Archives de catégorie : c.Témoignages

Jacques Legrand : Quelques réflexions sur les études consacrées à l’Asie, leurs enjeux, leurs voies, leurs outils

Les observations qui suivent viennent au terme d’une pratique et d’une réflexion de plus de quarante ans d’exercice au sein de l’INALCO. Notre institut réunit aujourd’hui 2000 étudiants sur l’Asie, tous cycles confondus dont 300 en master et doctorat, une centaine d’enseignants chercheurs. Toutes les parties de l’Asie y sont représentées.

Il va de soi que l’INALCO est l’héritier et un des acteurs importants de la grande tradition d’études asiatiques en France et qu’il tient absolument non seulement à entretenir mais aussi à développer ce potentiel. Sur le territoire Paris rive gauche, un nouveau pôle sur les études asiatiques est en train de se structurer autour de la BULAC, de Paris-Diderot et de l’INALCO. Pour de nombreuses années sans doute, l’EPHE et l’EHESS, au sein desquelles les recherches sur l’Asie sont également très présentes, partagent ce voisinage. Cette richesse nous invite à retrouver avant tout l’objet et la raison d’être de nos travaux et de nos engagements, avant des calculs institutionnels qui sont un moment, mais non une fin en soi.

Lors des récentes élections présidentielles américaines, alors que je suivais un reportage d’une chaine de télévision polonaise dans un bureau de vote de quelque banlieue de New York ou de Chicago, mon regard fut capté par un mur du préau de l’école où se déroulait le scrutin. Au beau milieu de ce panneau, une inscription en caractères cyrilliques de 50 cm de haut : « ЭРДМИЙН БАЯРЫН МЭНД ХҮРГЭЕ ! » qui proclamait, en mongol, « Saluons la fête de la science ! ». Ce clin d’œil médiatique, dont le destinataire était plus certainement l’auteur de ces lignes que l’électeur moyen des USA, après la stupeur et l’hilarité des premiers instants, me renvoyait à l’actualité et au devenir de nos champs d’étude, à leurs résurgences dans des étendues naguère encore improbables et imprévisibles…

Il y a quelques décennies, alors que selon la tradition entre autres mongole « le Mont Sumeru n’était encore qu’une motte et la Mer de Lait encore qu’une flaque », c’est-à-dire alors que, encore étudiant et déjà jeune enseignant je participais à la création de l’enseignement du mongol à l’INALCO, combien de polémiques et de débats trouvaient pour champ et pour cible un « orientalisme » renvoyé à son inéluctable archaïsme ethnocentrique et à son incapacité à s’intégrer dans le mouvement des sciences humaines et sociales. Bien des reproches étaient sans doute justifiés et trop de démarches restaient fondées sur des hypothèses, voire des certitudes, dont l’obsolescence était déjà un lieu commun. Mais si la cause semblait entendue, c’est qu’il était facile de se contenter d’alternatives simplistes alors que les terrains et leurs horizons étaient d’une infinie richesse.

Dans un établissement fondamentalement voué à la perception et à la compréhension du contemporain, il ne fallait pas longtemps pour se convaincre de la nécessité d’une association intime entre appropriation des réalités, confrontation au mouvement des disciplines, mais également la tradition d’une érudition apportant la solidité de ses méthodes et son intelligence des sources et des textes. En d’autres termes concevoir la connaissance des héritages et des cultures sur l’Asie, comme sur tout autre région du monde, comme un affrontement entre un savoir classique fermé sur lui-même et la mise en application de théories affirmant très vite leur validité générale ne pouvait mener qu’à un vertige. Ce contexte reste parfois présent. Là où doit se concevoir une approche coopérative complexe et pluridimensionnelle, il arrive encore qu’étude « disciplinaire » et « aréale », « sciences sociales » et « aires culturelles » se voient confrontées voir opposées (ajoutons que les méandres des choix de politique scientifique, parfois sous des influences lointaines, ne sont pas ici innocents : les « aires culturelles », après avoir été une mode ont perdu leur prestige, avant d’être à nouveau conviées…). Or, ce débat n’est pas que de méthode, mais a trait à la substance de l’objet comme au sens de la démarche. Les conditions et les arrière-plans de la production des connaissances, qu’il s’agisse de celles-ci en elles-mêmes ou de ce qui est une de leurs missions essentielles – leur transmission et leur entrée dans la vie des sociétés, tout ce dont l’éducation est à la fois l’enjeu et le terrain – sont autant de domaines dont les évolutions fournissent des pistes et des perspectives désormais incontournables.

1)   Ces questions se jouent sur une échelle encore inconnue il y a quelques décennies. Des phénomènes, des problèmes et des tendances se sont manifestés et se multiplient. Il est possible de débattre à l’infini sur leur caractère positif ou négatif. La seule conclusion est en fait qu’ils constituent de nouveaux enjeux de connaissance et de recherche tout autant que de stratégies concrètes. Un point de départ incontournable tient à l’échelle planétaire des mouvements, changements et modèles, fixant un cadre nouveau à toute démarche d’appropriation : la coexistence d’une unité de l’humain pouvant prétendre inclure la totalité de l’espèce avec la reconnaissance de son universalité non pas « malgré », « en dépit de », « nonobstant » les multiples manifestations de sa diversité mais, au contraire, « à travers » et « au cœur » de cette diversité elle-même. En un mot, l’universalité humaine ne se fonde pas « contre » la diversité des cultures, des modes de vie, des appropriations parfois contradictoires du kaléidoscope de ressources, de milieux et d’ « histoires » multiples mais elle s’en nourrit et s’en constitue. Cette diversité est la matrice d’une identité qui, loin de se réduire à la somme fortuite d’inépuisables accidents, en organise la cohérence tout en se les appropriant. Dans ces conditions, il n’est plus légitime, mais même possible, de considérer quelque culture ou quelque modèle comme un étalon de référence, comme plus « central » dans l’histoire des cultures humaines que d’autres, renvoyés à une périphérie « exotique ». Il est remarquable que l’homme, engagé dans des milieux largement diversifiés ne serait-ce qu’en termes de contraintes environnementales, ait maintenu son identité biologique commune, à la différence de nombreuses espèces vivantes soumises à des évolutions irréversibles de différenciation et de spéciation. Les recherches croisées des multiples sciences de l’homme et des multiples sciences du vivant manifestent ici tout leur intérêt pour assumer ce double enjeu de diversité et de cohérence. C’est dans leur croisement, dans chacune de leurs démarches propres comme dans leur capacité à construire des projets et des conduites descriptives, analytiques et comparatives. C’est même dans ces rencontres et sur ces frontières que les disciplines peuvent à la fois mieux cerner leurs propres trajectoires, en assurer l’universalité élargie, objet constant de la démarche scientifique et, ce qui ne l’est pas moins, favoriser l’émergence de disciplines nouvelles.

2)   Une deuxième dimension qui acquiert une importance considérable, en particulier dans le cas de la connaissance de l’Asie, tient au fait que les régions, les réalités et les peuples extérieurs à l’Europe et à ses extensions culturelles directes ont été longtemps traités en « objets » de leur étude et qu’il serait fallacieux de croire que ce biais aurait été purement et simplement éradiqué. Il n’en reste pas moins qu’un fait majeur et caractéristique des dernières décennies tient à l’apparition de chercheurs locaux ou issus de leur propre culture et liés à des cultures voisines ou liées à la leur par des interactions fortes. Ils sont désormais non plus des fragments de l’« objet » observé de l’extérieur, mais bien des acteurs et des « sujets » de l’étude. Encore faut-il que la production de connaissance sache-t-elle affirmer sa propre économie et à sa propre rationalité, celles de la démarche scientifique et de sa rigueur tout en l’associant à l’apport propre de la vision « interne ». Sans doute cet effort complexe, qui nécessite un investissement intellectuel et désormais technologique majeur (les pièges et risques de la traduction se renouvellent en permanence, mais les besoins attachés à la conduite et au maintien de coopérations internationales et régionales efficaces implique aussi une ingénierie ambitieuse), s’est-il longuement heurté à un refus de reconnaissance plus ou moins radical. C’était y compris lorsque les chercheurs issus des cultures étudiées pensaient se rendre plus accessibles en faisant leur la logique, voire certains des stéréotypes projetés de l’extérieur et qui avaient acquis force de loi dans les cultures dominantes. Cette ouverture du paysage et des acteurs de la recherche s’inscrit non plus dans l’irruption souvent fortuite d’individus et de personnalités remarquables, mais bien dans une transformation institutionnelle majeure impliquant la politique des États et des structures universitaires et scientifiques dans des programmes de coopération souvent lourds et dont les enjeux économiques, directs ou induits, sont considérables (dès lors que des retombées technologiques ou de santé publique s’attachent à des recherches dans lesquelles les sciences humaines sont toujours plus fréquemment présentes). Il est commun de regretter ces pesanteurs, mais il devrait plutôt être souligné qu’il s’agit sans doute d’un des aspects les plus excitants de ce qu’il est désormais convenu de nommer la « globalisation ». Ce terme, et son associé francophone – la « mondialisation » – sans être parfaitement synchrones et interchangeables, décrit pour peu qu’on y prête attention une situation qui ouvre autant de potentialités et d’opportunités au monde de la connaissance et de la science qu’il ne recèle de pièges et d’impasses : il est toujours nécessaire de consolider face au « sens commun » la certitude que la connaissance n’est pas une somme d’observations anecdotiques.

3)   Le rapport qui s’établit entre la connaissance, sa production et sa diffusion, les coopérations que doivent établir entre eux sur ce plan la formation et la recherche connaît, à tous les niveaux de la société et de la culture des bouleversements dont l’ampleur suggère une ampleur et une profondeur anthropologiques. Il s’agit selon toute probabilité d’une tendance de très longue durée dont nous percevons seulement surtout, après des signes avant-coureurs parfois anciens, la véritable mise en mouvement. Se rejoignent d’une part l’entrée toujours plus directe de la connaissance dans les mécanismes de la fabrication, même la plus quotidienne, et de la mise en œuvre du produit et, d’autre part, la rapidité avec laquelle le mouvement de la connaissance frappe de caducité des savoirs acquis et partagés dont l’espérance de vie, qui se comptait il y a encore peu de temps en générations, se rétrécit au fil des années. D’une part l’éducation – sans perdre la force que doit revêtir son engagement critique (qui s’en trouve même renforcé) – n’a plus pour mission tant le renouvellement, voire la reproduction d’apprentissage de modèles et de contenus désormais bientôt obsolètes que l’accompagnement d’une émergence rapide devenant une dimension permanente. D’autre part, et ce processus est déjà perceptible dans les populations étudiantes, au schéma encore linéaire d’un « parcours » éducatif normatif commence à se substituer un modèle plus largement différencié, multipliant les canaux formels et informels, les rythmes et les étapes au point que tant aux plans sociologique que psychologique se dessinent de nouveaux rapports au savoir et aux modes de son acquisition. Ceci touche naturellement au premier chef les connaissances souvent volatiles relatives au mouvement du monde, qu’il s’agisse des événements, des tendances et développement, des évaluations et de leurs critères.

4)   Un des enjeux de l’omniprésence de cet arrière-plan est que, quel que soit le domaine d’étude ou le mode de réflexion, la connaissance de l’Asie comme d’autres aires ne fait ici nullement exception, un impératif essentiel consiste à toujours mieux articuler les disciplines scientifiques et la multiplicité des démarches empiriques. Sans enfermer les premières dans l’illusion qu’elles seraient d’ores et déjà porteuses d’un regard définitif ou de méthodes intangibles ni faire des secondes un donné indépassable et souvent intuitif, inaccessible à une investigation critique. Ceci rapproche d’une caractéristique centrale de tout esprit scientifique : sa volonté légitime de tendre à l’universalité. Or cette démarche, dans le domaine des sciences humaines mais plus largement également, se doit d’intégrer la diversité et la multiplicité des sources culturelles ayant contribué à la formulation des attentes, mais aussi des hypothèses fondatrices d’une discipline. Le dépassement de ce qui pourrait n’avoir produit qu’un relativisme culturel est un impératif. Il ne fait pas pour autant disparaître (ce que seule la maturité de la discipline et son degré d’universalité permettent d’atteindre) le rôle que telle ou telle culture, pour des raisons qui lui étaient propres avait pu y investir. Que tel pan des mathématiques ait été originaire – quand les historiens des sciences peuvent l’établir –  de l’Inde, de la Chine, de l’Égypte, des mondes hellénique ou arabe – fussent-ils étendus jusqu’à l’Asie centrale – et que les motivations première du développement de la connaissance et de la pensée aient été l’architecture, la fiscalité ou l’astronomie, ceci non seulement n’enlève rien à l’abstraction universelle à laquelle peut prétendre la pensée mathématique, mais n’en permet également pas moins de mieux mesurer l’apport de la diversité des cultures à cette œuvre unificatrice colossale. Les études sur l’Asie, qu’on leur applique d’ailleurs ou non le terme d’« orientalisme », se situent bien dans ces perspectives : ni collection de monographies impressionnistes, ni placage de schémas théoriques préconçus.

5) C’est dans cette perspective que le devenir propre des recherches sur une partie du monde aussi décisive et névralgique que l’est l’Asie et que l’évolution des institutions qui y sont impliquées prennent, à Paris comme ailleurs, toute leur signification. Il s’agit bien sûr de l’affaire de chaque structure et de chaque équipe de recherche. Compte tenu de la concentration des forces de recherche en Île de France plusieurs pôles sur l’Asie doivent et peuvent exister. Cette multiplicité est objective et légitime.

C’est aussi dans ce contexte que se joue le devenir des modes et des formes de coopération. C’est le cas pour le Réseau Asie-Pacifique, institution jouant un rôle important pour la visibilité des recherches asiatiques en France par ses formes d’expression et ses initiatives, tels les congrès qu’il a su tenir, par sa capacité à rassembler les effort et l’intérêt des spécialistes des domaines les plus divers, mais aussi par son aptitude à réunir scientifiques expérimentés et jeunes chercheurs et à stimuler l’initiative de ces derniers. Sans doute est-il nécessaire de rechercher des solutions spécifiques appropriées. Il en existe sûrement plusieurs, dont les avantages et les inconvénients devront être pesés.

On ne pourrait que regretter que soit préférée à une démarche d’implication collective et de mutualisation des intérêts une logique d’appropriation de telle ou telle part du potentiel scientifique ou de service au profit d’un seul établissement et telle n’est pas l’approche que souhaite promouvoir l’INALCO, car elle n’est sans doute pas la démarche la plus prometteuse.

Paris et l’Île de France, tant en potentiel de recherche qu’en richesse documentaire réunissent des forces importantes et beaucoup de partenariats souhaitables, tant entre recherches orientalistes de tous profils (de l’érudition classique à l’expertise et à la prospective économique et sociale) qu’entre celles-ci et de multiples disciplines des sciences humaines et sociales, des sciences de la matière, de la Terre et de l’univers. J’ai fait savoir à de multiples interlocuteurs, depuis 2005, alors que se préfiguraient les unions d’établissements que sont désormais les PRES, puis lors de leur mise en œuvre, que ces transformations, si elles conduisaient à aggraver les divisions, à rendre étanches les cloisonnements et concurrences qui s’étaient instaurés entre beaucoup d’universités, iraient à l’encontre du renforcement invoqué. La proposition de création d’une puissante UMR consacrée à l’Asie et commune aux établissements dans lesquels ces recherches présentent une pertinence forte, à laquelle le Réseau Asie apporterait ses compétences et ses forces propres, permettrait de répondre aux attentes et de promouvoir les intérêts tant de chaque partenaire que de l’ensemble et me semble donc digne de retenir l’attention.

Un établissement tel que l’INALCO, qui a consenti depuis une quinzaine d’année des efforts importants pour consolider ses capacités de recherche en même temps qu’il a renouvelé ses équipements[1], a pour ambition de favoriser ce qui peut permettre la construction de multiples partenariats.  Il entend jouer au sein de ce processus un rôle ouvert et constructif. Pour l’INALCO une collaboration renforcée avec les organismes de recherche comme avec l’ensemble de ses partenaires permettrait de donner une ampleur et une visibilité supplémentaires aux enseignements et aux recherches sur l’Asie. Les uns comme les autres savent que l’institut a le potentiel et la volonté d’une telle politique.

Sans doute d’autres alternatives peuvent-elles être avancées et je suis persuadé qu’elles seront examinées avec attention. Du moins est-il avant tout nécessaire que ces projets aient pour finalité et pour logique la consolidation du potentiel parisien et régional pour un champ d’étude dont l’actualité est à ce point crucial.

Paris, le 16 décembre 2012

Jacques Legrand (Professeur des universités [langue, littérature et civilisation mongoles], est Président de l’INALCO (2005-2013) et Président du Conseil académique de l’Institut international pour l’étude des civilisations nomades [IISNC, UNESCO, Ulaanbaatar, 1998-]).


