Archives de catégorie : 6.Propositions

Bernard Chenevier : Interactions Sciences – Technologies et Société entre France et Japon, une ressource pour l’amélioration de la compétitivité

Participer à l’immense challenge que constitue la compréhension mutuelle entre les peuples et en particulier à celui de l’appropriation sans frontière, des progrès de la Science et de la Technologie est sans conteste l’une des missions majeures du CNRS et au-delà une question de luttes contre des climats anxiogènes, de tranquillité, et au bout du compte sans doute de pérennisation de la paix.

Dans le cadre France / Japon – le concept est extensible plus largement – il est possible de formuler quelques propositions de renforcement / développement d’interactions « Sciences et Société  » destinés à favoriser une approche interdisciplinaire, à accroitre les échanges de personnes, à améliorer les performances industrielles compétitives du pays. L’objectif ultime : contribuer/stimuler une croissance économique plus raisonnée, focalisée sur la compréhension mutuelle et le bien-être social.

I – Recherches que l’on mène et / ou qu’il faudrait mener avec l’Asie – les moyens de la mise en œuvre

La guerre des cerveaux a lieu essentiellement aujourd’hui dans quatre domaines : Nanotechnologies, Biotechnologies, technologies de l’Information et sciences Cognitives (NBIC) – cf Stéphane Marchand dans « La ruée vers l’intelligence – Enquête vers les nouvelles puissances du savoir, Fayard 2012).

Les Etats-Unis, coupes budgétaires ou non, restent toujours leader mondial dans le domaine de la science, de la recherche et de l’innovation. Ce n’est pas seulement une affaire de budget, les Etats-Unis consacrent 2,7 % de leur PIB à la recherche, l’Europe 1,9% mais sont devancés par l’Asie avec la Corée du Sud (3,47%) et le Japon . C’est un état d’esprit : la science est aux USA un projet national, une composante identitaire.

Le choix de l’investissement des efforts vers l’Asie et le Japon en particulier – Technologies de rupture, innovation

Le choix de l’Asie et plus spécifiquement du Japon comme cible d’investissement peut être sujet à questionnement à une période où le Japon apparaît comme une société encore en mutation au plan industriel et sociétal celle-ci ayant pris naissance à la fin des années 80 avec l’éclatement de la bulle immobilière. Si le pays n’a plus connu de taux croissance régulier supérieur à 5% comme ceux qui le faisaient jalouser par l’ensemble des pays occidentaux déjà en mal de croissance forte, son taux d’investissement en recherche et développement reste l’un des plus élevés au monde. D’après l’OCDE il a consacré en 2007 par exemple 3,44% de son PIB. En 2008 3,8% et le gouvernement Minshutô a décidé de dépasser la barre des 4% en 2020. Il devance la Corée du Sud (3,47%), les États-Unis (2,7%), l’Allemagne (2,54%) et la France (2,08%). Et l’innovation technologique, en particulier celle qui touche à l’infiniment petit y possède une dimension culturelle. Le Japon est donc en Asie celui qui est actuellement le plus impliqué et avancé en terme de NBIC.

D’autres aspects tirés plutôt du registre de l’organisation des structures de management de la recherche témoignent de similarités entre France et Japon qui permettent d’envisager une mise en œuvre rapide de moyens de collaborations. Les déploiements de nouveaux centres sous forme de cluster comme ceux des États-Unis à San Diego ou Boston et plus spécifiquement du Japon comme le TIA (Tsukuba Innovation Arena) et l’OIST (Okinawa Institute of Science and Technology) d’Okinawa prônant outre l’absence de cloisons disciplinaires, la création de clusters de R&D en étroite symbiose avec la recherche académique et le milieu high-tech des start-ups sont directement en lien avec le modèle de cluster français comme MINATEC et plus largement GIANT sur le site de Grenoble. Il convient donc d’examiner les possibilités d’interactions renforcées sur les lieux à modes de gestion France-Japon corrélés.

Compétitivité « hors coût » et structurelle. Les pôles de compétitivité sont expressément cités dans la 6ème proposition du récent rapport Gallois comme des outils de développement et de renforcement de la compétitivité industrielle de la France, qu’il faut préserver et conforter dans la durée. Le maillage du territoire français en termes de Pôles de Compétitivité se consolide d’année en année. Qu’en est-il de celui du Japon ?

Le travail de fond à mener, décrit ci-dessus sur les échanges relève de compétitivité long terme ou structurelle et doit s’appuyer pour afficher des gains clairs, sur les outils existants et puissants répartis entre France et Japon. Un appui en trépied essentiellement basé sur le bureau CNRS au Japon, la JSPS et le Réseau Asie-Imasie me paraît tout à fait pertinent :

            Bureau du CNRS au Japon – au-delà de ses missions récurrentes de médiateur institutionnel entre le CNRS – et plus généralement de la recherche française – et les institutions de recherche    japonaises, sud-coréennes et taïwanaises, il doit :

            — participer aux renforcements des échanges en animant les axes où les liens France – Japon peuvent être les plus fructueux et porteurs de retours sous forme de contrats. Initier et développer les relations entre les laboratoires CNRS et les universités et instituts de recherche en Asie du Nord. Soutenir la mise en application des actions de coopération initiées par le CNRS avec ses partenaires étrangers, en veillant particulièrement au respect des règles de propriété intellectuelle ;

            — être l’articulation entre JSPS, Réseau Asie-Imasie et chercheurs / enseignants

            — recevoir les chercheurs français en mission au Japon et se servir de toute information pour mettre au point une base de données des personnels CNRS / universités effectuant des séjours longue durée dans des centres de recherche ou de compagnies développant des activités à forte valeur ajoutée.

            La constitution de la base relève en effet typiquement de la notion de réseautage si importante dans la culture du Japon et sur laquelle il a basé son essor économique. En effet une connaissance approfondie des personnels en poste dans la durée dans les structures universitaires de recherche et industrielles sera un atout essentiel. La problématique d’une base de données de ce type est une vaste question en termes de définition des périmètres, de sa constante actualisation :   l’enjeu est néanmoins d’importance pour disposer d’un réseau de connections et de points de référence pour le montage de projets, le réseautage qui a de tout temps été l’un des piliers sur lequel s’est appuyée la croissance du Japon.

            Réseau Asie-Imasie (http://www.reseau-asie.com)

Le réseau Asie-Imasie de par ces objectifs et en particulier ceux les plus interdisciplinaires est un outil en place, qui fonctionne et auquel il faudra faire appel pour structurer/faciliter les échanges.

                Objectifs les plus interdiciplinaires du réseau Asie-IMASIE

** attirer vers l’Asie les intérêts et les curiosités des spécialistes d’autres régions ou d’autres disciplines ;

                **  structurer, en Europe, un pôle francophone et multilingue de compétences, assez fortement structuré pour coopérer d’égal à égal avec d’autres pôles de même nature.

                Le réseau pourrait travailler avec des scientifiques sur l’élaboration d’un programme de séminaires conférences « beyond sciences » à vocation aussi « grand public » que possible. Il s’agira de faire intervenir sur des thèmes scientifique et technologique à forte résonance culturelle en commun entre la Franc et le Japon : par exemple (cf aussi la partie Annexe) la « miniaturisation extrême », les « réseaux », la « résilience », des représentants du monde scientifique avec ceux des SHS et même du monde littéraire en leur demandant de faire part de leur approche spécifique mais aussi de proposer une approche synthétique. Le dernier volet de synthèse serait confier à de jeunes Ph-D ou P-Doc en SHS qui travailleraient d’une part à la réflexion approfondie sur la thématique et aussi à la mise en place au suivi des workshops.

