Archives de catégorie : b.Synthèses

Le Clersé

Abdelhafid Hammouche, Marie-Pierre Coquard, 09/05/2012

 

1) pour le sous continent indien :

Anthropologie – Brigitte Steinmann (Prof., anthropologie générale et approches ethnologiques comparées, construction des systèmes symboliques et des savoirs, ethno-histoire, anthropologie du développement et répercussions politiques) avec des champs de recherche en Inde et au Népal, et deux doctorantes du Clersé concernées sous sa direction :

– Claire Martinus avec un sujet de thèse intitulé « Mariages inter-castes au sein des populations népalaises locales et immigrées. Etude sur l’évolution des choix matrimoniaux au Néapl et dans l’immigration népalaise en Europe » ;

– Claire Femenias, sujet de thèse intitulé « Etude des rites funéraires chez les Bayung-Raï du Népal oriental : comparaison village /aire urbaine ».

2) pour l’extrême orient :

a) Asie du Sud-Est :

Economie – Pierre Alary (MCF) : Le développement des échanges marchands et les monnaies en Asie du Sud-Est. Le cas du Laos.

 Sociologie – Gwenola Ricordeau (MCF) : Mariages mixtes, féminisme, rapport sociaux de sexe et femmes migrantes aux Philippines. Gwenola Ricordeau travaille sur les mariages des femmes philippines avec des hommes étrangers. Sa recherche porte à la fois sur les parcours des actrices et sur les discours et débats publics sur ces mariages mixtes. C’est dans cette perspective qu’elle s’intéresse au mouvement féministe philippin et plus généralement aux femmes dans l’espace politique philippin.

 A noter que la recherche sur la zone des Philippines implique en France une communauté de chercheurs français restreinte alors qu’au niveau international, les américains et australiens sont très actifs compte-tenu de leur proximité avec cette zone. Ceci constitue une faiblesse pour la recherche française et le débat des idées, d’où l’intérêt d’être présent, de s’insérer et de développer des réseaux internationaux, de nouer des partenariats sur ces sujets avec des pays où souvent c’est la présence anglo-saxonne et américaine qui domine.

b) Asie de l’Est :

Chine : Brigitte Steinmann et Sébastien Delarre (MCF, sociologue, analyse des réseaux) dans le cadre du programme France-Chine Cuai Yuanpei (2011-2013) intitulé Integrated Urban Mesocosm.

Dans le cadre de ce programme, une doctorante du Clersé, Marjeurie Meunier est très impliquée. Son sujet de thèse porte sur « Anthropologie des organisations religieuses du taoïsme en Chine ».

Dans le cadre de ce programme, le Clersé accueille pendant 2 ans (2011-2013) un doctorant de l’Université de Pékin, Xuan Fan. Ses recherches portent sur « le genre, le corps, et la théorie générale du genre en Europe ».

 Chine : Economie – Bruno Boidin (MCF HDR) et Richard Sobel (MCF) dans le cadre de la thèse de Clément Séhier intitulée « RSE et transformations du rapport salarial dans la Chine contemporaine ».

 Chine : Anthropologie- thèse de Kamel Labdouni soutenue en nov. 2011 intitulée « Modernisation et changement en Chine : enjeux anthropologiques et sociaux. La rénovation des quartiers d’habitation vécue par une communauté de résidents de Harbin » sous la direction de G. Gaillard (Prof.).

Corée : Sociologie – Claire Gellereau, étudiante en M2 Sociologie et Anthropologie des Enjeux Urbains suivie par Cécile Vignal (MCF). Titre : « Les choix résidentiels d’expatriés issus de pays Occidentaux à Séoul ». Ce projet de recherche croise la sociologie urbaine, la sociologie de l’habitat et la sociologie des migrations dans le contexte asiatique. Il s’agit de saisir le rôle joué par les entreprises, la ville de Séoul, les institutions françaises ainsi que par les contraintes structurelles sur les choix résidentiels des expatriés. La thèse approfondira et développera l’étude engagée en Master 2 en s’intéressant également aux ressortissants d’autres pays européens, et en élargissant les questionnements dans une étude comparatiste des choix résidentiels selon le pays d’origine.

Le choix de la ville de Séoul reste pertinent car, récemment ouverte aux étrangers et dotée d’un important dynamisme urbain, la ville a créé des centres d’aides destinés aux étrangers et met en avant les identités culturelles des quartiers regroupant une forte communauté étrangère (quartiers mongol, japonais, chinois, ainsi qu’anglo-saxon et français). La thèse vise ainsi à enrichir les travaux en sociologie portant sur les expatriés ainsi que les études urbaines et asiatiques.

Japon : Economie – Florence Jany-Catrice (Prof.), sur la thématique du CARE (question montante dans les pays d’Asie, et au Japon en particulier), sur la question des nouveaux indicateurs de richesse question dont le Japon commence à s’emparer également, et dans le cadre du projet franco-japonais chorus ANR ILERE 2011-2013 « Initiatives locales et exclusion des résidents étrangers – Comparaison France –Japon ». Cette dernière recherche s’effectue en relation avec Thierry Ribault (CR CNRS) actuellement détaché à l’Institut de recherche de la maison franco-japonaise de Tokyo (UMIFRE 19 CNRS-MAEE). Thierry Ribault a également bénéficié d’un appui de l’INSHS au Clersé dans le cadre du 1er appel à projets en émergence PEPS 2009, sur le thème « Japon : des jeunes en émergence ».

Enfin, un projet de Laboratoire International Associé (LIA) à l’initiative de Thierry Ribault, qui sera proposé auprès de la direction de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS (InSHS) dont le titre provisoire est: « Protection humaine et réponses au désastre. Soin intensif en sociétés industrielles » basé au Japon et au sein duquel plusieurs membres du Clersé pourraient participer.

Japon : Sociologie – Abdelhafid Hammouche (Prof.) sur le thème Villes et Cultures : action publique dans l’espace urbain. Cette recherche sur la transformation des quartiers concerne les villes de Lille, Fortaleza et Yokohama. Coordonnée par Abdelhafid Hammouche, elle implique des chercheurs des universités des trois villes. Les chercheurs japonais sont enseignant-chercheurs à l’Université Meiji Gakuin de Yokohama.

Japon : Economie – Anne Bustreel (MCF) dans le cadre de sa coopération avec Tomo Nishimura (MCF, Université de Kwansei Gakkuin) un travail en émergence en liaison également avec Martine Pernod-Lemattre (MCF) et Frédéric Cornuau (MCF) : dimension de genre, conditions de travail des salariés précaires, approches comparatives France -Japon.

Japon : Ethnologie – projet de post-doc de Clothilde Sabre, suite à sa thèse intitulée « Le néo-japonisme ou la passion pour la culture pop japonaise comme forme de construction identitaire dans le cadre de la mondialisation » sous la direction de Paul van der Griip (Prof.).

Taiwan : Economie – Catherine Comet (MCF), projet PHC Orchid actuellement terminé. « Between State and Familism : a comparative study of interlocking Directorates between France Taïwan » (2009-2010).

Abdelhafid Hammouche,
Directeur du Clersé

Marie-Pierre Coquard,
Chargée des relations internationales au Clersé

Gilles Lhuilier : Structurer un nouveau « champ scientifique » ?

Gilles LhuilierLes Global Legal Studies between Asia and Europe

Un peu partout dans le « monde » de la recherche, des centres sur la mondialisation du droit sont créés, des programmes d’enseignements et des revues lui sont consacrées. Des thèmes se précisent peu à peu : « global justice », « global governance », « global regulation »… – circulation des biens et des hommes, émergence ou mutation d’espaces culturels et politiques, régulation financière et commerciale… Les traditionnelles aires juridiques culturelles sont ainsi partiellement recomposées par des pratiques juridiques et pensées juridiques de plus en plus « mondiales ».

Apparaît une pensée juridique qui s’émancipe des cadres nationaux et qui modifie les découpages de champs traditionnels que sont les « aires culturelles », par exemple les aires que les juristes comparatistes européens ont construites en regardant le monde vu d’Europe, il y a plus d’un siècle : aire européenne continentale, Common law, Afrique, et surtout, « aire Asiatique ».

Apparaît désormais une pensée juridique de plus en plus «mondiale » que l’on pourrait nommer plus exactement « trans-continentale », au double sens de ce qui « traverse » un continent mais aussi de ce qui est « au delà » d’un continent. Cette pensée juridique trans-continentale est parfois désignée en anglais par des termes qui délimitent non plus une zone géographique mais un nouveau champs scientifique : les Global Legal Studies (G.L.S.), ou Global law.

Un champ scientifique apparemment pur et désintéressé de la science étant – aussi – un champ social comme un autre avec ses rapports de forces et ses monopoles ses luttes et ses stratégies, ses intérêts et ses profits[i], un Groupement d’Intérêt Scientifique international (G.I.S.) dit Global Legal Studies between Asia and Europe est en cours de constitution. Il vise à combler un très étonnant vide dans le dispositif de la recherche française, à la fois dans le champ scientifique des Global Legal Studies, c’est-à-dire de la mondialisation du droit étudiée selon une approche à la fois pratique et pluridisciplinaire, et dans l’aire géographique et humaine Asiatique alors même que la recherche – elle aussi – bascule de l’Ouest vers l’Asie.

Faut il rappeler par exemple l’absence totale de formations dédiées aux droits Asiatiques dans les universités françaises et la quasi absence de formations aux global law en France alors même qu’elles constituent un champs académique désormais majeur non seulement aux États-Unis mais aussi en Asie ?

Le but du G.I.S. international est d’accompagner l’émergence de ce nouveau champs scientifique, de faciliter une collaboration établie depuis plusieurs années entre plusieurs partenaires en Asie et en Europe ; de monter des recherches communes, répondre à des appels d’offres, réaliser des publications, des séminaires et colloques, des enseignements, des réseaux de recherche, des actions de promotion de la recherche, etc., bref, de structurer un nouveau champ scientifique, non plus selon des logiques coloniales ou même post coloniales, mais globales.

Un  nouveau champ scientifique pluridisciplinaire

On peut définir ces G.L.S. comme l’introduction dans les sciences juridiques de l’actuel global turn dans les sciences sociales, tournant épistémologique majeur des sciences sociales, qui invite à « penser global » : « Un enjeu décisif, aujourd’hui, est de faire entrer les changements du monde dans les sciences sociales, en général, … appelée(s) à penser « global ». »[ii].   C’est –dit-on- usuellement, une critique épistémologique du « nationalisme méthodologique »[iii]. Pour Ulrich Beck, la science économique, la science politique, les relations internationales et une grande partie de l’histoire ne permettent pas de comprendre le monde globalisé car ces disciplines ont pour objet principal l’analyse de l’État et que celui-ci n’est plus l’acteur politique par excellence, qu’il a perdu son exclusivité au profit des multinationales, des acteurs financiers transnationaux (« le capital »), et enfin d’une esquisse de société civile mondiale. Il y a – litote – des phénomènes qui ne sont pas liés seulement au contexte national (français, ou japonais, chinois, etc) , ni même régional (Européen, Pacifique, ou Asiatique) mais mondial, ou mieux, transnational, global. La conséquence est simple: « National organization as a structuring principle of societal and political action can no longer serve as the orienting reference point for the social scientific observer »[iv]. Face à cette nouveauté, la démarche de chercheur doit prendre en considération la dimension transnationale des phénomènes qu’il observe.

Les juristes ont d’évidence beaucoup de difficultés à penser la globalisation du droit à l’aide des catégories traditionnelles telle la notion d’État, ou encore la notion d’ordre juridique. Le constat est certes fait de la « déterritorialisation » de la loi, la souveraineté ne s’exerçant plus nécessairement dans le cadre de l’État national sur le territoire national[v]. Est aussi fait le constat de la force montante des marchés et des transnationales qui dans ce monde global créent des normes souvent plus puissantes que celles des États nationaux[vi]. Émergent ainsi des acteurs globaux non étatiques qui ne correspondent pas aux catégories traditionnelles du droit[vii]. Une prise de conscience de la nature épistémologique du problème apparait désormais dans la doctrine : « Le droit global n’est pas un nouvel ordre normatif, structuré, hiérarchisé, articulé à la manière de la pyramide de Kelsen, mais il résulte en fait d’une utilisation nouvelle du droit » [viii], ces nouvelles formes globalisées du droit appelant un « faisceau de concepts »[ix] nouveaux.

La science juridique est ainsi elle aussi sous le coup d’un global turn, c’est-à-dire d’une mise en cause de ses concepts fondateurs[x]. Le global turn dans les sciences juridiques est avant tout un pragmatic turn – une approche praxéologique, car ce sont les techniques / pratiques des lawyers et juristes qui réalisent des montages nouveaux de normes anciennes, le plus souvent étatiques, qui sont l’objet principal de l’étude des espaces normatifs. Il n’y a désormais ni hétéronomie étatique, ni autonomie d’acteurs privés qui créeraient leurs normes ex nihilo, mais interpénétration de niveaux juridiques divers. Le projet des Global Legal Studies, réalisant le global turn dans les sciences juridique, est un changement méthodologique quant à la définition de l’ « espace » et du « sujet », afin de « dénationaliser » la science juridique, c’est-à-dire de décentrer l’analyse juridique de l’Etat national.

Le global turn privilégie alors une approche dite aussi parfois transystémique – qui se donne pour objectif de « dénationaliser » la science du droit et de former des juristes globaux en se plaçant délibérément en dehors d’un système juridique national, voir d’un système de droit (continental, Common Law, etc) [xi]. Mais de quel point de vue se situe alors l’analyse ? D’un point de vue extérieur aux ordres juridiques, d’un simple point de vue de la pratique juridique, un point de vue pragmatique ou, mieux, « praxéologique » : la question est posée en termes de besoins de la pratique, et surtout en termes d’analyse des pratiques des acteurs et des réponses données en examinant, parmi les différentes traditions, laquelle semble plus adaptée. C’est cette approche qui est désormais enseigné dans certaines universités, telle Mac Gill ou l’ESSEC Business school Paris-Singapour, point de vue nommée alors transystemic legal education[xii].

C’est alors la notion de droit qui est transformée non plus limité à une « juridiction »- à un Etat dont le droit s’applique sur son territoire, le rapport entre le droit et l’espace étant transformé: « It seems that jurisdictional boundaries have lost significance in an internationalized, globalized and post-regulatory environment. This calls into question the very notion of ‘law’ itself, at least as traditionally understood as a system of posited norms within a given jurisdiction »[xiii].

Les études « régionales » sont alors transformées par ce global turn : en étudiant par exemple les grands contrats miniers et pétroliers Sino-africains, apparaît un basculement du monde économique et juridique de l’Ouest vers l’Est, de l’Occident vers l’Asie, le décentrement des anciens États nationaux vers des formes nouvelles de normativité transnationale. La Chine a en effet inventé le modèle des grands contrats « pétrole contre investissement » dit « model angolais », ou offset[xiv]. Et aujourd’hui ces grands contrats offset de partenariat public / privé réalisent des investissements obligatoires de développement par les entreprises privées dont le montant est deux fois supérieur aujourd’hui au montant total de l’aide mondiale publique au développement (O.N.U. et ses grandes agences, Europe, États-Unis, etc., cumulés). Ces grands contrats constituent ainsi à la fois la nouvelle diplomatie et la nouvelle régulation du développement économique mondial, par des techniques de maillage, de choix, d’élaborations d’espaces normatifs singuliers cette fois opérés à la fois par des acteurs privés et des acteurs étatiques. Le « contrat du siècle » Chine-R.D.C., contrat offset construit sur le modèle des contrats dits angolais, est exemplaire de cette nouvelle forme de l’économie-monde, de ce basculement du monde.

Des nouveaux partenariats décentrés

Pour accompagner l’émergence de ce nouveau champs scientifique qui se caractérise par un dialogue renouvelé entre droit et sciences sociales, la recherche sur la mondialisation se caractérisant par un abandon du positivisme juridique et une ouverture aux sciences sociales (« law and… »), et pour réaliser un co-production scientifique internationale avec l’Asie, c’est-à-dire abandonner une conception européo-centrée de la recherche, il faut réaliser des nouveaux partenariats inédits dans leurs configurations.

En novembre 2012 avait été signé à l’ESSEC Business School Paris l’accord de GIS Global Legal Studies between Asia and Europe entre quatre de ses principaux partenaires, en présence notamment de monsieur Pierre Tapie, Directeur Général du Groupe ESSEC, madame Viviane de Beaufort,  codirectrice du CEDE, et de messieurs Zheng Chengliang Vice-Président de l’Université Jiao Tong de Shanghai, Directeur de la Faculté de droit/Law school, Xuanyang Gao, Directeur de l’Institut d’Études Avancées sur la Culture Européenne, Thomas Brisson, de GLSN, Jean-Luc Racine, Directeur scientifique de la FMSH Paris, Pascal Marty, représentant le président du CNRS, monsieur Alain Fuchs.

En juillet 2013 sera organisé une seconde signature – à l’Université de Nagoya au Japon afin de recueillir la signature du cinquième membre fondateur, en présence notamment de  monsieur le professeur Christophe Marquet, directeur de l’unité de service et de recherche du CNRS « Asie orientale » (USR 3331), et de monsieur le professeur Katsuya Ichihashi, directeur du CALE.

Le G.I.S. regroupe cinq membres fondateurs : GLSN/FMSH, Paris ; le CNRS/MAEE (Tokyo, Hong- Kong, Taipei) ; le CEDE de l’Essec Business-School Paris-Singapore ; l’université Jiao Tong de Shanghai à travers le Centre Law and Society de la Law School et l’Institut d’Études Avancées sur la Culture Européenne, Chine ; le CALE de l’université de Nagoya, Japon. Une procédure simple d’adhésion – après accord des membres – permet d’ouvrir ensuite le groupement à d’autres membres.

Premier membre : Global Legal Studies Network – Mondialisation du droit (GLSN)

GLSN est le programme de recherche sur la mondialisation du droit que Gilles Lhuilier coordonne à la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme (FMSH). www.glsn.eu

Le réseau « Mondialisation du droit – Global Legal Studies Network », localisé à Paris, vise à relier les chercheurs, enseignants, experts, praticiens – Français et étrangers – qui consacrent leurs travaux à la mondialisation du droit. Le réseau est un programme de recherche « géographique » de la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme qui héberge le site internet. http://www.msh-paris.fr/fr/recherche/aires-geographiques/monde/

La Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) est un établissement d’utilité publique, personne morale de droit privé, ayant pour but, selon le décret du 4 janvier 1963 modifié : « la promotion de l’étude des sociétés humaines considérées avant tout dans leurs réalités actuelles et à partir d’elles ». http://www.msh-paris.fr/fr/

Deuxième membre : le CNRS, et son unité de service et de recherche « Asie orientale » (USR 3331)

Le CNRS français exerce sa tutelle sur l’USR « Asie Orientale » qui regroupe deux centres de recherche communs au CNRS et au Ministère français des Affaires Étrangères et Européennes, localisés sur trois sites : Tokyo, Hong-Kong, Taipei. http://www.ifre.fr/

En premier lieu, l’UMIFRE n°19 CNRS-MAEE est un Institut français de recherche sur le Japon contemporain, établi par le Ministère des Affaires Étrangères et Européennes et associé directement au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique). Dénommé « la Maison franco- japonaise », l’UMIFRE 19 est située à Tokyo, Japon, et est membre du réseau des 27 centres de recherche à l’étranger soutenu par le Ministère français des Affaires Étrangères et Européennes et le CNRS. http://www.mfj.gr.jp/

En second lieu, l’UMIFRE n°18 CNRS-MAEE est un centre de recherche sur la Chine contemporaine ayant pour mission d’étudier les mutations politiques, économiques, sociales et culturelles de la Chine populaire, de Taiwan, de Hong-Kong et de Macao.

L’UMIFRE n°18 est un centre de recherche établi par le Ministère des Affaires Étrangères et Européennes et associé directement au CNRS. Dénommé Centre d’Études Français sur la Chine contemporaine (CEFC), ce centre est membre du réseau des 27 centres de recherche à l’étranger soutenu par le Ministère français des Affaires Étrangères et Européennes et le CNRS. http://www.cefc.com.

En troisième lieu, depuis 1994, le CEFC compte une antenne à Taipei, hébergé sur le campus de l’Academia Sinica (à Nankang). http://www.cefc.com.hk/rubrique.php?id=102

Troisième membre : L’ESSEC Paris-Singapore Business School et le Centre Européen de Droit et d’Économie de l’ESSEC (CEDE)

Le CEDE, Centre Européen de Droit et d’Économie est un centre de recherche d’excellence dont les travaux et les activités se situent à l’interface des deux disciplines dans une perspective européenne et mondiale, comparative. C’est un centre de l’ESSEC Business School Paris- Singapore, localisé en France, et à Singapour, l’ESSEC ayant décidé la construction d’un important campus en Asie qui doit a moyen terme être aussi important que l’établissement parisien. http://cede.essec.edu/

Quatrième membre : L’Université Jiao Tong de Shangai (UJTS)

La Kaiyuan Law Schooldépartement de droit de l’université Jiao Tong de Shanghai (UJTS) est l’une des plus importante law school de Chine, http://law.sjtu.edu.cn/En/. Outre les activités de formation, la Law School accueille de nombreux centres de recherche dont le Centre Law and Society. http://www.socio-legal.sjtu.edu.cn/En/

L’Institut d’Études Avancées sur la Culture Européenne (IEACE) de Shangai

L’institut a été créé le 24 septembre 2011, sous le parrainage conjoint de l’université Jiao Tong de Shanghai (UJTS) et de la Fondation Julink des Sciences humaines, avec le soutien du Président Zhang Jie de l’UJTS. http://www.sjtu.edu.cn/ Son objectif est de promouvoir des études et des recherches      sur       la         culture         européenne à        l’échelle      nationale    et      internationale. http://iasec.sjtu.edu.cn/Front/Index3/index.html?ctgid=3ed325fc-1b96-454c-8a54-a1fb87095c30

Cinquième membre : L’Université de Nagoya et The Center for Asian Legal Exchange (CALE)

Le CALE est un centre de recherche de l’université de Nagoya, situé à Nagoya au Japon. Son principal thème de recherche, d’enseignements et d’expertises est la coopération juridique en Asie. Le centre a développé le plus important réseau sur ce thème à travers l’Asie et travaille avec de nombreuses institutions et universités en Asie, spécialement au Cambodge, au Laos, en Mongolie, en Uzbekistan et au Vietnam. http://cale.law.nagoya-u.ac.jp/index_eng.html

De nouvelles actions de recherches

La mission du G.I.S est le développement de la recherche entre l’Asie et l’Europe dans le champ scientifique des Global Legal Studies – c’est-à-dire de la mondialisation du droit étudiée selon une approche à la fois pratique et pluridisciplinaire. Cette approche permet plus facilement des collaborations scientifiques de chercheurs de champs différents des sciences sociales (Sociologie, Anthropologie, Économie, … et Droit). Les objectifs du GIS sont donc identiques aux objectifs de GLSN, mais tout spécialement dans un axe entre l’Asie et l’Europe[xv].

Mais les partenariats ne peuvent se limiter à des actions de recherche, tant la constitution d’un champs scientifique est indissociable de l’enseignement et de la diffusion de la recherche, bref d’un milieu social.

Les actions du G.I.S. sont donc triples :

En premier lieu, la réalisation des recherches, colloques ou séminaires communs. Plusieurs membres du G.I.S. ont organisé des colloques communs, par exemple des colloques internationaux, organisés à la Maison franco-japonaise (Tokyo, UMIFRE 19) ; une semaine internationale en janvier 2013 sur « L’Europe, la mondialisation, et les sciences sociales » à la MSHB, etc. Ils réalisent des réponses concertées à des appels d’offres. Ces appels d’offres sont destinés à soutenir la création de réseaux multidisciplinaires de recherche et/ou à financer des projets communs de recherche collaboratifs. Ainsi, plusieurs membres du G.I.S. ont répondu à un appel d’offre du Ministère de la Recherche français, le projet s’intitulant NESNORM, un appel MSHB, et vont répondre à un appel inter MSH afin de préparer une réponse à une ANR Bilatérale, etc.

Deux séminaires communs sont en cours de construction :

-Le séminaire « Global Law and Business in Asia » est une Communauté de partage de pratiques. Il a pour objet la production de descriptions des pratiques professionnelles (DoP Description of Practices) des avocats et sociétés en Asie réalisées par des praticiens du droit eux-mêmes (law firm’s lawyers and in house counsel of transnational firms) afin d’appréhender la mondialisation du droit à l’œuvre du point de vue des acteurs de la mondialisation – les praticiens internationaux – et non plus seulement du point de vue des législations nationales.

-Le séminaire “Théories de la globalisation : l’approche par le droit”réunit des chercheurs en sciences sociales (sciences politiques, sociologie, anthropologie, droit, etc.) qui travaillent à un renouvellement théorique de la mondialisation en privilégiant une approche par les « objets » juridiques, plus spécialement en Asie. Les sciences sociales -construites en occident à une époque où l’Etat nation était le fait social dominant- sont aujourd’hui bousculées dans leurs fondements épistémologiques par l’émergence, à côté des Etats, de nouveaux acteurs transnationaux, ainsi que par le basculement du capitalisme mondial de l’Ouest vers l’Asie.Les chercheurs du séminaire tentent d’élaborer, par un dialogue entre sciences sociales, de nouvelles méthodes plus à même de saisir les singularités de ces transformations. Ils partent plus spécifiquement des transformations juridiques induites par la mondialisation en Asie comme moyen d’analyser cette dernière.

En second lieu, la réalisation d’enseignements de Global Law. Certains des membres du G.I.S. ont manifesté un intérêt pour un cours sur les grands contrats offset – spécialement dans la zone Africaine et Asiatique. Un séminaire d’enseignent instituléPratiques de la vie internationale des affaires (Une approche transystémique)” est en cours de construction pour la rentrée 2013. Ce séminaire sera commun au master Grande École « Droit des Affaires Internationales et Management » (MSDAIM) de l’ESSEC Business School Paris Singapour et à la FMSH Paris. L’approche dite transystémique, de la vie internationale des affaires orientée vers l’Asie, invite à renouveler le cadre d’analyse théorique de la mondialisation du droit. Cette approche transforme en effet la notion même de droit, non plus limitée à une seule « juridiction », à un État dont le droit s’applique sur son territoire. C’est en effet le rapport entre le droit et l’espace qui est désormais transformé: « Transsystemic legal teaching is a challenge to the western bias against conceiving of law as anything other than that which is positively enacted by the state »[xvi].

En troisième lieu, des actions ciblées destinées à développer certains objectifs scientifiques et/ou notamment à favoriser l’accès de la communauté scientifique aux outils nécessaires pour la recherche sur les Global Legal Studies entre l’Asie et l’Europe, la mise en place de partenariats avec d’autres structures publiques ou le secteur privé, la création de collaboration d’écoles doctorales internationales, de thèses internationales en cotutelles, la réalisation d’expertises communes, des publications communes, qu’il s’agisse de livres, d’articles collectifs, de chroniques dans des revues, etc. tel le cahier consacré à la « mondialisation des sciences sociales » dans la revue Europeanna. etc. Ainsi par exemple, plusieurs membres du G.I .S. sont adhérents du Global Forum on Law, Justice and Development de la Banque Mondiale, localisé à Washington, ce qui facilite la participation des autres membres à ce Forum et la création d’un Thematic Working Group commun.     http://globalforumljd.org/index.htm

*

Accompagner l’émergence d’un nouveau champ scientifique, c’est ainsi lui donner les conditions institutionnelles de son établissement :

-Mettre en relation centres et chercheurs disséminés sur les continents, c’est permettre aux chercheurs français – et étrangers – de mieux se connecter à cette communauté mondiale de chercheurs en cours de formation et aux grands débats scientifiques de cette pensée juridique mondiale.