[1]

Installé depuis septembre 2011 dans son nouveau bâtiment du 65 rue des Grands Moulins qui héberge, en même temps que la BULAC, les enseignements de ses plus de  90 langues, l’INALCO a en outre procédé au ravalement et à la rénovation de son bâtiment historique du 2 rue de Lille, qui abrite depuis la fin de l’été 2012 l’ensemble de ses équipements et équipes de recherche ».


Pour citer ce billet : LEGRAND, Jacques, « Quelques réflexions sur les études consacrées à l’Asie, leurs enjeux, leurs voies, leurs outils », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 16 décembre 2012.[En ligne : http://resap.hypotheses.org/1416]

Marc Goujon : Le CNRS : navire amiral de la recherche française ou Titanic de la recherche française ?

Avant d’aborder le CNRS proprement dit, il n’est pas inutile de rappeler comment nous en sommes arrivés à la situation actuelle.

Le système de recherche et d’enseignement supérieur que nous connaissons s’est construit à partir de l’immédiate après guerre jusqu’aux deux grandes lois Recherche et LRU de 2006 et 2007 sans oublier la Loi cadre de 1982.

Dans cette évolution, on peut distinguer deux périodes.  La première va de 1945 au début des années 80. Elle a vu la montée en puissance du CNRS et des établissements de recherche comme l’INSERM, l’INRA et ce qui s’appelait alors l’ORSTOM devenu depuis l’IRD. On peut citer à titre de rappel, comme événement majeur, le colloque de Caen en 1956, la création du statut de chercheur et d’ITA contractuels de 1959 et la DGRST (délégation générale à la recherche scientifique et technique), l’invention de la notion de laboratoires associés au CNRS et enfin la création du statut d’Établissement public scientifique et de technologie (EPST) avec en 1984 la transformation du statut de contractuel de 1959 en corps de fonctionnaires.

Les trente années qui suivirent la Libération furent celles où les grandes écoles d’ingénieurs, de commerce et d’administration formèrent les élites dirigeantes de l’économie de l’administration et de la politique française. Pendant cette période, les universités restèrent le maillon faible du système français. Profondément touchées par le mouvement de mai 1968, elles eurent à absorber l’arrivée massive d’étudiants sans pouvoir réformer leurs modes de gouvernance, de sélection et d’évaluation de leurs enseignants.

Durant les années soixante à quatre-vingt, le CNRS passa d’un effectif de 5000 agents à plus de 27 000 fonctionnaires. Le directeur général de l’établissement disposait alors des pouvoirs d’un quasi vice-ministre. Le CNRS comme le CEA était un des éléments clef de la politique gaulliste de renouveau de la science française avant d’être un pôle majeur de la recherche des années soixante-dix à quatre-vingt.

Durant cette époque, lentement le pilotage de la recherche se déplaça du CNRS à une structure d’État. Ce fut  la montée en puissance de la DGRST et la création d’un Secrétariat d’État à la recherche et enfin d’un ministère de plein exercice.

 Les signes d’essoufflement et le déplacement du centre de gravité vers les universités

Á partir de ce moment-là, le modèle conçu à la fin des années 50 commença à être remis en question sous la double pression de milieux universitaires que la tutelle du CNRS sur la recherche universitaire indisposait de plus en plus et sous l’influence du modèle anglo-saxon de recherche et d’enseignement supérieur dont chacun pouvait constater la réussite mondiale.

L’arrivée de classements internationaux d’universités, les statistiques de l’OCDE montrant les faibles résultats de l’enseignement en France conduisirent à une réflexion d’où ressortait la nécessité de revoir un modèle de recherche et d’enseignement supérieur à bout de souffle.

Le choix qui fut fait consistait à transférer le pouvoir et les moyens en matière de recherche du CNRS et des autres EPST aux universités dont la gouvernance et la gestion avaient été modifiés dans le sens d’une plus grande autonomie. Ce fut l’objet de la loi Liberté et responsabilités des universités (LRU)  de 2007. La loi de programme pour  la Recherche du 18 avril 2006 confiait à deux agences, l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et l’Agence pour l’évaluation de la recherche scientifique (AERES), les fonctions de financement et d’évaluation de la recherche.

Auparavant, ces deux missions étaient  dévolues aux établissements de recherche à travers leur propre système de financement des recherches et de leur conseil d’évaluation des équipes et des personnes, en l’occurrence pour le CNRS, le Comité national de la recherche scientifique.

La tendance vers un rééquilibrage en faveur des universités s’est encore accentuée ces dernières années par des mesures comme le mandat unique de gestion qui confie aux universités volontaires la gestion des équipes CNRS présentes dans les laboratoires mixtes CNRS Universités.

Tant et si bien que l’on peut se poser dès maintenant la question de l’intérêt de l’existence d’un organisme comme le CNRS qui, petit à petit a été vidé de son rôle de pilotage stratégique pour devenir au mieux une agence de main-d’œuvre hautement qualifiée. Cette situation n’est pas due uniquement à la volonté des universitaires de s’affranchir de la tutelle du CNRS, elle résulte en partie de l’échec des réformes demandées par l’État à l’organisme depuis une trentaine d’années.

Trois sujets majeurs n’ont pu trouver en interne les voies de la réforme :

  1. Faire vivre l’interdisciplinarité
  2. Réformer le comité national
  3. Disposer d’une véritable politique des ressources humaines.

Le CNRS, conçu pour accueillir l’ensemble des disciplines scientifiques, a échoué dans ce qui faisait une de ses originalités, la transdisciplinarité. Tous les essais d’introduction d’interdisciplinarité se sont cassé les dents sur les blocs compacts des disciplines peu disposées à partager le gâteau des crédits publics et rétives à faire une place aux disciplines naissantes.

Un deuxième échec fut celui de la réforme du comité national de la recherche scientifique devenu peu à peu le comité d’évaluation du CNRS dont les méthodes d’évaluation ont pris un sérieux coup de vieux et gagneraient à être sérieusement repensées.

Enfin, formidable réservoir de matière grise, le CNRS a toujours été incapable de mettre en place une réelle politique de gestion des ressources humaines pour ses chercheurs comme pour ses ingénieurs techniciens et personnels de gestion.

Ce bilan a conduit tout naturellement les responsables de la stratégie nationale de recherche et d’enseignement supérieur à contourner le CNRS et à mettre en place les outils permettant à terme de dynamiter l’obstacle.

Ce fut la création de l’ANR et de l’AERES. Puis la loi LRU, les PRES et autres IDEX, EQUIPEX et LABEX. Un bilan devra être fait sur l’autonomie des universités et sur les moyens investis à partir du Grand Emprunt.

Néanmoins, la question qui se pose actuellement est bien celle de l’avenir du CNRS, un réservoir de main-d’œuvre hyper qualifiée pour les universités ou un outil rénové de la recherche française ?

Les conditions pour un renouveau

Tout d’abord il faut reconnaitre que l’établissement créé dans des conditions critiques, le 19 octobre 1939 soit moins de cinquante jours après la déclaration de guerre du 3 septembre, avec deux directions, la recherche fondamentale et la recherche appliquée avait toutes les raisons de disparaître dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale. Contre toute attente, il survécut et fut refondé à la Libération avec des missions ambitieuses qui sont encore parmi les atouts majeurs de l’organisme.

À la différence des universités, il s’agit d’un organisme national pouvant concevoir et mettre en œuvre une politique de recherche à l’échelle du pays et à celle de l’Europe du fait de ses partenariats nombreux.

Il rassemble l’essentiel des disciplines scientifiques qui peuvent dialoguer au travers de nombreux organes, ne serait-ce qu’au cours de la réunion hebdomadaire du comité de direction du CNRS où elles sont toutes représentées.

Le CNRS est l’outil de pilotage des grands instruments nationaux et internationaux, seul un organisme national peut remplir ce rôle.

Il possède dans tous les domaines un personnel de recherche de haute compétence dont les découvertes  et les interventions publiques jalonnent l’avancement des connaissances et émaillent les débats de société.

Tout ceci constitue un capital précieux qu’il serait contre productif pour la Nation de négliger. La question qui se pose dès lors est celle de la meilleure stratégie pour redonner au CNRS sa pleine efficacité.

 Un CNRS pour le XXIème siècle

Comme on l’a vu plus haut, le CNRS tel qu’il existe actuellement est un modèle à réformer profondément.  Les essais de réformes internes des dernières années ont échoué pour une raison qui n’est pas propre au CNRS mais qui tient plus à la sociologie des organisations.

Celles-ci, par essence conservatrices dans leur mode de fonctionnement, sont sans doute les moins aptes à proposer leurs propres réformes. Lorsque cela à été le cas, au CNRS, on assista à des réformes cosmétiques très éloignées des besoins réels mais propres à garantir la paix sociale interne. La vraie réforme ne peut venir que de l’extérieur et doit disposer d’un appui politique puissant.

Une réflexion sur l’avenir du CNRS pourrait partir de ce qui a fait son prestige et de ce qui constitue son originalité par rapport aux autres organismes et aux universités : ses ressources humaines, sa pluridisciplinarité, son caractère national et européen, sa capacité de réactivité en termes de moyens humains et financiers, son expertise comme réservoir de pensées (Think Tank) à disposition des décideurs et au service de la société.

Ses ressources humaines

Fonctionnaires depuis 1984, les personnels du CNRS sont régis par des statuts qui auraient besoin d’un sérieux dépoussiérage pour les adapter aux besoins du monde actuel.

Plusieurs directions peuvent être indiquées :

  • Une réforme des grilles de salaires et une fusion de certains corps redondants afin de proposer des rémunérations plus proches des standards internationaux.
  • En corrélation avec cette remise à niveau, une évaluation revisitée pour les chercheurs et les ITA liant plus qu’avant, primes et promotions à une évaluation annuelle des résultats.
  • L’existence d’une capacité de recrutement de personnels contractuels de haut niveau pour des périodes déterminées afin d’attirer les meilleurs chercheurs internationaux.
  • Un comité national aux objectifs refondés et aux modalités d’action revues. Il faudrait, entre autre revoir l’équilibre interne des sections en renforçant le nombre d’experts nommés, en ouvrant davantage aux experts étrangers et en allant vers la parité entre élus et nommés.

 La pluridisciplinarité

 C’est l’échec le plus douloureux pour le CNRS. Une des propositions pour en sortir serait non plus de concevoir le CNRS en grandes directions scientifiques ou institut nationaux mais en directions pluridisciplinaires chargée chacune d’une des préoccupations de la Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation (SNRI).

Son caractère national et européen

Sur le plan national, premier opérateur de la SNRI, le CNRS doit être le creuset où se forment les nouveaux axes de recherche, il doit en outre assumer son rôle d’expert auprès des pouvoirs publics et du Parlement.

L’Union européenne dispose d’une stratégie à horizon 2020, et d’un budget conséquent en matière de recherche précompétitive. Les opérateurs de recherche européens sont regroupés dans un certain nombre de structures où le CNRS, du fait de sa taille et de ses moyens, est apte à faire entendre la voix de l’organisme et à mettre en œuvre la déclinaison européenne de la politique de recherche française.

Sa capacité de réactivité en termes de moyens humains et financiers

Avec un budget de 3MM € et un effectif de 27 000 personnes, le CNRS doit pouvoir mobiliser rapidement des moyens sur des recherches novatrices, en investissant dans des domaines à risque mais prometteurs. Un des ressorts de son renouveau se situe dans cette direction où il est, avec le CEA et ses partenaires des autres EPST, le plus à même de fournir rapidement des moyens.

Le CNRS Think Tank

L’établissement devrait en outre constituer un réservoir de pensées (Think tank) à partir de données collectées en interne et en externe.

La structure appelée la Coopérative en liaison avec l’OST et l’OCDE est un bon exemple de ce que le CNRS est capable de produire. Il lui manque cependant l’outil stratégique pour exploiter ces données et proposer des scenarii d’action.

Un établissement consacrant une partie de ses moyens à la coopération avec le monde industriel et des services

Si la recherche fondamentale et l’accroissement des connaissances restent un des buts primordiaux du CNRS, l’organisme ne peut ignorer le monde économique qui l’entoure et doit apporter sa contribution à l’excellence et à la renommée de la production française. Ceci  est encore plus vrai dans les périodes de crise que nous connaissons actuellement.

Conclusion

En définitive, ces propositions comme d’autres resteront lettre morte si aucune structure n’est chargée par une autorité politique de réfléchir rapidement à la réforme de l’organisme.

Afin de disposer de la sérénité nécessaire pour formuler des propositions autres que le point d’équilibre entre des groupes de pression divers, il est suggéré de mettre sur pied un groupe de travail comportant des scientifiques, des gestionnaires de la recherche français et des étrangers suffisamment connaisseurs des questions de recherche mais également suffisamment éloignés des intérêts divers et variés pour être à même de proposer une réforme ambitieuse.

Ils devront travailler avec, à l’esprit que le CNRS dispose là sans doute d’une des dernières occasions  de jouer un rôle majeur dans le renouveau de la recherche française en liaison avec la poursuite de la réforme des universités de notre pays.

Paris, le 29 septembre 2012                                                                          

Marc Goujon est ancien directeur adjoint aux relations internationales du CNRS, responsable du projet Musée des Arts premiers au quai Branly et Inspecteur Général de l’Administration de l’Éducation Nationale et de la Recherche honoraire.

 

Pour citer ce billet : GOUJON, Marc, « Le CNRS : navire amiral de la recherche française ou Titanic de la recherche française ? », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 21 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/902]

Maurice Aymard : Une expérience, un témoignage

Il est des souvenirs qui vous marquent. Ce siècle allait avoir un an, et même si je serais bien incapable d’en retrouver la date avec précision – aucun rendez-vous n’avait été pris, et pour cause – j’ai gardé présent à l’esprit ce moment où Jean-François Sabouret a frappé à la porte de mon bureau, toujours ouverte – et a demandé à me parler rapidement. Nous nous étions connus dix ans plus tôt, grâce à la médiation de Pierre Bourdieu, qu’il avait accueilli au Japon, et j’avais suivi les étapes de son retour en France, via Berkeley, lorsque le CNRS avait mis un terme à son long séjour dans un pays auquel il avait fini par s’identifier. Les fonctions qui étaient les siennes à la direction de la communication du CNRS créaient entre nous des occasions de contacts réguliers, mais pas  exceptionnellement fréquents. Toujours est-il que j’ai dû le faire attendre quelques minutes, le temps de boucler un problème en cours, et qu’il est entré aussitôt après dans le vif du sujet. Il avait « une idée », à laquelle il souhaitait m’intéresser, et il m’a dit souvent sa surprise qu’il ne m’ait pas fallu plus de cinq à dix minutes pour que je l’interrompe et lui dise « je prends ».

Jean-François ne savait pas que cette idée, j’avais été préparé à l’entendre une quinzaine d’années plus tôt par Denys Lombard, dont j’ai beaucoup appris, et dont on ne dira jamais assez la gravité de la perte que sa disparition prématurée a représentée non seulement pour les études sur l’Asie, mais pour toutes nos communautés de sciences sociales et humaines. Au milieu des années 1980, Denys Lombard m’avait convaincu sans peine, déjà, de la « centralité de l’Asie centrale » – une idée que nous avions eu du mal à faire passer dans les faits, tant étaient fortes les résistances et plus encore l’indifférence que nous rencontrions, mais qui allait déboucher sur la création à Tachkent, après l’effondrement conjoint du régime communiste et de l’URSS, de l’IFEAC (l’Institut Français d’Etudes de l’Asie Centrale). En 1991-1992, au moment où il prenait la direction de la nouvelle Maison de l’Asie, quelques mois avant que je ne remplace Clemens Heller à la direction de la Maison des Sciences de l’Homme, je me souviens de lui avoir suggéré de faire de cette Maison une MSH de l’Asie : entendons un lieu où tous les chercheurs, toutes les disciplines et toutes les institutions travaillant de près ou de loin sur l’Asie pourraient oeuvrer ensemble sans renoncer en rien à leur indépendance. Inutile de rappeler ici les résistances institutionnelles et individuelles qui ont freiné la réalisation d’un tel projet : elles rappellent, à une autre échelle, celles qu’avait rencontrées Fernand Braudel au tournant des années 1950-60 pour faire aboutir son projet pour lequel allait être inventé le nom même de Maison des Sciences de l’Homme. Une Maison dont Braudel aimait à dire qu’elle s’était construite en large partie « contre lui », ce qui ne l’avait pas empêché avec l’aide de Clemens Heller de la faire vivre et de lui impulser le dynamisme qui a été le sien pendant plusieurs décennies.

L’idée que venait me proposer Jean-François Sabouret présentait à mes yeux deux avantages. Le premier était de s’inscrire parfaitement dans la logique de fonctionnement qui avait été celle qu’avait adoptée la MSH depuis le début des années 1970, et qui avait inspiré le développement de ses programmes de coopération avec des pays comme l’Inde, la Russie ou le Brésil : aider, encourager mais sans jamais prétendre les diriger ou leur imposer d’en haut la moindre contrainte, les chercheurs à définir et réaliser des projets qui leur tenaient à cœur , et pour lesquels il leur fallait trouver à l’extérieur de  leur institution, en France comme à l’étranger, des partenaires scientifiques et des financements, la voie la plus facile étant celle de la mise en commun des ressources humaines et des moyens disponibles. C’est à partir de cette expérience accumulée que nous avions été conduits à définir la règle des trois « i » comme résumant le mieux l’esprit qui guidait toutes les initiatives de la MSH : interdisciplinaire, interinstitutionnel et international.