            JSPS (Japan Society for Promotion of Science) au Japon – Avec plusieurs milliards de budget annuel, un montant du même ordre que celui du CNRS tout entier, sa mission première est axée sur le soutien et le développement des sciences sans frontières – Il est donc très important d’encourager   le dépôt de projets auprès de la JSPS. Peuvent être fort bien environnés les échanges de scientifiques, le co-soutien avec le CNRS de projets internationaux – par exemple les ANR – internationales avec le Japon)

II – Appropriation des progrès de la science et de la technologie par la Société

            L’appropriation des progrès de la science et de la technologie est une condition sine qua non de leur développement et de leur intégration sans manifestation de rejet telle que par exemple celles qui ont accompagnées les débats récents sur les Nanotechnologies et qui sont toujours en France et plus fortement en cours au Japon associées à l’industrie nucléaire. Il faut donc œuvrer dans le sens de l’explication compréhensible « par le commun des mortels ».

            Le CNRS avec ses représentations/bureaux à l’International peut jouer un grand rôle en ce sens.  Sans s’engager sur des développements stratégiques complexes, la mise en œuvre de quelques actions très concrètes doit permettre d’aller dans le sens d’une meilleure appropriation par la société des progrès de la science et de la technologie.

            a0 – Côté CNRS :

            Je propose de revoir le système des CID (Commission Inter-Disciplinaire) pour l’adapter à une culture plus largement interdisciplinaire et internationale qui engloberait en particulier une notion très forte d’interdisciplinarité couvrant les champs des sciences dures jusqu’aux SHS : créer par exemple une CID à vocation internationale avec des sous-commissions dont les compétences scientifiques s’appuieraient sur les bureaux CNRS (8 actuellement) à l’étranger – et leur attribuer des missions :

            S-Com-Asie du Nord : bureau de Tokyo

            Activités interdisciplinaires « S-Dures »/SHS en s’appuyant sur l’existant qui marche bien : le « Réseau Asie-IMASIE »

            S-ComIAfrique : bureau de Johannesburg

            a – Développer les échanges de personnes – sur le mode JSPS (cf la densité des modes d’actions JSPS s’appuyant sur un budget de « qqes Mds d’euros ») – :

            ACTION : VRAIE prise en charge de « l’invitation » à effectuer des travaux communs – Un PROGRAMME spécifique – incluant des formations intensives à la langue de l’autre. Un exemple typique est celui du programme BRIDGE – JSPS

            b – Conférences communes « beyond sciences »

            L’organisation de symposiums / workshops thématiques impliquant un fort investissement d’intervenants   Scientifiques, socio, littéraires, du monde socio (indus./ monde la santé…) (Français / Japonais).

            De nombreuses thématiques peuvent être avancées et examinées. La notion de « miniature » partie intégrante de la culture Japonaise depuis son origine et où la France développe une approche techno intégrée en est une – la compétition/compétitivité en est une autre

                        a – miniaturisation ultime : une circulation de l’information hyper accélérée (l’électronique ULSI bouleverse tous les domaines de la société : les transports (comment se traduisent ces bouleversements en littérature (auteur/ conférencier) ? en approche sociologique –  évolution des modes d’habitat (N. Aveline)

                   b – miniaturisation ultime : les bienfaits de la nanomédecine ; analyse/point de vue littéraire des progrès – quels auteurs font référence à ces bouleversements ? miniaturisation ultime : quels sont les modes de miniaturisation ultime qui contribuent à la maitrise de la dépense énergétique ?

                         c – la compétition et la compétitivité économique : approche différente Japon / France au niveau de la compétition – Qu’en est-il de cette différence au niveau des pôles de compétitivité Japon/France ?

                        d – résilience : le réseautage redondant est une ressource intrinsèque nécessaire source de résilience : Internet, réseau ferré, aussi important pour le développement de l’économie côté français que Japonais (cf en particulier « le Japon vu du train  » de Claude Leblanc 2011.

            c – Soutien aux programmes de collaborations scientifiques

            Soutien type JSPS – ANR i : JSPS (Japan Society for Promotion of Science) au Japon – Plusieurs milliards de budget annuel pour le soutien et le développement des sciences sans frontières – Encourager le dépôt de projets auprès de la JSPS (échanges de scientifiques, co-soutien sur projets internationaux – par exemple ANR-i avec le Japon)

III – Entrer au CNRS, y rester sur le long terme et travailler au déploiement de relations interdisciplinaires

            Recrutement :

           Compte-tenu des niveaux d’excellence requis dans tous les pays développés et des contextes de restrictions de financements publics en cours, être recruté au CNRS devient de plus en plus difficile pour un jeune chercheur ayant obtenu sa thèse et poursuivi avec un – souvent plusieurs – séjours post-docs en France et de préférence à l’étranger. Le Japon est dans la moyenne avec des concours d’accès aux milieux de la recherche publique très difficiles (souvent plus de 50 candidats pour un poste).

            Effort discriminant : politique d’emploi au-delà du renouvellement des départs en retraite

           Carrières et rémunérations :

      Carrières : le développement de la carrière est bon compte-tenu des niveaux d’excellence requis dans tous les pays développés. Le Japon est dans la moyenne avec des concours d’accès aux milieux de la recherche publique très difficiles (souvent plus de 50 candidats pour un poste).

            Mais les rémunérations sont beaucoup trop faibles même en tenant compte de l’argument si souvent avancé de la souplesse des conditions de travail et de l’assurance de l’emploi offertes dans le secteur public. Les départs que j’ai pu récemment constater en tant que directeur de laboratoire, vers des pays à beaucoup plus forte rémunération et conditions fiscales préférentielles pour occuper des postes à responsabilités importantes montrent que l’argument « conditions de travail » sans doute encore prévalent il y a quelques années doit être réévalué à la baisse, la modestie de l’évolution de salaire coté français rendant très attractives les conditions offertes chez nos voisins du Luxembourg, de la Suisse … et plus au loin Etats-Unis, Canada.

            Liens et inter-corrélations avec l’Asie

            L’Institut de Chimie est le plus engagé dans la recherche partenariale. Il peut contribuer significativement en soutenant des projets contractuels (ANR-i) France / Japon.

       La création d’une UMI France/Japon en chimie / science des matériaux constituerait aussi un contexte très fort de renforcement des liens et collaborations entre la France et le Japon

CONCLUSION : Il faut croire fermement à la science, aux technologies et au bien être qu’elles peuvent générer pour mobiliser des efforts énormes sur des projets à risques visant le renforcement de nos liens scientifiques et culturels avec l’Asie et en particulier avec le Japon, l’un des quelques rares chefs de file de la recherche dans les domaines des NBIC. Il faut y croire fermement, alors que des besoins criants, bien concrets affectent la société et mettre en place le creuset qui leurs permettra de trouver des ressources pour y répondre. Une collaboration renforcée entre « Sciences dures » et SHS est un moyen d’y contribuer. L’enjeu est majeur, difficile à atteindre mais ne viser que le certain précipiterait immanquablement le déclin scientifique.

 Bernard Chenevier est physicien, directeur de recherche au CNRS (Laboratoire des Matériaux et du Génie physique).

 

Pour citer ce billet : CHENEVIER, Bernard, « Interactions Sciences – Technologies et Société entre France et Japon, une ressource pour l’amélioration de la compétitivité », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 21 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1109]

Marc Goujon : Le CNRS : navire amiral de la recherche française ou Titanic de la recherche française ?

Avant d’aborder le CNRS proprement dit, il n’est pas inutile de rappeler comment nous en sommes arrivés à la situation actuelle.

Le système de recherche et d’enseignement supérieur que nous connaissons s’est construit à partir de l’immédiate après guerre jusqu’aux deux grandes lois Recherche et LRU de 2006 et 2007 sans oublier la Loi cadre de 1982.

Dans cette évolution, on peut distinguer deux périodes.  La première va de 1945 au début des années 80. Elle a vu la montée en puissance du CNRS et des établissements de recherche comme l’INSERM, l’INRA et ce qui s’appelait alors l’ORSTOM devenu depuis l’IRD. On peut citer à titre de rappel, comme événement majeur, le colloque de Caen en 1956, la création du statut de chercheur et d’ITA contractuels de 1959 et la DGRST (délégation générale à la recherche scientifique et technique), l’invention de la notion de laboratoires associés au CNRS et enfin la création du statut d’Établissement public scientifique et de technologie (EPST) avec en 1984 la transformation du statut de contractuel de 1959 en corps de fonctionnaires.