-Mais c’est aussi tenter de combler l’une des graves lacunes du système universitaire français qu’est le décalage grandissant avec l’internationalisation –mondiale- des Universités, et la circulation mondiale des sciences sociales, et ce alors même que les chercheurs français tels ceux de l’école historique française ont souvent été à l’origine de ces grandes mutations épistémologiques mondiales.

Gilles Lhuilier est  Professeur de Droit, Président du GIS Global Legal Studies between Asia and Europe,  glsn.eu


[i] Bourdieu, P., « Le champ scientifique », in Actes de la recherche en sciences sociales, vol 2, n°2-3, juin 1976, p. 88.

[ii] Wieviorka M., administrateur de la FMSH ; Calhoun C., Directeur de la London School of Economics, « Manifeste pour les sciences sociales », in Socio n°1, « Penser Global », 28 mars 2013. Sur ce global turn, voir le colloque « Penser global », 50e anniversaire de la Fmsh, 15-18 mai 2013.

[iii] Wieviorka M., Neuf leçons de sociologie, Paris, 2008, Pluriel, Robert Laffont ; Beck  U. Pouvoir et contre-pouvoir à l’ère de la mondialisation, Paris, 2003, Aubier ; Qu’est-ce que le cosmopolitisme ? Paris, 2006, Aubier, Beck U. & Levy D., Cosmopolitanized Nations: Reimagining Collectivity in World Risk Society, FMSH-WP-2013-27, february 2012.

[iv] Beck U. et Sznaider N., « Unpacking Cosmopolitanism for the Social Sciences: a Research Agenda », British Journal of Sociology, vol. 57, no 1, 2006, p.5.

[v] Ruggie J., “Territoriality and Beyond – Problematizing modernity in international relations”, 1993, International Organization, Vol. 47, No. 1, 139-174.

[vi] Strange S., The Retreat of the State The Diffusion of Power in the World Economy, Cambridge, 1996, Cambridge University Press.

[vii] Slaughter A.-M., “Disaggregated Sovereignty: Towards the Public Accountability of Global Government Networks, Government and Opposition, Hobboken, Etats-Unis, 2004, p. 162; Meritus J., « Considering Non-state Actors in the New Millennium: Toward Expanded Participation in Norm Generation and Norm Application », NYU Journal of International Law and Politic., 2000, 32, p. 553.

[viii] Sauvé J. M., « Les  acteurs  français  dans  la  mondialisation  du  droit », Paris, 2011,  conseil-etat.fr.

[ix] Arnaud A.J., Entre modernité et mondialisation, Cinq leçons d’histoire de la philosophie du droit et de l’État, Paris, 1998, p. 46, L.G.D.J.

[x] Jamin C., La cuisine du droit, L’École de droit de science po : une experimentation française, Paris, 2012, Lextenso;  Xifaras M., « From the General Theory of State to Global Law? », Jus politicum, International Journal of Constitutional Law and Politics, Paris, n°8.

[xi] Ancel P., « Dénationaliser l’enseignement du droit civil? Réflexions autour d’une expérience québécoise », R.T.D. Civ., 2011, p. 701.

[xii] Voir le cours « International Affaires Practices » du Master Droit des Affaires et Management de l’ESSEC ou le site de l’Université McGill consacré à la « transystemic legal education » : http://www.mcgill.ca/centre-crepeau/transsystemic/ ; ou

[xiii] Dedek H. et de Mestral A., « Born to Bewild : the Trans-Systemic Programm at McGill and the De-nationalization of Legal Education », 2009, German Law journal, vol 10, n° 7, 889.

[xiv] Dunia P. Zongwe, « On the road to Post Conflict Reconstruction by Contract : the Angola Model », WP, Cornell University

[xv] Lhuilier G., « Existe-t’-il une pensée juridique mondiale ? », http://www.glsn.eu/ ; ainsi que Lhuilier G.et Choukroune L. « Les instituts français de recherche à l’étranger au cœur d’une nouvelle ‘alliance’ entre droit et sciences sociales », Revue Transcontinentales, 7 | 2009, URL : http://transcontinentales.revues.org/380.

[xvi] Glenn H. P., « Doing the Transsystemic: Legal Systems and Legal Traditions », 2005, 50 McGill Law Journal, 863

 

Pour citer ce billet : LHUILIER, Gilles, « Structurer un nouveau « champ scientifique » ? », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 15 juillet 2013. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/2006]

Isabelle Giraudou : Le ‘global turn’ de l’enseignement du droit au Japon

Isabelle GiraudouLa mondialisation des sciences humaines et sociales – et, singulièrement, du droit – s’accompagne au Japon d’un certain nombre de changements récents du paysage académique. Parmi les plus marquants, relevons : la mise en place d’une soixantaine de Law Schools, la diversification de l’enseignement juridique en langue anglaise (avec, en particulier, la création dans plusieurs Graduate Schools of Law de nouveaux programmes conçus à partir d’une approche transnationale du droit), le renforcement des programmes japonais de coopération internationale dans le domaine de l’enseignement juridique à destination de plusieurs pays d’Asie et, plus récemment encore, la consolidation des collaborations scientifiques internationales entre enseignants-chercheurs via la création de nouveaux supports institutionnels ainsi que la multiplication des recrutements d’enseignants juristes non-japonais. Induites par la mondialisation du droit, ces transformations institutionnelles s’accompagnent d’un renouvellement de la réflexion sur les objets mêmes de l’enseignement du droit et ses méthodes. Quoiqu’y revêtant des modalités spécifiques, une telle recomposition du paysage académique n’est pas propre au Japon : liée à l’émergence de nouveaux espaces de régulation et à l’apparition de nouvelles pratiques du droit, elle participe du basculement progressif vers l’Asie de la production du droit et de la pensée juridique.

In and Out – Les nouveaux espaces de l’enseignement du droit au Japon

Law School, ou Hōka daigakuin; Research and Education Center for Japanese Law, ou Nihon hō kyōiku kenkyū sentā; Leading Graduate School, ou Rīdingu daigakuin : autant de nouvelles appellations officielles, parmi d’autres, pour désigner en deux langues certains des nouveaux espaces de l’enseignement du droit au Japon; et autant de transformations institutionnelles – dont la plus médiatisée reste la mise en place du système universitaire de préparation à l’examen du barreau à partir de 2004.

Américanisation? La mise en place dans plusieurs universités existantes d’une soixantaine de hōka daigakuin à partir de 2004 est une des mesures les plus connues, les plus vivement débattues aussi, de la réforme de l’enseignement du droit au Japon. Requise pour la préparation à l’examen du barreau, cette nouvelle formation est proposée au niveau post-graduate principalement à des étudiants ayant suivi une formation préalable (niveau under-graduate) juridique ou non. Quoique traduite officiellement par « Law School », l’appellation Hōka daigakuin utilise deux mots en usage depuis longtemps au Japon; et la réforme est censée répondre avant tout à des problèmes propres au pays (notablement, le manque avéré de juristes praticiens). Cependant, soutenue plus particulièrement par les spécialistes japonais de droit anglo-américain ayant suivi une formation et/ou ayant une expérience de l’enseignement aux États-Unis, elle n’en traduit pas moins d’un point vue institutionnel une certaine américanisation du paysage académique. Sur le plan pédagogique, cette réforme n’est pas sans soulever des difficultés – certains dénonçant l’inadaptation du nouveau cadre institutionnel à l’enseignement d’un droit interne structuré autour de grands codes (Roppō). Ceci étant, la réforme a permis d’inaugurer un rapprochement entre enseignants et praticiens juristes et d’ouvrir ainsi pour la première fois au Japon une réflexion poussée sur les méthodes d’enseignement du droit. Comme le souligne le juriste américain Daniel Foote (université de Tokyo): « The most gratifying development of all has been a dramatic change in ethos with regard to the attention accorded to teaching »[i].

Globalisation? Avec la mise en place de programmes en Global Studies aux niveaux master et doctorat, certaines universités japonaises tentent de pérenniser l’internationalisation des programmes d’enseignement et d’innover plus radicalement en matière de rapprochements disciplinaires[ii]. Mais dans quelle mesure exactement l’enseignement du droit au Japon prend-il en compte les transformations liées au « global » défini comme « ensemble de questions, d’objets, de mises en relation, de thématiques »[iii]? Ces Global Studies Programs entendent promouvoir l’enseignement et la recherche en sciences humaines et sociales de manière à ce que les étudiants abordent – plus largement que ce que ne permettent les études régionales (Area Studies) – tant les aspects pratiques que les aspects théoriques d’un ensemble de questions et de points de vue revêtant une portée globale. Certes, il ne s’agit que de quelques indicateurs. Et pourtant, rapprochement entre disciplines des SHS, voire remise en cause de certains découpages disciplinaires traditionnels, et ouverture des partenariats de recherche et d’enseignement en direction de plusieurs pays d’Asie: le Japon aurait-il sur ce point une longueur d’avance sur la France où études « disciplinaires » (encore trop centrées sur les terrains européens) et études « aréales » (encore trop peu sensibilisées à l’apport des approches disciplinaires), où « sciences sociales » (droit y compris) et « aires culturelles », se voient encore trop souvent opposées?

Ceci étant, que les cours proposés soient regroupés au sein de Graduate Schools spécifiques suscite une observation, car multiplier aux marges des disciplines des formations dites « global » ne répond pas à la question de savoir « comment réorganiser le cœur des disciplines pour que nous, et nos étudiants, puissions apprendre à penser différemment, au lieu de séparer l’histoire et la méthode sérieuses d’un côté, le glamour et la globalité facile de l’autre »[iv]. Précisément, la mise en place de nouveaux Leading Programs au sein de Graduate Schools of Law existantes participent d’une tentative un peu différente: diversifier le curriculum de l’intérieur, mettre à l’épreuve les matières juridiques classiquement enseignées en y injectant ce supplément de questionnement susceptible d’en assurer progressivement la « globalisation ». Ainsi, et singulièrement, du Leading Program de la Graduate School of Law de l’université de Nagoya[v] dont le syllabus n’affiche d’emblée aucun « global » – et de son workshop Introduction to Joint Research on Comparative Study of the Law qui repose sur une diversification des méthodes de l’enseignement juridique comparé propre à faire des étudiants des acteurs à part entière du processus de « découverte » du global.

Régionalisation? Le Japon entend agir plus résolument sur la scène juridique régionale, et un nombre croissant d’universitaires juristes et de praticiens du droit japonais s’impliquent dans la réforme du droit dans plusieurs pays asiatiques. Les programmes de coopération juridique établis par la Japan International Cooperation Agency (JICA) depuis maintenant presque une vingtaine d’années, mettent en avant cette expertise que le Japon peut offrir sur la base d’une expérience historique unique en matière de « réception » de différentes traditions juridiques, d’abord; d’une expérience singulière de l’hybridation normative en contexte de mondialisation, censée contrebalancer la tendance à la généralisation d’un modèle juridique unique, ensuite. Ce qui ferait du droit japonais « un modèle de technique à utiliser en vue de l’unification future du droit »[vi] à l’échelle régionale. Ce même discours vient sans surprise à l’appui de la création récente de Research and Education Center for Japanese Law (Nihon Hō Kyōiku Kenkyū Sentā), dont le Center for Asian Legal Exchange (CALE) de l’université de Nagoya assure le fonctionnement dans plusieurs pays d’Asie[vii]. Le droit japonais y est présenté et enseigné avant tout comme « produit lui-même de la comparaison », sinon comme « figure par excellence du droit comparé »[viii].

À cet enseignement du droit japonais donné hors Japon et en langue japonaise, et conçu dans le cadre des programmes dits d’« assistance juridique » (Hōseibi shien) à destination de différents pays en transition, s’ajoute un ensemble de programmes (principalement au niveau under-graduate) mis en place cette fois au Japon (université de Nagoya)[ix], et y compris en langue anglaise[x]. Ainsi en est-il, tout particulièrement, du « Campus Asia Pilot Program – Re-inventing Japan Project » dont l’objet s’énonce sans détour comme suit: « Training human resources for the development of an epistemic community in law and political science to promote the formation of a ‘jus commune (common law)’ in East Asia »[xi].

« Mondialisation et enseignement du droit (au Japon) » : une nouvelle thématique de recherche?

Nouveaux concepts, autres méthodes : La « recherche relative au droit » ou « prenant le droit pour objet »[xii], ne saurait plus penser la globalisation et sa globalisation sans considérer les enseignants-chercheurs qui, dans l’ensemble du monde non-occidental, proposent des pistes de réflexion nouvelles.

Illustration : réinterrogeant « ce qu’est le droit au Japon » et en quoi y consiste sa « construction »[xiii], plusieurs juristes japonais tentent aujourd’hui d’en analyser plus finement les objets charnières, ces montages juridiques inédits résultant de combinaisons complexes opérées entre différentes traditions juridiques (continentale européenne, de Common law, asiatique); apparaissent ainsi de nouvelles approches du droit japonais, comme système juridique mixte[xiv] ou comme traduction[xv]. Or, le renouvellement épistémologique qu’opèrent ces approches n’est pas non plus dénué de portée sur le plan des méthodes mêmes du comparatisme : critiques vis-à-vis des lectures doctrinales classiques de la « réception » historique du droit au Japon, l’une comme l’autre de ces approches interrogent en effet au plus près les moyens à disposition des juristes pour « connecter » ou identifier de possibles articulations entre différents systèmes, traditions, cultures, langues juridiques; en ce sens, elles invitent à repenser l’enseignement du droit japonais, mais présentent aussi, plus largement, un intérêt évident pour repenser l’enseignement du droit comparé au Japon. Les renouvellements épistémologiques et méthodologiques qu’elles impliquent fourniraient-ils même les bases d’un modèle théorique pour penser – et enseigner – la complexité des phénomènes normatifs contemporains et la fabrication du droit en contexte de mondialisation? Telle est, précisément, l’une des hypothèses développées lors de deux colloques internationaux à la Maison franco-japonaise (juin 2011 et juin 2012) – qui, en privilégiant deux axes d’analyse (soit : l’hétérogénéité de la régulation et le rôle créateur des acteurs de la régulation en contexte de mondialisation), ont conduit à identifier, décrire et analyser un ensemble de pratiques normatives et d’objets juridiques inédits[xvi].

Réseaux : Encore relativement peu nombreux sont les travaux portant sur la mondialisation du droit qui incluent des considérations relatives aux transformations de l’enseignement du droit en contexte de mondialisation. Ceux qui le font (German Law Journal, 2009) se concentrent sur les transformations de l’enseignement juridique en Amérique du Nord et en Europe. Les transformations en cours dans plusieurs pays asiatiques (elles ne manquent pourtant pas : Chine, Japon, Corée, Singapour, Inde, …!) sont encore insuffisamment explorées[xvii]. Déjà souligné à l’occasion de la création des hōka daigakuin, l’intérêt d’une réflexion approfondie portant sur l’enseignement du droit est pourtant clairement reconnu au Japon. Que – sous l’intitulé « Law and Education » – la Japan Society for the Promotion of Science (JSPS) liste cette thématique dans les « New Fields of Research » éligibles à un financement de la recherche, n’est à cet égard pas fortuit.

Mais comment élargir l’analyse comparée des changements du droit en contexte de mondialisation – et, singulièrement, de son enseignement – sans traiter la question selon une logique de compétition spatiale entre diverses communautés scientifiques nationalement (voire régionalement) construites? Articuler plus résolument la réflexion au nouveau champ scientifique des Global Legal Studies pourrait ouvrir sur ce point des perspectives intéressantes. De par ses partenariats décentrés et la priorité qu’elle accorde à la pluridisciplinarité, la tentative récente de « structurer ce champ » via la création d’un groupement d’intérêt scientifique (GIS) Global Legal Studies between Asia and Europe[xviii],  retient alors d’autant plus l’attention. Nul doute que, au-delà du seul développement d’une « veille » des formations juridiques (mentionnée aux termes des statuts), ses membres sauront en faire un lieu pour repenser les transformations de l’enseignement du droit, son global turn – et l’émergence progressive d’un modèle singulier d’étude et d’apprentissage du droit en contexte de mondialisation.

En poste au Japon depuis plusieurs années, et ancienne chercheur à l’Institut français de recherche sur le Japon (UMIFRE 19, CNRS-MAEE), Isabelle GIRAUDOU est actuellement professeur associé à l’université de Nagoya, où elle enseigne le droit comparé (Graduate School of Law). Intitulée « Reforming Knowledge? The Global Turn of Legal Education in Japan », sa recherche en cours porte sur les transformations de l’enseignement juridique induites par la mondialisation du droit. Comparée, cette étude interroge plus particulièrement l’émergence en Asie d’un modèle singulier d’étude et d’apprentissage du droit en contexte de mondialisation.

Retrouvez le profil d’Isabelle Giraudou, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 


[i] Voir D. Foote, « Forces driving and shaping legal training reform in Japan », J. Asian Law, 7, p. 216-240.

[ii] Ainsi, par exemple, de la mise en place en avril 2006 d’un Graduate Program in Global Studies à l’université privée Sophia, à Tokyo; et de la création, quatre ans plus tard, d’une Graduate School of Global Studies par l’université privée Doshisha, à Kyoto.

[iii] A. Caillé, S. Dufoix, Le tournant global des sciences sociales, Paris, La Découverte, 2013, p. 13.

[iv] G. Spivak, « Lire le tournant global », in A. Caillé, S. Dufoix, Le tournant global des sciences sociales, op.cit., p. 382-383. Voir aussi, sur ce point, les remarques conclusives d’Antoine Jeammaud, « La part de la recherche dans l’enseignement du droit », Jurisprudence, Revue critique, 2010, p. 181-205; et les observations complémentaires de Mikhaïl Xifaras, « Discussion », p. 207 et s.

[v] Nagoya University Leading Graduate School Program, “Cross-Border Legal Institution Design”`: http://www.law.nagoya-u.ac.jp/project/en/Leading/index.html

[vi] K. Yamamoto, « Un essai du Japon pour la coopération juridique dans la région asiatique », in L. Netten et al., La mondialisation du droit dans un nouvel espace de justice universelle, Paris, Éditions juridiques techniques, 2004, p. 125 s.; voir aussi I. Giraudou, « L’assistance juridique japonaise aux pays émergents d’Asie – Une contribution à l’approche pluraliste de la circulation du droit », Transcontinentales (FMSH), n° 7, p. 47-67.

[vii] Cinq centres ont ainsi été créés : un en Uzbekistan (2005), un en Mongolie (2006), un au Cambodge (2009), et deux au Vietnam (Hanoi, 2007; Hochimin, 2012). Voir http://cjl.law.nagoya-u.ac.jp/content/ja/38. Est actuellement en discussion la création en Indonésie, au Laos, et à Myanmar de nouveaux centres sur un modèle un peu différent (privilégiant le recherche).

[viii] K. Michiatsu, « Japanese Law as a Figure of Comparative Law », Waseda University, Institute of Comparative Law, 2009 (http://www.waseda.jp/hiken/en/jalaw_inf/topics/004kaino.html).

[x] Rappelons que, à partir du début des années 2000, la diffusion d’informations juridiques et la traduction du droit japonais dans la langue en usage dans la communauté internationale deviennent prioritaires, et le gouvernement japonais décide de relayer les initiatives prises par certains universitaires ou cabinets d’avocats pour mieux faire connaître le droit japonais. Deux initiatives de traduction du droit japonais en langue anglaise sont à mentionner : le « Transparency of Japanese Law Project » (Nihon-hō no tōmeika), sélectionné en 2004 par le ministère de l’Éducation, de la Culture, des Sports, de la Science et de la Technologie, et couvrant un ensemble de domaines ; et le site « Japanese Law Translation » (Nihon hōrei gaikokugoyaku dēta bēsu shisutemu), mis en place en 2009 auprès du ministère de la Justice. Voir « The Transparency and Enrichment of Japanese Laws Concerning International Transactions in the 21st Century, Doing Cross-Border Business with/in Japan » : www.tomeika.jur.kyushu-u.ac.jp/; en japonais: www.tomeika.jur.kyushu-u.ac.jp/index_jp.html Le site est lié à celui du projet « Japanese Law Translation » (Ministère de la Justice) ainsi qu’au site de l’Asian Legal Information Institute (www.asianlii.org/). En six ans, le projet a conduit à la traduction en anglais d’un ensemble de textes clé de droit positif japonais (décisions de justice comprises), à la publication d’une vingtaine d’ouvrages, de près de 500 articles, ainsi qu’à plus de 80 conférences au Japon et à l’étranger. Voir aussi le site du « Japanese Law Translation »: www.japaneselawtranslation.go.jp/?re=02).

[xii] A. Jeammaud, « La part de la recherche dans l’enseignement du droit », Jurisprudence, Revue critique, 2010, p. 181.

[xiii] Voir le compte-rendu du colloque « Koko ga hen da yo nihon-hō – Is Japanese Law a Strange Law? » (Tokyo, 28-29 nov. 2009), ZJapanR, n° 28, 2009, p. 229-250. Voir aussi Y. Kasai, Hō no tōmeika purojekuto e no hikakuhō-hōseishi kara no okaeshi, Juristo, 2010, n° 1394, p. 35.

[xiv] On trouve une première utilisation du qualificatif « mixte » s’agissant du droit japonais sous la plume de A. Katsuta, « Japan as a Grey Legal Culture », in E. Örücü, E. Attwooll, S. Coyle (eds), Studies in Legal Systems : Mixed and Mixing, 1996, p. 249-263. Pour une utilisation plus rigoureuse du terme et une approche systématique, voir E. Matsumoto, « Japanese Law as a Mixed Legal System », Global Law and Global Legal Theory – Academic Knowledge in Question (MFJ, Tokyo, 3-4 juin 2001), compte-rendu en ligne (www.mfj.gr.jp/web/sympo_20110603/pdf/CR-IW_3-4_June_2011.pdf). Ainsi que: M. Tamaruya, Igirisu shintaku-hō o koeru mono, kokunai no kaikaku to kokusaiteki henkaku to (Articulating the Underlying Assumptions of English Trust Law: Domestic Reforms and Cross-border Innovations) », St. Paul’s Review of Law and Politics, 2012, vol. 84, p. 31-51.

[xv] Voir K. Hasegawa, « Between Rights and Kenri », in E. Cashin-Retaine, Legal Engineering and Comparative Law, vol.2, Schulthess, 2009, p. 87-103; et : « Incorporating Foreign Legal Ideas through Translation », in A. Halpin, V. Roeben, Theorising the Global Legal Order, Oxford, Hart Publishing, 2009, p. 85-106; voir aussi I. Giraudou, « Le droit japonais comme traduction », Ebisu, n° 46, p. 111-144.

[xvi] C’est lors d’un colloque international co-organisé par l’Institut français de recherche sur le Japon (juin 2009, Maison franco-japonaise, Tokyo), que G. Lhuilier présentait la notion de « décentrement du droit » et développait – s’agissant d’un objet spécifique: les « contrats globaux » – une réflexion originale sur les « nouveaux espaces normatifs transnationaux », l’articulation possible de différents espaces de normativité, et l’émergence d’une langue internationale des contrats. Intitulé « Global Law and Global Legal Theory – Academic Knowledge in Question », le colloque international organisé en juin de l’année suivante par l’Institut français de recherche sur le Japon, avec le soutien du Clarke Program in East Asian Law and Culture (Cornell University) et la participation du Global Legal Studies Network (FMSH Paris), a permis de poursuivre la réflexion et d’interroger sur ce fondement notamment les transformations de l’enseignement du droit japonais et du comparatisme en droit. L’organisation en juin 2012 d’un colloque international, toujours à la Maison franco-japonaise, a fourni l’occasion d’un rapprochement plus étroit entre la réflexion sur les nouveaux espaces normatifs de la mondialisation et la réflexion sur l’implication des acteurs japonais du droit – les enseignants au premier chef – dans la construction de nouveaux instruments de régulation commerciale à l’échelle régionale. Voir I. Giraudou, « Through the Lenses of ‘Normative Spaces’ – A Brief Memoir on Two Workshops Dealing with Legal Globalization », Cahiers d’Ebisu n.3, p. 43-49; et, dans ce numéro, l’ensemble du dossier intitulé « Rethinking the Globalization of Law » (I. Giraudou, G. Lhuilier, K. Hasegawa, A. Sutter).

En ligne :

http://www.mfj.gr.jp/publications/_data/e-CahiersEbisu3_pp41-79_GlobalizationLaw_screen.pdf

[xvii] Mentionnons toutefois certains numéros spéciaux de revues juridiques anglophones (par exemple Wisconsin International Law Journal 2006, 2007; Australian Journal of Asian Law 2005; Journal of Japanese Law 2005) et deux monographies: W. P. Alford (ed.) 2007, Raising the Bar, The Emerging Legal Profession in East Asia, Harvard U. Press, pp. 436; S. Steel, K. Taylor (eds.) 2011, Legal Education in Asia, Globalization, Change and Contexts, Routledge, p. 334.

[xviii] Voir la contribution de G. Lhuilier au présent Livre blanc.

 

Pour citer ce billet : GIRAUDOU, Isabelle, « Le ‘global turn’ de l’enseignement du droit au Japon », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 15 juillet 2013. [En ligne] http://resap.hypotheses.org/2003

Jacques Legrand : Quelques réflexions sur les études consacrées à l’Asie, leurs enjeux, leurs voies, leurs outils

Les observations qui suivent viennent au terme d’une pratique et d’une réflexion de plus de quarante ans d’exercice au sein de l’INALCO. Notre institut réunit aujourd’hui 2000 étudiants sur l’Asie, tous cycles confondus dont 300 en master et doctorat, une centaine d’enseignants chercheurs. Toutes les parties de l’Asie y sont représentées.

Il va de soi que l’INALCO est l’héritier et un des acteurs importants de la grande tradition d’études asiatiques en France et qu’il tient absolument non seulement à entretenir mais aussi à développer ce potentiel. Sur le territoire Paris rive gauche, un nouveau pôle sur les études asiatiques est en train de se structurer autour de la BULAC, de Paris-Diderot et de l’INALCO. Pour de nombreuses années sans doute, l’EPHE et l’EHESS, au sein desquelles les recherches sur l’Asie sont également très présentes, partagent ce voisinage. Cette richesse nous invite à retrouver avant tout l’objet et la raison d’être de nos travaux et de nos engagements, avant des calculs institutionnels qui sont un moment, mais non une fin en soi.

