Pacifique

Retour à la liste de toutes les associations

 

Académie des Sciences d’Outre-Mer (ASOM)

La formation de l’Académie a pour origine une série de réunions qui eurent lieu au cours de l’année 1922 et au début de l’année 1923. En février 1922, Paul Bourdarie accompagné de Maurice Delafosse, africaniste bien connu, et d’Alfred Martineau, professeur au Collège de France, remit à Albert Lebrun, sénateur et ancien ministre des Colonies, une note expliquant la nécessité d’une académie.

L’Académie tient des séances les premier et troisième vendredis de chaque mois au cours desquelles ses membres ou des personnalités extérieures présentent des communications sur des sujets de sa compétence.

Ces interventions sont publiées dans la revue de l’Académie, Mondes et Cultures. Cette publication depuis son origine est une source importante d’informations sur les pays d’outre-mer et sur les ouvrages entrant à l’Académie.

Elle maintient des liens avec un grand nombre d’institutions et d’universités étrangères. L’Académie publie également un dictionnaire biographique, Hommes et destins, consacré à des personnalités françaises et étrangères ayant œuvré outre-mer et ayant contribué au renom du pays. Elle organise des colloques avec le concours d’autres académies.

L’Académie des sciences d’outre-mer se compose actuellement de 100 membres titulaires, 25 membres libres, 50 membres associés et 100 correspondants, soit 275 membres au total.

Adresse : 15, rue La Pérouse 75116 Paris – Tél. : 01 47 20 87 93

Formulaire de contact :

http://www.academieoutremer.fr/index.php?option=com_aicontactsafe&view=message&layout=message&pf=1&Itemid=10

Site : www.academieoutremer.fr /

 

Centre de Recherche et d’Etudes des Stratégies du Pacifique (CRESPAC)

Le CRESPAC est une organisation à but non-lucratif créée en novembre 2009 à la fois par des personnalités universitaires et du secteur tertiaire. La finalité est d’établir des échanges entre les pays du Pacifique (nord et sud), i.e. Canada, Etats-Unis, Australie, Nouvelle-Zélande, îles de Mélanésie, Polynésie, Micronésie, et leurs partenaires culturels, économiques et politiques membres des grands groupes tels l’ALENA, l’APEC, l’ASEAN, l’UE. Les relations avec la France seront étudiées tout spécifiquement.

Le CRESPAC est un Centre d’étude et d’analyse géopolitique et géostratégique de l’ensemble des engagements culturels, politiques, diplomatiques, et économiques des pays du Pacifique dans la zone dite du Pacifique Sud et dans l’UE. En tant que CEPAC il a déjà acquis une réputation nationale et internationale d’excellence dans ses analyses théoriques et ses résultats pratiques. Le but du Centre est de favoriser la connaissance pluridisciplinaire de cultures variées afin de prévenir conflits et mésentente entre les peuples concernés. Il peut apporter des éléments de compréhension pour envisager des relations culturellement fiables avec les partenaires régionaux des groupes mentionnés.

Les activités du Centre sont destinées à des chercheurs préparant des diplômes de niveau Master 2, Doctorat ainsi qu’à des professionnels se spécialisant dans la connaissance des zones mentionnées ci-dessus.

Le CRESPAC met à la disposition de ses membres une bibliothèque pluridisciplinaire avec une documentation fournie et pertinente. Le CRESPAC est aussi destiné à devenir un Centre électronique consultable à distance.

Chaque année, des séminaires et/ou expositions sont organisés au cours desquels des intervenants exposent leur point de vue sur une thématique choisie par le bureau du CRESPAC. En fin d’année un résumé des analyses est présenté à ses membres. (Cf. manifestations). Une sélection thématique des communications est faite par un comité de lecture international pour aboutir à une publication collective internationale dans la collection YHI (L’Harmattan-Paris). Les langues de communication orale et écrite sont : français et anglais.

Le CRESPAC travaille en réseau avec des centres de recherche anglo-saxons spécialisés dans les études du Pacifique. Tout membre est coopté sur proposition d’un membre du bureau et par approbation à la majorité absolue de l’ensemble du bureau. Le centre compte actuellement une quinzaine de membres.