Les trente années qui suivirent la Libération furent celles où les grandes écoles d’ingénieurs, de commerce et d’administration formèrent les élites dirigeantes de l’économie de l’administration et de la politique française. Pendant cette période, les universités restèrent le maillon faible du système français. Profondément touchées par le mouvement de mai 1968, elles eurent à absorber l’arrivée massive d’étudiants sans pouvoir réformer leurs modes de gouvernance, de sélection et d’évaluation de leurs enseignants.

Durant les années soixante à quatre-vingt, le CNRS passa d’un effectif de 5000 agents à plus de 27 000 fonctionnaires. Le directeur général de l’établissement disposait alors des pouvoirs d’un quasi vice-ministre. Le CNRS comme le CEA était un des éléments clef de la politique gaulliste de renouveau de la science française avant d’être un pôle majeur de la recherche des années soixante-dix à quatre-vingt.

Durant cette époque, lentement le pilotage de la recherche se déplaça du CNRS à une structure d’État. Ce fut  la montée en puissance de la DGRST et la création d’un Secrétariat d’État à la recherche et enfin d’un ministère de plein exercice.

 Les signes d’essoufflement et le déplacement du centre de gravité vers les universités

Á partir de ce moment-là, le modèle conçu à la fin des années 50 commença à être remis en question sous la double pression de milieux universitaires que la tutelle du CNRS sur la recherche universitaire indisposait de plus en plus et sous l’influence du modèle anglo-saxon de recherche et d’enseignement supérieur dont chacun pouvait constater la réussite mondiale.

L’arrivée de classements internationaux d’universités, les statistiques de l’OCDE montrant les faibles résultats de l’enseignement en France conduisirent à une réflexion d’où ressortait la nécessité de revoir un modèle de recherche et d’enseignement supérieur à bout de souffle.

Le choix qui fut fait consistait à transférer le pouvoir et les moyens en matière de recherche du CNRS et des autres EPST aux universités dont la gouvernance et la gestion avaient été modifiés dans le sens d’une plus grande autonomie. Ce fut l’objet de la loi Liberté et responsabilités des universités (LRU)  de 2007. La loi de programme pour  la Recherche du 18 avril 2006 confiait à deux agences, l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et l’Agence pour l’évaluation de la recherche scientifique (AERES), les fonctions de financement et d’évaluation de la recherche.

Auparavant, ces deux missions étaient  dévolues aux établissements de recherche à travers leur propre système de financement des recherches et de leur conseil d’évaluation des équipes et des personnes, en l’occurrence pour le CNRS, le Comité national de la recherche scientifique.

La tendance vers un rééquilibrage en faveur des universités s’est encore accentuée ces dernières années par des mesures comme le mandat unique de gestion qui confie aux universités volontaires la gestion des équipes CNRS présentes dans les laboratoires mixtes CNRS Universités.

Tant et si bien que l’on peut se poser dès maintenant la question de l’intérêt de l’existence d’un organisme comme le CNRS qui, petit à petit a été vidé de son rôle de pilotage stratégique pour devenir au mieux une agence de main-d’œuvre hautement qualifiée. Cette situation n’est pas due uniquement à la volonté des universitaires de s’affranchir de la tutelle du CNRS, elle résulte en partie de l’échec des réformes demandées par l’État à l’organisme depuis une trentaine d’années.

Trois sujets majeurs n’ont pu trouver en interne les voies de la réforme :

  1. Faire vivre l’interdisciplinarité
  2. Réformer le comité national
  3. Disposer d’une véritable politique des ressources humaines.

Le CNRS, conçu pour accueillir l’ensemble des disciplines scientifiques, a échoué dans ce qui faisait une de ses originalités, la transdisciplinarité. Tous les essais d’introduction d’interdisciplinarité se sont cassé les dents sur les blocs compacts des disciplines peu disposées à partager le gâteau des crédits publics et rétives à faire une place aux disciplines naissantes.

Un deuxième échec fut celui de la réforme du comité national de la recherche scientifique devenu peu à peu le comité d’évaluation du CNRS dont les méthodes d’évaluation ont pris un sérieux coup de vieux et gagneraient à être sérieusement repensées.

Enfin, formidable réservoir de matière grise, le CNRS a toujours été incapable de mettre en place une réelle politique de gestion des ressources humaines pour ses chercheurs comme pour ses ingénieurs techniciens et personnels de gestion.

Ce bilan a conduit tout naturellement les responsables de la stratégie nationale de recherche et d’enseignement supérieur à contourner le CNRS et à mettre en place les outils permettant à terme de dynamiter l’obstacle.

Ce fut la création de l’ANR et de l’AERES. Puis la loi LRU, les PRES et autres IDEX, EQUIPEX et LABEX. Un bilan devra être fait sur l’autonomie des universités et sur les moyens investis à partir du Grand Emprunt.

Néanmoins, la question qui se pose actuellement est bien celle de l’avenir du CNRS, un réservoir de main-d’œuvre hyper qualifiée pour les universités ou un outil rénové de la recherche française ?

Les conditions pour un renouveau

Tout d’abord il faut reconnaitre que l’établissement créé dans des conditions critiques, le 19 octobre 1939 soit moins de cinquante jours après la déclaration de guerre du 3 septembre, avec deux directions, la recherche fondamentale et la recherche appliquée avait toutes les raisons de disparaître dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale. Contre toute attente, il survécut et fut refondé à la Libération avec des missions ambitieuses qui sont encore parmi les atouts majeurs de l’organisme.

À la différence des universités, il s’agit d’un organisme national pouvant concevoir et mettre en œuvre une politique de recherche à l’échelle du pays et à celle de l’Europe du fait de ses partenariats nombreux.

Il rassemble l’essentiel des disciplines scientifiques qui peuvent dialoguer au travers de nombreux organes, ne serait-ce qu’au cours de la réunion hebdomadaire du comité de direction du CNRS où elles sont toutes représentées.

Le CNRS est l’outil de pilotage des grands instruments nationaux et internationaux, seul un organisme national peut remplir ce rôle.

Il possède dans tous les domaines un personnel de recherche de haute compétence dont les découvertes  et les interventions publiques jalonnent l’avancement des connaissances et émaillent les débats de société.

Tout ceci constitue un capital précieux qu’il serait contre productif pour la Nation de négliger. La question qui se pose dès lors est celle de la meilleure stratégie pour redonner au CNRS sa pleine efficacité.

 Un CNRS pour le XXIème siècle

Comme on l’a vu plus haut, le CNRS tel qu’il existe actuellement est un modèle à réformer profondément.  Les essais de réformes internes des dernières années ont échoué pour une raison qui n’est pas propre au CNRS mais qui tient plus à la sociologie des organisations.

Celles-ci, par essence conservatrices dans leur mode de fonctionnement, sont sans doute les moins aptes à proposer leurs propres réformes. Lorsque cela à été le cas, au CNRS, on assista à des réformes cosmétiques très éloignées des besoins réels mais propres à garantir la paix sociale interne. La vraie réforme ne peut venir que de l’extérieur et doit disposer d’un appui politique puissant.

Une réflexion sur l’avenir du CNRS pourrait partir de ce qui a fait son prestige et de ce qui constitue son originalité par rapport aux autres organismes et aux universités : ses ressources humaines, sa pluridisciplinarité, son caractère national et européen, sa capacité de réactivité en termes de moyens humains et financiers, son expertise comme réservoir de pensées (Think Tank) à disposition des décideurs et au service de la société.

Ses ressources humaines

Fonctionnaires depuis 1984, les personnels du CNRS sont régis par des statuts qui auraient besoin d’un sérieux dépoussiérage pour les adapter aux besoins du monde actuel.