Lors des récentes élections présidentielles américaines, alors que je suivais un reportage d’une chaine de télévision polonaise dans un bureau de vote de quelque banlieue de New York ou de Chicago, mon regard fut capté par un mur du préau de l’école où se déroulait le scrutin. Au beau milieu de ce panneau, une inscription en caractères cyrilliques de 50 cm de haut : « ЭРДМИЙН БАЯРЫН МЭНД ХҮРГЭЕ ! » qui proclamait, en mongol, « Saluons la fête de la science ! ». Ce clin d’œil médiatique, dont le destinataire était plus certainement l’auteur de ces lignes que l’électeur moyen des USA, après la stupeur et l’hilarité des premiers instants, me renvoyait à l’actualité et au devenir de nos champs d’étude, à leurs résurgences dans des étendues naguère encore improbables et imprévisibles…

Il y a quelques décennies, alors que selon la tradition entre autres mongole « le Mont Sumeru n’était encore qu’une motte et la Mer de Lait encore qu’une flaque », c’est-à-dire alors que, encore étudiant et déjà jeune enseignant je participais à la création de l’enseignement du mongol à l’INALCO, combien de polémiques et de débats trouvaient pour champ et pour cible un « orientalisme » renvoyé à son inéluctable archaïsme ethnocentrique et à son incapacité à s’intégrer dans le mouvement des sciences humaines et sociales. Bien des reproches étaient sans doute justifiés et trop de démarches restaient fondées sur des hypothèses, voire des certitudes, dont l’obsolescence était déjà un lieu commun. Mais si la cause semblait entendue, c’est qu’il était facile de se contenter d’alternatives simplistes alors que les terrains et leurs horizons étaient d’une infinie richesse.

Dans un établissement fondamentalement voué à la perception et à la compréhension du contemporain, il ne fallait pas longtemps pour se convaincre de la nécessité d’une association intime entre appropriation des réalités, confrontation au mouvement des disciplines, mais également la tradition d’une érudition apportant la solidité de ses méthodes et son intelligence des sources et des textes. En d’autres termes concevoir la connaissance des héritages et des cultures sur l’Asie, comme sur tout autre région du monde, comme un affrontement entre un savoir classique fermé sur lui-même et la mise en application de théories affirmant très vite leur validité générale ne pouvait mener qu’à un vertige. Ce contexte reste parfois présent. Là où doit se concevoir une approche coopérative complexe et pluridimensionnelle, il arrive encore qu’étude « disciplinaire » et « aréale », « sciences sociales » et « aires culturelles » se voient confrontées voir opposées (ajoutons que les méandres des choix de politique scientifique, parfois sous des influences lointaines, ne sont pas ici innocents : les « aires culturelles », après avoir été une mode ont perdu leur prestige, avant d’être à nouveau conviées…). Or, ce débat n’est pas que de méthode, mais a trait à la substance de l’objet comme au sens de la démarche. Les conditions et les arrière-plans de la production des connaissances, qu’il s’agisse de celles-ci en elles-mêmes ou de ce qui est une de leurs missions essentielles – leur transmission et leur entrée dans la vie des sociétés, tout ce dont l’éducation est à la fois l’enjeu et le terrain – sont autant de domaines dont les évolutions fournissent des pistes et des perspectives désormais incontournables.

1)   Ces questions se jouent sur une échelle encore inconnue il y a quelques décennies. Des phénomènes, des problèmes et des tendances se sont manifestés et se multiplient. Il est possible de débattre à l’infini sur leur caractère positif ou négatif. La seule conclusion est en fait qu’ils constituent de nouveaux enjeux de connaissance et de recherche tout autant que de stratégies concrètes. Un point de départ incontournable tient à l’échelle planétaire des mouvements, changements et modèles, fixant un cadre nouveau à toute démarche d’appropriation : la coexistence d’une unité de l’humain pouvant prétendre inclure la totalité de l’espèce avec la reconnaissance de son universalité non pas « malgré », « en dépit de », « nonobstant » les multiples manifestations de sa diversité mais, au contraire, « à travers » et « au cœur » de cette diversité elle-même. En un mot, l’universalité humaine ne se fonde pas « contre » la diversité des cultures, des modes de vie, des appropriations parfois contradictoires du kaléidoscope de ressources, de milieux et d’ « histoires » multiples mais elle s’en nourrit et s’en constitue. Cette diversité est la matrice d’une identité qui, loin de se réduire à la somme fortuite d’inépuisables accidents, en organise la cohérence tout en se les appropriant. Dans ces conditions, il n’est plus légitime, mais même possible, de considérer quelque culture ou quelque modèle comme un étalon de référence, comme plus « central » dans l’histoire des cultures humaines que d’autres, renvoyés à une périphérie « exotique ». Il est remarquable que l’homme, engagé dans des milieux largement diversifiés ne serait-ce qu’en termes de contraintes environnementales, ait maintenu son identité biologique commune, à la différence de nombreuses espèces vivantes soumises à des évolutions irréversibles de différenciation et de spéciation. Les recherches croisées des multiples sciences de l’homme et des multiples sciences du vivant manifestent ici tout leur intérêt pour assumer ce double enjeu de diversité et de cohérence. C’est dans leur croisement, dans chacune de leurs démarches propres comme dans leur capacité à construire des projets et des conduites descriptives, analytiques et comparatives. C’est même dans ces rencontres et sur ces frontières que les disciplines peuvent à la fois mieux cerner leurs propres trajectoires, en assurer l’universalité élargie, objet constant de la démarche scientifique et, ce qui ne l’est pas moins, favoriser l’émergence de disciplines nouvelles.

2)   Une deuxième dimension qui acquiert une importance considérable, en particulier dans le cas de la connaissance de l’Asie, tient au fait que les régions, les réalités et les peuples extérieurs à l’Europe et à ses extensions culturelles directes ont été longtemps traités en « objets » de leur étude et qu’il serait fallacieux de croire que ce biais aurait été purement et simplement éradiqué. Il n’en reste pas moins qu’un fait majeur et caractéristique des dernières décennies tient à l’apparition de chercheurs locaux ou issus de leur propre culture et liés à des cultures voisines ou liées à la leur par des interactions fortes. Ils sont désormais non plus des fragments de l’« objet » observé de l’extérieur, mais bien des acteurs et des « sujets » de l’étude. Encore faut-il que la production de connaissance sache-t-elle affirmer sa propre économie et à sa propre rationalité, celles de la démarche scientifique et de sa rigueur tout en l’associant à l’apport propre de la vision « interne ». Sans doute cet effort complexe, qui nécessite un investissement intellectuel et désormais technologique majeur (les pièges et risques de la traduction se renouvellent en permanence, mais les besoins attachés à la conduite et au maintien de coopérations internationales et régionales efficaces implique aussi une ingénierie ambitieuse), s’est-il longuement heurté à un refus de reconnaissance plus ou moins radical. C’était y compris lorsque les chercheurs issus des cultures étudiées pensaient se rendre plus accessibles en faisant leur la logique, voire certains des stéréotypes projetés de l’extérieur et qui avaient acquis force de loi dans les cultures dominantes. Cette ouverture du paysage et des acteurs de la recherche s’inscrit non plus dans l’irruption souvent fortuite d’individus et de personnalités remarquables, mais bien dans une transformation institutionnelle majeure impliquant la politique des États et des structures universitaires et scientifiques dans des programmes de coopération souvent lourds et dont les enjeux économiques, directs ou induits, sont considérables (dès lors que des retombées technologiques ou de santé publique s’attachent à des recherches dans lesquelles les sciences humaines sont toujours plus fréquemment présentes). Il est commun de regretter ces pesanteurs, mais il devrait plutôt être souligné qu’il s’agit sans doute d’un des aspects les plus excitants de ce qu’il est désormais convenu de nommer la « globalisation ». Ce terme, et son associé francophone – la « mondialisation » – sans être parfaitement synchrones et interchangeables, décrit pour peu qu’on y prête attention une situation qui ouvre autant de potentialités et d’opportunités au monde de la connaissance et de la science qu’il ne recèle de pièges et d’impasses : il est toujours nécessaire de consolider face au « sens commun » la certitude que la connaissance n’est pas une somme d’observations anecdotiques.

3)   Le rapport qui s’établit entre la connaissance, sa production et sa diffusion, les coopérations que doivent établir entre eux sur ce plan la formation et la recherche connaît, à tous les niveaux de la société et de la culture des bouleversements dont l’ampleur suggère une ampleur et une profondeur anthropologiques. Il s’agit selon toute probabilité d’une tendance de très longue durée dont nous percevons seulement surtout, après des signes avant-coureurs parfois anciens, la véritable mise en mouvement. Se rejoignent d’une part l’entrée toujours plus directe de la connaissance dans les mécanismes de la fabrication, même la plus quotidienne, et de la mise en œuvre du produit et, d’autre part, la rapidité avec laquelle le mouvement de la connaissance frappe de caducité des savoirs acquis et partagés dont l’espérance de vie, qui se comptait il y a encore peu de temps en générations, se rétrécit au fil des années. D’une part l’éducation – sans perdre la force que doit revêtir son engagement critique (qui s’en trouve même renforcé) – n’a plus pour mission tant le renouvellement, voire la reproduction d’apprentissage de modèles et de contenus désormais bientôt obsolètes que l’accompagnement d’une émergence rapide devenant une dimension permanente. D’autre part, et ce processus est déjà perceptible dans les populations étudiantes, au schéma encore linéaire d’un « parcours » éducatif normatif commence à se substituer un modèle plus largement différencié, multipliant les canaux formels et informels, les rythmes et les étapes au point que tant aux plans sociologique que psychologique se dessinent de nouveaux rapports au savoir et aux modes de son acquisition. Ceci touche naturellement au premier chef les connaissances souvent volatiles relatives au mouvement du monde, qu’il s’agisse des événements, des tendances et développement, des évaluations et de leurs critères.

4)   Un des enjeux de l’omniprésence de cet arrière-plan est que, quel que soit le domaine d’étude ou le mode de réflexion, la connaissance de l’Asie comme d’autres aires ne fait ici nullement exception, un impératif essentiel consiste à toujours mieux articuler les disciplines scientifiques et la multiplicité des démarches empiriques. Sans enfermer les premières dans l’illusion qu’elles seraient d’ores et déjà porteuses d’un regard définitif ou de méthodes intangibles ni faire des secondes un donné indépassable et souvent intuitif, inaccessible à une investigation critique. Ceci rapproche d’une caractéristique centrale de tout esprit scientifique : sa volonté légitime de tendre à l’universalité. Or cette démarche, dans le domaine des sciences humaines mais plus largement également, se doit d’intégrer la diversité et la multiplicité des sources culturelles ayant contribué à la formulation des attentes, mais aussi des hypothèses fondatrices d’une discipline. Le dépassement de ce qui pourrait n’avoir produit qu’un relativisme culturel est un impératif. Il ne fait pas pour autant disparaître (ce que seule la maturité de la discipline et son degré d’universalité permettent d’atteindre) le rôle que telle ou telle culture, pour des raisons qui lui étaient propres avait pu y investir. Que tel pan des mathématiques ait été originaire – quand les historiens des sciences peuvent l’établir –  de l’Inde, de la Chine, de l’Égypte, des mondes hellénique ou arabe – fussent-ils étendus jusqu’à l’Asie centrale – et que les motivations première du développement de la connaissance et de la pensée aient été l’architecture, la fiscalité ou l’astronomie, ceci non seulement n’enlève rien à l’abstraction universelle à laquelle peut prétendre la pensée mathématique, mais n’en permet également pas moins de mieux mesurer l’apport de la diversité des cultures à cette œuvre unificatrice colossale. Les études sur l’Asie, qu’on leur applique d’ailleurs ou non le terme d’« orientalisme », se situent bien dans ces perspectives : ni collection de monographies impressionnistes, ni placage de schémas théoriques préconçus.

5) C’est dans cette perspective que le devenir propre des recherches sur une partie du monde aussi décisive et névralgique que l’est l’Asie et que l’évolution des institutions qui y sont impliquées prennent, à Paris comme ailleurs, toute leur signification. Il s’agit bien sûr de l’affaire de chaque structure et de chaque équipe de recherche. Compte tenu de la concentration des forces de recherche en Île de France plusieurs pôles sur l’Asie doivent et peuvent exister. Cette multiplicité est objective et légitime.

C’est aussi dans ce contexte que se joue le devenir des modes et des formes de coopération. C’est le cas pour le Réseau Asie-Pacifique, institution jouant un rôle important pour la visibilité des recherches asiatiques en France par ses formes d’expression et ses initiatives, tels les congrès qu’il a su tenir, par sa capacité à rassembler les effort et l’intérêt des spécialistes des domaines les plus divers, mais aussi par son aptitude à réunir scientifiques expérimentés et jeunes chercheurs et à stimuler l’initiative de ces derniers. Sans doute est-il nécessaire de rechercher des solutions spécifiques appropriées. Il en existe sûrement plusieurs, dont les avantages et les inconvénients devront être pesés.

On ne pourrait que regretter que soit préférée à une démarche d’implication collective et de mutualisation des intérêts une logique d’appropriation de telle ou telle part du potentiel scientifique ou de service au profit d’un seul établissement et telle n’est pas l’approche que souhaite promouvoir l’INALCO, car elle n’est sans doute pas la démarche la plus prometteuse.

Paris et l’Île de France, tant en potentiel de recherche qu’en richesse documentaire réunissent des forces importantes et beaucoup de partenariats souhaitables, tant entre recherches orientalistes de tous profils (de l’érudition classique à l’expertise et à la prospective économique et sociale) qu’entre celles-ci et de multiples disciplines des sciences humaines et sociales, des sciences de la matière, de la Terre et de l’univers. J’ai fait savoir à de multiples interlocuteurs, depuis 2005, alors que se préfiguraient les unions d’établissements que sont désormais les PRES, puis lors de leur mise en œuvre, que ces transformations, si elles conduisaient à aggraver les divisions, à rendre étanches les cloisonnements et concurrences qui s’étaient instaurés entre beaucoup d’universités, iraient à l’encontre du renforcement invoqué. La proposition de création d’une puissante UMR consacrée à l’Asie et commune aux établissements dans lesquels ces recherches présentent une pertinence forte, à laquelle le Réseau Asie apporterait ses compétences et ses forces propres, permettrait de répondre aux attentes et de promouvoir les intérêts tant de chaque partenaire que de l’ensemble et me semble donc digne de retenir l’attention.

Un établissement tel que l’INALCO, qui a consenti depuis une quinzaine d’année des efforts importants pour consolider ses capacités de recherche en même temps qu’il a renouvelé ses équipements[1], a pour ambition de favoriser ce qui peut permettre la construction de multiples partenariats.  Il entend jouer au sein de ce processus un rôle ouvert et constructif. Pour l’INALCO une collaboration renforcée avec les organismes de recherche comme avec l’ensemble de ses partenaires permettrait de donner une ampleur et une visibilité supplémentaires aux enseignements et aux recherches sur l’Asie. Les uns comme les autres savent que l’institut a le potentiel et la volonté d’une telle politique.

Sans doute d’autres alternatives peuvent-elles être avancées et je suis persuadé qu’elles seront examinées avec attention. Du moins est-il avant tout nécessaire que ces projets aient pour finalité et pour logique la consolidation du potentiel parisien et régional pour un champ d’étude dont l’actualité est à ce point crucial.

Paris, le 16 décembre 2012

Jacques Legrand (Professeur des universités [langue, littérature et civilisation mongoles], est Président de l’INALCO (2005-2013) et Président du Conseil académique de l’Institut international pour l’étude des civilisations nomades [IISNC, UNESCO, Ulaanbaatar, 1998-]).


[1]

Installé depuis septembre 2011 dans son nouveau bâtiment du 65 rue des Grands Moulins qui héberge, en même temps que la BULAC, les enseignements de ses plus de  90 langues, l’INALCO a en outre procédé au ravalement et à la rénovation de son bâtiment historique du 2 rue de Lille, qui abrite depuis la fin de l’été 2012 l’ensemble de ses équipements et équipes de recherche ».


Pour citer ce billet : LEGRAND, Jacques, « Quelques réflexions sur les études consacrées à l’Asie, leurs enjeux, leurs voies, leurs outils », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 16 décembre 2012.[En ligne : http://resap.hypotheses.org/1416]

Jean-Michel Sers : La coopération entre l’Union européenne et l’Association des nations du Sud-Est asiatique (ANASE) dans le domaine de la recherche et de l’innovation

La coopération en matière de recherche et d’innovation entre l’UE et l’Association des nations du Sud-Est asiatique (ANASE) s’est considérablement développée en termes de participations dans les programmes-cadres de recherche et de développement technologique de l’UE depuis le lancement d’un dialogue politique sur la science et la technologie entre le Comité Science et Technologie (ASEAN-COST) et la Commission européenne en 2008[1]. Le dialogue politique a été lancé dans le but d’échanger des idées et les meilleures pratiques respectives sur les défis d’intérêt commun tels que la santé, la sécurité alimentaire et le changement climatique. La mise en place du dialogue s’est également fondée sur une participation croissante des centres de recherche et des universités de l’ANASE dans les programmes-cadres de l’UE depuis le début des années 2000, et la volonté de l’UE de devenir un partenaire de l’ANASE au même titre que d’autres pays partenaires traditionnels de l’ANASE dans la région asiatique (Chine, Corée et Japon notamment).

L’ANASE regroupe dix pays et occupe une position clé dans la région Asie-Pacifique au niveau politique et économique. L’association a été créée le 8 Août 1967 à Bangkok, en Thaïlande, à l’initiative de cinq nations fondatrices : l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande. Le Brunei Darussalam a rejoint le groupe en 1984 suivi du Vietnam, du Laos, du Myanmar et du Cambodge entre 1995 et 1999. Avec plus de 600 millions d’habitants, les membres de l’ANASE ont une population de taille similaire à l’Europe et un PIB cumulé de 1.450 € milliards (2010). La construction d’un développement socio-économique durable fondé sur la connaissance, qui s’appuie aussi sur une très riche mosaïque de cultures, est considérée comme une des voies les plus prometteuses pour remédier aux disparités économiques encore importantes qui existent entre et au sein des membres de l’ASEAN.

L’ANASE et l’UE ont des visions politiques et des objectifs similaires sur de nombreux points dans le domaine de la recherche : participer à la résolution des défis mondiaux et soutenir l’innovation pour une économie compétitive, durable et inclusive. Alors que l’UE est sur le point d’adopter son futur programme-cadre pour la recherche et l’innovation, «Horizon 2020», l’ANASE a prolongé son Plan d’action pour la Science et la Technologie (APAST) jusqu’en 2015. Le Plan d’action inclut des Programmes Phares (Flagship Programmes) couvrant six thèmes (la prévention des catastrophes ; la promotion des biocarburants ;  la promotion des systèmes d’exploitation libres en matière informatique, la sécurité et la sûreté alimentaire, le changement climatique et la santé), que l’ASEAN s’efforcent de mettre en œuvre, principalement à travers des partenariats internationaux. La décision politique de l’ANASE la plus récente en matière de recherche et d’innovation a été l’adoption de l’Initiative de Krabi (Krabi initiative)[2] sur « l’avenir de la science, de la technologie et de l’innovation pour une zone ANASE compétitive, durable et inclusive d’ici 2015 et au-delà » en décembre 2010. Cette déclaration vise à réaffirmer le rôle crucial de la recherche et de l’innovation comme levier de compétitivité dans la région. Elle comprend des recommandations dans huit domaines, y compris la construction d’une société numérique au niveau régional, la promotion des technologies vertes, la sécurité alimentaire et énergétique, la gestion des ressources en eau, la biodiversité et l’apprentissage scientifique continu.

Dans le cadre du dialogue politique instauré depuis 2008 les responsables de l’ANASE et de l’UE ont identifié un certain nombre de domaines de recherche d’intérêt commun comme les technologies de l’information et de la communication, les biotechnologies, la sécurité alimentaire, la santé, les énergies renouvelables et les sciences marines. La coopération, déjà bien établie dans ces domaines, a ensuite été développée dans d’autres domaines, y compris les sciences des matériaux et les sciences socio-économiques, qui sont aussi des domaines prioritaires de l’ANASE et du 7ème  Programme-Cadre pour la Recherche et le Développement Technologique (7ème PCRDT 2007-2013).

Le 7ème PCRDT a créé un cadre propice à la coopération à travers la mise en œuvre d’actions ciblées vers l’Asie, et les partenaires de l’ANASE en particulier, ainsi que le financement d’activités ayant permis de mieux faire connaitre le programme-cadre européen de soutien à la recherche dans cette région du monde, notamment :

1. Les programmes spécifiques du 7ème PCRDT sur l’agro-alimentaire, l’environnement (y compris le changement climatique), les technologies de la société de l’information, les sciences socio-économiques et humaines,  les nanosciences et des nanotechnologies qui ont permis de financer des actions de recherche collaboratives ciblées entre des équipes européennes et du sud-est asiatique offert la possibilité de développer une coopération mutuellement bénéfique. La participation de l’ASEAN dans le 7ème PCRDT est aujourd’hui significative puisqu’elle elle enregistre 758 demandes de financement parmi lesquelles 190 ont été retenues (soit 21% de l’ensemble des participations asiatiques en 7ème PCRDT). Les principaux domaines de coopération UE-ANASE sont les technologies de l’environnement, de l’information et de la communication, de la santé, de l’agriculture et des biotechnologies.

2. Le dialogue politique UE-ANASE est accompagné par le projet SEA-EU-NET[3], aussi financé par le 7ème PCRDT, qui a mis en place un large éventail d’actions intersectorielles visant à renforcer la coopération entre les milieux universitaires, industriels et gouvernementaux des deux régions UE et ANASE. Le déploiement de points de contact 7ème PCRDT dans sept des dix pays de l’ASEAN a contribué au rapprochement des communautés scientifiques des deux régions. Un autre projet, le projet SEACOOP[4], a également mis en œuvre des actions de sensibilisation dans le domaine des technologies de l’information et de la communication. Les actions et les recommandations résultant de ces deux projets ont été intégrées dans le dialogue politique UE-ASASE en science et technologie.

La coopération entre l’Union européenne et l’ANASE dans le domaine de la recherche et de l’innovation sont complémentaires d’autres activités de coopération initiées par l’UE dans le cadre de sa politique extérieure. Ces activités de coopération sont mises en œuvre au niveau bilatéral (par exemple la coopération scientifique est une priorité de la coopération entre l’UE et la Thaïlande), régional et thématique (notamment environnement et la gestion durable des ressources naturelles y compris l’énergie, la sécurité alimentaire et d’autres).  L’instrument de soutien aux dialogues régionaux UE-ASEAN non commerciaux notamment, mieux connu sous le sigle ‘READI’ (2011-2015)[5], a financé en 2012 des activités de renforcement des capacités scientifiques,  par exemple des actions de soutien à la mobilité des décideurs politiques dans le domaine des sciences[6].

Favoriser la coopération stratégique avec les pays tiers ainsi que des coopérations bi-régionales avec des groupements de pays structurés tels que l’ANASE constituera un angle essentiel de la coopération scientifique de l’UE dans le cadre du futur programme de recherche et d’innovation Horizon 20206. À ce titre L’ANASE est considérée par l’UE comme un bloc émergent de première importance en Asie. La célébration de l’année de la science, de la technologie et de l’innovation 2012 entre l’UE et l’ANASE  marque le début d’une nouvelle ère des relations ASEAN-UE visant à améliorer le processus commun d’identification des priorités de recherche, la mobilisation et la diversification  d’instruments permettant de mettre en œuvre ces priorités, y compris les mécanismes existant au niveau des États, et enfin le développement de nouvelles activités conjointes dans le domaine de l’innovation.

Jean-Michel Sers est responsable de la coopération internationale entre l’UE et les pays de l’Asie du Sud à la DG recherche de la commission européenne.


[6]COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS ‘Renforcement et ciblage de la coopération internationale de l’Union européenne dans la recherche et l’innovation: une approche stratégique’, 14 Septembre 2012.

 

Pour citer ce billet : SERS, Jean-Michel, « La coopération entre l’Union européenne et l’Association des nations du Sud-Est asiatique (ANASE) dans le domaine de la recherche et de l’innovation », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 9 décembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1309]

Alain Delissen : Émergences coréennes

Avertissement

Les pages qui suivent n’ont pour ambition ni prétention de constituer un état des lieux objectif, à jour et détaillé des études coréennes en France. Encore moins des « connaissances françaises sur la Corée » — si cette formulation a un sens.

Du côté français comme du côté sud-coréen — souvent à l’occasion des anniversaires diplomatiques ou des commissions mixtes — une histoire des pionniers, des institutions, des personnes actives et des travaux ne manque pas d’être régulièrement établie. Elle fait alors office de bilan[1]. Comme ce domaine s’est très considérablement enrichi et diversifié depuis deux décennies, il a semblé inutile de sacrifier à un exercice réclamant, pour être sérieux, beaucoup de temps et de moyens.

Directeur d’études à l’Ehess, ancien directeur de l’UMR 8173 Chine, Corée, Japon (2008-2011) et directeur de l’Institut d’Études Coréennes du Collège de France, l’auteur de ces lignes est engagé dans le monde coréanologique depuis presque vingt-cinq ans : il peut avoir l’imprudence d’évoquer de façon subjective — quoique informée — cette expérience déjà assez longue.

Ce texte bref relève donc de l’exercice solitaire. Si son objectif et ses destinataires ont été discutés de façon informelle dans le petit milieu coréanologique, il n’a pas été soumis ni a fortiori validé par les nombreux acteurs qui constituent aujourd’hui les études coréennes en France. Il ne s’exprime pas en leur nom.

Émergence, s. f.  1) Sortie hors d’un milieu. 2) Fig. Circonstance pressante.

(« Littré » 1874).

Premier aperçu

À la mesure de l’émergence de la Corée du Sud sur la scène économique, politique et culturelle du monde depuis 30 ans (pour ne rien dire trop vite de la Corée du Nord), la production scientifique coréenne s’est considérablement développée. On désigne ici toutes les connaissances que produit et accumule le monde coréen, y compris sur lui-même.

Il en va de même plus modestement des études coréennes françaises. Depuis deux décennies, elles ont su entamer le « tournant disciplinaire » des études sur l’Asie, entretenir un dialogue plus assidu avec les aires culturelles voisines et concevoir des formes de coopération interinstitutionnelle productives qui les rendent visibles au-delà de l’hexagone.

Essentiellement du fait de ses universités, dans des domaines et des lieux disciplinaires « classiques » (histoire, littérature, langue), la France n’a pas à rougir de ses efforts passés et récents au regard des autres pays européens. Ils portent leurs fruits.

Car, comme en témoigne la spectaculaire croissance des étudiants de premier cycle engagés en études coréennes, la jeunesse française a pris la mesure de l’intérêt (du potentiel) de la péninsule. On doit s’en réjouir.

Cette nouvelle puissance (sud-)coréenne en actes doit désormais s’imposer aux décideurs français plus âgés, publics et privés : non plus comme une hypothèse, mais comme un fait. Il est temps de changer de lunettes et d’ajuster nos dispositifs à la réalité.

Une émergence spectaculaire

Des signaux très positifs

Une fois n’est pas coutume dans l’évocation — souvent découragée — de l’enseignement supérieur et de la recherche français, il est possible d’entamer l’esquisse d’un tableau des études coréennes sur une note générale positive, voire très positive. Elle doit autant à la trajectoire récente d’un petit pays ambitieux sur la scène mondiale qu’aux réponses actives qu’elle a su susciter de la part des institutions françaises de la connaissance.