Le second avantage était de pouvoir démarrer très vite, avec relativement peu de moyens, en faisant le pari d’une dynamique très simple qui se résumait elle aussi à trois mots : réunir, encourager et stimuler. L’objectif s’imposait à l’évidence. La France disposait, grâce au CNRS, aux Universités et autres institutions d’enseignement et de recherche, et au Ministère des Affaires étrangères, d’un potentiel imposant – le second en importance, sinon le premier à l’échelle de l’Europe – de spécialistes couvrant, à quelques minimes exceptions près, la quasi-totalité du continent asiatique. Mais celui-ci, divisé par trop de clivages disciplinaires, institutionnels et méthodologiques, n’avait ni la visibilité nationale et internationale que la qualité des travaux produits aurait dû lui procurer, ni l’habitude de travailler ensemble, et de confronter au plan aussi bien national qu’international ses connaissances et ses points de vue sur les principaux problèmes d’une région du monde dont il était évident qu’elle allait jouer une rôle de premier plan, et pour certains prépondérant et même dominateur, dans le siècle qui venait de s’ouvrir. Seule la mise en réseau de ce potentiel scientifique pouvait permettre d’inventer des réponses à ce double constat : il y fallait une action volontariste, animée par un secrétariat capable d’écouter, d’identifier et d’aider les demandes nouvelles des chercheurs, de trouver des moyens complémentaires, de lancer des initiatives correspondant  aux besoins et aux attentes qui s’exprimaient, de tisser à l’échelle européenne un réseau de collaborations internationales.

La MSH pouvait fournir des locaux, toujours insuffisants bien sûr, des services de gestion administrative et financière, des salles de réunion, une bibliothèque, les ressources scientifiques des centres qu’elle hébergeait dans ses murs, la présence de nombreux chercheurs étrangers invités ou accueillis  par elle dans le cadre de ses programmes, et bien entendu l’appui de ses deux responsables des programmes Inde (Jean-Luc Racine) et Chine (Jean-Claude Thivolle). Mais sans prétendre à contrôler ni à diriger une entreprise qui ne pouvait réussir que si elle s’appuyait sur les chercheurs eux-mêmes et était finalement prise en charge par eux. Je ne peux pas me rappeler sans sourire la réponse qui m’est venue à l’esprit, il y aura bientôt sept ans, mais que j’ai choisi de ne pas formuler dans des termes trop brutaux, face à un collègue, choisi par le ministère de la recherche comme expert chargé d’évaluer le projet de contrat quadriennal de la MSH que j’avais rédigé un an plus tôt et qui comprenait le Réseau Asie parmi les projets nouveaux que nous souhaitions soutenir : il y voyait une volonté impérialiste et nous reprochait – telle fut son expression – d’avoir les yeux plus grands et plus gros que le ventre, et de vouloir contrôler toutes les recherches sur l’Asie. Je n’aurais pu que lui dire qu’il n’y avait rien compris, et que les recherches en sciences sociales et humaines, quelle que soit leur discipline ou leur terrain d’étude, ne vivaient que de l’engagement des chercheurs, et sûrement pas du contrôle des institutions, dont le rôle était d’aider et d’encourager, et en aucun cas de prétendre encadrer et décider.

Engagé sur cette voie, le réseau Asie a bénéficié dès le départ d’appuis précieux et dévoués. Dès le début Jean-Luc Domenach pour la FNSP et Alain Peyraube pour le CNRS ont accepté de figurer parmi les « membres fondateurs » siégeant au comité très informel de pilotage. Catherine Bréchignac lui a apporté ensuite un soutien décisif, et tout le poids de son autorité généreuse, avec une parfaite conscience de l’intérêt fondamental de l’entreprise. Jean-François Sabouret secondé par Jeanne-Yvonne s’y sont engagés totalement, aidés par une équipe jeune, très motivée et compétente : tous ensemble, ils ont créé autour du Réseau un climat, une atmosphère particulière, à laquelle tout visiteur qui rentrait dans leurs locaux ne pouvait rester indifférent. Grâce à eux, le Réseau est devenu très vite un lieu « contagieux », au sens le plus fort et le meilleur du terme.

Plus de dix ans ont passé, et il ne m’appartient pas de décider des orientations qui sont en train d’engager l’avenir. Je sais que la tendance est au renforcement des institutions et au regroupement des chercheurs dans de grandes unités dont on espère qu’elles auront la masse critique suffisante pour imposer leur visibilité à l’extérieur tout en continuant à innover. La mode est au « big is beautiful », et la référence courante, Shanghaï oblige, est celle, ressassée à l’envie par les médias, aux grandes universités américaines, dont on oublie trop facilement qu’elles ne représentent, dans leur pays, qu’une petite minorité des établissements d’enseignement supérieur. Tout en reconnaissant les vertus de cette démarche, je continue à penser que ce serait une erreur de « mettre tous nos œufs dans le même panier », et que le maintien d’un minimum de concurrence et de complémentarité entre le « big » et le « small » est, plus que jamais, nécessaire, même s’il ne correspond pas à la logique de la décision politique. L’important reste à mes yeux le bilan de ces années passées à travailler ensemble, et à construire quelque chose de différent dans le cadre du Réseau Asie, permet d’affirmer que l’idée était la bonne, et qu’elle garde aujourd’hui toute sa validité. Car la définition de l’Asie comme un ensemble de pays qui n’en finiraient pas d’émerger est déjà très largement dépassée, et le sera plus encore, sans aucun doute, dans les toutes prochaines années. L’Asie est devenue, dans ses diversités, un acteur de premier plan, dont les performances ne se limitent pas à la géopolitique et à l’économie, mais s’étend à la culture, au social, à la recherche et à la science. Non seulement les spécialistes du sous-continent indien, de l’Asie du sud-est, de la Chine et du Japon doivent travailler plus que jamais ensemble, mais ils doivent le faire en liaison étroite avec leurs homologues des régions concernées : de plus en plus intéressés par le monde extérieur, ceux-ci doivent être vus comme producteurs de connaissances sur leurs propres sociétés, mais aussi comme demandeurs de comparaison internationale. À cette situation, une seule réponse : le dialogue, pratiqué comme un rapport d’égalité.

Maurice Aymard est historien, directeur d’études à l’EHESS. Il a été administrateur de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de 1994 à 2006.

 

Pour citer ce billet : AYMARD, Maurice, « Une expérience, un témoignage », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 13 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/767]

Christian Hoste : Les défis du secteur agricole

INTRODUCTION

La région Asie-Pacifique héberge 57% de la population mondiale et 73% de la population agricole mondiale sur seulement 1/3 des terres agricoles. Elle produit toutefois 90% de la production mondiale de riz, 40% de la production de céréales et 40% de la production de viande et représente 70% du marché mondial des légumes et 80% de celui de l’aquaculture. Malgré ces performances, 63% de la population mondiale vivant sous le seuil de pauvreté et souffrant de la famine se trouve encore dans la région. Les défis posés au secteur agricole sont donc immenses et des réponses urgentes doivent y être apportées.

PRINCIPAUX CHANGEMENTS INTERVENUS DANS LA RÉGION

Les principaux changements intervenus dans la région sont :

  • Une insécurité alimentaire et nutritionnelle croissante

Conséquence d’une densité de population très élevée et de la présence de 642 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté !

  • L’impact de la crise économique mondiale et l’instabilité des marchés

Les produits alimentaires domestiques ont subi en Asie une inflation moyenne entre 10 et 20% (cf. Vietnam) en 2011. D’après la Banque Asiatique de Développement (ADB, 2011), une augmentation de 10% des prix alimentaires entraîne 64 millions de personnes de plus dans l’extrême pauvreté dans les pays d’Asie en développement (3,3 milliards d’habitants).

  • Une croissance rapide de l’urbanisation

En 2050, 63% de la population de la région vivra dans des zones urbaines ! Ce phénomène et l’émergence d’une classe « moyenne » de population entrainent des changements de mode de vie, la recherche de produits de bonne qualité sanitaire et l’apparition de régimes alimentaires différents et plus diversifiés, eux-mêmes favorisés par l’apparition de grandes chaînes de distribution de produits alimentaires.

  • Le changement climatique

L’apparition d’événements extrêmes plus fréquents et plus intenses entraîne une augmentation des risques sanitaires (maladies émergentes, zoonoses, etc.), une forte pression sur la biodiversité (selon PACE-NET, 2012, la Papouasie Nouvelle Guinée possède 5% de la biodiversité mondiale sur moins de 1% de l’ensemble des terres !) et une vulnérabilité plus grande pour les populations (tremblements de terre, inondations, tsunamis, etc.). En 2011, 42% des catastrophes naturelles au niveau mondial ont eu lieu en Asie, 90% du total des pertes humaines et 73% du total des personnes affectées proviennent de cette région. Enfin, beaucoup d’îles et de régions côtières de la zone sont situées à moins de 10 mètres au-dessus du niveau des océans et les derniers rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) font état d’une élévation du niveau des océans en 2100 entre 18 et 60 cm, menaçant les bassins rizicoles que sont les deltas des grands fleuves asiatiques.

  • Une pression foncière croissante sur les terres disponibles et une compétition entre production alimentaire, production de fourrages et production d’énergie

Les conséquences en sont une dégradation rapide des sols (érosion, perte de fertilité), la déforestation, la conversion de terres agricoles en zones industrielles ou en grandes plantations (palmiers à huile, hévéa) et une compétition très forte sur les ressources en eau agricole.

FORCES ET FAIBLESSES DE LA RECHERCHE AGRICOLE FRANÇAISE

Les principaux acteurs français de la recherche agricole en Asie sont le CIRAD (Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement) et l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement). L’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) collabore principalement avec les pays émergents (Chine et Inde) et de l’OCDE (Australie, Nouvelle Zélande, Japon) de la région.

Le CIRAD et l’IRD ont chacun une cinquantaine de chercheurs affectés en Asie, régions qui bénéficient également chaque année de 1 200 à 1 500 jours de missions et services d’appuis de chacun de ces deux organismes.

FORCES                                                      

  • Une approche régionale en partenariat ;
  • Une approche multidisciplinaire ;
  • Un large éventail de conditions sociales, économiques et environnementales étudiées ;
  • Une renommée mondiale de R&D en agronomie tropicale et notamment sur la question des risques sanitaires (maladies émergentes et zoonoses), enjeu majeur dans la région ;
  • Un partenariat ancien et des relations de confiance ;

 FAIBLESSES

  • Des ressources humaines insuffisantes pour traiter des problèmes à grande échelle ;
  • Un manque de compétences sur les questions socio-économiques et d’urbanisation ;
  • Un accès trop faible aux grands financements internationaux sur la région ;

OPPORTUNITÉS

  • La mobilisation d’équipes de recherche de certains pays qui peuvent s’autofinancer (Brunei, Malaisie, Singapour, etc.) ;
  • Les possibilités de coopérations européennes et de partenariats avec les pays de l’OCDE de la région comme l’Australie, la Nouvelle Zélande ou le Japon ;
  • La mise en place de programmes pilotes et de dispositifs régionaux de recherche et d’enseignement en partenariat ;

RISQUES

  • La possible réticence de certains pays, d’organismes de recherche ou d’universités de la région à collaborer entre eux ;
  • Une offre souvent plus compétitive et attractive des autres coopérations sous-régionales et internationales ;

Source : d’après l’IRD, 2012.

THÉMATIQUES ET AXES DE RECHERCHE ÉMERGENTS

L’Association Asie-Pacifique des institutions de recherche agricole (APAARI, 2009) a identifié trois grands axes de recherche au niveau régional, tout en reconnaissant que les actions et les priorités peuvent varier en fonction des sous-régions (Asie du Sud, Asie du Sud-Est et Pacifique) :

  • Augmenter la productivité, notamment pour les produits de base et ceux qui favorisent la diversification des revenus agricoles, en mobilisant les sciences et technologies ;
  • Encourager la création et améliorer la gestion des filières (infrastructures et accès aux marchés pour les producteurs ; réseaux/partenariats publics-privés, identification de marchés de niche, etc.) ;
  • Accroître la résilience dans deux domaines : le changement climatique et les chocs économiques.

L’APAARI a également identifié trois thèmes qui s’appliquent à chacun de ces trois axes : la bonne gouvernance, le rôle des femmes et la formation.

Ces priorités de recherche ont été confirmées par la 13ème conférence régionale de la FAO pour l’Asie et le Pacifique (FAO, 2010) qui a identifié 5 priorités stratégiques pour assurer la sécurité alimentaire de la région.

Du côté français, l’IRD met en place un Programme Pilote Régional (PPR) dénommé SELTAR qui couvre principalement le sous-continent Indien, l’Asie du Sud-Est continentale et les archipels d’Asie du Sud-Est. Plusieurs axes de recherche sont identifiés pour chacune de ces régions avec un axe transversal commun sur : « Prévisions, évaluations et mitigations des risques en Asie » (IRD, 2012). Les axes de recherche du CIRAD dans la région sont :

  1. la lutte contre la pauvreté et les inégalités ;
  2. le changement climatique et la pression sur les ressources ;
  3. la conservation de la biodiversité ;
  4. la lutte contre les maladies émergentes.

Dans le cadre de sa nouvelle stratégie, le CIRAD concentre ses forces dans des dispositifs de recherche et d’enseignement en partenariat (DP) dont quatre en Asie, les deux derniers étant conduits en association avec l’IRD :

  1. l’agriculture de conservation (CANSEA) ;
  2. les liens entre agriculture et marchés des villes (MALICA) ;
  3. la gestion des risques émergents (GREASE) ;
  4. une plateforme de recherche sur l’hévéa (HRPP) (CIRAD, 2012).

COMMENT AMÉLIORER ET ACCROÎTRE LA PRÉSENCE DE LA RECHERCHE FRANÇAISE

Cet objectif ne pourra être atteint que si des changements interviennent à différents niveaux :

  • En termes de géopolitique. La France qui a donné depuis de nombreuses années la priorité à l’Afrique et à la Méditerranée devrait reconsidérer ce choix au regard des enjeux (et risques qui leur sont liés) que présentent les régions d’Asie et du Pacifique, tant sur le plan économique (marchés d’avenir gigantesques) qu’humain (sécurité alimentaire et qualité nutritionnelle) et scientifique (la Chine sera dans le « top 10 » des publications scientifiques en sciences agricoles et environnementales dans les 3 prochaines années).
  • En termes de stratégie scientifique. Les frontières entre compétition et partenariat sont remises en question par l’émergence de grands programmes mondiaux (par ex. les programmes du Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale – CGIAR ; l’Initiative internationale de recherche sur l’amélioration du blé – INRA), d’alliances mondiales (par ex. Global Research Alliance on agriculture greenhouse gases – GRA), de consortia (par ex. l’International Wheat Genome Sequencing Consortium), etc. Il est donc indispensable que les grands organismes de recherche (CIRAD, CNRS, IFREMER, INRA, INRIA, INSERM, IRD, IRSTEA, etc…) et les universités s’informent mutuellement de leurs programmes de coopération internationale pour développer des synergies et mieux participer à la conception, l’exécution et la gouvernance de ces diverses initiatives mondiales dans lesquelles on trouve de nombreux acteurs d’Asie et du Pacifique. L’ampleur et la complexité des enjeux plaident également pour une approche européenne plutôt que nationale. La création d’une maison européenne de la science et de l’innovation en Inde coordonnée par la France est une piste intéressante à explorer et à développer.
  • En termes d’offre et d’opérateur. Le système français demeure très fractionné (nombreux acteurs ; offres dissociées de recherche et de formation ; programmes et acteurs sur le terrain insuffisamment coordonnés) et est donc complexe, peu lisible et peu attractif. La création de l’AIRD (Agence inter-établissements de recherche pour le développement) en 2006 et d’Agreenium en 2009 pour développer une offre consolidée recherche – formation – développement en agrosciences et la promouvoir à l’international sont un début de réponse aux attentes des partenaires.
  • En termes de moyens. La France est le seul pays de l’OCDE qui maintient une politique active d’expatriation de chercheurs au sein des structures partenariales nationales. Cette présence au quotidien et sur le long terme, appuyée par de très nombreuses missions, est un atout incontestable pour une meilleure connaissance des enjeux et questions de recherche qui se posent dans les différents pays et pour le rayonnement de la recherche française. Elle a toutefois un coût financier important que les agences françaises (ANR, AFD, AIRD) prennent insuffisamment en compte. De même, les critères d’évaluation de l’AERES ne reconnaissent pas suffisamment les spécificités de « la recherche pour le développement » et rendent de plus en plus difficile le recrutement et la mobilité des jeunes chercheurs dans les pays en développement.