Plusieurs directions peuvent être indiquées :

  • Une réforme des grilles de salaires et une fusion de certains corps redondants afin de proposer des rémunérations plus proches des standards internationaux.
  • En corrélation avec cette remise à niveau, une évaluation revisitée pour les chercheurs et les ITA liant plus qu’avant, primes et promotions à une évaluation annuelle des résultats.
  • L’existence d’une capacité de recrutement de personnels contractuels de haut niveau pour des périodes déterminées afin d’attirer les meilleurs chercheurs internationaux.
  • Un comité national aux objectifs refondés et aux modalités d’action revues. Il faudrait, entre autre revoir l’équilibre interne des sections en renforçant le nombre d’experts nommés, en ouvrant davantage aux experts étrangers et en allant vers la parité entre élus et nommés.

 La pluridisciplinarité

 C’est l’échec le plus douloureux pour le CNRS. Une des propositions pour en sortir serait non plus de concevoir le CNRS en grandes directions scientifiques ou institut nationaux mais en directions pluridisciplinaires chargée chacune d’une des préoccupations de la Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation (SNRI).

Son caractère national et européen

Sur le plan national, premier opérateur de la SNRI, le CNRS doit être le creuset où se forment les nouveaux axes de recherche, il doit en outre assumer son rôle d’expert auprès des pouvoirs publics et du Parlement.

L’Union européenne dispose d’une stratégie à horizon 2020, et d’un budget conséquent en matière de recherche précompétitive. Les opérateurs de recherche européens sont regroupés dans un certain nombre de structures où le CNRS, du fait de sa taille et de ses moyens, est apte à faire entendre la voix de l’organisme et à mettre en œuvre la déclinaison européenne de la politique de recherche française.

Sa capacité de réactivité en termes de moyens humains et financiers

Avec un budget de 3MM € et un effectif de 27 000 personnes, le CNRS doit pouvoir mobiliser rapidement des moyens sur des recherches novatrices, en investissant dans des domaines à risque mais prometteurs. Un des ressorts de son renouveau se situe dans cette direction où il est, avec le CEA et ses partenaires des autres EPST, le plus à même de fournir rapidement des moyens.

Le CNRS Think Tank

L’établissement devrait en outre constituer un réservoir de pensées (Think tank) à partir de données collectées en interne et en externe.

La structure appelée la Coopérative en liaison avec l’OST et l’OCDE est un bon exemple de ce que le CNRS est capable de produire. Il lui manque cependant l’outil stratégique pour exploiter ces données et proposer des scenarii d’action.

Un établissement consacrant une partie de ses moyens à la coopération avec le monde industriel et des services

Si la recherche fondamentale et l’accroissement des connaissances restent un des buts primordiaux du CNRS, l’organisme ne peut ignorer le monde économique qui l’entoure et doit apporter sa contribution à l’excellence et à la renommée de la production française. Ceci  est encore plus vrai dans les périodes de crise que nous connaissons actuellement.

Conclusion

En définitive, ces propositions comme d’autres resteront lettre morte si aucune structure n’est chargée par une autorité politique de réfléchir rapidement à la réforme de l’organisme.

Afin de disposer de la sérénité nécessaire pour formuler des propositions autres que le point d’équilibre entre des groupes de pression divers, il est suggéré de mettre sur pied un groupe de travail comportant des scientifiques, des gestionnaires de la recherche français et des étrangers suffisamment connaisseurs des questions de recherche mais également suffisamment éloignés des intérêts divers et variés pour être à même de proposer une réforme ambitieuse.

Ils devront travailler avec, à l’esprit que le CNRS dispose là sans doute d’une des dernières occasions  de jouer un rôle majeur dans le renouveau de la recherche française en liaison avec la poursuite de la réforme des universités de notre pays.

Paris, le 29 septembre 2012                                                                          

Marc Goujon est ancien directeur adjoint aux relations internationales du CNRS, responsable du projet Musée des Arts premiers au quai Branly et Inspecteur Général de l’Administration de l’Éducation Nationale et de la Recherche honoraire.

 

Pour citer ce billet : GOUJON, Marc, « Le CNRS : navire amiral de la recherche française ou Titanic de la recherche française ? », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 21 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/902]

Julie Brock : Identifier les compétences éparses et les relier au réseau institutionnel

Je voudrais attirer l’attention des autorités sur le cas des chercheurs français qui travaillent à l’étranger en dehors du cadre institutionnel français. N’ayant pas d’attache avec une structure française ou européenne, il est difficile pour ces chercheurs de faire reconnaître leurs travaux en France. Cette situation est paradoxale, car leur niveau de connaissances n’est pas moindre que celui de leurs collègues installés en France, et ils ont l’avantage de travailler sur le terrain. La plupart sont bilingues. Travaillant dans la culture d’accueil quelquefois depuis des décennies, ils  peuvent avoir un niveau de compétence reconnu à l’étranger. Leur expertise est donc réelle, et pour cette raison, représente pour la recherche française un atout précieux. Etant donné l’importance que prendront à l’avenir les cultures de l’Asie et du Pacifique à l’échelle planétaire, ne serait-il pas raisonnable de prendre en compte, dans les forces de la recherche française, l’atout que représente ces recherches effectuées en immersion dans les cultures étudiées ? Les institutions françaises disposent déjà d’un certain nombre d’antennes à l’étranger. Il ne semble donc pas utile à priori d’en créer de nouvelles. Ce qui serait important, en revanche, serait de réformer le système existant en sorte que la mission de ces institutions soit mieux définie. Une formation pourrait être mise en œuvre par les autorités françaises pour que les responsables, qui sont en général des chercheurs détachés de la fonction publique, soient davantage sensibilisés aux besoins des chercheurs français. La première mission de ces institutions publiques ne devrait-elle pas être d’identifier les compétences et les talents français qui s’exercent à l’étranger ? Ces chercheurs qui travaillent dans la culture du pays d’accueil sont souvent des observateurs en même temps que des érudits. Habitués à collaborer avec des chercheurs du pays qu’ils étudient, ils ont une analyse souvent pénétrante, le sens de l’innovation, et ils ont à cœur de servir le rayonnement de la France.

Comme dans tous les domaines, la première chose que réclament les travailleurs, c’est la reconnaissance, le respect et la justice. Les chercheurs français qui travaillent hors des institutions françaises ressentent très fortement ce besoin de reconnaissance, et c’est tout d’abord sur ce point qu’il convient d’améliorer les choses. La méthode pourrait être fort simple. Il suffirait peut-être d’établir un cahier des charges pour expliquer aux responsables des institutions qui s’occupent des recherches françaises à l’étranger en quoi consiste la mission pour laquelle ils sont détachés. Et plus précisément, quel est le sens de cette mission.

Ne serait-il pas de bonne moralité de rappeler aux travailleurs de la fonction publique que la nation ne se limite pas aux frontières géographiques, et qu’elle s’étend même au-delà des barrières institutionnelles ? Supposons un chercheur français installé dans une région reculée pour y faire des recherches sur le terrain en vue d’étudier, par exemple, une langue rare. Une justice bien comprise voudrait que les institutions chargées de la recherche prennent conscience de leur responsabilité vis-à-vis de ce chercheur en particulier. Qu’elles admettent que l’éloignement géographique est nécessaire pour les besoins de son travail. Qu’elles reconnaissent qu’il doit pouvoir publier ses travaux, donner des communications, échanger avec ses pairs. Leur rôle devrait comprendre un travail de soutien et d’accompagnement pour qu’il puisse accéder à la communauté scientifique. Ce travail devrait être fait de la même façon pour tous les chercheurs français, quelle que soit leur appartenance. Les institutions françaises à l’étranger, étant elles-mêmes des pôles de rayonnement, devraient être pleinement conscientes de ce rôle. C’est pourquoi il me semblerait utile qu’une consultation soit ouverte au sommet de l’État quant aux missions et aux priorités de ces institutions, non pas du tout dans un esprit de contrôle, mais dans un esprit de parrainage ayant pour objectif la revalorisation de la recherche française. Les responsables politiques savent que la meilleure part de leur mission est de valoriser le travail réalisé par leurs concitoyens. Il serait juste et nécessaire que les institutions françaises à l’étranger soient dirigées avec la même hauteur de vue. Les responsables techniques ont besoin pour cela d’être aidés par un « cahier des charges » (une charte, un texte de référence) dans lequel seraient précisés, par exemple, les critères d’évaluation des recherches menées en dehors des institutions françaises et les moyens de les relier à la recherche institutionnelle française et européenne. D’une manière générale, ce texte viserait à instaurer un nouvel état de relations entre les chercheurs français dispersés dans le monde et les institutions de leur pays. Est-il normal que ces chercheurs ne soient jamais consultés sur aucun sujet qui concerne la politique de la France à l’étranger ? Ils sont pourtant des observateurs bien renseignés, leurs avis sont imprégnés d’un savoir in situ, et la diplomatie française pourrait bénéficier de leur expertise.