Adresse : Professeur Maryvonne NEDELJKOVIC, Présidente du CRESPAC, 99C, avenue Henry CHERON, 14000 CAEN, FRANCE

Courriel : nedsyd@aol.com

 

Société des océanistes (SdO)

La Société des océanistes (SdO), fondée en 1945, est la seule société savante océaniste de langue française en Europe. C’est une association loi 1901 dont le siège social est situé au musée du quai Branly.
Ses buts principaux sont de rassembler les personnes s’intéressant à l’Océanie, de réunir les documents susceptibles de favoriser des études sur l’Océanie et de publier différents ouvrages. Elle vise à faciliter les échanges de vues autant dans les sciences humaines et sociales que dans les sciences de la nature, et s’intéresse aux sociétés et aux cultures de l’Australie, de la Mélanésie, de la Micronésie et du vaste triangle polynésien, dans leur passé comme dans leur trajectoire contemporaine.
Les activités de la société des Océanistes comprennent la publication du Journal de la Société des Océanistes (JSO), de plusieurs collections d’ouvrages (Travaux et documents océanistes, Dossiers de la Société des Océanistes, Publications de la Société des Océanistes) et de DVD. De plus, elle organise au musée du quai Branly, une fois par mois en alternance, des projections de films avec débats et des conférences sur l’Océanie.

Adresse : Musée du Quai Branly, 222, rue de l’Université, 75343 – Paris Cedex 07 – Tél. : 33 (0)1 56 61 71 16

Bureau ouvert les lundis et mardis, de 10h à 13h et de 14h à 17h.

Secrétariat : sdo@quaibranly.fr

Sites : http://www.oceanistes.org/oceanie/ ;

http://jso.revues.org/

https://books.openedition.org/sdo/

 

La Société des études océaniennes (SEO)

Association fondée à Papeete (île de Tahiti) le 1er janvier 1917, prenant le statut de loi 1901 le 31 mai 1950.

La Société des Études Océaniennes, née en 1917, est la plus ancienne société savante de Polynésie française. Le n° 1 de son Bulletin, le « BSEO », parut en mars 1917. En mars 2010 sortira le n° 318. Par arrêté, le Gouverneur Julien lui fixait pour but : « d’étudier sur place, toutes les questions se rattachant à l’Anthropologie, l’Ethnologie, la Philologie, l’Archéologie, l’histoire et les institutions, mœurs, coutumes et traditions des Maoris de la Polynésie Orientale. [Elle] affirmera son existence et fera connaître ses travaux par le moyen d’un organe périodique ». Dès ses débuts était adjoint à la SEO un Musée d’Ethnologie dont elle avait la charge et la direction. Le gouvernement s’était rendu compte de l’urgence qu’il y avait à rassembler et conserver des vestiges dont la disparition s’accélérait. Trouver un lieu d’accueil pour les collections d’objets dont elle avait la charge en plus de sa bibliothèque, fut un souci permanent pour cette société qui dut déménager de nombreuses fois : caserne de l’Avenue Bruat, palais de Justice, ancienne résidence des Secrétaires généraux à Mamao, un immeuble rue Bréa. Puis, alors que les objets étaient pris en charge par le Musée de Tahiti et des îles, la SEO et sa bibliothèque furent logées dans les locaux de l’ORSTOM. Enfin, en 1990, elle fut accueillie dans le bâtiment des Archives, à Tipaerui.

La SEO connut 10 présidents en 90 ans : MM. Simon, Dr Sasportas, Edouard Ahnne, l’abbé Rougier, E. Ahnne, de Montlezun, Henri Jacquier, Paul Moorgat, Robert Koenig et Simone Grand. En 1967, le président Henri Jacquier se félicitait de constater que ce « petit groupement intellectuel – le premier en date et le seul ayant une réelle importance en Polynésie française -, avait atteint ses cinquante ans, ce qui constitue un bel âge pour une société, surtout à Tahiti où l’on prétend que rien ne dure ». Il ajoutait que la SEO avait un rôle important auprès des jeunes « dont beaucoup n’ont de l’histoire et de l’ethnologie de leur pays que des connaissances très rudimentaires. »

Dès sa création, la Société s’est dotée d’une bibliothèque qui compte plus de 10 000 ouvrages, journaux et périodiques inclus, et qu’elle continue d’enrichir de documents récents et anciens. Le bulletin accueille des communications tant d’universitaires et de chercheurs d’organismes de recherche que de non universitaires passionnés d’Histoire, collectionneurs d’objets ou de contes, légendes et récits singuliers. Tiré à 750 exemplaires, le BSEO est envoyé à chacun de ses membres, où que ce soit dans le monde. Il est adressé à environ 60 institutions académiques, historiques, scientifiques des mondes francophone et anglophone avec lesquelles elle entretient des liens constants et réguliers. Les numéros connaissant un grand succès sont réédités sous forme d’ouvrages à part.

