Archives de catégorie : Version française

L’Institut international des études asiatiques (IIAS), Leiden, Pays-Bas

Philippe Peycam, 8 octobre 2013

 

L’Institut

L’Institut international des études asiatiques (IIAS) est une plate-forme d’échanges basée à Leiden, aux Pays-Bas. Il encourage les études multidisciplinaires et comparatives sur l’Asie, et favorise activement les coopérations (inter)nationales. L’IIAS a le rôle d’un médiateur national, européen et mondial, rassemblant les partenaires académiques et non-académiques, dont les organisations culturelles, sociales et politiques.[1] Créé en 1993, financé par le Ministère néerlandais de l’Education, l’IIAS est un institut mondial de sciences humaines et sociales. Il se situe dans l’Université de Leiden.[2]

Avec la réorganisation des études supérieures néerlandaises dans les années 2000 et le nouvel accent mis sur le développement de groupes académiques d’excellence, nationaux et internationaux, l’IIAS a accru son rayonnement international, tout en voyant son ancrage renforcé dans le paysage des études internationales et régionales de Leiden. Cette réussite n’est pas uniquement due à la richesse des ressources académiques que représente l’Université de Leiden, une institution de plus de quatre cents ans qui, depuis longtemps, soutient l’un des investissements éducatifs les plus complets en ce qui concerne les études des langues et sociétés non-occidentales en Europe. L’IIAS interagit également avec les principales institutions d’études régionales présentes à Leiden, comme l’Institut royal néerlandais d’études sur l’Asie du Sud-Est et les Caraïbes, et le Centre d’études africaines.[3] L’Institut est aussi connecté aux nombreux centres académiques anglophones, francophones et germanophones en Europe, ainsi qu’à des partenaires en Asie, en Amérique, en Afrique, et au-delà.

Le personnel permanent est chargé de la coordination, de l’organisation et de l’administration des activités de l’IIAS. Le directeur rend compte de ses missions à un Conseil, constitué de chercheurs académiques du champ des études asiatiques. L’IIAS accueille beaucoup de chercheurs en post-doctorat dans les études asiatiques ; ils sont sélectionnés par un comité académique indépendant, sur la base de leurs mérites, qualités et des ressources disponibles.

Animer un réseau mondial

L’IIAS est depuis longtemps à l’avant-garde des nouvelles réflexions sur les études asiatiques, et des avancements innovateurs majeurs dans ce domaine. Depuis 1995, il joue un rôle clé de conseil, en fournissant une participation académique stratégique à l’Asia-Europe Meeting (ASEM) et à son Asia-Europe Foundation (ASEF). En 1997, l’IIAS a collaboré avec l’Institut nordique des études asiatiques (NIAS) pour mettre en place l’Alliance européenne des études asiatiques, qui a consolidé la coopération académique entre un certain nombre d’instituts importants sur les études asiatiques en Europe, établissant ainsi une plate-forme transeuropéenne pour le partenariat académique et le dialogue scientifique. L’Alliance connaît actuellement un processus de réorganisation pour mieux refléter la nouvelle diversité des programmes et institutions en Europe.

En 1997, en collaboration avec l’Association pour les études asiatiques (AAS) nord-américaine, l’IIAS a lancé la Convention internationale des scientifiques sur l’Asie (ICAS). ICAS est devenu un réseau scientifique mondial pour les échanges académiques avec la société civile. C’est maintenant le plus grand événement biennal mondial des études asiatiques, avec une moyenne de 200 à 300 panels couvrant tous les sujets des études asiatiques, avec des participants du monde entier et un réseau institutionnel de plus de 350 universités, instituts et organisations.[4] A l’exception de la rencontre d’Hawaï de 2011, toutes les conventions depuis 2001 se sont tenues en Asie. Le secrétariat de l’ICAS est hébergé à l’IIAS. Depuis juin 2013, il est sous la supervision d’un conseil international représentant des institutions des différentes régions d’Asie et du monde, où l’Asie est étudiée. Outre l’Alliance et ICAS, l’IIAS développe actuellement un tissu de centres régionaux, stratégiquement situés en Europe, en Asie et au-delà, dans lesquels il recherche des collaborations de long terme avec des partenaires institutionnels.

Depuis 2010, l’IIAS et d’autres partenaires d’Asie, d’Afrique et des Etats-Unis travaillent sur une initiative de renforcement des acquis pour promouvoir l’enseignement et les études de l’Asie dans les universités africaines, avec l’objectif de donner une place à l’axe académique Asie-Afrique dans le domaine plus large des études asiatiques, qui inclut le rôle des institutions académiques occidentales. Par conséquent, une Association des études asiatiques en Afrique (A-Asia) a été créée à Lusaka, en Zambie, en 2012.[5] Une initiative similaire est en préparation avec des partenaires d’Amérique latine.

Expérimenter les nouvelles tendances des études asiatiques

Étant l’une des plus mondialisées des institutions existantes sur les études asiatiques, et comme principal complexe de recherches centrés sur les humanités, accueillant plusieurs réseaux scientifiques dynamiques à travers l’Europe et ailleurs, l’IIAS bénéficie d’une position unique pour expérimenter les nouvelles tendances des études asiatiques, notamment en encourageant les dialogues pluridisciplinaires et multisectoriels.

Depuis 2010, l’IIAS a mené des recherches dans trois groupes thématiques : (1) Les villes asiatiques, groupe qui explore les modes du développement urbain en Asie ; (2) Les patrimoines asiatiques, groupe qui évalue de manière critique les pratiques autour du patrimoine culturel en Asie ; et (3) « Global Asia », groupe qui se concentre sur l’Asie dans un contexte mondial, comprenant les connexions internes en Asie. Chacun de ces trois thèmes est envisagé de manière large, dans le but de maximiser les interactions entre les projets, les chercheurs, et les partenaires institutionnels.

Dans le domaine des études urbaines, l’IIAS a créé en 2012 le Réseau Asie du savoir urbain (UKNA), financé par l’Union européenne ; c’est un groupe transrégional de plus de 100 chercheurs affiliés à 17 institutions en Inde, en Chine, en Europe et aux Etats-Unis.

Dans le champ du patrimoine, l’Institut facilite la création du premier programme universitaire transrégional en « critical heritage studies » entre l’Université de Leiden (Pays-Bas), l’université Gadjah Mada (Indonésie), l’Université Nationale de Taiwan et l’Université Yonsei (Corée). La première partie de ce cursus de double-diplôme a débuté en septembre 2013, avec le lancement d’un parcours en « critical heritage studies », études comparatives entre l’Europe et l’Asie, dans le cadre du programme de Master en études asiatiques de l’Université de Leiden.

À l’intérieur du « groupe « Global Asia », l’IIAS parraine le premier réseau pan-africain d’études asiatiques : Association des études asiatiques en Afrique (A-Asia). En octobre 2013, l’IIAS a rejoint le consortium Connexions interasiatiques, coordonné par le Conseil de la recherche en sciences sociales.[6]

En octobre 2013, l’IIAS s’est vu remettre un prix pluriannuel de la Fondation Mellon, à New-York, pour une nouvelle initiative intitulée « Repenser les études asiatiques dans le contexte mondial ». Ce projet pilote de deux ans fait partie d’un programme à plus long terme dont le but est de renforcer et de réorienter les études asiatiques, en encourageant une nouvelle recherche centrée sur les humanités, et des opportunités de formation construites sur un réseau ouvert international et transrégional, de chercheurs et d’institutions, principalement d’Asie, d’Amérique du Nord et d’Europe, mais aussi d’Afrique.[7]

Ces initiatives de l’IIAS, et de nombreuses autres, ont inspiré un certain nombre d’articles académiques de stratégie pour les études asiatiques, mis en valeur dans une collection d’éditoriaux et de rapports de direction publiés dans la lettre d’information de l’IIAS. Cette lettre, qui compte près de 20 000 abonnés à ses versions papier et électronique, est le périodique et la ressource les plus importants en leur genre sur les études asiatiques. L’IIAS dirige également un programme de publication, en partenariat avec les Presses universitaires d’Amsterdam (AUP). Il rénove actuellement cette activité pour établir une nouvelle collection thématique, basée sur une série, de monographies et de volumes édités.

Philippe Peycam est directeur de l’International Institute for Asian Studies, Leiden, Pays-Bas.

Il est également Visiting Fellow de l’Institute of Southeast Asian Studies, à Singapour.

Historien du Vietnam moderne (Ph.D SOAS), il s’intéresse également à l’histoire récente du Cambodge, et plus généralement, aux problèmes liés à la (re)constitution d’une communauté académique/intellectuelle en contextes de post-conflit.

Il a été directeur-fondateur du Centre d’Etudes Khmères, au Cambodge (1999-2009)


[1] Pour plus d’informations, voir le site web de l’IIAS : www.iias.nl

[2] L’Institut a été créé à l’origine de manière commune, par l’Académie royale néerlandaise des arts et sciences (KNAW), l’Université de Leiden, l’Université d’Amsterdam (UVA) et l’Université libre d’Amsterdam (VU).

[3] L’IIAS est un membre fondateur du réseau « Leiden Global » récemment créé, de même que l’Université de Leiden, le Centre d’études africaines, l’Institut royal néerlandais d’études sur l’Asie du Sud-Est et les Caraïbes (KITLV), le Musée d’ethnographie et d’antiquités, le Centre Roosevelt d’études nord-américaines, etc. Le bureau de l’IIAS à Amsterdam a été fermé au 31 décembre 2011.

[4] La septième convention ICAS s’est tenue à Honolulu au printemps 2011, conjointement à la conférence de l’AAS, qui fêtait son 70e anniversaire. Avec plus de 5000 participants et 770 panels, elle représente le plus large rassemblement sur les études asiatiques à ce jour. La huitième convention ICAS aura lieu à Macao, en Chine, du 23 au 27 juin 2013.

[5] L’initiative a été développée en partenariat avec le Programme d’échanges Sud-Sud pour la recherche sur l’histoire du développement (SEPHIS), l’Université de Zambie, l’Université Doshisha (Japon), le Centre d’études africaines (Leiden) et Conseil de la recherche en sciences sociales (New York). La conférence inaugurale de l’association A-Asia est prévue en 2015 à Accra, au Ghana, avec le support logistique d’ICAS.

[6] Le consortium comprend le Conseil de la recherche en sciences sociales, l’Université de Yale, l’Université de Hong-Kong, l’Université Koc, l’Université nationale de Singapour et l’Université de Göttingen.

[7] Pour cette initiative qui sera lancée en avril 2014, l’IIAS collaborera avec l’Université Columbia.