Le 21 juin 2012

Christian Hoste est Directeur adjoint et directeur des relations internationales d’Agreenium (CIRAD). Agreenium est un établissement public de coopération scientifique (EPCS). Il a été fondé par deux instituts de recherche, le CIRAD et l’INRA, ainsi que par quatre écoles : AgroParisTech, SupAgro, AgroCampus Ouest et l’école nationale de vétérinaire de Toulouse.


Contact : christian.hoste@agreenium.org

Références

APAARI, 2009. Expert Consultation on Agricultural Research for Development in Asia and the Pacific – the Way Ahead, 30-31 October 2009, Bangkok, Thailand.

ADB, 2011.Global Food Price Inflation and Developing Asia. Mandaluyong City, Philippines: Asian Development Bank.

CIRAD, 2012. Le CIRAD en Indonésie et en Asie du Sud-Est. Jakarta, Indonésie.

FAO, 2010. FAO Regional Priority Framework for Asia and the Pacific (2010-2019): Towards Food Security in the Region. FAO, Rome.

IRD, 2012. Soils, Waters, Coastal Zones and Societies Facing Risks in Southern and Southeast Asia – SELTAR. Ird,

PACE-NET, 2012. Pacific Europe Network for Science and Technology. Press release. Noumea, 10 April 2012.

Remerciements

Bernard Charpentier (CGAAER) ; Jean-Charles Maillard et Gilles Saint-Martin (CIRAD/Agreenium) ; Sloan Saletes (CIRAD) ; Clotilde Fournier (MAA/DGER) et Christian Valentin (IRD).

 

Pour citer ce billet : HOSTE, Christian, « Les défis du secteur agricole », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/361]

Benoît de Tréglodé : Opinion du directeur de l’IRASEC sur l’état de la recherche en Asie du Sud-Est

L’Institut de Recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine, dont je suis directeur durant le mandat 2008-2012, a pour vocation de développer la recherche française en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est contemporaine. Fondé par le ministère des Affaires étrangères en 2001, l’IRASEC a comme mission l’analyse des évolutions politiques, sociales, économiques et environnementales qui touchent, collectivement ou séparément, les onze pays de la région (Birmanie, Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Timor Leste et Viêt Nam).

Pour répondre aux problématiques posées, l’IRASEC s’appuie depuis 2008 sur une équipe de trois à quatre chercheurs affectés par le CNRS (en détachement ou des universitaires français en délégation). L’Institut fait également appel, sur des bases contractuelles, à des scientifiques de tous horizons nationaux et institutionnels qu’il associe, le temps de ses programmes. L’Unité s’efforce en outre, autant qu’il lui est possible, de faire appel à de jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) français ou originaires des 11 pays d’Asie du Sud-Est couverts qu’il identifie avec l’aide de ses différents partenaires individuels et institutionnels. Il sollicite par ailleurs des experts qui peuvent, par leur expérience et leurs qualités, répondre aux questionnements tels qu’ils sont posés par l’Unité. Cette démarche doit contribuer, dans la durée, à renforcer la capacité française à penser l’Asie du Sud-Est contemporaine.

Depuis 2009, l’IRASEC soutient la jeune recherche française en proposant trois bourses de courtes durées pour des doctorants et post-doctorants souhaitant faire un terrain de recherche en Asie du Sud-Est.

Les séminaires et colloques organisés dans la zone, la mise en place des programmes de recherche, leur suivi et les évènements qui accompagnent la sortie des ouvrages qui en sont dérivés, m’ont permis de connaître in situ les évolutions contemporaines de la recherche française dans cette région.

Fort de cette expérience, je me permets d’émettre quelques remarques sur la recherche française contemporaine en Asie du Sud-Est, ses forces et ses faiblesses, proposant des orientations dans la politique scientifique.

Les points forts de la recherche française en Asie du Sud-Est

La recherche française est encore en mesure d’offrir une recherche pluridisciplinaire sur la région, notamment grâce à la conjonction de statuts et d’institutions de recherche différents : chercheurs du CNRS, enseignants-chercheurs d’université et d’instituts de recherche (EFEO, IRD, EPHE, CIRAD, et latéralement également avec les chercheurs recrutés par l’AFD), donnant à voir des profils et des parcours de chercheurs diversifiés et financés par d’autres ministères que ceux de la Recherche et de l’Éducation nationale (il faudrait également ajouter les travaux des chercheurs sur contrats recrutés par les directions de prospective politique des Affaires étrangères et de la Défense, DP et DAS).

Au sein de ces différentes institutions, la recherche française offre plusieurs angles de vue qui proposent des données, des thématiques, des approches d’une très grande richesse – cependant trop recluses sur elles-mêmes et pas assez partagées avec l’ensemble de la communauté de recherche française et internationale.

En tout cas, une telle diversité dans la collecte, le traitement et l’analyse des matériaux sud-est asiatiques contredit à elle seule l’idée (qui circule souvent dans les « couloirs » de telle ou telle institution), qui voudrait qu’un soi-disant monopole du savoir serait détenu par telle ou telle institution de recherche. Cet illusoire sentiment de supériorité, ou « esprit de clocher », qui habite la majeure partie des institutions de recherche française les unes envers les autres me semble parfaitement anachronique, très franco-français et surtout ne résiste guère à l’analyse objective des faits si l’on observe nos collègues européens. La myopie dont font part une grande majorité des chercheurs « institutionnels », qui ne voient pas ce qui se fait autour d’eux, hors de leur institution/laboratoire, explique en grande partie la survivance de ce préjugé. Les récentes exigences de regroupement autour de projets inter-laboratoires et internationaux (ANR, PCRD…) vont manifestement dans le sens d’une amélioration des contacts entre les chercheurs et une meilleure connaissance des recherches faites par d’autres sur un même pays ou un pays voisins.

Les points faibles, les risques de la recherche française en Asie du Sud-Est

Mais n’ayons pas peur des mots : la recherche française en sciences humaines et sociales, très centrée sur elle-même et ses propres prérogatives (son endogamie ?), se retrouve pourtant en position de réelle faiblesse en Asie du Sud-Est par rapport à certains pays européens (Allemagne, Pays-Bas) et anglo-saxons (États-Unis, Australie, Singapour), pour ne citer que les 5 principaux « pôles d’excellence » sur l’Asie du Sud-Est. À titre d’exemple, et aussi paradoxal soit-il, cette faiblesse est très prononcée sur une société comme le Viêt Nam avec laquelle la France a connu une tradition de collecte et d’analyse de données dans le sillage de notre passé colonial.

Qui plus est, le risque est devenu une réalité dans bien des cas : celui d’une mise à l’index de la recherche et des chercheurs français par les chercheurs et institutions de recherches anglo-saxonnes. Les classements internationaux des publications en langue française sont formels et explicites : publier en français (un article, un ouvrage, un dictionnaire…) n’est pas comptabilisé comme une publication utile dans la carrière des Anglo-saxons.

Si les modes de financement anglo-saxons sont largement en cause de cet état des lieux, le modus operandi de la recherche française comporte sa part de responsabilité : lenteur ou non-renouvellement des thématiques de recherche, faiblesse ou absence de réactivité des chercheurs à l’actualité géopolitique de leur pays de prédilection, faiblesse et orientations des politiques de recrutement….

Le refus d’entamer des débats de fond avec le monde (en période de mondialisation qui plus est !) notamment avec les Anglo-Saxons fait que la recherche française se résume le plus souvent à un ou deux titres (quand ce n’est désormais le plus souvent l’absence totale de référence) dans les bibliographies et bibliothèques anglo-saxonnes. Passé à côté de cette dynamique de recherche anglo-saxonne en sciences humaines et sociales (surtout d’ordre théorique, à défaut d’avoir des données de terrain très poussées) comporte un impact potentiel grave pour l’avenir qui risque de faire chuter les recherches françaises en Asie du Sud-Est dans une sorte de reliquat traditionaliste qui ne pourra à son tour qu’intensifier notre isolement.

Autre phénomène : les chercheurs français ont tendance à sous-estimer le travail de nos collègues de la région et restent entre eux (un entre-soi souvent limité à son propre laboratoire parce que ce dernier est forcément mieux que celui d’à-côté), alors qu’une ouverture est plus que souhaitable : elle est vitale à la recherche française et au transfert d’un savoir-faire français.

Les universités ont évidemment des chercheurs sud-est asiatiques performants, mais ceux-ci sont de facto dans des laboratoires CNRS comme « associés » en répondant à une absence/un vide dans les orientations de recrutement, affichant un besoin de renouvellement et d’une politique de recrutement adaptée à la pénurie croissante de la recherche française sur le contemporain de la région. Le CNRS devrait favoriser plus encore le détachement de ses chercheurs comme il devrait leur demander de donner des cours en universités.

L’Asie du Sud-Est manque de recherche sur l’évolution des populations dans un mouvement global, elle manque aussi d’une réflexion politique approfondie qui prendrait en considération tous les aspects d’une société. Alors que la région change et que les nationalismes se renforcent, les questions sécuritaires ne font l’objet d’aucun programme de recherche scientifique dans les laboratoires / universités ni de recrutements. Le chercheur doit être partie prenante dans l’avancée du monde et se doit de réagir à l’actualité que connaissent son ou ses terrains de prédilection. Il serait judicieux de mieux valoriser dans les carrières de chacun l’expertise géopolitique du chercheur en sciences sociales et humaines, qui est sans doute une des belles différences avec les « sciences dures » et dont l’histoire politique a bien documenté les enjeux aux échelles nationale et internationale. Un chercheur sur tel groupe ethnique ou tel pan historique ou géographique d’un pays (dont il connaît a priori la langue) n’est-il pas un des mieux placés pour prendre la parole lorsqu’un événement de retombée régionale ou internationale agite le pays dans lequel il travaille depuis 10, 20 ou 30 ans ? Le chercheur devrait être un intervenant de premier ordre pour pouvoir parler d’une région qu’il connaît mieux que la plupart des observateurs qui s’expriment. Mais la peur de se tromper ou de se mêler avec des écrits et supports médiatiques moins « nobles » les en empêchent apparemment, laissant le chemin libre et la  parole à des personnes qui connaissent moins bien la situation.

En raison de fléchages trop spécialisés sur des micro-terrains ou sur des micro-thématiques (plus ou moins abstraites et jargonneuses et parfois plus ou moins centrales dans la compréhension des pays concernés), mais aussi à cause de la peur des chercheurs de prendre la parole sur leur aire culturelle élargie (la nation dans laquelle ils travaillent par exemple), trop peu d’entre eux sont réellement en mesure d’offrir une expertise géopolitique sur la région, alors que jouer sur les échelles et analyser le macro au vu de ses propres connaissances microsociologiques ont démontré un intérêt certain dans notre compréhension des sociétés et de leurs évolutions historiques. Ce phénomène pose la question du recrutement des nouveaux chercheurs.

Le recrutement/le vivier de chercheurs

L’institut de recherche que je dirige depuis 4 ans de part sa logique de fonctionnement pluri-institutionnelle se retrouve au cœur de la problématique du vivier de chercheurs actifs dont dispose l’Asie du Sud-Est. Or, ce vivier vieillit et décroît. Une faiblesse notable en Asie du Sud-Est est décelable dans les chercheurs spécialistes du contemporain et notamment en économie, géopolitique et des dynamiques religieuses.

Une réflexion par aires culturelles dans les recrutements permettrait de déceler les « blancs » sur leur carte géographique, pointant du doigt les pays où la France dispose ou non de chercheurs. Les résultats de ce questionnement pourraient aussi être comparés à la présence effective d’institutions de recherches non françaises sur ces mêmes pays, incitant à un équilibrage des recherches et à une valorisation de la recherche française dans des pays abandonnés à une seule expertise anglo-saxonne (puisque c’est de cela dont il s’agit).

Pour l’Asie du Sud-Est, une série de pays souffre d’un manque sérieux de chercheurs et d’une expertise française : le Timor, les Philippines, la Malaisie, le Viêt Nam sans parler du Brunei et de manière plus macro, de l’ASEAN (il n’y a en France aucun chercheur titulaire de cette institution régionale comprenant les 11 États de l’Asie du Sud-Est, un constat inquiétant), et cela dans des disciplines dans lesquelles la France fût jadis en pôle position (histoire contemporaine, ethnologie, géographie humaine, géopolitique-relations internationales, questions sécuritaires).

Les derniers recrutements sur ces pays / autour de ces disciplines et problématiques datent de plusieurs décennies, nous éloignant de partenaires locaux désireux d’un autre savoir-faire et rapport à la recherche des Anglo-saxons. Être absent de ces pays dont le dynamisme et le rôle géopolitique international sont indéniables, ne peut être qu’inconcevable pour un pays comme la France qui a puisé dans ces territoires sud-est asiatiques une richesse de concepts, d’approches méthodologiques depuis plus d’un siècle.

Benoît de Tréglodé est historien, politiste, docteur en histoire et civilisation de l’EHESS. Il a dirigé l’Institut de Recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine (IRASEC, USR 3142, Umifre 22 MAEE) de 2008 à 2012.

Retrouvez le profil de Benoît de Tréglodé, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : De TRÉGLODÉ, Benoît, « Opinion du directeur de l’IRASEC sur l’état de la recherche en Asie du Sud-Est », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/227]

Jacques Ivanoff : Pas de développement humain sans développement social

La question d’une réflexion portant sur la région Asie-Pacifique pose le problème se son unité. On peut relier ces régions en se basant sur des données comparatives, en utilisant les recherches « à la mode » comme l’environnement, les migrations, le désenclavement économique… On peut lier maintenant toutes les recherches d’un champ disciplinaire portant sur le monde entier. La pertinence des recherches basées sur des aires culturelles doit se renforcer scientifiquement pour ne pas se noyer dans une globalisation qui aurait soudain touché la recherche. Le monde change, les méthodes demeurent, les terrains évoluent, mais les populations développent des stratégies et dans ce grand mouvement « globalisant » socioéconomique, il n’y a rien de vraiment nouveau. L’adaptation est la nature même de l’homme et le sujet de nos recherches. L’arrivée de nouvelles disciplines, plus ou moins imposées (comme l’environnement et la biodiversité) ou les disciplines « sérieuses (comme la génétique ou la biologie), font une apparition menaçante car elles ont le pouvoir de séduire par leur apparentement au discours de sciences « dures ». Pourtant les critiques sont nombreuses et les résultats à prendre avec précaution. Schématiquement, l’Asie du Sud-Est à tendance à se « bunkeriser » ou à s’allier aux « grands » voisins, notamment la Chine tandis que le Pacifique se perd un peu dans les limbes d’une histoire politique sans fin.

La « mondialisation », bien que nous réfutions la pertinence scientifique de ce terme trop général, celle-ci ayant commencé bien avant que le mot soit devenu incontournable, a rendu plus difficile les classifications autrefois si simples, héritées d’une longue pratique de leur discipline réalisée et partagée par des grands anciens, dont les recherches elles-mêmes ne pouvaient se séparer de la colonisation. Cette recherche n’a pourtant pas su se démarquer de ses « maîtres » dont on ne parle pas, et n’ayant rien créé d’original ne peut que se référer sans le dire à des concepts que les maîtres nous avaient invité à suivre. On ne reprend pas les mêmes termes pour ne pas être accusé d’être un « disciple » (autrefois bien vu mais aujourd’hui décrié) et être autonome, mais peu de percées ont vu le jour depuis Condominas et Lombard, voire même Bernot. Or les querelles qui empêchent les grands projets de voir le jour en Asie du Sud-Est sont le résultat de la rupture de transmission. En apparence tout va bien, la tendance étant de ne pas dire ce qui fâche, mais un historien ne s’associe pas facilement avec un anthropologue qui ne s’associe pas facilement à un géographe ; et les élèves de Bernot refusent obstinément de prendre en considération  la dichotomie d’une tradition de l’ethnographie des techniques, du détail contre une ethnologie plus prestigieuse en apparence représentée par Condominas. Mais les premiers ont liquidé les successeurs du second qui s’étaient déjà déchirés pour un patrimoine qui n’était pas transmis. Du point de vue global un autre modèle en a profité pour s’installer, ne serait-ce que l’année de terrain et la pratique de la langue pour les étudiants qui  ne sont plus nécessaires ni même très bien vus.