En 2010, la SEO est plus dynamique que jamais. Soucieuse de la préservation des langues polynésiennes, elle a réédité quatre dictionnaires des langues et dialectes de Tahiti, des Marquises, des Tuamotu et de Mangareva. Le Bulletin et les ouvrages sont disponibles au siège de la SEO, lors des salons du livre à Tahiti, Moorea, Raiatea, Bora-Bora et à la porte de Versailles à Paris, ainsi qu’en librairie à Tahiti.

Environ 400 membres, tous ne résident pas en Polynésie française

Adresse physique : Service du Patrimoine archivistique et audiovisuel, niveau 4, Vallée de la Tipaerui à Papeete. Lundi au vendredi, jours fériés exclus, de 8 h à 12 h.

Adresse postale : Société des Études Océaniennes, Boîte postale 110, 98713 Papeete, Tahiti, Polynésie Française – Tél. : (689) 41 96 03

Contact : seo@archives.gov.pf ; kape@mail.pf 

Site : http://etudes-oceaniennes.com/

 

La société française d’histoire d’Outre-Mer et le Pacifique (SFHOM)

La Société française d’histoire des outre-mers est une association loi 1901 créée en juin 1912 par Alfred Martineau. À l’origine, elle s’appelait Société d’histoire des colonies, puis changea de nom au rythme des nouvelles réalités du XXe siècle.
Elle publie une revue dès 1913 et des ouvrages à partir de 1915. Celle-ci est imprimée depuis l’origine par la même maison, et a elle aussi changé de nom : Revue d’histoire des colonies françaises, après 1930 : Revue d’histoire des colonies, en 1959 : Revue française d’histoire d’outre-mer et depuis 1999 : Outre-Mers. Revue d’histoire. Elle a également changé de conceptions à travers le siècle : au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, les responsables ont choisi de présenter des travaux historiques ouverts sur les multiples préoccup ations de l’époque. Actuellement, elle compte deux numéros doubles par an, chacun avec un thème spécifique et des articles variés.
Son fondateur, Alfred Martineau, ancien administrateur en poste en Inde, visait à étendre le champ des connaissances de ses contemporains à l’échelle de notre planète et de publier des documents d’archives mal conservés. Il s’entoura d’une équipe constituée d’autres administrateurs et de chefs de grandes entreprises. Depuis les années 1970, la Société est dirigée essentiellement par des universitaires, historiens de métier, soucieux de transmettre des savoirs aux plus jeunes et d’approfondir de nombreuses démarches conceptuelles, de s’adapter aux réalités toujours en mouvement de notre univers.
Si de très nombreuses publications ont été consacrées aux continents américain et africain, les mondes pacifiques et océaniens n’ont jamais été oubliés. Le plus ancien article est paru en 1924, rédigé par Maurice Besson : il concernait l’annexion des îles Marquises par l’amiral Dupetit-Thouars en 1842. Tant la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, l’Australie que la Nouvelle-Zélande ont fait l’objet de nombreux articles de 1924 à nos jours, à travers 29 numéros différents et sept livres. Au total, 43 auteurs ont collaboré à leur écriture. Y sont traités les nombreux aspects de l’histoire de l’Asie et de l’aire du Pacifique depuis le XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, parfois brûlants d’actualité.

125 membres directs et plus de 500 abonnés institutionnels

Adresse : 3 Allée Frédéric-Chopin, 33120 Arcachon, France – Tél. 00 33 687 255 228

Contact : sfhom2015@gmail.com

Site : http://sfhom.free.fr/

 

Association Te Reo o te Tuamotu

Créée en 2000, l’association Te Reo o te Tuamotu a pour objet de promouvoir et préserver le patrimoine linguistique et culturelle de l’archipel des Tuamotu. Parmi ses actions, l’association organise tous les 3 ans le « Festival des langues et de la culture des Tuamotu » à Papeete. Elle vient d’organiser en mai son 6ème festival. L’association Te Reo o te Tuamotu a servi de plateforme / carrefour pendant de nombreuses années aux chercheurs qui choisissent de travailler dans l’archipel des Tuamotu. Elle continue à apporter son soutien aux chercheurs. Dans les faits, elle fait aussi de la recherche, principalement sur les traditions et elle a publié deux livres bilingues Pa’umotu-Français. Elle est à l’origine du projet de création de l’Académie Pa’umotu.