Des réseaux français ou européens s’activent actuellement pour le regroupement de ces chercheurs, et c’est une chose excellente, car ils peuvent ainsi échanger plus facilement et nouer des contacts fructueux. Mais pour imprimer à la recherche métropolitaine et européenne une dynamique fertile et métissée, il faudrait encore avancer d’un pas, et mettre ces chercheurs en situation d’initier des projets en France et en Europe. Pour cela, il serait nécessaire de créer un lieu dans lequel ils pourraient mener des activités de recherche, organiser des rencontres, etc. De même qu’il existe un Institut des mondes arabes et un Institut des Amériques, ne pourrait-il pas exister en France un Institut de l’Asie et du Pacifique ?

Enfin, je voudrais soulever une dernière question qui intéressera sûrement d’autres chercheurs français travaillant hors des institutions françaises : non seulement l’État français ne prévoit aucune disposition particulière pour s’attacher leur expertise, mais il est très difficile pour eux d’intégrer les institutions françaises une fois que leur carrière les a menés à l’étranger. Ne vaudrait-il pas mieux au contraire leur ménager une possibilité d’intégrer la fonction publique, afin de permettre à la jeune génération de bénéficier de l’enseignement de leurs prédécesseurs ? Il est à prévoir que la jeune génération des chercheurs expatriés sera de plus en plus nombreuse, ce qui laisse présager une hausse du niveau d’expertise de la recherche française sur le terrain. Il serait dans l’intérêt général de prévoir le rassemblement de toutes ces compétences dans une filière parrainée par l’État. Corollairement, ce parrainage favorisera la reconnaissance de tous les chercheurs français, ce qui me paraît une démarche juste et légitime.

Julie Brock est spécialiste de littérature comparée et des sciences du langage. Elle est professeure de l’Institut de technologie de Kyôto (KIT, Japon), chercheur associée à l’International Institute for Advanced Studies (IIAS) et au programme Réseau Asie et Pacifique de la FMSH.

 

Pour citer ce billet : BROCK Julie , « Identifier les compétences éparses et les relier au réseau institutionnel », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 2 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/898]

Olivier Venture : Il faut compenser le désintérêt des départements d’études asiatiques pour les périodes ancienne et médiévale

Réseau Asie — Quels sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Olivier Venture — Les moyens dont disposent aujourd’hui les universités chinoises sont sans commune mesure avec ceux dont elles disposaient dans les années 1990 et on peut même dire que, dans certains domaines, ces moyens dépassent ceux de nombreuses universités françaises. Aujourd’hui, les institutions chinoises ne sont plus vraiment à la recherche de financements, mais plutôt de connaissances ou de compétences, souvent techniques, par exemple dans le domaine de la conservation ou de l’analyse de certains types de vestiges archéologiques. Les universités chinoises sont aussi beaucoup plus favorables à l’envoi de leurs meilleurs étudiants à l’étranger pour les former à des techniques, des méthodologies ou des approches encore peu développées en Chine. Dans l’ensemble, l’Europe semble attirer moins d’étudiants que les États-Unis, de plus, l’usage de la langue française peut parfois apparaître comme un frein à l’attractivité de nos universités.

Réseau Asie — Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Olivier Venture — Même si nos UMR paraissent parfois moins bien dotées financièrement que leurs équivalents européens ou américains, elles permettent tout de même de rassembler en un lieu un nombre de spécialistes tout à fait significatif, comme c’est le cas avec l’UMR 8155 au sein de laquelle collaborent sans doute plus de la moitié des spécialistes français travaillant sur la Chine ancienne et médiévale. Cependant, entre les départs en retraite de chercheurs CNRS non remplacés et les choix faits dans les universités de privilégier la période contemporaine, voire moderne, les études sur la Chine ancienne sont clairement sur le déclin en terme d’effectifs (l’EPHE se présentant là comme une exception). Cette tendance est d’autant plus regrettable que ce domaine de recherche a été considérablement renouvelé par les découvertes archéologiques et qu’il fait aujourd’hui parfois l’objet d’une récupération idéologique assez inquiétante de la part d’institutions chinoises qui tentent d’imposer leur point de vue.

Réseau Asie — Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents (dans votre laboratoire ou dans votre champ de recherche) ?

Olivier Venture — Au sein du CRCAO,  se sont particulièrement développées ces dernières années les recherches sur les relations complexes entretenues entre la Chine et ses voisins, et ce depuis l’antiquité. Des projets ont aussi été menés pour mieux comprendre l’importance de la culture tibétaine au sein et autour du monde chinois. Enfin, grâce à son expérience dans le domaine des manuscrits de Dunhuang, notre UMR a pu développer des recherches sur des livres et documents de la Chine ancienne (Ve s. av. EC – III s. EC), dont les découvertes se sont multipliées ces dernières années.

Réseau Asie — Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française, autant dans votre domaine précis que, plus généralement, sur votre aire culturelle au sens large, voire sur l’Asie et le Pacifique ?

Olivier Venture — Afin, de maintenir la place de la France dans la recherche mondiale sur la Chine ancienne et médiévale, il serait important que le CNRS puisse au moins compenser les départs à la retraite de ces dernières années. La présence de spécialistes de la Chine dans les départements d’histoire et d’archéologie des universités françaises permettrait de compenser le désintérêt des départements d’études asiatiques pour les périodes ancienne et médiévale. Enfin, il serait peut-être souhaitable de faire mieux connaître à l’étranger la production des sinologues français, et ceci ne peut aujourd’hui se faire que par un recours plus important à la langue anglaise, mais aussi à la langue chinoise (la plupart des spécialistes chinois de la Chine ancienne ne lisant généralement pas l’anglais).

Olivier Venture, paléographe et archéologue, spécialiste de la Chine, est maître de conférences à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) et membre du Centre de Recherche sur les Civilisations d’Asie Orientale (CRCAO).

 

Pour citer ce billet : VENTURE, Olivier, « Il faut compenser le désintérêt des départements d’études asiatiques pour les périodes ancienne et médiévale », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/230]

Jacques Ivanoff : Pas de développement humain sans développement social

La question d’une réflexion portant sur la région Asie-Pacifique pose le problème se son unité. On peut relier ces régions en se basant sur des données comparatives, en utilisant les recherches « à la mode » comme l’environnement, les migrations, le désenclavement économique… On peut lier maintenant toutes les recherches d’un champ disciplinaire portant sur le monde entier. La pertinence des recherches basées sur des aires culturelles doit se renforcer scientifiquement pour ne pas se noyer dans une globalisation qui aurait soudain touché la recherche. Le monde change, les méthodes demeurent, les terrains évoluent, mais les populations développent des stratégies et dans ce grand mouvement « globalisant » socioéconomique, il n’y a rien de vraiment nouveau. L’adaptation est la nature même de l’homme et le sujet de nos recherches. L’arrivée de nouvelles disciplines, plus ou moins imposées (comme l’environnement et la biodiversité) ou les disciplines « sérieuses (comme la génétique ou la biologie), font une apparition menaçante car elles ont le pouvoir de séduire par leur apparentement au discours de sciences « dures ». Pourtant les critiques sont nombreuses et les résultats à prendre avec précaution. Schématiquement, l’Asie du Sud-Est à tendance à se « bunkeriser » ou à s’allier aux « grands » voisins, notamment la Chine tandis que le Pacifique se perd un peu dans les limbes d’une histoire politique sans fin.