Pour intégrer le mouvement de cette mondialisation incarnée dans la recherche par les projets européens où les nécessaires alliances avec les laboratoires étrangers pour être crédible on inféode la recherche au politique et plus rien ne garantit l’indépendance et surtout l’originalité des travaux. Nous répondons à des commandes. Et aujourd’hui se revendiquer de l’enseignement de Condominas qui a formé une génération semble archaïque, ce n’est pas vendeur. Et pourtant il avait compris les mouvements créatifs et les mobilités des populations à travers des aires dépassant de loin l’Asie du Sud-Est. En perdant le lien qui tenait une tradition anthropologique par exemple, les chercheurs de cette discipline se noient dans des concepts qu’ils ne comprennent pas toujours. Qu’est-ce que l’Asie du Sud-Est aujourd’hui si l’on enlève l’Asean, association créée pour des raisons politiques durant la guerre froide ? La remise en cause des préceptes conditionnant l’environnement géographique de nos recherches est réelle. Pourtant rien n’a changé, il n’est pas incompatible d’étudier un groupe, un village, une ville, une politique localisée, puis de la comparer avec d’autres et d’en définir les convergences et les divergences. Mais dans leurs courses aux reconstructions bureaucratiques, au déchiffrement des nouvelles réglementations, les chercheurs n’ont plus l’esprit d’indépendance critique qui faisait leur qualité. Et pourtant l’aire Asie-Pacifique dans cette course à la compréhension, et donc la domination (et finalement l’accès aux crédits) est en retard car elle ne s’assume pas. Personne ne veut s’occuper d’une aire culturelle si chargée (pourtant les autres culturelles sont tout autant chargés d’histoire) et ceux qui ont voulu essayer de fédérer ont été bannis. Car l’ostracisme est une pratique endogène traditionnelle du milieu : on refuse la tradition, mais on ne s’en écarte pas d’un pouce dans les faits et chaque fois qu’une décision de pouvoir doit être prise, tout le monde fuit en rejetant ce qui pourrait le sauver. Les chercheurs se serrent les coudes au nom de cette aire culturelle, tout en se refusant le droit de faire émerger des personnalités.

Le changement est un principe vital pour une administration, mais il y a une limite. Au CNRS, nous avons eu la période big is beautiful puis small is good, ensuite on ne pouvait aller trop longtemps à l’étranger, ensuite il fallait absolument s’y implanter. Il y eut les règles destinées à freiner les candidats (règles des trois ans, règles de la diminution de l’âge des candidats…). Mais depuis que le CNRS a accepté de suivre le mouvement pour soi-disant « s’autonomiser », il s’est retrouvé en position de faiblesse car soudain dépendant de critères qu’il ne maîtrisait pas, pôle d’excellence, LABEX et autres regroupements qui auraient tout. Et, si le parisianisme a disparu cela n’a pas empêché le CNRS de continuer à perdre son sens de l’orientation. Les chercheurs en Asie du Sud-Est, contraints de se regrouper pour s’adapter ont répondu aux projets nécessaires à leur survie, ANR, PCRD… alors que  nous disposions au CNRS d’outils performants pour travailler (GDRI, conventions, PICS…). La spécificité du CNRS qui s’appuyait sur ses équipes, ses moyens et ses engagements éthiques s’est dissoute pour ne laisser place qu’à des magmas d’équipes bricolées pour répondre aux exigences d’Umérisation, de délocalisation… Il a abandonné ses UPR pour laisser place à des conglomérats qui auraient une visibilité plus importante de la recherche. Or rien n’a montré que nous soyons ni mieux ni moins bien placé qu’autrefois.

C’est bien parce que la mondialisation contemporaine accentue les flux qu’il faut s’attacher à comprendre ce qui fait un peuple, une ethnie, une nation. Pour avoir trop voulu courir après les nouveaux concepts « englobants » (environnement, génétique, biologie qui permettent de généraliser et de rendre les études culturelles obsolètes …), les sciences sociales se sont fourvoyées dans des multidisciplinarités qui ne sont pas de leur ressort. Il est de bon ton de travailler avec les généticiens, les ONG, les agences de développement dans lesquelles les sciences sociales seraient à même d’apporter leurs lumières. Même si on pose des préalables à certaines « nouvelles » disciplines, comme l’analyse de parenté avant une analyse génétique, il n’en reste pas moins que chaque fois que les sciences sociales sont utilisées par d’autres, elles sont réduites à l’état de préalables éthiques et déontologiques. Les ONG qui apportent avec elles la gouvernance et la bonne gestion des patrimoines culturels et naturels imposent des cadres conceptuels, basés sur des indicateurs et sur des évaluations préformatées. Venues de l’Occident, or c’est bien dans la différence que nous devons comprendre l’Homme.

La production scientifique reste un questionnement sur l’Homme et la société et un travail individuel, mais qui doit être mis en perspective avec des collègues pour faire émerger des dynamiques nouvelles, révéler des voix à suivre. Ce ne sont plus les chercheurs qui sont maîtres de leurs terrains, mais les volontés de directions de plus en plus inféodées aux courants porteurs de subventions et de bonne tenue internationale.

Nous pourrions citer la Birmanie par exemple où bien qu’aucun chercheur ne s’y trouve jamais très longtemps, devient le nouvel eldorado des ONG et des politiques européennes qui ont pris le pilotage de l’interventionnisme occidental. Les chercheurs, pourtant relativement nombreux, sont passés à côté du potentiel qu’ils représentaient pour exprimer les besoins et l’état des populations. Il faut travailler avec les ONG et les grands organismes, participer aux expertises bien sûr, mais aussi réfléchir sur ce que l’avenir de ses cultures sera. Les chercheurs oublient bien vite les fondamentaux qui faute d’avoir été résolus sont passés sous silence, l’ethnicité par exemple, ce qui fait d’un peuple un ensemble solidaire. On va chercher des liens à travers des exemples tirés de travaux superficiels concernant des échanges économiques, le messianisme et les religions universalistes qui reviennent en force comme un « partenaire » des sciences sociales  et de l’exploitation de l’environnement en opposant des ethnies aux États forcément destructeurs. Puis on opposera une mondialisation destructrice des valeurs ethniques, devenues traditionnelles pour ne pas dire archaïques, qui permet aux chercheurs de travailler dans le sens d’une généralisation abusive, mais en groupe et dans des grosses équipes. Les ethnologues ont ainsi abandonné les peuples qu’ils ont étudiés à leur sort en les jetant en pâture aux grands mouvements socioéconomiques planétaires pour essayer de se caser dans des projets.

Tout est fait pour que le chercheur individuel ou en équipe focalise ses forces sur sa survie plutôt que sur son travail. C’est dire qu’on est en train de supprimer l’âme même du CNRS qui était de fournir des personnes connaissant un sujet, des méthodes et capables de s’adapter à d’autres terrains tout en formant par l’exemple.

On a bien essayé de fonder des Maisons pour fournir des bases solides aux aires culturelles, une heureuse initiative, si l’on excepte quelques échecs. Chaque refonte du système (Umérisation, délocalisation, diminution des moyens, transferts de ceux-ci, méthode d’évaluation…) transforme les équipes de moins en moins soucieuses d’homogénéité scientifique, mais qui doivent s’adapter pour survivre et s’allier sans cesse avec des partenaires pour « décrocher » des contrats. Les Maisons protégeaient ces équipes. Mais cela n’est pas suffisant. Les petites équipes ciblant leurs recherches originales et soutenues par leur institution doivent se transformer sans cesse et perdre leur identité. Il faut maintenant construire des groupes de recherches et d’équipes pour s’exprimer. Il existe ainsi un incessant ballet d’alliance et des reconstructions au cours desquels une des missions du CNRS, produire de la connaissance, est devenue floue et secondaire.  Le chercheur est de moins en moins un individu et doit se couler dans un moule s’il veut obtenir des moyens. Ceci à pour effet de baisser la qualité des travaux qui n’ont plus les mêmes critères d’exigences. Même si l’excellence est mise en avant on ne discerne pas bien comment elle est évaluée. Le pouvoir s’accroît dans les mains des directeurs qui ont de plus en plus affaire avec leurs tutelles et les autres laboratoires au détriment de décisions internes autrefois collégiales, même si parfois houleuses. Le CNRS est moins démocratique. La moindre parcelle de pouvoir est devenue le sujet d’une lutte feutrée sans merci. Désormais les carrières se font avec une entente consensuelle d’un milieu qui ne prend plus de risques. Il ne faut pas provoquer, mais chercher de nouveaux moyens de s’accorder avec la mondialisation, l’Europe et autres agences internationales. Pourtant la réflexion doit porter sur cette mondialisation qui apporte avec elle des questions qui ne datent pas d’aujourd’hui. Pourquoi et comment des peuples s’adaptent-ils ? Comment étudier un monde en mouvement ? Comment calculer les flux migratoires en s’attachant à des méthodes qui consistent en ethnologie à travailler avec un petit groupe. Tout cela est possible et nous avons tenté de le faire même s’il n’est pas toujours facile de travailler dans de grands organismes qui ont des tableaux et des typologies toutes prêtes.

Il est aussi remarquable de noter l’absence des chercheurs lors des catastrophes naturelles et des grands bouleversements politiques. Ils s’écartent encore un peu plus de la « société civile » dont on leur demande sans cesse de se rapprocher : il y a ici une dichotomie entre la volonté de l’institution et la résistance des chercheurs. Un chercheur ne devrait-il pas prendre la parole ? Il est le seul à pouvoir parler d’une région qu’il connaît bien. Mais la peur de se tromper ou de se mêler avec des écrits et supports médiatiques moins nobles les en empêche. Ainsi le silence des birmanologues est-il criant (Nargis et « ouverture » économique). Et la parole est laissée à ceux qui connaissent moins bien la situation et donc les décideurs se basent sur des données pas toujours exactes et l’on se demande alors pourquoi le CNRS forme des chercheurs. Nous avons pourtant la chance extraordinaire d’avoir des chercheurs un peu partout, un réseau et des libertés que le monde entier nous envie.

Le chercheur doit être partie prenante dans l’avancée du monde et se doit, puisqu’il est libre de sa pensée, d’exprimer une situation.

L’Asie du Sud-Est est devenue un champ d’expérimentation socioéconomique depuis la volonté de créer une communauté (l’AEC en 2015). Au nom de valeurs communes asiatiques (lesquelles ?) l’ASEAN s’arroge le pouvoir d’ouvrir les frontières et de créer une région qui puisse rivaliser avec les autres grandes « communautés » économiques quitte à s’allier avec les Coréens, Japonais, Chinois… Où est l’Asie du Sud-Est (ASEAN +3, +6…) ? Voilà une question primordiale qui en soulève d’autres : comment se situent les populations et se définissent les politiques nationales par rapport à ces choix ? Quelles sont les conséquences sur le terrain ? Le népotisme résiste t-il et les politiques d’intérêt basées sur des accords bilatéraux ont-ils permis à la Birmanie, par exemple, d’intégrer le « club » : un pas de géant pour ce pays qui a contribué à son acceptation aujourd’hui par la communauté internationale. L’Asie du Sud-Est devient donc un modèle de développement économique et l’on oublie que, derrière cette façade, les trafics humains, les guerres aux frontières… sont des réalités communes, et plus grave encore, tout cela est connu, mais passé sous silence. Ce ne sont plus des sujets intéressants (ils ne rapportent rien). L’environnement, sa gestion par des soi-disant acteurs locaux, la bonne gouvernance, le développement de la société civile sont les nouveaux sujets porteurs. La région est devenue un laboratoire qui permet d’expliquer le succès et les avantages d’une association régionale qui se ferait entendre dans le monde. On essaie ainsi de dépasser les clivages sociaux avec tous les risques de crises (comme en Thaïlande en 2009). Pas de développement humain sans développement social, nous devrions tous le savoir. Mais entre ceux qui ne veulent que du savoir « pur », abstrait des réalités sociales et ceux qui courent après la mondialisation en formation et ses millions d’euros distribués aux chercheurs « bien pensants », le fossé se creuse : les chercheurs en Asie du Sud-Est ne parlent plus le même langage. L’Asie du Sud-Est manque de recherche sur l’évolution des populations dans un mouvement global, elle manque aussi d’une réflexion politique approfondie qui prendrait en considération tous les aspects d’une société et pas seulement ceux d’une élite.

Le refus d’entamer des débats de fond avec le monde (en période de mondialisation qui plus est !) notamment avec les Anglo-Saxons fait de la recherche française une annexe dans les ouvrages. Nous n’allons pas débattre avec ceux qui après avoir attaqué la France pour sa recherche basée sur un patrimoine colonial (et donc mis en doute ses travaux) sont passés à une recherche innovante, performante d’où la France est absente, une recherche qui d’ailleurs remet en doute des concepts que la France expérimente à peine et qui sont ici à la mode bien que dépassés depuis une ou deux décennies là-bas. Il y a ici un impact potentiel grave pour l’avenir qui risque de faire tomber les recherches françaises en Asie du Sud-Est dans une sorte de reliquat traditionaliste qui ne pourra que nous pousser encore plus dans notre isolement.

Jacques Ivanoff est anthropologue et ethnologue, spécialiste de l’Asie du Sud-Est (Myanmar) et Chargé de recherche au CNRS (Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, USR 3142 – UMIFRE 22 CNRS MAEE).

Retrouvez le profil de Jacques Ivanoff, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : IVANOFF, Jacques, « Pas de développement humain sans développement social », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/224]

Thierry Pairault : Les pays africains face à la Chine

Nos approches des relations entre la Chine et les pays africains se focalisent soit sur ce que nos craintes nous suggèrent, soit sur ce qu’elles ne sont déjà plus. On lit et retient que la Chine serait la deuxième puissance mondiale. Très malheureuse, cette expression est réminiscente d’une époque de la guerre froide où l’on savait qui étaient les « bons » et les « méchants », la Chine se voyant assigner ce second rôle. Malgré ses succès, la Chine n’est encore fondamentalement qu’un pays en développement. Si la Chine était un pays africain, elle se rangerait au dixième rang du continent en termes de création de richesses par tête en parité de pouvoir d’achat. L’indice de développement humain donne de la Chine une image légèrement plus favorable et la place au cinquième rang des pays africains. Que la Chine puisse jouer un rôle de plus en plus important dans l’économie mondiale ne signifie pas qu’elle puisse convertir sa course aux matières premières et aux débouchés en une stratégie de domination des autres États en particulier africains. Inversement, sa demande de ressources naturelles et sa recherche de nouveaux marchés la conduit forcément à influencer peu ou prou les choix stratégiques des États partenaires. Aussi n’est-il pas étonnant que certains voient la présence chinoise comme une chance pour l’Afrique tandis que d’autres la considèrent comme néfaste et contraire à la paix, à la prospérité et à la démocratie.

Il est donc extrêmement difficile de jeter un regard froid sur l’implication économique de la Chine en Afrique. Toutefois les données statistiques (rares et disparates) ne témoignent d’aucune mainmise de la Chine sur l’Afrique mais manifestent un opportunisme qui in fine est celui de tous les pays importateurs. Si l’Afrique peut apparaître en bonne place parmi les fournisseurs de la Chine, c’est moins le résultat de sa politique africaine que celui d’une stratégie de diversification des sources en fonction de leur disponibilité tant quantitative que politique. De 2000 à 2010, dans le commerce mondial des combustibles et des minerais, la part des approvisionnements d’origine africaine a été de 12,1%. Celle des approvisionnements chinois de ces mêmes produits d’origine africaine est passée de 4,4% à 16,6% tandis que, pour l’ensemble des économies développées, ces deux derniers chiffres s’établissent respectivement à 73,0% et 63,3%. La question n’est donc pas de savoir si la Chine dominerait l’Afrique mais de remarquer que les pays développés craindraient de perdre une domination jusqu’alors incontestée. Si le poids de la Chine est croissant, c’est parce que l’essor du commerce mondial exagère son rôle : 60% des importations chinoises sont le fait d’entreprises étrangères en Chine et 60% des exportations chinoises sont le fait de ces mêmes entreprises. La Chine importe des matières premières africaines pour être transformées sur son territoire et consommées par les pays développés.

L’essor récent des relations entre la Chine et les pays africains est le plus souvent étudié en termes géostratégiques. De telles approches révèlent le rôle joué par la Chine mais tendent à en estomper les particularités. C’est pourquoi il importe de centrer notre réflexion sur les différents acteurs confrontés à la présence chinoise en Afrique. En nous focalisant sur la variété des acteurs, l’image moins simplificatrice que l’on en retire manifeste que la « stratégie chinoise en Afrique » se décline en une multiplicité de stratégies répondant chacune à une logique propre.

Thierry Pairault, économiste, est directeur de recherches émérite au CNRS. Il est membre du Centre Chine de l’EHESS où il anime un séminaire sur l’économie et la société de la Chine et où il dirige un groupe de réflexion sur les relations entre la Chine et les pays africains.

Retrouvez le profil de Thierry Pairault, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : PAIRAULT, Thierry, « Les pays africains face à la Chine », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/216]

Christopher Goscha : L’approche québécoise sur le Vietnam

Professeur en relations internationales à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), je travaille surtout sur l’histoire du Vietnam contemporain ainsi que sur les relations internationales en Asie. Le Vietnam a connu plusieurs « changement radicaux » depuis une vingtaine d’années. Faut-il mentionner la fin de trente ans de guerre et l’unification du pays sous l’égide des communistes ? Mais on pense aussi à l’échec du socialisme, la fin de la guerre froide et l’effondrement du bloc communiste auquel Hanoi était rattaché depuis des décennies. Suite à une guerre avec la Chine, la première du genre entre pays communistes, le Vietnam se trouva très isolé à la fin des années 1980 et confronté à une crise socio-économique qui menaçait sa légitimité. À l’instar de la Chine de Deng Xiaoping, les communistes vietnamiens déclenchèrent une politique économique libérale tout en s’ouvrant à leurs anciens ennemis. Dans les années 1990, le Vietnam communiste intégra l’ASEAN et établit des relations diplomatiques avec l’Occident, notamment avec les États-Unis. La légitimité du parti communiste dépend, désormais, de l’enrichissement du pays.