Surprise (à déchiffrer) et promesse à la fois, le flux massif et toujours croissant des jeunes français intéressés par la Corée en constitue la manifestation récente la plus spectaculaire. S’en tiendrait-on à l’Île de France, à la rentrée 2012, plus de sept cents étudiants étaient inscrits pédagogiquement à l’une ou l’autre des trois années de Licence de l’Inalco et de Paris 7-Paris Diderot !

Parce que les échanges entre les deux « finisterres » eurasiatiques sont désormais plus intenses, fait écho à cette demande de formation avancée un intérêt notable de la société française qui est bien mieux informée sur la Corée qu’il y a 20 ans. On doit donc saluer aussi comme un signe encourageant la couverture médiatique consacrée à la péninsule, particulièrement dans la presse écrite. Dans la foulée d’un Philippe Pons qui a su, longtemps seul, assurer au Monde la pédagogie des choses coréennes, l’information s’est aujourd’hui remarquablement diversifiée et segmentée en niches spécialisées. Y dominent très largement les points de vue sur (et de) la Corée du Sud.

Cinq points saillants : Le Nord (le monde coréen), la tradition savante, Paris, l’Europe, la « famille » CNRS

Par contraste — et ce sera dit une bonne fois pour toutes —, on ne peut que regretter le traitement décevant et caricatural, bête et répétitif (en gros typiquement « orientaliste ») réservé en général à la Corée du Nord. On est parfaitement en droit d’avoir peu de sympathie et de goût pour cet État et ses dirigeants, mais il y a mieux que le psittacisme pour en rendre compte. On ne manque pas avec Pyongyang de beaux défis intellectuels et méthodologiques à relever, de beaux objets curieux à penser…

Plutôt que d’une Corée rabattue inconsciemment sur la Corée du Sud, on parlera ici de « monde coréen », non par prétention à la grandeur, mais par effort de reconnaissance d’une tension entre une unité indéniable vue de l’extérieur (il y a une coréanité qui n’est soluble ni dans la globalisation ni dans la vague « Asie ») et des pluralités internes d’ordres variés (le Sud, le Nord, les diasporas ; les régions, les générations, les classes ; les hommes et les femmes…).

Pour le reste heureusement, le monde savant français peut tirer fierté des efforts qu’il a fournis pour accompagner de son travail la lente émergence mondiale de la Corée à la conscience du monde. Quoique incomparablement moins épaisse que la sinologie (ou la japonologie) francophone, l’histoire longue de la première coréanologie française du Père Féron (1827-1903) à Charles Haguenauer (1896-1976) et de Mgr Dallet (1829-1878) à l’impressionnant Maurice Courant (1865-1935) est désormais bien connue. Il reste à écrire celle de la seconde génération (André Fabre, Li Ogg, Daniel Bouchez, Bertrand Chung, Marc Orange, Alexandre Guillemoz) qui eut pour mission — réussie —d’ancrer la Corée dans le paysage universitaire.

Mis bout à bout, le nombre de supports budgétaires consacrés aujourd’hui à connaître et faire connaître la Corée n’est pas négligeable. Musées et bibliothèques compris (Guimet, Bulac), l’État français finance entre 20 et 25 postes statutaires (à comparer avec + 150 sur le Japon). Ils relèvent des universités (enseignants-chercheurs et ingénieurs d’études ; Inalco, Paris Diderot) ou des grands établissements (EHESS, EFEO, CNRS, Collège de France. Plus inconstamment l’IEP-Paris) et, très largement aussi, d’une localisation à Paris même. La plupart sont logés dans des dispositifs disciplinaires spécifiques soit centrés sur l’enseignement de la langue ; soit cantonnés aux réduits exotiques des « aires culturelles »[2].

Pareille esquisse en grandes tendances ne peut oublier ce qui, en banlieue parisienne ou « en régions » (Lyon, Bordeaux, La Rochelle, Aix en Provence, Le Havre, Belfort…) se confirme ou s’affirme de formations à la Corée, originales de tenter parfois des formules plus « professionnalisantes ». On doit enfin évoquer diverses initiatives « coréennes » qui, de façon non structurée et non permanente, se manifestent aujourd’hui dans de nombreux établissements français.

Chiffres en main et loin des discours « RP » auto-promotionnels qui marquent actuellement la vie académique internationale, cet ensemble dense de ressources, d’actions variées et de travaux accumulés est tout à fait unique en Europe. La coréanologie française — qui a appris à communiquer et écrire en anglais — fait ainsi excellente figure dans un espace européen de recherches et d’échanges, remarquablement intégré et actif, que structure et anime l’AKSE. Parce qu’elle offre une masse critique de chercheurs et des structures efficaces de circulation, l’Association for Korean Studies in Europe est peu à peu devenue une instance majeure de professionnalisation, de validation ; en bref, de légitimation scientifique : et comme telle reconnue pour son expertise par les bâilleurs de fonds publics sud-coréens (Korea Foundation).

Depuis que l’auteur de ces lignes s’est plongé dans le monde coréen (à la veille des Jeux olympiques de Séoul de 1988), la coréanologie française a donc crû de façon remarquable. On notera pour conclure le rôle paradoxal qu’a joué le CNRS dans ce paysage : quoique tout à fait marginal (voire longtemps absent !) en termes de postes de chercheurs, l’organisme national de recherche a su continument y jouer un rôle structurant en rendant possible, grâce à ses UMR multi-tutelles, un dispositif inter-institutionnel précieux ; l’ambiance interpersonnelle d’une petite famille ; l’accès à des ressources spécifiques critiques (crédits de recherche, documentation, accès — coûteux — aux indispensables grandes bases de données scientifiques sud-coréennes).

Cette « petite famille » réclame aujourd’hui d’être repensée en d’autres termes. Avec d’autres dispositifs.

Les difficultés

Crise de l’université, géopolitique du savoir et points faibles de la coréanologie

Il est tentant de se saisir de cette tribune pour entonner un lamento général — au fond justifié — sur la vie académique au 21e siècle ; pour dévider la liste — au fond légitime — des grands besoins à satisfaire : des postes, des locaux, des budgets et du temps ! Il semble vain de trop s’y attarder sinon pour rappeler le caractère mondial du constat/sentiment de crise de « l’université » ; son acuité particulière en SHS.

Il serait plus justifié de s’étendre davantage sur ce qu’ajoute, en France, de difficulté aux difficultés le parti pris d’un pilotage des adaptations « nécessaires » qui apparaît nettement contre-productif : de préférer systématiquement et massivement la recherche programmée au temps libéré, la surproduction quantitative à la qualité créative, la reproduction du même à l’énergie du neuf.

Voire: dans toutes les grandes mutations en cours, il n’est visiblement réservé aucune place à une géopolitique du savoir un tant soit peu à jour sur des enjeux fondamentaux :

– les aires culturelles en SHS et ce qu’elles nous permettent de comprendre en finesse — au prix d’une formation longue — des changements planétaires en cours sont sacrifiées sur l’autel d’un court-termisme utilitariste qui tient les échanges internationaux en « sciences dures » (en anglais international) pour suffisants à la compréhension  du monde.

– indépendamment de la dignité et de l’intérêt égaux de toutes les aires culturelles, la place géopolitique de « la Corée » et son émergence, en puissance et en savoir — en ambitions dévorantes — à la mondialité n’est pas ou mal repérée. Il y a pourtant des mutations dans le monde au-delà du catalogue officiel des « émergents » patentés ; au-delà du sino-centrisme exclusif qu’impose une nouvelle doxa …

– cette émergence n’est pas bien comprise parce qu’elle est aussi insuffisamment analysée par un nombre insuffisant d’experts suffisamment in/formés. Indépendamment de la dignité et de l’intérêt égaux de tous les sujets et de toutes les périodes, il faut avoir le courage d’énoncer clairement des points faibles : les études classiques (et historiques) ne se portent pas si mal (elles pèsent et sont visibles à l’échelle mondiale) quand la connaissance, en France, du monde contemporain coréen a été visiblement abandonnée à d’autres métiers que ceux de la science. Très loin de tout « présentisme » (chiffon rouge dont la pertinence peut valoir pour les États-Unis…) la coréanologie francophone cherche politologues, économistes, sociologues, ethnologues ou médiologues connaissant vraiment — en langue coréenne cela va de soi et en profondeurs historiques cela va aussi de soi — le monde coréen actuel.

Divers effets secondaires néfastes des mutations en cours : effets de cycle, déstructuration des PRES, pilotage général

Il y a peut-être plus grave : la croissance brutale de la demande estudiantine, les réformes institutionnelles en cours (PRES et Idex) et le remplacement du pilotage stratégique national (le courage des choix) par la compétition systématique entre établissements (et entre PRES) semblent avoir la capacité rapide, dans le domaine des études coréennes, non seulement de contrarier une émergence, mais de parvenir à défaire trente années de patients tissages interinstitutionnels.

Aubaine pour une part, les effets de « cycle » sont non moins redoutables. Imprévue et spontanée, la croissance brutale des effectifs estudiantins en licence a d’autres inconvénients que de mettre aujourd’hui à rude épreuve les structures d’accueil : elle accule les établissements asphyxiés à gérer l’urgence en créant trop vite des postes, soudainement nombreux, face à un vivier de candidats insuffisant — insuffisamment large, varié, préparé, compétitif. La constitution de pareil vivier ne peut, par définition, ni être instantanée ni laissée totalement à la bonne fortune. Elle devrait se préparer.

En domaine émergent, peut-on concevoir une politique de formation et de recrutement qui ne soit pas coincée entre la pure reproduction du même et l’anomie hasardeuse générée par l’urgence ?

S’il est difficile d’anticiper aujourd’hui ce qu’il adviendra des PRES et des Initiatives d’excellence à l’horizon 2020, il est palpable d’en constater les premiers effets, à Paris, sur un petit domaine comme celui des études coréennes, naguère intensément coopératif. Longtemps interinstitutionnelles (de façon formalisée ou pas), elles ont commencé d’être mises à mal par la logique quantitative et concurrentielle qu’ont générée évaluation et contractualisation (AERES, UMRisation). La mise en place des PRES et des Initiatives d’excellence a aggravé la tendance. Les études coréennes — et souvent les personnes en charge de les gérer — sont ainsi éclatées (écartelées) aujourd’hui entre trois PRES : Paris-Cité, héSam et PSL. À la clé : pressions des établissements sur les individus, crédits étroitement ciblés, dé-circulation attristante des étudiants (!!!), bras de fer sur les créations de postes et les affectations, enrégimentement dans des projets collectifs artificiels, accroissement de la complexité bureaucratique et, à terme, concurrence franco-française prévisible auprès des bâilleurs de fonds français, européens et coréens…

Les études coréennes émergentes peuvent-elles raisonnablement se permettre une désastreuse mise en concurrence franco-française ?

Soumis, comme tous les autres EPST, à des logiques « supérieures » de mécano gestionnaire, de taille critique, de tempo contractuel trop court ; tiraillé par en bas par les demandes concurrentes des établissements désireux de retenir son attention et d’obtenir son « label », on peut interroger la capacité (son désir n’étant pas en cause) d’un organisme comme le CNRS à assurer la cohérence de l’ensemble tout en tenant compte des domaines « émergents » qu’il a pour mission non de protéger, mais de faire grandir. On peut s’interroger de même sur sa capacité à formuler une stratégie de soutien à la recherche qui ne soit pas soumise aux normes professionnelles des sciences dites « dures », aux sujets imposés par la technocratie scientifique de Bruxelles au nom sacré de la « demande sociale ». On peut enfin s’étonner de sa capacité à coordonner les efforts de la recherche française en SHS — naguère mondialement prestigieuse — pour l’insérer dans un environnement d’échanges globalisés et inégaux.

Dans ce contexte, il revient finalement… à un organisme sud-coréen (l’Academy of Korean Studies) de financer (considérablement) pour cinq ou dix ans, le seul dispositif interinstitutionnel coréanologique (Paris Diderot, Inalco, Ehess), en articulant recherche et formation dans une ambition francophone…

À l’échelle nationale et internationale, l’émergence des études coréennes peut-elle survivre longtemps à une programmation scientifique aussi impérieuse que sans pilotage ad hoc?

S’en déduisent quelques propositions d’actions, formulées brièvement, dans trois domaines très différents : pilotage, diffusion de la connaissance, relations internationales. Chacune est déclinée en deux volets, l’un facile à mettre en place, l’autre plus ambitieux.

Elles peuvent être décisives pour passer d’émergence en consolidation.

Une nécessaire consolidation

1) Pilotage : orientation nationale, passerelles, plan décennal de formation

Parce que la puissance coréenne est ce qu’elle est, parce que les études coréennes constituent un domaine émergent (parmi d’autres) et parce qu’elles sont particulièrement vulnérables à la recomposition (décomposition) en cours qu’induit la naissance des PRES  les études coréennes réclameraient un peu d’attention particulière.

  • A minima : on pourrait attendre d’un pilotage vraiment national de la recherche qu’il institue au sommet du Ministère une structure d’orientation destinée de réfléchir à des « passerelles » trans-PRES visant à contrebalancer, par des actions concrètes (autres que la réunionite), la dérive des continents.
  • Au mieux : pour faire face aux multiples formes de « demande de Corée », on pourrait envisager la mise en place d’un plan décennal de formation échappant aux à-coups et aux effets d’aubaine. Il s’agirait de créer un « horizon de postes » (enseignant ou chercheur), sans aucun autre fléchage que « langue + discipline », soutenu au départ par des bourses (en master) puis des contrats doctoraux. À charge pour les établissements, CNRS ou universités, ayant connaissance de ce vivier, d’ouvrir ensuite les postes « en réserve » — éventuellement reportables un nombre donné d’années — selon leurs procédures usuelles et le schéma national de la LRU.

2) Les aires culturelles, un savoir stratégique ?  Traduction, veille scientifique et diffusion de la connaissance

L’Asie en général nous connaît mieux que nous ne la connaissons. Cette dissymétrie en héritage est plus abrupte encore entre France et Corée. Elle ne sera pas indéfiniment sans conséquences pratiques depuis que nous n’avons plus le monopole des Lumières. Il est donc temps d’envisager les SHS et les aires culturelles aussi comme des savoirs stratégiques qui ne prospèrent pas dans les vases clos (supposés) de la pure érudition.

  • Au minimum : il ne semble pas inutile de faire un effort plus soutenu (à dire vrai il existe à peine) du côté de la traduction. À quoi pense la Corée ? Comment pense la Corée ? Que sait-elle et dit-elle de nous ? Que nous apprend-elle des grands problèmes du monde passé, du présent, des mondes futurs ? Sur des bases scientifiques solides, traduire en français tout un univers de savoir (même un tout petit peu) ne semble pas hors de portée.
  • De façon plus ambitieuse : il faudrait (en parallèle avec le plan de formation décennale évoqué plus haut) prendre de façon plus systématique la mesure de la production scientifique en Corée (en Asie) en général : tout ne se dit pas en anglais ; tout dispositif de veille n’est pas automatisable et purement quantitatif. Que pouvons-nous faire, que savons-nous faire pour mieux appréhender (puis rediffuser) ce que pense le monde coréen des grandes questions scientifiques et sociétales qui travaillent notre époque ? Quelles ressources de concepts ou de pratiques gisent là, éclairantes ou utiles pour nous ?

3) Relations internationales : changer de braquet… et remettre les SHS dans la boucle : pour une Maison franco-coréenne… à Séoul ET à Paris

Les relations scientifiques internationales sont aujourd’hui décisives. Dans les faits, elles passent informellement par des individus, demeurent assez superficielles, manquent de constance, de moyens et de résultats : le tout semble peu efficace. Surtout : ni la Corée ni les SHS ne sont au devant (ou même en cinquième ligne) des priorités françaises.

Qui lit le coréen (ou examinera la liste des projets financés) pourra à cette aune évaluer le programme STAR liant France et Corée du Sud : outre que le CNRS n’a plus d’accord cadre avec ce pays, le partenaire dans la péninsule n’affiche aucun intérêt pour les SHS autres qu’immédiatement applicables à l’industrie (contrairement à ce qu’avance la partie française).

  • A minima : il est urgent (voir ci-dessus), de redonner aux échanges entre France et Corée un éventail disciplinaire un peu moins étroitement utilitariste ou « techno-sciences dures » lesquelles occupent tout le champ depuis maintenant 10 ans. Les accords STAR ont certes le mérite d’exister. Il n’est pas trop tard de faire l’effort de les adosser à des partenaires coréens… qui pratiquent (et financent) aussi la recherche en SHS. Il y en a.
  • De façon plus ambitieuse : un big bang s’impose. Les échanges scientifiques franco-coréens continuent d’être à la remorque de bureaux régionaux situés à Tokyo ou à Pékin qui prennent mal la mesure et de ce que produit la science coréenne (et pas du tout de ce qui s’y pense en SHS). On me pardonnera ici d’insister lourdement sur les dividendes de notre soft power
  • On peut donc enfin faire le choix de l’ambition : en créant à Séoul, comme on le faisait à Tokyo il y aura bientôt un siècle, une Maison franco-coréenne, fonctionnant peu ou prou dans les mêmes conditions et dans les mêmes domaines, associant la recherche et les affaires étrangères (façon UMIFRE).
  • On peut même faire beaucoup mieux : en la structurant d’emblée à égalité d’ambitions et d’intérêts comme une structure d’échanges et de circulations bilocalisée à Paris et à Séoul.

Il n’est pas trop tard pour mettre nos actes à la hauteur de nos ambitions verbales.

Il n’est pas trop tard de concevoir des ambitions françaises au sujet de la Corée.

Il n’est pas trop tard surtout pour sortir du XIXe siècle…

Alain Delissen, historien, est spécialiste de la Corée coloniale et des usages publics du passé dans le monde coréen. Il est directeur d’études à l’Ehess, directeur de l’Institut d’Études Coréennes du Collège de France et membre de l’UMR 8173 Chine, Corée, Japon.


[1] Une première approche de ce monde coréanologique en mouvement pourra passer par le Carnet en ligne du Réseau francophone d’études coréennes, porté par Paris Diderot, l’Inalco et l’Ehess et généreusement soutenu par l’Academy of Korean Studies (Overseas Leading University program for Korean Studies), sur appel d’offre pour cinq ans (2010-2014). Un Portail plus large devrait être ouvert courant 2013. http://parisconsortium.hypotheses.org/

[2] Il faudrait être capable de mesurer précisément, sur trente ans, la « capacité d’accueil » des disciplines pour telle et telle aire culturelle. Ainsi, le nombre des spécialistes de l’Asie recrutés dans des départements disciplinaires et qui y font l’essentiel de leur service sur leur aire de spécialité est plus que ténu. Les mantras neufs de l’histoire globale semblent devoir faire oublier que, chez les historiens par exemple, ce nombre semble, en réalité, avoir baissé… Sous bénéfice d’inventaire.

Pour citer ce billet : DELISSEN, Alain, « Émergences coréennes », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 9 décembre 2012, modifié le 20 décembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1304]

Philippe Arhets : Les partenariats de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale en Asie et dans le Pacifique

Coopérations de l’INSERM avec l’Australie

  • Les coopérations initiées par les laboratoires Inserm et co-publications

On enregistre 100 coopérations entre les unités INSERM et les laboratoires australiens en 2010 (sur un total de plus de 6300 coopérations internationales et européennes), chiffre assez stable ces dernières années, après une hausse importante au début des années 2000. Le nombre de co-publications a plus que triplé en 5 ans avec 191 publications enregistrées en 2010 contre 57 en 2005.

Les principaux domaines concernés par ces coopérations sont la génétique, les neurosciences, l’endocrinologie, l’immunologie et la cancérologie.

La coopération se concentre principalement sur Melbourne et sa banlieue (University of Melbourne, Monash University, Walter and Eliza Hall Institute of Medical Research) puis sur Sydney (University of Sydney) et Brisbane (University of Queensland).

 §  L’accueil de chercheurs australiens dans les laboratoires INSERM

Sur l’année 2011, environ 1800 chercheurs ou étudiants-chercheurs étrangers seront accueillis dans les laboratoires Inserm pour des séjours de moyenne et longue durée parmi lesquels une vingtaine est d’origine australienne.

  • L’Accord de coopération Inserm – National Health and Medical Research Council pour des échanges de chercheurs

Un accord de coopération entre l’Inserm et le National Health and Medical Research Council australien (NH & MRC) a été signé en 1986 permettant d’apporter un soutien à de jeunes chercheurs de niveau post-doctoral, français et australiens, désirant effectuer un séjour de recherche dans l’un ou l’autre pays.

Le quota global est de 24 mois chercheurs par an pour chaque partie. L’appel d’offres est annuel : 2 chercheurs français et 2 chercheurs australiens au maximum peuvent être accueillis chaque année dans un laboratoire Inserm ou australien.

  • Le Partenariat Hubert Curien «FAST»

Ce programme, soutenu par les Ministères français des Affaires Étrangères et Européennes et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et par le Ministère de l’Éducation, de la Science et de la formation du gouvernement australien, vise à renforcer les relations scientifiques et technologiques entre la France et l’Australie

Ouvert aux chercheurs australiens et français, issus des secteurs public et privé, il permet de soutenir (mobilité), sur un rythme annuel, des projets conjoints de recherche de 2 ans.

Le dernier appel à projets publié (années 2010-2011) était focalisé sur les thématiques des sciences du vivant (incluant la médecine et la santé), des sciences de l’environnement et de l’énergie avec une priorité aux nouvelles collaborations et aux propositions encourageant la participation de jeunes chercheurs. Deux projets déposés par des laboratoires Inserm ont été retenus : l’un sur la polyarthrite rhumatoïde (U844, Dir. Christian Jorgensen), l’autre sur la maladie de Parkinson (U836, Dir. Claude Feuerstein).

Le programme qui a débuté en 2003, s’est achevé en 2011.

Coopérations de l’Inserm avec l’Inde

  1. 1.    États des lieux

 § L’Inde est le troisième partenaire de l’Inserm en Asie, avec 35 coopérations déclarées par les équipes Inserm en 2010 et l’accueil d’une quinzaine de chercheurs indiens chaque année.

  • § En 2011, 52 publications conjointes Inserm-Inde ont été recensées.
  • § Les principaux domaines de la collaboration sont: la biochimie et biologie moléculaire, l’immunologie, la génétique et hérédité, l’hématologie, la pharmacologie, la biologie cellulaire, les maladies infectieuses, la microbiologie, l’oncologie.

 § Mise en place de Laboratoires Internationaux Associés (LIA) franco-Indien :

  • § Un LIA dans le domaine de la neuroprotection du nourrisson entre le Dr Shyamala Mani du National Brain Research Center (NBRC) de Gurgaon et Pierre Gressens (Directeur de l’unité U676, Paris) – LIA en cours de renouvellement.

 § Un second LIA, intitulé “Proteolytic antibodies in immune-mediated and infectious conditions: Role in health, disease and therapeutic implications », a été signé en octobre 2011 entre l’Inserm (équipe du Dr. Srini Kaveri, U872, Dir. W-H. Fridman, Paris) et le National Institute of Immunohaematology de l’ICMR, à Mumbai (Prof Kanjaksha Ghosh).

 2.    Accord Inserm-ICMR

 §  Un accord de coopération a été signé entre l’Inserm et l’ICMR en février 1989. Cet accord qui ne prévoyait à l’origine que des échanges de chercheurs, a été renégocié en 2000 pour permettre le financement de projets conjoints de recherche et la réalisation de colloques bilatéraux sur des thèmes d’intérêt commun.

 §  Tous les 18 mois un appel d’offre bilatéral est lancé dans le cadre de cet accord. Qui depuis 2000 a permis de soutenir 30 projets conjoints dans le domaine des sciences biomédicales et de la santé.

 §  Les directions de l’Inserm et de l’ICMR se réunissent tous les 18 mois au sein d’un Joint Working Group (JWG), organe de gouvernance de cet accord, qui se tient alternativement en France et en Inde. A l’occasion de la dernière réunion qui s’est tenue en octobre 2011 à New Dehli, les deux partenaires ont souhaité cibler les appels à projets lancés dans le cadre de cet accord sur des thèmes d’intérêt commun. Ainsi, le dernier appel publié en mars 2012 concerne exclusivement le domaine du Diabète.

  • §  Des colloques bilatéraux franco-indiens ont été régulièrement organisés dans le cadre de cet accord autour de différents thèmes : tuberculose (2000), neuroprotection du nourrisson (2003), éthique (2004), recherche clinique (2005), biomarqueurs dans les pathologies cardiovasculaires et le diabète (2007), recherche translationnelle et biothérapies (2008). Le dernier a eu lieu à Pondichéry (30 novembre – 2 décembre 2009) sous la co-présidence du Prof. Dominique Daegelen (Directrice adjointe de l’ITMO « Génétique, Génomique et Bio-informatique ») et du Prof Adithan (directeur du Jawaharlal Institute of Postgraduate Medical Education and Research – JIPMER) et était consacré à la pharmacogénomique. Ces rencontres ont pour objectif d’identifier des thématiques de recherche intéressant les deux parties et de favoriser le développement de coopérations entre chercheurs français et indiens du domaine.

Le dernier colloque bilatéral s’est tenu les 17 et 18 octobre 2011 à Jodhpur (Rajahstan) sur le thème “Gene-environment interactions in diabetes; epigenetics, nutrition and drugs”. Les conclusions de ce colloque ont servi à définir les thèmes du dernier appel à projets Inserm-ICMR (publié en mars 2012).

 3.    Autres modalités de coopération de l’Inserm avec l’Inde

 §  Participation des équipes Inserm aux appels à projets du Centre Franco-Indien pour la Promotion de la Recherche Avancée (CEFIPRA). En 2009, 6 projets impliquant l’Inserm étaient en cours sur 93 projets au total (tout domaine confondu).

 La mise en place d’un programme spécifique de soutien à des projets de recherche autour des thématiques « obésité/insulino–résistance/diabète/maladies du métabolisme » est en cours d’étude et pourrait bénéficier d’un soutien conjoint CEFIPRA – Institut Thématique Multi Organisme (ITMO) « Circulation, Métabolisme, Nutrition » (Inserm-INRA). Plus largement, les complémentarités possibles entre les activités menées dans le cadre de l’accord Inserm-ICMR et celles du CEFIPRA, en particulier dans le domaine des maladies cardiovasculaires/diabète/maladies métaboliques, sont à l’étude.

 §  Participation d’équipes Inserm à des projets européens du 7ème PCRDT impliquant des partenaires indiens (cf. infra).

 4.   L’ouverture européenne des actions avec l’Inde

Le 7ème PCRD et la priorité thématique « Santé » du programme Coopération en particulier, offrent des opportunités pour l’Inde en tant que pays membre des « International Cooperation Partner Countries » (ICPC).

 §  L’Inde a ainsi bénéficié d’une action spécifique de coopération internationale (Specific International Cooperation Actions – SICA) sur le thème de la recherche sur le VIH, le paludisme et la tuberculose. Un projet coordonné par l’Inserm a été retenu en 2007 sur cette ligne thématique, intitulé MALSIG (Signalling in life cycle stages of malaria parasites) et coordonné par le Prof. Christian Doerig.