Nouvelles perspectives en sciences humaines pour les Asian Studies

Source : Peyraube, Alain, Wang, Ayling, « New Perspectives for Asian Studies in the Humanities », in Asian Studies in the Humanities : Visions for the Future, European Science Foundation, Young Researchers Forum ‘New Perspectives for Asian Studies in the Humanities’, ESF-CCKF Humanities, Spring 2009, 27-30 May 2009, Prague, pp. 5-6

Les études interdisciplinaires sur les aires culturelles proviennent de champs hétérogènes et transdisciplinaires de la recherche et du monde universitaire qui se rapportent à une région géographique ou culturelle particulière. Ces études sont devenues de plus en plus populaires aux États-Unis et dans le monde universitaire occidental après la Seconde Guerre mondiale. Cependant, elles ont également fait l’objet de nombreuses critiques de la part des spécialistes de la région eux-mêmes qui ont pu constater que leur popularité était en baisse entre 1980 et 2000. Lorsque le Conseil de la recherche en sciences sociales, l’American Council of Learned Societies aux États-Unis et le Centre national de la recherche scientifique en France, qui avait soulevé et administré des fonds pour les études sur les aires, ont fermé leurs commissions aires culturelles, cela a été interprété comme un changement radical pour la recherche.

La plus grande menace pour les aires culturelles venait des sciences sociales, principalement des sciences politiques et économiques, et non des sciences humaines.

Les études sur les aires culturelles ont énormément bénéficié aux études asiatiques, qui sont l’une de ses principales branches, ainsi qu’aux études sur l’Afrique, l’Amérique, l’Amérique latine et l’Europe. L’expression « études asiatiques », englobe non seulement l’archéologie, l’histoire, les langues, la linguistique, les études anthropologiques et culturelles, la philosophie, les religions, l’art et la littérature, mais aussi des aspects de la sociologie, de la politique et de l’économie dans les sociétés asiatiques traditionnelles et contemporaines.

Afin d’examiner à quel point les études asiatiques devenaient populaires à nouveau dans les sciences humaines, le Comité permanent du FSE pour les sciences humaines (SCH) et la Fondation taïwanaise Chiang Ching-Kuo pour les échanges scientifiques internationaux (CCK-F) ont invité les universitaires à participer à un atelier de trois jours intitulé «Nouveaux Horizons» à Prague, du 27 à 30 mai 2009.

Le rôle du Comité permanent du FSE pour les sciences humaines (SCH) est de coordonner des réseaux transnationaux existants et émergents d’universitaires et d’institutions dans les sciences humaines. Ses intervenants sont des organismes nationaux et internationaux de financement de la recherche, qui à l’affût de nouvelles contributions dans les discussions sur les choix stratégiques. La Fondation taïwanaise Chiang Ching-Kuo pour les échanges scientifiques internationaux (CCK-F), favorise également l’internationalisation des études chinoises en intégrant aussi bien les tendances universitaires à Taiwan qu’à l’étranger. En outre, ses objectifs de promotion de jeunes talents signifient que de nouveaux champs et cadres conceptuels peuvent être également développés.

Deux réseaux d’études asiatiques en Europe

Le réseau Asie

Il a d’une part été fondé par un groupe de chercheurs et soutenu par le Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MENESR), le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) et l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Les objectifs du Réseau Asie incluent l’élaboration d’une liste d’experts de l’Asie et leur réunion afin de développer leur expertise, d’étudier les questions concernant l’Asie, d’attirer et de stimuler l’intérêt des spécialistes d’autres régions ou disciplines liées à l’Asie et de créer un pôle de compétences et de connaissances à travers la création d’une base de données, ce qui permet la coopération avec des organisations similaires en Asie, en Amérique du Nord et du Sud.

L’Institut international d’études asiatiques (ILAS)

L’ILAS, d’autre part, est un centre de recherche post-doctoral, à Leyde et Amsterdam. Son objectif est d’encourager l’étude interdisciplinaire et comparative de l’Asie et de promouvoir la coopération nationale et internationale. L’Institut met l’accent sur les sciences humaines et sociales et sur leurs interactions avec les autres sciences.

En tant que médiateur international, travaillant en étroite collaboration avec des partenaires nationaux et internationaux, les activités de l’Institut comprennent la fourniture de services d’information, la construction de réseaux internationaux et la mise en place de projets de coopération internationaux et de programmes de recherche.

En outre, l’ILAS accueille de nombreux stagiaires post-doctoraux en études asiatiques, qui sont sélectionnés par un comité académique, et organise des ateliers, des conférences et la publication d’un bulletin international et autres ressources académiques. Comme le Réseau Asie, l’ILAS possède une base de données contenant des informations sur les chercheurs et les instituts dans le domaine des études sur l’Asie, en Europe et dans le monde entier.

Enfin, en matière de réseaux institutionnels, l’ILAS joue un rôle stratégique et dominant au sein de réseaux tels que le « Consortium Leiden for Asian Studies », le « European Alliance for Asian Studies » et la Convention internationale des chercheurs asiatiques.

SERBIE

Source: Aleksandar Protic, Conseiller fédéral auprès de la Fédération Française des Clubs UNESCO. Intervenant à l’Université de Paris IV Sorbonne (2013)

BREF HISTORIQUE
En Serbie, les études asiatiques sont intimement liées au départ de l’Empire Ottoman des Balkans en fin du XIXe siècle. Les premières études asiatiques en Europe de l’Est se développent en Serbie, après la révolution serbe, quand le pays réintègre la communauté « européenne » et coordonne ses études selon les standards scientifiques. Le premier temple bouddhique en Europe apparaît à Belgrade au début du XXe siècle. Le premier département universitaire d’études orientales dans les Balkans est fondé à Belgrade en 1926, à la Faculté de Philologie, par l’illustre chercheur Fehim Bajraktarevic. Les études concernaient les langues orientales et les littératures turques, perses et arabes, car il y avait une nécessité de comprendre l’héritage oriental des peuples slaves du sud. Progressivement, les études hébraïques, chinoises, japonaises ou perses se développent et se voient ouvrir leurs départements universitaires. Les études universitaires de langue et littérature russes existent depuis 1878, suite aux relations bilatérales de longue date avec la Russie. Belgrade a toujours conservé le rôle prépondérant en matière d’études asiatiques dans la région.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Université de Belgrade

La coopération entre l’Université de Belgrade et les universités en Asie comprend principalement les universités de Russie, de Chine, du Japon et d’Australie, mais également les universités d’Indonésie, d’Iran et de Corée.

Faculté des sciences politiques :

La Faculté des sciences politiques consacre un département à la géopolitique, économies et politiques d’Asie, identité et valeurs des peuples asiatiques, développement des ressources en Asie ou diplomatie du Japon. La faculté propose un unique master multidisciplinaire « Les études régionales asiatiques » dirigé par le Professeur Dragana Mitrovic. Par ailleurs les enseignements de grande qualité sont assurés par les professeurs, experts, diplomates et professionnels ad hoc.

Centre d’études asiatiques

Établi par le Professeur Dragana Mitrovic, experte de référence pour la Chine et l’Extrême-Orient, le Centre d’études asiatiques approfondit les politiques internes de pays suivants : la Chine, le Japon, la République de Corée, la Fédération de Russie, les Républiques d’Asie centrale, l’Inde, le Pakistan, la Malaisie, l’Indonésie et d’autres pays de l’ASEAN, l’Australie, l’Iran et la Turquie; leur développement économique et social, leur politique étrangère, leurs relations et intégrations économiques, la coopération politique, de sécurité et d’infrastructure. À part sa fonction de recherche, et d’expertise indépendante, le Centre publie la revue « Asian Issue », organise des conférences, des séminaires, des ateliers, la création des bases de données et demeure lieu de référence dans le contexte régional et asiatique.

Faculté de philologie

C’est l’institution régionale la plus importante en matière de langues asiatiques. Le Département d’études orientales regroupe plusieurs chaires étudiant la philologie, langue et littérature orientales : arabes, turques, chinoises, japonaises, hébraïques, coréennes, persanes et sanskrites, alors que la langue et la littérature russes sont étudiées en Département d’études slaves.

Faculté de Philosophie

Elle enseigne le hindi, ancien sanskrit et sandhi ainsi que l’histoire de la Turquie et de la Russie.

À la Faculté de géographie, au Département de géographie régionale d’Australie et d’Océanie, on  étudie la géographie, l’aménagement régional, la démographie ainsi que l’environnement géo-spatial.

L’art et la philosophie de la Chine, du Japon et de l’Inde sont étudiés à l’Université d’art de Belgrade.

L’Institut Confucius de Belgrade propose des cours de chinois et de calligraphie traditionnelle, et organise des ateliers et expositions sur la Chine.

En dehors de l’Université de Belgrade, il existe le Département de l’Asie et du Pacifique, le Département de la Russie ainsi que le Département du Moyen-Orient à l’Université de Megatrend ou les études japonaises et orientales à l’Université de Singidunum. À l’extérieur de la ville de Belgrade, il importe de citer l’Université de Novi Sad, proposant des études sur la géographie et la géographie du tourisme de l’Asie.

COOPERATION SCIENTIFIQUE

Au-delà des facultés proposant des cursus sur l’Asie, il existe en Serbie les programmes communs scientifiques au Centre serbo-japonais pour les simulations scientifiques, à l’Institut Vinca de sciences nucléaires, et à l’Institut du physique. Les Facultés de Médecine et de chimie également ont des coopérations avec des organismes japonais et la Faculté de pharmacie coopère avec la Chine. De plus, la Faculté de Médecine de l’Université de Nis coopère avec l’Université Shiga de sciences médicales du Japon. L’Académie serbe des sciences et des arts indique des programmes de coopération avec l’Australie, le Japon et la Chine. Le Centre de physique et de technologies du plasma a une synergie importante avec l’Université d’Osaka au Japon, et avec l’Institut national des sciences de la fusion à Nagoya. L’Institut des mines et de métallurgie de Bor étudie la géologie et les gisements de cuivre et de l’or dans les pays suivants : Birmanie, Pakistan, Iran, Indonésie, Nouvelle-Guinée, Turquie, Mongolie et Kazakhstan.

Programme de superordinateurs de la nouvelle génération :

Le Centre pour la science et le développement technologique (CENTER) de Belgrade développe les superordinateurs SX-6i, avec Nippon Electric Corporation (NEC) du Japon, et avec le Prof. Dr. Tetsuyi Sato, directeur général de « Earth Simulator Center » au Japon. C’est l’unique programme de haut de gamme technologique de ce type en Europe du sud-est.

TROIS AXES

Un intérêt particulier se distingue aujourd’hui en Serbie, pour la Russie, la Chine et le Japon, ce qui est visible à travers la politique étrangère envers ces pays, mais aussi par l’existence de plusieurs associations serbo-japonaises, serbo-chinoises et serbo-russes, de leurs manifestations, festivals de langues, d’arts et de cultures, qui ont souvent lieu en Serbie. La coopération avec la Russie et la Chine s’inscrit aujourd’hui dans la stratégie de la politique étrangère serbe prioritaire. Il existe une coopération très développée, à tous les niveaux, avec la Russie. La Chine investit considérablement en Serbie, plus que dans d’autres pays de la région : dans l’infrastructure, ouvrant des plus grands centres commerciaux régionaux, dans l’énergétique, construction des ponts etc. La coopération officielle intense avec le Japon, est renforcée par l’engagement de la société civile serbe : par exemple, les compétitions de la rhétorique en langue japonaise, tournois des ars martiaux japonais, écoles de haïku.