La « mondialisation », bien que nous réfutions la pertinence scientifique de ce terme trop général, celle-ci ayant commencé bien avant que le mot soit devenu incontournable, a rendu plus difficile les classifications autrefois si simples, héritées d’une longue pratique de leur discipline réalisée et partagée par des grands anciens, dont les recherches elles-mêmes ne pouvaient se séparer de la colonisation. Cette recherche n’a pourtant pas su se démarquer de ses « maîtres » dont on ne parle pas, et n’ayant rien créé d’original ne peut que se référer sans le dire à des concepts que les maîtres nous avaient invité à suivre. On ne reprend pas les mêmes termes pour ne pas être accusé d’être un « disciple » (autrefois bien vu mais aujourd’hui décrié) et être autonome, mais peu de percées ont vu le jour depuis Condominas et Lombard, voire même Bernot. Or les querelles qui empêchent les grands projets de voir le jour en Asie du Sud-Est sont le résultat de la rupture de transmission. En apparence tout va bien, la tendance étant de ne pas dire ce qui fâche, mais un historien ne s’associe pas facilement avec un anthropologue qui ne s’associe pas facilement à un géographe ; et les élèves de Bernot refusent obstinément de prendre en considération  la dichotomie d’une tradition de l’ethnographie des techniques, du détail contre une ethnologie plus prestigieuse en apparence représentée par Condominas. Mais les premiers ont liquidé les successeurs du second qui s’étaient déjà déchirés pour un patrimoine qui n’était pas transmis. Du point de vue global un autre modèle en a profité pour s’installer, ne serait-ce que l’année de terrain et la pratique de la langue pour les étudiants qui  ne sont plus nécessaires ni même très bien vus.

Pour intégrer le mouvement de cette mondialisation incarnée dans la recherche par les projets européens où les nécessaires alliances avec les laboratoires étrangers pour être crédible on inféode la recherche au politique et plus rien ne garantit l’indépendance et surtout l’originalité des travaux. Nous répondons à des commandes. Et aujourd’hui se revendiquer de l’enseignement de Condominas qui a formé une génération semble archaïque, ce n’est pas vendeur. Et pourtant il avait compris les mouvements créatifs et les mobilités des populations à travers des aires dépassant de loin l’Asie du Sud-Est. En perdant le lien qui tenait une tradition anthropologique par exemple, les chercheurs de cette discipline se noient dans des concepts qu’ils ne comprennent pas toujours. Qu’est-ce que l’Asie du Sud-Est aujourd’hui si l’on enlève l’Asean, association créée pour des raisons politiques durant la guerre froide ? La remise en cause des préceptes conditionnant l’environnement géographique de nos recherches est réelle. Pourtant rien n’a changé, il n’est pas incompatible d’étudier un groupe, un village, une ville, une politique localisée, puis de la comparer avec d’autres et d’en définir les convergences et les divergences. Mais dans leurs courses aux reconstructions bureaucratiques, au déchiffrement des nouvelles réglementations, les chercheurs n’ont plus l’esprit d’indépendance critique qui faisait leur qualité. Et pourtant l’aire Asie-Pacifique dans cette course à la compréhension, et donc la domination (et finalement l’accès aux crédits) est en retard car elle ne s’assume pas. Personne ne veut s’occuper d’une aire culturelle si chargée (pourtant les autres culturelles sont tout autant chargés d’histoire) et ceux qui ont voulu essayer de fédérer ont été bannis. Car l’ostracisme est une pratique endogène traditionnelle du milieu : on refuse la tradition, mais on ne s’en écarte pas d’un pouce dans les faits et chaque fois qu’une décision de pouvoir doit être prise, tout le monde fuit en rejetant ce qui pourrait le sauver. Les chercheurs se serrent les coudes au nom de cette aire culturelle, tout en se refusant le droit de faire émerger des personnalités.

Le changement est un principe vital pour une administration, mais il y a une limite. Au CNRS, nous avons eu la période big is beautiful puis small is good, ensuite on ne pouvait aller trop longtemps à l’étranger, ensuite il fallait absolument s’y implanter. Il y eut les règles destinées à freiner les candidats (règles des trois ans, règles de la diminution de l’âge des candidats…). Mais depuis que le CNRS a accepté de suivre le mouvement pour soi-disant « s’autonomiser », il s’est retrouvé en position de faiblesse car soudain dépendant de critères qu’il ne maîtrisait pas, pôle d’excellence, LABEX et autres regroupements qui auraient tout. Et, si le parisianisme a disparu cela n’a pas empêché le CNRS de continuer à perdre son sens de l’orientation. Les chercheurs en Asie du Sud-Est, contraints de se regrouper pour s’adapter ont répondu aux projets nécessaires à leur survie, ANR, PCRD… alors que  nous disposions au CNRS d’outils performants pour travailler (GDRI, conventions, PICS…). La spécificité du CNRS qui s’appuyait sur ses équipes, ses moyens et ses engagements éthiques s’est dissoute pour ne laisser place qu’à des magmas d’équipes bricolées pour répondre aux exigences d’Umérisation, de délocalisation… Il a abandonné ses UPR pour laisser place à des conglomérats qui auraient une visibilité plus importante de la recherche. Or rien n’a montré que nous soyons ni mieux ni moins bien placé qu’autrefois.

C’est bien parce que la mondialisation contemporaine accentue les flux qu’il faut s’attacher à comprendre ce qui fait un peuple, une ethnie, une nation. Pour avoir trop voulu courir après les nouveaux concepts « englobants » (environnement, génétique, biologie qui permettent de généraliser et de rendre les études culturelles obsolètes …), les sciences sociales se sont fourvoyées dans des multidisciplinarités qui ne sont pas de leur ressort. Il est de bon ton de travailler avec les généticiens, les ONG, les agences de développement dans lesquelles les sciences sociales seraient à même d’apporter leurs lumières. Même si on pose des préalables à certaines « nouvelles » disciplines, comme l’analyse de parenté avant une analyse génétique, il n’en reste pas moins que chaque fois que les sciences sociales sont utilisées par d’autres, elles sont réduites à l’état de préalables éthiques et déontologiques. Les ONG qui apportent avec elles la gouvernance et la bonne gestion des patrimoines culturels et naturels imposent des cadres conceptuels, basés sur des indicateurs et sur des évaluations préformatées. Venues de l’Occident, or c’est bien dans la différence que nous devons comprendre l’Homme.

La production scientifique reste un questionnement sur l’Homme et la société et un travail individuel, mais qui doit être mis en perspective avec des collègues pour faire émerger des dynamiques nouvelles, révéler des voix à suivre. Ce ne sont plus les chercheurs qui sont maîtres de leurs terrains, mais les volontés de directions de plus en plus inféodées aux courants porteurs de subventions et de bonne tenue internationale.

Nous pourrions citer la Birmanie par exemple où bien qu’aucun chercheur ne s’y trouve jamais très longtemps, devient le nouvel eldorado des ONG et des politiques européennes qui ont pris le pilotage de l’interventionnisme occidental. Les chercheurs, pourtant relativement nombreux, sont passés à côté du potentiel qu’ils représentaient pour exprimer les besoins et l’état des populations. Il faut travailler avec les ONG et les grands organismes, participer aux expertises bien sûr, mais aussi réfléchir sur ce que l’avenir de ses cultures sera. Les chercheurs oublient bien vite les fondamentaux qui faute d’avoir été résolus sont passés sous silence, l’ethnicité par exemple, ce qui fait d’un peuple un ensemble solidaire. On va chercher des liens à travers des exemples tirés de travaux superficiels concernant des échanges économiques, le messianisme et les religions universalistes qui reviennent en force comme un « partenaire » des sciences sociales  et de l’exploitation de l’environnement en opposant des ethnies aux États forcément destructeurs. Puis on opposera une mondialisation destructrice des valeurs ethniques, devenues traditionnelles pour ne pas dire archaïques, qui permet aux chercheurs de travailler dans le sens d’une généralisation abusive, mais en groupe et dans des grosses équipes. Les ethnologues ont ainsi abandonné les peuples qu’ils ont étudiés à leur sort en les jetant en pâture aux grands mouvements socioéconomiques planétaires pour essayer de se caser dans des projets.