Adresse : B.P. 4028 Papeete-Tahiti, 98713 Polynésie française

Contact : Fasan CHONG dit Jean Kape, kape@mail.pf, (689) 71 29 10 – (689) 45 17 49

 

Académie Pa’umotu – Karuru Vanaga

L’Académie Pa’umotu – Karuru Vanaga (la case de la connaissance, de la parole), créée en décembre 2008 pour codifier, promouvoir et préserver les langues des Tuamotu. Elle comprend 14 académiciens pour les sept aires linguistiques différentes de l’archipel (Tapuhoa, Maragai, Mihiroa, Vahitu, Fagatau, Parata, Napuka). Cette entité, encore jeune, n’a pas d’évènementiel. L’Académie Pa’umotu est une institution du pays, et de par ses missions fait de la recherche, notamment pour la codification de la langue pa’umotu.
La mission est de sauvegarder et d’enrichir la langue Pa’umoto et notamment :
– De codifier le vocabulaire, la grammaire et l’orthographe
– D’en étudier l’origine, l’évolution et la parenté avec d’autres langues du Pacifique
– De favoriser la publication d’ouvrages rédigés en langue Pa’umoto
– D’encourager et de soutenir l’enseignement de la langue Pa’umoto
– De veiller à l’utilisation correcte de la langue Pa’umoto dans toutes ses formes d’expressions parlée ou écrite
– De rechercher et de sauvegarder le patrimoine linguistique (toponymie, botanique…)
– Et d’assurer le lien permanent avec les autres pays du monde polynésien (membres du forum des langues polynésiennes, par tous les moyens de communication

Adresse : Quartier Broche, avenue Pouvanaa a Oopa, BP 43 768 – 98713 Papeete, Tahiti, Polynésie française

Contact : Fasan CHONG dit Jean Kape, kape@mail.pf, (689) 71 29 10 – (689) 45 17 49

Site : http://www.tourisme.gov.pf/mca/?q=node/25#6/

 

Association des historiens et géographes de Polynésie française

L’Association des Historiens et Géographes de Polynésie française est née le 22 mai 1991. Les adhérents sont en majorité des enseignants de tous niveaux, de la maternelle à l’Université. L’association n’est cependant pas réservée aux professeurs d’histoire-géographie, elle est ouverte à toute personne plus particulièrement intéressée par l’histoire et la géographie de la Polynésie française et du Pacifique.
Dès sa création l’association s’est fait connaître auprès du grand public par la publication d’un “Bulletin des Historiens et Géographes“. Les thèmes abordés ont porté successivement sur les Fidji (n°1), les Marquises (n°2 et 3), la recherche historique en Polynésie (n°4), les Australes (n°5), la recherche géographique en Polynésie (n°6), les Tuamotu (n°7), la Première Guerre mondiale vue des ÉFO et de Nouvelle-Calédonie (n°8), « Mémoire, école et colonisation » (n°9), Géologie de la Polynésie française (n°10), « Autour d’un ancêtre, le Procureur A.A. Holozet, contribution à l’histoire de Tahiti, 1862-1895 » (n°11), « Les Chinois de Polynésie française entre permanence et transformation identitaire. L’Association Philanthropique Chinoise de Tahiti » (n°12). Le contenu des bulletins sur les Marquises a été repris et enrichi dans le livre “Marquises“, sorti en 1996, réimprimé en 2003. L’ensemble de ces publications est en vente au CRDP de Polynésie française à Pirae (Tahiti).
Chaque année, l’association récompense, par des billets d’avion – offerts par Air France et Air Tahiti – et des livres, les candidats ayant obtenu les meilleures notes aux copies d’histoire et de géographie du Baccalauréat S, ES, L, STT et du Diplôme national du Brevet (12 prix). Les palmarès sont publiés dans les bulletins de l’association.
L’association propose à ses adhérents, à leurs conjoints ou leurs amis des dîners-débats. Ils ont lieu pendant l’année scolaire cinq fois par an au Lycée hôtelier d’Outumaoro à Punaauia. Nous en sommes au 66ème.

Adresse : Te Tahu’a Vana’a o Te Vau, B.P. 50350, 98716 Pirae

Contact : le président de l’association, Jean-Marie Dubois, dubois2000_us@yahoo.com, BP. 5956, 98716 PIRAE, tél. 48 02 33
Retour à la liste de toutes les associations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *