Archives de catégorie : 2.Contributions

Le Clersé

Abdelhafid Hammouche, Marie-Pierre Coquard, 09/05/2012

 

1) pour le sous continent indien :

Anthropologie – Brigitte Steinmann (Prof., anthropologie générale et approches ethnologiques comparées, construction des systèmes symboliques et des savoirs, ethno-histoire, anthropologie du développement et répercussions politiques) avec des champs de recherche en Inde et au Népal, et deux doctorantes du Clersé concernées sous sa direction :

– Claire Martinus avec un sujet de thèse intitulé « Mariages inter-castes au sein des populations népalaises locales et immigrées. Etude sur l’évolution des choix matrimoniaux au Néapl et dans l’immigration népalaise en Europe » ;

– Claire Femenias, sujet de thèse intitulé « Etude des rites funéraires chez les Bayung-Raï du Népal oriental : comparaison village /aire urbaine ».

2) pour l’extrême orient :

a) Asie du Sud-Est :

Economie – Pierre Alary (MCF) : Le développement des échanges marchands et les monnaies en Asie du Sud-Est. Le cas du Laos.

 Sociologie – Gwenola Ricordeau (MCF) : Mariages mixtes, féminisme, rapport sociaux de sexe et femmes migrantes aux Philippines. Gwenola Ricordeau travaille sur les mariages des femmes philippines avec des hommes étrangers. Sa recherche porte à la fois sur les parcours des actrices et sur les discours et débats publics sur ces mariages mixtes. C’est dans cette perspective qu’elle s’intéresse au mouvement féministe philippin et plus généralement aux femmes dans l’espace politique philippin.

 A noter que la recherche sur la zone des Philippines implique en France une communauté de chercheurs français restreinte alors qu’au niveau international, les américains et australiens sont très actifs compte-tenu de leur proximité avec cette zone. Ceci constitue une faiblesse pour la recherche française et le débat des idées, d’où l’intérêt d’être présent, de s’insérer et de développer des réseaux internationaux, de nouer des partenariats sur ces sujets avec des pays où souvent c’est la présence anglo-saxonne et américaine qui domine.

b) Asie de l’Est :

Chine : Brigitte Steinmann et Sébastien Delarre (MCF, sociologue, analyse des réseaux) dans le cadre du programme France-Chine Cuai Yuanpei (2011-2013) intitulé Integrated Urban Mesocosm.

Dans le cadre de ce programme, une doctorante du Clersé, Marjeurie Meunier est très impliquée. Son sujet de thèse porte sur « Anthropologie des organisations religieuses du taoïsme en Chine ».

Dans le cadre de ce programme, le Clersé accueille pendant 2 ans (2011-2013) un doctorant de l’Université de Pékin, Xuan Fan. Ses recherches portent sur « le genre, le corps, et la théorie générale du genre en Europe ».

 Chine : Economie – Bruno Boidin (MCF HDR) et Richard Sobel (MCF) dans le cadre de la thèse de Clément Séhier intitulée « RSE et transformations du rapport salarial dans la Chine contemporaine ».

 Chine : Anthropologie- thèse de Kamel Labdouni soutenue en nov. 2011 intitulée « Modernisation et changement en Chine : enjeux anthropologiques et sociaux. La rénovation des quartiers d’habitation vécue par une communauté de résidents de Harbin » sous la direction de G. Gaillard (Prof.).

Corée : Sociologie – Claire Gellereau, étudiante en M2 Sociologie et Anthropologie des Enjeux Urbains suivie par Cécile Vignal (MCF). Titre : « Les choix résidentiels d’expatriés issus de pays Occidentaux à Séoul ». Ce projet de recherche croise la sociologie urbaine, la sociologie de l’habitat et la sociologie des migrations dans le contexte asiatique. Il s’agit de saisir le rôle joué par les entreprises, la ville de Séoul, les institutions françaises ainsi que par les contraintes structurelles sur les choix résidentiels des expatriés. La thèse approfondira et développera l’étude engagée en Master 2 en s’intéressant également aux ressortissants d’autres pays européens, et en élargissant les questionnements dans une étude comparatiste des choix résidentiels selon le pays d’origine.

Le choix de la ville de Séoul reste pertinent car, récemment ouverte aux étrangers et dotée d’un important dynamisme urbain, la ville a créé des centres d’aides destinés aux étrangers et met en avant les identités culturelles des quartiers regroupant une forte communauté étrangère (quartiers mongol, japonais, chinois, ainsi qu’anglo-saxon et français). La thèse vise ainsi à enrichir les travaux en sociologie portant sur les expatriés ainsi que les études urbaines et asiatiques.

Japon : Economie – Florence Jany-Catrice (Prof.), sur la thématique du CARE (question montante dans les pays d’Asie, et au Japon en particulier), sur la question des nouveaux indicateurs de richesse question dont le Japon commence à s’emparer également, et dans le cadre du projet franco-japonais chorus ANR ILERE 2011-2013 « Initiatives locales et exclusion des résidents étrangers – Comparaison France –Japon ». Cette dernière recherche s’effectue en relation avec Thierry Ribault (CR CNRS) actuellement détaché à l’Institut de recherche de la maison franco-japonaise de Tokyo (UMIFRE 19 CNRS-MAEE). Thierry Ribault a également bénéficié d’un appui de l’INSHS au Clersé dans le cadre du 1er appel à projets en émergence PEPS 2009, sur le thème « Japon : des jeunes en émergence ».

Enfin, un projet de Laboratoire International Associé (LIA) à l’initiative de Thierry Ribault, qui sera proposé auprès de la direction de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS (InSHS) dont le titre provisoire est: « Protection humaine et réponses au désastre. Soin intensif en sociétés industrielles » basé au Japon et au sein duquel plusieurs membres du Clersé pourraient participer.

Japon : Sociologie – Abdelhafid Hammouche (Prof.) sur le thème Villes et Cultures : action publique dans l’espace urbain. Cette recherche sur la transformation des quartiers concerne les villes de Lille, Fortaleza et Yokohama. Coordonnée par Abdelhafid Hammouche, elle implique des chercheurs des universités des trois villes. Les chercheurs japonais sont enseignant-chercheurs à l’Université Meiji Gakuin de Yokohama.

Japon : Economie – Anne Bustreel (MCF) dans le cadre de sa coopération avec Tomo Nishimura (MCF, Université de Kwansei Gakkuin) un travail en émergence en liaison également avec Martine Pernod-Lemattre (MCF) et Frédéric Cornuau (MCF) : dimension de genre, conditions de travail des salariés précaires, approches comparatives France -Japon.

Japon : Ethnologie – projet de post-doc de Clothilde Sabre, suite à sa thèse intitulée « Le néo-japonisme ou la passion pour la culture pop japonaise comme forme de construction identitaire dans le cadre de la mondialisation » sous la direction de Paul van der Griip (Prof.).

Taiwan : Economie – Catherine Comet (MCF), projet PHC Orchid actuellement terminé. « Between State and Familism : a comparative study of interlocking Directorates between France Taïwan » (2009-2010).

Abdelhafid Hammouche,
Directeur du Clersé

Marie-Pierre Coquard,
Chargée des relations internationales au Clersé

L’Institut international des études asiatiques (IIAS), Leiden, Pays-Bas

Philippe Peycam, 8 octobre 2013

 

L’Institut

L’Institut international des études asiatiques (IIAS) est une plate-forme d’échanges basée à Leiden, aux Pays-Bas. Il encourage les études multidisciplinaires et comparatives sur l’Asie, et favorise activement les coopérations (inter)nationales. L’IIAS a le rôle d’un médiateur national, européen et mondial, rassemblant les partenaires académiques et non-académiques, dont les organisations culturelles, sociales et politiques.[1] Créé en 1993, financé par le Ministère néerlandais de l’Education, l’IIAS est un institut mondial de sciences humaines et sociales. Il se situe dans l’Université de Leiden.[2]

Avec la réorganisation des études supérieures néerlandaises dans les années 2000 et le nouvel accent mis sur le développement de groupes académiques d’excellence, nationaux et internationaux, l’IIAS a accru son rayonnement international, tout en voyant son ancrage renforcé dans le paysage des études internationales et régionales de Leiden. Cette réussite n’est pas uniquement due à la richesse des ressources académiques que représente l’Université de Leiden, une institution de plus de quatre cents ans qui, depuis longtemps, soutient l’un des investissements éducatifs les plus complets en ce qui concerne les études des langues et sociétés non-occidentales en Europe. L’IIAS interagit également avec les principales institutions d’études régionales présentes à Leiden, comme l’Institut royal néerlandais d’études sur l’Asie du Sud-Est et les Caraïbes, et le Centre d’études africaines.[3] L’Institut est aussi connecté aux nombreux centres académiques anglophones, francophones et germanophones en Europe, ainsi qu’à des partenaires en Asie, en Amérique, en Afrique, et au-delà.

Le personnel permanent est chargé de la coordination, de l’organisation et de l’administration des activités de l’IIAS. Le directeur rend compte de ses missions à un Conseil, constitué de chercheurs académiques du champ des études asiatiques. L’IIAS accueille beaucoup de chercheurs en post-doctorat dans les études asiatiques ; ils sont sélectionnés par un comité académique indépendant, sur la base de leurs mérites, qualités et des ressources disponibles.

Animer un réseau mondial

L’IIAS est depuis longtemps à l’avant-garde des nouvelles réflexions sur les études asiatiques, et des avancements innovateurs majeurs dans ce domaine. Depuis 1995, il joue un rôle clé de conseil, en fournissant une participation académique stratégique à l’Asia-Europe Meeting (ASEM) et à son Asia-Europe Foundation (ASEF). En 1997, l’IIAS a collaboré avec l’Institut nordique des études asiatiques (NIAS) pour mettre en place l’Alliance européenne des études asiatiques, qui a consolidé la coopération académique entre un certain nombre d’instituts importants sur les études asiatiques en Europe, établissant ainsi une plate-forme transeuropéenne pour le partenariat académique et le dialogue scientifique. L’Alliance connaît actuellement un processus de réorganisation pour mieux refléter la nouvelle diversité des programmes et institutions en Europe.

En 1997, en collaboration avec l’Association pour les études asiatiques (AAS) nord-américaine, l’IIAS a lancé la Convention internationale des scientifiques sur l’Asie (ICAS). ICAS est devenu un réseau scientifique mondial pour les échanges académiques avec la société civile. C’est maintenant le plus grand événement biennal mondial des études asiatiques, avec une moyenne de 200 à 300 panels couvrant tous les sujets des études asiatiques, avec des participants du monde entier et un réseau institutionnel de plus de 350 universités, instituts et organisations.[4] A l’exception de la rencontre d’Hawaï de 2011, toutes les conventions depuis 2001 se sont tenues en Asie. Le secrétariat de l’ICAS est hébergé à l’IIAS. Depuis juin 2013, il est sous la supervision d’un conseil international représentant des institutions des différentes régions d’Asie et du monde, où l’Asie est étudiée. Outre l’Alliance et ICAS, l’IIAS développe actuellement un tissu de centres régionaux, stratégiquement situés en Europe, en Asie et au-delà, dans lesquels il recherche des collaborations de long terme avec des partenaires institutionnels.

Depuis 2010, l’IIAS et d’autres partenaires d’Asie, d’Afrique et des Etats-Unis travaillent sur une initiative de renforcement des acquis pour promouvoir l’enseignement et les études de l’Asie dans les universités africaines, avec l’objectif de donner une place à l’axe académique Asie-Afrique dans le domaine plus large des études asiatiques, qui inclut le rôle des institutions académiques occidentales. Par conséquent, une Association des études asiatiques en Afrique (A-Asia) a été créée à Lusaka, en Zambie, en 2012.[5] Une initiative similaire est en préparation avec des partenaires d’Amérique latine.

Expérimenter les nouvelles tendances des études asiatiques

Étant l’une des plus mondialisées des institutions existantes sur les études asiatiques, et comme principal complexe de recherches centrés sur les humanités, accueillant plusieurs réseaux scientifiques dynamiques à travers l’Europe et ailleurs, l’IIAS bénéficie d’une position unique pour expérimenter les nouvelles tendances des études asiatiques, notamment en encourageant les dialogues pluridisciplinaires et multisectoriels.

Depuis 2010, l’IIAS a mené des recherches dans trois groupes thématiques : (1) Les villes asiatiques, groupe qui explore les modes du développement urbain en Asie ; (2) Les patrimoines asiatiques, groupe qui évalue de manière critique les pratiques autour du patrimoine culturel en Asie ; et (3) « Global Asia », groupe qui se concentre sur l’Asie dans un contexte mondial, comprenant les connexions internes en Asie. Chacun de ces trois thèmes est envisagé de manière large, dans le but de maximiser les interactions entre les projets, les chercheurs, et les partenaires institutionnels.

Dans le domaine des études urbaines, l’IIAS a créé en 2012 le Réseau Asie du savoir urbain (UKNA), financé par l’Union européenne ; c’est un groupe transrégional de plus de 100 chercheurs affiliés à 17 institutions en Inde, en Chine, en Europe et aux Etats-Unis.

Dans le champ du patrimoine, l’Institut facilite la création du premier programme universitaire transrégional en « critical heritage studies » entre l’Université de Leiden (Pays-Bas), l’université Gadjah Mada (Indonésie), l’Université Nationale de Taiwan et l’Université Yonsei (Corée). La première partie de ce cursus de double-diplôme a débuté en septembre 2013, avec le lancement d’un parcours en « critical heritage studies », études comparatives entre l’Europe et l’Asie, dans le cadre du programme de Master en études asiatiques de l’Université de Leiden.

À l’intérieur du « groupe « Global Asia », l’IIAS parraine le premier réseau pan-africain d’études asiatiques : Association des études asiatiques en Afrique (A-Asia). En octobre 2013, l’IIAS a rejoint le consortium Connexions interasiatiques, coordonné par le Conseil de la recherche en sciences sociales.[6]

En octobre 2013, l’IIAS s’est vu remettre un prix pluriannuel de la Fondation Mellon, à New-York, pour une nouvelle initiative intitulée « Repenser les études asiatiques dans le contexte mondial ». Ce projet pilote de deux ans fait partie d’un programme à plus long terme dont le but est de renforcer et de réorienter les études asiatiques, en encourageant une nouvelle recherche centrée sur les humanités, et des opportunités de formation construites sur un réseau ouvert international et transrégional, de chercheurs et d’institutions, principalement d’Asie, d’Amérique du Nord et d’Europe, mais aussi d’Afrique.[7]

Ces initiatives de l’IIAS, et de nombreuses autres, ont inspiré un certain nombre d’articles académiques de stratégie pour les études asiatiques, mis en valeur dans une collection d’éditoriaux et de rapports de direction publiés dans la lettre d’information de l’IIAS. Cette lettre, qui compte près de 20 000 abonnés à ses versions papier et électronique, est le périodique et la ressource les plus importants en leur genre sur les études asiatiques. L’IIAS dirige également un programme de publication, en partenariat avec les Presses universitaires d’Amsterdam (AUP). Il rénove actuellement cette activité pour établir une nouvelle collection thématique, basée sur une série, de monographies et de volumes édités.

Philippe Peycam est directeur de l’International Institute for Asian Studies, Leiden, Pays-Bas.

Il est également Visiting Fellow de l’Institute of Southeast Asian Studies, à Singapour.

Historien du Vietnam moderne (Ph.D SOAS), il s’intéresse également à l’histoire récente du Cambodge, et plus généralement, aux problèmes liés à la (re)constitution d’une communauté académique/intellectuelle en contextes de post-conflit.

Il a été directeur-fondateur du Centre d’Etudes Khmères, au Cambodge (1999-2009)


[1] Pour plus d’informations, voir le site web de l’IIAS : www.iias.nl

[2] L’Institut a été créé à l’origine de manière commune, par l’Académie royale néerlandaise des arts et sciences (KNAW), l’Université de Leiden, l’Université d’Amsterdam (UVA) et l’Université libre d’Amsterdam (VU).

[3] L’IIAS est un membre fondateur du réseau « Leiden Global » récemment créé, de même que l’Université de Leiden, le Centre d’études africaines, l’Institut royal néerlandais d’études sur l’Asie du Sud-Est et les Caraïbes (KITLV), le Musée d’ethnographie et d’antiquités, le Centre Roosevelt d’études nord-américaines, etc. Le bureau de l’IIAS à Amsterdam a été fermé au 31 décembre 2011.

[4] La septième convention ICAS s’est tenue à Honolulu au printemps 2011, conjointement à la conférence de l’AAS, qui fêtait son 70e anniversaire. Avec plus de 5000 participants et 770 panels, elle représente le plus large rassemblement sur les études asiatiques à ce jour. La huitième convention ICAS aura lieu à Macao, en Chine, du 23 au 27 juin 2013.

[5] L’initiative a été développée en partenariat avec le Programme d’échanges Sud-Sud pour la recherche sur l’histoire du développement (SEPHIS), l’Université de Zambie, l’Université Doshisha (Japon), le Centre d’études africaines (Leiden) et Conseil de la recherche en sciences sociales (New York). La conférence inaugurale de l’association A-Asia est prévue en 2015 à Accra, au Ghana, avec le support logistique d’ICAS.

[6] Le consortium comprend le Conseil de la recherche en sciences sociales, l’Université de Yale, l’Université de Hong-Kong, l’Université Koc, l’Université nationale de Singapour et l’Université de Göttingen.

[7] Pour cette initiative qui sera lancée en avril 2014, l’IIAS collaborera avec l’Université Columbia.

Nouvelles perspectives en sciences humaines pour les Asian Studies

Source : Peyraube, Alain, Wang, Ayling, « New Perspectives for Asian Studies in the Humanities », in Asian Studies in the Humanities : Visions for the Future, European Science Foundation, Young Researchers Forum ‘New Perspectives for Asian Studies in the Humanities’, ESF-CCKF Humanities, Spring 2009, 27-30 May 2009, Prague, pp. 5-6

Les études interdisciplinaires sur les aires culturelles proviennent de champs hétérogènes et transdisciplinaires de la recherche et du monde universitaire qui se rapportent à une région géographique ou culturelle particulière. Ces études sont devenues de plus en plus populaires aux États-Unis et dans le monde universitaire occidental après la Seconde Guerre mondiale. Cependant, elles ont également fait l’objet de nombreuses critiques de la part des spécialistes de la région eux-mêmes qui ont pu constater que leur popularité était en baisse entre 1980 et 2000. Lorsque le Conseil de la recherche en sciences sociales, l’American Council of Learned Societies aux États-Unis et le Centre national de la recherche scientifique en France, qui avait soulevé et administré des fonds pour les études sur les aires, ont fermé leurs commissions aires culturelles, cela a été interprété comme un changement radical pour la recherche.

La plus grande menace pour les aires culturelles venait des sciences sociales, principalement des sciences politiques et économiques, et non des sciences humaines.

Les études sur les aires culturelles ont énormément bénéficié aux études asiatiques, qui sont l’une de ses principales branches, ainsi qu’aux études sur l’Afrique, l’Amérique, l’Amérique latine et l’Europe. L’expression « études asiatiques », englobe non seulement l’archéologie, l’histoire, les langues, la linguistique, les études anthropologiques et culturelles, la philosophie, les religions, l’art et la littérature, mais aussi des aspects de la sociologie, de la politique et de l’économie dans les sociétés asiatiques traditionnelles et contemporaines.

Afin d’examiner à quel point les études asiatiques devenaient populaires à nouveau dans les sciences humaines, le Comité permanent du FSE pour les sciences humaines (SCH) et la Fondation taïwanaise Chiang Ching-Kuo pour les échanges scientifiques internationaux (CCK-F) ont invité les universitaires à participer à un atelier de trois jours intitulé «Nouveaux Horizons» à Prague, du 27 à 30 mai 2009.

Le rôle du Comité permanent du FSE pour les sciences humaines (SCH) est de coordonner des réseaux transnationaux existants et émergents d’universitaires et d’institutions dans les sciences humaines. Ses intervenants sont des organismes nationaux et internationaux de financement de la recherche, qui à l’affût de nouvelles contributions dans les discussions sur les choix stratégiques. La Fondation taïwanaise Chiang Ching-Kuo pour les échanges scientifiques internationaux (CCK-F), favorise également l’internationalisation des études chinoises en intégrant aussi bien les tendances universitaires à Taiwan qu’à l’étranger. En outre, ses objectifs de promotion de jeunes talents signifient que de nouveaux champs et cadres conceptuels peuvent être également développés.

Deux réseaux d’études asiatiques en Europe

Le réseau Asie

Il a d’une part été fondé par un groupe de chercheurs et soutenu par le Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MENESR), le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) et l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Les objectifs du Réseau Asie incluent l’élaboration d’une liste d’experts de l’Asie et leur réunion afin de développer leur expertise, d’étudier les questions concernant l’Asie, d’attirer et de stimuler l’intérêt des spécialistes d’autres régions ou disciplines liées à l’Asie et de créer un pôle de compétences et de connaissances à travers la création d’une base de données, ce qui permet la coopération avec des organisations similaires en Asie, en Amérique du Nord et du Sud.

L’Institut international d’études asiatiques (ILAS)

L’ILAS, d’autre part, est un centre de recherche post-doctoral, à Leyde et Amsterdam. Son objectif est d’encourager l’étude interdisciplinaire et comparative de l’Asie et de promouvoir la coopération nationale et internationale. L’Institut met l’accent sur les sciences humaines et sociales et sur leurs interactions avec les autres sciences.

En tant que médiateur international, travaillant en étroite collaboration avec des partenaires nationaux et internationaux, les activités de l’Institut comprennent la fourniture de services d’information, la construction de réseaux internationaux et la mise en place de projets de coopération internationaux et de programmes de recherche.

En outre, l’ILAS accueille de nombreux stagiaires post-doctoraux en études asiatiques, qui sont sélectionnés par un comité académique, et organise des ateliers, des conférences et la publication d’un bulletin international et autres ressources académiques. Comme le Réseau Asie, l’ILAS possède une base de données contenant des informations sur les chercheurs et les instituts dans le domaine des études sur l’Asie, en Europe et dans le monde entier.

Enfin, en matière de réseaux institutionnels, l’ILAS joue un rôle stratégique et dominant au sein de réseaux tels que le « Consortium Leiden for Asian Studies », le « European Alliance for Asian Studies » et la Convention internationale des chercheurs asiatiques.

Association of South-East Asian Studies in the United Kingdom (ASEASUK)

Source: Victor T. King, Emeritus Professor of South East Asian Studies, University of Leeds, United Kingdom: “A History of ASEASUK on its 40th Anniversary” (2009). See the original text on: http://aseasuk.org.uk/v2/aboutus

The ASEASUK Association was born in London 1968. It was created to “meet the felt needs consequent to the growth of South East Asian Studies in the United Kingdom.”

The South East Asian Studies constituency was relatively small and residentially concentrated in the 1970s and very much focused on the three main Centres of South‐East Asian Studies ‐ London, Hull and Kent.

Already by the 1980s the Association had expanded considerably in its membership and the presence and participation of scholars from several universities outside the three Centres had increased markedly. This trend has continued to strengthen to the present.

The Association has continued to struggle to protect South‐East Asian language‐based area studies programmes from the vagaries of government funding and policy.

The first list of members compiled in 1971 totalled 64 just over two‐thirds of the membership came from the three recognised Centres.

It is worth emphasising the important role of the London School of Economics (LSE) in the early development of the study of South‐East Asia in the United Kingdom.

Most certainly those professionally involved in research and teaching in language and literature joined the Association as members, some served on the Committee from time to time and they attended the annual conferences but perhaps ASEASUK’s attention to their scholarly interests was not as energetic and positive as it might have been until relatively recently. Our conferences, for example, were primarily directed to issues and themes in the social sciences and humanities, though more recently we have introduced through panels on Indonesian and Malay Manuscript Studies.

Language specialists have also moved into such multidisciplinary areas as cultural-media, film and gender studies and through these interests they contribute increasingly to the Association’s conferences.

Nevertheless, one result of this relative neglect was the founding of Indonesia Circle at SOAS in 1973, with its own association newsletter (later to become the journal Indonesia and the Malay World). It was also accompanied by the setting up of the Indonesian Etymological Project which organized colloquia in different European countries every two years. Specialists in the broader field of Austronesian languages also did not confine their regional interests to what came to be defined as South‐East Asia in the post‐war period for that matter neither did the small number of archaeologists and pre-historians who were active in ASEASUK.

British Institute in South-East Asia and the Academy Committee

Discussions in the Academy and with the British Council and the Foreign and Commonwealth Office about the need to found an Institute in Asia go back to at least 1958. These deliberations prompted by the recommendations of the Scarborough Report (1947) and initially coordinated by a Committee of the Universities of Oxford, Cambridge and London focused on the possibility of establishing an Institute in Far Eastern or East Asian Studies. This was to concentrate primarily on China and Japan and the preferred location was Tokyo. Largely for financial reasons the plans for an Institute, which originally was to share premises with the British Council in Tokyo, eventually fell through. The decision was taken at that point to recommend to the Council of the Academy that a British Institute be established, setting down various options, requirements and recommendations.

Proposals went to the Council at its meeting on 26 October 1972 and approval was given to proceed to found an Institute, which was to be located in Singapore for an initial period of three years.

Its purpose was to promote joint endeavours with local scholars on research objectives of mutual interest in South‐East Asia (particularly in the fields of archaeology, history, art history and Anthropology) to keep British scholars informed of needs and priorities in regard to research work in the region and to arrange for collaboration and secure the necessary permits for British scholars to work there.

The Institute’s directorship was advertised in 1974. Dr Milton Osborne, an Australian citizen who was then in the Department of History at Yale, with experience in the Australian Foreign Service and good relations with French academy and a distinguished historian of Indochina, was appointed to the post in October of that year. The link to Australia was confirmed.

The Institute moved in mid 1984 and was formally registered in Bangkok in October 1984. Yet the difficult financial situation continued and the decision was taken eventually to close the Institute officially in December 1985.

Its operations were gradually run down and the library sold off and sadly the Institute, just over a decade after its foundation, ceased operations in Bangkok in June 1986.

British Academy Committee for South-East Asian Studies

It was decided to establish a London‐based Committee for South‐East Asian Studies in 1986, on a very modest budget, whose main responsibilities were to approve and sponsor research projects and activities, and to keep the Academy informed about the needs of British‐based researchers in South‐East Asia and the opportunities for research.

There ASEASUK was also successful in securing continuing research funding for a five‐year period from 2005‐06 from the Academy and is recognised currently as an Academy‐funded Learned Society with the responsibility of disbursing grants for field research and for the support of conference panels, publications, and related outreach activities.

In particular, if it had not been for Academy financial support from 1986 there would only have been a most modest level of British field and primary research in South‐East Asia. It is also very unlikely that the Association’s newsletter, which is part‐funded by Academy resources, would have been able to sustain and develop a substantial twice‐yearly programme of publication and an international outreach.

Co-ordinating Council of Area Studies Associations

Another important development a few years after the establishment of the British Institute was the founding of the Co‐ordinating Council of Area Studies Associations (CCASA) which held its constituent meeting on 19 June 1980 at the University of Birmingham.

The Council continues to function with some energy to this day (and ASEASUK continues its membership).

Annual meetings and conferences are organized, and some of them lead to publications. From 2000 it was decided that ASEASUK should not go head‐to‐head with the European Association of Southeast Asian Studies (EUROSEAS) and that it should relax and take a year out when EUROSEAS meets.

The European Association was founded in 1992; it organises its major international conferences every three years, which many ASEASUK members attend and at which they present papers.

The membership has steadily increased over the past 25 years. In 2004 the Association’s membership stood at 152, which included 16 students (26 overseas and 15 retired members). It now stands at about 190. This certainly does not exhaust all those individuals who undertake research in and on South‐East Asia.

Our newsletter and the website

Perhaps one of the most significant developments for the Association was the decision taken at the Annual General Meeting on 30 March 1984 to circulate a Newsletter entitled, perhaps rather unimaginatively, ASEASUK News.

The development of an enlarged newsletter issued twice‐yearly was in part to fill the gap left by the demise of the British Institute and its Southeast Asian Studies Newsletter, which was published quarterly between September 1980 and January 1986.

Present and future

At the moment ASEASUK enjoys the firm support of the British Academy which has accepted, endorsed and funded its five‐year plan entitled ‘Integration and Interaction in the South‐East Asian Region’ which was launched in 2005‐06.

It goes without saying that for a modestly resourced Association like ours the grant from the Academy has been invaluable. It has to be said that an annual grant, in 2008‐09 it stood at £78 000, can sustain a whole area of field research, and relatively small amounts of public funding have helped support an enormous amount of research activity in South‐East Asia during the past two decades, across a wide range of disciplines and subject areas, some of which (in the social sciences in particular) are not well represented in the Academy.

Therefore, it has enabled us to fund primary research in and on the region, to encourage early career scholars in undertaking field research, to continue with our newsletter at current levels of production and circulation, to develop our website and support registers, surveys, and public lectures, and to provide strategic resources for our annual conferences. We can now, for example, give some financial support to postgraduate students and ‘emerging scholars’ to present their research at our conferences in a national and international forum, and, as our founders envisage, to enable and underpin ‘the projection of South‐East Asia as an important field of study within the United Kingdom generally’.

We have a programme of annual meetings planned until 2012. The bi‐annual newsletter will continue to be produced, the website is undergoing further development, and we are currently updating our register of researchers (at the moment exceeding 100 individuals) which is also available on our website.

From Victor T. King,
Emeritus Professor of South East Asian Studies, University of Leeds, United Kingdom
“A History of ASEASUK on its 40th Anniversary” (2009). See the original text on: http://aseasuk.org.uk/v2/aboutus

SERBIE

Source: Aleksandar Protic, Conseiller fédéral auprès de la Fédération Française des Clubs UNESCO. Intervenant à l’Université de Paris IV Sorbonne (2013)

BREF HISTORIQUE
En Serbie, les études asiatiques sont intimement liées au départ de l’Empire Ottoman des Balkans en fin du XIXe siècle. Les premières études asiatiques en Europe de l’Est se développent en Serbie, après la révolution serbe, quand le pays réintègre la communauté « européenne » et coordonne ses études selon les standards scientifiques. Le premier temple bouddhique en Europe apparaît à Belgrade au début du XXe siècle. Le premier département universitaire d’études orientales dans les Balkans est fondé à Belgrade en 1926, à la Faculté de Philologie, par l’illustre chercheur Fehim Bajraktarevic. Les études concernaient les langues orientales et les littératures turques, perses et arabes, car il y avait une nécessité de comprendre l’héritage oriental des peuples slaves du sud. Progressivement, les études hébraïques, chinoises, japonaises ou perses se développent et se voient ouvrir leurs départements universitaires. Les études universitaires de langue et littérature russes existent depuis 1878, suite aux relations bilatérales de longue date avec la Russie. Belgrade a toujours conservé le rôle prépondérant en matière d’études asiatiques dans la région.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Université de Belgrade

La coopération entre l’Université de Belgrade et les universités en Asie comprend principalement les universités de Russie, de Chine, du Japon et d’Australie, mais également les universités d’Indonésie, d’Iran et de Corée.

Faculté des sciences politiques :

La Faculté des sciences politiques consacre un département à la géopolitique, économies et politiques d’Asie, identité et valeurs des peuples asiatiques, développement des ressources en Asie ou diplomatie du Japon. La faculté propose un unique master multidisciplinaire « Les études régionales asiatiques » dirigé par le Professeur Dragana Mitrovic. Par ailleurs les enseignements de grande qualité sont assurés par les professeurs, experts, diplomates et professionnels ad hoc.

Centre d’études asiatiques

Établi par le Professeur Dragana Mitrovic, experte de référence pour la Chine et l’Extrême-Orient, le Centre d’études asiatiques approfondit les politiques internes de pays suivants : la Chine, le Japon, la République de Corée, la Fédération de Russie, les Républiques d’Asie centrale, l’Inde, le Pakistan, la Malaisie, l’Indonésie et d’autres pays de l’ASEAN, l’Australie, l’Iran et la Turquie; leur développement économique et social, leur politique étrangère, leurs relations et intégrations économiques, la coopération politique, de sécurité et d’infrastructure. À part sa fonction de recherche, et d’expertise indépendante, le Centre publie la revue « Asian Issue », organise des conférences, des séminaires, des ateliers, la création des bases de données et demeure lieu de référence dans le contexte régional et asiatique.

Faculté de philologie

C’est l’institution régionale la plus importante en matière de langues asiatiques. Le Département d’études orientales regroupe plusieurs chaires étudiant la philologie, langue et littérature orientales : arabes, turques, chinoises, japonaises, hébraïques, coréennes, persanes et sanskrites, alors que la langue et la littérature russes sont étudiées en Département d’études slaves.

Faculté de Philosophie

Elle enseigne le hindi, ancien sanskrit et sandhi ainsi que l’histoire de la Turquie et de la Russie.

À la Faculté de géographie, au Département de géographie régionale d’Australie et d’Océanie, on  étudie la géographie, l’aménagement régional, la démographie ainsi que l’environnement géo-spatial.

L’art et la philosophie de la Chine, du Japon et de l’Inde sont étudiés à l’Université d’art de Belgrade.

L’Institut Confucius de Belgrade propose des cours de chinois et de calligraphie traditionnelle, et organise des ateliers et expositions sur la Chine.

En dehors de l’Université de Belgrade, il existe le Département de l’Asie et du Pacifique, le Département de la Russie ainsi que le Département du Moyen-Orient à l’Université de Megatrend ou les études japonaises et orientales à l’Université de Singidunum. À l’extérieur de la ville de Belgrade, il importe de citer l’Université de Novi Sad, proposant des études sur la géographie et la géographie du tourisme de l’Asie.

COOPERATION SCIENTIFIQUE

Au-delà des facultés proposant des cursus sur l’Asie, il existe en Serbie les programmes communs scientifiques au Centre serbo-japonais pour les simulations scientifiques, à l’Institut Vinca de sciences nucléaires, et à l’Institut du physique. Les Facultés de Médecine et de chimie également ont des coopérations avec des organismes japonais et la Faculté de pharmacie coopère avec la Chine. De plus, la Faculté de Médecine de l’Université de Nis coopère avec l’Université Shiga de sciences médicales du Japon. L’Académie serbe des sciences et des arts indique des programmes de coopération avec l’Australie, le Japon et la Chine. Le Centre de physique et de technologies du plasma a une synergie importante avec l’Université d’Osaka au Japon, et avec l’Institut national des sciences de la fusion à Nagoya. L’Institut des mines et de métallurgie de Bor étudie la géologie et les gisements de cuivre et de l’or dans les pays suivants : Birmanie, Pakistan, Iran, Indonésie, Nouvelle-Guinée, Turquie, Mongolie et Kazakhstan.

Programme de superordinateurs de la nouvelle génération :

Le Centre pour la science et le développement technologique (CENTER) de Belgrade développe les superordinateurs SX-6i, avec Nippon Electric Corporation (NEC) du Japon, et avec le Prof. Dr. Tetsuyi Sato, directeur général de « Earth Simulator Center » au Japon. C’est l’unique programme de haut de gamme technologique de ce type en Europe du sud-est.

TROIS AXES

Un intérêt particulier se distingue aujourd’hui en Serbie, pour la Russie, la Chine et le Japon, ce qui est visible à travers la politique étrangère envers ces pays, mais aussi par l’existence de plusieurs associations serbo-japonaises, serbo-chinoises et serbo-russes, de leurs manifestations, festivals de langues, d’arts et de cultures, qui ont souvent lieu en Serbie. La coopération avec la Russie et la Chine s’inscrit aujourd’hui dans la stratégie de la politique étrangère serbe prioritaire. Il existe une coopération très développée, à tous les niveaux, avec la Russie. La Chine investit considérablement en Serbie, plus que dans d’autres pays de la région : dans l’infrastructure, ouvrant des plus grands centres commerciaux régionaux, dans l’énergétique, construction des ponts etc. La coopération officielle intense avec le Japon, est renforcée par l’engagement de la société civile serbe : par exemple, les compétitions de la rhétorique en langue japonaise, tournois des ars martiaux japonais, écoles de haïku.

Gilles Lhuilier : Structurer un nouveau « champ scientifique » ?

Gilles LhuilierLes Global Legal Studies between Asia and Europe

Un peu partout dans le « monde » de la recherche, des centres sur la mondialisation du droit sont créés, des programmes d’enseignements et des revues lui sont consacrées. Des thèmes se précisent peu à peu : « global justice », « global governance », « global regulation »… – circulation des biens et des hommes, émergence ou mutation d’espaces culturels et politiques, régulation financière et commerciale… Les traditionnelles aires juridiques culturelles sont ainsi partiellement recomposées par des pratiques juridiques et pensées juridiques de plus en plus « mondiales ».

Apparaît une pensée juridique qui s’émancipe des cadres nationaux et qui modifie les découpages de champs traditionnels que sont les « aires culturelles », par exemple les aires que les juristes comparatistes européens ont construites en regardant le monde vu d’Europe, il y a plus d’un siècle : aire européenne continentale, Common law, Afrique, et surtout, « aire Asiatique ».

Apparaît désormais une pensée juridique de plus en plus «mondiale » que l’on pourrait nommer plus exactement « trans-continentale », au double sens de ce qui « traverse » un continent mais aussi de ce qui est « au delà » d’un continent. Cette pensée juridique trans-continentale est parfois désignée en anglais par des termes qui délimitent non plus une zone géographique mais un nouveau champs scientifique : les Global Legal Studies (G.L.S.), ou Global law.

Un champ scientifique apparemment pur et désintéressé de la science étant – aussi – un champ social comme un autre avec ses rapports de forces et ses monopoles ses luttes et ses stratégies, ses intérêts et ses profits[i], un Groupement d’Intérêt Scientifique international (G.I.S.) dit Global Legal Studies between Asia and Europe est en cours de constitution. Il vise à combler un très étonnant vide dans le dispositif de la recherche française, à la fois dans le champ scientifique des Global Legal Studies, c’est-à-dire de la mondialisation du droit étudiée selon une approche à la fois pratique et pluridisciplinaire, et dans l’aire géographique et humaine Asiatique alors même que la recherche – elle aussi – bascule de l’Ouest vers l’Asie.

Faut il rappeler par exemple l’absence totale de formations dédiées aux droits Asiatiques dans les universités françaises et la quasi absence de formations aux global law en France alors même qu’elles constituent un champs académique désormais majeur non seulement aux États-Unis mais aussi en Asie ?

Le but du G.I.S. international est d’accompagner l’émergence de ce nouveau champs scientifique, de faciliter une collaboration établie depuis plusieurs années entre plusieurs partenaires en Asie et en Europe ; de monter des recherches communes, répondre à des appels d’offres, réaliser des publications, des séminaires et colloques, des enseignements, des réseaux de recherche, des actions de promotion de la recherche, etc., bref, de structurer un nouveau champ scientifique, non plus selon des logiques coloniales ou même post coloniales, mais globales.

Un  nouveau champ scientifique pluridisciplinaire

On peut définir ces G.L.S. comme l’introduction dans les sciences juridiques de l’actuel global turn dans les sciences sociales, tournant épistémologique majeur des sciences sociales, qui invite à « penser global » : « Un enjeu décisif, aujourd’hui, est de faire entrer les changements du monde dans les sciences sociales, en général, … appelée(s) à penser « global ». »[ii].   C’est –dit-on- usuellement, une critique épistémologique du « nationalisme méthodologique »[iii]. Pour Ulrich Beck, la science économique, la science politique, les relations internationales et une grande partie de l’histoire ne permettent pas de comprendre le monde globalisé car ces disciplines ont pour objet principal l’analyse de l’État et que celui-ci n’est plus l’acteur politique par excellence, qu’il a perdu son exclusivité au profit des multinationales, des acteurs financiers transnationaux (« le capital »), et enfin d’une esquisse de société civile mondiale. Il y a – litote – des phénomènes qui ne sont pas liés seulement au contexte national (français, ou japonais, chinois, etc) , ni même régional (Européen, Pacifique, ou Asiatique) mais mondial, ou mieux, transnational, global. La conséquence est simple: « National organization as a structuring principle of societal and political action can no longer serve as the orienting reference point for the social scientific observer »[iv]. Face à cette nouveauté, la démarche de chercheur doit prendre en considération la dimension transnationale des phénomènes qu’il observe.

Les juristes ont d’évidence beaucoup de difficultés à penser la globalisation du droit à l’aide des catégories traditionnelles telle la notion d’État, ou encore la notion d’ordre juridique. Le constat est certes fait de la « déterritorialisation » de la loi, la souveraineté ne s’exerçant plus nécessairement dans le cadre de l’État national sur le territoire national[v]. Est aussi fait le constat de la force montante des marchés et des transnationales qui dans ce monde global créent des normes souvent plus puissantes que celles des États nationaux[vi]. Émergent ainsi des acteurs globaux non étatiques qui ne correspondent pas aux catégories traditionnelles du droit[vii]. Une prise de conscience de la nature épistémologique du problème apparait désormais dans la doctrine : « Le droit global n’est pas un nouvel ordre normatif, structuré, hiérarchisé, articulé à la manière de la pyramide de Kelsen, mais il résulte en fait d’une utilisation nouvelle du droit » [viii], ces nouvelles formes globalisées du droit appelant un « faisceau de concepts »[ix] nouveaux.

La science juridique est ainsi elle aussi sous le coup d’un global turn, c’est-à-dire d’une mise en cause de ses concepts fondateurs[x]. Le global turn dans les sciences juridiques est avant tout un pragmatic turn – une approche praxéologique, car ce sont les techniques / pratiques des lawyers et juristes qui réalisent des montages nouveaux de normes anciennes, le plus souvent étatiques, qui sont l’objet principal de l’étude des espaces normatifs. Il n’y a désormais ni hétéronomie étatique, ni autonomie d’acteurs privés qui créeraient leurs normes ex nihilo, mais interpénétration de niveaux juridiques divers. Le projet des Global Legal Studies, réalisant le global turn dans les sciences juridique, est un changement méthodologique quant à la définition de l’ « espace » et du « sujet », afin de « dénationaliser » la science juridique, c’est-à-dire de décentrer l’analyse juridique de l’Etat national.

Le global turn privilégie alors une approche dite aussi parfois transystémique – qui se donne pour objectif de « dénationaliser » la science du droit et de former des juristes globaux en se plaçant délibérément en dehors d’un système juridique national, voir d’un système de droit (continental, Common Law, etc) [xi]. Mais de quel point de vue se situe alors l’analyse ? D’un point de vue extérieur aux ordres juridiques, d’un simple point de vue de la pratique juridique, un point de vue pragmatique ou, mieux, « praxéologique » : la question est posée en termes de besoins de la pratique, et surtout en termes d’analyse des pratiques des acteurs et des réponses données en examinant, parmi les différentes traditions, laquelle semble plus adaptée. C’est cette approche qui est désormais enseigné dans certaines universités, telle Mac Gill ou l’ESSEC Business school Paris-Singapour, point de vue nommée alors transystemic legal education[xii].

C’est alors la notion de droit qui est transformée non plus limité à une « juridiction »- à un Etat dont le droit s’applique sur son territoire, le rapport entre le droit et l’espace étant transformé: « It seems that jurisdictional boundaries have lost significance in an internationalized, globalized and post-regulatory environment. This calls into question the very notion of ‘law’ itself, at least as traditionally understood as a system of posited norms within a given jurisdiction »[xiii].

Les études « régionales » sont alors transformées par ce global turn : en étudiant par exemple les grands contrats miniers et pétroliers Sino-africains, apparaît un basculement du monde économique et juridique de l’Ouest vers l’Est, de l’Occident vers l’Asie, le décentrement des anciens États nationaux vers des formes nouvelles de normativité transnationale. La Chine a en effet inventé le modèle des grands contrats « pétrole contre investissement » dit « model angolais », ou offset[xiv]. Et aujourd’hui ces grands contrats offset de partenariat public / privé réalisent des investissements obligatoires de développement par les entreprises privées dont le montant est deux fois supérieur aujourd’hui au montant total de l’aide mondiale publique au développement (O.N.U. et ses grandes agences, Europe, États-Unis, etc., cumulés). Ces grands contrats constituent ainsi à la fois la nouvelle diplomatie et la nouvelle régulation du développement économique mondial, par des techniques de maillage, de choix, d’élaborations d’espaces normatifs singuliers cette fois opérés à la fois par des acteurs privés et des acteurs étatiques. Le « contrat du siècle » Chine-R.D.C., contrat offset construit sur le modèle des contrats dits angolais, est exemplaire de cette nouvelle forme de l’économie-monde, de ce basculement du monde.

Des nouveaux partenariats décentrés

Pour accompagner l’émergence de ce nouveau champs scientifique qui se caractérise par un dialogue renouvelé entre droit et sciences sociales, la recherche sur la mondialisation se caractérisant par un abandon du positivisme juridique et une ouverture aux sciences sociales (« law and… »), et pour réaliser un co-production scientifique internationale avec l’Asie, c’est-à-dire abandonner une conception européo-centrée de la recherche, il faut réaliser des nouveaux partenariats inédits dans leurs configurations.

En novembre 2012 avait été signé à l’ESSEC Business School Paris l’accord de GIS Global Legal Studies between Asia and Europe entre quatre de ses principaux partenaires, en présence notamment de monsieur Pierre Tapie, Directeur Général du Groupe ESSEC, madame Viviane de Beaufort,  codirectrice du CEDE, et de messieurs Zheng Chengliang Vice-Président de l’Université Jiao Tong de Shanghai, Directeur de la Faculté de droit/Law school, Xuanyang Gao, Directeur de l’Institut d’Études Avancées sur la Culture Européenne, Thomas Brisson, de GLSN, Jean-Luc Racine, Directeur scientifique de la FMSH Paris, Pascal Marty, représentant le président du CNRS, monsieur Alain Fuchs.

En juillet 2013 sera organisé une seconde signature – à l’Université de Nagoya au Japon afin de recueillir la signature du cinquième membre fondateur, en présence notamment de  monsieur le professeur Christophe Marquet, directeur de l’unité de service et de recherche du CNRS « Asie orientale » (USR 3331), et de monsieur le professeur Katsuya Ichihashi, directeur du CALE.

Le G.I.S. regroupe cinq membres fondateurs : GLSN/FMSH, Paris ; le CNRS/MAEE (Tokyo, Hong- Kong, Taipei) ; le CEDE de l’Essec Business-School Paris-Singapore ; l’université Jiao Tong de Shanghai à travers le Centre Law and Society de la Law School et l’Institut d’Études Avancées sur la Culture Européenne, Chine ; le CALE de l’université de Nagoya, Japon. Une procédure simple d’adhésion – après accord des membres – permet d’ouvrir ensuite le groupement à d’autres membres.

Premier membre : Global Legal Studies Network – Mondialisation du droit (GLSN)

GLSN est le programme de recherche sur la mondialisation du droit que Gilles Lhuilier coordonne à la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme (FMSH). www.glsn.eu

Le réseau « Mondialisation du droit – Global Legal Studies Network », localisé à Paris, vise à relier les chercheurs, enseignants, experts, praticiens – Français et étrangers – qui consacrent leurs travaux à la mondialisation du droit. Le réseau est un programme de recherche « géographique » de la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme qui héberge le site internet. http://www.msh-paris.fr/fr/recherche/aires-geographiques/monde/

La Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) est un établissement d’utilité publique, personne morale de droit privé, ayant pour but, selon le décret du 4 janvier 1963 modifié : « la promotion de l’étude des sociétés humaines considérées avant tout dans leurs réalités actuelles et à partir d’elles ». http://www.msh-paris.fr/fr/

Deuxième membre : le CNRS, et son unité de service et de recherche « Asie orientale » (USR 3331)

Le CNRS français exerce sa tutelle sur l’USR « Asie Orientale » qui regroupe deux centres de recherche communs au CNRS et au Ministère français des Affaires Étrangères et Européennes, localisés sur trois sites : Tokyo, Hong-Kong, Taipei. http://www.ifre.fr/

En premier lieu, l’UMIFRE n°19 CNRS-MAEE est un Institut français de recherche sur le Japon contemporain, établi par le Ministère des Affaires Étrangères et Européennes et associé directement au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique). Dénommé « la Maison franco- japonaise », l’UMIFRE 19 est située à Tokyo, Japon, et est membre du réseau des 27 centres de recherche à l’étranger soutenu par le Ministère français des Affaires Étrangères et Européennes et le CNRS. http://www.mfj.gr.jp/

En second lieu, l’UMIFRE n°18 CNRS-MAEE est un centre de recherche sur la Chine contemporaine ayant pour mission d’étudier les mutations politiques, économiques, sociales et culturelles de la Chine populaire, de Taiwan, de Hong-Kong et de Macao.

L’UMIFRE n°18 est un centre de recherche établi par le Ministère des Affaires Étrangères et Européennes et associé directement au CNRS. Dénommé Centre d’Études Français sur la Chine contemporaine (CEFC), ce centre est membre du réseau des 27 centres de recherche à l’étranger soutenu par le Ministère français des Affaires Étrangères et Européennes et le CNRS. http://www.cefc.com.

En troisième lieu, depuis 1994, le CEFC compte une antenne à Taipei, hébergé sur le campus de l’Academia Sinica (à Nankang). http://www.cefc.com.hk/rubrique.php?id=102

Troisième membre : L’ESSEC Paris-Singapore Business School et le Centre Européen de Droit et d’Économie de l’ESSEC (CEDE)

Le CEDE, Centre Européen de Droit et d’Économie est un centre de recherche d’excellence dont les travaux et les activités se situent à l’interface des deux disciplines dans une perspective européenne et mondiale, comparative. C’est un centre de l’ESSEC Business School Paris- Singapore, localisé en France, et à Singapour, l’ESSEC ayant décidé la construction d’un important campus en Asie qui doit a moyen terme être aussi important que l’établissement parisien. http://cede.essec.edu/

Quatrième membre : L’Université Jiao Tong de Shangai (UJTS)

La Kaiyuan Law Schooldépartement de droit de l’université Jiao Tong de Shanghai (UJTS) est l’une des plus importante law school de Chine, http://law.sjtu.edu.cn/En/. Outre les activités de formation, la Law School accueille de nombreux centres de recherche dont le Centre Law and Society. http://www.socio-legal.sjtu.edu.cn/En/

L’Institut d’Études Avancées sur la Culture Européenne (IEACE) de Shangai

L’institut a été créé le 24 septembre 2011, sous le parrainage conjoint de l’université Jiao Tong de Shanghai (UJTS) et de la Fondation Julink des Sciences humaines, avec le soutien du Président Zhang Jie de l’UJTS. http://www.sjtu.edu.cn/ Son objectif est de promouvoir des études et des recherches      sur       la         culture         européenne à        l’échelle      nationale    et      internationale. http://iasec.sjtu.edu.cn/Front/Index3/index.html?ctgid=3ed325fc-1b96-454c-8a54-a1fb87095c30

Cinquième membre : L’Université de Nagoya et The Center for Asian Legal Exchange (CALE)

Le CALE est un centre de recherche de l’université de Nagoya, situé à Nagoya au Japon. Son principal thème de recherche, d’enseignements et d’expertises est la coopération juridique en Asie. Le centre a développé le plus important réseau sur ce thème à travers l’Asie et travaille avec de nombreuses institutions et universités en Asie, spécialement au Cambodge, au Laos, en Mongolie, en Uzbekistan et au Vietnam. http://cale.law.nagoya-u.ac.jp/index_eng.html

De nouvelles actions de recherches

La mission du G.I.S est le développement de la recherche entre l’Asie et l’Europe dans le champ scientifique des Global Legal Studies – c’est-à-dire de la mondialisation du droit étudiée selon une approche à la fois pratique et pluridisciplinaire. Cette approche permet plus facilement des collaborations scientifiques de chercheurs de champs différents des sciences sociales (Sociologie, Anthropologie, Économie, … et Droit). Les objectifs du GIS sont donc identiques aux objectifs de GLSN, mais tout spécialement dans un axe entre l’Asie et l’Europe[xv].

Mais les partenariats ne peuvent se limiter à des actions de recherche, tant la constitution d’un champs scientifique est indissociable de l’enseignement et de la diffusion de la recherche, bref d’un milieu social.

Les actions du G.I.S. sont donc triples :

En premier lieu, la réalisation des recherches, colloques ou séminaires communs. Plusieurs membres du G.I.S. ont organisé des colloques communs, par exemple des colloques internationaux, organisés à la Maison franco-japonaise (Tokyo, UMIFRE 19) ; une semaine internationale en janvier 2013 sur « L’Europe, la mondialisation, et les sciences sociales » à la MSHB, etc. Ils réalisent des réponses concertées à des appels d’offres. Ces appels d’offres sont destinés à soutenir la création de réseaux multidisciplinaires de recherche et/ou à financer des projets communs de recherche collaboratifs. Ainsi, plusieurs membres du G.I.S. ont répondu à un appel d’offre du Ministère de la Recherche français, le projet s’intitulant NESNORM, un appel MSHB, et vont répondre à un appel inter MSH afin de préparer une réponse à une ANR Bilatérale, etc.

Deux séminaires communs sont en cours de construction :

-Le séminaire « Global Law and Business in Asia » est une Communauté de partage de pratiques. Il a pour objet la production de descriptions des pratiques professionnelles (DoP Description of Practices) des avocats et sociétés en Asie réalisées par des praticiens du droit eux-mêmes (law firm’s lawyers and in house counsel of transnational firms) afin d’appréhender la mondialisation du droit à l’œuvre du point de vue des acteurs de la mondialisation – les praticiens internationaux – et non plus seulement du point de vue des législations nationales.

-Le séminaire “Théories de la globalisation : l’approche par le droit”réunit des chercheurs en sciences sociales (sciences politiques, sociologie, anthropologie, droit, etc.) qui travaillent à un renouvellement théorique de la mondialisation en privilégiant une approche par les « objets » juridiques, plus spécialement en Asie. Les sciences sociales -construites en occident à une époque où l’Etat nation était le fait social dominant- sont aujourd’hui bousculées dans leurs fondements épistémologiques par l’émergence, à côté des Etats, de nouveaux acteurs transnationaux, ainsi que par le basculement du capitalisme mondial de l’Ouest vers l’Asie.Les chercheurs du séminaire tentent d’élaborer, par un dialogue entre sciences sociales, de nouvelles méthodes plus à même de saisir les singularités de ces transformations. Ils partent plus spécifiquement des transformations juridiques induites par la mondialisation en Asie comme moyen d’analyser cette dernière.

En second lieu, la réalisation d’enseignements de Global Law. Certains des membres du G.I.S. ont manifesté un intérêt pour un cours sur les grands contrats offset – spécialement dans la zone Africaine et Asiatique. Un séminaire d’enseignent instituléPratiques de la vie internationale des affaires (Une approche transystémique)” est en cours de construction pour la rentrée 2013. Ce séminaire sera commun au master Grande École « Droit des Affaires Internationales et Management » (MSDAIM) de l’ESSEC Business School Paris Singapour et à la FMSH Paris. L’approche dite transystémique, de la vie internationale des affaires orientée vers l’Asie, invite à renouveler le cadre d’analyse théorique de la mondialisation du droit. Cette approche transforme en effet la notion même de droit, non plus limitée à une seule « juridiction », à un État dont le droit s’applique sur son territoire. C’est en effet le rapport entre le droit et l’espace qui est désormais transformé: « Transsystemic legal teaching is a challenge to the western bias against conceiving of law as anything other than that which is positively enacted by the state »[xvi].

En troisième lieu, des actions ciblées destinées à développer certains objectifs scientifiques et/ou notamment à favoriser l’accès de la communauté scientifique aux outils nécessaires pour la recherche sur les Global Legal Studies entre l’Asie et l’Europe, la mise en place de partenariats avec d’autres structures publiques ou le secteur privé, la création de collaboration d’écoles doctorales internationales, de thèses internationales en cotutelles, la réalisation d’expertises communes, des publications communes, qu’il s’agisse de livres, d’articles collectifs, de chroniques dans des revues, etc. tel le cahier consacré à la « mondialisation des sciences sociales » dans la revue Europeanna. etc. Ainsi par exemple, plusieurs membres du G.I .S. sont adhérents du Global Forum on Law, Justice and Development de la Banque Mondiale, localisé à Washington, ce qui facilite la participation des autres membres à ce Forum et la création d’un Thematic Working Group commun.     http://globalforumljd.org/index.htm

*

Accompagner l’émergence d’un nouveau champ scientifique, c’est ainsi lui donner les conditions institutionnelles de son établissement :

-Mettre en relation centres et chercheurs disséminés sur les continents, c’est permettre aux chercheurs français – et étrangers – de mieux se connecter à cette communauté mondiale de chercheurs en cours de formation et aux grands débats scientifiques de cette pensée juridique mondiale.

-Mais c’est aussi tenter de combler l’une des graves lacunes du système universitaire français qu’est le décalage grandissant avec l’internationalisation –mondiale- des Universités, et la circulation mondiale des sciences sociales, et ce alors même que les chercheurs français tels ceux de l’école historique française ont souvent été à l’origine de ces grandes mutations épistémologiques mondiales.

Gilles Lhuilier est  Professeur de Droit, Président du GIS Global Legal Studies between Asia and Europe,  glsn.eu


[i] Bourdieu, P., « Le champ scientifique », in Actes de la recherche en sciences sociales, vol 2, n°2-3, juin 1976, p. 88.

[ii] Wieviorka M., administrateur de la FMSH ; Calhoun C., Directeur de la London School of Economics, « Manifeste pour les sciences sociales », in Socio n°1, « Penser Global », 28 mars 2013. Sur ce global turn, voir le colloque « Penser global », 50e anniversaire de la Fmsh, 15-18 mai 2013.

[iii] Wieviorka M., Neuf leçons de sociologie, Paris, 2008, Pluriel, Robert Laffont ; Beck  U. Pouvoir et contre-pouvoir à l’ère de la mondialisation, Paris, 2003, Aubier ; Qu’est-ce que le cosmopolitisme ? Paris, 2006, Aubier, Beck U. & Levy D., Cosmopolitanized Nations: Reimagining Collectivity in World Risk Society, FMSH-WP-2013-27, february 2012.

[iv] Beck U. et Sznaider N., « Unpacking Cosmopolitanism for the Social Sciences: a Research Agenda », British Journal of Sociology, vol. 57, no 1, 2006, p.5.

[v] Ruggie J., “Territoriality and Beyond – Problematizing modernity in international relations”, 1993, International Organization, Vol. 47, No. 1, 139-174.

[vi] Strange S., The Retreat of the State The Diffusion of Power in the World Economy, Cambridge, 1996, Cambridge University Press.

[vii] Slaughter A.-M., “Disaggregated Sovereignty: Towards the Public Accountability of Global Government Networks, Government and Opposition, Hobboken, Etats-Unis, 2004, p. 162; Meritus J., « Considering Non-state Actors in the New Millennium: Toward Expanded Participation in Norm Generation and Norm Application », NYU Journal of International Law and Politic., 2000, 32, p. 553.

[viii] Sauvé J. M., « Les  acteurs  français  dans  la  mondialisation  du  droit », Paris, 2011,  conseil-etat.fr.

[ix] Arnaud A.J., Entre modernité et mondialisation, Cinq leçons d’histoire de la philosophie du droit et de l’État, Paris, 1998, p. 46, L.G.D.J.

[x] Jamin C., La cuisine du droit, L’École de droit de science po : une experimentation française, Paris, 2012, Lextenso;  Xifaras M., « From the General Theory of State to Global Law? », Jus politicum, International Journal of Constitutional Law and Politics, Paris, n°8.

[xi] Ancel P., « Dénationaliser l’enseignement du droit civil? Réflexions autour d’une expérience québécoise », R.T.D. Civ., 2011, p. 701.

[xii] Voir le cours « International Affaires Practices » du Master Droit des Affaires et Management de l’ESSEC ou le site de l’Université McGill consacré à la « transystemic legal education » : http://www.mcgill.ca/centre-crepeau/transsystemic/ ; ou

[xiii] Dedek H. et de Mestral A., « Born to Bewild : the Trans-Systemic Programm at McGill and the De-nationalization of Legal Education », 2009, German Law journal, vol 10, n° 7, 889.

[xiv] Dunia P. Zongwe, « On the road to Post Conflict Reconstruction by Contract : the Angola Model », WP, Cornell University

[xv] Lhuilier G., « Existe-t’-il une pensée juridique mondiale ? », http://www.glsn.eu/ ; ainsi que Lhuilier G.et Choukroune L. « Les instituts français de recherche à l’étranger au cœur d’une nouvelle ‘alliance’ entre droit et sciences sociales », Revue Transcontinentales, 7 | 2009, URL : http://transcontinentales.revues.org/380.

[xvi] Glenn H. P., « Doing the Transsystemic: Legal Systems and Legal Traditions », 2005, 50 McGill Law Journal, 863

 

Pour citer ce billet : LHUILIER, Gilles, « Structurer un nouveau « champ scientifique » ? », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 15 juillet 2013. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/2006]

Isabelle Giraudou : Le ‘global turn’ de l’enseignement du droit au Japon

Isabelle GiraudouLa mondialisation des sciences humaines et sociales – et, singulièrement, du droit – s’accompagne au Japon d’un certain nombre de changements récents du paysage académique. Parmi les plus marquants, relevons : la mise en place d’une soixantaine de Law Schools, la diversification de l’enseignement juridique en langue anglaise (avec, en particulier, la création dans plusieurs Graduate Schools of Law de nouveaux programmes conçus à partir d’une approche transnationale du droit), le renforcement des programmes japonais de coopération internationale dans le domaine de l’enseignement juridique à destination de plusieurs pays d’Asie et, plus récemment encore, la consolidation des collaborations scientifiques internationales entre enseignants-chercheurs via la création de nouveaux supports institutionnels ainsi que la multiplication des recrutements d’enseignants juristes non-japonais. Induites par la mondialisation du droit, ces transformations institutionnelles s’accompagnent d’un renouvellement de la réflexion sur les objets mêmes de l’enseignement du droit et ses méthodes. Quoiqu’y revêtant des modalités spécifiques, une telle recomposition du paysage académique n’est pas propre au Japon : liée à l’émergence de nouveaux espaces de régulation et à l’apparition de nouvelles pratiques du droit, elle participe du basculement progressif vers l’Asie de la production du droit et de la pensée juridique.

In and Out – Les nouveaux espaces de l’enseignement du droit au Japon

Law School, ou Hōka daigakuin; Research and Education Center for Japanese Law, ou Nihon hō kyōiku kenkyū sentā; Leading Graduate School, ou Rīdingu daigakuin : autant de nouvelles appellations officielles, parmi d’autres, pour désigner en deux langues certains des nouveaux espaces de l’enseignement du droit au Japon; et autant de transformations institutionnelles – dont la plus médiatisée reste la mise en place du système universitaire de préparation à l’examen du barreau à partir de 2004.

Américanisation? La mise en place dans plusieurs universités existantes d’une soixantaine de hōka daigakuin à partir de 2004 est une des mesures les plus connues, les plus vivement débattues aussi, de la réforme de l’enseignement du droit au Japon. Requise pour la préparation à l’examen du barreau, cette nouvelle formation est proposée au niveau post-graduate principalement à des étudiants ayant suivi une formation préalable (niveau under-graduate) juridique ou non. Quoique traduite officiellement par « Law School », l’appellation Hōka daigakuin utilise deux mots en usage depuis longtemps au Japon; et la réforme est censée répondre avant tout à des problèmes propres au pays (notablement, le manque avéré de juristes praticiens). Cependant, soutenue plus particulièrement par les spécialistes japonais de droit anglo-américain ayant suivi une formation et/ou ayant une expérience de l’enseignement aux États-Unis, elle n’en traduit pas moins d’un point vue institutionnel une certaine américanisation du paysage académique. Sur le plan pédagogique, cette réforme n’est pas sans soulever des difficultés – certains dénonçant l’inadaptation du nouveau cadre institutionnel à l’enseignement d’un droit interne structuré autour de grands codes (Roppō). Ceci étant, la réforme a permis d’inaugurer un rapprochement entre enseignants et praticiens juristes et d’ouvrir ainsi pour la première fois au Japon une réflexion poussée sur les méthodes d’enseignement du droit. Comme le souligne le juriste américain Daniel Foote (université de Tokyo): « The most gratifying development of all has been a dramatic change in ethos with regard to the attention accorded to teaching »[i].

Globalisation? Avec la mise en place de programmes en Global Studies aux niveaux master et doctorat, certaines universités japonaises tentent de pérenniser l’internationalisation des programmes d’enseignement et d’innover plus radicalement en matière de rapprochements disciplinaires[ii]. Mais dans quelle mesure exactement l’enseignement du droit au Japon prend-il en compte les transformations liées au « global » défini comme « ensemble de questions, d’objets, de mises en relation, de thématiques »[iii]? Ces Global Studies Programs entendent promouvoir l’enseignement et la recherche en sciences humaines et sociales de manière à ce que les étudiants abordent – plus largement que ce que ne permettent les études régionales (Area Studies) – tant les aspects pratiques que les aspects théoriques d’un ensemble de questions et de points de vue revêtant une portée globale. Certes, il ne s’agit que de quelques indicateurs. Et pourtant, rapprochement entre disciplines des SHS, voire remise en cause de certains découpages disciplinaires traditionnels, et ouverture des partenariats de recherche et d’enseignement en direction de plusieurs pays d’Asie: le Japon aurait-il sur ce point une longueur d’avance sur la France où études « disciplinaires » (encore trop centrées sur les terrains européens) et études « aréales » (encore trop peu sensibilisées à l’apport des approches disciplinaires), où « sciences sociales » (droit y compris) et « aires culturelles », se voient encore trop souvent opposées?

Ceci étant, que les cours proposés soient regroupés au sein de Graduate Schools spécifiques suscite une observation, car multiplier aux marges des disciplines des formations dites « global » ne répond pas à la question de savoir « comment réorganiser le cœur des disciplines pour que nous, et nos étudiants, puissions apprendre à penser différemment, au lieu de séparer l’histoire et la méthode sérieuses d’un côté, le glamour et la globalité facile de l’autre »[iv]. Précisément, la mise en place de nouveaux Leading Programs au sein de Graduate Schools of Law existantes participent d’une tentative un peu différente: diversifier le curriculum de l’intérieur, mettre à l’épreuve les matières juridiques classiquement enseignées en y injectant ce supplément de questionnement susceptible d’en assurer progressivement la « globalisation ». Ainsi, et singulièrement, du Leading Program de la Graduate School of Law de l’université de Nagoya[v] dont le syllabus n’affiche d’emblée aucun « global » – et de son workshop Introduction to Joint Research on Comparative Study of the Law qui repose sur une diversification des méthodes de l’enseignement juridique comparé propre à faire des étudiants des acteurs à part entière du processus de « découverte » du global.

Régionalisation? Le Japon entend agir plus résolument sur la scène juridique régionale, et un nombre croissant d’universitaires juristes et de praticiens du droit japonais s’impliquent dans la réforme du droit dans plusieurs pays asiatiques. Les programmes de coopération juridique établis par la Japan International Cooperation Agency (JICA) depuis maintenant presque une vingtaine d’années, mettent en avant cette expertise que le Japon peut offrir sur la base d’une expérience historique unique en matière de « réception » de différentes traditions juridiques, d’abord; d’une expérience singulière de l’hybridation normative en contexte de mondialisation, censée contrebalancer la tendance à la généralisation d’un modèle juridique unique, ensuite. Ce qui ferait du droit japonais « un modèle de technique à utiliser en vue de l’unification future du droit »[vi] à l’échelle régionale. Ce même discours vient sans surprise à l’appui de la création récente de Research and Education Center for Japanese Law (Nihon Hō Kyōiku Kenkyū Sentā), dont le Center for Asian Legal Exchange (CALE) de l’université de Nagoya assure le fonctionnement dans plusieurs pays d’Asie[vii]. Le droit japonais y est présenté et enseigné avant tout comme « produit lui-même de la comparaison », sinon comme « figure par excellence du droit comparé »[viii].

À cet enseignement du droit japonais donné hors Japon et en langue japonaise, et conçu dans le cadre des programmes dits d’« assistance juridique » (Hōseibi shien) à destination de différents pays en transition, s’ajoute un ensemble de programmes (principalement au niveau under-graduate) mis en place cette fois au Japon (université de Nagoya)[ix], et y compris en langue anglaise[x]. Ainsi en est-il, tout particulièrement, du « Campus Asia Pilot Program – Re-inventing Japan Project » dont l’objet s’énonce sans détour comme suit: « Training human resources for the development of an epistemic community in law and political science to promote the formation of a ‘jus commune (common law)’ in East Asia »[xi].

« Mondialisation et enseignement du droit (au Japon) » : une nouvelle thématique de recherche?

Nouveaux concepts, autres méthodes : La « recherche relative au droit » ou « prenant le droit pour objet »[xii], ne saurait plus penser la globalisation et sa globalisation sans considérer les enseignants-chercheurs qui, dans l’ensemble du monde non-occidental, proposent des pistes de réflexion nouvelles.

Illustration : réinterrogeant « ce qu’est le droit au Japon » et en quoi y consiste sa « construction »[xiii], plusieurs juristes japonais tentent aujourd’hui d’en analyser plus finement les objets charnières, ces montages juridiques inédits résultant de combinaisons complexes opérées entre différentes traditions juridiques (continentale européenne, de Common law, asiatique); apparaissent ainsi de nouvelles approches du droit japonais, comme système juridique mixte[xiv] ou comme traduction[xv]. Or, le renouvellement épistémologique qu’opèrent ces approches n’est pas non plus dénué de portée sur le plan des méthodes mêmes du comparatisme : critiques vis-à-vis des lectures doctrinales classiques de la « réception » historique du droit au Japon, l’une comme l’autre de ces approches interrogent en effet au plus près les moyens à disposition des juristes pour « connecter » ou identifier de possibles articulations entre différents systèmes, traditions, cultures, langues juridiques; en ce sens, elles invitent à repenser l’enseignement du droit japonais, mais présentent aussi, plus largement, un intérêt évident pour repenser l’enseignement du droit comparé au Japon. Les renouvellements épistémologiques et méthodologiques qu’elles impliquent fourniraient-ils même les bases d’un modèle théorique pour penser – et enseigner – la complexité des phénomènes normatifs contemporains et la fabrication du droit en contexte de mondialisation? Telle est, précisément, l’une des hypothèses développées lors de deux colloques internationaux à la Maison franco-japonaise (juin 2011 et juin 2012) – qui, en privilégiant deux axes d’analyse (soit : l’hétérogénéité de la régulation et le rôle créateur des acteurs de la régulation en contexte de mondialisation), ont conduit à identifier, décrire et analyser un ensemble de pratiques normatives et d’objets juridiques inédits[xvi].

Réseaux : Encore relativement peu nombreux sont les travaux portant sur la mondialisation du droit qui incluent des considérations relatives aux transformations de l’enseignement du droit en contexte de mondialisation. Ceux qui le font (German Law Journal, 2009) se concentrent sur les transformations de l’enseignement juridique en Amérique du Nord et en Europe. Les transformations en cours dans plusieurs pays asiatiques (elles ne manquent pourtant pas : Chine, Japon, Corée, Singapour, Inde, …!) sont encore insuffisamment explorées[xvii]. Déjà souligné à l’occasion de la création des hōka daigakuin, l’intérêt d’une réflexion approfondie portant sur l’enseignement du droit est pourtant clairement reconnu au Japon. Que – sous l’intitulé « Law and Education » – la Japan Society for the Promotion of Science (JSPS) liste cette thématique dans les « New Fields of Research » éligibles à un financement de la recherche, n’est à cet égard pas fortuit.

Mais comment élargir l’analyse comparée des changements du droit en contexte de mondialisation – et, singulièrement, de son enseignement – sans traiter la question selon une logique de compétition spatiale entre diverses communautés scientifiques nationalement (voire régionalement) construites? Articuler plus résolument la réflexion au nouveau champ scientifique des Global Legal Studies pourrait ouvrir sur ce point des perspectives intéressantes. De par ses partenariats décentrés et la priorité qu’elle accorde à la pluridisciplinarité, la tentative récente de « structurer ce champ » via la création d’un groupement d’intérêt scientifique (GIS) Global Legal Studies between Asia and Europe[xviii],  retient alors d’autant plus l’attention. Nul doute que, au-delà du seul développement d’une « veille » des formations juridiques (mentionnée aux termes des statuts), ses membres sauront en faire un lieu pour repenser les transformations de l’enseignement du droit, son global turn – et l’émergence progressive d’un modèle singulier d’étude et d’apprentissage du droit en contexte de mondialisation.

En poste au Japon depuis plusieurs années, et ancienne chercheur à l’Institut français de recherche sur le Japon (UMIFRE 19, CNRS-MAEE), Isabelle GIRAUDOU est actuellement professeur associé à l’université de Nagoya, où elle enseigne le droit comparé (Graduate School of Law). Intitulée « Reforming Knowledge? The Global Turn of Legal Education in Japan », sa recherche en cours porte sur les transformations de l’enseignement juridique induites par la mondialisation du droit. Comparée, cette étude interroge plus particulièrement l’émergence en Asie d’un modèle singulier d’étude et d’apprentissage du droit en contexte de mondialisation.

Retrouvez le profil d’Isabelle Giraudou, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 


[i] Voir D. Foote, « Forces driving and shaping legal training reform in Japan », J. Asian Law, 7, p. 216-240.

[ii] Ainsi, par exemple, de la mise en place en avril 2006 d’un Graduate Program in Global Studies à l’université privée Sophia, à Tokyo; et de la création, quatre ans plus tard, d’une Graduate School of Global Studies par l’université privée Doshisha, à Kyoto.

[iii] A. Caillé, S. Dufoix, Le tournant global des sciences sociales, Paris, La Découverte, 2013, p. 13.

[iv] G. Spivak, « Lire le tournant global », in A. Caillé, S. Dufoix, Le tournant global des sciences sociales, op.cit., p. 382-383. Voir aussi, sur ce point, les remarques conclusives d’Antoine Jeammaud, « La part de la recherche dans l’enseignement du droit », Jurisprudence, Revue critique, 2010, p. 181-205; et les observations complémentaires de Mikhaïl Xifaras, « Discussion », p. 207 et s.

[v] Nagoya University Leading Graduate School Program, “Cross-Border Legal Institution Design”`: http://www.law.nagoya-u.ac.jp/project/en/Leading/index.html

[vi] K. Yamamoto, « Un essai du Japon pour la coopération juridique dans la région asiatique », in L. Netten et al., La mondialisation du droit dans un nouvel espace de justice universelle, Paris, Éditions juridiques techniques, 2004, p. 125 s.; voir aussi I. Giraudou, « L’assistance juridique japonaise aux pays émergents d’Asie – Une contribution à l’approche pluraliste de la circulation du droit », Transcontinentales (FMSH), n° 7, p. 47-67.

[vii] Cinq centres ont ainsi été créés : un en Uzbekistan (2005), un en Mongolie (2006), un au Cambodge (2009), et deux au Vietnam (Hanoi, 2007; Hochimin, 2012). Voir http://cjl.law.nagoya-u.ac.jp/content/ja/38. Est actuellement en discussion la création en Indonésie, au Laos, et à Myanmar de nouveaux centres sur un modèle un peu différent (privilégiant le recherche).

[viii] K. Michiatsu, « Japanese Law as a Figure of Comparative Law », Waseda University, Institute of Comparative Law, 2009 (http://www.waseda.jp/hiken/en/jalaw_inf/topics/004kaino.html).

[x] Rappelons que, à partir du début des années 2000, la diffusion d’informations juridiques et la traduction du droit japonais dans la langue en usage dans la communauté internationale deviennent prioritaires, et le gouvernement japonais décide de relayer les initiatives prises par certains universitaires ou cabinets d’avocats pour mieux faire connaître le droit japonais. Deux initiatives de traduction du droit japonais en langue anglaise sont à mentionner : le « Transparency of Japanese Law Project » (Nihon-hō no tōmeika), sélectionné en 2004 par le ministère de l’Éducation, de la Culture, des Sports, de la Science et de la Technologie, et couvrant un ensemble de domaines ; et le site « Japanese Law Translation » (Nihon hōrei gaikokugoyaku dēta bēsu shisutemu), mis en place en 2009 auprès du ministère de la Justice. Voir « The Transparency and Enrichment of Japanese Laws Concerning International Transactions in the 21st Century, Doing Cross-Border Business with/in Japan » : www.tomeika.jur.kyushu-u.ac.jp/; en japonais: www.tomeika.jur.kyushu-u.ac.jp/index_jp.html Le site est lié à celui du projet « Japanese Law Translation » (Ministère de la Justice) ainsi qu’au site de l’Asian Legal Information Institute (www.asianlii.org/). En six ans, le projet a conduit à la traduction en anglais d’un ensemble de textes clé de droit positif japonais (décisions de justice comprises), à la publication d’une vingtaine d’ouvrages, de près de 500 articles, ainsi qu’à plus de 80 conférences au Japon et à l’étranger. Voir aussi le site du « Japanese Law Translation »: www.japaneselawtranslation.go.jp/?re=02).

[xii] A. Jeammaud, « La part de la recherche dans l’enseignement du droit », Jurisprudence, Revue critique, 2010, p. 181.

[xiii] Voir le compte-rendu du colloque « Koko ga hen da yo nihon-hō – Is Japanese Law a Strange Law? » (Tokyo, 28-29 nov. 2009), ZJapanR, n° 28, 2009, p. 229-250. Voir aussi Y. Kasai, Hō no tōmeika purojekuto e no hikakuhō-hōseishi kara no okaeshi, Juristo, 2010, n° 1394, p. 35.

[xiv] On trouve une première utilisation du qualificatif « mixte » s’agissant du droit japonais sous la plume de A. Katsuta, « Japan as a Grey Legal Culture », in E. Örücü, E. Attwooll, S. Coyle (eds), Studies in Legal Systems : Mixed and Mixing, 1996, p. 249-263. Pour une utilisation plus rigoureuse du terme et une approche systématique, voir E. Matsumoto, « Japanese Law as a Mixed Legal System », Global Law and Global Legal Theory – Academic Knowledge in Question (MFJ, Tokyo, 3-4 juin 2001), compte-rendu en ligne (www.mfj.gr.jp/web/sympo_20110603/pdf/CR-IW_3-4_June_2011.pdf). Ainsi que: M. Tamaruya, Igirisu shintaku-hō o koeru mono, kokunai no kaikaku to kokusaiteki henkaku to (Articulating the Underlying Assumptions of English Trust Law: Domestic Reforms and Cross-border Innovations) », St. Paul’s Review of Law and Politics, 2012, vol. 84, p. 31-51.

[xv] Voir K. Hasegawa, « Between Rights and Kenri », in E. Cashin-Retaine, Legal Engineering and Comparative Law, vol.2, Schulthess, 2009, p. 87-103; et : « Incorporating Foreign Legal Ideas through Translation », in A. Halpin, V. Roeben, Theorising the Global Legal Order, Oxford, Hart Publishing, 2009, p. 85-106; voir aussi I. Giraudou, « Le droit japonais comme traduction », Ebisu, n° 46, p. 111-144.

[xvi] C’est lors d’un colloque international co-organisé par l’Institut français de recherche sur le Japon (juin 2009, Maison franco-japonaise, Tokyo), que G. Lhuilier présentait la notion de « décentrement du droit » et développait – s’agissant d’un objet spécifique: les « contrats globaux » – une réflexion originale sur les « nouveaux espaces normatifs transnationaux », l’articulation possible de différents espaces de normativité, et l’émergence d’une langue internationale des contrats. Intitulé « Global Law and Global Legal Theory – Academic Knowledge in Question », le colloque international organisé en juin de l’année suivante par l’Institut français de recherche sur le Japon, avec le soutien du Clarke Program in East Asian Law and Culture (Cornell University) et la participation du Global Legal Studies Network (FMSH Paris), a permis de poursuivre la réflexion et d’interroger sur ce fondement notamment les transformations de l’enseignement du droit japonais et du comparatisme en droit. L’organisation en juin 2012 d’un colloque international, toujours à la Maison franco-japonaise, a fourni l’occasion d’un rapprochement plus étroit entre la réflexion sur les nouveaux espaces normatifs de la mondialisation et la réflexion sur l’implication des acteurs japonais du droit – les enseignants au premier chef – dans la construction de nouveaux instruments de régulation commerciale à l’échelle régionale. Voir I. Giraudou, « Through the Lenses of ‘Normative Spaces’ – A Brief Memoir on Two Workshops Dealing with Legal Globalization », Cahiers d’Ebisu n.3, p. 43-49; et, dans ce numéro, l’ensemble du dossier intitulé « Rethinking the Globalization of Law » (I. Giraudou, G. Lhuilier, K. Hasegawa, A. Sutter).

En ligne :

http://www.mfj.gr.jp/publications/_data/e-CahiersEbisu3_pp41-79_GlobalizationLaw_screen.pdf

[xvii] Mentionnons toutefois certains numéros spéciaux de revues juridiques anglophones (par exemple Wisconsin International Law Journal 2006, 2007; Australian Journal of Asian Law 2005; Journal of Japanese Law 2005) et deux monographies: W. P. Alford (ed.) 2007, Raising the Bar, The Emerging Legal Profession in East Asia, Harvard U. Press, pp. 436; S. Steel, K. Taylor (eds.) 2011, Legal Education in Asia, Globalization, Change and Contexts, Routledge, p. 334.

[xviii] Voir la contribution de G. Lhuilier au présent Livre blanc.

 

Pour citer ce billet : GIRAUDOU, Isabelle, « Le ‘global turn’ de l’enseignement du droit au Japon », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 15 juillet 2013. [En ligne] http://resap.hypotheses.org/2003

BULGARIE

Source : East-Asian studies in Bulgaria, Boyka Tsigova, Département d’études sur l’Asie orientale, Université Saint-Clément d’Ohrid de Sofia, Bulgarie (2009).

Consulter ici le texte original

BREF HISTORIQUE

La plus grande partie de la recherche sur l’Asie et le Pacifique en Bulgarie est menée depuis le début du 20e siècle. La plupart des études se sont concentrées sur la compréhension du monde oriental et l’introduction de diverses cultures orientales en Bulgarie (chinoise, japonaise, indienne et arabe). En 2007, un Institut Confucius, principalement financé et soutenu par la Chine, a ouvert à l’université Saint-Clément d’Ohrid de Sofia, où se trouve le Centre pour les études et les langues orientales. Ce centre est la principale institution de recherche sur l’Asie et le Pacifique en Bulgarie, avec quatre départements et dix spécialisations.

Le premier cursus de licence du centre a démarré en 1984 à la Faculté de philologie classique et moderne. Depuis lors, le centre s’est développé et est aujourd’hui le plus grand centre national d’études et de recherche sur l’Asie en Bulgarie. Le département d’études de l’Asie orientale est le plus grand du centre et de la Faculté de philologie classique et moderne. Il a été créé en 2000 et comprend des programmes d’études japonaises, chinoises et coréennes.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUELS

–          Institution principale :

Université Saint-Clément d’Ohrid de Sofia (Centre  pour les études et les langues orientales)

1504 Sophia, 15 Tzar Osvoboditel Blvd

Recteur : Professeur Ivan Ilchev, Dr. Habil.

Tél. : +359 2 946 18 15

–          Autres institutions où sont menées des recherches sur l’Asie et le Pacifique :

-Université de Veliko Turnovo

-Académie d’économie D.A. Tsenov

-Académie nationale des arts

-Académie des sciences bulgare

-Divers instituts de recherche


CHAMPS ÉTUDIÉS

–       Langues et cultures de l’Asie orientale (Japon, Corée, Chine), et également de l’Inde, du Pakistan, de l’Iran et de l’Arménie. Sont aussi étudiées les langues et cultures caucasiennes, arabes et sémitiques, ainsi que le turc et les langues altaïques.

–          Linguistique, littérature, ethnologie, art, religion. Vie sociale et économique.

–          Diplômes proposés au Centre pour les études et les langues orientales :

  • Licence, maîtrise et doctorat
  • Cours de langues
  • Cours de cultures asiatiques


PERSONNEL

–          Personnel du Centre pour les études et les langues orientales :

  • 43 enseignants à plein temps et environ 73 enseignants à temps partiel par an
  • Au département d’études de l’Asie orientale : 16 enseignants à temps plein, 13 enseignants à temps partiels et 6 enseignants invités.
  • Au sein du programme d’études japonaises : 6 enseignants à temps plein et 3 personnels à temps partiel, ainsi que 2 enseignants invités du Japon.

Nombre total d’étudiants : 450 en 2009-2010

–          S’inscrire à l’université est gratuit, excepté les frais gouvernementaux. Des bourses d’études à l’étranger sont également proposées.

–          La recherche est l’une des tâches confiées à la responsabilité des chercheurs à l’université.

–      Les chercheurs travaillant dans des instituts en-dehors de l’université ont des contrats à plein temps dédiés principalement au travail scientifique. Ils n’ont pas de tâches d’enseignement obligatoire, et n’enseignent que lorsque leur domaine scientifique précis est demandé. Les professeurs sont responsables de la qualité des enseignements ; ils supervisent également les doctorants et participent sous de nombreuses formes à l’administration de l’université.

–      De nombreux étudiants ont connu des développements de carrière intéressants dans le domaine des sciences, dans l’éducation, la traduction, le journalisme, la diplomatie,  l’administration publique et le commerce.


PUBLICATIONS ET SITES INTERNET

–          Bulgarian Oriental Studies, Centre pour les études et les langues orientales.

–          Series Oriens, Centre pour les études et les langues orientales.

–          Yearbook of Saint Kliment Ohridski University, Sofia, Faculté de philologie classique et moderne.

–          Contrastive linguistics, Faculté de philologie classique et moderne et Faculté d’études slaves.

–          Annuaire de l’Université de Sofia Saint Kliment Ohridski, Faculté d’histoire.

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

Source : Presentation of Asian and Pacific studies, Olga Lomova, Institut d’études d’Asie orientale, Université Charles de Prague, République Tchèque (2009).

Consulter ici le texte original

BREF HISTORIQUE

Les études asiatiques en République Tchèque remontent à la seconde moitié du 19e siècle. L’« Asie » était considérée comme l’ensemble des pays situés au-delà de l’Europe, incluant le Moyen-Orient, l’Asie du Sud et du Sud-Est, et l’Extrême-Orient. L’indologie et la sinologie ont été depuis le début au centre des études asiatiques à l’université Charles de Prague.

Après 1948, avec la victoire de la révolution communiste, les études asiatiques ont prospéré. De nouvelles chaires en sinologie, en japonologie et en coréanologie ont été créées, et l’indologie a poursuivi son développement, se divisant selon les langues (hindi, bengali et tamoul). La liberté académique étant restreinte dans d’autres départements de lettres, les études asiatiques ont également attirés certains des meilleurs esprits des humanités tchèques à cette époque. La plupart de ces développements furent stoppés en 1968 après la suppression du mouvement communiste réformiste, qui eut pour résultat des purges dans les institutions académiques, un accès limité à l’information, peu d’information internationale, et dans certains cas, à savoir pour la sinologie, une subordination directe de la recherche et de l’enseignement aux décisions du Comité central du Parti communiste. La recherche académique est entrée en hibernation, poursuivie à l’occasion par des chercheurs de manière privée, et l’enseignement a été réduit à l’apprentissage de la langue et des thèmes en rapport avec la politique et l’idéologie. Le seul développement nouveau de cette période a été la création d’études mongoles et vietnamiennes à l’université Charles de Prague. Lorsque la liberté académique a été rétablie en 1990, les études asiatiques ont fait face à un écart générationnel énorme, s’accompagnant de controverses à propos des activités communistes précédentes de certains des anciens chercheurs. Les études asiatiques sont donc revenues vers les traditionnelles études orientées vers la philologie. Les sciences sociales sur l’Asie n’ont pu commencer à se développer qu’avec la nouvelle génération de docteurs.


ORGANISATION ACTUELLE ET PRÉSENTATION

Université Charles, Faculté de Philosophie (institution publique, pas de frais d’inscription)

Celetna 13

116 36 Prague 1

Télephone : +420 224 491 850

Fax : +420 224 491 895

E-mail : ipc@ruk.cuni.cz
Il y a trois entités dans l’université :

Institut oriental, Académie des Sciences, Prague (institution publique)

L’Institut a un département d’études orientales et un département d’études de l’Asie du Sud.

Université Palacký d’Olomouc, Faculté de Philosophie (institution publique, pas de frais d’inscription)

L’université a un département d’études asiatiques

Université Masaryk, Brno (institution publique, pas de frais d’inscription)

L’université possède un centre pour l’étude des religions en Chine et au Japon

Université métropolitaine, Prague (institution privée, frais de scolarité)

L’université possède un département d’études asiatiques

DOMAINES ÉTUDIÉS

Sont proposées dans ces universités et instituts des études de littérature, linguistique, histoire prémoderne et moderne, philosophie, religion, anthropologie, médecine chinoise, relations avec l’Europe, bouddhisme contemporain, littérature moderne, Taïwan.

Des licences et masters sont proposés selon les universités et institutions, ainsi qu’une large variété de cours de langues, et l’étude de différents pays.

L’université Charles de Prague est le seul centre proposant un haut niveau d’études en République Tchèque, avec un programme de doctorat en études asiatiques.

Des conférences annuelles et des ateliers sont organisés. On trouve aussi des échanges bilatéraux, des programmes européens et des projets soutenus par des fondations asiatiques.

PERSONNEL

Il y a environ 56 enseignants-chercheurs travaillant sur l’Asie en République Tchèque. Un chercheur à plein temps doit allouer un tiers de son temps à l’enseignement, un tiers à la recherche, et un tiers à l’administration.

Le nombre d’étudiants cumulés dans tous les organismes est d’environ 450-500, en  croissance stable.

PUBLICATIONS

–          Acta Universitatis Carolinae – Studia Orientalia Pragensia  depuis 1945

–          Mongolica Pragensia depuis 2007

–          Archiv Orientalni depuis 1929 (en anglais, français et allemand)

–          Novy Orient depuis 1945 (en tchèque)

 

IRLANDE

Source: Asian studies in Ireland, Chris Connolly, University College Cork‐ Université nationale d’Irlande (UCC), Irlande (2009).
Consulter ici le texte original

BREF HISTORIQUE

Les études asiatiques sont une très jeune discipline académique en Irlande, la première formation d’études asiatique ayant été créée en 2008 à l’University College Cork – Université nationale d’Irlande à Cork (UCC). Cependant les recherches et les études sur l’Asie remontent à quelques années, quand un certain nombre d’écoles de commerce insérèrent des cours de japonais dans leurs programmes ; la Kemmy Business School, notamment, de l’université de Limerick, établit l’Euro-Asia Centre. En 1999, le gouvernement irlandais diffusa son document « Stratégie Asie », faisant une priorité du développement économique et des relations avec la Chine, le Japon, la République de Corée, Singapour, l’Inde, la Malaisie, l’Indonésie, et le Vietnam. Comme le prévoyait la phase II de cette stratégie, le ministre de l’Education annonça le soutien du Département de l’Education à l’établissement de deux instituts irlandais d’études chinoises, l’un à l’University College Dublin (UCD), et l’autre à l’University College Cork (UCC). L’institut de l’UCC se développa rapidement en un département propre, proposant quatre diplômes de licences en études chinoises. En 2009, le département élargit encore son champ d’action pour inclure un master en études asiatiques, traitant surtout du Nord-Est asiatique, et de l’étude soit du japonais, soit du coréen. D’autres institutions en Irlande ont aussi introduit l’enseignement de langues asiatiques, pendant qu’individuellement, des chercheurs avaient des sujets de recherche propres comportant des thèmes relatifs à l’Asie.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Les études supérieures sont publiques et gratuites en République d’Irlande, bien qu’il soit demandé aux étudiants de payer des frais d’inscription de 1500 euros pour couvrir les services étudiants. Il est possible de profiter d’un système de bourses allant jusqu’à 3400 euros, administré par les conseils de comté.

Le système éducatif est basé sur le système LMD : Licence, Master, Doctorat.

PERSONNEL

Il y a 85 chercheurs universitaires dans le champ des études asiatiques, qui travaillent sur 22 pays, régions ou entités intergouvernementales asiatiques différents. La Chine, le Japon et l’Inde sont les pays les plus étudiés. Il est demandé à la plupart des chercheurs, comme parties intégrantes de leurs tâches, de faire de la recherche et d’enseigner, et c’est une obligation contractuelle pour tous les enseignants-chercheurs à temps plein d’être « actifs en recherche » (‘research active’) et de publier, bien que que n’existe pour cela aucun système national de contrôle.

Les chercheurs sont libres de choisir leurs propres sujets de recherches, malgré, bien sûr, des directions que le gouvernement peut donner, à travers des traitements préférentiels pour des domaines spécifiques de recherche, par l’allocation de bourses de recherche sur certains thèmes. Le travail de consultance est permis, mais doit être déclaré. Les subventions de recherche internes sont en nombre limité, et la plupart des financements viennent de sources externes.

DOMAINES D’ÉTUDES

La langue et la culture sont les principaux domaines d’études. L’Asie orientale est la principale aire de recherche pour les langues et cultures. Les sciences politiques et l’histoire sont les domaines d’intérêt les plus forts dans chacune des quatre régions de l’Asie (du Sud, du Sud-Est, centrale et orientale). Les langues étudiées dans les divers établissements sont le japonais, le mandarin, le coréen, le malais et l’indonésien.

 

 

 

 

 

Les études Asie-Pacifique en Suède

Source : Stefan Eklöf Amirell, Institut suédois des affaires internationales, Stockholm, Conférence MedAsia / Eurasiane, Sept. 2011

Bref historique

Les origines des études asiatiques et sur le Pacifique en Suède remontent à la première chaire de langues orientales, inaugurée à Uppsala en 1621. À l’origine, l’aire étudiée couvrait les langues d’Asie de l’Ouest, mais, résultat d’un accroissement des relations entre la Suède et l’Asie et le Pacifique durant le XVIIIe siècle – dû, en particulier, aux activités de négoce de la Compagnie suédoise des Indes orientales et aux voyages de plusieurs disciples de Carl von Linnaeus –, l’intérêt pour les langues d’Asie du Sud et de l’Est s’accrut. En sus de la chaire à Uppsala, une chaire équivalente était instituée à Lund et, au même moment, le nombre de langues enseignées était augmenté. Au milieu du XIXe siècle, le professeur à Lund devait être capable d’enseigner douze langues orientales, lesquelles comprenaient l’arabe, le persan, le sanscrit et le chinois.

La seconde moitié du XIXe siècle a vu une expansion et une professionnalisation des études orientales aux universités de Lund et d’Uppasala. Davantage de postes d’enseignants en facultés étaient institués, et en 1889 la Suède accueillait le Congrès international des orientalistes. L’essentiel des études académiques portait sur l’Asie de l’Ouest et du Sud, tandis que l’étude de l’Asie de l’Est – en particulier la Chine et le Japon – était majoritairement le domaine des chercheurs amateurs et des missionnaires. Les explorations de Sven Hedin en Asie de l’Est au tournant du XXe siècle, cependant, furent accompagnées d’un intérêt croissant pour l’Asie de l’Est et centrale, et en 1918 une donation privée conduisit à l’établissement de la première chaire en chinois (et quelques années plus tard, en japonais) au collège universitaire de Göteborg, au début occupée par le sinologue et linguiste renommé Bernard Karlgren.

Durant les années d’après-guerre et sous l’influence de l’expansion des études sur les aires aux États-Unis, en combinaison avec un intérêt accru de la Suède pour les pays en voie de développement (comprenant l’aide au développement et la politique de neutralité de la Suède dans la Guerre froide, qui apportèrent un rapprochement de nombreux pays asiatiques avec la Suède), un intérêt académique s’est développé pour les conditions sociales, politiques et économiques contemporaines en Asie. Les études asiatiques comme champ de recherche se sont élargies, mais les chercheurs étaient dispersés dans de nombreuses disciplines et universités, ou facultés.

En conséquence, le Conseil des ministres nordique fonda en 1968 l’Institut nordique d’études asiatiques (NIAS), à Copenhague, avec pour but de créer un environnement de recherche fort, et dédié aux études asiatiques, comprenant les régions d’Asie orientale, du Sud-Est, du Sud et centrale. Pendant près de trois décennies, le NIAS a été le centre de recherche le plus important en études asiatiques dans les pays nordiques, et le point de mire de nombreux chercheurs suédois en termes d’environnement et d’activités de recherche, ainsi que de ressources pratiques, particulièrement la bibliothèque.

Pendant la majeure partie de cette période, la recherche suédoise sur la région Asie-Pacifique a essentiellement été menée par des chercheurs individuels, ou par des petits groupes de chercheurs, dans les disciplines établies, particulièrement en histoire, histoire économique, anthropologie sociale, sciences politiques et sociologie. Une large part des financements – qui restaient faibles en comparaison de l’ensemble des financements de la recherche –, venaient de l’Agence suédoise pour les coopérations de recherche avec les pays en voie de développement (SAREC), une autorité gouvernementale chargée de promouvoir la recherche qui faciliterait les progrès politiques, économiques et sociaux des pays en voie de développement. En termes géographiques, les aires d’intérêts des recherches financées par le SAREC étaient les pays avec lesquels la Suède avait des liens forts dans le domaine de l’aide au développement, particulièrement l’Inde, le Sri Lanka et le Vietnam.

Cependant les historiens, par exemple, s’intéressèrent aussi à l’Asie du Sud-Est maritime, comme le montre la publication d’un numéro thématique de la principale revue suédoise en histoire, Historisk tidskrift, sur l’histoire moderne sud-asiatique (1977).

Les études Asie-Pacifique contemporaines en Suède

Dans les années 1990, les études asiatiques se sont développées et étendues de manière significative en Suède, soutenues jusqu’à la fin de la décennie par une politique officielle de renforcement des contacts des suédois avec l’Asie (politique menée principalement pour des motifs économiques). Une partie de cette politique était d’améliorer en Suède les bases des connaissances sur l’Asie et de développer la coopération avec les pays asiatiques dans la recherche et l’éducation supérieure. Plusieurs centres d’études spécialisés sur l’Asie-Pacifique (ou sur une partie de la région) ont été créés dans différentes universités, dont le Centre pour les études du Pacifique et de l’Asie (CPAS) à l’université de Stockholm (déjà créé en 1984, mais intégré depuis les années 2000 dans le Département des langues orientales), l’Institut européen d’études japonaises (EIJS) à l’École d’économie de Stockholm, le Centre d’études asiatiques (auparavant centre d’études orientales et d’Asie du Sud-Est) à l’université de Göteborg, et le Centre d’études orientales et Sud-Est asiatiques à l’université de Lund.

En 1996, le Centre d’études orientales et Sud-Est asiatiques de Lund s’est vu attribué un statut spécial de centre permanent et national d’études orientales et Sud-Est asiatiques, comportant une sorte de « fonction de coordination », mal définie, des études asiatiques en général en Suède. Les financements venaient à la fois du budget du gouvernement pour la recherche, et de l’université. Le centre abrite aujourd’hui la plus grande bibliothèque d’études asiatiques en Suède et un programme de master international en études asiatiques. Il fournit également la possibilité à des chercheurs extérieurs bénéficiant déjà de financements de réaliser des recherches au centre, et finance des post-doctorats de deux ans, dans le champ des études orientales et Sud-Est asiatiques contemporaines. Le Centre accueille de plus le Réseau suédois des études sud-asiatiques (SASNET).

Par ailleurs, le Riksbankens Jubileumsfond et la Fondation suédoise pour la coopération internationale dans la recherche et l’éducation supérieure (STINT) prirent l’initiative en 2001 de créer l’Ecole suédoise d’études avancées sur l’Asie-Pacifique (SSAAPS). Celle-ci, active jusqu’en 2009, proposa des bourses de thèses ainsi que des post-doctorats pour les chercheurs des universités suédoises, en plus de l’organisation de conférences et du financement de missions de recherche ou de participation à des conférences pour les chercheurs suédois dans le domaine des études asiatiques.

À la même période, le Conseil des ministres nordique décida de revoir à la baisse le montant des financements de l’Institut nordique d’études asiatiques (de même que ceux de nombreuses autres institutions de recherche et d’enseignement supérieur nordiques), ce qui eut pour résultat un affaiblissement du NIAS. En 2005, l’Institut a été intégré à l’université de Copenhague, et même s’il reste encore dans une certaine mesure un centre majeur pour les études asiatiques en Suède et dans les autres pays nordiques, son importance relative en tant que telle a diminué, particulièrement en Suède.

Plus récemment, l’Institut suédois des affaires internationales de Stockholm a développé un programme de recherche important sur l’Asie orientale et du Sud-Est, se concentrant particulièrement sur les relations internationales et la sécurité maritime de ces régions.  L’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI) héberge depuis 2009 le Programme SIPRI « Chine et sécurité mondiale », et le Département de recherche sur la paix et les conflits de l’université d’Uppsala – qui  a une forte tradition des études sur les questions de sécurité en Asie centrale, orientale et sud-est asiatique – accueille depuis 2011 le programme de recherche « La paix en Asie orientale », les deux programmes étant financés par le Riksbankens Jubileumsfond.

En résumé, les études sur l’Asie et le Pacifique ont connu un développement substantiel en Suède ces deux dernières décennies. La recherche suédoise sur la région aujourd’hui couvre un large spectre de disciplines et de sujets. Parmi les recherches les plus importantes, on trouve la démocratie et les droits de l’homme, l’économie du développement, les relations de genre, les changements culturels et religieux, le travail, les migrations, ainsi que les études sur la paix et les conflits. L’accent est mis sur les sciences sociales contemporaines, et le développement a été moins marqué, voire inexistant, pour les domaines tels que l’archéologie, la littérature, la musique, l’histoire de l’art, la linguistique et l’histoire pré-moderne.

Liens utiles

Centre d’études orientales et Sud-Est asiatiques, Université de Lund

Institut européen d’études japonaises, École d’économie de Stockholm

Réseau suédois des études sud-asiatiques, Université de Lund

Institut nordique d’études asiatiques

 

New Perspectives for Asian Studies in the Humanities: Summary of the text by Alain Peyraube and Wang Ayling

Source: Peyraube, Alain, Wang, Ayling, « New Perspectives for Asian Studies in the Humanities », in Asian Studies in the Humanities: Visions for the Future, European Science Foundation, Young Researchers Forum ‘New Perspectives for Asian Studies in the Humanities’, ESF-CCKF Humanities, Spring 2009, 27-30 May 2009, Prague, pp. 5-6.

Interdisciplinary Area (or Areal) studies stem from heterogeneous and interdisciplinary fields of research and academia that relate to a particular geographical or cultural region. These studies grew increasingly popular in the United States and in Western academia after the Second World War. However, they had also succumbed to much criticism from area specialists themselves and found that their popularity was declining from 1980-2000.  When the Social Science Research Council and the American Council of Learned Societies in the United States and the National Centre for Scientific Research in France, which had raised and administered funds for Area Studies, closed down their area committees, this was interpreted as a the drastic changing of research.

The greatest threat to Areal Studies came from the Social Science, mainly from Political Science and Economics and not from the Humanities.

Areal studies have hugely benefitted Asian studies, which are one of its main branches of study, as well as African, American, Latin American and European studies. The term, ‘Asian studies’, not only encompasses the study of archaeology, history, languages, linguistics, anthropological and cultural studies, philosophy, religions, art and literature, but also aspects of sociology, politics and economics in traditional Asian and other contemporary societies.

In order to examine to which point Asian studies were becoming popular again in the Humanities, the ESF Standing Committee for the Humanities (SCH) and the Taiwan Chiang Ching-Kuo Foundation for International Scholarly Exchange (CCK-F) invited academics to participate in a three-day workshop entitled, ‘New Horizons’ in Prague from 27th-30th May 2009.

The role of the ESF Standing Committee for the Humanities (SCH) is to coordinate existing and emerging transnational networks of academics and institutions in the Humanities. Its stakeholders are national and international research funding bodies, which look for new input to discussions on strategic choices. The Taiwan Chiang Ching-Kuo Foundation for International Scholarly Exchange (CCK-F), on the other hand, promotes the internationalisation of Chinese studies by incorporating both the academic trends in Taiwan and abroad. Moreover, its aims of fostering young talent mean that new fields and conceptual frameworks can also be developed.

Two Asian Studies networks in Europe

The Asia Network was founded by a group of researchers and supported by the Ministry of National Education, Higher Education and Research (MENESR), the National Centre for Scientific Research (CNRS), the Foundation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), the National Foundation for Political Science (FNSP) and the School of Graduate Studies in the Social Science (EHESS). The aims of the Asia Network include compiling a list of experts of Asia and bringing them together in order to develop their expertise, studying issues concerning Asia, attracting and stimulating the interests of specialists from other regions or disciplines related to Asia and to create a hub of skills and knowledge through the creation of a database, allowing cooperation with similar organisations in Asia, North and South America.

The International Institute for Asian Studies (ILAS), on the other hand, is a postdoctoral research centre, in Leiden and Amsterdam. Its aim is to encourage the interdisciplinary and comparative study of Asia and promote national and international cooperation. The Institute focuses on the human and social science and their interaction with other sciences.

As an international mediator, working closely with national and international partners, the Institute’s activities include providing information services, constructing international networks and setting up international cooperative projects and research programmes.

Additionally, the ILAS welcomes many postdoctoral fellows in Asian studies, which are selected by an academic committee, as well organising workshops, conferences and the publication of an international newsletter and other academic material. Like the Asia Network, the ILAS, too has database containing information about researchers and institutes in the field of Asian Studies in Europe and throughout the world.

Finally, in terms of its institutional networks, the ILAS plays a strategic and leading role in networks such as the ‘Leiden Consortium for Asian Studies’, the ‘European Alliance for Asian Studies’ and the ‘International Convention of Asian Scholars’.

Ecole d’études orientales et africaines – SOAS (Royaume-Uni)

See the english version

L’Ecole d’études orientales et africaines est créée en 1916 sous le nom d’Ecole d’études orientales. Elle prend son nom actuel en 1938, époque à laquelle elle s’est également établie en tant que centre d’études africaines. Elle s’installe sur son site actuel en 1941 (Londres).

L’Ecole d’études orientales et africaines compte aujourd’hui plus de 300 enseignants-chercheurs. Elle se structure académiquement en trois facultés. Outre les départements académiques, la SOAS  comporte aussi des centres régionaux et interdisciplinaires qui alimentent un programme d’activités dense, de conférences, de colloques, de séminaires et de publications.

Le nombre d’enseignants-chercheurs de chaque centre est indiqué entre parenthèses.

Toutes ces informations sont détaillés sur : http://www.soas.ac.uk/academic/

Faculté de Lettres et des humanitésDépartements

  • Anthropologie & Sociologie (19)
  • Histoire des art & archéologie (14)
  • Histoire (23)
  • Musique (7)
  • Etudes des religions (14)
  • Ecole de Lettres (25)

Centres de la faculté

  • Media et études des films (8)
  • Institut Sainsbury pour l’étude de l’art japonais (7)

Centres des départements

  • Etudes bouddhiques (8)
  • Chrétienté orientale et orthodoxe (1)
  • Etudes de la religion Jaina (11)
  • Migration et études des diasporas (69)
  • Etudes des religions japonaises (6)
  • Centre d’études de l’alimentation de la SOAS (41)

 

Faculté de Langues et cultureDépartements

  • Afrique (13)
  • Chine and Asie intérieure (13)
  • Japon & Corée (14)
  • Centre de langue (15)
  • Linguistique (10)
  • Proche et Moyen-Orient (24)
  • Asie du Sud (13)
  • Asie du Sud-Est (9)

Centres de la faculté

  • Etudes culturelles, littéraires et postcoloniales (40)
  • Etudes des films et de l’écran (20)
  • Pédagogie de la langue (23)
  • Etudes de la traduction (25)

Centres des départements

  • Langues du Monde (6)
  • Etudes juives (4)
  • Etudes de l’islam (2)
  • Institut  Confucius de Londres (6)

 

Faculté de droit et de sciences socialesDépartements

  • Etudes du développement (20)
  • Economie (26)
  • Finances & Gestion (20)
  • Droit (29)
  • Sciences politiques (24)

Centres de la faculté

  • Centre Asie-Pacifique de Sciences sociales (4)
  • Etudes du genre (38)
  • Etudes internationales et diplomatie (17)
  • Etudes taiwanaises (5)
  • Eau et développement (7)

Centres des départements

  • Colonialisme, empire et droit international  (4)
  • Développement, environnement et politique (13)
  • Politiques de développement et recherche (CDPR) (2)
  • Droit de l’Asie orientale (9)
  • Etudes des minorités ethniques (CEMS) (2)
  • Etudes de finances et gestion (CeFiMS) (7)
  • Politique internationale des conflits, des droits et de la justice (18)
  • Droit de l’islam et du Moyen-Orient  (CIMEL) (8)
  • Droit et conflicts (10)
  • Droit, environnement et développement (7)
  • Politique de sécurité énergétique (CEPES) (11)

Centres régionaux

  • Centre d’études iraniennes (30)
  • Centre d’études de la Palestine (33)
  • Centre d’études africaines (130)
  • Association européenne d’études d’Israel (3)
  • Institut du Moyen-Orient de Londres (113)
  • Centre d’études de l’Asie du Sud (62)
  • Centre d’études de l’Asie du Sud-Est (32)
  • Centre d’études de la Corée (14)
  • Centre d’études du Pakistan (13)
  • Centre d’études chinoises (46)
  • Centre de l’Asie centrale contemporaine et du Caucase (11)
  • Centre de recherches sur le Japon (27)

Centres interdisciplinaires

  • Centre pour l’Afrique, l’Asie et le Moyen-Orient numériques (3)
  • Fondation internationale de cours et d’étude de la langue anglaise IFCELS
  • Centre de développement international de Londres

 

School of Oriental and African studies – SOAS (United Kingdom)

Voir la version française

The School was founded in 1916 as the School of Oriental Studies. It took its present title in 1938, by which time it had also established itself as a centre for African Studies. It moved to its present site in 1941 (London).

The School of Oriental and African studies has more than 300 academics. It is structured academically into three faculties. In addition to academic departments SOAS also has regional and interdisciplinary centres which are responsible for a vigorous programme of activities such as conferences, colloquia, seminars and publications.

The number of academics in each center is indicated in brackets.

All details are on: http://www.soas.ac.uk/academic/

Faculty of Arts and humanities Departments

  • Anthropology & Sociology (19)
  • History of Art & Archaeology (14)
  • History (23)
  • Music (7)
  • Study of Religions (14)
  • School of Arts (25)

Faculty Centres

  • Media and Film Studies (8)
  • Sainsbury Institute for the study of Japanese art (7)

Departmental Centres

  • Buddhist Studies (8)
  • Eastern and Orthodox Christianity (1)
  • Jaina Studies (11)
  • Migration and Diaspora Studies (69)
  • The Study of Japanese Religions (6)
  • SOAS Food Studies Centre (41)

 

Faculty of Languages and culturesDepartments

  • Africa (13)
  • China and Inner Asia (13)
  • Japan & Korea (14)
  • Language Centre (15)
  • Linguistics (10)
  • Near & Middle East (24)
  • South Asia (13)
  • South East Asia (9)

Faculty Centres

  • Cultural, Literary and Postcolonial Studies (40)
  • Film and Screen Studies (20)
  • Language Pedagogy (23)
  • Translation Studies (25)

Departmental Centres

  • Languages of the Wider World LWW-CETL (6)
  • Jewish Studies (4)
  • Islamic Studies (2)
  • London Confucius Institute (6)

 

Faculty of Law and social sciences Departments

  • Development Studies (20)
  • Economics (26)
  • Financial & Management (20)
  • Law (29)
  • Politics (24)

Faculty Centres

  • Asia-Pacific Centre for Social Science (4)
  • Gender Studies (38)
  • International Studies and Diplomacy (CISD) (17)
  • Taiwan Studies (5)
  • Water and Development (7)

Departmental Centres

  • Colonialism, Empire and International Law (4)
  • Development, Environment & Policy (13)
  • Development Policy and Research (CDPR) (2)
  • East Asian Law (9)
  • Ethnic Minority Studies (CEMS) (2)
  • Financial and Management Studies (CeFiMS) (7)
  • International Politics of Conflict, Rights and Justice (18)
  • Islamic and Middle Eastern Law (CIMEL) (8)
  • Law and Conflict (10)
  • Law, Environment and Development (7)
  • Politics of Energy Security (CEPES) (11)

Regional centres

  • Centre for Iranian Studies (30)
  • Centre for Palestine Studies (33)
  • Centre of African Studies (130)
  • European Association of Israel Studies (3)
  • London Middle East Institute (113)
  • Centre of South Asian Studies (62)
  • Centre of South East Asian Studies (32)
  • Centre of Korean Studies (14)
  • Centre for the Study of Pakistan (13)
  • Centre of Chinese Studies (46)
  • Centre of Contemporary Central Asia and the Caucasus (11)
  • Japan Research Centre (27)

Interdisciplinary centres

  • Centre for Digital Africa, Asia and the Middle East (3)
  • International Foundation Courses and English Language Studies IFCELS
  • London International Development Centre

Asia-Pacific Studies in Sweden

Source : Stefan Eklöf Amirell, Swedish Institute of International Affairs, Stockholm, MedAsia / Eurasiane conference, Sept. 2011

Short History

The origins of Asia-Pacific Studies in Sweden go back to the first chair in Oriental Languages, which was inaugurated in Uppsala in 1621. Originally, the position comprised West Asian languages, but as a result of increasing contacts between Sweden and Asia and the Pacific in the course of the eighteenth century – particularly due to trading activities of the Swedish East India Company and the travels in the region of several disciples of Carl von Linnaeus – interest in South and East Asian languages and cultures increased. In addition to the chair in Uppsala, a corresponding chair was instituted in Lund and at the same time the number of languages taught was increased. By the mid-nineteenth century the professor in Lund was expected to master twelve oriental languages, including Arabic, Persian, Sanskrit and Chinese.

The second half of the nineteenth century saw an expansion and professionalization of Oriental Studies at the universities of Lund and Uppsala. More faculty positions were instituted, and in 1889 Sweden hosted the International Congress of Orientalists. Focus for the academic studies was on West and South Asia, whereas the study of East Asia – particularly China and Japan – was predominantly the domain of amateur scholars and missionaries. The explorations of Sven Hedin in East Asia around the turn of the twentieth century, however, was accompanied by an increasing interest in East and Central Asia, and in 1918 a private donation led to the establishment of the first chair in Chinese (and a few years later, Japanese) at the University College of Gothenburg, at first held by the renowned sinologist and linguist Bernard Karlgren.

In the post-World War II years and under the influence of the area studies expansion in the United States in combination with Sweden’s greater interest in the developing world (including development aid and Sweden’s policy of neutrality in the Cold War, which brought about an rapprochement to many Asian countries), academic interest in the contemporary social, political and economic conditions in Asia rose in Sweden. Asian Studies as a field of research expanded, but the researchers were scattered in many disciplines and universities or university colleges.

As a consequence, in 1968 the Nordic Council of Ministers founded the Nordic Institute for Asian Studies in Copenhagen with the purpose of creating a strong, focused research environment for Asian Studies, comprising the regions of East, Southeast, South and Central Asia. For close to three decades, NIAS was the leading research environment in Asian Studies in the Nordic countries and for many Swedish scholars the focal point in terms of research environment, research activities and physical resources, particularly the library.

For most of this period, Swedish research on the Asia-Pacific region was fore mostly carried out by individual researchers or smaller groups of researchers in the established disciplines, particularly history, economic history, social anthropology, political science and sociology. A large part of the funding – which still was very small in relation to overall research funding – came from the Swedish Agency for Research Cooperation with Developing Countries (SAREC), a government authority charged with the task of furthering research that would facilitate the political, economic and social progress of the developing countries. In geographic terms, the focus of interest for the SAREC-funded research was on the countries with which Sweden had close links in the field of development aid, particularly India, Sri Lanka and Vietnam. However, historians, for example, also took an interest in maritime Southeast Asia, as manifested by the publication of a thematic issue of Sweden’s leading journal in the history discipline, Historisk tidskrift, on modern Southeast Asian history (1977).

Contemporary Asia-Pacific Studies in Sweden

In the 1990s, Asian Studies in Sweden developed and expanded significantly, boosted towards the end of the decade by an official policy (mainly economically motivated) to enhance Sweden’s contacts with Asia. Part of this policy was to strengthen the knowledge base in Sweden about Asia and to develop cooperation with Asian countries in research and higher education. Several area studies centres specializing in the Asia-Pacific (or a part of the region) were founded at different universities, including the Center for Pacific Asia Studies (CPAS) at Stockholm University (founded already in 1984, but since the early 2000s integrated in the Department of Oriental Languages), the European Institute for Japanese Studies (EIJS) at the Stockholm School of Economics, the Centre for Asian Studies (originally East and Southeast Asian Studies) at the University of Gothenburg and the Centre for East and Southeast Asian Studies at Lund University.

The Centre for East and Southeast Asian Studies in Lund was in 1996 given a special status as a permanent, national centre for East and Southeast Asian Studies, including a somewhat unclear ”coordinating function” for Asian studies in general in Sweden. Funding came both from the government’s research budget and from the University. The Centre today hosts the largest Asian Studies Library in Sweden and an international masters program in Asian Studies. It also provides opportunities for externally funded researchers to carry out their research at the Centre and funds two-year post-doctoral fellowships for researchers in the field of contemporary East and Southeast Asian Studies. The Centre, moreover, hosts the Swedish South Asian Studies Network (SASNET).

In addition, Riksbankens Jubileumsfond and the Swedish Foundation for International Cooperation in Research and Higher Education (STINT) took the initiative to launch the Swedish School of Advanced Asia-Pacific Studies (SSAAPS) in 2001. SSAAPS, which was active until 2009, provided scholarships for PhD students as well as post-doctoral fellows based Swedish universities, in addition to organizing conferences and providing funding for research travel and conference attendance for Swedish scholars in the field of Asian Studies.

Meanwhile, the Nordic Council of Ministers decided to scale down their funding of the Nordic Institute of Asian Studies (along with several other Nordic research and higher education institutions), which resulted in a contraction for NIAS. In 2005, the Institute was integrated with the University of Copenhagen, and even though NIAS still to an extent functions as a major hub for Asian Studies in Sweden and the other Nordic countries, its relative importance as such has declined, particularly in Sweden.

More recently, the Swedish Institute of International Affairs (SIIA) in Stockholm has developed a strong research programme on East and Southeast Asia, focusing particularly on international relations and maritime security in East and Southeast Asia. The Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), moreover, hosts the SIPRI China and Global Security Programme since 2009, and the Department of Peace and Conflict Research at Uppsala University – which has a strong tradition of studies on security issues in Central, East and Southeast Asia – hosts the research programme ”East Asian Peace” since 2011, both funded by Riksbankens Jubileumsfond.

To summarize, studies of the Asia-Pacific have seen a substantial expansion in Sweden in the last two decades. Swedish research on the region today covers a wide spectrum of disciplines and topics. Among the most prominent research subjects are democracy and human rights, development economics, gender relations, cultural and religious change, labour, migration and peace and conflict studies. The emphasis is on the contemporary social sciences, and the expansion has been less marked, or non-existent, in fields such as archaeology, literature, music, art history, linguistics and pre-modern history.

Useful links

Centre for East and Southeast Asian Studies, Lund University

European Institute of Japanese Studies, Stockholm School of Economics

Swedish South Asian Network, Lund University

Nordic Institute of Asian Studies, Copenhagen

 

 

Pour citer cet article : Stefan Eklöf Amirell, «Asia-Pacific Studies in Sweden », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 24 avril 2013. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1879 ]