Tout est fait pour que le chercheur individuel ou en équipe focalise ses forces sur sa survie plutôt que sur son travail. C’est dire qu’on est en train de supprimer l’âme même du CNRS qui était de fournir des personnes connaissant un sujet, des méthodes et capables de s’adapter à d’autres terrains tout en formant par l’exemple.

On a bien essayé de fonder des Maisons pour fournir des bases solides aux aires culturelles, une heureuse initiative, si l’on excepte quelques échecs. Chaque refonte du système (Umérisation, délocalisation, diminution des moyens, transferts de ceux-ci, méthode d’évaluation…) transforme les équipes de moins en moins soucieuses d’homogénéité scientifique, mais qui doivent s’adapter pour survivre et s’allier sans cesse avec des partenaires pour « décrocher » des contrats. Les Maisons protégeaient ces équipes. Mais cela n’est pas suffisant. Les petites équipes ciblant leurs recherches originales et soutenues par leur institution doivent se transformer sans cesse et perdre leur identité. Il faut maintenant construire des groupes de recherches et d’équipes pour s’exprimer. Il existe ainsi un incessant ballet d’alliance et des reconstructions au cours desquels une des missions du CNRS, produire de la connaissance, est devenue floue et secondaire.  Le chercheur est de moins en moins un individu et doit se couler dans un moule s’il veut obtenir des moyens. Ceci à pour effet de baisser la qualité des travaux qui n’ont plus les mêmes critères d’exigences. Même si l’excellence est mise en avant on ne discerne pas bien comment elle est évaluée. Le pouvoir s’accroît dans les mains des directeurs qui ont de plus en plus affaire avec leurs tutelles et les autres laboratoires au détriment de décisions internes autrefois collégiales, même si parfois houleuses. Le CNRS est moins démocratique. La moindre parcelle de pouvoir est devenue le sujet d’une lutte feutrée sans merci. Désormais les carrières se font avec une entente consensuelle d’un milieu qui ne prend plus de risques. Il ne faut pas provoquer, mais chercher de nouveaux moyens de s’accorder avec la mondialisation, l’Europe et autres agences internationales. Pourtant la réflexion doit porter sur cette mondialisation qui apporte avec elle des questions qui ne datent pas d’aujourd’hui. Pourquoi et comment des peuples s’adaptent-ils ? Comment étudier un monde en mouvement ? Comment calculer les flux migratoires en s’attachant à des méthodes qui consistent en ethnologie à travailler avec un petit groupe. Tout cela est possible et nous avons tenté de le faire même s’il n’est pas toujours facile de travailler dans de grands organismes qui ont des tableaux et des typologies toutes prêtes.

Il est aussi remarquable de noter l’absence des chercheurs lors des catastrophes naturelles et des grands bouleversements politiques. Ils s’écartent encore un peu plus de la « société civile » dont on leur demande sans cesse de se rapprocher : il y a ici une dichotomie entre la volonté de l’institution et la résistance des chercheurs. Un chercheur ne devrait-il pas prendre la parole ? Il est le seul à pouvoir parler d’une région qu’il connaît bien. Mais la peur de se tromper ou de se mêler avec des écrits et supports médiatiques moins nobles les en empêche. Ainsi le silence des birmanologues est-il criant (Nargis et « ouverture » économique). Et la parole est laissée à ceux qui connaissent moins bien la situation et donc les décideurs se basent sur des données pas toujours exactes et l’on se demande alors pourquoi le CNRS forme des chercheurs. Nous avons pourtant la chance extraordinaire d’avoir des chercheurs un peu partout, un réseau et des libertés que le monde entier nous envie.

Le chercheur doit être partie prenante dans l’avancée du monde et se doit, puisqu’il est libre de sa pensée, d’exprimer une situation.

L’Asie du Sud-Est est devenue un champ d’expérimentation socioéconomique depuis la volonté de créer une communauté (l’AEC en 2015). Au nom de valeurs communes asiatiques (lesquelles ?) l’ASEAN s’arroge le pouvoir d’ouvrir les frontières et de créer une région qui puisse rivaliser avec les autres grandes « communautés » économiques quitte à s’allier avec les Coréens, Japonais, Chinois… Où est l’Asie du Sud-Est (ASEAN +3, +6…) ? Voilà une question primordiale qui en soulève d’autres : comment se situent les populations et se définissent les politiques nationales par rapport à ces choix ? Quelles sont les conséquences sur le terrain ? Le népotisme résiste t-il et les politiques d’intérêt basées sur des accords bilatéraux ont-ils permis à la Birmanie, par exemple, d’intégrer le « club » : un pas de géant pour ce pays qui a contribué à son acceptation aujourd’hui par la communauté internationale. L’Asie du Sud-Est devient donc un modèle de développement économique et l’on oublie que, derrière cette façade, les trafics humains, les guerres aux frontières… sont des réalités communes, et plus grave encore, tout cela est connu, mais passé sous silence. Ce ne sont plus des sujets intéressants (ils ne rapportent rien). L’environnement, sa gestion par des soi-disant acteurs locaux, la bonne gouvernance, le développement de la société civile sont les nouveaux sujets porteurs. La région est devenue un laboratoire qui permet d’expliquer le succès et les avantages d’une association régionale qui se ferait entendre dans le monde. On essaie ainsi de dépasser les clivages sociaux avec tous les risques de crises (comme en Thaïlande en 2009). Pas de développement humain sans développement social, nous devrions tous le savoir. Mais entre ceux qui ne veulent que du savoir « pur », abstrait des réalités sociales et ceux qui courent après la mondialisation en formation et ses millions d’euros distribués aux chercheurs « bien pensants », le fossé se creuse : les chercheurs en Asie du Sud-Est ne parlent plus le même langage. L’Asie du Sud-Est manque de recherche sur l’évolution des populations dans un mouvement global, elle manque aussi d’une réflexion politique approfondie qui prendrait en considération tous les aspects d’une société et pas seulement ceux d’une élite.

Le refus d’entamer des débats de fond avec le monde (en période de mondialisation qui plus est !) notamment avec les Anglo-Saxons fait de la recherche française une annexe dans les ouvrages. Nous n’allons pas débattre avec ceux qui après avoir attaqué la France pour sa recherche basée sur un patrimoine colonial (et donc mis en doute ses travaux) sont passés à une recherche innovante, performante d’où la France est absente, une recherche qui d’ailleurs remet en doute des concepts que la France expérimente à peine et qui sont ici à la mode bien que dépassés depuis une ou deux décennies là-bas. Il y a ici un impact potentiel grave pour l’avenir qui risque de faire tomber les recherches françaises en Asie du Sud-Est dans une sorte de reliquat traditionaliste qui ne pourra que nous pousser encore plus dans notre isolement.

Jacques Ivanoff est anthropologue et ethnologue, spécialiste de l’Asie du Sud-Est (Myanmar) et Chargé de recherche au CNRS (Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, USR 3142 – UMIFRE 22 CNRS MAEE).

Retrouvez le profil de Jacques Ivanoff, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : IVANOFF, Jacques, « Pas de développement humain sans développement social », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/224]

Rada Iveković : Croiser les axes, les disciplines et les aires

1- L’accès par « aires culturelles » est inadéquat. L’orientalisme vient de l’histoire coloniale. La réforme épistémologique inversant les flux de savoirs (jusqu’ici du nord au sud) reste à faire. L’objet Asie-Pacifique, même s’il croise deux régions, peut être limité par une géographie mentale héritée.