 Un ERA-NET intitulée « New Indigo » (Initiative for the Development and Integration of Indian and European Research) est financé dans le cadre du programme INCO (Coopération Internationale) du 7ème PCRD. L’Inserm et l’ICMR ont le statut d’observateurs dans ce projet piloté pour la France par le CNRS. Un « Networking Pilot Program » a été lancé au début de l’année 2010, en collaboration avec le DBT (Department of Biotechnology), un des deux partenaires indiens de ce projet avec le DST (Department of Science and Technology), sur les thèmes suivants : biomarqueurs et diagnostic, bioinformatique et santé, biologie structurale pour la santé. Treize projets ont été sélectionnés à l’issue de ce dernier, dont 3 coordonnés par la France et un à participation Inserm.

Coopérations de l’Inserm avec Taïwan

Coopération des laboratoires Inserm

 §  En 2010, les laboratoires Inserm ont déclaré entretenir 18 collaborations avec Taiwan.

Taiwan se situe au 4ème rang des partenaires de l’Inserm en Asie, derrière le Japon (173 coopérations), la Chine (43) et l’Inde (35) et sensiblement au même niveau que la Corée du Sud (16 coopérations) et Singapour (15 coopérations)

 §  On recensait en 2011 18 co-publications entre des laboratoires Inserm et des laboratoires taïwanais, en augmentation ces dernières années. Sur les 15 dernières années, Alain Vandewalle (U773, Dir. Marc Laburthe), est le chercheur Inserm qui publie le plus avec Taïwan.

La France occupe le 10ème rang des partenaires de Taïwan dans le domaine biomédical-santé et est associé à de moins de 1% des publications. L’Inserm contribue pour 21,4% à ces co-publications, derrière les universités (45,5%), les CHU (34,8%) et le CNRS (23,2%). La recherche taiwanaise a une orientation majoritairement clinique. Les travaux les plus cités sont ceux ayant trait au domaine de l’oncologie.

A noter qu’une coopération forte en immunologie s’est mise en place il y a une dizaine d’années entre l’Inserm et Taiwan, à l’initiative de Bertrand Jordan, à l’époque chercheur au Centre d’Immunologie de Marseille-Luminy (relayé ensuite dans l’unité par Jean Imbert) et John Kung de l’Institute of Molecular Biology de l’Academia Sinica. De 1994 à 2001, cinq séminaires bilatéraux ont été organisés avec le soutien de l’Inserm et plusieurs doctorants taiwanais sont venus se former en France grâce aux bourses mises en place par l’Institut Français de Taipei.

 §  Des chercheurs Inserm sont régulièrement invités à Taiwan pour des missions d’expertise ou des conférences par l’intermédiaire du Bureau de la Représentation de Taipei en France.

 §  Actuellement entre 3 et 5 chercheurs taïwanais sont accueillis chaque année dans les laboratoires Inserm

 Accords de coopération

 §  Accord Inserm-NSC (National Science Council)

Un accord a été signé entre l’Inserm et le NSC taïwanais en février 2004 permettant le soutien aux échanges et séjour de courte durée sur projets de recherche conjoints. Un appel d’offres a été lancé chaque année depuis 2005 et 8 projets ont été soutenus dans différents domaines de la recherche biomédicale.

Cet accord fait actuellement l’objet d’une révision intégrant de nouvelles modalités opérationnelles s’appuyant sur:

– l’organisation, sur une base réciproque, de visites exploratoires de 1 à 2 semaines destinées à jeunes chercheurs brillants (lauréats ATIP/Avenir et ERC côté français) pour découvrir le paysage de la recherche en sciences de la vie et de la santé de part et d’autre et nouer des premiers contacts;

– le soutien par des échanges de Post-doctorants aux collaborations scientifiques émergentes, résultant de ces visites exploratoires;

– l’organisation de séminaires scientifiques thématiques restreints, permettant d’explorer des axes de coopération à développer dans des domaines d’intérêt partagés.

Ce nouvel accord devrait être signé en 2012 et permettre les premières visites exploratoires cette année ainsi que l’organisation d’un séminaire scientifique dans le domaine du Cancer et de l’épigénétique.

D’autres programmes permettent de soutenir les échanges et la mobilité (de courte durée) de chercheurs et étudiants entre la France et Taïwan :

 §  Le programme Hubert Curien (PHC) dénommé « Orchid », mis en œuvre conjointement par le NSC et par l’Institut Français de Tapei: il permet de soutenir de nouvelles coopérations scientifiques et technologiques d’excellence entre les laboratoires de recherche des communautés scientifiques française et taïwanaise ainsi que des ateliers conjoints de recherche.

ð Le projet de Jacques Bertoglio-Matte (Dir. de l’U749) avec la National Taiwan University sur les cellules hématopoïétiques a été soutenu en 2006-2007.

ð Le projet impliquant l’unité Inserm U665 (Dir. Yves Colin) et portant sur « Analysis of Primate Alternative splicing and their impact on protein Structures”, avec le Genomics Research Cente de l’Academia Sinica a été retenu en 2010.

§  Un accord a été signé en 2007 entre l’ANR et la NSC permet également à des équipes françaises de soumettre des projets dans le cadre du « programme Blanc International » de l’ANR.

Dans ce cadre, les projets suivant impliquant l’Inserm ont été retenus:

  •  en 2010:

Le projet de Didier Devys, IGBMC (U964), « Fonction de la mono-ubiquitination de l’histone H2B dans les cellules eucaryotes »

  •  en 2009 :

– Le projet d’Olivier Manzoni U862, Dir. Pier Vincenzo Piazza) « Behavioural and synaptic pharmacotherapy of associative emotional memory in a model of mental retardation » (à la suite d’un soutien dans le cadre de l’accord Inserm-NSC)

– Le projet de Pierre Marie (U606, Dir. Marie-Christine De Vernejoul), « Targeting protein degradation to promote osteogenesis in osteoporosis”

  •  en 2008 :

Le projet de JL Elghozi (U970, Dir. Alain Tedgui) « Chronic oxidative stress and autonomic control »

  •  en 2007 :

Le projet d’Andreas Bikfalvi (Dir. U920), dans le domaine de l’angiogénèse.

 §  Programme ANR TecSan

L’Agence Nationale de la Recherche finance un programme dans le domaine des technologies pour la santé et l’autonomie. Il a pour objectif de promouvoir les applications de technologies innovantes à fort potentiel de valorisation au domaine de la santé et de l’autonomie, au travers de projets de recherche appliquée permettant l’élaboration de concepts innovants et de sauts technologiques importants. Ce programme accompagne le plan Alzheimer et maladies apparentées 2008-2012.

Dans le cadre d’un accord entre l’ANR et le NSC, des projets collaboratifs franco-taïwanais sont éligibles à l’appel à projets TecSan.

Programme « Frontiers of Science » franco-taïwanais

Ce programme s’inspire d’expériences similaires conduites par les Etats-Unis (Académie Nationale des Sciences) au niveau national puis bilatéral.

Il a pour objectif d’engager les jeunes chercheurs d’excellence dans un dialogue interdisciplinaire. Ce dialogue a lieu dans le cadre de symposia organisés chaque année alternativement en France et dans le pays partenaire.

Après le Japon en 2006, un programme de ce type a ainsi été lancé avec Taïwan en 2007.

 Les symposiums franco-taïwanais réunissent 40 chercheurs dans les 4 thématiques suivantes :

Physique ; Science de la vie et sciences biomédicales ; Sciences appliquées ; Sciences sociales et humaines

Le 4ème symposium franco-taïwanais s’est tenu à Nice en juin 2011.

Coopérations de l’Inserm avec la Chine

  1.  La relation Inserm-Chine
    De manière globale, les pays d’Asie restent des partenaires assez minoritaires par le nombre de collaborations recensées avec les laboratoires Inserm (5% des 6500 collaborations). le Japon est le premier partenaire dans cette région avec 173 coopérations déclarées en 2010, suivi de la Chine avec 43 coopérations et de la Corée du Sud avec 16 coopérations.

 Les co-publications de l’Inserm avec la Chine représentent une part encore faible (1,16%) si l’on compare avec les États-Unis (12.6%), l’Allemagne (8.1%), l’Angleterre (6,7%), l’Italie (5.8%), l’Espagne (4.1%) ou le Canada (3.3%). Cependant, le nombre de co-publications Inserm-Chine est en progression constante, 1 publication conjointe par an au début des années 80, contre 117 enregistrées en 2011, faisant de la Chine le 17ème partenaire de l’Inserm en termes de co-publications.

 Les collaborations des équipes Inserm avec des partenaires chinois se développent principalement dans les domaines de la cancérologie et des maladies infectieuses/maladies parasitaires.

 La Chine fournit par ailleurs l’un des plus gros contingents de chercheurs étrangers travaillant dans les structures Inserm et, depuis 2002, se trouve parmi les 5 premiers pays qui envoient régulièrement des chercheurs pour des séjours de longue durée dans les unités Inserm. En 2010, il y avait, selon les déclarations des laboratoires, 129 chercheurs d’origine chinoise accueillis dans des laboratoires Inserm, représentant le 2ème plus important quota après l’Italie (176 chercheurs) et devant l’Algérie (112).

 2.    Programmes mis en place ou soutenus par l’Inserm

 2.1 Accords de coopération

Deux accords de coopération destinés à favoriser les échanges libres de chercheurs ont été signés : le premier, signé en 1981 avec l’Académie des Sciences de Chine (CAS) et le second signé en 1986 avec l’Académie des Sciences Médicales de Chine (CAMS). Ces accords ont été renégociés depuis pour permettre de financer des projets conjoints.

En particulier, l’accord avec la CAS a permis de soutenir un petit nombre de projets conjoints pour favoriser les échanges et séjours de courte durée de chercheurs de part et d’autre. Deux projets ont ainsi été soutenus pour les années 2008-2009 et un seul projet pour les années 2010-2011. L’accueil de longue durée est toujours possible dans le cadre de l’accord mais aucun candidat français ou chinois n’a déposé de demande ces dernières années.

Cet accord fait actuellement l’objet d’une révision tant en termes d’objectifs que de modalités opérationnelles.

2.2 Pôle franco-chinois en sciences du vivant et génomique de Shanghai

Le Pôle de Shanghaï a été créé en 2002 suite à la signature d’un accord général de coopération (renouvelé en 2008 pour 4 ans). Il est hébergé dans les locaux de l’hôpital Ruijin de Shanghai qui fournit également une partie des équipements. Les directeurs actuels sont Xavier Jeunemaître (U970, Dir. Alain Tedgui) et Yiming Lu. L’Inserm, le CNRS et l’Institut Pasteur sont les partenaires français du Pôle.

Le Pôle abrite actuellement 8 équipes de recherche franco-chinoises exerçant dans les domaines du cancer, de la génétique et des maladies infectieuses.

Dans la perspective du renouvellement de la convention qui arrive à échéance en 2012, les partenaires français ont entrepris une réflexion à la fois sur sa gouvernance, les possibilités d’un partenariat renforcé avec l’Institut Pasteur de Shanghaï autour de la recherche clinique et plus généralement sur les priorités et thématiques scientifiques développées au sein du pôle.

2.3 Laboratoires Internationaux Associés (LIA)

L’Inserm compte deux LIA avec des partenaires chinois:

  • Un LIA avec la « Southeast University » de Nanjing (Nankin), créé en avril 2006  et intitulé « Centre de Recherche en Information Biomédical Sino-français – CRIBs ». Il repose sur un programme de recherche axé sur la reconstruction et l’analyse de séquences d’images avec un volet expérimental et clinique (protocoles et conditions d’évaluation clinique communs) et un volet technologique (matériels, logiciels, médecine assistée par ordinateur). Ce LIA, impliquant l’unité Inserm U1099 dirigée par le Dr. Lotfi Senhadji et l’Université de Rennes 1, a été renouvelé pour 4 ans en avril 2010.
  • Un LIA dans le domaine de la transgénèse chez le singe impliquant l’équipe Inserm de Pierre Savatier (U846, Dir. Colette Dehay) qui a intégré en septembre 2008 le laboratoire international associé INRA-CAS (Labiocem) créé en novembre 2005 (LIA en cours de renouvellement).

2.4 Programme franco-chinois sur la médecine traditionnelle chinoise (MTC)

Le rapprochement entre médecine occidentale et MTC a fait l’objet d’un accord de coopération entre le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes et la « State Administration of Traditional Chinese Medicine » (SATCM). Parmi les activités de coopération développées dans le cadre de cet accord, l’Inserm est impliqué dans le volet recherche clinique (protocoles, bonnes pratiques, etc.). Ce programme de collaboration a fait l’objet d’un appel d’offres en 2009, lancé par le Comite de Pilotage franco-chinois mis en place et géré par l’ANR.

 2.5 Programme franco-chinois sur les maladies infectieuses liées à la construction du P4 à Wuhan.

L’Inserm est associé au programme franco-chinois portant sur la construction d’un laboratoire de haute sécurité – P4 à Wuhan.

Au travers du P4 de Lyon Inserm-Jean-Mérieux, l’Inserm s’implique dans la formation de chercheurs et techniciens chinois, mise en place dès septembre 2006.

L’Inserm, au travers de l’Institut Thématique Multi-Organismes « Microbiologie et Maladies Infectieuse »  est par ailleurs engagé dans une réflexion sur la collaboration franco-chinoise dans le domaine des maladies infectieuses émergentes et ré-émergentes. Celle-ci s’inscrit dans le cadre d’un groupe de travail mis en place à l’issue de la dernière Commission Mixte S&T franco-chinoise qui s’est tenue à Paris en mai 2011. Ce groupe de travail a notamment pour objectif d’identifier des thèmes de coopération d’intérêt partagé dans ce domaine et de définir les modalités pratiques de cette collaboration, notamment en lien avec le P4 de Wuhan.

 Coopération de l’Inserm avec la Corée du Sud

En 2010, les laboratoires Inserm ont déclaré 16 coopérations avec des laboratoires coréens. Ce chiffre est en progression régulière sur les 10 dernières années  (aucune coopération enregistrée en 2000).

Les co-publications sont également en augmentation constante. En 2011, 35 co-publications ont été recensées, faisant de la Corée du Sud le 34ème partenaire de l’Inserm en termes de co-publications et son 4ème  partenaire asiatique, après respectivement le Japon, la Chine et Singapour .

Les domaines privilégiés de cette coopération sont: la biochimie et biologie moléculaire, la biologie cellulaire, l’immunologie et l’oncologie.

Chaque année, on compte entre 3 et 5 chercheurs d’origine coréenne dans les laboratoires Inserm.

Coopérations Institutionnelles

  1. Inserm – Institut Pasteur de Corée (IPK)

Le partenariat avec IPK a débuté par la mise à disposition de Priscille Brodin (CR1 Inserm) qui a travaillé sur le thème de la tuberculose (génomique fonctionnelle des mycobactéries et développement d’antituberculeux). Un premier accord général a ainsi été signé en décembre 2006 avec l’IPK et suivi d’un accord spécifique en Juin 2007 pour encadrer les travaux de Priscille Brodin. Ceux-ci ont notamment permis le co-développement de projets de recherche en s’appuyant sur l’utilisation de la plate-forme technologique d’IPK (Evoscreen) de criblage sur cellule à haut débit (seule plateforme au monde équipée en imagerie et installée en milieu BSL3+) et sur une importante chimiothèque (partenariat avec le Korea Research Institute of Chemical Technology).

Ce partenariat a été élargi à des industries pharmaceutiques coréennes, au biocluster de la province de GyeongGi et à Inserm-Transfert. Il a ainsi abouti à un nouvel accord signé le 28 avril 2009 entre IPK, Inserm, Inserm-Transfert et le GyeongGi Biocenter pour la maturation de projets de recherche biomédicale impliquant :

– l’utilisation des plateformes de criblage et de chimie d’IPK et du GyeongGi Biocenter.

– la validation en recherche préclinique et clinique à l’Inserm des molécules ciblées en partenariat avec des industriels

– l’implication financière et scientifique des entreprises pharmaceutiques coréennes (celles-ci souhaitant réinvestir dans l’innovation et le développement de nouvelles thérapies une partie des gains obtenus dans la fabrication de génériques.  A noter que moins de 10% des industries pharmaceutiques coréennes développent des activités de R&D).

Dans ce cadre, plusieurs coopérations en partenariat avec IPK ou IPK/GyeongGi Biocenter ont été développées par des équipes Inserm :

  • La coopération d’Anne Baron-Van-Evercooren (U975, Dir. Bernard Zalc) sur le « criblage de molécules pro-myélinisantes ». Fin 2010, elle a bénéficié d’un soutien financier de l’ITMO Technologies pour la Santé pour ce projet.
  • La coopération portée par Isabelle Tardieux, U1016 (Dir. Pierre-Olivier Couraud), sur le screening de molécules concernant des inhibiteurs et modulateurs             de Toxoplasma Gondii.
  • La coopération de Bruno Clément (Dir. U991), concernant un candidat médicament pour             le traitement du cancer (cette coopération a été accrochée à un projet ANR Emergence).

A noter également les collaborations avec IPK dans le domaine de la tuberculose/ infections respiratoires de Benoit Deprez (Dir. U761) et d’Alain Baulard, chercheur au sein de l’unité 1019 (Dir. Camille Locht).

  1. Inserm – KRIBB

Un partenariat avec le Korea Research Institute of Biotechnology and Biosciences (KRIBB) a été initié à travers un colloque franco-coréen (juin 2006) et la signature d’un accord de coopération (septembre 2006). L’objectif était de favoriser la mise en place de projets collaboratifs utilisant les plateformes de transcriptomique et protéomique du KRIBB.

On peut signaler la coopération de Bruno Clément avec le KRIBB Daejon et KNIH Centre for Genome Science Séoul, initiée il y a 8 ans, portant sur le métabolisme du foie et vieillissement. Elle a été soutenue par le Programme Hubert Curien « STAR » et est entrée dans le cadre du programme européen KORANET.

  1. Inserm – KAIST

Le KAIST a manifesté ces dernières années une volonté de se rapprocher de l’Inserm pour établir un partenariat dans le domaine des neurosciences.

Trois collaborations sont enregistrées en 2010 avec le KAIST dans le domaine des neurosciences : celles Alain Prochiantz (Dir. U1050), de Philippe Lory (U661, Dir. Joël Bockaert) et de Christophe Arnoult (U836 Dir.  Claude Feuerstein).

Nouvelles perspectives de coopération

Suite à une visite récente de représentants de la Direction générale de l’Inserm, des accords de coopération avec l’Université de Corée (Korean University) et le KRICT (Korean Research Institute of Chemical Technology) sont en cours de discussion. Ils portent sur de nouvelles modalités de coopération internationales développées par l’Inserm et qui prévoient:

– l’organisation, sur une base réciproque, de visites exploratoires de 1 à 2 semaines destinées à jeunes chercheurs brillants (lauréats ATIP/Avenir et ERC côté français) pour découvrir le paysage de la recherche en sciences de la vie et de la santé de part et d’autre et nouer des premiers contacts;

– le soutien par des échanges de Post-doctorants aux collaborations scientifiques émergentes, résultant de ces visites exploratoires;

– l’organisation de séminaires scientifiques thématiques restreints, permettant d’explorer des axes de coopération à développer dans des domaines d’intérêt partagés.

 Ces accords pourraient être signé courant de l’année 2012.

 Coopération de l’Inserm avec le Japon

Les collaborations entre l’Inserm et le Japon revêtent différentes formes:

  1.  1.    Coopérations bilatérales des laboratoires Inserm avec des partenaires japonais et co-publications:

Avec 173 coopérations déclarées par des équipes Inserm en 2010, le Japon est le premier partenaire de l’Inserm en Asie (graphe) et se situe au 10ème rang des pays partenaires de l’Inserm à l’international en incluant les pays de l’Union Européenne.

 

Les coopérations avec le Japon se concentrent pour une grande part dans le domaine des neurosciences; l’immunologie est également un domaine de coopération privilégié.

En termes de co-publications, 147 publications communes Inserm-Japon ont été recensées en 2011, ce qui représente près de 2% des publications de l’Inserm avec un partenaire étranger et place le Japon au 13ème rang des partenaires de co-publication de l’Inserm.

 1.    Accueil de chercheurs japonais dans les laboratoires Inserm et chercheurs Inserm au Japon

L’Inserm accueille environ une vingtaine de chercheurs japonais par an pour des séjours de moyenne ou longue durée au sein de ses laboratoires.

 Accueil de chercheurs étrangers 2010 – 23 premières nationalités

 

Par ailleurs, 3 chercheurs statutaires Inserm sont actuellement en poste au Japon :

M. H. Le Mouellic (CR1) au sein du Laboratory for stem cell biology du Riken

Mme F. Hullin-Matsuda (CR1) et M. Toshihide Kobayashi (DR2) au sein  du Lipid Biology Laboratory du Riken.

 Accord de coopération institutionnel

 Un accord dans le domaine des sciences de la vie et de la santé entre la « Japan Society for the Promotion of Sciences » (JSPS) et l’Inserm a été signé en 1974.

Depuis sa renégociation en 1992, cet accord a permis le financement (mobilité et séjours de courte durée, inférieure à 3 mois) de plus de 90 projets conjoints de recherche de 2 ans.

A l’instar des accords de coopération en discussion avec des partenaires coréens, cet accord avec la JSPS est en cours de révision pour intégrer de nouvelles modalités reposant sur:

– l’organisation, sur une base réciproque, de visites exploratoires de 1 à 2 semaines destinées à jeunes chercheurs brillants (lauréats ATIP/Avenir et ERC côté français) pour découvrir le paysage de la recherche en sciences de la vie et de la santé de part et d’autre et nouer des premiers contacts;

– le soutien par des échanges de Post-doctorants aux collaborations scientifiques émergentes, résultant de ces visites exploratoires;

– l’organisation de séminaires scientifiques thématiques restreints, permettant d’explorer des axes de coopération à développer dans des domaines d’intérêt partagés.

Une approche similaire est également en discussion entre l’Inserm et le Riken.

 Coopération dans le domaine de l’immunologie

Dans le but de renforcer les collaborations entre les communautés d’immunologistes japonaise et française, un partenariat a été mis en place avec le Riken Center for Immunology and Allergology (RCAI) à Yokohama.

La mission première du RCAI est d’élucider es mécanismes de régulation du système immunitaire. Le principe de création du RCAI s’est inspiré de la philosophie des autres centres du Riken : programmes ambitieux de 5 ans, moyens financiers importants, moyens humains et technologiques conséquents, excellence reconnue des groupes dirigés par des chercheurs seniors, autonomie des jeunes équipes, etc. L’objectif final de cet institut est de développer de nouvelles approches thérapeutiques contre les allergies communes, les maladies auto-immunes et le cancer. Des programmes stratégiques en collaboration avec des organismes extérieurs complètent ce dispositif avec une finalité clinique (essais cliniques et pré-cliniques) ou appliquée (développement de nouvelles plate-formes technologiques) dans le but de favoriser la recherche translationnelle.

Des missions prospectives ont été organisées en 2005 et 2006 avec Marc Bonneville, James DiSanto et Bernard Malissen (membre du comité d’évaluation du RCAI). Elles ont donné lieu à la réalisation d’un premier workshop organisé par l’Inserm en France en mars 2008. Le workshop retour a été organisé en août 2010 au RCAI de Yokohama, suite à l’International Congress of Immunology (ICI) de Kyoto.

Une Convention de collaboration entre l’Inserm et le RIKEN-RCAI est à l’étude.

  1. Colloque cancer

Suite à la mission du Président directeur général de l’Inserm au Japon en juillet 2010, il a été décidé d’organiser avec l’Ambassade de France au Japon un colloque dans le domaine du cancer entre l’Inserm et National Cancer Center. Ce dernier s’est tenu le 31 octobre et 1er novembre 2011 à Tokyo. Le cancer, première cause de mortalité au Japon, est en effet une priorité du gouvernement japonais.

A noter qu’un Groupement de Recherche International (GDRI) franco-japonais, piloté côté français par le CNRS est en cours dans le domaine du cancer, qui implique également l’Inserm.

  1. Partenariat en recherche clinique

Un partenariat a été mis en place entre l’Inserm, l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris et l’Université de Kyoto (Translational Research Center – TRC) dans le domaine de la recherche clinique pour favoriser les échanges de « savoir-faire » dans le domaine de la recherche translationnelle (réalisation d’ateliers bilatéraux sur ce sujet) et initier des projets collaboratifs de développement clinique. A ce jour, aucun projet collaboratif n’a été mis en œuvre dans ce cadre.

  1. Laboratoire International Associé Inserm-Riken

Un laboratoire international associé (LIA) associant l’équipe Inserm U870 (Directeur Hubert Vidal, Lyon) et une équipe du Riken (Lipidomic Unit) a été mis en place en 2005. Ce LIA (Inserm-Riken Lipidomic Unit – IRLU) a été créé sur la base de la complémentarité entre d’une part l’expertise sur la biologie des membranes et les équipements d’analyse du Riken et d’autre part l’expertise en métabolisme humain et l’accès aux patients de l’équipe Inserm pour mieux comprendre les bases moléculaires du syndrome métabolique. Ce LIA a pris fin en décembre 2010.

  1. Unité Inserm au Japon

L’unité Inserm U852 implantée à l’Université de Kyoto sous la direction de Fumihiko Matsuda au sein de la « Graduate School of Medicine » de l’Université de Kyoto a été créée en 2007 et a pris fin en décembre 2010. Les travaux de l’unité portaient sur l’approche trans-ethnique des études de génomique fonctionnelle.

  1. Programmes « Frontières de la Science » et « Frontières de l’ingénierie » franco-japonais

Le programme « Frontières de la Sciences » qui s’inspire d’expériences similaires conduites par la JSPS avec les Etats-Unis (Académie Nationale des Sciences) et avec la Fondation Humboldt, a pour objectif d’engager les jeunes chercheurs d’excellence dans un dialogue interdisciplinaire. Ce dialogue a lieu dans le cadre de symposiums organisés chaque année alternativement en France et au Japon, durant lesquels sont réunis quatre-vingt jeunes chercheurs français et japonais. Cinq réunions franco-japonaises ont déjà eu lieu entre 2007 et 2011 avec la participation constante de chercheurs de l’Inserm.

Un programme « Frontières de l’ingénierie » a été mis en place avec la Japan Science and Technology Agency piloté par le CEA côté français. La première conférence dans ce cadre a eu lieu à Grenoble en octobre 2010. La seconde se tiendra au Japon en octobre 2011.

Coopération de l’Inserm avec Singapour

Quinze coopérations ont été enregistrées en 2010 entre des laboratoires Inserm et des laboratoires singapouriens. En nombre de coopérations, Singapour se situe au 6ème rang des partenaires de l’Inserm en Asie, sensiblement au même niveau que Taiwan (18 coopérations) et la Corée du Sud (16 coopérations)

On enregistre une progression sensible du nombre de coopérations (une seule coopération en 2000) et surtout des co-publications (49 co-publications en 2011 contre seulement 13 en 2007), ce qui place Singapour au 30ème rang des partenaire de co-publication de l’Inserm.

Les domaines de collaboration les plus représentés sont: la biochimie/biologie moléculaire, l’oncologie, la biologie cellulaire et l’immunologie.

Le nombre de chercheurs d’origine singapourienne accueillis dans les laboratoires Inserm est assez faible (de 0 à 5 chaque année). En 2010, on compte parmi les chercheurs étrangers accueillis dans les laboratoires Inserm deux chercheurs d’origine singapourienne (U769 dirigée par R. Fischmeister).

Coopération en immunologie

Un axe fort s’est développé entre la France et Singapour dans le domaine de l’immunologie marqué par la présence à la tête du Singapore Immunology Network (SIgN) à Biopolis[1] du Professeur Philippe Kourilsky (organisation/réorganisation de la recherche en immunologie – projet qui bénéficie d’un financement de €80 millions sur 5 ans)

Jean-Pierre Abastado, chercheur CNRS et ancien directeur de recherche à l’Institut Cochin, a également rejoint le SIgN en 2006 ainsi que Laurent Rénia (DR Inserm) depuis 2007.

Par ailleurs, un laboratoire international associé (LIA) sur l’immunothérapie du paludisme a été signé en mai 2009 impliquant le groupe de Laurent Rénia et l’unité Inserm U945 dirigée par Dominique Mazier. Laurent Rénia et Georges Snounou (chercheur au sein de l’U945) sont les chercheurs les plus productifs en termes de co-publications entre la France et Singapour.

Enfin, un symposium franco-singapourien en immunologie organisé par le SIgN s’est tenu en mai 2007. La délégation française était emmenée par Marc Bonneville (U892, Dir. Jacques Le Pendu).

 Perspectives de coopération

Suite à une mission du Président directeur général de l’Inserm à Singapour en mai 2011, il a été décidé d’approfondir la collaboration avec l’agence A*Star  (Agency for Science, Technology and Research) qui pourrait prendre la forme suivante: organisation de séminaires bilatéraux sur des thèmes d’intérêt commun, possibilités de mettre en place des séjours exploratoires à destination de jeunes chercheurs brillants.

Philippe Arhets, docteur en biologie moléculaire et cellulaire, est directeur des Relations Internationales à l’INSERM.

[1] On compte à Biopolis 2000 chercheurs appartenant à 26 nationalités (environ 50 français)

 

Pour citer ce billet : ARHETS, Philippe, «Les partenariats de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale en Asie et dans le Pacifique », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 21 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/914]

Eric Benefice, Régine Lefait-Robin, Jean-Pascal Torreton, Jean-Paul Toutain : L’IRD, agir avec le Sud

Contexte

La région « Asie du Sud et du Sud- Est » est la plus peuplée des cinq régions où intervient l’IRD. Il existe une grande disparité démographique et économique entre les pays. Les activités de l’IRD, dont la mission est de promouvoir le développement par la Recherche, contribuent à réduire la fracture entre les pays émergents et ceux les moins avancés où il devient crucial de former une communauté scientifique au niveau international afin de leur permettre de relever les nouveaux défis du développement. Les Pays les moins avancés (Laos, Cambodge, Timor oriental, Birmanie) réclament une attention particulière. Les pays fondateurs de l’ASEAN, qui font désormais partie du groupe des pays émergents, souhaitent poursuivre leur développement tout en renforçant leur coopération régionale au sein de l’ASEAN. Ils jouent un rôle très actif, d’interface entre les grandes puissances asiatiques (Chine, Japon, Corée).

L’Asie du Sud-Est, comme plus largement l’Extrême-Orient (Asie du Sud et Asie Orientale), connaît depuis quelques décennies un processus d’urbanisation accéléré, plus récemment activé par la mondialisation économique et par la place prépondérante qu’occupe désormais l’Asie dans la « révolution des échanges » associée aux nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Les métropoles telles que Bangkok, Jakarta, Singapour, Manille et bientôt Ho Chi Minh Ville et Hanoï, sont des moteurs de la croissance à l’échelle nationale, mais aussi à l’échelle régionale tandis que d’autres villes, secondaires, revendiquent de plus en plus un statut de pôle régional (Chiangmai, Danang, Surabaya).

La Recherche menée par ces pays est essentiellement appliquée, en lien avec les besoins de la société et du secteur privé. La demande de formation est importante, dans les domaines de la santé, de l’agroforesterie, des sciences des matériaux, des transports et du tourisme. Cette demande s’exprime aussi bien dans les pays les moins avancés tels que le Laos, le Cambodge ou le Timor Oriental que dans les pays considérés comme émergents ou en cours d’émergence (Thaïlande, Vietnam, Malaisie). Ces derniers, notamment la Thaïlande et le Vietnam, ont mis en place des plans ambitieux pour promouvoir les sciences, la technologie et l’innovation. L’Indonésie est en retrait sur ce point, n’arrivant pas à mobiliser une fraction suffisante de son GDP pour ses activités de recherche-et d’innovation.

Caractéristiques et principaux problèmes scientifiques et sociétaux

–           Vulnérabilité liée à la forte densité de population et à l’importance des risques naturels et anthropiques largement illustrée par les catastrophes de 2004 (Tsunami post-sismique), 2010 (éruption du Mérapi) et les épidémies de SARS puis H5NI, H1NI et de Chikungunya,

–           contrastes importants entre les plaines et les montagnes, en termes de sociétés et d’environnement,

–           archipel équatorial avec la plus grande diversité de récifs coralliens et de mangroves,

–           rapidité de la croissance économique conduisant à des changements d’utilisation des terres : déforestation ou afforestation, conversion de systèmes agricoles de subsistance en systèmes commerciaux, et processus d’urbanisation,

–           risque accru de perte des patrimoines locaux lié à l’urbanisation galopante et aux déplacements contraints des minorités,

–           fortes pressions anthropiques sur les écosystèmes côtiers avec une incidence sur la dynamique des milieux (érosion côtière, dégradation des écosystèmes et des ressources).

–           « hot spot » des maladies émergentes et des zoonoses,

–           nombre élevé de barrages hydroélectriques prévus dans le monde avec une concurrence sévère pour les ressources en eau, et des risques élevés de maladies d’origine hydrique (pollution du Mékong),

–           intensification du tourisme et ses impacts socio-économiques, écologiques et médicaux,

–           ouverture de nombreux corridors économiques.

Changements radicaux intervenus dans cette région du monde

–           Crise financière asiatique, 1997

–           Chute de la dictature indonésienne en 1998

–           Entrée de la Chine dans l’OMC, 2001

–           Indépendance de Timor Oriental, 2002

–           Le Tsunami de 2004 et ses conséquences économiques

–           Entrée du Vietnam dans l’OMC, 2007

–           Entrée dans l’ASEAN du Laos et de la Birmanie en 1997, du Cambodge en 1999

–           Avancées de la démocratie en Indonésie et plus récemment en Birmanie avec la libération d’Aung San Suu Kyi (mars 2012).

Forces et faiblesses de la recherche française dans cette aire culturelle

Forces

Faiblesses

1) Expertise multidisciplinaire disponible et adaptée aux nouveaux champs de recherche2) Diversité des outils et ancienneté du partenariat3) Présence d’Unités de recherche mixtes internationales (UMI)  et mise en place de programmes structurants : Laboratoires mixtes internationaux (LMI) en réseau et programme pilote régional (PPR) doté.4) Brevets en cours de maturation. 1) Mutualisation des moyens et des activités encore insuffisante entre les opérateurs français2) Une Agence inter-établissements de Recherche pour le Développement (AIRD), non dotée3) Difficulté de promotion de la francophonie dans la région

Opportunités

Menaces

1) Grande disparité des pays et présence de pays émergents appelant à la coopération régionale2) Augmentation des budgets pour la recherche et l’innovation dans les pays émergents3) Etudes d’impact sur l’urbanisation accélérée4) Renforcement des partenariats face aux catastrophes naturelles, au Nord comme au Sud 1) Absence de statut du chercheur dans plusieurs pays de la région.2) Expertise dispersée et processus de décision lent et complexe

Nouvelles thématiques et axes de recherche émergents

L’IRD intervient actuellement en Asie sur une grande diversité de thématiques qui couvriront vraisemblablement diverses opportunités :

–           Dans le domaine de l’Environnement : changements climatiques, risques naturels et anthropiques, gestion durable, océanographie côtière, couplages océan-atmosphère, impact des systèmes de culture sur la qualité de l’environnement, aide à la décision environnementale, microbiologie des sols, services écosystémiques, ichtyodiversité et conservation

–           En Santé : lutte contre les maladies infectieuses et notamment les maladies émergentes, amélioration des politiques de vaccination, lutte contre la malnutrition, contre la mortalité importante liée aux accidents de la voie publique, contre les cancers liés aux agents infectieux, développement de la bioinformatique

–           Dans la promotion des Ressources : biotechnologies, et notamment leurs applications à la connaissance et l’amélioration des performances du riz, de l’hévéa et autres plantes cultivées, aquaculture durable, sciences et technologies de l’information, et plus particulièrement leur application transversale à la modélisation des systèmes complexes dans des domaines variés (agriculture, urbanisme, environnement, catastrophes naturelles, épidémiologie, etc.),

Dans la préservation des patrimoines et les sujets de Société : Politiques publiques de lutte contre la pauvreté, et notamment enjeux et contraintes de la transition économique, Patrimoines locaux, sédentarité et migrations.

Le Programme Pilote régional (PPR) SELTAR rassemble autour d’une thématique commune « diagnostic et prévention des risques », 12 pays de la Région, 34 Unités Mixtes de Recherche, 150 chercheurs et étudiants d’Europe et d’Asie, 95 universités et Institutions de la zone Asie du Sud et du Sud-Est.

Mesures qui permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française, dans cette aire culturelle

–           amélioration des modalités de la  la mutualisation des moyens et de la complémentarité des expertises ,

–         pérennisation de réseaux efficaces par une promotion de la francophonie tout en respectant la langue de travail officielle des pays de l’ASEAN,

–           accroissement du nombre de missions de longue durée,

–           développement des partenariats public-privés,

–           encouragement aux formations universitaires co-diplômantes.

–          dotation de l’Agence Inter-établissements de Recherche pour le Développement afin de promouvoir la recherche de qualité par des Appels d’Offre construits conjointement avec les Agences Asiatiques.

–           renforcement de la coopération régionale avec une implication croissante de l’ASEAN.

Références

-IRD 2012. Déclinaison du Plan stratégique « l’IRD demain » dans la Région Asie du Sud-Est

-IRD, 2012. Soils, Waters, Coastal Zones and Societies facing Risks in Southern and southeast Asia – SELTAR

-IRD 2011. Contrat d’objectifs de l’IRD, Etat-IRD, 2011-2015

-IRASEC, 2012. L’Asie du Sud-Est 2012

Contributeurs

Eric BENEFICE, Représentant IRD Laos/Cambodge

Régine LEFAIT-ROBIN, Représentante IRD Thaïlande, Coordinatrice régionale ASIE

Jean-Pascal TORRETON, Directeur de recherche IRD Vietnam, Institute of Biotechnology (Vietnam Academy of Science and Technology)

Jean-Paul TOUTAIN, représentant IRD/Timor Oriental

 

Pour citer ce billet : BENEFICE Eric, LEFAIT-ROBIN Régine, TORRETON Jean-Pascal, TOUTAIN Jean-Paul, « L’IRD, agir avec le Sud », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 21 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/911]

Béatrice Sudul : documenter la recherche, vers une dimension internationale pour l’aire océanienne

La documentation est le terreau qui fertilise toute recherche. Elle s’avère encore plus fondamentale pour l’aire Pacifique dont l’incontournable pluridisciplinarité oblige à traquer des sources documentaires multiples, fragmentaires et parfois, disparates.

Si depuis une vingtaine d’années la montée en puissance d’internet ne cesse de donner un accès toujours croissant à des corpus de plus en plus volumineux, tant au niveau du nombre de références que du texte intégral, il s’avère de plus en plus difficile de consulter les sources existantes, sous peine d’y passer un temps exorbitant. Un paradoxe émerge donc, l’augmentation exponentielle des documents disponibles redynamise les pistes de recherche alors que l’état encore lacunaire des recensions engendre des frustrations. L’accès à un corpus international de données constitue l’attente majeure du chercheur du XXIe siècle.

Accélérer  la recension des collections françaises

Trois difficultés émergent, la dispersion selon la typologie du document, l’état lacunaire des ressources et l’éparpillement selon les institutions.

Les chercheurs font régulièrement état de cette situation. Le chercheur a du mal à avoir une vue globale de l’ensemble des documents existants comme les objets, les documents graphiques (manuscrits et imprimés, cartes..), les audiovisuels, les ressources numériques. Ainsi, rechercher un article conduit peut-être à cliquer sur le site du portail des revues en sciences humaines et sociales Persée[1] ; identifier des objets à consulter plus volontiers un site de musée, comme celui du Quai Branly ; s’il s’agit d’archives, la préférence s’oriente probablement vers les sites des archives nationales ou d’outre-mer[2] ; enfin, pour les documents sonores et vidéos, vers des sites comme l’INA[3]. Une recherche fédérée multi supports et multi sites n’existe pas encore. Cette situation tient, en autres, à l’organisation historique des institutions détentrices de fonds, qui se sont spécialisées en musées, archives et bibliothèques.

En outre, les gisements documentaires sont encore lacunaires et d’autres collaborateurs à ce Livre blanc ont par ailleurs fort justement pointées ces lacunes. Cette difficulté tient essentiellement à l’organisation administrative française qui segmente le niveau national (les ministères) et le niveau local (département, commune), et donc leurs sources de financement. Ces échelons multiples posent des problèmes administratifs assez complexes et des délais considérables dès qu’il s’agit de mettre sur pied des projets collectifs, sans compter le manque de moyens financiers et humains. Ainsi, le chercheur consulte, à la fois  le SUDOC[4], catalogue collectif tourné vers l’enseignement supérieur puis dans un deuxième temps, le catalogue de la BNF, (ministère de la culture), avec le désagrément d’y retrouver partiellement les mêmes références.

Lors des journées LBSHS de mars 2010, les communications de l’atelier La documentation sur le Pacifique aujourd’hui et demain ont dressé un bref état des lieux des sites majeurs français. Il convient aussi de ne pas négliger d’y adjoindre les collections des bibliothèques municipales et des fonds privés. Déjà des avancées notables ont été réalisées et certains outils collectifs comme le Catalogue (CCFR[5]) intègrent une partie de ces institutions. De plus, ils comportent le désagrément d’obtenir un nombre de réponses souvent prohibitif. De son côté, le CNRS a lancé en avril 2011  Isidore[6] pour un accès aux données et services numériques de sciences humaines et sociales.

Le projet ISTEX[i][7] ouvre des perspectives considérables. Signé en avril 2012, sur l’initiative du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MENSR), il est porté par les partenaires suivants : le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES), le Consortium universitaire de publications numériques (Couperin 1) et l’Université de Lorraine qui représente la Conférence des présidents d’université (CPU). Il se donne pour mission de construire le socle de la bibliothèque scientifique numérique nationale et pour devise l’excellence documentaire pour tous. Plus concrètement, l’acquisition de ressources rétrospectives de toutes disciplines associées aux ressources courantes donnera accès à un corpus de textes en texte intégral, des bases de données, des articles de revues etc. jamais égalé. De plus, le puissant moteur de recherche fournissant l’extraction fine de données et l’accès distant donnera une richesse et une souplesse nouvelle aux utilisateurs. Ce projet de 60 millions d’euros aboutira en 2014.

Le projet ISTEX représente une avancée considérable dans la mutualisation car pour la première fois des structures mixtes (universités, grandes écoles, organismes de recherche) se rapprochent pour élaborer une vaste  infrastructure nationale répondant aux critères techniques les plus modernes.

  S’ouvrir à l’Europe et à l’international[8]

Le niveau européen est déjà partiellement opérationnel par le biais de plusieurs sites pour les thèses, les archives et le multi supports. Ainsi, le site français theses.fr est moissonné par le site européen des thèses[9] électroniques riche à ce jour de  plus de 300 000 thèses provenant de 24 pays.  Quant à Europeana[10], il se donne pour mission  « d’explorer les ressources numériques des musées, des bibliothèques, des archives et des collections audiovisuelles européennes. Europeana favorise la découverte et la création de réseaux au sein d’un espace multilingue, dans lequel les utilisateurs peuvent participer, partager et s’inspirer de la riche diversité du patrimoine culturel et scientifique européen ». Affichant son identité multilingue, l’interface est disponible en une trentaine de langues. De même les archives s’ouvrent à l’Europe[11], fédérant plus de 60 institutions dont 17 archives nationales. Ce projet soutenu par la Commission européenne, est à l’instar des autres sites, toujours en croissance.

Nul n’ignore la prégnance du monde anglo-saxon pour la connaissance du Pacifique, si bien qu’une recension uniquement française voire francophone s’avère un non-sens. Yannick Essertel souligne l’intérêt du « gisement des sources missionnaires sur l’Océanie »[12], et précise plus loin que l’apport d’« une présentation synthétique des ressources archivistiques et documentaires, en français et en anglais (…), constituerait un précieux instrument ». La coopération francophone dans le Pacifique devrait se renforcer afin que des sources peu connues ou peu exploitées, comme par exemple les fonds archivistiques des institutions religieuses.

Le maillage international est indispensable, comme le comprennent parfaitement les chercheurs : « les actions cherchant à établir des passerelles entre mondes anglophones et francophones, entre pays indépendants et territoires d’outremer, entre instituts de recherche et centre de collecte culturelle et patrimoniale sont à encourager »[13]. Le CREDO[14] signale des plateformes d’hébergement de données Online Digital Sources and Annotation System (ODSAS) ainsi que le réseau ANZLAG, tournées plutôt vers l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Ces actions coopératives restent encore incomplètes. Alors que Laurent Dousset affirme « participer depuis plusieurs mois à un projet international de longue durée et d’envergure en collaboration avec des chercheurs Australiens, Américains et Allemands », il convient de s’interroger sur la redondance ou la complémentarité des sites existants et de la nécessité de s’intégrer à des projets français, comme ISTEX .

Augmenter la lisibilité du Pacifique

Viser l’exhaustivité représente néanmoins un risque majeur : se perdre dans la masse des données proposées. Recenser ne revêt guère d’intérêt s’il n’est pas accompagné d’une lisibilité comme l’indique fort justement Christophe Serra Mallol « Une visibilité plus importante sur les fonds disponibles (…) est indispensable »[15]. Or aujourd’hui, le chercheur doit multiplier les sites à consulter. L’ergonomie doit être soigneusement travaillée tant sur le fond : arriver à circonscrire une zone géographique, établir des balises chronologiques, faire des recherches avancées multicritères etc., que sur la forme : lisibilité et attractivité des écrans, aide en ligne, personnalisation etc. Il est également fondamental de réfléchir sur la lisibilité des données et leur présence forte afin qu’elles « remontent » en première page lors d’une recherche sur Internet par Google.

Les deux institutions françaises déjà bien positionnées sur le créneau Pacifique, le CREDO et le Réseau Asie-Pacifique[16] sont naturellement les mieux placées pour en être les maîtres d’ouvrage. Un groupe de travail pourrait se constituer pour impliquer le Réseau Asie-Pacifique dans la production d’une interface de recherche satisfaisant, puis pour en assurer la maintenance et la mise à jour.

Conclusion

La répartition institutionnelle n’a plus de sens pour les chercheurs utilisateurs des outils du Web.   Enjeu pour la recherche historique, mais pas seulement pour l’appréhension du passé et du temps présent, Il s’agit tout autant, sinon plus, d’alimenter au mieux la réflexion pour la constitution de la société de demain[17].  Les projets nationaux de grande envergure et le Web sémantique tous deux  à nos portes, promettent d’ouvrir des perspectives considérables pour la recherche océanienne, à condition que les chercheurs s’y impliquent en faisant connaître précisément leurs attentes.

Béatrice Sudul est historienne, spécialiste de la Polynésie française. Elle est conservateur des bibliothèques, Université de Picardie Jules Verne, Amiens.


[1] http://www.persee.fr ; ou bien sur :   www.revues.org , pour ne citer que deux exemples.

[4] http://www.sudoc.abes.fr , plus de 10 millions de notices bibliographiques qui décrivent : livres, thèses, revues, ressources électroniques, documents audiovisuels, microformes, cartes, partitions, manuscrits et livres anciens…

[8] Voir aussi, Sudul Béatrice, « Peuples océaniens et culture, le rôle des bibliothèques », in Destins des collectivités politiques d’Océanie, vol. 2, p.566-570.

[9] http://www.dart-europe.eu (consultation du 29 aout 2012).

[12] Essertel Yannick, « L’état de la recherche en histoire religieuse du Pacifique », p. 2.

[13] Le Meur Pierre-Yves, « Les SHS dans le Pacifique Sud », p. 2.

[15] Serra Mallol Christophe, Sans titre.

[17] Cf Colloque Religions et sociétés, programmé pour les 16 et 17 août 2013 à Nouméa.


 

Pour citer ce billet : SUDUL Béatrice, « documenter la recherche, vers une dimension internationale pour l’aire océanienne », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 21 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/905]

Julie Brock : Identifier les compétences éparses et les relier au réseau institutionnel

Je voudrais attirer l’attention des autorités sur le cas des chercheurs français qui travaillent à l’étranger en dehors du cadre institutionnel français. N’ayant pas d’attache avec une structure française ou européenne, il est difficile pour ces chercheurs de faire reconnaître leurs travaux en France. Cette situation est paradoxale, car leur niveau de connaissances n’est pas moindre que celui de leurs collègues installés en France, et ils ont l’avantage de travailler sur le terrain. La plupart sont bilingues. Travaillant dans la culture d’accueil quelquefois depuis des décennies, ils  peuvent avoir un niveau de compétence reconnu à l’étranger. Leur expertise est donc réelle, et pour cette raison, représente pour la recherche française un atout précieux. Etant donné l’importance que prendront à l’avenir les cultures de l’Asie et du Pacifique à l’échelle planétaire, ne serait-il pas raisonnable de prendre en compte, dans les forces de la recherche française, l’atout que représente ces recherches effectuées en immersion dans les cultures étudiées ? Les institutions françaises disposent déjà d’un certain nombre d’antennes à l’étranger. Il ne semble donc pas utile à priori d’en créer de nouvelles. Ce qui serait important, en revanche, serait de réformer le système existant en sorte que la mission de ces institutions soit mieux définie. Une formation pourrait être mise en œuvre par les autorités françaises pour que les responsables, qui sont en général des chercheurs détachés de la fonction publique, soient davantage sensibilisés aux besoins des chercheurs français. La première mission de ces institutions publiques ne devrait-elle pas être d’identifier les compétences et les talents français qui s’exercent à l’étranger ? Ces chercheurs qui travaillent dans la culture du pays d’accueil sont souvent des observateurs en même temps que des érudits. Habitués à collaborer avec des chercheurs du pays qu’ils étudient, ils ont une analyse souvent pénétrante, le sens de l’innovation, et ils ont à cœur de servir le rayonnement de la France.

Comme dans tous les domaines, la première chose que réclament les travailleurs, c’est la reconnaissance, le respect et la justice. Les chercheurs français qui travaillent hors des institutions françaises ressentent très fortement ce besoin de reconnaissance, et c’est tout d’abord sur ce point qu’il convient d’améliorer les choses. La méthode pourrait être fort simple. Il suffirait peut-être d’établir un cahier des charges pour expliquer aux responsables des institutions qui s’occupent des recherches françaises à l’étranger en quoi consiste la mission pour laquelle ils sont détachés. Et plus précisément, quel est le sens de cette mission.

Ne serait-il pas de bonne moralité de rappeler aux travailleurs de la fonction publique que la nation ne se limite pas aux frontières géographiques, et qu’elle s’étend même au-delà des barrières institutionnelles ? Supposons un chercheur français installé dans une région reculée pour y faire des recherches sur le terrain en vue d’étudier, par exemple, une langue rare. Une justice bien comprise voudrait que les institutions chargées de la recherche prennent conscience de leur responsabilité vis-à-vis de ce chercheur en particulier. Qu’elles admettent que l’éloignement géographique est nécessaire pour les besoins de son travail. Qu’elles reconnaissent qu’il doit pouvoir publier ses travaux, donner des communications, échanger avec ses pairs. Leur rôle devrait comprendre un travail de soutien et d’accompagnement pour qu’il puisse accéder à la communauté scientifique. Ce travail devrait être fait de la même façon pour tous les chercheurs français, quelle que soit leur appartenance. Les institutions françaises à l’étranger, étant elles-mêmes des pôles de rayonnement, devraient être pleinement conscientes de ce rôle. C’est pourquoi il me semblerait utile qu’une consultation soit ouverte au sommet de l’État quant aux missions et aux priorités de ces institutions, non pas du tout dans un esprit de contrôle, mais dans un esprit de parrainage ayant pour objectif la revalorisation de la recherche française. Les responsables politiques savent que la meilleure part de leur mission est de valoriser le travail réalisé par leurs concitoyens. Il serait juste et nécessaire que les institutions françaises à l’étranger soient dirigées avec la même hauteur de vue. Les responsables techniques ont besoin pour cela d’être aidés par un « cahier des charges » (une charte, un texte de référence) dans lequel seraient précisés, par exemple, les critères d’évaluation des recherches menées en dehors des institutions françaises et les moyens de les relier à la recherche institutionnelle française et européenne. D’une manière générale, ce texte viserait à instaurer un nouvel état de relations entre les chercheurs français dispersés dans le monde et les institutions de leur pays. Est-il normal que ces chercheurs ne soient jamais consultés sur aucun sujet qui concerne la politique de la France à l’étranger ? Ils sont pourtant des observateurs bien renseignés, leurs avis sont imprégnés d’un savoir in situ, et la diplomatie française pourrait bénéficier de leur expertise.

Des réseaux français ou européens s’activent actuellement pour le regroupement de ces chercheurs, et c’est une chose excellente, car ils peuvent ainsi échanger plus facilement et nouer des contacts fructueux. Mais pour imprimer à la recherche métropolitaine et européenne une dynamique fertile et métissée, il faudrait encore avancer d’un pas, et mettre ces chercheurs en situation d’initier des projets en France et en Europe. Pour cela, il serait nécessaire de créer un lieu dans lequel ils pourraient mener des activités de recherche, organiser des rencontres, etc. De même qu’il existe un Institut des mondes arabes et un Institut des Amériques, ne pourrait-il pas exister en France un Institut de l’Asie et du Pacifique ?

Enfin, je voudrais soulever une dernière question qui intéressera sûrement d’autres chercheurs français travaillant hors des institutions françaises : non seulement l’État français ne prévoit aucune disposition particulière pour s’attacher leur expertise, mais il est très difficile pour eux d’intégrer les institutions françaises une fois que leur carrière les a menés à l’étranger. Ne vaudrait-il pas mieux au contraire leur ménager une possibilité d’intégrer la fonction publique, afin de permettre à la jeune génération de bénéficier de l’enseignement de leurs prédécesseurs ? Il est à prévoir que la jeune génération des chercheurs expatriés sera de plus en plus nombreuse, ce qui laisse présager une hausse du niveau d’expertise de la recherche française sur le terrain. Il serait dans l’intérêt général de prévoir le rassemblement de toutes ces compétences dans une filière parrainée par l’État. Corollairement, ce parrainage favorisera la reconnaissance de tous les chercheurs français, ce qui me paraît une démarche juste et légitime.

