour l’Indonésie et les rapports Occident-Asie.

On peut signaler cependant quelques évolutions intellectuelles assez visibles (mais fragiles) : la prise en compte de l’histoire du monde telle qu’elle se développe aux États-Unis, la combinaison entre l’anthropologie, la sociologie et la science politique et aussi un développement remarquable des monographies.

À titre général, je recommande un développement considérable des études de type économique sur la zone asiatique, appuyé sur des financements massifs et des procédures de sélection modernes.

Les moyens nécessaires me paraissent hélas dépasser ceux que le CNRS pourrait mobiliser, compte tenu de ses charges, de ses budgets et de ses procédures. Ce sont probablement les universités, qu’on le veuille ou non, qui mobiliseront tout ou partie de ces moyens : j’espère de tout cœur que Sciences Po continuera à augmenter les siens en la matière et que l’EHESS modernisera ses procédures. Ce sont les seules universités qui disposent de la masse critique pour jouer un rôle majeur dans le développement des études asiatiques —mais on peut espérer de bonnes surprises.

Le rôle du CNRS en la matière doit être calqué sur son point fort, qui est d’être une institution nationale au service de la communauté scientifique. C’est bien pour cette raison qu’il a soutenu ce qui s’est fait de meilleur dans le champ des études asiatiques depuis longtemps : l’activité du Réseau Asie, qui permettait justement aux « villages gaulois » de communiquer entre eux et d’encourager la relève. Cette organisation souple coûtait peu et apportait beaucoup parce qu’elle avait à sa tête un homme remarquable, Jean-François Sabouret, dont les succès à la tête du Réseau ont fait honneur au CNRS. Je considère la prolongation du Réseau Asie dans sa formule actuelle, et de son directeur, comme le principal devoir du CNRS en matière de recherche sur l’Asie — il serait en tout cas contre-productif de l’affecter à une institution de recherche particulière, fût-ce même l’excellente EHESS[1].

Le reste est secondaire, en partie car les universités vont désormais jouer un rôle croissant en matière de recherche : le CNRS pourra donc se recentrer dans le domaine qualitatif, c’est-à-dire le Réseau Asie d’un côté et aussi — j’aurais aimé y insister plus — quelques recrutements de jeunes chercheurs de qualité (car, et ce n’est pas un véritable paradoxe, les recrutements du CNRS sont devenus de plus en plus remarquables à mesure que ses moyens diminuaient).

Jean-Luc Domenach est historien, politiste et spécialiste de la Chine. Il est directeur de recherche au Centre d’études et de recherches internationales (CERI) et membre de la Fondation nationale des sciences politiques.

Retrouvez le profil de Jean-Luc Domenach, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.


[1] Qu’on permette ici à l’ancien numéro deux de Sciences Po que je suis de dire que, si l’on veut vraiment conserver monsieur Sabouret à son poste bien qu’il arrive à l’âge de la retraite, on en trouvera le moyen….

 

Pour citer ce billet : DOMENACH, Jean-Luc, « Il faut développer les études économiques sur l’Asie », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/102]