BULGARIE

Source : East-Asian studies in Bulgaria, Boyka Tsigova, Département d’études sur l’Asie orientale, Université Saint-Clément d’Ohrid de Sofia, Bulgarie (2009).

Consulter ici le texte original

BREF HISTORIQUE

La plus grande partie de la recherche sur l’Asie et le Pacifique en Bulgarie est menée depuis le début du 20e siècle. La plupart des études se sont concentrées sur la compréhension du monde oriental et l’introduction de diverses cultures orientales en Bulgarie (chinoise, japonaise, indienne et arabe). En 2007, un Institut Confucius, principalement financé et soutenu par la Chine, a ouvert à l’université Saint-Clément d’Ohrid de Sofia, où se trouve le Centre pour les études et les langues orientales. Ce centre est la principale institution de recherche sur l’Asie et le Pacifique en Bulgarie, avec quatre départements et dix spécialisations.

Le premier cursus de licence du centre a démarré en 1984 à la Faculté de philologie classique et moderne. Depuis lors, le centre s’est développé et est aujourd’hui le plus grand centre national d’études et de recherche sur l’Asie en Bulgarie. Le département d’études de l’Asie orientale est le plus grand du centre et de la Faculté de philologie classique et moderne. Il a été créé en 2000 et comprend des programmes d’études japonaises, chinoises et coréennes.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUELS

–          Institution principale :

Université Saint-Clément d’Ohrid de Sofia (Centre  pour les études et les langues orientales)

1504 Sophia, 15 Tzar Osvoboditel Blvd

Recteur : Professeur Ivan Ilchev, Dr. Habil.

Tél. : +359 2 946 18 15

–          Autres institutions où sont menées des recherches sur l’Asie et le Pacifique :

-Université de Veliko Turnovo

-Académie d’économie D.A. Tsenov

-Académie nationale des arts

-Académie des sciences bulgare

-Divers instituts de recherche


CHAMPS ÉTUDIÉS

–       Langues et cultures de l’Asie orientale (Japon, Corée, Chine), et également de l’Inde, du Pakistan, de l’Iran et de l’Arménie. Sont aussi étudiées les langues et cultures caucasiennes, arabes et sémitiques, ainsi que le turc et les langues altaïques.

–          Linguistique, littérature, ethnologie, art, religion. Vie sociale et économique.

–          Diplômes proposés au Centre pour les études et les langues orientales :

  • Licence, maîtrise et doctorat
  • Cours de langues
  • Cours de cultures asiatiques


PERSONNEL

–          Personnel du Centre pour les études et les langues orientales :

  • 43 enseignants à plein temps et environ 73 enseignants à temps partiel par an
  • Au département d’études de l’Asie orientale : 16 enseignants à temps plein, 13 enseignants à temps partiels et 6 enseignants invités.
  • Au sein du programme d’études japonaises : 6 enseignants à temps plein et 3 personnels à temps partiel, ainsi que 2 enseignants invités du Japon.

Nombre total d’étudiants : 450 en 2009-2010

–          S’inscrire à l’université est gratuit, excepté les frais gouvernementaux. Des bourses d’études à l’étranger sont également proposées.

–          La recherche est l’une des tâches confiées à la responsabilité des chercheurs à l’université.

–      Les chercheurs travaillant dans des instituts en-dehors de l’université ont des contrats à plein temps dédiés principalement au travail scientifique. Ils n’ont pas de tâches d’enseignement obligatoire, et n’enseignent que lorsque leur domaine scientifique précis est demandé. Les professeurs sont responsables de la qualité des enseignements ; ils supervisent également les doctorants et participent sous de nombreuses formes à l’administration de l’université.

–      De nombreux étudiants ont connu des développements de carrière intéressants dans le domaine des sciences, dans l’éducation, la traduction, le journalisme, la diplomatie,  l’administration publique et le commerce.


PUBLICATIONS ET SITES INTERNET

–          Bulgarian Oriental Studies, Centre pour les études et les langues orientales.

–          Series Oriens, Centre pour les études et les langues orientales.

–          Yearbook of Saint Kliment Ohridski University, Sofia, Faculté de philologie classique et moderne.

–          Contrastive linguistics, Faculté de philologie classique et moderne et Faculté d’études slaves.

–          Annuaire de l’Université de Sofia Saint Kliment Ohridski, Faculté d’histoire.

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

Source : Presentation of Asian and Pacific studies, Olga Lomova, Institut d’études d’Asie orientale, Université Charles de Prague, République Tchèque (2009).

Consulter ici le texte original

BREF HISTORIQUE

Les études asiatiques en République Tchèque remontent à la seconde moitié du 19e siècle. L’« Asie » était considérée comme l’ensemble des pays situés au-delà de l’Europe, incluant le Moyen-Orient, l’Asie du Sud et du Sud-Est, et l’Extrême-Orient. L’indologie et la sinologie ont été depuis le début au centre des études asiatiques à l’université Charles de Prague.

Après 1948, avec la victoire de la révolution communiste, les études asiatiques ont prospéré. De nouvelles chaires en sinologie, en japonologie et en coréanologie ont été créées, et l’indologie a poursuivi son développement, se divisant selon les langues (hindi, bengali et tamoul). La liberté académique étant restreinte dans d’autres départements de lettres, les études asiatiques ont également attirés certains des meilleurs esprits des humanités tchèques à cette époque. La plupart de ces développements furent stoppés en 1968 après la suppression du mouvement communiste réformiste, qui eut pour résultat des purges dans les institutions académiques, un accès limité à l’information, peu d’information internationale, et dans certains cas, à savoir pour la sinologie, une subordination directe de la recherche et de l’enseignement aux décisions du Comité central du Parti communiste. La recherche académique est entrée en hibernation, poursuivie à l’occasion par des chercheurs de manière privée, et l’enseignement a été réduit à l’apprentissage de la langue et des thèmes en rapport avec la politique et l’idéologie. Le seul développement nouveau de cette période a été la création d’études mongoles et vietnamiennes à l’université Charles de Prague. Lorsque la liberté académique a été rétablie en 1990, les études asiatiques ont fait face à un écart générationnel énorme, s’accompagnant de controverses à propos des activités communistes précédentes de certains des anciens chercheurs. Les études asiatiques sont donc revenues vers les traditionnelles études orientées vers la philologie. Les sciences sociales sur l’Asie n’ont pu commencer à se développer qu’avec la nouvelle génération de docteurs.


ORGANISATION ACTUELLE ET PRÉSENTATION

Université Charles, Faculté de Philosophie (institution publique, pas de frais d’inscription)

Celetna 13

116 36 Prague 1

Télephone : +420 224 491 850

Fax : +420 224 491 895

E-mail : ipc@ruk.cuni.cz
Il y a trois entités dans l’université :

Institut oriental, Académie des Sciences, Prague (institution publique)

L’Institut a un département d’études orientales et un département d’études de l’Asie du Sud.

Université Palacký d’Olomouc, Faculté de Philosophie (institution publique, pas de frais d’inscription)

L’université a un département d’études asiatiques

Université Masaryk, Brno (institution publique, pas de frais d’inscription)

L’université possède un centre pour l’étude des religions en Chine et au Japon

Université métropolitaine, Prague (institution privée, frais de scolarité)

L’université possède un département d’études asiatiques

DOMAINES ÉTUDIÉS

Sont proposées dans ces universités et instituts des études de littérature, linguistique, histoire prémoderne et moderne, philosophie, religion, anthropologie, médecine chinoise, relations avec l’Europe, bouddhisme contemporain, littérature moderne, Taïwan.

Des licences et masters sont proposés selon les universités et institutions, ainsi qu’une large variété de cours de langues, et l’étude de différents pays.

L’université Charles de Prague est le seul centre proposant un haut niveau d’études en République Tchèque, avec un programme de doctorat en études asiatiques.

Des conférences annuelles et des ateliers sont organisés. On trouve aussi des échanges bilatéraux, des programmes européens et des projets soutenus par des fondations asiatiques.

PERSONNEL

Il y a environ 56 enseignants-chercheurs travaillant sur l’Asie en République Tchèque. Un chercheur à plein temps doit allouer un tiers de son temps à l’enseignement, un tiers à la recherche, et un tiers à l’administration.

Le nombre d’étudiants cumulés dans tous les organismes est d’environ 450-500, en  croissance stable.

PUBLICATIONS

–          Acta Universitatis Carolinae – Studia Orientalia Pragensia  depuis 1945

–          Mongolica Pragensia depuis 2007

–          Archiv Orientalni depuis 1929 (en anglais, français et allemand)

–          Novy Orient depuis 1945 (en tchèque)

 

IRLANDE

Source: Asian studies in Ireland, Chris Connolly, University College Cork‐ Université nationale d’Irlande (UCC), Irlande (2009).
Consulter ici le texte original

BREF HISTORIQUE

Les études asiatiques sont une très jeune discipline académique en Irlande, la première formation d’études asiatique ayant été créée en 2008 à l’University College Cork – Université nationale d’Irlande à Cork (UCC). Cependant les recherches et les études sur l’Asie remontent à quelques années, quand un certain nombre d’écoles de commerce insérèrent des cours de japonais dans leurs programmes ; la Kemmy Business School, notamment, de l’université de Limerick, établit l’Euro-Asia Centre. En 1999, le gouvernement irlandais diffusa son document « Stratégie Asie », faisant une priorité du développement économique et des relations avec la Chine, le Japon, la République de Corée, Singapour, l’Inde, la Malaisie, l’Indonésie, et le Vietnam. Comme le prévoyait la phase II de cette stratégie, le ministre de l’Education annonça le soutien du Département de l’Education à l’établissement de deux instituts irlandais d’études chinoises, l’un à l’University College Dublin (UCD), et l’autre à l’University College Cork (UCC). L’institut de l’UCC se développa rapidement en un département propre, proposant quatre diplômes de licences en études chinoises. En 2009, le département élargit encore son champ d’action pour inclure un master en études asiatiques, traitant surtout du Nord-Est asiatique, et de l’étude soit du japonais, soit du coréen. D’autres institutions en Irlande ont aussi introduit l’enseignement de langues asiatiques, pendant qu’individuellement, des chercheurs avaient des sujets de recherche propres comportant des thèmes relatifs à l’Asie.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Les études supérieures sont publiques et gratuites en République d’Irlande, bien qu’il soit demandé aux étudiants de payer des frais d’inscription de 1500 euros pour couvrir les services étudiants. Il est possible de profiter d’un système de bourses allant jusqu’à 3400 euros, administré par les conseils de comté.

Le système éducatif est basé sur le système LMD : Licence, Master, Doctorat.

PERSONNEL

Il y a 85 chercheurs universitaires dans le champ des études asiatiques, qui travaillent sur 22 pays, régions ou entités intergouvernementales asiatiques différents. La Chine, le Japon et l’Inde sont les pays les plus étudiés. Il est demandé à la plupart des chercheurs, comme parties intégrantes de leurs tâches, de faire de la recherche et d’enseigner, et c’est une obligation contractuelle pour tous les enseignants-chercheurs à temps plein d’être « actifs en recherche » (‘research active’) et de publier, bien que que n’existe pour cela aucun système national de contrôle.

Les chercheurs sont libres de choisir leurs propres sujets de recherches, malgré, bien sûr, des directions que le gouvernement peut donner, à travers des traitements préférentiels pour des domaines spécifiques de recherche, par l’allocation de bourses de recherche sur certains thèmes. Le travail de consultance est permis, mais doit être déclaré. Les subventions de recherche internes sont en nombre limité, et la plupart des financements viennent de sources externes.

DOMAINES D’ÉTUDES

La langue et la culture sont les principaux domaines d’études. L’Asie orientale est la principale aire de recherche pour les langues et cultures. Les sciences politiques et l’histoire sont les domaines d’intérêt les plus forts dans chacune des quatre régions de l’Asie (du Sud, du Sud-Est, centrale et orientale). Les langues étudiées dans les divers établissements sont le japonais, le mandarin, le coréen, le malais et l’indonésien.

 

 

 

 

 

Les études Asie-Pacifique en Suède

Source : Stefan Eklöf Amirell, Institut suédois des affaires internationales, Stockholm, Conférence MedAsia / Eurasiane, Sept. 2011

Bref historique

Les origines des études asiatiques et sur le Pacifique en Suède remontent à la première chaire de langues orientales, inaugurée à Uppsala en 1621. À l’origine, l’aire étudiée couvrait les langues d’Asie de l’Ouest, mais, résultat d’un accroissement des relations entre la Suède et l’Asie et le Pacifique durant le XVIIIe siècle – dû, en particulier, aux activités de négoce de la Compagnie suédoise des Indes orientales et aux voyages de plusieurs disciples de Carl von Linnaeus –, l’intérêt pour les langues d’Asie du Sud et de l’Est s’accrut. En sus de la chaire à Uppsala, une chaire équivalente était instituée à Lund et, au même moment, le nombre de langues enseignées était augmenté. Au milieu du XIXe siècle, le professeur à Lund devait être capable d’enseigner douze langues orientales, lesquelles comprenaient l’arabe, le persan, le sanscrit et le chinois.

La seconde moitié du XIXe siècle a vu une expansion et une professionnalisation des études orientales aux universités de Lund et d’Uppasala. Davantage de postes d’enseignants en facultés étaient institués, et en 1889 la Suède accueillait le Congrès international des orientalistes. L’essentiel des études académiques portait sur l’Asie de l’Ouest et du Sud, tandis que l’étude de l’Asie de l’Est – en particulier la Chine et le Japon – était majoritairement le domaine des chercheurs amateurs et des missionnaires. Les explorations de Sven Hedin en Asie de l’Est au tournant du XXe siècle, cependant, furent accompagnées d’un intérêt croissant pour l’Asie de l’Est et centrale, et en 1918 une donation privée conduisit à l’établissement de la première chaire en chinois (et quelques années plus tard, en japonais) au collège universitaire de Göteborg, au début occupée par le sinologue et linguiste renommé Bernard Karlgren.

Durant les années d’après-guerre et sous l’influence de l’expansion des études sur les aires aux États-Unis, en combinaison avec un intérêt accru de la Suède pour les pays en voie de développement (comprenant l’aide au développement et la politique de neutralité de la Suède dans la Guerre froide, qui apportèrent un rapprochement de nombreux pays asiatiques avec la Suède), un intérêt académique s’est développé pour les conditions sociales, politiques et économiques contemporaines en Asie. Les études asiatiques comme champ de recherche se sont élargies, mais les chercheurs étaient dispersés dans de nombreuses disciplines et universités, ou facultés.

En conséquence, le Conseil des ministres nordique fonda en 1968 l’Institut nordique d’études asiatiques (NIAS), à Copenhague, avec pour but de créer un environnement de recherche fort, et dédié aux études asiatiques, comprenant les régions d’Asie orientale, du Sud-Est, du Sud et centrale. Pendant près de trois décennies, le NIAS a été le centre de recherche le plus important en études asiatiques dans les pays nordiques, et le point de mire de nombreux chercheurs suédois en termes d’environnement et d’activités de recherche, ainsi que de ressources pratiques, particulièrement la bibliothèque.

Pendant la majeure partie de cette période, la recherche suédoise sur la région Asie-Pacifique a essentiellement été menée par des chercheurs individuels, ou par des petits groupes de chercheurs, dans les disciplines établies, particulièrement en histoire, histoire économique, anthropologie sociale, sciences politiques et sociologie. Une large part des financements – qui restaient faibles en comparaison de l’ensemble des financements de la recherche –, venaient de l’Agence suédoise pour les coopérations de recherche avec les pays en voie de développement (SAREC), une autorité gouvernementale chargée de promouvoir la recherche qui faciliterait les progrès politiques, économiques et sociaux des pays en voie de développement. En termes géographiques, les aires d’intérêts des recherches financées par le SAREC étaient les pays avec lesquels la Suède avait des liens forts dans le domaine de l’aide au développement, particulièrement l’Inde, le Sri Lanka et le Vietnam.

Cependant les historiens, par exemple, s’intéressèrent aussi à l’Asie du Sud-Est maritime, comme le montre la publication d’un numéro thématique de la principale revue suédoise en histoire, Historisk tidskrift, sur l’histoire moderne sud-asiatique (1977).

Les études Asie-Pacifique contemporaines en Suède

Dans les années 1990, les études asiatiques se sont développées et étendues de manière significative en Suède, soutenues jusqu’à la fin de la décennie par une politique officielle de renforcement des contacts des suédois avec l’Asie (politique menée principalement pour des motifs économiques). Une partie de cette politique était d’améliorer en Suède les bases des connaissances sur l’Asie et de développer la coopération avec les pays asiatiques dans la recherche et l’éducation supérieure. Plusieurs centres d’études spécialisés sur l’Asie-Pacifique (ou sur une partie de la région) ont été créés dans différentes universités, dont le Centre pour les études du Pacifique et de l’Asie (CPAS) à l’université de Stockholm (déjà créé en 1984, mais intégré depuis les années 2000 dans le Département des langues orientales), l’Institut européen d’études japonaises (EIJS) à l’École d’économie de Stockholm, le Centre d’études asiatiques (auparavant centre d’études orientales et d’Asie du Sud-Est) à l’université de Göteborg, et le Centre d’études orientales et Sud-Est asiatiques à l’université de Lund.

En 1996, le Centre d’études orientales et Sud-Est asiatiques de Lund s’est vu attribué un statut spécial de centre permanent et national d’études orientales et Sud-Est asiatiques, comportant une sorte de « fonction de coordination », mal définie, des études asiatiques en général en Suède. Les financements venaient à la fois du budget du gouvernement pour la recherche, et de l’université. Le centre abrite aujourd’hui la plus grande bibliothèque d’études asiatiques en Suède et un programme de master international en études asiatiques. Il fournit également la possibilité à des chercheurs extérieurs bénéficiant déjà de financements de réaliser des recherches au centre, et finance des post-doctorats de deux ans, dans le champ des études orientales et Sud-Est asiatiques contemporaines. Le Centre accueille de plus le Réseau suédois des études sud-asiatiques (SASNET).

Par ailleurs, le Riksbankens Jubileumsfond et la Fondation suédoise pour la coopération internationale dans la recherche et l’éducation supérieure (STINT) prirent l’initiative en 2001 de créer l’Ecole suédoise d’études avancées sur l’Asie-Pacifique (SSAAPS). Celle-ci, active jusqu’en 2009, proposa des bourses de thèses ainsi que des post-doctorats pour les chercheurs des universités suédoises, en plus de l’organisation de conférences et du financement de missions de recherche ou de participation à des conférences pour les chercheurs suédois dans le domaine des études asiatiques.

À la même période, le Conseil des ministres nordique décida de revoir à la baisse le montant des financements de l’Institut nordique d’études asiatiques (de même que ceux de nombreuses autres institutions de recherche et d’enseignement supérieur nordiques), ce qui eut pour résultat un affaiblissement du NIAS. En 2005, l’Institut a été intégré à l’université de Copenhague, et même s’il reste encore dans une certaine mesure un centre majeur pour les études asiatiques en Suède et dans les autres pays nordiques, son importance relative en tant que telle a diminué, particulièrement en Suède.

Plus récemment, l’Institut suédois des affaires internationales de Stockholm a développé un programme de recherche important sur l’Asie orientale et du Sud-Est, se concentrant particulièrement sur les relations internationales et la sécurité maritime de ces régions.  L’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI) héberge depuis 2009 le Programme SIPRI « Chine et sécurité mondiale », et le Département de recherche sur la paix et les conflits de l’université d’Uppsala – qui  a une forte tradition des études sur les questions de sécurité en Asie centrale, orientale et sud-est asiatique – accueille depuis 2011 le programme de recherche « La paix en Asie orientale », les deux programmes étant financés par le Riksbankens Jubileumsfond.

En résumé, les études sur l’Asie et le Pacifique ont connu un développement substantiel en Suède ces deux dernières décennies. La recherche suédoise sur la région aujourd’hui couvre un large spectre de disciplines et de sujets. Parmi les recherches les plus importantes, on trouve la démocratie et les droits de l’homme, l’économie du développement, les relations de genre, les changements culturels et religieux, le travail, les migrations, ainsi que les études sur la paix et les conflits. L’accent est mis sur les sciences sociales contemporaines, et le développement a été moins marqué, voire inexistant, pour les domaines tels que l’archéologie, la littérature, la musique, l’histoire de l’art, la linguistique et l’histoire pré-moderne.

Liens utiles

Centre d’études orientales et Sud-Est asiatiques, Université de Lund

Institut européen d’études japonaises, École d’économie de Stockholm

Réseau suédois des études sud-asiatiques, Université de Lund

Institut nordique d’études asiatiques

 

Ecole d’études orientales et africaines – SOAS (Royaume-Uni)

See the english version

L’Ecole d’études orientales et africaines est créée en 1916 sous le nom d’Ecole d’études orientales. Elle prend son nom actuel en 1938, époque à laquelle elle s’est également établie en tant que centre d’études africaines. Elle s’installe sur son site actuel en 1941 (Londres).

L’Ecole d’études orientales et africaines compte aujourd’hui plus de 300 enseignants-chercheurs. Elle se structure académiquement en trois facultés. Outre les départements académiques, la SOAS  comporte aussi des centres régionaux et interdisciplinaires qui alimentent un programme d’activités dense, de conférences, de colloques, de séminaires et de publications.

Le nombre d’enseignants-chercheurs de chaque centre est indiqué entre parenthèses.

Toutes ces informations sont détaillés sur : http://www.soas.ac.uk/academic/

Faculté de Lettres et des humanitésDépartements

  • Anthropologie & Sociologie (19)
  • Histoire des art & archéologie (14)
  • Histoire (23)
  • Musique (7)
  • Etudes des religions (14)
  • Ecole de Lettres (25)

Centres de la faculté

  • Media et études des films (8)
  • Institut Sainsbury pour l’étude de l’art japonais (7)

Centres des départements

  • Etudes bouddhiques (8)
  • Chrétienté orientale et orthodoxe (1)
  • Etudes de la religion Jaina (11)
  • Migration et études des diasporas (69)
  • Etudes des religions japonaises (6)
  • Centre d’études de l’alimentation de la SOAS (41)

 

Faculté de Langues et cultureDépartements

  • Afrique (13)
  • Chine and Asie intérieure (13)
  • Japon & Corée (14)
  • Centre de langue (15)
  • Linguistique (10)
  • Proche et Moyen-Orient (24)
  • Asie du Sud (13)
  • Asie du Sud-Est (9)

Centres de la faculté

  • Etudes culturelles, littéraires et postcoloniales (40)
  • Etudes des films et de l’écran (20)
  • Pédagogie de la langue (23)
  • Etudes de la traduction (25)

Centres des départements

  • Langues du Monde (6)
  • Etudes juives (4)
  • Etudes de l’islam (2)
  • Institut  Confucius de Londres (6)

 

Faculté de droit et de sciences socialesDépartements

  • Etudes du développement (20)
  • Economie (26)
  • Finances & Gestion (20)
  • Droit (29)
  • Sciences politiques (24)

Centres de la faculté

  • Centre Asie-Pacifique de Sciences sociales (4)
  • Etudes du genre (38)
  • Etudes internationales et diplomatie (17)
  • Etudes taiwanaises (5)
  • Eau et développement (7)

Centres des départements

  • Colonialisme, empire et droit international  (4)
  • Développement, environnement et politique (13)
  • Politiques de développement et recherche (CDPR) (2)
  • Droit de l’Asie orientale (9)
  • Etudes des minorités ethniques (CEMS) (2)
  • Etudes de finances et gestion (CeFiMS) (7)
  • Politique internationale des conflits, des droits et de la justice (18)
  • Droit de l’islam et du Moyen-Orient  (CIMEL) (8)
  • Droit et conflicts (10)
  • Droit, environnement et développement (7)
  • Politique de sécurité énergétique (CEPES) (11)

Centres régionaux

  • Centre d’études iraniennes (30)
  • Centre d’études de la Palestine (33)
  • Centre d’études africaines (130)
  • Association européenne d’études d’Israel (3)
  • Institut du Moyen-Orient de Londres (113)
  • Centre d’études de l’Asie du Sud (62)
  • Centre d’études de l’Asie du Sud-Est (32)
  • Centre d’études de la Corée (14)
  • Centre d’études du Pakistan (13)
  • Centre d’études chinoises (46)
  • Centre de l’Asie centrale contemporaine et du Caucase (11)
  • Centre de recherches sur le Japon (27)

Centres interdisciplinaires

  • Centre pour l’Afrique, l’Asie et le Moyen-Orient numériques (3)
  • Fondation internationale de cours et d’étude de la langue anglaise IFCELS
  • Centre de développement international de Londres

 

Les études sur l’Asie et le Pacifique en Suisse (Lausanne)

Source : Conférence MedAsia-Eurasiane : Les études et recherches sur l’Asie et le Pacifique en Europe, Nicola Pozza, MER, Université de Lausanne, Faculté des Lettres, Section de langues et civilisations slaves et d’Asie du Sud, Suisse, Paris, 12-13Septembre 2011.

See the english version

A) UNIVERSITÉ DE BERN :

Institut des sciences religieuses (Faculté des Lettres)

-Programme d’études «Zentralasiatische Kulturwissenschaft (CAS) », « Études sur l’Asie centrale »

B) UNIVERSITÉ DE GENÈVE :

-Département d’études sur l’Asie de l’Est (Faculté des Lettres + Université de Lausanne) :

Unités des études japonaises et chinoises

Maîtrise spécialisée pluridisciplinaire en études asiatiques (MASPEA, 3 faculties)

Centre d’études asiatiques (The Graduate Institute of international and Development Studies)

Cl) UNIVERSITÉ DE LAUSANNE :

Département des langues et civilisations orientales (Faculté des Lettres)

C2) ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE LAUSANNE (EPFL) :

Option en études asiatiques contemporaines (Collège des humanités)

D) UNIVERSITÉ DE ZURICH :

-Programme universitaire de recherche prioritaire (URPP) :

« ASIA AND EUROPE, Exchanges and Encounters »

Département d’Indologie (« Indogermanisches Seminar », Faculté des Lettres)

Institut des études d’Asie de l’Est (Faculté des Lettres)

Section d’Histoire de l’art est-asiatique (Institut d’Histoire de l’art)

 

Les études sur l’Asie du Sud au Royaume-Uni

Source: Une introduction aux études sur l’Asie du Sud au Royaume-Uni, par le Dr Vibha Arora (Indian Institute of Technology, New Delhi) et le Dr Lawrence Saez (School of Oriental and African Studies, SOAS), Royaume-Uni (2009).

Voir le texte original

 

Les études sur l’Asie du Sud : du passé au présent

Bien que considérés largement comme un sujet interdisciplinaire, les études sur l’Asie du Sud ont, historiquement, débuté dans des universités comme Oxford, Cambridge, Londres et Édinbourg en réponse au besoin de former et familier les missionnaires et les administrateurs coloniaux aux langues, religions et cultures de l’Asie du Sud. La richesse de leurs bibliothèques et de leurs archives révèle ces liens historiques et l’orientation vers l’Asie du Sud des bourses dédiées aux chercheurs et au personnel académique.

L’intégration de la communauté sur l’Asie du Sud dans le Royaume-Uni est soulignée par le fait que la plupart des universités possèdent des associations gérées par les étudiants et qui favorisent le développement de réseaux informels, encourageant la discussion académique et procurant un lieu d’exposition culturelle à la danse, la musique, la cuisine et les arts d’Asie du Sud. Tout cela constitue un ensemble d’expériences accessible à tous les étudiants et chercheurs participant aux études sur l’Asie du Sud au Royaume-Uni.

Les liens historiques entre les universités et universitaires du Royaume-Uni et l’Asie du Sud sont maintenus au travers de plusieurs bourses offertes aux étudiants (en Asie du Sud, pour étudier au Royaume-Uni ; au Royaume-Uni, pour étudier dans les universités d’Asie du Sud) et de postes d’enseignants-chercheurs disponibles pour les chercheurs et universitaires.

Réseaux académiques

Les réseaux de recherche et les projets de recherche collaborative entre les spécialistes du Royaume-Uni et d’Asie du Sud permettent des échanges académiques et influent sur le financement et les décisions politiques relatifs au développement en Asie du Sud.

  • L’Association britannique pour les études sur l’Asie du Sud (British Association for South Asian Studies – BASAS) est, au niveau mondial, l’une des associations académiques principales dédiées à l’étude de l’Asie du Sud. La BASAS est la plus grande association académique britannique pour l’étude de l’Inde, du Pakistan, du Bangladesh, du Sri Lanka, du Népal, du Bhoutan, des Maldives et de la diaspora d’Asie du Sud.
  • La SOAS, École des Études Africaines et orientales (School of Oriental and African Studies) compte 350 chercheurs ou enseignants. Il y a trois facultés (Arts et humanités, Langues et cultures, Droit et sciences sociales) et huit centres régionaux rattachés à l’École.
    • Britain Nepal Academic Council (BNAC)
    • British Association for South Asian Studies (BASAS)
      Centre for Applied South Asian Studies (CASAS), University of Manchester
    • Centre for Buddhist Studies, University of Bristol
    • Centre of South Asian Studies, School of Oriental and African Studies (SOAS)
      Centre for South Asian Studies, University of Cambridge
      Centre for South Asian Studies, University of Edinburgh
    • Centre for South Asian Studies, University of Sussex
    • Centre for India and Global Business, Judge Business School, University of Cambridge
    • Contemporary South Asian Studies, University of Oxford
    • Faculty of Oriental Studies, University of Oxford
    • Ferguson Centre for African and Asian Studies, Open University
    • India and South Asia Business Centre, University of Leeds
    • India Observatory, London School of Economics (LSE)
    • Oxford Centre for Hindu Studies, University of Oxford
    • Pakistan Security Research Unit (PSRU), University of Bradford
    • Pakistan Study Group (PSG)
    • Scottish Centre for Himalayan Research, University of Aberdeen
    • South Asia Department, School of Oriental and African Studies (SOAS)

Centres de recherche et d’enseignement

En réponse à l’intérêt croissant pour la région et pour utiliser les ressources académiques existantes, plusieurs universités britanniques (Londres, Édinbourg et Manchester) ont introduit les Études sur l’Asie du Sud à la fois pour les études doctorales et post-doctorales, et certaines universités sont en attente d’une approbation formelle. Ces cours sont complétés par des enseignements linguistiques et des dispositifs de recherche dans les langues d’Asie du Sud qui permettent une compréhension plus précise et plus en profondeur de l’Asie du Sud.

Plusieurs universités ont établi des Centres pour les Études sur l’Asie du Sud, tandis que, dans d’autres, l’Asie du Sud est enseignée en tant qu’option dans des disciplines comme l’anthropologie, la sociologie, les sciences politiques, l’histoire, la géographie, la théologie, les études culturelles, l’éducation, la littérature, les médias et les études cinématographiques.

Les centres académiques des universités de Londres, d’Oxford, de Cambridge, du Sussex et d’Édinbourg proposent des séries de séminaires sur l’Asie du Sud qui permettent des échanges académiques et l’établissement de réseaux entre chercheurs et étudiants.

De plus, beaucoup d’universités (comme Cambridge, Oxford, Londres, Édinbourg) ont des installations d’enseignement des langues pour le sanskrit, l’hindi, l’urdu, le punjabi, le perse, le népalais, le gujarati, le tamoul, le malayalam, le bengali, le tibétain, etc.

Certaines universités ont organisé leurs programmes de recherche et de formation académique en se focalisant sur un seul pays ou une seule problématique.

Malgré tout, à l’heure actuelle, les tendances de la recherche et les thèmes de conférence portant sur l’Asie indiquent également un glissement vers une approche communautaire concernant le développement, les politiques sociales et la compréhension de la diaspora d’Asie du Sud.

Conclusion

En résumé, l’éclosion des Études sur l’Asie du Sud dans l’enseignement supérieur est visible dans la variété et le nombre de diplômes d’enseignement et de recherche, le nombre de cours de langue et la popularité des options sur l’Asie du Sud dans le cadre des autres cours proposés dans les grandes écoles et les universités du Royaume-Uni.

Les études sur le Pacifique en Europe

Source : Report on Pacific Studies Centers and groups in Europe – Serge Tcherkézoff, École des Hautes Études en Sciences Sociales, France (2009).

Voir la version anglaise/See the english version

 

I – Il y a quatre centres en Europe :

Trois sont des centres bien développés. Ils sont, du nord au sud :

  • En Norvège, à l’Université de Bergen :

GROUPE DE RECHERCHE SUR LES ETUDES PACIFIQUES DE BERGEN

C’est intéressant de remarquer comment, en Norvège (pays qui n’a absolument aucun intérêt historique, stratégique ou d’aide internationale dans le Pacifique), les financements extérieurs et l’importance institutionnelle pour les études sur le Pacifique peuvent néanmoins être obtenus grâce à l’extension du rôle du Pacifique aux plus larges travaux théoriques de l’anthropologie et des disciplines qui lui sont liées.

  • Aux Pays-Bas, à l’Université Radboud de Nimègue :

CENTRE D’ETUDES PACIFIQUE ET ASIATIQUE DE NIMEGUE (CPAS)

Le CPAS constitue / forme un réseau de chercheurs en anthropologie sociale et culturelle, en anthropologie juridique, des sociologues du développement, des géographes, des historiens et des linguistes à l’Université de Nimègue et à l’Institut Max Planck de psycholinguistique de Nimègue. Aujourd’hui, environ 25 directeurs de recherche et 14 chargés de recherche sont affiliés au centre.

Ces projets de recherche sont initiés et menés par le personnel du Département d’anthropologie et d’études du développement, du Département d’histoire, du Département des lois coutumières, du Département de géographie humaine et du Groupe de recherche Langage et cognition de l’Institut Max Planck. Le centre est affilié à l’Institut de recherche culturelle sociale de Nimègue (NISCO) et l’Ecole nationale de recherche pour les études des ressources pour le développement (CERES). Dans le domaine des études sud-est asiatiques et océaniques, le centre coopère avec l’Association néerlandaise des études océaniques (NVOS), le Centre d’études non-occidentales (CNWS), le Centre d’études asiatiques d’Amsterdam (CASA), et l’Institut international d’études asiatiques (IIAS).

Le CPAS a signé un protocole d’entente soulignant les modalités de coopération dans le domaine des études asiatiques et du Pacifique avec les départements d’anthropologie d’Aarhus (Danemark) et d’Heidelberg (Allemagne). Le CPAS est également représenté au conseil de la Société européenne des océanistes, depuis qu’elle s’est établie à Nimègue en 1992.

  • En France, au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) / Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) / Aix-Marseille Université

CENTRE DE RECHERCHE ET DE DOCUMENTATION SUR l’OCÉANIE (CREDO)

http://pacific-credo.net/

Le CREDO est un centre de recherche multidisciplinaire et d’information spécialisé sur les sociétés du Pacifique Sud, dans le champ de l’anthropologie sociale et culturelle, de l’histoire et de l’archéologie.

Les 25 membres qui en font partie sont rattachés à trois institutions : le CNRS, l’EHESS, et Aix-Marseille Université.

Le centre a mis en place trois secteurs d’activités différents:

Le premier concerne la recherche en anthropologie, histoire, ethnoarchéologie et linguistique centrée sur l’Océanie (Australie, Mélanésie, Micronésie, Polynésie).

Le second est relatif aux activités d’enseignement, dans le cadre du Département d’anthropologie de l’Université de Provence (étudiants du premier au troisième cycle), et des formations de master et doctorat à l’EHESS.

Le troisième se rapporte au Centre de documentation sur les sociétés océaniennes.

Le CREDO fait partie de la « Maison Asie-Pacifique », tout comme l’IrAsia (Institut de recherches asiatiques, UMR 7306) et une autre unité, combinant service de documentation et valorisation de la recherche.

La « Maison Asie-Pacifique » fournit les outils nécessaires aux membres de deux unités mixtes de recherche : le CREDO et l’Irasia. L’expression « Maison Asie-Pacifique » est souvent utilisée pour nommer toutes les composantes. Elle représente plus de 100 personnes (enseignants-chercheurs et membres associés, doctorants, ingénieurs et techniciens) à qui le rattachement à une même structure spécifique permet de faire partie d’un milieu de travail, un lieu de rencontre ayant une réelle synergie globale, au-delà d’un simple lieu de travail.

  • Et un quatrième, qui se développe rapidement, en Angleterre, à l’Université de Saint Andrews :

CENTRE SAINT ANDREWS D’ETUDES SUR LE PACIFIQUE

Le Centre d’études sur le Pacifique de l’Université de Saint Andrews propose deux bourses de doctorat de dispense de frais d’inscription en anthropologie sociale. Le choix des sujets est ouvert, mais ils sont généralement définis comme des travaux portant sur les sociétés des îles du Pacifique et des régions mélanésiennes.

 

II – Il y a trois unités de recherches, ou groupes, ou associations académiques.

  • Le plus important et le plus ancien est au Royaume-Uni, à l’Université d’East Anglia :

L’unité de recherche Sainsbury (SRU)

C’est un centre d’études des arts d’Afrique, du Pacifique et des Amériques, qui offre des services de grande qualité et une bibliothèque de recherche spécialisée pour son personnel, les doctorants et les professeurs invités.

Deux autres sont :

  • En Allemagne, à l’Université de Göttingen :

GÖTTINGEN

En Allemagne, il n’y a presqu’à l’Université de Göttingen que les études sur le Pacifique sont importantes. A côté de plusieurs enseignements (W. Kempf, Elfriede Hermann, etc.) – cependant non organisés en centre dédié aux études sur le Pacifique –, se trouve l’ « Association d’études sur le Pacifique », qui est hébergée au sein de l’université. Leur intérêt principal porte sur le développement économique, dans des conditions acceptables socialement et pour l’environnement, spécialement celui des états de la région Pacifique économiquement désavantagés.

  • En Autriche, à l’Université de Vienne :

La société autrichienne et Sud-Pacifique (OSPG)

7 février 2013

Fédération de Russie – Moscou

Source : Résumé d’informations fournies par Mikhail Roshchin, Institut d’études orientales, Académie des sciences de Russie, Fédération de Russie (2010).

See the english version/Voir la version anglaise.

Les études orientales à l’Université de Moscou ont débuté dès les années 1750. L’Institut d’études asiatiques et africaines est le principal centre russe pour la formation de spécialistes dans les études orientales en général, et dans les études de pays et régions d’Asie et d’Afrique.

L’Institut d’études orientales, à l’Académie des sciences de Russie, est la principale institution de recherche russe pour l’étude des pays et cultures d’Asie et d’Afrique du Nord. L’Institut se trouve à Moscou. Il était auparavant à Saint-Pétersbourg, mais la branche de Saint-Pétersbourg a été réorganisée en 2007 en un Institut des manuscrits orientaux, séparé.

  • Institut d’ethnologie et d’anthropologie

Leninsky Prospect, 32A, Moscow

Bref historique

L’Institut fait partie de la branche « Histoire » de l’Académie des sciences de Russie. Il a été créé sous l’Union soviétique à l’automne 1933, par la fusion du Musée d’anthropologie et d’ethnographie, et de l’Institut d’études des groupes ethniques de l’URSS.

Pays et disciplines étudiés

L’Asie centrale, le Pakistan, l’Inde, le Sri Lanka, d’autres pays d’Asie du Sud-Est, la Malaisie, l’Indonésie, la Chine, la République de Corée, le Japon, l’Océanie.

L’anthropologie, l’ethnologie sociale et médicale, l’ethnosociologie, l’ethnoécologie, la psychologie interculturelle, la culture, les sciences politiques, la religion.

Personnel

153 chercheurs

24 doctorants

Publications

Une publication électronique : www.ethnonet.ru

« Races and people » (Races et personnes), est une revue publiée régulièrement. Le dernier numéro est paru en 2006.

  •  L’Institut de Littérature mondiale Maxime Gorki

Povarkaya, 25A, Moscow

http://www.imli.ru/

L’Institut fait partie de l’Académie des sciences de Russie. Il a été créé en 1932 pour le 40ème anniversaire de l’entrée en littérature de Maxim Gorky.

Le département de littérature asiatique et africaine a été créé en 1975-76.

L’Institut est considéré comme le plus important centre russe d’études littéraires. Le personnel compte 209 chercheurs et 39 doctorants.

  • Institut de linguistique

Bolchoi Kislovsky Pereoulok, 1/12 Moscow

http://www.iling-ran.ru

L’Institut fait partie de l’Académie des sciences de Russie. Il a été créé en 1950 à Moscou. Le personnel compte 103 chercheurs et 25 doctorants.

L’Institut est considéré comme un centre d’études linguistiques essentiel en Russie.

  • Institut d’études pratiques orientales

Nahimovsky Prospeckt, 32 Moscow

http://www.ipos-msk.ru

Cette institution d’enseignement supérieur non-gouvernementale, qui fait partie de l’Académie des pays de la région Pacifique, a été créée en 1993. Sa constitution a été initiée par une décision du Conseil académique de l’Institut des études asiatiques et africaines de l’Université d’Etat de Moscou pour répondre à la demande croissante d’orientalistes formés à la pratique, plutôt que de formation scientifique purement théorique.

On compte 65 professeurs et 268 étudiants.

Les pays étudiés sont tous les pays arabes, la Turquie, l’Iran, le Pakistan, l’Inde, le Sri Lanka, d’autres pays d’Asie du Sud-Est, la Malaisie, les Philippines, la Chine, la République de Corée, le Japon et Taiwan.

Les disciplines étudiées sont l’histoire, la linguistique, la culture et les sciences politiques.

  • Institute of Oriental Studies

Rozhdestvenka, 12 Moscou

http://www.ivran.ru/

L’Institut a été créé pendant la période de l’Union soviétique et se trouvait à Saint-Pétersbourg. En 1950, l’Institut a été transféré à Moscou et est maintenant connu comme le principal centre d’études orientales en Russie. La branche de Saint-Pétersbourg existe toujours, l’Institut des manuscrits orientaux y est rattaché depuis 2009.

S’y trouvent 388 chercheurs et 50 doctorants.

Les pays étudiés sont tous les pays arabes, la Turquie, l’Iran, le Pakistan, l’Inde, le Sri Lanka, d’autres pays d’Asie du Sud-Est, la Malaisie, les Philippines, la Chine, la République de Corée, le Japon, Taiwan, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et d’autres pays d’Océanie.

Les disciplines étudiées sont l’histoire, la philologie, la linguistique, l’économie, la culture et les sciences politiques.

  • L’Université orientale

Rozhdestvenka, 12, Moscou

http://www.orun.ru/

L’université a été créée en 1994 à Moscou. C’est une branche de l’Institut d’études orientales, et beaucoup de professeurs de l’université sont aussi chercheurs à l’Institut.

On compte 72 professeurs et 203 étudiants.

Les pays étudiés sont l’Extrême-Orient, l’Australie et d’autres parties de l’Océanie, l’Asie du Sud et du Sud-Est, l’Iran et le monde arabe.

7 février 2013

FÉDÉRATION DE RUSSIE – SAINT-PÉTERSBOURG

Source : La sinologie à Saint-Pétersbourg : Traditions et approches contemporaines, par Nikolay Samoylov, Faculté des Études africaines et orientales, Université d’état de Saint-Pétersbourg, Fédération de Russie (juillet 2012).

Voir le texte original
Voir la version anglaise/See the english version

L’histoire en bref

Le 18 juin 1700, Pierre le Grand proclama un édit qui est considéré comme le premier décret des études russes sur les langues orientales. Le Tsar russe ordonna que « deux ou trois moines de talent pas trop âgés » soient envoyés à Tobolsk (Sibérie) pour étudier le chinois et le mongol. La première mission ecclésiastique arriva à Beijing en 1716 et y demeura durant les trois siècles suivants, prêchant le Christianisme. Ils étudièrent la dynastie des Qing, l’armée mandchoue et les relations entre la Chine et les pays voisins, et traduisirent en russe les publications chinoises et mandchoues ainsi que les classiques confucianistes. En 1741, Illarion Rossokhin fonda la première école d’études chinoises à Saint-Pétersbourg.

La Faculté des Études orientales de l’Université de Saint-Pétersbourg fut établie en 1854. En 1899, un Institut des Études orientales fut fondé à Vladivostok, des diplômés de l’Université de Saint-Pétersbourg en devenant les premiers professeurs.

Après la Révolution d’octobre en 1917, toutes les facultés et tous les départements de l’Université de Petrograd (anciennement Saint-Pétersbourg) furent réorganisés. Graduellement, la seule méthode d’enseignement et de recherche académique devint le marxisme-léninisme : les principaux domaines étudiés étaient le développement  social et économique, l’histoire de la lutte des classes et le mouvement révolutionnaire en Chine. Entre 1920 et 1950, les officiels Soviets imposèrent la vision staliniste de la Chine aux cours universitaires, rejetant la sinologie classique. Durant cette période, beaucoup de sinologues russes furent arrêtés et envoyés en prison ou dans des camps de concentration, ou tout simplement exécutés.

La Faculté des Études orientales fut ré-établie en 1944 et les meilleures traditions de l’École d’études chinoises de Saint-Pétersbourg furent ramenées à la vie par un groupe de sinologues russes de renom.

De 1960 aux années 1980, la sinologie prit une nouvelle direction avec l’étude de l’histoire intellectuelle chinoise, de l’histoire des sociétés secrètes et groupes religieux chinois, et de l’histoire des mouvements paysans. De 1961 jusqu’à maintenant, la Faculté des Études orientales a tenu des conférences spéciales sur les problèmes de l’historiographie. Aujourd’hui, elle compte parmi les plus grandes institutions mondiales dans le domaine de la sinologie.

Organisation actuelle et fonctionnement – domaines étudiés

Faculté des Études orientales de l’Université de Saint-Pétersbourg

Un programme de master de quatre ans est proposé par la Faculté des Études orientales de l’Université de Saint-Pétersbourg.

Les étudiants doivent apprendre au moins deux langues asiatiques et une langue européenne. Les cours magistraux couvrent un vaste spectre de disciplines : histoire de la Chine, littérature chinoise, linguistique, ethnographie, philosophie, économie et religions.

Les étudiants reçoivent une licence dans le domaine général des études africaines et orientales.

La Faculté propose également cinq diplômes de maîtrise et les étudiants reçoivent alors une maîtrise en études africaines et orientales.

Les étudiants apprennent le chinois, autant moderne que classique, la littérature, l’ethnographie, la religion, la philosophie et les sciences économiques ; ils étudient également l’anglais et le japonais. Ce programme donne aux étudiants une connaissance approfondie de la civilisation et de la société chinoises, les aidant à travailler dans différents domaines en tant que chercheurs, interprètes, diplomates, journalistes, enseignants, libraires et commerciaux en Asie de l’Est.

Les professeurs de l’Université d’état de Saint-Pétersbourg ont contribué à la mise en place d’un nouveau centre de sinologie à Blagoveshensk, à la frontière sino-russe.

Beaucoup d’académiciens éminents contribuent à maintenir les meilleures traditions de la classique École d’études chinoises de Saint-Pétersbourg. Ils se retrouvent principalement sur deux départements :

  • Philologie chinoise
  • Histoire des pays du lointain orient

Quinze professeurs et enseignants tiennent des séminaires sur des sujets variés des études chinoises.

Des spécialistes d’autres institutions académiques de Saint-Pétersbourg, comme l’Institut des Études orientales, l’Institut d’anthropologie et d’ethnographie et le Musée d’état de l’Héritage, sont invités à donner des cours spéciaux.

Institut Confucius de l’Université d’état de Saint-Pétersbourg

Fondé en juillet 2005 dans le cadre d’un accord entre l’Université d’état de Saint-Pétersbourg et le Bureau national chinois pour l’enseignement du chinois comme langue étrangère, son objectif est de combiner les traditions d’excellence de l’enseignement chinois en Russie avec l’expérience des partenaires chinois et les dernières techniques d’enseignement à distance. L’Institut Confucius propose des cours de langue, calligraphie et culture chinoises.

11 enseignants pour le chinois : neuf sont Russes et deux sont Chinois.

160 étudiants inscrits aux cours de langue.

Institut des Études sur l’Extrême-Orient : branche de Saint-Pétersbourg

Fondé en 2010 comme branche de l’Institut des Études sur l’Extrême-Orient de l’Académie des Sciences russe de Moscou.

Sa principale tâche est d’assurer la coopération, dans leurs activités scientifiques, des académiciens de Saint-Pétersbourg et de Moscou engagés dans des études sur l’Asie orientale.

Bibliothèque de l’Académie des Sciences russe

La bibliothèque de l’Académie des Sciences russe est une bibliothèque d’envergure détenue par l’État et installée à Saint-Pétersbourg.

Elle fut fondée dans cette ville par décret de Peter Ier en 1714 et fut par la suite intégrée dans la structure de l’Académie des Sciences de Saint-Pétersbourg. Depuis 1747, toutes les institutions académiques et, depuis 1783, tous les imprimeurs du pays ont eu l’obligation légale de déposer à la bibliothèque une copie gratuite de chaque ouvrage publié. De 1728 à 1924, ses collections furent entreposées dans le bâtiment « Kunstkamera », avec lequel elle constituait une unique institution académique jusqu’en 1803. En 1924-1925, les collections furent transférées dans un nouveau bâtiment construit pour la bibliothèque en 1914 et occupé par un hôpital militaire durant la Première Guerre mondiale. Le 15 février 1988, la bibliothèque subit un incendie catastrophique qui détruisit ou endommagea une part considérable de sa collection.

Le Département des Publications africaines et orientales de la bibliothèque de l’Académie des Sciences russe fut fondé en 1953.

Institut des Manuscrits orientaux

Dvortsovaya nab. 18, Saint Petersburg

L’Institut est découpé en six divisions académiques :

  • Département des Études sur l’Asie antique
  • Département des Études sur l’Asie centrale et australe
  • Département des Études sur l’Extrême-Orient
  • Département des Manuscrits et Documents
  • Département des Études sur le Proche et le Moyen-Orient
  • La Bibliothèque académique

Kunstkamera

Musée d’Anthropologie et d’Ethnographie Pierre le Grand. Académie des Sciences russe.

3 University Embankment, Saint Petersburg

Durant l’automne 1714, Pierre le Grand ordonna au Docteur Robert Areskin de déplacer sa collection personnelle et sa bibliothèque de Moscou à Saint-Pétersbourg, la nouvelle capitale, et de commencer à travailler à la création du premier musée public d’état – la Kunstkamera. Pour Pierre le Grand, il était extrêmement important de créer l’image d’une Russie en plein changement. L’Empereur avait l’habitude de recevoir les ambassadeurs dans son musée et une visite de ce dernier faisait partie du programme de tous les visiteurs importants.

Le musée est divisé en départements de recherche :

Département de Philosophie et culture orientales, établi

Créé au sein de la Faculté de Philosophie de l’Université d’état de Saint-Pétersbourg en 1998, il possède quatre programmes d’enseignement, deux d’entre étant consacrés aux régions d’Extrême-Orient et d’Asie du Sud : culture chinoise (dirigé par le Professeur Marina Kravtsova) et culture de l’Inde (dirigée par le Professeur Sergei Pahomov).

Le nombre global d’inscriptions au programme de culture chinoise est de cent étudiants, avec actuellement cinq enseignants à plein-temps. Le programme couvre une vaste gamme de sujets portant sur l’histoire de la culture chinoise (incluant la religion, la philosophie, les courants de pensée à l’époque classique et moderne). L’enseignement est principalement basé sur le développement des compétences linguistiques des étudiants, leur permettant de mener leurs recherches en se basant à la fois sur des sources de première main et de la littérature secondaire. La durée du cursus est de cinq ans, ce qui est traditionnel dans le système d’enseignement supérieur russe, et comprend des cours magistraux portant, entre autres, sur l’histoire de Chine, l’histoire de la culture et de la philosophie chinoises, l’histoire de l’art chinois, l’histoire de la littérature chinoise, les croyances populaires et les religions de la Chine moderne. Y sont également donnés divers cours de chinois à la fois classique et moderne et de japonais écrit. À la fin de chaque année scolaire, un article de recherche doit être présenté. Le cursus est complété par un examen d’état et un exament oral sur le dernier sujet de recherche. Sur la base de leurs performances académiques, les étudiants peuvent continuer dans les instituts.

Le programme sur la culture de l’Inde est organisé sur le même modèle. Le nombre global d’inscriptions est de vingt étudiants, avec quatre enseignants à plein-temps. Il couvre divers aspects de la culture indienne, incluant les aspects religieux, philosophiques et sociaux, depuis l’Antiquité jusqu’à l’ère moderne, avec de nombreux cours sur des sujets comme la philosophie indienne, l’histoire de l’Inde, la religion védique et l’hindouisme, la littérature indienne, l’art indien et le système social de l’Inde. Le programme inclut également des cours de langue en sanskrit et en hindi (la principale langue de l’Inde moderne).

Institut Ho Chi Minh

Université de Saint-Pétersbourg, faculté des Études africaines et orientales

L’Institut fut fondé en 2010 avec le soutien du Gouvernement du Vietnam et de l’Université de Saint-Pétersbourg.

Ses principaux domaines de recherche sont :

  • La situation politique contemporaine au Vietnam
  • Les relations internationales en Asie du Sud-Est
  • La politique étrangère du Vietnam
  • L’histoire moderne et actuelle du Vietnam

PORTUGAL

Source : Asian studies in Portugal – State of the art – Miguel Santos Neves, Institute of International and Strategic Studies, IEEI, Portugal (2009). Voir le texte original.

See the english abstract/Voir le résumé en anglais.

BREF HISTORIQUE

Bien que les Portugais aient été les premiers européens à établir des relations régulières, constantes, avec l’Asie au 16ème siècle, les études asiatiques sont secondaires, marginalisées dans les études académiques et scientifiques au Portugal. Les jésuites fondèrent à Macao en 1594 la première université d’Asie, le Collège Saint Paul. Plus tard, aux 18ème et 19ème siècles, on vit une baisse d’intérêt pour l’Asie, en partie à cause du déclin de l’empire portugais dans cette région. Ce n’est qu’au cours du 19ème siècle qu’il y eut un regain d’intérêt pour la culture chinoise, et la sinologie redevint importante au Portugal au début du 20ème siècle.

La structuration des études asiatiques est un phénomène récent au Portugal. La plupart des institutions dans ce domaine ont été créées après la fin des années 1980, principalement pendant la décennie en cours, et le nombre d’institutions portugaises impliquées dans les études asiatiques s’est accru depuis 2000. Leurs domaines d’études sont limités à l’Asie du Sud, du Sud-Est et du Nord-Est. Le nombre d’institutions ayant des programmes permanents, structurés sur l’Asie, a augmenté, passant de 3 dans les années 1980 à 13 en 2012. Le principal moteur de ce développement a été le processus de transition de Macao vers la souveraineté chinoise, qui a débuté en 1987.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Il y a trois types d’institutions dans le domaine des études asiatiques :

  • Des institutions dédiées uniquement à la recherche :
    • Asiana (Centre d’études asiatiques / Centro de Estudos Asiaticos), à l’Institut universitaire de Lisbonne (Instituto Universitário de Lisboa). C’est un centre de recherche universitaire, comprenant 2 directeurs de recherche.
    • Le Centre d’études Afrique – Asie (Centro de Estudos Africa – Asia), à l’Université technique de Lisbonne. C’est un centre universitaire de recherches économiques, comprenant 3 directeurs de recherche.
    • Des institutions combinant recherche et formation :
      • La Faculté de lettres de l’Université de Lisbonne (Faculdade de Letras at the Universidade de Lisboa), qui propose une licence en études asiatiques et comprend 3 chercheurs
      • L’Institut d’études orientales (Instituto de Estudo Orientais), à l’Université catholique portugaise (Universidade Catolica Portuguesa), qui propose un master en études orientales et comprend 7 chercheurs, travaillant principalement en histoire ;
      • Le Centre de langues et cultures orientales (Centro de Linguas e Culturas Orientais), à l’Université de Minho (Universidade do Minho), qui propose une licence en études orientales, un master en études japonaises et différentes thèses, sur la culture et la littérature extrême-orientale, la linguistique chinoise et japonaise, et les philosophies et religions orientales ;
      • L’Institut portugais de Sinologie (Instituto Portugues de Sinologia), qui propose des cours de chinois et de culture chinoise, dispose d’un groupe de 5 chercheurs ;
      • Le Centre scientifique et culturel de Macao (Centro Cientifico e Cultural de Macau), qui est une institution publique portugaise sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Science ;
      • L’Institut de  l’Orient (Instituto do Oriente) de l’Université technique de Lisbonne, qui propose des cours de 3ème cycle sur la Chine moderne, et comprend 9 chercheurs.
      • Des institutions dédiées uniquement à la formation :
        • Le Centre de langue et culture chinoise (Centro de Lingua e Cultura Chinesa), à l’Institut polytechnique de Porto (Oporto Polytechnic Institute)
        • L’Institut oriental (Instituto Oriental), à la Nouvelle Université de Lisbonne (Universidade Nova de Lisboa)
        • Le Centre d’études asiatiques (Centro de Estudos Asiaticos), à l’Université d’Aveiro (Universidade de Aveiro)
        • L’Université Alberta (Universidade Aberta), Université Ouverte
    • L’Institut des études stratégiques et internationales (Instituto de Estudos Estratégicos e Internacionais). Son programme Asie comprend 2 chercheurs permanents, un chargé de recherche et un directeur de recherche, et quatre directeurs de recherche associés.

Il y a à présent moins de 100 chercheurs au Portugal, dont un nombre significatif de jeunes chercheurs, la plupart travaillant sur l’Asie contemporaine.

DOMAINES D’ÉTUDES

L’analyse du contenu des projets de recherche et de formation sur l’Asie et le Pacifique révèle qu’il n’y a pas de recherche structurée sur le Pacifique, et que toutes les activités de recherche se limitent à l’Asie.

Les trois principaux thèmes étudiés sont :

  1. Les relations internationales, principalement avec la Chine, la construction de l’Etat et l’identité au Timor-Leste, et l’évolution de Macao en Région administrative spéciale de Chine ;
  2. L’histoire, avec un accent fort mis sur la recherche sur l’Inde, puis sur la Chine, puis sur le Japon ;
  3. La culture et la langue, se concentrant principalement sur la Chine, puis sur le Japon. La plupart des cours d’université proposés abordent la culture, la philosophie, la religion et la linguistique de ces pays, mais peu de recherches sont menées sur ces sujets.

PUBLICATIONS

Aujourd’hui, quatre revues spécialisées sur les études asiatiques sont publiées au Portugal :

  • Daxiyangguo – Revista Portuguesa de Estudos Asiaticos. Créée en 2002, c’est une revue bi-annuelle, bilingue portugais et anglais, publiée par l’Institut de l’Orient de l’Université technique de Lisbonne ;
  • Zhongguo Yanjiu – Revista de Estudos Chineses. Créée en 2007, c’est une revue annuelle publiée en portugais par l’Institut portugais de Sinologie ;
  • Revista Oriente. Créée en 2001, elle est publiée annuellement par la Fondation de l’Orient ;
  • Bulletin of Portuguese / Japanese Studies. Créée en 2000, c’est une revue bi-annuelle publiée en anglais par le Centre d’histoire des Outre-mer (Faculté de sciences sociales et humaines de la Nouvelle université de Lisbonne et Université des Açores).

Instituts impliqués dans les études asiatiques et orientales en Roumanie

La recherche sur l’Asie est menée dans différents instituts en Roumanie, où chercheurs, directeurs de thèses en sciences humaines et sociales et experts des relations géoculturelles asiatiques travaillent sur la culture, l’histoire, la vie sociale, l’archéologie ou la linguistique.

La plupart des institutions sont rattachées soit à l’Académie roumaine, soit à une université, où l’on peut trouver des centres de recherche et des Masters en langues, civilisations et cultures asiatiques.

La religion, les interactions religieuses entre l’Europe de l’Est et de l’Ouest, l’histoire moderne de l’Asie orientale, les orientations politiques, les migrations, la littérature, sont autant de sujets étudiés.

La plupart des enseignants sont titulaires d’un doctorat, mais certains étudient encore et publient souvent des articles en français ou en anglais.

Les pays étudiés sont : la Fédération de Russie, l’Inde, le Japon, la Chine, la Turquie, le Tibet, l’Iran, le Kazakhstan, le Tajikistan, la Biélorussie, l’Afghanistan et la région caucasienne.

Beaucoup de bourses ont été allouées aux études japonaises en raison des échanges culturels et éducatifs qui existent entre la Roumanie et le Japon.

En 2008 a été créé le premier master en études orientales, à l’Université de Bucarest, où les étudiants peuvent être diplômés en chinois, japonais ou coréen.

Les lieux de l’enseignement et de la recherche sur l’Asie en Roumanie :

Université de Bucarest :

Centre d’études de l’Europe de l’Est et de l’Asie (Centrul de studii est-europene si asiatice),

10 chercheurs ou enseignants.

Str. Povernei, no. 6, Sect.1, Bucuresti

Centre d’études religieuses (Centrul de Istoria Religiilor), Faculté d’histoire

9 chercheurs ou enseignants.

B-dul Regina Elisabeta, Nr. 4-12, Sector 5, Bucuresti

Association pour l’histoire des religions (Asociatia Romana de Istoria Religiilor)

10 chercheurs ou enseignants.

Str. Edgar Quinet 14, Cod Postal 010017, sector 1, Bucuresti

 

Centre d’études hébraïques (Centrul de studii ebraice Goldstein Goren)

Str. Edgar Quinet 5-7, Bucuresti

Faculté de langues et littératures étrangères, département de langues et littératures orientales Master d’études asiatiques : Chine, Japon et Corée

Strada Pitar Moş nr. 7-13 etaj 1, Bucuresti

Université romano-américaine :

Centre d’études roumano-japonaise (Centrul de studii romano-japoneze)

10 chercheurs ou enseignants.

Universitatea Româno-Americană, Bulevardul Expoziţiei, nr. 1B, Bucuresti

 

Université Babes-Bolyai Cluj-Napoca :

Institut d’études Turques et d’Asie Centrale (Institutul de Turcologie si Studii central-asiatice)

20 chercheurs ou enseignants.

Mihail Kogălniceanu nr. 1 RO- 400084, Cluj-Napoca

Faculté d’arts et lettres, département des études asiatiques

Chinois, japonais et coréen

Mihail Kogălniceanu nr. 1 RO- 400084, Cluj-Napoca

Université de Craiova

Centre de Recherches sur l’Imaginaire et la Rationalité Mircea Eliade

9 chercheurs ou enseignants.

Str. A.I. Cuza nr. 13, Craiova 200585

Université Hyperion

Calea Calarasilor, Nr. 169, Sector 3, Bucuresti

Université populaire de Constanta (Universitatea Populara Constanta)

20 chercheurs ou enseignants

Universitatea Populara Constanta, Bd. Ferdinand nr. 28, mun. Constanta, CT 900726

Université Alexandru Ioan Cuza

Cours de langue et culture japonaises

Bulevardul Carol I, Nr.11, 700506 Iasi

Institut d’histoire Nicolae Iorga (Institutul de Istorie “Nicolae Iorga”)

Bld Aviatorilor1, 011851Bucureşti

 

Institut national d’histoire des religions (Institutul National de Istoria a Religiilor)

15 chercheurs

Calea 13 Septembrie, nr. 13 Sect. 5, Bucuresti

 

Institut roumain d’études euro-asiatiques (Romanian Euro-Asian studies Institute)

31-35, Emil Racovita Street, Residential Complex Azur 1, Pipera Vila AJ 42, Bucuresti

 

Fondation Nipponica (Nipponica Foundation)

BB-dul. Timişoara, Nr. 43, Bl. P13, Ap. 148, Sector 6, O.P. 66, C.P. 53, Cod 77300, Bucuresti

Ecole de langue japonaise de Bucarest (Bucharest Japanese language school)

Str. Biserica Enei nr. 2, bl. Dunarea

Centre d’échange culturel

à Musashino, Brasov

Str. Matei Basarab 2, 500008 Braşov

 

Association des professeurs de japonais de Roumanie (Asociatia profesorilor de limba japoneza din Romania)

Bdul Stefan cel Mare si Sfint, nr 17, bl. 1, sc C, et. 2, ap6.  Iaşi, jud. Iaşi

Association des amoureux des cultures japonaise et roumaine

B-dul. 1 decembrie 1918, Bl. 205, Ap.34, Târgu Mureş

7 février 2013