Julie Brock est spécialiste de littérature comparée et des sciences du langage. Elle est professeure de l’Institut de technologie de Kyôto (KIT, Japon), chercheur associée à l’International Institute for Advanced Studies (IIAS) et au programme Réseau Asie et Pacifique de la FMSH.

 

Pour citer ce billet : BROCK Julie , « Identifier les compétences éparses et les relier au réseau institutionnel », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 2 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/898]

Laurence Roulleau-Berger : La sociologie chinoise au XXIe siècle

Si les sociologies européennes apparaissent ethno-centrées et peu ouvertes aux autres sociologies  du monde ce n’est pas le cas pour la sociologie chinoise qui d’abord s’est tournée vers les sociologies européennes et américaines pour affirmer aujourd’hui une pensée propre. Dans la sociologie chinoise les déplacements et hybridations de paradigmes s’organisent autour de la résistance à l’imposition de modèles intellectuels post-coloniaux et de l’affirmation d’une pensée « située » là où les sociologies européennes intègrent difficilement les pensées non occidentales.

Depuis 1979, la réinvention de la sociologie chinoise représente un évènement majeur dans l’histoire des sciences humaines et sociales. La sociologie chinoise, si elle s’était largement développée avant 1949, sera ensuite interdite pendant trente ans, pour retrouver un essor très rapide depuis sa recréation. La sociologie est en effet devenue une discipline-phare du champ intellectuel au cours de la décennie 1980 en Chine. L’abondance des productions scientifiques témoigne d’une dynamique intellectuelle forte qui produit une vraie originalité et de vraies spécificités liées à une histoire de la pensée chinoise et à la complexité d’un contexte sociétal..

La sociologie chinoise semble admettre plusieurs normes de légitimation scientifique qui permet la production d’une diversité et d’une cohabitation de points de vue, à condition que soit mise en oeuvre une vraie dialectique entre pratique et théorie sociologique. La sociologie chinoise s’est structurée tout au long de ces trente dernières années autour des tendances suivantes :

-la prise en considération de ce qui pourrait apparaître un effet de contexte civilisationnel.

– la montée de l’idée de « la production de la société » via l’analyse des processus structurels

– l’émergence de l’Individu à travers la question de la subjectivité et des interactions

– l’idée de produire des paradigmes émancipés de toute forme de colonisation culturelle et d’un regard surplombant de l’Occident sur la société chinoise

Les sociologues chinois connaissent les différents courants de la sociologie d’Europe de l’Ouest et américaine, il les distinguent et les associent dans différents travaux sans refuser à l’un ou à l’autre une légitimité donnée. En effet considérant que la sociologie comme discipline est née dans la civilisation capitaliste ils produisent une sociologie qui prend vraiment ses ancrages dans la civilisation chinoise d’hier et d’aujourd’hui, mais aussi dans des filiations, déplacements, hybridations avec des sociologies nord-américaines et européennes.

Certaines sociologies chinoises se nomment, d’autres ne se nomment pas. Mais surtout la sociologie se diversifie en produisant des propositions qui, à partir de l’effet de civilisation chinoise, agencent différemment processus structurels/actions pratiques/interactions/ subjectivités et se distinguent les unes des autres en donnant des statuts différents accordés à chaque concepts.

Parmi les sociologies qui se nomment Sun Liping parle de « sociologie de la pratique ».

Parmi les sociologies qui ne se nomment pas nous en avons distingué trois qui se construisent différemment en fonction du statut accordé aux concepts processus structurels/actions pratiques/interactions/ subjectivités :

– sociologie des structures et stratégies

-sociologie des  interactions, actions collectives et structures

-sociologie des  structures sociales, individu et subjectivité

Là où les couples individualisme / holisme, objectivisme / subjectivisme, microsociologique / macrosociologique ont été actifs dans la sociologie d’Europe de l’Ouest dans la production de pensées binaires, la sociologie chinoise se construit plutôt dans la pluralité des approches théoriques.

Cette réflexion sur la sociologie chinoise s’inscrit dans une entreprise scientifique plus large de désoccidentalisation des savoirs sociologiques et dans un travail épistémologique sur la production de « sciences sociales post-occidentales » qu’il paraît nécessaire de produire. Des dominations et des hiérarchies ont donc été très tôt construites entre les contextes occidentaux, orientaux et extrême-orientaux et ont produit des ignorances et des occultations de pans de savoirs entiers. Aujourd’hui nous sommes invités à nous placer dans un espace épistémique pluridimensionnel pour penser nos sociétés, pour comprendre comment d’anciennes hiérarchies de savoirs sont bousculées pour céder la place à de nouvelles, comment des réseaux transnationaux et translocaux de connaissances peuvent se former en créant des processus de conjonction et de disjonction culturelle et symbolique. Si Dipesh Chakrabarty avait créé subaltern studies en proposant de « provincialiser l’Europe » pour considérer les « histoires subalternes » dans leurs dynamiques propres et si des intellectuels comme Homi Bhabba ont porté les postcolonial studies à partir de l’idée de dépasser les grands récits de la modernité et les grands paradigmes en sciences sociales, il nous paraît aujourd’hui moins pertinent de penser la pluralité des « provinces du savoir» que les nouvelles centralités mais surtout de penser les modes de formation des continuités et les discontinuités, les agencements et les disjonctions entre des lieux de savoir situés à différents endroits du monde.

-L.Roulleau-Berger et  GuoYuhua, Li Peilin, Liu Shiding (dir), 2008, La Sociologie chinoise contemporaine, Coll. Réseau Asie, Éditions du CNRS, 2008, Paris.

-L.Roulleau-Berger, 2011,  Désoccidentaliser la sociologie. L’Europe au miroir de la Chine, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2011. Édition traduite en chinois aux Social Sciences Academic Press parue en 2012.

-L.Roulleau-Berger and Li Peilin (ed), 2011, European and Chinese Sociologies : a new dialogue, Brill Publishers, Leiden, Boston, Singapour.

-Li Peilin and L.Roulleau-Berger (ed), 2012, Internal and International Migration : a comparative perspective, Routledge Publishers, London and New York.

Lyon, le 5 novembre 2012

Laurence Roulleau-Berger est sociologue, spécialiste de la Chine, directrice de recherche au CNRS (UMR 5206, TRIANGLE interdisciplinaire au carrefour de la science politique, de l’histoire de la pensée politique et économique CNRS/ENS de Lyon, Sciences Po Lyon et université de Lyon 2)

 

Pour citer ce billet : ROULLEAU-BERGER, Laurence « La sociologie chinoise au XXIe siècle », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 28 septembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/548]

Christophe Serra Mallol : Pour une recherche en socio-anthropologie de l’alimentation en Asie-Pacifique

L’Asie-Pacifique est une vaste région de contrastes bénéficiant d’une biodiversité exceptionnelle tant marine que terrestre et d’une grande diversité culturelle. Pourtant la recherche dans le Pacifique reste le « parent pauvre » de la recherche française sur des aires culturelles non européennes, par comparaison par exemple avec les travaux de nos confrères anglo-saxons sur la région, ou des chercheurs africanistes francophones.

Les changements importants intervenus ces dernières années sur cette aire sont pourtant porteurs d’une dynamique propice à la recherche. Ainsi, la prise de conscience d’un développement nécessaire d’un modèle socio-éco-politique propre au milieu insulaire pacifique, qui à la fois dépasse la faillite relative du Pacific Way et s’appuie sur les conséquences des nouveaux enjeux de la région. Ou encore la prise de conscience récente au niveau régional de l’importance essentielle, tant au niveau sanitaire qu’économique (le poids croissant dans les dépenses de santé) et social (phénomènes de stigmatisation, modification des modèles traditionnelles encore prégnants), de l’impact des maladies non transmissibles, et notamment celles liées aux changements récents de modèles alimentaires : obésité morbide, diabète, maladies cardio-vasculaires… De même, la montée en puissance du rôle joué au niveau régional par des États anglophones (Australie notamment) et asiatiques (Chine) auprès des petits Etats insulaires fait poser la question de plus en plus cruciale de la place de la France dans cette région.

L’état des forces et des faiblesses de la recherche française en sociologie et anthropologie explique en partie l’actualité de cette question.

La recherche française semble se caractériser par son absence de pluridisciplinarité, au sein même des centres de recherche : les projets de recherche mis en œuvre restent encore et toujours cloisonnés entre disciplines, contrairement aux grands projets de recherche lancés depuis plus d’un demi-siècle par les États anglophones (États-Unis, Nouvelle-Zélande…)

L’isolement par rapport aux autres chercheurs sur l’aire, entre plusieurs entités sans grands contacts entre elles (UPF, UNC, CREDO…), et l’individualisme de mise au détriment de travaux collectifs, malgré les progrès accomplis ces toutes dernières années par la mise en œuvre du Réseau Asie-Pacifique, restent toujours d’actualité.

Enfin, les rapports difficiles avec les institutions sociales (politiques et économiques) restent une constante de la recherche française, toujours dans une position de méfiance et/ou dédain vis-à-vis de ces institutions, essentielles pourtant dans la relation avec le corps social et la mise en œuvre d’actions, au contraire des relations décomplexées des équipes de recherche anglophones avec ces mêmes institutions, ces dernières trouvant ainsi des moyens financiers et matériels accrus de présence et de recherche.

De fait, les travaux entrepris restent à portée restreinte, sans visée générale ni même appliquée.

Plus généralement, et au-delà d’une vision « primitiviste » inavouée qui tend à assigner les sociétés insulaires du Pacifique dans un passéisme immobilisant et un « spécificisme » proche du « bongo-bongoïsme » dénoncé par Mary Douglas, une prise en compte des adaptations propres des sociétés insulaires au processus de globalisation est indispensable, et notamment de la façon dont les communautés cherchent et trouvent de manière dynamique des solutions alternatives au modèle dominant occidental. L’intérêt récent et grandissant pour cette région, dans un contexte post-colonial mieux assumé, ne se concrétise pas encore dans les grands projets ni dans la visibilité des travaux entrepris par des équipes francophones de recherche.

De nouvelles thématiques et axes de recherche émergents pourtant et sont porteuses d’espoir pour les années à venir.

Ainsi en est-il du champ de la socio-anthropologie de l’alimentation. Ce champ s’est constitué en France il y a plus de trente ans autour de Jean-Pierre Poulain (PR Université Toulouse 2),  Claude Fischler (DR CNRS) Annie Hubert (DR CNRS) et Jean-Pierre Corbeau (PR Université de Tours) notamment, et représenté à l’étranger par des chercheurs de renom (avec M. Douglas, J. Goody, A. Warde, S. Menell au Royaume-Uni, P. Rozin, Farb P., M. Harris et N.J. Pollock aux Etats-Unis, J. Contreras en Espagne…).

Des évaluations récentes ont quantifié le nombre de chercheurs français ayant déjà au moins une publication à leur actif à 150 à 200 personnes au sein de 52 unités de recherche, dont la moitié comme enseignants-chercheurs et le tiers en tant que chercheurs CNRS. Le champ de la socio-anthropologie de l’alimentation se voit doter d’un Réseau thématique pluridisciplinaires (RTP[i]) en cours de constitution au CNRS.

Le champ de l’alimentation est abordé par plusieurs disciplines dont l’histoire, la sociologie, l’anthropologie sociale et culturelle, l’économie, et l’anthropologie biologique et la préhistoire. Actuellement une quarantaine de thésards travaillent sur ce champ en France.

Les principales thématiques identifiées en France sont les suivantes :

–     processus de patrimonialisation de l’alimentation ;

–     effets culturels, d’âge et de génération, de niveau social et de genre, processus de différenciation et inégalités ;

–     médicalisation et institutionnalisation de l’alimentation.

Des thématiques sont émergentes :

–      alimentation et génétique (épi-génétique…) ;

–       socialisation des troubles alimentaires ;

–       biodiversité, développement durable et modèles alimentaires ;

–       controverses scientifiques et enjeux sociaux ;

–       évolution des politiques alimentaires ;

–       innovation alimentaire entre recherche fondamentale et applications.

La zone Asie-Pacifique est une zone en plein développement dans le domaine de la recherche, notamment du fait de l’expansion du poids des universités des pays asiatiques, et de l’importance plus classique de l’anthropologie américaine et française dans le Pacifique insulaire. Depuis une quarantaine d’années, la recherche en socio-anthropologie de l’alimentation en Asie-Pacifique a été plutôt le fait d’anglo-saxons (USA et Hawaii, Nouvelle-Zélande, Australie, Fidji…). Des recherches françaises continuent à être mises en œuvre notamment dans le Pacifique insulaire (voir notamment, après ceux de J. Barrau, les travaux de F. Douaire-Marsaudon, M.C. Bataille-Benguigui, S. Lacabanne, V. Lebot, C. Serra Mallol…), mais également en Asie du sud-est.

Ainsi l’Université de Toulouse 2 Le Mirail développe, à travers l’institut ISTHIA (ex CETIA[ii]) au sein du laboratoire CERTOP[iii] des travaux de recherche sur les thèmes de la socio-anthropologie de l’alimentation appliquée à l’insularité, et notamment en Malaisie et au Vietnam, en développant des travaux sur le thème de la convergence culturelle et de la multiculturalité. Elle témoigne des influences socio-culturelles sur ces zones géo-économiques particulières que sont les milieux insulaires du Pacifique, et constitue un terrain d’observation privilégié des impacts socio-économiques sur le développement de maladies non transmissibles et liées aux modes de vie (obésité, diabète, cancer…) du fait de la transition rapide en œuvre dans ces sociétés.

Les relations étroites mises en œuvre depuis une dizaine d’années entre l’Université de Toulouse 2 Le Mirail et des centres universitaires en Malaisie et au Vietnam ont permis le développement de collaborations scientifiques fructueuses dans le domaine de la socio-anthropologie de l’alimentation et de la sociologie du tourisme sur une zone asiatique en plein développement économique et sur des marchés dits « émergents ». Une convention conjointe Taylor’s University Center de Kuala Lumpur – Université de Toulouse 2 a permis la création du Toulouse Taylor’s University Center et d’une chaire de Recherche Food Studies sur l’alimentation confiée au professeur Jean-Pierre Poulain. Des travaux sont en cours pour mettre en place un observation des pratiques alimentaires sur l’ensemble de la région Asie-Pacifique sous la forme du Asia Pacific Food Barometer.

En matière de socio-anthropologie de l’alimentation, les phénomènes d’urbanisation et de vieillissement des sociétés insulaires du Pacifique, le processus continuel de changement des modèles alimentaires traditionnels et ses conséquences tant sanitaires que sociales, sont porteurs d’enjeux renouvelés, dont les résultats pourraient permettre, au-delà du strict aspect recherche, la mise en œuvre de politiques publiques régionales mais également jouer le rôle de modèle dans le monde occidental en matière de prise en compte du concept de durabilité dans les modes de développement actuels.

Des mesures qui permettraient d’améliorer et d’accroître les travaux et la visibilité de la recherche française sur le Pacifique sont à envisager.

La mise en place de coopération entre institutions, à l’image du Pace-net dans le domaine du changement climatique, pourrait être initiée en matière de recherche en sciences sociales sur des problématiques transverses : souveraineté et institutions politiques, alimentation et santé, migrations et multiculturalité etc…

Un développement de réponses conjointes à appel d’offres de projets de recherche, associant des chercheurs provenant de disciplines et d’institutions différentes, est à envisager par la mise en place d’une plate-forme de réponse commune et désignation de « porteurs de projet transdisciplinaires ».

Une visibilité plus importante sur les fonds disponibles pour la recherche dans les grandes institutions internationales (Union Européenne, Commission du pacifique sud, Organisation Mondiale pour la Santé… ) est pour ce faire indispensable, notamment par la mise en œuvre d’une « veille » assurée par un organisme commun (le Réseau Asie-Pacifique) avec diffusion des informations en fonction des profils individuels de chercheurs disponibles sur le Livre Blanc du Pacifique.

La création d’un comité de recherche dédié au Pacifique (comme il en existe déjà un dédié à la Chine) au sein de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) permettrait également d’assurer une présence aux manifestations organisées par cette association, et de mettre en place des cycles réguliers de réunions et de travaux conjoints.


[i] Un réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) est « une formule  institutionnelle de regroupement de laboratoires, d’équipes de recherche ou de scientifiques, appartenant à des disciplines différentes, autour d’un thème particulier ou d’un objectif clairement défini.
 Créé par la direction de l’INSHS pour une durée de trois ans, il est essentiellement un outil d’assistance à la politique scientifique et une instance chargée d’émettre des avis et des propositions ». Le RTP Alimentation (en cours de constitution) du CNRS vise à promouvoir le développement d’une approche pluridisciplinaire du fait alimentaire (voir http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/RTP-alimentation/presentation.htm)

[ii] ISTHIA (Institut Supérieur du Tourisme de l’Hôtellerie et de l’Alimentation), anciennement Département CETIA (Centre d’Etudes sur le Tourisme et les Industries de l’Alimentation) du Département LEFL (voir www.cetia.fr/)

[iii] Centre d’Etudes et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir (CERTOP) UMR 5044 (voir http://w3.certop.univ-tlse2.fr/)

Christophe Serra Mallol est socio-anthropologue, Maître de conférences à l’Université de Toulouse 2 (France)- CERTOP (UMR 5044) et a été l’un des sept responsables d’atelier pour les États Généraux de l’Outre-mer en Polynésie française en 2009. Il est également chercheur associé au Centre Edgar Morin-IIAC (UMR 8177).

christophe.serra-mallol@univ-tlse2.fr

Retrouvez le profil de Christophe Serra Mallol, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : SERRA MALLOL, Christophe, « Pour une recherche en socio-anthropologie de l’alimentation en Asie-Pacifique », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/373]


Marie-Sybille de Vienne : Les études Sud-est asiatiques en France entre Pékin et Pecus

L’Asie du Sud-Est se caractérise par sa segmentarité, que traduit la démultiplication des langues, des écritures, des architectures, autant de particularismes qu’animaient jadis une pléiade de principautés enracinées dans leurs cultes des dieux du Sol. Alors même que la modernité a accouché de concert du nationalisme et de l’ethnicité, le Sud-est asiatique demeure dépourvu d’État-Nation au sens où on l’entend habituellement en Occident tandis que les questions frontalières sont loin d’être entièrement traitées, ce qu’illustre dans les termes du droit international la multiplication des zones maritimes et territoriales contestées. Plus profondément, ses États souffrent de problèmes d’encadrement social : les aristocraties « légitimes » achèvent de s’user (cf. la Thaïlande), et leur relais n’est que très mal assuré par des groupes sociaux montants, composés d’urbains acculturés ou d’étrangers ; l’insuffisance des classes moyennes, la pauvreté croissante d’un monde rural démographiquement saturé démultiplient les tensions structurelles internes.

La décennie 2000 a enregistré un bouleversement des équilibres propres au Sud-est asiatique suite à l’émergence de la superpuissance chinoise, passée de quelque 3,3% du produit mondial brut (PMB, en dollars US courants) en 2000 à 11,9% en 2010, soit une progression de plus du triple en dix ans, du sixième au deuxième rang mondial. Or face à l’affirmation économique et politique d’une Chine désormais plus « riche » et qui pèse trois fois plus lourd au plan productif, l’Asie du Sud-Est (3,4% du PMB) apparaît fragilisée par son morcellement national et l’hétérogénéité de ses potentiels économiques, d’autant que la longue durée fait des États qui la composent les héritiers de principautés ou de royaumes qui, à un moment ou l’autre de leur histoire, furent tributaires de l’Empire du Milieu. Autant dire que Pékin la considère comme son pré carré.

Sur une telle aire culturelle dont la complexité est loin de se réduire, les ambitions chinoises constituent aujourd’hui en enjeu géostratégique et la recherche française se retrouve prise en tenaille entre la tradition orientaliste qui l’a modelée et le Léviathan du « classement de Shanghai » qui la sape.

Les Sud-est asiatisants, même les plus remarquables sachant opérer avec brio la synthèse des disciplines, ne sont pas parvenus à convaincre les politiques, pour lesquels l’approche scientifique des sociétés restait de belles leçons d’anatomie pour muséographes. Aussi les études sud-est asiatiques de tradition et de langue françaises ont-elles connu un certain désenchantement. La recherche française a donc eu tendance à changer de référents épistémologiques, abandonnant son appareil conceptuel « latin » pour se couler dans un cadre anglo-saxon : dominé par une vision uniformément positive du futur et un ralliement à une approche par des référents rhétoriques sur le modèle des gender studies. À l’interrogation sur l’altérité culturelle et ses fondements se sont substitués des groupements thématiques formels, ordonnés à proposer une vision unificatrice orientée sur le « progrès », par le biais d’un comparatisme mécanique, sans profondeur historique, dont la grille d’analyse est pré-codée et auto-justifiée.

Pour autant, la recherche sud-est asiatique française conserve un dynamisme certain malgré la faiblesse de ses moyens financiers et le peu d’attractivité qui en découle pour l’aspirant chercheur. D’une part en raison de sa structure, parce qu’elle a réussi, au moins jusqu’à ce jour, à maintenir une pluralité de lieux de tradition scientifique différente (EPHE, EHESS, EFEO, INALCO, CNRS, Paris VII, Paris IV, etc.) et qu’elle a en sus créé de nouveaux pôles de recherche, notamment sur le contemporain (IRASEC, IRD, MAP, etc.). Ensuite par son contenu, où aux côtés des indispensables savoirs traditionnels (épigraphie, archéologie, sciences religieuses, histoire ancienne et moderne, littérature, géographie) ont pu être développées des disciplines plus récentes comme la sociologie, l’économie, la politologie ou l’anthropologie. Enfin par ses axes de recherche qui attestent d’une capacité à renouveler les méthodologies, comme, pour n’en citer que quelques-uns, l’étude du Cambodge de l’époque moyenne par des sources jusque-là considérées comme uchroniques (CASE) ; la réévaluation de la « mondialisation », des prédécesseurs historiques aux présents acteurs dominants de l’économie mondiale (Asies, EA 4512, INALCO), la constitution d’un corpus d’épigraphie islamique sud-est asiatique, etc.

Il reste que cette résilience est aujourd’hui gravement menacée par l’irruption dans le paysage scientifique de la révision générale des politiques publiques (RGPP), qui au nom de compréhensibles impératifs budgétaires, cherche à tailler dans une recherche en SHS au demeurant fort économe de moyens, lesquels se résument le plus souvent à quelques frais de mission. Le phénomène se conjugue au rabotage par le classement de Shanghai (absence d’universités françaises dans les 35 premières), pour pousser à un regroupement hâtif des structures de production du savoir, d’autant plus préjudiciable que le Sud-Est asiatique manque de visibilité médiatique (hors coups de projecteurs comme aujourd’hui sur la Birmanie) tout en demeurant difficilement préhensible pour le tout venant, et qu’en plus les publics estudiantins concernés restent (toutes les langues et cultures confondues), cinq à dix fois moins nombreux que ceux du japonais ou du chinois malgré l’importance économique et stratégique de la zone.

Autant dire que dans les contextes actuels, ni George Cœdès, ni Bernard Philippe Groslier, ni Paul Mus, ni Denys Lombard, qui ont renouvelé chacun à leur manière, le terrain et la discipline, tout en restant d’une extrême indépendance d’esprit, n’auraient la moindre chance de s’imposer face aux Labex, Idex, etc., dont la fluorescence relève davantage d’une excellence de la communication à destination des politiques, que d’une organisation rationnelle de l’enseignement et de la recherche.

Faut-il pour autant baisser pavillon devant l’irruption des méthodes de gestion issues de l’entreprise, qui plus est appliquées par des bureaucrates qui ne les maîtrisent pas toujours, dans le cénacle académique ? Était-il nécessaire d’introduire une concurrence entre les équipes à force de stimuli financiers alors qu’à titre individuel les chercheurs vivent déjà dans un univers hautement concurrentiel, non pas seulement pour les postes, mais bien davantage pour la reconnaissance de leur pairs ? Compétition oblige, ne fallait-il pas mieux alors jauger l’excellence des résultats que celle des projets ?

La recherche en SHS, dont les besoins et les pratiques sont à l’opposé de ceux des sciences dites « dures », et a fortiori sur l’aire sud-est asiatique où les spécialistes sont moins nombreux que dans les études japonaises ou sinologiques, ne gagne rien à être diluée dans de vastes entités où les questionnements très spécifiques qui sont les siens sont difficilement compris. Héritière des clercs de l’époque médiévale, elle nécessite à la fois des temps de confinement solitaire pour élaborer ses problématiques, autant qu’une mise en commun des compétences permettant d’en formuler les éléments de réponse. À cette deuxième fin, une bonne connexion DSL suffit, assortie d’une structure de liaison efficace faisant circuler l’information – en temps réel. En revanche l’inflation chronophage des réunions et des productions administratives, imposée par la multiplication des niveaux de tutelle, obère gravement la productivité du chercheur, allant à l’encontre des impératifs de rentabilité économique qui lui sont désormais imposés.

Marie-Sybille de Vienne est économiste et géopolitiste, professeur des Universités, Directrice du Centre d’études de l’Asie du Sud et du Sud-Est (CEASSE, ASIES EM 4512, INALCO), du Centre de préparation aux échanges internationaux (CPEI) et de la revue Péninsule.

Retrouvez le profil de Marie-Sybille de Vienne, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : DE VIENNE, Marie-Sybille, « Les études Sud-est asiatiques en France entre Pékin et Pecus », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/366]

Maryvonne Nedeljkovic : Les États insulaires d’Océanie/Mélanésie

Les États insulaires indépendants d’Océanie (en relation avec la Mélanésie), démocraties établies de longue date (Australie, Nouvelle-Zélande) ou récemment acquises (Vanuatu), voire toujours en cours d’élaboration (Fidji), ou encore la Collectivité territoriale à gouvernement collégial de Nouvelle-Calédonie seront, selon toute vraisemblance, le théâtre d’événements majeurs au cours du XXIème siècle.

L’Australie et la Nouvelle-Zélande sont certainement les deux États démocratiques influents de la région Océanie/Mélanésie. Ces deux pays ont  un rôle politique et économique reconnu, important au plan international et déterminant au plan régional. Dans la région Océanie, ils sont en constantes et étroites relations avec les petits États insulaires de Mélanésie. Ils y ont souvent un rôle de conseillers, d’arbitres et de modérateurs.

Les histoires coloniales et postcoloniales de tous les pays d’Océanie/Mélanésie les inscrivent aujourd’hui dans une réflexion politique, sociale et économique qui les relie à la fois aux événements des pays de l’Europe et de l’Union européenne ; aux pays d’Asie (Asie du sud, du Sud-est, du Centre et du Nord, par le biais de l’ASEAN et de l’APEC ) et à l’ensemble des États d’Océanie/Mélanésie qui ont accédé à l’indépendance politique dans les années 1970 : Fidji (1970), PNG (1975),  les îles Salomon (1978), Vanuatu (1980). De plus, à partir de la Deuxième Guerre mondiale, diverses îles ont établi des liens privilégiés avec les États-Unis d’Amérique, liens qu’ils maintiennent pour assurer la sécurité et la stabilité de la région : Australie, Nouvelle-Zélande, PNG, Fidji, îles Salomon.

Étudier les États insulaires d’Océanie/Mélanésie implique donc des connaissances historiques, politiques et sociologiques scientifiquement étayées afin de comprendre les enjeux subrégionaux, régionaux et internationaux de l’Océanie. Sans aucun doute ces enjeux dépassent de loin le strict cadre géographique des États concernés comme l’ont fort bien compris par exemple Fidji, la Papouasie Nouvelle Guinée, sans parler de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. La subtilité diplomatique de ces pays les fait utiliser des cartes complexes dans leurs alliances tant politiques qu’économiques. Par exemple, afin d’être des intervenants crédibles dans les instances internationales, ils utilisent leurs droits de vote comme outil démocratique de pression sur d’éventuels  partenaires économiques, voire stratégiques.

C’est ainsi que les politiques récentes d’investissements de la Chine, de l’Inde, et du Japon, dans une course aux matières premières et à l’expansion de leurs partenariats commerciaux dans les États en voie de développement économique sont des signes clairs du potentiel régional des États insulaires. (Cf. PNG ou Fidji avec la Chine, l’Inde ou le Japon).

Mais, dans leur désir de reconnaissance internationale, les États insulaires d’Océanie/Mélanésie qui ont une majorité de populations autochtones, sont soumis à des soubresauts culturels sans précédents qui remettent en cause les équilibres hiérarchiques claniques traditionnels et les notions tribales de propriété, en particulier de propriété foncière, ou de propriété du littoral maritime. Afin d’apprécier les évolutions de ces nouvelles sociétés, il faut donc connaître les étapes sociales de transition de sociétés rurales vers des sociétés urbaines, ce qui modifie en profondeur les relations humaines et les codes comportementaux traditionnels.

En effet, ces sociétés nouvelles sont confrontées aujourd’hui au respect de constitutions écrites qui ont imposé la reconnaissance légale de citoyens égaux, hommes et femmes. Ces nouvelles démocraties parlementaires protègent par leurs constitutions écrites les libertés fondamentales de chaque citoyen, en particulier le droit à la parole et le droit à l’action. Parallèlement aux États, des « nations » s’organisent donc autour de valeurs d’allégeance aux chefs d’État, même quand les Chefs coutumiers conservent une autorité morale réelle comme par exemple, le Grand Conseil des Chefs du Vanuatu qui est aussi un corps constitutionnel. Cela suppose pour ceux qui s’intéressent à ces pays d’en connaître à la fois les droits coutumiers complexes, les évolutions constitutionnelles en cours et les fonctionnements spécifiques entre ces deux modes référentiels.

Dans ces sociétés où les anciennes responsabilités des hiérarchies tribales tendent à être partagées, au mieux, avec celles de l’État, et où le pouvoir de décision n’est plus dans les seules chefferies, une certaine déstabilisation sociale peut se faire jour. Ces mutations profondes de sociétés rurales vers des sociétés urbaines doivent donc être « accompagnées » pour éviter des tentations déviantes, surtout parmi les jeunes non diplômés, non qualifiés, pour lesquels « vie urbaine » est souvent associée à « vie facile » dans tous les sens du terme. Des études sur les causes de violence et de délinquance urbaines sont souhaitables afin de mesurer la vulnérabilité d’individus tentés par toutes les sources possibles d’argent facile. Douanes ; services internationaux de surveillance doivent être formés de façon spécifique au fonctionnement de ce type de sociétés.

Afin d’établir des connaissances fiables et de proposer des interprétations rigoureuses, il est souhaitable de former des étudiants spécialisés dans plusieurs disciplines complémentaires, et non pas dans une seule. De plus ces étudiants devraient pratiquer les langues majeures utilisées dans les pays de spécialisation, comme par exemple le fidjien qui est parlé pratiquement partout en Mélanésie. (Il est possible aujourd’hui de l’apprendre « en ligne » ; site : « Apprendre à parler fidjien »). Les langues océaniennes sont trop nombreuses pour être toutes pratiquées (Cf. l’article en ligne de Claire Moyse-Faurie,  Directeur de recherche au CNRS, Les langues du Pacifique), mais une fois une langue de base acquise pendant les études, des séjours linguistiques en des pays déterminés faciliteront l’acquisition de telle ou telle langue particulière.

Pour terminer cette vue d’ensemble de la région Asie-Pacifique/Océanie, ces mutations socio-économico-politiques s’expriment dans diverses formes de créations artistiques, tant traditionnelles qu’innovatrices. Musiques, peintures, sculptures, arts vidéo, films, littératures sont autant de moyens de s’imprégner de la richesse culturelle de ces divers peuples et d’avoir de riches échanges personnels avec leurs représentants. Le contact humain et la confiance d’individu à individu est primordiale dans tous ces États d’Océanie/Mélanésie.

L’Asie-Pacifique/Océanie un axe privilégié d’études supérieures en France pour le XXIème siècle :

Les nombreux secteurs des évolutions en cours évoquées pour la région Asie-Pacifique/Océanie au XXIème siècle montrent combien il sera important pour tout intervenant dans le Pacifique sud d’y être un acteur fiable, et partant, bien informé. La France fait partie des puissances dans le Pacifique sud, et pouvons-nous dire, des puissances DU Pacifique sud/Océanie. À ce titre elle a pu négocier en 2011-2012 un rôle stratégique renforcé, en partenariat avec les démocraties d’équilibre de la région : l’Australie et la Nouvelle-Zélande. La Nouvelle-Calédonie est à ce titre perçu par les pays cités comme l’espace sécuritaire nécessaire en cas de déstabilisation ponctuelle ou générale de cet ensemble géopolitique. Les uns et les autres ont récemment évoqué, par exemple, les éventualités positives et/ou négatives d’une région qui deviendrait plus ou moins délibérément dépendante du « dilemme de l’Oncle Sam et du Panda » ou bien d’un axe économico-politique Japon-Océanie.

Rappelons que depuis une visite dans la région Pacifique au cours du dernier trimestre 2010, Mme Clinton n’a  cessé de réaffirmer l’engagement constructif et la volonté de partenariat de l’administration du Président Obama dans cette partie du monde. Outre bien sûr l’Australie et la Nouvelle-Zélande, tous les petits États insulaires sont concernés par ce retour de la politique US dans le Pacifique sud, y compris Fidji, dont le processus de démocratisation « progressive » a été  désapprouvé par l’Australie et la Nouvelle-Zélande, et le Commonwealth des Nations, mais soutenu par les USA. Dès 2010 Mme Clinton avait  aussi souligné devant les Sénateurs que la plupart des États insulaires océaniens, à son sens, pouvaient être considérés comme des alliés fiables de longue date des États-Unis. C’est encore vrai, mais il faut avoir conscience que les relations diplomatiques de ces petits États insulaires sont devenues des « monnaies d’échange » pour les pays en voie de développement. L’exemple de Fidji est typique de ces nouveaux jeux d’alliance, le Contre-amiral Premier ministre Franck Bainimarama vantant la façon de penser et d’agir de la Chine vue par lui comme ayant une pensée politique « visionnaire » dans le Pacifique. Depuis 2006 les relations de Fidji avec la Chine s’étaient intensifiées suite à l’incompréhension de la politique de démocratisation des structures politiques fidjiennes de la part de l’Australie en particulier.

Notons que le 21 juin 2011, les États-Unis ont inauguré leur « super-ambassade » à vocation régionale à Tamavua, (banlieue de Suva, Fidji), « symbole de la présence et de l’engagement américain dans la région du Pacifique insulaire » avait déclaré M. Steven McGann, ex-ambassadeur américain pour le Pacifique. « C’est un exemple de l’engagement grandissant de l’Amérique dans la région Pacifique ». C’était aussi sans doute une réponse à l’inauguration, avec faste par Pékin à Suva, de l’ambassade de Chine quelques mois plus tôt. En mai 2011 les États-Unis avaient nommé Mme Frankie Annette Reed, directrice adjointe à la direction des Affaires du Pacifique et de l’Asie du sud-est au Département d’État américain, ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire des États-Unis à Fidji. C’est dire l’importance de la région Asie-Pacifique pour les États-Unis, politique défendue énergiquement par Mme Hillary Clinton devant le Sénat américain en mars 2011 devant lequel elle évoquait ouvertement le contexte de « realpolitik » et de concurrence des US avec la Chine.

Notons encore que 2012 fêtera le quarantième anniversaire des relations officielles entre l’Australie et la Chine ;  et que 2012 poursuivra activement, entre les deux pays, les négociations engagées depuis 2005 pour conclure, dans un proche avenir, un ambitieux Traité de Libre Échange entre les deux pays.

Rappelons aussi que 2012 a réuni à Okinawa (Japon) le 6ème sommet du PALM (Pacific Alliance Leaders Meeting). Le PALM a été établi par le Japon en 1997 pour mettre en place une politique d’aide et de concertation avec les États insulaires du Pacifique, membres du Forum. Le PALM se réunit tous les trois ans. Cette politique de la « main tendue », du « Kizuna », initiée par le Japon,  a séduit en particulier les jeunes États qui peuvent discuter avec le Japon de problèmes concrets communs et essayer de leur trouver des solutions pragmatiques rapides et innovantes. Les souvenirs encore douloureux de la guerre du Pacifique disparaissent avec les Anciens, et les jeunes générations veulent construire une autre image d’un Pacifique solidaire et dynamique. L’Australie et la Nouvelle-Zélande  sont membres du PALM; et  les États-Unis ont été invités pour la première fois cette année au sommet d’Okinawa. Outre les discussions récurrentes concernant les moyens de réduire les émissions de CO2 et les effets de serre dans les îles du Pacifique, des thèmes très urgents ont été mis en avant comme les nouvelles sources d’énergie renouvelable, la désalinisation de l’eau de mer, la protection scientifique de la biodiversité, le développement d’économies durables et les questions maritimes ; la réduction des importations par les jeunes États encore économiquement fragiles, et la participation de ces petits États à de nouvelles formes de partenariats industriels comme sources de revenus . Ces discussions très terre-à-terre s’accompagnent de l’offre de formations accélérées au Japon pour 300 jeunes étudiants prometteurs par an, qui se voient attribués des bourses d’étude au Japon. Politique déterminée dans des secteurs innovants donc, mais qui pourrait stimuler d’autant la concurrence  de la Chine.

C’est pourquoi un équilibre régional, et par voie de conséquence mondial, bien pensé, et bien mis en œuvre,  inclus nécessairement une puissance qui n’a pas besoin de pratiquer régionalement une course aux zones d’influence pour s’assurer une reconnaissance internationale; une puissance qui n’a pas de visée dominatrice en termes de puissance politique régionale et mondiale ; une puissance qui n’achète pas la liberté d’expression de ses voisins régionaux par une politique du « carnet de chèque » sans concession ; enfin une puissance qui cherche avant tout la conciliation avec les peuples en émergence plutôt que leur exploitation socio-politico-économique. La France correspond à ce profil et  c’est pourquoi elle ne doit pas se laisser enfermer  dans une image réductrice de « puissance colonisatrice » ou dans une image restrictive de « force d’appoint » de secours en cas de catastrophes naturelles, ou encore de force de sécurité maritime dans cette région du monde.

Certes son passé dans la région l’unit de façon spécifique aux peuples locaux, mais pas plus que les autres pays issus de volontés colonisatrices régionales passées. Sa politique socio-économique a permis des avancées juridiques et politiques appréciées qui peuvent encore progresser dans un processus de concertation envié dans d’autres États régionaux en voie de consolidation. Certes la France apporte toutes les fois nécessaires, tout son savoir-faire et sa solidarité dans les moments difficiles vécus par les divers petits États insulaires de la région. Mais si elle peut mener ces politiques d’amicale attention aux autres États c’est parce qu’elle est, régionalement et internationalement, une puissance stable et pondératrice. La politique de la « main tendue », elle l’a elle-même pratiquée depuis 1947 en tant que membre de la « Commission du Pacifique Sud » aujourd’hui appelée la Communauté du Pacifique (CPS).

Depuis sa création cette structure a mis de côté toute implication politique de ses membres  et a focalisé ses actions aux domaines sociaux, humanitaires et scientifiques dans les pays partenaires. De même, de nos jours, la mission du CPS dans laquelle la France est pleinement engagée, consiste à aider les peuples océaniens à gérer leurs ressources en vue d’un développement économique et social durable, et ceci dans un souci de préserver  les écosystèmes existants. La CPS, basée en Nouvelle-Calédonie, offre une assistance technique, des formations techniques et professionnelles aux populations locales et organise des travaux de recherche avec les pays concernés. Ces services sont proposés à la fois en anglais et en français, les deux langues officielles de la CPS.

Alors pourquoi  des pays défendant de mêmes projets ne pourraient-ils pas se rapprocher, sous une forme ou une autre, du PALM ? Cela permettrait d’aborder des thématiques identiques avec plus d’efficacité; cela  permettrait de ne pas se contenter des acquis de mécanismes de fonctionnement anciens et cela permettrait dans le même temps de trouver des énergies nouvelles pour stimuler, en accéléré, des projets futuristes communs. Par exemple, des projets de recherches conjoints en biodiversité, biosécurité, climatologie, qui pourraient susciter la création de consortium de recherches, comme celui signé entre la France et la Nouvelle-Zélande scientifique (GOPS et NIWA) en juin 2012. Ce type d’accord renforce les liens de coopérations entre les diverses communautés du Pacifique qui mettent ainsi en commun la richesse de leur expérience de terrain et leur capacités créatrices. Ces futurs pôles d’excellence contribueraient à la compréhension entre partenaires régionaux d’une façon visible et respectueuse des avancées des uns et des autres. Et ils permettraient de valoriser des spécificités propres aux États de la région, souvent méconnues, voire inconnues, des communautés scientifiques plus traditionnelles.

De plus la France, en tant que membre de l’UE, se doit de promouvoir ses actions ciblées concernant tous les domaines de l’aide au développement dans le Pacifique, le groupement des pays de l’ACP prenant de plus en plus en compte les contextes très particuliers des évolutions de la région Asie/Pacifique. Les jeunes démocraties y sont dans une dramatique obligation d’évoluer techniquement et économiquement très rapidement, et ce, de façons adaptées à leurs écosystèmes, à leurs climats et à leurs types de sociétés.

C’est un vrai défi, et un véritable enjeu humain, pour les uns et pour les autres. Le XXIème siècle devrait pouvoir innover de concert avec ces nouvelles sociétés, pour ces nouvelles sociétés, dans des secteurs vitaux encore trop délaissés par les sociétés anciennes et traditionnalistes. C’est pourquoi il faut que, dans une politique nationale française, en symbiose avec les nouvelles donnes stratégiques dans le Pacifique, des formations spécifiques dans les nombreux domaines évoqués ici soient soutenues et créées, tant en métropole que dans les territoires du Pacifique.

Un exemple des possibilités de transmission et d’acquisition du savoir mises en œuvre dans le contexte universitaire français

 

À partir de 1992, l’université du Havre avait choisi de développer un pôle d’excellence en Études des pays d’Asie-Pacifique sous l’impulsion du Professeur Maryvonne Nedeljkovic :

En 1995, une maîtrise d’Anglais en Études du Commonwealth (années 1 et 2) avait ouvert la voie à ce pôle d’excellence en proposant aux étudiants des enseignements sur les stratégies politiques et économiques développées par le Commonwealth britannique, puis par le Commonwealth des Nations, incluant, entre autre, une approche de pays « neufs » dans l’hémisphère sud, tels l’Australie et la Nouvelle-Zélande. En 2004, cette maîtrise devenait Master (1 et 2), LLCE « Littératures, Imaginaires, Sociétés », en co-habilitation avec l’université de Caen, dans laquelle un parcours spécifique «Pays du Pacifique de langue anglaise » était proposé. Que ce soit à l’université du Havre comme à l’université de Caen, ces diplômes innovants attiraient un très grand nombre d’étudiants (entre 30 et 40 étudiants pour la seule université du Havre).

En 1996, l’université du Havre a renforcé le pôle d’excellence en ouvrant  le Centre d’Étude des Pays du  Pacifique (CEPAC) inauguré en 1997. Ce Centre était reconnu internationalement et était alors unique en France dans sa conception pluridisciplinaire et son fonctionnement thématique (Sciences humaines, Langues asiatiques, Science politique, Droit, Economie). Il a été intégré par la suite dans le laboratoire GRIC (plurilingue), reconnu par le Ministère en janvier 2004 comme « jeune équipe » (JE 2436). La nouvelle appellation de l’ex-équipe du CEPAC correspondait alors toujours à la vocation première des chercheurs qui ont continué d’y travailler : « Stratégies des Pacifiques ». Il est à regretter que cette équipe ait  été éliminée du laboratoire GRIC dès que le Professeur Nedeljkovic est partie en retraite en 2009. C’est là un point faible du système universitaire français qui ne se donne pas les moyens d’assurer la continuité des recherches impulsées et reconnues comme axe porteur d’un laboratoire par le Ministère. Afin de préserver une structure d’accueil autonome à ces chercheurs sur l’Asie-Pacifique et aux acteurs du tertiaire intéressés par cette région du monde, un Centre d’Étude privé, le CRESPAC, assure depuis novembre 2009 la continuité des réseaux de relations humaines et universitaires précédemment constitués, relations par cooptations, fondées sur l’amitié,  la compétence, le respect des individus.

Dans la logique de continuer à développer le pôle d’excellence en études pluridisciplinaires du Pacifique, l’université du Havre a demandé la création d’un DESS  en Droit des Affaires comparé européen et du Pacifique élaboré par Madame le Professeur B. Bourdelois (Droit privé) et Madame le Professeur Maryvonne Nedeljkovic (stratégie du Pacifique). La création de ce DESS a été accordée par le Ministère en 2001 ; renouvelée en 2004 : Droit des Affaires européen et des échanges avec le Pacifique et en 2007. Ce DESS a toujours compté,  jusqu’en 2009, entre trente et quarante étudiants.

Les enseignements en stratégies australiennes du Pacifique y comportaient les cours suivants, dispensés en anglais : « Australia as a Pacific Leader : a Stable Democracy and Developed Country in the Southern Hemisphere », ainsi que les Droits des Sociétés multiculturelles du Pacifique : « The Pacific Community. Towards a Redistribution of Roles (SPC – AOSIS – PIF) ; Regionalism vs Globalisation (PANG – PACER – PICTA – SPREP – FFA) ; Cooperation and Competition (PICT – SPARTECA) ; the USA and the Pacific Islands ; the EU and France in the Pacific ; Security in the Pacific islands.  

De plus, les étudiants du DESS/Master 2 se spécialisant dans les études du Pacifique ont bénéficié chaque année, depuis la création celui-ci, de stages dans des Sociétés ou des banques dans le Pacifique (Nouvelle-Calédonie, îles Cook, Australie) et remettaient pour l’obtention du diplôme des rapports de stages supervisés par le Professeur en charge des études des pays du Pacifique. Quelques-uns des sujets abordés pour les stages : le secret bancaire ; les comptes offshore ; la formulation des contrats d’exploitation commerciale; le droit du travail ; le droit des femmes ; les procédures de négociation avec les clans tribaux.

Le  but était de sortir d’études purement littéraires, intéressantes, utiles mais limitées dans leur utilisation pratique, afin d’ancrer de nouvelles options professionnelles pour une jeunesse prête à s’investir hors métropole. De 1995 à 2009 une politique universitaire de recherche cohérente avait donc pu être menée à l’université du Havre, facilitant des approches transversales et aidant la construction de véritables réseaux universitaires pluridisciplinaires. En témoignent les très nombreuses invitations, faites chaque année, de collègues étrangers participant aux colloques internationaux organisés par le GRIC/CEPAC à l’université du Havre, ou intervenant dans les diplômes ci-dessus mentionnés, à charge de réciprocité pour nous d’être invités dans les universités étrangères respectives.

Maryvonne NEDELJKOVIC, anthropologue et ethnologue, spécialiste de l’Océanie, est chercheur de l’Université du Havre à la retraite (Groupe de recherche Identités et cultures / GRIC – EA 4314).

Retrouvez le profil de Maryvonne Nedeljkovic, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : NEDELJKOVIC, Maryvonne, « Les États insulaires d’Océanie/Mélanésie », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/354]

Pierre-Yves Le Meur : Les SHS dans le Pacifique Sud. Renouvellement, enjeux et perspectives

Du fait de sa configuration géographique et du contexte historique, le Pacifique insulaire constitue un formidable laboratoire sociétal et environnemental. La somme des « microsociétés » qui le composent permet d’observer en « vraie grandeur » et en « temps réel » les évolutions des relations homme/nature ou société/environnement. Le contexte actuel du changement global associé à la montée des différentes formes d’environnementalisme ont entraîné les sciences sociales sur des voies parfois inhabituelles (cf. par exemple le récent panel sur « anthropologie et changement climatique » organisé dans le cadre des conférences annuelles de l’ASAO). L’objet « environnement » est analysé sous des angles complémentaires : du point de vue de l’analyse des savoirs « locaux » ou « traditionnels » relatifs à la nature et à la « biodiversité » ; du point de vue des dispositifs de protection de la nature et de leurs effets sociaux, politiques, économiques, etc. ; via une analyse critique des notions en vogue de « services écosystémiques », « compensation carbone », « paiement des services écosystémiques » qui parfois se transforment en carcan idéologique et renforcent des tendances à la marchandisation de la nature. Ces évolutions, qui touchent aux différentes disciplines des sciences sociales, ont aussi entraîné un renouvellement de la pensée juridique et de ses liens avec les sciences sociales en général et l’anthropologie en particulier.

Le Pacifique insulaire est également un laboratoire en matière de souveraineté, régimes politiques et décolonisation, du fait de la large variété de situations des pays de la région dans ce domaine. Depuis des indépendances souvent récentes (de 1970 à 1980 pour Fidji, la Papouasie Nouvelle Guinée, les îles Salomon et Vanuatu) à des rattachements complets à la métropole (Hawai’i) en passant par une décolonisation négociée originale en Nouvelle-Calédonie et des formes de souveraineté limitée comme aux îles Cook. Ainsi le programme de recherche mené par les Universités Victoria et Massey en Nouvelle-Zélande et du Sud Pacifique à Fidji, en collaboration avec l’IRD et l’Université de la Nouvelle-Calédonie, explore les effets de l’aide au développement sur les dynamiques de souveraineté nationale dans plusieurs pays du Pacifique incluant des territoires en transition comme la Nouvelle-Calédonie. Les questions de souveraineté et de décolonisation sont abordées de manière renouvelée par rapport aux débats des années 1970 et 1980 sur le « Pacific Way », entre autres choses parce que le contexte a évolué dans des directions variées et inattendues : guerre civile à Bougainville, succession de coups d’État à Fidji, processus de décolonisation négociée en Nouvelle-Calédonie, etc., le tout sur fond de rivalité entre puissances régionales.

Les enjeux de souveraineté rencontrent également le thème de la politique des ressources naturelles, et, en particulier, la question de l’extraction et de la transformation minières qui se sont fortement développées dans plusieurs pays du Pacifique depuis les années 1990 et se déploient vers le fonds marins avec le démarrage de l’exploitation des nodules polymétalliques. L’enjeu minier est crucial pour plusieurs pays du Pacifique insulaire (Papouasie Nouvelle-Guinée, Salomon, Nouvelle-Calédonie, Nauru, Fidji à un moindre degré) et les recherches en sciences sociales sur le sujet ont connu une croissance très forte depuis une quinzaine d’années, comme en témoigne déjà la revue de la littérature de Chris Ballard et Glenn Banks parue en 2003 dans Annual Review of Anthropology. L’arène minière s’est profondément transformée avec la montée des discours environnementalistes, autochtones et de responsabilité sociale d’entreprise, l’élaboration de régulations à différents niveaux et l’apparition de nouveaux acteurs (ONG, organisations autochtones, etc.). L’accès et le contrôle des ressources minières sont des enjeux à la fois de souveraineté politique et de développement économique et leur étude se fait aux différentes échelles, du local au global. La question foncière est également extrêmement sensible et elle refait très nettement surface actuellement, que ce soit dans des contextes d’anciennes colonies de peuplement (Nouvelle-Calédonie, Fidji, Nouvelle-Zélande) ou dans certains pays dont l’indépendance est récent et le choix a été fait du « tout coutumier » dans ce domaine (Vanuatu par exemple).

Le contexte de la recherche évolue en profondeur et le renouvellement des thématiques s’effectue plus ou moins au rythme de ces bouleversements. Il faut noter ici l’importance de la demande sociétale dans l’articulation de ces deux mouvements. Cette demande d’analyse et de compréhension des changements en cours, dans les domaines de la gouvernance des ressources, des processus politiques ou des enjeux environnementaux, émane de secteurs divers : État et collectivités, entreprises minières, ONG, autorités coutumières, etc. La traduction de cette demande en problématiques de recherche ne va pas de soi, mais elle peut alimenter les renouvellements des thématiques, tant que les institutions de recherche conservent leur autonomie. Il faut éviter de se laisser entraîner vers des montages parfois sans contenus, comme ceux que mettent sur pieds certaines grosses ONG internationales. Il est également nécessaire d’approfondir la réflexion sur les pratiques (et les modes d’évaluation) des formes d’application des SHS et d’implications des chercheurs dans les dispositifs de politiques publiques. Enfin les modalités financières d’accueil des doctorants doivent être repensées, sous peine d’assécher un vivier indispensable à la vie de la recherche.

Dans ce cadre, la force des institutions de recherche basées en Nouvelle-Calédonie et dans le Pacifique réside dans leur capacité à construire des réseaux actifs et des collaborations durables. À cet égard, la convention de partenariat signée en juin 2012 par l’EHESS (pôle ANU Canberra), l’IRD, l’Université de la Nouvelle-Calédonie et le Centre Culturel du Vanuatu dans le domaine des SHS constitue une initiative à saluer. Plus généralement, les actions cherchant à établir des passerelles entre mondes anglophones et francophones, entre pays indépendants et territoires d’outremer, entre instituts de recherche et centre de collecte culturelle et patrimoniale sont à encourager. Or les ressources humaines sont faibles et les critères essentiels que sont la prévisibilité et la pérennité des actions sont trop souvent oubliés, par exemple du point de vue d’une politique scientifique des sites de recherche situés dans les PTOM ou les ACP du Pacifique. Le GOPS (Grand observatoire de l’environnement et de la biodiversité dans le Pacifique Sud), dispositif regroupant 17 institutions de recherches françaises pour partie basées dans le Pacifique et en phase d’ouverture vers le monde anglophone (accord signé avec le NIWA/National Institute of Water and Atmospheric Research néo-zélandais en juin 2012), est structuré en quatre axes dont un, « Représentations, pratiques et politiques de la nature », dédié explicitement aux sciences sociales. Cet observatoire peut constituer un cadre favorisant les deux conditions de prévisibilité et de pérennité énoncées plus haut, pour peu que l’ensemble des organismes parties prenantes jouent le jeu, ce qui n’est pas le cas jusqu’à présent.

Pierre-Yves Le Meur, anthropologue, est chargé de recherche (CR1) à l’IRD, affecté au centre de Nouméa depuis février 2008. Il est également membre de l’UR 199 « Dynamiques socio-environnementales et gouvernance des ressources » (directrice Geneviève Michon).

 

Pour citer ce billet : LE MEUR, Pierre-Yves, « Les SHS dans le Pacifique Sud. Renouvellement, enjeux et perspectives », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/351]