Les mutations dans l’« aire » en question sont notables. Le déplacement des souverainetés vers l’Asie impacte la construction, la transmission et la direction des savoirs. Alors que l’« Occident » abdique la souveraineté, les souverainetés modernes non-wesphaliennes de l’Inde et de la Chine montent, pour ne rien dire des autres en Asie. L’Australie même tâche de s’y inscrire. En Asie se refondent de nouveaux savoirs et perspectives, l’espace d’Internet, des manières de transmission novatrices. Depuis les années 1980 du XXe siècle, les savoirs d’Asie migrent vers l’« Occident », d’abord indiens, cosmopolites et internationaux (études féministes, subalternistes, nouvelles économies, écologie des savoirs, résistance écologique-politique aux digues, aux saisies terriennes de la part de l’État en faveur du capital, révoltes des masses rurales, leurs alliances avec étudiants et intellectuels), ensuite ceux venus des pays de la grande Chine. « Nous » n’étudions déjà plus ces pays comme objets, mais en sommes des « traducteurs » politiques et culturels. Nous travaillons à « leurs » sources. Les savoirs d’Asie, bien qu’ayant nourri les universités en particulier étasuniennes (la France y reste imperméable linguistiquement), viennent aussi des « sociétés civiles » ou « sociétés politiques », des résistances, des connaissances populaires pratiques par delà les universités. Les pays dont nous parlons sont le polygone de la mondialisation hégémonique du capital, des mondialisations alternatives et contre hégémoniques résistantes, ainsi que celui de nouvelles constructions des connaissances.

2- Je ne retiens pas le terme « recherche française ». La recherche se nourrit aussi d’ailleurs, d’autres langues, ce que l’institution ne favorise pas. La bureaucratie accrue, les éternels projets/rapports sur fiche pré formatée laissent peu de marge à l’innovation, à l’imagination, de même que la traditionnelle nomination et séparation des « disciplines ». Les chercheurs travaillant sur l’« aire », mais aussi sur d’autres régions et thèmes, devraient pouvoir inviter leurs collègues des pays correspondants, y envoyer et en recevoir les étudiants plus souvent (bourses), construire des projets avec eux. Ils bénéficieraient d’échanges avec qui travaille sur l’Amérique latine (par ex., les chercheurs « décoloniaux »), avec et sur l’Afrique etc. Ce n’est pas encouragé.

3- Travaillant sur l’Asie, le plus important semble de croiser les axes, de dépasser les disciplines et les aires : comment l’histoire traduit-elle le droit exporté, quelles configurations ou manières de transmission des savoirs lui correspondent, quels rapport sociaux politiques, des âges, sexes, « races », classes s’y forment, quelles résistances, figures politiques ou esthétiques ; et de les confronter à celles d’autres continents pour en dégager le commun ou le spécifique, identifier les pratiques résistantes viables, sont des mesures souhaitables. Quel rapport entre une recherche, un savoir constitué, une épistémologie et l’institution qui la déploie ? C’est-à-dire qu’on ne peut pas faire abstraction de la base sociale de nos connaissances organisées. Le confinement à l’université et aux centres de recherche (en plus de leur séparation) diminue les chances. Il ne faut pas perdre les multiples expériences/savoirs alternatifs passant par des réseaux, des mouvements, Internet. Partout dans le monde des mouvements populaires ouvrent de nouvelles pistes cognitives. L’Asie-Pacifique fourmille de productions des connaissances hors et dans l’université.

4- La recherche ne peut être française, nationale ou monolithique. Reconnaissons et étudions les limites épistémologiques au sein des disciplines, au sein des savoirs supposés nationaux, à partir des nôtres.

Rada Iveković est philosophe et indianiste, associée à l’équipe Genre Travail Mobilités du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA, UMR 7217, CNRS/Université de Paris 8).

 

Pour citer ce billet : IVEKOVIC, Rada, « Croiser les axes, les disciplines et les aires », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/212]


Claude Meyer (Sciences Po) : Valoriser la recherche économique

Le déplacement du centre de gravité de l’économie mondiale vers l’Asie constitue un des évènements majeurs des dernières décennies. Face à cette profonde évolution, la recherche française souffre de handicaps sévères par rapport  à celle de  l’étranger, les États-Unis au premier chef bien sûr, mais aussi et c’est plus grave, la Grande Bretagne ou l’Allemagne.

Cette situation pourrait être progressivement améliorée si la politique de recherche s’infléchissait dans deux directions : le recrutement d’économistes spécialisés sur l’Asie et une meilleure synergie avec les attentes de milieux extérieurs à l’univers de la recherche.

  1. Le recrutement d’économistes spécialisés sur l’Asie

Les chercheurs sur l’Asie sont actuellement majoritairement concentrés dans des disciplines comme la linguistique, l’histoire, la philosophie, la sociologie, la science politique, etc. Le nombre d’économistes est extrêmement limité et les vocations semblent rares.

Cela peut s’expliquer en partie par la barrière de la langue, qui représente un investissement très lourd et peut apparaître comme démesuré pour un économiste ; il se spécialisera alors sur des zones plus accessibles au niveau de la langue. En ce sens, ses motivations peuvent être assez différentes de celles du linguiste, historien, sociologue ou politiste, qui choisit tel ou tel pays asiatique en fonction de l’intérêt intrinsèque qu’il  lui porte.

Cependant, en économie, le vocabulaire technique est assez limité, dans les langues asiatiques comme dans les autres, et l’apprentissage pour accéder aux sources originales (statistiques, rapports, articles) est beaucoup plus facile que dans d’autres disciplines.

Il faudrait donc lancer une politique active de recrutement en direction de jeunes économistes en leur proposant une formation linguistique adaptée et quasiment sur mesure, qui aurait une double dimension :

  • Pratique de la conversation courante et apprentissage de la lecture (pour les langues à idéogrammes, acquisition de quelques centaines de caractères usuels) ;
  • Acquisition du vocabulaire spécialisé en économie et finance (pour les idéogrammes, acquisition des caractères composant les termes techniques).

 2- Valorisation de la recherche économique

Les évolutions entraînées par la mondialisation sont si rapides que les attentes de la société dans son ensemble sont très fortes pour comprendre  les enjeux liés au rôle croissant que joue l’Asie dans l’économie mondiale.

Des synergies devraient donc être développées, notamment avec le monde de l’entreprise. Les responsables des acteurs institutionnels de la recherche devraient s’efforcer de diffuser et de valoriser les travaux d’économistes spécialisés sur l’Asie par tous les moyens possibles, par exemple :

  • Contrats de recherche avec les entreprises tournées vers l’Asie et avec les services de recherche économique de grandes banques. Certains de ces contrats pourraient même prévoir le détachement provisoire d’un chercheur pour mener à bien un projet spécifique. Outre l’avantage financier que l’institution concernée en retirerait, une telle politique motiverait les chercheurs dont les travaux seraient ainsi reconnus et valorisés.
  • Coopération avec des organismes ou think tanks privés
  • Coopération institutionnelle avec les associations internationales de recherche économique sur l’Asie
  • Etc.

En résumé, les études françaises sur l’Asie-Pacifique, déjà très nourries en linguistique, histoire, philosophie, sociologie, science politique, etc. devraient s’ouvrir beaucoup plus largement à la dimension économique, que les évolutions récentes rendent désormais  incontournable. La crédibilité de la recherche française sur l’Asie-Pacifique en dépend, y compris du point de vue de la concurrence internationale. Par ailleurs, au-delà de la segmentation des disciplines, une importance plus grande donnée à l’économie permettrait de mieux comprendre dans leur globalité les évolutions actuelles et futures des sociétés d’Asie-Pacifique.

Claude Meyer, économiste spécialiste de la Chine et du Japon, est chercheur associé au Ceri-Sciences Po Paris, au Groupe d’économie mondiale / GEM-Sciences Po et professeur au Centre Franco-Japonais de management de l’Université de Rennes.

Retrouvez le profil de Claude Meyer, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : MEYER, Claude, « Valoriser la recherche économique », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 27 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/116]