Archives par étiquette : Anthropologie

Christophe Serra Mallol : Pour une recherche en socio-anthropologie de l’alimentation en Asie-Pacifique

L’Asie-Pacifique est une vaste région de contrastes bénéficiant d’une biodiversité exceptionnelle tant marine que terrestre et d’une grande diversité culturelle. Pourtant la recherche dans le Pacifique reste le « parent pauvre » de la recherche française sur des aires culturelles non européennes, par comparaison par exemple avec les travaux de nos confrères anglo-saxons sur la région, ou des chercheurs africanistes francophones.

Les changements importants intervenus ces dernières années sur cette aire sont pourtant porteurs d’une dynamique propice à la recherche. Ainsi, la prise de conscience d’un développement nécessaire d’un modèle socio-éco-politique propre au milieu insulaire pacifique, qui à la fois dépasse la faillite relative du Pacific Way et s’appuie sur les conséquences des nouveaux enjeux de la région. Ou encore la prise de conscience récente au niveau régional de l’importance essentielle, tant au niveau sanitaire qu’économique (le poids croissant dans les dépenses de santé) et social (phénomènes de stigmatisation, modification des modèles traditionnelles encore prégnants), de l’impact des maladies non transmissibles, et notamment celles liées aux changements récents de modèles alimentaires : obésité morbide, diabète, maladies cardio-vasculaires… De même, la montée en puissance du rôle joué au niveau régional par des États anglophones (Australie notamment) et asiatiques (Chine) auprès des petits Etats insulaires fait poser la question de plus en plus cruciale de la place de la France dans cette région.

L’état des forces et des faiblesses de la recherche française en sociologie et anthropologie explique en partie l’actualité de cette question.

La recherche française semble se caractériser par son absence de pluridisciplinarité, au sein même des centres de recherche : les projets de recherche mis en œuvre restent encore et toujours cloisonnés entre disciplines, contrairement aux grands projets de recherche lancés depuis plus d’un demi-siècle par les États anglophones (États-Unis, Nouvelle-Zélande…)

L’isolement par rapport aux autres chercheurs sur l’aire, entre plusieurs entités sans grands contacts entre elles (UPF, UNC, CREDO…), et l’individualisme de mise au détriment de travaux collectifs, malgré les progrès accomplis ces toutes dernières années par la mise en œuvre du Réseau Asie-Pacifique, restent toujours d’actualité.

Enfin, les rapports difficiles avec les institutions sociales (politiques et économiques) restent une constante de la recherche française, toujours dans une position de méfiance et/ou dédain vis-à-vis de ces institutions, essentielles pourtant dans la relation avec le corps social et la mise en œuvre d’actions, au contraire des relations décomplexées des équipes de recherche anglophones avec ces mêmes institutions, ces dernières trouvant ainsi des moyens financiers et matériels accrus de présence et de recherche.

De fait, les travaux entrepris restent à portée restreinte, sans visée générale ni même appliquée.

Plus généralement, et au-delà d’une vision « primitiviste » inavouée qui tend à assigner les sociétés insulaires du Pacifique dans un passéisme immobilisant et un « spécificisme » proche du « bongo-bongoïsme » dénoncé par Mary Douglas, une prise en compte des adaptations propres des sociétés insulaires au processus de globalisation est indispensable, et notamment de la façon dont les communautés cherchent et trouvent de manière dynamique des solutions alternatives au modèle dominant occidental. L’intérêt récent et grandissant pour cette région, dans un contexte post-colonial mieux assumé, ne se concrétise pas encore dans les grands projets ni dans la visibilité des travaux entrepris par des équipes francophones de recherche.

De nouvelles thématiques et axes de recherche émergents pourtant et sont porteuses d’espoir pour les années à venir.

Ainsi en est-il du champ de la socio-anthropologie de l’alimentation. Ce champ s’est constitué en France il y a plus de trente ans autour de Jean-Pierre Poulain (PR Université Toulouse 2),  Claude Fischler (DR CNRS) Annie Hubert (DR CNRS) et Jean-Pierre Corbeau (PR Université de Tours) notamment, et représenté à l’étranger par des chercheurs de renom (avec M. Douglas, J. Goody, A. Warde, S. Menell au Royaume-Uni, P. Rozin, Farb P., M. Harris et N.J. Pollock aux Etats-Unis, J. Contreras en Espagne…).

Des évaluations récentes ont quantifié le nombre de chercheurs français ayant déjà au moins une publication à leur actif à 150 à 200 personnes au sein de 52 unités de recherche, dont la moitié comme enseignants-chercheurs et le tiers en tant que chercheurs CNRS. Le champ de la socio-anthropologie de l’alimentation se voit doter d’un Réseau thématique pluridisciplinaires (RTP[i]) en cours de constitution au CNRS.