Cette ouverture vers l’extérieur a certainement débuté une nouvelle ère dans les études vietnamiennes, mais ce renouveau, me semble-t-il, se limite plutôt aux chercheurs travaillant sur l’histoire de ce pays à l’extérieur du Vietnam. À l’extérieur, tant en France qu’ailleurs, l’ouverture du Vietnam a coïncidé avec le renouveau des études coloniales. Grâce à l’ouverture des archives et à de nouvelles approches de l’histoire coloniale, toute une génération de jeunes chercheurs s’est intéressée à la période coloniale du Vietnam. Depuis une dizaine d’années, notre connaissance de cette période s’est grandement améliorée dans les domaines social, culturel, économique, religieux et politique.

Une deuxième thématique s’est développée depuis la fin des guerres. Il s’agit d’une critique du nationalisme vietnamien prôné par les communistes qui mettait l’accent sur la « lutte héroïque » et « la résistance contre les agresseurs ». Une nouvelle génération de chercheurs nous offre désormais une lecture beaucoup plus fine et beaucoup moins idéologique que dans le passé. Une troisième tendance s’intéresse aux aspects socio-culturels des guerres pour le Vietnam depuis 1945. Plutôt que de célébrer la victoire héroïque du peuple vietnamien sur les agresseurs étrangers, cette nouvelle génération de chercheurs n’a plus peur d’explorer la violence et la culture de guerre qui ont animé le parti communiste dans sa quête de pouvoir, ni de souligner à quel point le peuple vietnamien a souffert à cause de ces choix de guerre.

Par contre, ces deux derniers courants historiographiques ne semblent pas se développer de la même façon au Vietnam. Peu de chercheurs sur place se montrent prêts à mettre en cause la version officielle du passé national mise en avant par le parti communiste. Il y a quelques années, l’éminent professeur Phan Huy Le rencontra une opposition assez farouche parmi ses collègues qui refusaient de considérer avec lui que la dynastie des Nguyen ne fut peut-être pas si détestable que l’historiographie officielle a bien voulu le faire croire. Et dans un pays communiste qui ne dirige une économie qui n’a de socialiste que le nom, les guerres, voire « la » guerre, reste sa seule source de légitimité nationale dans le présent. Celui qui ose explorer les zones plus sombres de cette guerre héroïque court le risque de provoquer la colère des autorités, voire pire.

Comme je ne travaille pas en France mais au Canada, il m’est impossible de suggérer comment et par quelles mesures on pourrait améliorer la recherche dans les études vietnamiennes. Je peux cependant confirmer que, grâce à la mise en place d’un projet de collaboration avec les chercheurs de l’Institut d’Asie Orientale (CNRS/ENS) à Lyon, j’ai pu mener à bien un très beau projet scientifique sur les aspects socio-culturels de l’expérience de guerre en Indochine et en Chine. Ce projet a organisé deux ateliers, le premier s’est tenu à l’IAO, le second ici à l’UQAM, et, nous l’espérons, un troisième à Singapour. Nous avons publié deux numéros spéciaux portant sur ce sujet dans deux revues scientifiques de renommée internationale : European Journal of East Asian Studies[1] et la revue War & Society. Cette collaboration québécoise avec la France via l’IAO m’est très précieuse et nous espérons développer davantage notre projet dans les années à venir.

Christopher Goscha est géopoliticien et historien. Il est professeur à l’université du Québec à Montréal.

Retrouvez le profil de Christopher Goscha, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.


[1] ‘The Experience of War: Four Sino-Indochinese Perspectives’, European Journal of East Asian Studies, vol. 9, no. 2, (December 2010), pp. 189-200. Le numéro dossier chez War & Society est sous presse.

 

Pour citer ce billet : GORSCHA, Christopher, « L’approche québécoise sur le Vietnam », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 27 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/122]

Jean-Pascal Bassino : Forces et faiblesses de la recherche française

La tendance au basculement du centre de gravité économique du monde vers l’Asie s’accompagne d’un phénomène comparable en matière de recherche scientifique. Le développement économique des pays d’Asie de l’Est et du Sud-Est et plus récemment de l’Inde est en effet associé depuis une dizaine d’années au lancement de programmes massifs d’investissement dans l’enseignement supérieur et la recherche. Il en résulte une convergence vers les niveaux d’excellence qui avaient déjà été atteints par le Japon, la Corée, Hong Kong, Taiwan et Singapour depuis plusieurs décennies.

Cela est particulièrement manifeste en Chine où la volonté des autorités de construire des centres d’excellence académique de niveau international concerne à la fois les sciences de la matière et du vivant (SMV) et les sciences humaines et sociales (SHS). Dans les différents pays d’Asie, cette ambition passe notamment par le recrutement/retour au pays de scientifiques de réputation internationale et de jeunes chercheurs ayant effectué leurs études et/ou le début de leur carrière en Amérique du Nord, en Australie, en Europe ou au Japon, ainsi que par l’augmentation du nombre des chercheurs étrangers effectuant des séjours dans les institutions de premier plan.

Le renforcement de la liberté académique a constitué une condition sine qua non de ces mobilités et de la volonté d’atteindre l’excellence. Cela crée une situation dynamique dans tous les domaines de recherche en SHS comme en SMV, mais en particulier dans des programmes interdisciplinaires.

Compte tenu de l’importance des enjeux économiques, politiques et scientifiques liés au développement des pays d’Asie, la recherche française en SHS portant sur ces pays devrait manifester un dynamisme exceptionnel. Ce n’est généralement pas le cas. La faiblesse de la recherche française sur l’Asie semble liée à la conjonction de deux facteurs.

Le premier réside dans l’inertie dans les processus de décision concernant le recrutement des chercheurs et enseignants-chercheurs en France, qui sont marqués par une tendance lourde à l’autoreproduction. Les responsables d’établissements et d’équipes de recherche ainsi que les membres des comités de sélection ne semblent pas tous convaincus de la nécessité d’augmenter rapidement le nombre de chercheurs disposant d’une réelle expertise concernant les pays d’Asie. Il en résulte une stagnation autoentretenue : le faible nombre de postes ouverts au recrutement a pour conséquence une faiblesse du vivier strictement français de jeunes chercheurs qui justifie le nombre restreint de postes.

La deuxième cause de faiblesse réside dans le cloisonnement entre, d’une part, les domaines traditionnels de la recherche en SHS sur l’Asie qui reposent sur la maîtrise des langues asiatiques et, d’autre part, un ensemble de nouveaux champs de recherche dans lesquels les coopérations entre chercheurs occidentaux et asiatiques sont fortement interdisciplinaires et reposent sur une communication en anglais.

Dans les domaines traditionnels, le nombre de chercheurs n’a pratiquement pas augmenté au cours des dernières décennies ; dans certains cas, le simple renouvellement des effectifs n’est pas toujours assuré. Les champs relativement nouveaux de la recherche en SHS appliquée aux pays d’Asie restent relativement marginaux en France car la barrière linguistique limite la capacité des chercheurs occidentaux à accéder à la masse considérable des données et travaux récents, en particulier en chinois, coréen et japonais.

Parmi les thématiques et axes de recherche qui apparaissent prioritaires dans la coopération scientifique entre pays d’Europe et d’Asie, on peut notamment mentionner les analyses en SHS sur des enjeux de santé publique et de gestion de l’environnement. Il s’agit en effet de thèmes sur lesquels la coopération internationale est forte en SMV et où la prise en compte des analyses sociétales est susceptible d’apporter un éclairage utile à ces recherches.

La faiblesse de la recherche française est particulièrement marquée sur ces questions et plus généralement dans les domaines où la dimension interdisciplinaire est dominante. Cela vaut en particulier pour l’application en SHS des outils numériques et de représentation spatiale reposant sur l’utilisation de données disponibles en langues asiatiques et occidentales. Cela concerne également l’utilisation de techniques quantitatives pour la validation empirique d’hypothèses portant sur les mécanismes de gestion et les processus de décision des agents dans les sphères publiques et privées. Il en est de même sur des questions liées à l’évaluation des capacités d’innovation technologique et organisationnelle dans les pays d’Asie et des implications de celles-ci.

Une telle situation dans ces domaines de la recherche en SHS fortement liés à des enjeux politiques ou économiques de première importance pour les pays européens est naturellement préjudiciable ; elle risque d’avoir de graves conséquences à moyen et long terme.

Le renforcement de la recherche française sur l’Asie nécessite une communication accrue et des programmes structurant les coopérations entre les chercheurs traditionnellement spécialisés sur l’Asie et ceux ne maîtrisant pas nécessairement des langues asiatiques mais néanmoins engagés dans des coopérations avec des partenaires en Asie, aussi bien en SHS et qu’en SMV.

Dans la plupart des domaines, les équipes françaises dans les domaines de la recherche traditionnelle sur l’Asie ne disposent pas à elles seules d’une masse critique ; cela signifie qu’une coopération entre équipes européennes est indispensable. Elle pourrait en particulier reposer sur une plus grande mobilité des jeunes chercheurs à l’intérieur de l’Europe.

Ce renforcement passe aussi par un appui sans faille à la constitution de ressources documentaires, notamment numériques car partageables, comparables à celles dont disposent nos voisins européens.

5 mai 2012

Jean-Pascal Bassino est économiste, professeur des universités (Grenoble II) et spécialiste de l’Asie du Sud-est, de la Chine et du Japon.

Retrouvez le profil de Jean-Pascal Bassino, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : BASSINO, Jean-Pascal, « Forces et faiblesses de la recherche française », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 27 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/112]

Jean-Luc Domenach : il faut développer les études économiques sur l’Asie

Le rapport qui m’est demandé n’appelle aucun talent particulier car les réponses aux questions posées sont bien connues — aussi bien connues, hélas, que, depuis de longues années, l’incapacité des autorités concernées à leur donner les suites financières nécessaires. Je serai donc bref.

Les « changements radicaux » intervenus en Asie sont, comme chacun sait, une « montée en importance » globale de la région dans les années récentes et, comme beaucoup l’ignorent,  une incertitude croissante sur l’avenir économique et politique des grands pays (Chine, Inde, Japon, Indonésie) ainsi que sur l’évolution de leurs relations.

Chacun le sait, la recherche française sur l’Asie bénéficie de bases en général honorables et parfois brillantes dans les disciplines les plus classiques de l’ « orientalisme ». C’est dans le domaine des études sur l’Asie contemporaine qu’un « décrochage » se profile de plus en plus. Pour la zone dans son ensemble et chaque grand pays, le niveau international n’est atteint que par quelques individus. Le nombre et la valeur des jeunes chercheurs varient beaucoup suivant la qualité et les moyens financiers des aînés qui les entourent.

Globalement, le poids est du côté des centres de recherche de l’EHESS, mais il faut tenir également compte de quelques unités dynamiques comme le CERI-Sciences Po (notamment pour l’Inde avec Christophe Jaffrelot) et surtout l’équipe de jeunes chercheurs de l’Asia Centre de François Godement (professeur à Sciences Po).

Si l’on regarde vers les disciplines, c’est sans doute l’économie qui est la plus faible, surtout comparée à l’ampleur des besoins — faut-il insister ? Mais l’appauvrissement est général, seulement compensé par la stature de quelques japonologues, sinologues ou indianistes ou par le brio de l’historien de l’Indonésie qu’est devenu Romain Bertrand…

Le paysage de la recherche française contemporaine sur l’Asie ressemble donc encore beaucoup plus à celui de la Gaule au temps d’Asterix qu’à un véritable champ intellectuel : tout dépend de l’activité de quelques chefs gaulois, Jean-Luc Racine ou Christophe Jaffrelot pour l’Inde, François Godement pour l’ensemble de la zone, Jean-François Sabouret ou Pierre Souyri pour le Japon, Isabelle Thireau (EHESS) pour la Chine, bientôt Romain Bertrand pour l’Indonésie et les rapports Occident-Asie.

On peut signaler cependant quelques évolutions intellectuelles assez visibles (mais fragiles) : la prise en compte de l’histoire du monde telle qu’elle se développe aux États-Unis, la combinaison entre l’anthropologie, la sociologie et la science politique et aussi un développement remarquable des monographies.

À titre général, je recommande un développement considérable des études de type économique sur la zone asiatique, appuyé sur des financements massifs et des procédures de sélection modernes.

Les moyens nécessaires me paraissent hélas dépasser ceux que le CNRS pourrait mobiliser, compte tenu de ses charges, de ses budgets et de ses procédures. Ce sont probablement les universités, qu’on le veuille ou non, qui mobiliseront tout ou partie de ces moyens : j’espère de tout cœur que Sciences Po continuera à augmenter les siens en la matière et que l’EHESS modernisera ses procédures. Ce sont les seules universités qui disposent de la masse critique pour jouer un rôle majeur dans le développement des études asiatiques —mais on peut espérer de bonnes surprises.

Le rôle du CNRS en la matière doit être calqué sur son point fort, qui est d’être une institution nationale au service de la communauté scientifique. C’est bien pour cette raison qu’il a soutenu ce qui s’est fait de meilleur dans le champ des études asiatiques depuis longtemps : l’activité du Réseau Asie, qui permettait justement aux « villages gaulois » de communiquer entre eux et d’encourager la relève. Cette organisation souple coûtait peu et apportait beaucoup parce qu’elle avait à sa tête un homme remarquable, Jean-François Sabouret, dont les succès à la tête du Réseau ont fait honneur au CNRS. Je considère la prolongation du Réseau Asie dans sa formule actuelle, et de son directeur, comme le principal devoir du CNRS en matière de recherche sur l’Asie — il serait en tout cas contre-productif de l’affecter à une institution de recherche particulière, fût-ce même l’excellente EHESS[1].

Le reste est secondaire, en partie car les universités vont désormais jouer un rôle croissant en matière de recherche : le CNRS pourra donc se recentrer dans le domaine qualitatif, c’est-à-dire le Réseau Asie d’un côté et aussi — j’aurais aimé y insister plus — quelques recrutements de jeunes chercheurs de qualité (car, et ce n’est pas un véritable paradoxe, les recrutements du CNRS sont devenus de plus en plus remarquables à mesure que ses moyens diminuaient).

Jean-Luc Domenach est historien, politiste et spécialiste de la Chine. Il est directeur de recherche au Centre d’études et de recherches internationales (CERI) et membre de la Fondation nationale des sciences politiques.

Retrouvez le profil de Jean-Luc Domenach, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.


[1] Qu’on permette ici à l’ancien numéro deux de Sciences Po que je suis de dire que, si l’on veut vraiment conserver monsieur Sabouret à son poste bien qu’il arrive à l’âge de la retraite, on en trouvera le moyen….

 

Pour citer ce billet : DOMENACH, Jean-Luc, « Il faut développer les études économiques sur l’Asie », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/102]

Peter Brown : L’Approche française sur l’Océanie vue d’Australie

D’origine australienne, j’ai complété une licence de lettres (Université de Sydney) avant de partir poursuivre mes études en Europe (France, Royaume-Uni). Après avoir travaillé sur la littérature française (Mallarmé et l’écriture en mode mineur, Éditions Minard) et enseigné dans des universités en France et en Angleterre, j’ai retrouvé le Pacifique à un moment où les relations entre la France et les pays anglophones de la région connaissaient quelques difficultés : affaire Rainbow Warrior, essais nucléaires en Polynésie Française, situation du Vanuatu, « événements » en Nouvelle-Calédonie. Embauché par une université en Nouvelle-Zélande, j’ai eu l’occasion de faire connaissance avec des collègues de la toute jeune Université Française du Pacifique qui essayaient de tisser des liens avec les pays avoisinants (notamment l’Australie et la Nouvelle-Zélande, et plus tard le Vanuatu et Fiji), et de participer aux premiers Colloques Corail pluri-disciplinaires qui furent organisés à Nouméa à la fin des années 1980 (publication des Actes du colloque annuel).

Ce contact avec la Nouvelle-Calédonie m’a permis également de découvrir une littérature « en émergence » qui était à mes yeux une sorte de laboratoire de recherche et d’expression sociale dans un pays qu’on disait alors celui du « non-dit ». Cette littérature n’était certes pas toujours dénuée de dimension idéologique (vision manichéenne du monde sur fond de clivages sociaux et politiques), et de revendications identitaires exclusives. Mais au-delà des enjeux sectaires, j’ai vu une culture océanienne riche de plus de trois mille ans en parallèle avec une culture d’origine européenne qui cherchait à se (re)définir vis-à-vis la Métropole. Après avoir longtemps donné la priorité au Centre par rapport à la « périphérie », cette culture « venue d’ailleurs » entrait de plus en plus en dialogue avec l’imaginaire autochtone en essayant de cerner ses appartenances et ses spécificités à la fois francophones et océaniennes. Cette littérature calédonienne des années 1980 et 1990, toutes ethnies confondues, accompagnait donc, voire anticipait, sur l’évolution sociale et politique du pays à venir, comme sur certaines préoccupations littéraires quant à la francophonie, à la littérature-monde et aux études « postcoloniales ».

Déjà à l’Université de Sydney, j’avais fait connaissance avec la pensée structuraliste et la « French theory » en vogue à l’époque dans certaines parties (mais pas toutes !) du monde anglo-saxon, notamment en Amérique du Nord et en Australie. À cette époque aussi, dans l’enseignement du français à l’université en Australie, on avait commencé à mettre en cause la distinction qui avait prévalu jusque-là entre études de « langue » et études de « littérature » sous une double influence hétérogène : d’une part, montée de la « méthode communicative » comme nouvelle orthodoxie en FLE (français langue étrangère) et dissémination de l’apport des travaux de linguistique (the linguistic turn), d’autre part. En même temps, la conception de la « littérature française » s’élargissait aux « études francophones » (Afrique, Caraïbe – mais pas encore au Pacifique).

Travailler sur Mallarmé m’avait ensuite permis d’explorer plus en profondeur la critique littéraire s’étendant de la « Nouvelle Critique » jusqu’à l’approche de la déconstruction en passant par le structuralisme et le post-structuralisme, qui étaient devenus de véritables « industries » pour les études mallarméennes. La critique littéraire s’insérait bien alors dans le champ des sciences humaines. En Nouvelle-Calédonie, même si l’on connaissait peu Derrida et compagnie à l’époque, je me suis aperçu que l’écriture et la différence (« différance ») étaient, du moins en filigrane, à l’ordre du jour à un moment où certains auteurs (certes, pas tous !) commençaient à « déconstruire » les oppositions binaires et les essentialismes qui les sous-tendaient. D’ailleurs, à mes yeux, on ne pouvait certainement pas lire la « littérature » de l’île sans plonger dans d’autres textes et d’autres traditions, anthropologiques et linguistiques entre autres. À ce sujet, j’avais eu le privilège (en tant qu’élève étranger de l’ENS, rue d’Ulm) d’assister aux séminaires de Jacques Derrida, ainsi qu’à ceux d’autres critiques et philosophes de l’époque (Barthes, Deleuze, Foucault) ; et, plus tard, de retour en France en congé d’études, après avoir fait connaissance avec la Nouvelle-Calédonie, j’ai suivi les séminaires d’Alban Bensa et d’autres à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

J’ai alors commencé à rédiger des articles sur cette littérature calédoniennne « en émergence », de même que sur des aspects de la culture et la politique de la Nouvelle-Calédonie. J’ai destiné la plupart de ces textes à une revue anglaise – bilingue – consacrée à la francophonie (International Journal of Francophone Studies). À la différence de la France, où les Départements de « Lettres modernes » me semblaient être peu concernés par la littérature « francophone » hors Hexagone, le monde anglophone, lui, avait commencé à beaucoup s’y intéresser. Mais, la littérature de Nouvelle-Calédonie (comme d’ailleurs celle de la Polynésie Française) n’en fut pas moins méconnue en dehors de certains cénacles, et j’ai trouvé cela fort dommage.

J’ai tâché aussi de rester fidèle aux Colloques Corail annuels qui continuaient à être montés par des collègues de l’Université française du Pacifique (devenue, en 1999, l’Université de la Nouvelle-Calédonie), où j’ai enseigné comme professeur invité à plusieurs reprises, y compris pour un séjour de plusieurs mois en 1998, l’année de l’Accord de Nouméa. Dans le même temps, j’ai commencé à m’occuper de la traduction en anglais d’un certain nombre d’ouvrages littéraires calédoniens. À ce titre, j’ai assumé la responsabilité d’éditer une série de publications pour la maison d’édition Pandanus (Canberra, Australie): The Kanak Apple Season ; Sharing as Custom Provides, ce dernier titre en collaboration avec mes collègues d’Auckland, le Professeur Raylene Ramsay et le Dr Deborah Walker. Je continue cette série actuellement avec deux prochains volumes concernant le théâtre calédonien.

Et avec mon collègue Darrell Tryon (linguiste, Australian National University, Canberra), nous avons eu le soutien du Australian Research Council ainsi que de l’Agence Française de Développement et du Ministère de la Communication pour un projet concernant l’évolution de la langue et la littérature en Nouvelle-Calédonie.

En parallèle, je me suis intéressé à la Francophonie à plus grande échelle, sous sa forme institutionnelle, et j’ai fait une série d’articles sur les Sommets de la Francophonie. Ceux-ci sont organisés sous l’égide de l’Organisation Internationale de la Francophonie, dont je suis l’évolution depuis ses origines à l’époque post-coloniale jusqu’aux mutations de ce mouvement qui relèvent de l’après-Guerre froide. J’ai participé ainsi aux travaux d’une cellule de réflexion au sein de l’Organisation Internationale de la Francophonie (Paris).

J’ai essayé aussi de relier cette Francophonie internationale et institutionnelle à la francophonie du Pacifique en participant à une équipe de chercheurs qui constituaient l’Observatoire de la Langue Française pour l’Asie-Pacifique, pour le compte de l’Agence Universitaire de la Francophonie. J’y ai fait un rapport sur la situation de la langue française et la culture francophone en Australie. Enfin, depuis 1995 je signe chaque année l’article sur l’Australie pour L’Année Francophone Internationale (publication annuelle Québec/Paris).

Tendances méthodologiques

Si je dois beaucoup aux travaux de chercheurs français, notamment dans les domaines de la critique littéraire, de la philosophie, de l’ethnologie, je dois dire néanmoins que l’approche française concernant le Pacifique relève souvent d’une approche bilatérale (Paris-Nouvelle-Calédonie ; Paris-territoires), sans toujours réussir à ancrer la recherche dans une vision plus globale du Pacifique. De même, le monde anglophone, y compris en Océanie, a longtemps méconnu le contexte du Pacifique français. Mais, depuis quelques années, surtout après la fin des essais nucléaires en Polynésie Française et la signature de l’Accord de Nouméa, on assiste à une plus grande volonté d’échanger des perspectives entre riverains anglophones et francophones du Pacifique, comme, d’ailleurs, au sein même des collectivités françaises du Pacifique (colloques, Salons du livre, etc.).

Dans le même temps (années 1990-2000), les « postcolonial studies » ont été élaborées. Spécificité d’abord anglo-saxonne, ce « nouveau » champ d’études, qui comme celui de la réflexion « post-moderne », doit beaucoup aux penseurs français des années 1970, gagne paradoxalement du terrain en France (colloque en mai 2011, en Sorbonne et à l’ENS, qui fête « les vingt ans » de l’un des textes fondateurs des « postcolonial/post-colonial studies », The Empire Writes Back. Theory and Practice in Post-Colonial Literatures, rédigé par des universitaires australiens Ashcroft, Griffiths, Tiffin  – et paru, en fait, en 1989), à un moment où il commence à être quelque peu « mis en cause » ou du moins sujet à fragmentation dans des pays anglophones.

Mais le débat est lancé de part et d’autre concernant les questions : « hybridité », « multi-culturalisme », « métissage » (Bhabha, Hall, pour la France métropolitaine, Moura, et dans le Pacifique, S. André, etc.), même si ces questions ne sont pas a priori entièrement évidentes pour ceux qui sont formés dans l’ambiance intellectuelle et sociale de la République française. Par ailleurs, les « subaltern studies » (Spivak, indo-américaine, traductrice de De la Grammatologie…) posent la question de « lagency (« puissance d’agir ») dans des contextes « post-coloniaux », où il s’agit d’une remise en cause des rapports de force en vigueur mais qui est conçue d’une manière « politique » non traditionnelle.

Mais la volonté d’adopter une perspective plus globale et comparatiste en Océanie anglophone et francophone (Nouvelle-Calédonie, Polynésie Française, Australie, Nouvelle-Zélande), tant chez des universitaires que chez des écrivains, s’accompagne aussi d’un penchant renouvelé pour la traduction. Si ce phénomène dépasse de loin le seul contexte du Pacifique, à l’époque où la mondialisation soulève des questions d’inter-compréhension et d’identité culturelles, il s’applique bien aussi au contexte actuel en Océanie (francophone-anglophone) dans la première décennie du nouveau millénaire. Et cela ne concerne pas que la période contemporaine ; il touche  également des textes des XVIIIe et XIXe siècles, beaucoup traduits ou retraduits en Australie ces vingt dernières années. Et il concerne aussi parfois des textes certes récents, mais qui jettent un regard sur l’histoire des contacts franco-anglais avec le Pacifique, voire sur l’histoire d’un commun imaginaire européen vis-à-vis du Pacifique (à cet égard, je me permets de noter que je traduis actuellement en anglais le livre de l’anthropologue français Serge Tcherkézoff, Tahiti 1768. Jeunes filles en pleurs. La face cachée des premiers contacts et la naissance du mythe occidental). Ce dernier, qui sillonne le Pacifique depuis de nombreuses années, vient de s’installer à l’Australian National University, Canberra, comme émissaire de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, et dans un partenariat franco-australien qui veut promouvoir, dans une approche interdisciplinaire, les contacts entre chercheurs francophones et anglophones dans le Pacifique. Initiative qui semble correspondre aux attentes de part et d’autre.

Quelques publications

The Kanak Apple Season. Selected Short Fiction of Déwé Gorodé, (présenté, traduit et édité par Peter Brown), Canberra: Pandanus Books, 2004.

Mwà Vée. Living Tradition. Kanak Culture Today, éditeur invité et traducteur Noumea: Agence de Développement de la Culture Kanak, 2000.

« Les Dieux sont borgnes et la question de l’histoire » in Annales d’histoire calédonienne. Vol II. La Nouvelle-Calédonie. Les Kanaks et l’histoire (ed. Eddy Wadrawane & Frédéric Angleviel), Paris: Les Indes Savantes, 2008, pp.87-102

 « Les événements de Nouvelle-Calédonie et les relations franco-australiennes : représentations littéraires et discours de légitimation », in Révoltes, conflits et Guerres mondiales en Nouvelle-Calédonie et dans sa région (ed. Sylvette Boubin-Boyer), Tome 1, Paris: L’Harmattan, 2008, pp.173-190.

« La mémoire comme connaissance et la connaissance comme mémoire. Complémentarité de l’oralité et de l’écriture chez Déwé Gorodé (Nouvelle-Calédonie) », in Alexandrie, métaphore de la francophonie, Paris: Éditions du Centre international de documentation et d’échanges de la francophonie, 2007, pp.211-216

 « Comment jouer et déjouer les stéréotypes : l’exemple du théâtre d’Anne Bihan (Nouvelle-Calédonie) » in Stéréotypes et représentations en Océanie, (ed. Véronique Fillol and Jacques Vernaudon), Nouméa: CORAIL, 2005, pp. 271-287 (ISBN 2-9520903-2-7).

 « La place des enfants dans la littérature d’Australie et de Nouvelle-Calédonie : quelques réflexions sur un thème préoccupant », in Littératures d’émergence et mondialisation, (eds. Sonia Faessel, Michel Perez), Paris : In Press Editions, 2004, pp. 213-235.

 « New Caledonia: An Emerging Literature as Social Project », in Francophone and Post-Colonial Cultures. Critical Essays (ed. Kamal Salhi), Lanham, Boulder, New York, Oxford: Lexington Books, 2003, pp. 345-355 + summaries and glossaires 5 pp. 355ff. (ISBN 0-7391-0567-1 hardback) (ISBN 0-7391-0568–X paperback).

« French in Australia: Policies and Practices » (with C. Crozet, T. Liddicoat, L. Maurer), in French in and out of France: Language Policies, Intercultural Antagonisms and Dialogue, (edited by Kamal Salhi) Bern: Peter Lang, Series Modern French Identities Vol.18, 2002, pp. 265-290.

« A Singular Plurality of Voices: Tradition and Modernity in Déwé Gorodé (New Caledonia) », in Francophone Voices, (edited by Kamal Salhi), Exeter: Elm Bank Publications, pp. 125-140 (ISBN 1-902454-03-0).

 « Récit fondateur et culture politique en Nouvelle-Calédonie: ‘Téa Kanaké’, de Mélanésia 2000 au Festival des Arts du Pacifique (1975-2000) », Oceanic Routes: Migrations and Métissages in South Pacific Literatures and Travelogues (ed. Pascale de Souza & Adlai Murdoch), Special Issue of International Journal of Francophone Studies, 11:4, 2008, Intellect, U.K., pp.539-557 (ISSN 1368-2679).

 « Art History. Art as History. New Caledonian Women Artists in Dialogue on the Eve of the Noumea Accord », in Histoire de la Nouvelle-Calédonie. Approches croisées. Pacific History Association Vol. 1, Paris: Les Indes Savantes, 2007, pp.105-113 (ISBN 978-2-84654-155-8).

 « Books, writing and cultural politics in the Pacific: the New Caledonian Salon du livre, October 2003-October 2005 », International Journal of Francophone Studies, 9.2, June 2006, pp. 239-256

 « From exclusion and alienation to a ‘multi-racial community’. The image of the métis in New-Caledonian literature », International Journal of Francophone Studies, special issue on Oceanic Dialogues: from the Black Atlantic to the Indo-Pacific (eds. Pascale de Souza and Adlai Murdoch), Intellect, U.K., 8:3, 2005, pp. 305-320.

« Contemporary Writing in the Pacific », in Quarterly Bulletin, Research School of Pacific and Asian Studies, Canberra, Vol. 5, No.1: March 2004, pp. 6-8.

 « Nature, Culture and the Noumea Accord. The CORAIL Conference on ‘Nature et Culture dans le Pacifique’, New Caledonia 3-6 December 2001 », in International Journal of Francophone Studies 4 (3), June 2002, Intellect, U.K., pp. 183-189.

 Compte rendu: Alban Bensa, « Ethnologie et Architecture », The Contemporary Pacific, University of Hawai’i Press, Honolulu 14 (1) Spring 2002 pp. 281-284.

 « New Caledonia: A Pacific Island or an Island in the Pacific ? The Eighth Pacific Arts Festival, Noumea (23 October-3 November 2000) », in International Journal of Francophone Studies 4 (1), Intellect, U.K., March 2001, pp. 33-41.

« À l’écoute de Nicolas Kurtovitch (Nouvelle-Calédonie) », in Les Mots Pluriels, No. 10, May 1999 http://www.arts.uwa.edu.au/MotsPluriels/MP1099pb.html

 « Report on CORAIL Conference, Nouméa, 25-28 November 1998 », International Journal of Francophone Studies 2 (1), Intellect, U.K., February 1999, pp. 62-64.

 « The Tjibaou Kanak Cultural Centre and Arts Festival, Noumea », in (Australia) Art Monthly, No. 116, December 1998-February 1999, pp.  27-29.

 « New Caledonia: Strangers in Paradise, Stranger than Paradise », in International Journal of Francophone Studies, Vol 1, No 3, Intellect, U.K., November 1998, pp. 125-139.

Peter Brown est professeur d’histoire européenne et directeur du département d’histoire de l’université de Sydney.

 

Pour citer ce billet : BROWN, Peter, « L’approche française sur l’Océanie vue d’Australie », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/94]

Michel Wieviorka : La fin de l’ère postcoloniale

Les Français savent bien que la globalisation met fin à l’hégémonie occidentale. Ils ont conscience que l’Asie n’est plus cette région mystérieuse, lointaine, plus ou moins exotique que la colonisation et l’impérialisme avaient tenté de placer en situation de dépendance. Ils ont appris à voir se développer le Japon, puis les « dragons » (la Corée, Singapour, Taiwan et Hong Kong), les « tigres » (la Thaïlande, la Malaisie, l’Indonésie, les Philippines et le Vietnam) avant de s’inquiéter de la formidable montée en puissance de la Chine et de l’Inde. Mais ils ne vont pas toujours assez loin dans cette prise de conscience.

Car aujourd’hui, ce n’est pas seulement l’ère coloniale qui est loin derrière nous, avec son orientalisme, c’est de plus en plus l’ère postcoloniale. À partir des années 1960, d’importants courants de pensée ont mis en avant cette idée selon laquelle pour connaître et penser les sociétés d’Asie, comme d’Afrique, il fallait, partir de leur relation au passé colonial, prendre en compte le poids de ce passé, en même temps que les difficultés qu’il y a à s’en abstraire complètement. Et symétriquement, le post-colonialisme a servi également pour réfléchir aux sociétés occidentales, et à leurs difficultés, elles aussi, à s’émanciper de leur passé colonial. Mais nous n’en sommes plus là.

Les sociétés d’Asie sont de plus en plus capables d’autonomie, dans leur production industrielle et leur vie économique, comme dans leurs activités scientifiques et intellectuelles.

Dans mon domaine, les sciences humaines et sociales, elles se construisent et s’imposent au point qu’il est possible de distinguer trois modèles d’affirmation. Le premier consiste à s’aligner sans grande distance sur la production dominante, à emprunter les modes d’approche et les paradigmes qui proviennent du monde anglo-saxon, à publier sans grande originalité ou spécificité dans des revues américaines, anglaises ou « internationales ». Le deuxième modèle, par réaction, consiste à prôner une sorte d’enfermement régional ou national, à suivre une voie « asiatique », ou indienne, chinoise, etc., comme si l’universalisme des catégories utilisées en principe par la recherche recouvrait en fait une idéologie dominante, particulariste, à laquelle il conviendrait d’opposer la force intellectuelle d’outils conceptuels spécifiques, propres à la région ou à une de ses nations. Le troisième modèle, enfin, tente d’articuler un ancrage local, national ou régional, avec une participation de la recherche au débat scientifique mondial, au meilleur niveau.

C’est évidemment ce troisième modèle qui est le plus prometteur. Il fait des chercheurs des pays d’Asie des scientifiques capables non seulement d’étudier leur propre société, ou de mener des travaux comparatifs aussi bien sinon mieux, que des chercheurs « occidentaux », mais aussi d’étudier le monde et d’envisager des thématiques qui ne les enferment en aucune façon dans leur seule société. Mieux même, il rend concevable des avancées, théoriques ou méthodologiques, qui peuvent concerner la recherche à l’échelle de la planète. Un cas déjà ancien, ici, est celui des Subaltern Studies, nées en Inde, fortement influencées au départ par la pensée du marxiste italien Antonio Gramsci, et devenues un puissant courant, bien implanté, en particulier, dans certaines universités américaines.

« Il n’est pas difficile d’imaginer les implications d’un tel diagnostic pour la politique scientifique : la France pourrait par exemple envisager une politique d’ouverture beaucoup plus grande aux chercheurs d’Asie, y compris au sein de ses propres institutions de recherche et d’enseignement supérieur, et promouvoir encore plus les échanges, partenariats et coopérations en tous genres avec les institutions de cette partie du monde. Elle pourrait aussi tirer profit de la présence sur le territoire national de plusieurs diasporas liées à l’Asie. »

À partir du moment où le post-colonialisme est dépassé, ou appelé de plus en plus à l’être, la recherche en Asie ou sur l’Asie doit être tenue comme indépendante, et digne de participer à la vie scientifique mondiale au même titre que ses homologues en Amérique du Nord ou en Europe. Des partenariats, des coopérations peuvent être envisagés, dans la mesure où une stricte égalité est instaurée entre scientifiques relevant de divers pays, les uns d’Asie, les autres de l’Europe ou d’Amérique du Nord, ainsi d’ailleurs que d’Amérique latine.

Dans les années 1960 et 1970, ce dernier continent connaissait en matière de sciences sociales une évolution comparable à celle de l’Asie actuelle, et s’émancipait. Aujourd’hui c’est l’Asie. Demain, ce sera certainement le tour de l’Afrique et du monde arabo-musulman : la mondialisation des sciences sociales, en ce qui les concerne, met fin au post-colonialisme, ouvrant de nouvelles perspectives à qui veut bien tout à la fois « penser global », et respecter les ancrages ou les particularismes nationaux et régionaux.

Quelques pays d’Europe et les États-Unis ont inventé les sciences humaines et sociales du XXème siècle, et les ont fermement adossées sur des valeurs universelles. Puis leur universalisme a été critiqué, parce qu’il devenait abstrait, ou parce qu’il semblait recouvrir des intérêts idéologiques, des formes de domination. En reconnaissant la fin de l’ère postcoloniale pour les sociétés asiatiques, nous nous donnons la possibilité de réfléchir à nouveau frais, avec elles, à l’universalisme, et de procéder à son aggiornamento.

Michel Wieviorka est sociologue, docteur d’État ès Lettres et Sciences Humaines, directeur d’études à l’EHESS, Administrateur de la FMSH. Il a été co-directeur, avec Georges Balandier, de la revue Cahiers Internationaux de Sociologie de 1991 à 2011. Il dirige aujourd’hui la collection « Le monde comme il va » aux Éditions Robert Laffont. Il est également membre du Comité scientifique des Presses de Sciences Po’ et des comités de rédaction de plusieurs revues dont : Journal of Ethnic and Migration Studies / Ethnic and Racial Studies / French Politics, Culture and Society.

 

Pour citer ce billet : WIEVIORKA, Michel, « La fin de l’ère postcoloniale », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/84]

Gérard Fussman : Les études indiennes et d’Asie centrale en 2012

J’ai commencé à apprendre le sanskrit en 1958. Quatre ans plus tard, à l’âge de 22 ans, j’étais nommé archéologue-adjoint de la Délégation Archéologique Française en Afghanistan. Je pense qu’aujourd’hui ce ne serait plus possible, pas seulement parce que depuis quelques années les postes se raréfient et que les chercheurs obtiennent plus facilement des crédits de recherche pour une courte période qu’un emploi permanent leur assurant la tranquillité d’esprit nécessaire pour mener des recherches de longue durée. Je pense surtout que les institutions sont devenues beaucoup plus frileuses. Elles recrutent sur diplômes (doctorats, HDR) exclusivement, même quand cela n’a pas de sens, par exemple au CNRS, à l’EFEO et à l’EPHE. On ne fait pas confiance aux jeunes gens alors que tout Professeur sait très bien que, sauf exception, on peut très bien juger des capacités présentes et futures d’un étudiant de 20 ans. Il en résulte un accroissement de la précarité pour les jeunes chercheurs, un retard de carrière pour ceux plus âgés et une perte de capacités pour la recherche, par abandon des jeunes chercheurs sans fortune personnelle ou familiale, par vieillissement du corps des chercheurs également. Ce n’est pas le moindre effet négatif des réformes successives de la recherche et de l’université qui toutes ont, l’une après l’autre, accru la lourdeur et la lenteur des recrutements sans avoir apporté la moindre garantie quant à leur qualité.

En 1958, le sanskrit était la discipline reine, en partie parce qu’une connaissance minimale de cette langue était nécessaire pour faire de la grammaire comparée des langues indo-européennes. Cette discipline jouissait d’un grand prestige, étant la seule linguistique enseignée et bénéficiant de l’aura des grands noms de l’Université, dont Emile Benveniste. La seule Inde qui valait était l’Inde ancienne, très ancienne même. L’Inde moderne n’était qu’une dégénérescence. Les indianistes de cette époque, remarquables savants s’il en fut, ont manqué deux tournants, le renouvellement de la linguistique telle que symbolisée par les noms de Martinet et Chomsky, l’intérêt grandissant suscité d’abord par l’Inde contemporaine puis médiévale. La linguistique française moderne s’est constituée en dehors et, dans une certaine mesure, contre la grammaire comparée. Les études indiennes contemporaines se sont développées à l’INALCO et à l’EHESS. Ces deux coupures n’ont en rien bénéficié à l’indianisme. Mais il y a eu un énorme changement de perspective. En 1958 on pouvait se dire indianiste, et même anthropologue indianiste, sans connaître aucune langue contemporaine de l’Inde. Les étudiants formés depuis 1980 sont tous censés parler une langue contemporaine de l’Inde et en tout cas ne croient plus qu’on puisse faire une enquête de terrain en anglais seulement.

La hiérarchie des champs d’études a aussi beaucoup changé. En 1958, le sanskrit, assimilé à l’Inde, était la discipline reine, en France comme en Allemagne. C’était l’héritage de la découverte, au début du 19e siècle, de cette langue et de son apport à la grammaire comparée des langues indo-européennes. Le tibétain et le japonais étaient des disciplines confidentielles enseignées à l’École des Langues Orientales seulement, de statut nettement inférieur à celui de l’Université, ne serait-ce que parce que très peu de ses enseignants étaient docteurs. Devenue l’INALCO, c’est maintenant, après maintes péripéties, une université de plein droit, avec de nouveaux locaux, la proximité d’une bibliothèque ultra-moderne (la BULAC) et la participation au PRES (Pôle de Recherche de l’Enseignement Supérieur) Paris-Cité. Dans le domaine des études orientales, désormais orientées vers le monde contemporain, c’est apparemment l’institution qui a le plus d’avenir.

La hiérarchie actuelle de la production scientifique me paraît très différente de celle implicitement admise en 1958. Le monde contemporain, alors négligé par l’Université, est désormais privilégié par les étudiants et les « décideurs ». Du point de vue de la productivité de la recherche, la hiérarchie me semble plutôt être études iraniennes, études centrasiatiques, études indiennes. Pour le nombre des étudiants, c’est probablement le chinois qui arrive en tête. Cela a des causes objectives. Pour l’Iran le renouveau des études avestiques, sous l’impulsion en France de mon collègue Jean Kellens, et le développement des études sur le shiisme dans la lignée d’Henri Corbin et maintenant de Mohammad Amir-Moezzi. Pour l’Asie centrale, c’est le développement des fouilles archéologiques en Afghanistan jusqu’en 1978 et ensuite en Ouzbékistan. La création de l’Institut Français d’Études de l’Asie Centrale (IFEAC) à Tashkent, malheureusement fermé en 2011 par la volonté des autorités ouzbèques, a permis le développement d’études sur l’Asie centrale contemporaine. La Chine a profité du prestige d’une nation en pleine renaissance, de plus en plus ouverte sur l’étranger, de l’enseignement du chinois dans les lycées français et d’un réservoir d’étudiants chinois et surtout chinoises issus de l’immigration ou venus en France grâce à des bourses. Ces bourses existent aussi pour les étudiants indiens, mais ceux-ci ne viennent pas en France étudier l’indianisme classique : ce sont les métiers de la finance et du management qui attirent les meilleurs d’entre eux, y compris et surtout en Inde contemporaine.

Cette situation n’est pas définitive. Le rapide développement économique de la République Indienne va accroître l’attirance pour les études indiennes une fois que nous aurons fait comprendre à tous qu’il ne suffit pas de savoir l’anglais pour comprendre les pays et ses habitants. Mais les indianistes, malgré une augmentation très sensible du nombre de postes, sont aujourd’hui très mal armés pour défendre ou restaurer le prestige de leur discipline.

Petit historique

L’Institut de Civilisation Indienne créé le 13 juin 1927 au sein de l’Université de Paris à l’initiative d’Émile Senart, avait pour but de regrouper sous une affiche commune et de coordonner les enseignements relatifs à l’Inde donnés à la Sorbonne, alors unique université parisienne, au Collège de France, à la 4e (sciences philologiques) et à la 5e (sciences religieuses) sections de l’École Pratique des Hautes Études et à l’École des Langues Orientales (aujourd’hui INALCO). Le CNRS n’existait pas encore. L’affiche des cours donnés en 1928-1929 comptait quinze noms, dont la totalité des indianistes parisiens. Les cours étaient consacrés à l’Inde (dans ses frontières britanniques) ancienne, médiévale et contemporaine (hindoue et musulmane), à l’Asie indianisée (Asie centrale, Indochine, Indonésie) et à l’Iran préislamique.

Aux quatre institutions mentionnées plus haut vinrent s’ajouter après la seconde guerre mondiale le CNRS et l’ORSTOM (aujourd’hui IRD : Institut de Recherche et Développement), la 6e section de l’École Pratique des Hautes Études, aujourd’hui École des Hautes Études en Sciences Sociales, et l’Institut Français de Pondichéry, plus des chaires de sanskrit dans quelques universités de province, et plus récemment le Centre de Sciences Humaines à New-Delhi. Le nombre de postes disponibles s’accrut considérablement, les rivalités également. Le résultat est qu’il n’y a pas à Paris de cursus cohérent d’indianisme alors que nous y disposions en 2008 de bien plus de postes d’enseignement que n’importe quelle ville européenne ou américaine : deux chaires au Collège de France ; neuf chaires d’Université (trois à Paris III, une à Paris IV, une à Paris X, quatre à l’INALCO) ; quatre directions d’études à la 4e section de l’EPHE ; trois directions d’études à la 5e section de l’EPHE ; quatre directions d’études à l’EHESS ; au moins cinq maîtrises de conférences ; d’assez nombreux chercheurs au CNRS, dont beaucoup habilités à diriger des recherches et qui souvent enseignent. Il faut ajouter à ces postes permanents la dizaine de collègues étrangers de qualité invités chaque année à délivrer une ou plusieurs conférences. La France dispose également de deux instituts en Inde et il est assez facile d’obtenir une bourse pour aller étudier dans une université étrangère (indienne, européenne ou américaine). Mais chaque institution décide des enseignements qu’elle donne et de l’heure à laquelle ils ont lieu sans consulter, ni même avertir, les collègues appartenant à d’autres institutions. Il n’y a donc aucun cursus commun et complet, ni en formation initiale, ni en formation doctorale. Le prestige à l’étranger de la recherche indianiste française est loin de correspondre au nombre de postes créés.

Les réformes institutionnelles de ces dernières années n’ont fait qu’accentuer ce manque de coopération, même quand la volonté de remédier à la dispersion des postes existait chez les chercheurs et enseignants. Le lien quasi-exclusif des écoles doctorales et des équipes de recherche avec une seule université et l’interdiction, maintenant presque partout appliquée, faite aux chercheurs et aux enseignants d’appartenir à deux équipes de recherche et à deux écoles doctorales différentes empêchent de fait toute coopération en dehors des institutions et interdisent de fait aux étudiants d’être suivis par des enseignants appartenant à des institutions différentes. La constitution des PRES, désormais officiellement présentés comme de nouvelles universités et officiellement mis en compétition les uns avec les autres, ne fera qu’aggraver la situation à moins qu’on n’aboutisse, je ne sais par quel procédé, à regrouper l’essentiel des études indiennes dans un seul PRES.

La vague de réformes qui a touché le CNRS et, moins pour l’instant, les Universités, n’a pas eu que des effets négatifs. La constitution de grandes équipes et le lien avec les écoles doctorales sont les très bienvenus. L’accent mis sur le renouvellement tous les quatre ans des équipes, principe peu appliqué auparavant, empêche celles-ci de s’endormir sur les situations acquises. Mais cela empêche aussi les projets de longue durée comme la constitution de nouveaux dictionnaires ou l’édition de nouveaux manuscrits. Cela gêne les publications car celles-ci ne peuvent intervenir qu’en fin de projet et il est alors difficile de trouver le temps pour les faire et les crédits pour les réaliser. Enfin cela a amené à une énorme dispersion des archives, parfois à leur perte. Cela n’a guère d’importance lorsqu’il s’agit d’un projet littéraire individuel (type : l’humanisme de tel penseur indien). C’est une tragédie quand il s’agit de documents de terrain en linguistique, en archéologie, en anthropologie.

Le retard des publications est particulièrement important en archéologie, mais cela n’a rien à voir avec l’instabilité des équipes. Faut-il répéter qu’une recherche non publiée est une recherche non faite et qu’une fouille professionnelle non publiée ne vaut guère mieux qu’une fouille clandestine ?

Dernière chose, importante pour l’avenir. Les conditions d’accès au terrain ont complètement changé depuis les années 1970. L’Afghanistan et le Pakistan, alors relativement sans danger, sont de fait fermés aux chercheurs étrangers. L’Ouzbékistan vient de se fermer aux chercheurs en sciences humaines et sociales (pas en archéologie). Le Népal n’est plus accueillant. L’Inde est de plus en plus agitée de mouvements nationalistes hindous qui rendent le dialogue difficile, interdisent aux étrangers, et même aux Indiens, de traiter de certains sujets en public (les Aryens, l’apport musulman, les causes de la scission de 1947 par exemple) et font que le fossé s’accroît à nouveau entre science occidentale et science indienne. Les coopérations ne peuvent plus guère se faire que sur les sujets qui ne fâchent point, la grammaire de Pāṇini ou l’urbanisme antique etc.

Le développement économique accéléré de ces pays, l’urbanisation galopante, les progrès dans les communications et l’éducation amènent aussi à se demander dans quelle mesure des recherches de terrain en anthropologie y sont encore justifiées. Il me semble que la République Indienne et même le Pakistan relèvent bien plus aujourd’hui de la sociologie que de l’ethnologie.

Je ne dirai rien, contrairement à ce qu’on m’a demandé, sur les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents. Quand les chercheurs sont à la fois dispersés et individualistes, ne concevant les recherches en commun que sous la forme de production individuelle d’articles ensuite réunis à ceux d’autres collègues sous un titre commun, le choix des nouvelles thématiques relève de la mode, de l’imitation ou de l’initiative de collègues un peu plus visionnaires. Il en a toujours existé dans l’indianisme français. Mais il me semble qu’en Inde, comme tout pays si attentif à son passé, aucune recherche même sur l’Inde contemporaine ne peut se faire sans prendre en compte la dimension temporelle et culturelle héritée. Il me semble aussi que la spécialisation actuelle impose la constitution de groupes de recherches menant des recherches en commun, sur un terrain commun, avec une thématique et un objectifs communs, sous une direction commune, et aboutissant à des publications sous signature multiple. Le CNRS, qui préconise depuis longtemps les recherches collectives, n’a toujours pas pris conscience de ce qu’est une telle recherche puisque les recrutements et promotions s’y font sur base individuelle seulement.

Paris, le 17 mars 2012.

Gérard Fussman est archéologue, professeur au Collège de France et spécialiste du sanskrit.

 Retrouvez le profil de Gérard Fussman, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : FUSSMAN, Gérard, « Les études indiennes et d’Asie centrale en 2012 », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/78]