Archives de catégorie : Asie Orientale

Le Clersé

Abdelhafid Hammouche, Marie-Pierre Coquard, 09/05/2012

 

1) pour le sous continent indien :

Anthropologie – Brigitte Steinmann (Prof., anthropologie générale et approches ethnologiques comparées, construction des systèmes symboliques et des savoirs, ethno-histoire, anthropologie du développement et répercussions politiques) avec des champs de recherche en Inde et au Népal, et deux doctorantes du Clersé concernées sous sa direction :

– Claire Martinus avec un sujet de thèse intitulé « Mariages inter-castes au sein des populations népalaises locales et immigrées. Etude sur l’évolution des choix matrimoniaux au Néapl et dans l’immigration népalaise en Europe » ;

– Claire Femenias, sujet de thèse intitulé « Etude des rites funéraires chez les Bayung-Raï du Népal oriental : comparaison village /aire urbaine ».

2) pour l’extrême orient :

a) Asie du Sud-Est :

Economie – Pierre Alary (MCF) : Le développement des échanges marchands et les monnaies en Asie du Sud-Est. Le cas du Laos.

 Sociologie – Gwenola Ricordeau (MCF) : Mariages mixtes, féminisme, rapport sociaux de sexe et femmes migrantes aux Philippines. Gwenola Ricordeau travaille sur les mariages des femmes philippines avec des hommes étrangers. Sa recherche porte à la fois sur les parcours des actrices et sur les discours et débats publics sur ces mariages mixtes. C’est dans cette perspective qu’elle s’intéresse au mouvement féministe philippin et plus généralement aux femmes dans l’espace politique philippin.

 A noter que la recherche sur la zone des Philippines implique en France une communauté de chercheurs français restreinte alors qu’au niveau international, les américains et australiens sont très actifs compte-tenu de leur proximité avec cette zone. Ceci constitue une faiblesse pour la recherche française et le débat des idées, d’où l’intérêt d’être présent, de s’insérer et de développer des réseaux internationaux, de nouer des partenariats sur ces sujets avec des pays où souvent c’est la présence anglo-saxonne et américaine qui domine.

b) Asie de l’Est :

Chine : Brigitte Steinmann et Sébastien Delarre (MCF, sociologue, analyse des réseaux) dans le cadre du programme France-Chine Cuai Yuanpei (2011-2013) intitulé Integrated Urban Mesocosm.

Dans le cadre de ce programme, une doctorante du Clersé, Marjeurie Meunier est très impliquée. Son sujet de thèse porte sur « Anthropologie des organisations religieuses du taoïsme en Chine ».

Dans le cadre de ce programme, le Clersé accueille pendant 2 ans (2011-2013) un doctorant de l’Université de Pékin, Xuan Fan. Ses recherches portent sur « le genre, le corps, et la théorie générale du genre en Europe ».

 Chine : Economie – Bruno Boidin (MCF HDR) et Richard Sobel (MCF) dans le cadre de la thèse de Clément Séhier intitulée « RSE et transformations du rapport salarial dans la Chine contemporaine ».

 Chine : Anthropologie- thèse de Kamel Labdouni soutenue en nov. 2011 intitulée « Modernisation et changement en Chine : enjeux anthropologiques et sociaux. La rénovation des quartiers d’habitation vécue par une communauté de résidents de Harbin » sous la direction de G. Gaillard (Prof.).

Corée : Sociologie – Claire Gellereau, étudiante en M2 Sociologie et Anthropologie des Enjeux Urbains suivie par Cécile Vignal (MCF). Titre : « Les choix résidentiels d’expatriés issus de pays Occidentaux à Séoul ». Ce projet de recherche croise la sociologie urbaine, la sociologie de l’habitat et la sociologie des migrations dans le contexte asiatique. Il s’agit de saisir le rôle joué par les entreprises, la ville de Séoul, les institutions françaises ainsi que par les contraintes structurelles sur les choix résidentiels des expatriés. La thèse approfondira et développera l’étude engagée en Master 2 en s’intéressant également aux ressortissants d’autres pays européens, et en élargissant les questionnements dans une étude comparatiste des choix résidentiels selon le pays d’origine.

Le choix de la ville de Séoul reste pertinent car, récemment ouverte aux étrangers et dotée d’un important dynamisme urbain, la ville a créé des centres d’aides destinés aux étrangers et met en avant les identités culturelles des quartiers regroupant une forte communauté étrangère (quartiers mongol, japonais, chinois, ainsi qu’anglo-saxon et français). La thèse vise ainsi à enrichir les travaux en sociologie portant sur les expatriés ainsi que les études urbaines et asiatiques.

Japon : Economie – Florence Jany-Catrice (Prof.), sur la thématique du CARE (question montante dans les pays d’Asie, et au Japon en particulier), sur la question des nouveaux indicateurs de richesse question dont le Japon commence à s’emparer également, et dans le cadre du projet franco-japonais chorus ANR ILERE 2011-2013 « Initiatives locales et exclusion des résidents étrangers – Comparaison France –Japon ». Cette dernière recherche s’effectue en relation avec Thierry Ribault (CR CNRS) actuellement détaché à l’Institut de recherche de la maison franco-japonaise de Tokyo (UMIFRE 19 CNRS-MAEE). Thierry Ribault a également bénéficié d’un appui de l’INSHS au Clersé dans le cadre du 1er appel à projets en émergence PEPS 2009, sur le thème « Japon : des jeunes en émergence ».

Enfin, un projet de Laboratoire International Associé (LIA) à l’initiative de Thierry Ribault, qui sera proposé auprès de la direction de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS (InSHS) dont le titre provisoire est: « Protection humaine et réponses au désastre. Soin intensif en sociétés industrielles » basé au Japon et au sein duquel plusieurs membres du Clersé pourraient participer.

Japon : Sociologie – Abdelhafid Hammouche (Prof.) sur le thème Villes et Cultures : action publique dans l’espace urbain. Cette recherche sur la transformation des quartiers concerne les villes de Lille, Fortaleza et Yokohama. Coordonnée par Abdelhafid Hammouche, elle implique des chercheurs des universités des trois villes. Les chercheurs japonais sont enseignant-chercheurs à l’Université Meiji Gakuin de Yokohama.

Japon : Economie – Anne Bustreel (MCF) dans le cadre de sa coopération avec Tomo Nishimura (MCF, Université de Kwansei Gakkuin) un travail en émergence en liaison également avec Martine Pernod-Lemattre (MCF) et Frédéric Cornuau (MCF) : dimension de genre, conditions de travail des salariés précaires, approches comparatives France -Japon.

Japon : Ethnologie – projet de post-doc de Clothilde Sabre, suite à sa thèse intitulée « Le néo-japonisme ou la passion pour la culture pop japonaise comme forme de construction identitaire dans le cadre de la mondialisation » sous la direction de Paul van der Griip (Prof.).

Taiwan : Economie – Catherine Comet (MCF), projet PHC Orchid actuellement terminé. « Between State and Familism : a comparative study of interlocking Directorates between France Taïwan » (2009-2010).

Abdelhafid Hammouche,
Directeur du Clersé

Marie-Pierre Coquard,
Chargée des relations internationales au Clersé

AEJF 1997 – 2012 : L’enseignement du japonais en France – bilan et perspectives

Association des enseignants de japonais en France :

AEJF 1997 – 2012 : L’enseignement du japonais en France – bilan et perspectives –

http://aejf.asso.fr/filemgmt_data/files/rappport.pdf

« Le but de cet ouvrage est double : d’une part établir un état rétrospectif de nos activités en vue de réfléchir à l’orientation de nos actions futures et de nos nouvelles missions. Présenter, d’autre part, la somme de ces activités dans un document en français afin de leur donner plus de visibilité et diffuser les informations essentielles concernant la pratique et les acquis dans le domaine de l’enseignement du japonais en France auprès de tous les acteurs de la communauté éducative. »

 

 

Alain Delissen : Émergences coréennes

Avertissement

Les pages qui suivent n’ont pour ambition ni prétention de constituer un état des lieux objectif, à jour et détaillé des études coréennes en France. Encore moins des « connaissances françaises sur la Corée » — si cette formulation a un sens.

Du côté français comme du côté sud-coréen — souvent à l’occasion des anniversaires diplomatiques ou des commissions mixtes — une histoire des pionniers, des institutions, des personnes actives et des travaux ne manque pas d’être régulièrement établie. Elle fait alors office de bilan[1]. Comme ce domaine s’est très considérablement enrichi et diversifié depuis deux décennies, il a semblé inutile de sacrifier à un exercice réclamant, pour être sérieux, beaucoup de temps et de moyens.

Directeur d’études à l’Ehess, ancien directeur de l’UMR 8173 Chine, Corée, Japon (2008-2011) et directeur de l’Institut d’Études Coréennes du Collège de France, l’auteur de ces lignes est engagé dans le monde coréanologique depuis presque vingt-cinq ans : il peut avoir l’imprudence d’évoquer de façon subjective — quoique informée — cette expérience déjà assez longue.

Ce texte bref relève donc de l’exercice solitaire. Si son objectif et ses destinataires ont été discutés de façon informelle dans le petit milieu coréanologique, il n’a pas été soumis ni a fortiori validé par les nombreux acteurs qui constituent aujourd’hui les études coréennes en France. Il ne s’exprime pas en leur nom.

Émergence, s. f.  1) Sortie hors d’un milieu. 2) Fig. Circonstance pressante.

(« Littré » 1874).

Premier aperçu

À la mesure de l’émergence de la Corée du Sud sur la scène économique, politique et culturelle du monde depuis 30 ans (pour ne rien dire trop vite de la Corée du Nord), la production scientifique coréenne s’est considérablement développée. On désigne ici toutes les connaissances que produit et accumule le monde coréen, y compris sur lui-même.

Il en va de même plus modestement des études coréennes françaises. Depuis deux décennies, elles ont su entamer le « tournant disciplinaire » des études sur l’Asie, entretenir un dialogue plus assidu avec les aires culturelles voisines et concevoir des formes de coopération interinstitutionnelle productives qui les rendent visibles au-delà de l’hexagone.

Essentiellement du fait de ses universités, dans des domaines et des lieux disciplinaires « classiques » (histoire, littérature, langue), la France n’a pas à rougir de ses efforts passés et récents au regard des autres pays européens. Ils portent leurs fruits.

Car, comme en témoigne la spectaculaire croissance des étudiants de premier cycle engagés en études coréennes, la jeunesse française a pris la mesure de l’intérêt (du potentiel) de la péninsule. On doit s’en réjouir.

Cette nouvelle puissance (sud-)coréenne en actes doit désormais s’imposer aux décideurs français plus âgés, publics et privés : non plus comme une hypothèse, mais comme un fait. Il est temps de changer de lunettes et d’ajuster nos dispositifs à la réalité.

Une émergence spectaculaire

Des signaux très positifs

Une fois n’est pas coutume dans l’évocation — souvent découragée — de l’enseignement supérieur et de la recherche français, il est possible d’entamer l’esquisse d’un tableau des études coréennes sur une note générale positive, voire très positive. Elle doit autant à la trajectoire récente d’un petit pays ambitieux sur la scène mondiale qu’aux réponses actives qu’elle a su susciter de la part des institutions françaises de la connaissance.

Surprise (à déchiffrer) et promesse à la fois, le flux massif et toujours croissant des jeunes français intéressés par la Corée en constitue la manifestation récente la plus spectaculaire. S’en tiendrait-on à l’Île de France, à la rentrée 2012, plus de sept cents étudiants étaient inscrits pédagogiquement à l’une ou l’autre des trois années de Licence de l’Inalco et de Paris 7-Paris Diderot !

Parce que les échanges entre les deux « finisterres » eurasiatiques sont désormais plus intenses, fait écho à cette demande de formation avancée un intérêt notable de la société française qui est bien mieux informée sur la Corée qu’il y a 20 ans. On doit donc saluer aussi comme un signe encourageant la couverture médiatique consacrée à la péninsule, particulièrement dans la presse écrite. Dans la foulée d’un Philippe Pons qui a su, longtemps seul, assurer au Monde la pédagogie des choses coréennes, l’information s’est aujourd’hui remarquablement diversifiée et segmentée en niches spécialisées. Y dominent très largement les points de vue sur (et de) la Corée du Sud.

Cinq points saillants : Le Nord (le monde coréen), la tradition savante, Paris, l’Europe, la « famille » CNRS

Par contraste — et ce sera dit une bonne fois pour toutes —, on ne peut que regretter le traitement décevant et caricatural, bête et répétitif (en gros typiquement « orientaliste ») réservé en général à la Corée du Nord. On est parfaitement en droit d’avoir peu de sympathie et de goût pour cet État et ses dirigeants, mais il y a mieux que le psittacisme pour en rendre compte. On ne manque pas avec Pyongyang de beaux défis intellectuels et méthodologiques à relever, de beaux objets curieux à penser…

Plutôt que d’une Corée rabattue inconsciemment sur la Corée du Sud, on parlera ici de « monde coréen », non par prétention à la grandeur, mais par effort de reconnaissance d’une tension entre une unité indéniable vue de l’extérieur (il y a une coréanité qui n’est soluble ni dans la globalisation ni dans la vague « Asie ») et des pluralités internes d’ordres variés (le Sud, le Nord, les diasporas ; les régions, les générations, les classes ; les hommes et les femmes…).

Pour le reste heureusement, le monde savant français peut tirer fierté des efforts qu’il a fournis pour accompagner de son travail la lente émergence mondiale de la Corée à la conscience du monde. Quoique incomparablement moins épaisse que la sinologie (ou la japonologie) francophone, l’histoire longue de la première coréanologie française du Père Féron (1827-1903) à Charles Haguenauer (1896-1976) et de Mgr Dallet (1829-1878) à l’impressionnant Maurice Courant (1865-1935) est désormais bien connue. Il reste à écrire celle de la seconde génération (André Fabre, Li Ogg, Daniel Bouchez, Bertrand Chung, Marc Orange, Alexandre Guillemoz) qui eut pour mission — réussie —d’ancrer la Corée dans le paysage universitaire.

Mis bout à bout, le nombre de supports budgétaires consacrés aujourd’hui à connaître et faire connaître la Corée n’est pas négligeable. Musées et bibliothèques compris (Guimet, Bulac), l’État français finance entre 20 et 25 postes statutaires (à comparer avec + 150 sur le Japon). Ils relèvent des universités (enseignants-chercheurs et ingénieurs d’études ; Inalco, Paris Diderot) ou des grands établissements (EHESS, EFEO, CNRS, Collège de France. Plus inconstamment l’IEP-Paris) et, très largement aussi, d’une localisation à Paris même. La plupart sont logés dans des dispositifs disciplinaires spécifiques soit centrés sur l’enseignement de la langue ; soit cantonnés aux réduits exotiques des « aires culturelles »[2].

Pareille esquisse en grandes tendances ne peut oublier ce qui, en banlieue parisienne ou « en régions » (Lyon, Bordeaux, La Rochelle, Aix en Provence, Le Havre, Belfort…) se confirme ou s’affirme de formations à la Corée, originales de tenter parfois des formules plus « professionnalisantes ». On doit enfin évoquer diverses initiatives « coréennes » qui, de façon non structurée et non permanente, se manifestent aujourd’hui dans de nombreux établissements français.

Chiffres en main et loin des discours « RP » auto-promotionnels qui marquent actuellement la vie académique internationale, cet ensemble dense de ressources, d’actions variées et de travaux accumulés est tout à fait unique en Europe. La coréanologie française — qui a appris à communiquer et écrire en anglais — fait ainsi excellente figure dans un espace européen de recherches et d’échanges, remarquablement intégré et actif, que structure et anime l’AKSE. Parce qu’elle offre une masse critique de chercheurs et des structures efficaces de circulation, l’Association for Korean Studies in Europe est peu à peu devenue une instance majeure de professionnalisation, de validation ; en bref, de légitimation scientifique : et comme telle reconnue pour son expertise par les bâilleurs de fonds publics sud-coréens (Korea Foundation).

Depuis que l’auteur de ces lignes s’est plongé dans le monde coréen (à la veille des Jeux olympiques de Séoul de 1988), la coréanologie française a donc crû de façon remarquable. On notera pour conclure le rôle paradoxal qu’a joué le CNRS dans ce paysage : quoique tout à fait marginal (voire longtemps absent !) en termes de postes de chercheurs, l’organisme national de recherche a su continument y jouer un rôle structurant en rendant possible, grâce à ses UMR multi-tutelles, un dispositif inter-institutionnel précieux ; l’ambiance interpersonnelle d’une petite famille ; l’accès à des ressources spécifiques critiques (crédits de recherche, documentation, accès — coûteux — aux indispensables grandes bases de données scientifiques sud-coréennes).

Cette « petite famille » réclame aujourd’hui d’être repensée en d’autres termes. Avec d’autres dispositifs.

Les difficultés

Crise de l’université, géopolitique du savoir et points faibles de la coréanologie

Il est tentant de se saisir de cette tribune pour entonner un lamento général — au fond justifié — sur la vie académique au 21e siècle ; pour dévider la liste — au fond légitime — des grands besoins à satisfaire : des postes, des locaux, des budgets et du temps ! Il semble vain de trop s’y attarder sinon pour rappeler le caractère mondial du constat/sentiment de crise de « l’université » ; son acuité particulière en SHS.

Il serait plus justifié de s’étendre davantage sur ce qu’ajoute, en France, de difficulté aux difficultés le parti pris d’un pilotage des adaptations « nécessaires » qui apparaît nettement contre-productif : de préférer systématiquement et massivement la recherche programmée au temps libéré, la surproduction quantitative à la qualité créative, la reproduction du même à l’énergie du neuf.

Voire: dans toutes les grandes mutations en cours, il n’est visiblement réservé aucune place à une géopolitique du savoir un tant soit peu à jour sur des enjeux fondamentaux :

– les aires culturelles en SHS et ce qu’elles nous permettent de comprendre en finesse — au prix d’une formation longue — des changements planétaires en cours sont sacrifiées sur l’autel d’un court-termisme utilitariste qui tient les échanges internationaux en « sciences dures » (en anglais international) pour suffisants à la compréhension  du monde.

– indépendamment de la dignité et de l’intérêt égaux de toutes les aires culturelles, la place géopolitique de « la Corée » et son émergence, en puissance et en savoir — en ambitions dévorantes — à la mondialité n’est pas ou mal repérée. Il y a pourtant des mutations dans le monde au-delà du catalogue officiel des « émergents » patentés ; au-delà du sino-centrisme exclusif qu’impose une nouvelle doxa …

– cette émergence n’est pas bien comprise parce qu’elle est aussi insuffisamment analysée par un nombre insuffisant d’experts suffisamment in/formés. Indépendamment de la dignité et de l’intérêt égaux de tous les sujets et de toutes les périodes, il faut avoir le courage d’énoncer clairement des points faibles : les études classiques (et historiques) ne se portent pas si mal (elles pèsent et sont visibles à l’échelle mondiale) quand la connaissance, en France, du monde contemporain coréen a été visiblement abandonnée à d’autres métiers que ceux de la science. Très loin de tout « présentisme » (chiffon rouge dont la pertinence peut valoir pour les États-Unis…) la coréanologie francophone cherche politologues, économistes, sociologues, ethnologues ou médiologues connaissant vraiment — en langue coréenne cela va de soi et en profondeurs historiques cela va aussi de soi — le monde coréen actuel.

Divers effets secondaires néfastes des mutations en cours : effets de cycle, déstructuration des PRES, pilotage général

Il y a peut-être plus grave : la croissance brutale de la demande estudiantine, les réformes institutionnelles en cours (PRES et Idex) et le remplacement du pilotage stratégique national (le courage des choix) par la compétition systématique entre établissements (et entre PRES) semblent avoir la capacité rapide, dans le domaine des études coréennes, non seulement de contrarier une émergence, mais de parvenir à défaire trente années de patients tissages interinstitutionnels.

Aubaine pour une part, les effets de « cycle » sont non moins redoutables. Imprévue et spontanée, la croissance brutale des effectifs estudiantins en licence a d’autres inconvénients que de mettre aujourd’hui à rude épreuve les structures d’accueil : elle accule les établissements asphyxiés à gérer l’urgence en créant trop vite des postes, soudainement nombreux, face à un vivier de candidats insuffisant — insuffisamment large, varié, préparé, compétitif. La constitution de pareil vivier ne peut, par définition, ni être instantanée ni laissée totalement à la bonne fortune. Elle devrait se préparer.

En domaine émergent, peut-on concevoir une politique de formation et de recrutement qui ne soit pas coincée entre la pure reproduction du même et l’anomie hasardeuse générée par l’urgence ?

S’il est difficile d’anticiper aujourd’hui ce qu’il adviendra des PRES et des Initiatives d’excellence à l’horizon 2020, il est palpable d’en constater les premiers effets, à Paris, sur un petit domaine comme celui des études coréennes, naguère intensément coopératif. Longtemps interinstitutionnelles (de façon formalisée ou pas), elles ont commencé d’être mises à mal par la logique quantitative et concurrentielle qu’ont générée évaluation et contractualisation (AERES, UMRisation). La mise en place des PRES et des Initiatives d’excellence a aggravé la tendance. Les études coréennes — et souvent les personnes en charge de les gérer — sont ainsi éclatées (écartelées) aujourd’hui entre trois PRES : Paris-Cité, héSam et PSL. À la clé : pressions des établissements sur les individus, crédits étroitement ciblés, dé-circulation attristante des étudiants (!!!), bras de fer sur les créations de postes et les affectations, enrégimentement dans des projets collectifs artificiels, accroissement de la complexité bureaucratique et, à terme, concurrence franco-française prévisible auprès des bâilleurs de fonds français, européens et coréens…

Les études coréennes émergentes peuvent-elles raisonnablement se permettre une désastreuse mise en concurrence franco-française ?

Soumis, comme tous les autres EPST, à des logiques « supérieures » de mécano gestionnaire, de taille critique, de tempo contractuel trop court ; tiraillé par en bas par les demandes concurrentes des établissements désireux de retenir son attention et d’obtenir son « label », on peut interroger la capacité (son désir n’étant pas en cause) d’un organisme comme le CNRS à assurer la cohérence de l’ensemble tout en tenant compte des domaines « émergents » qu’il a pour mission non de protéger, mais de faire grandir. On peut s’interroger de même sur sa capacité à formuler une stratégie de soutien à la recherche qui ne soit pas soumise aux normes professionnelles des sciences dites « dures », aux sujets imposés par la technocratie scientifique de Bruxelles au nom sacré de la « demande sociale ». On peut enfin s’étonner de sa capacité à coordonner les efforts de la recherche française en SHS — naguère mondialement prestigieuse — pour l’insérer dans un environnement d’échanges globalisés et inégaux.

Dans ce contexte, il revient finalement… à un organisme sud-coréen (l’Academy of Korean Studies) de financer (considérablement) pour cinq ou dix ans, le seul dispositif interinstitutionnel coréanologique (Paris Diderot, Inalco, Ehess), en articulant recherche et formation dans une ambition francophone…

À l’échelle nationale et internationale, l’émergence des études coréennes peut-elle survivre longtemps à une programmation scientifique aussi impérieuse que sans pilotage ad hoc?

S’en déduisent quelques propositions d’actions, formulées brièvement, dans trois domaines très différents : pilotage, diffusion de la connaissance, relations internationales. Chacune est déclinée en deux volets, l’un facile à mettre en place, l’autre plus ambitieux.

Elles peuvent être décisives pour passer d’émergence en consolidation.

Une nécessaire consolidation

1) Pilotage : orientation nationale, passerelles, plan décennal de formation

Parce que la puissance coréenne est ce qu’elle est, parce que les études coréennes constituent un domaine émergent (parmi d’autres) et parce qu’elles sont particulièrement vulnérables à la recomposition (décomposition) en cours qu’induit la naissance des PRES  les études coréennes réclameraient un peu d’attention particulière.

  • A minima : on pourrait attendre d’un pilotage vraiment national de la recherche qu’il institue au sommet du Ministère une structure d’orientation destinée de réfléchir à des « passerelles » trans-PRES visant à contrebalancer, par des actions concrètes (autres que la réunionite), la dérive des continents.
  • Au mieux : pour faire face aux multiples formes de « demande de Corée », on pourrait envisager la mise en place d’un plan décennal de formation échappant aux à-coups et aux effets d’aubaine. Il s’agirait de créer un « horizon de postes » (enseignant ou chercheur), sans aucun autre fléchage que « langue + discipline », soutenu au départ par des bourses (en master) puis des contrats doctoraux. À charge pour les établissements, CNRS ou universités, ayant connaissance de ce vivier, d’ouvrir ensuite les postes « en réserve » — éventuellement reportables un nombre donné d’années — selon leurs procédures usuelles et le schéma national de la LRU.

2) Les aires culturelles, un savoir stratégique ?  Traduction, veille scientifique et diffusion de la connaissance

L’Asie en général nous connaît mieux que nous ne la connaissons. Cette dissymétrie en héritage est plus abrupte encore entre France et Corée. Elle ne sera pas indéfiniment sans conséquences pratiques depuis que nous n’avons plus le monopole des Lumières. Il est donc temps d’envisager les SHS et les aires culturelles aussi comme des savoirs stratégiques qui ne prospèrent pas dans les vases clos (supposés) de la pure érudition.

  • Au minimum : il ne semble pas inutile de faire un effort plus soutenu (à dire vrai il existe à peine) du côté de la traduction. À quoi pense la Corée ? Comment pense la Corée ? Que sait-elle et dit-elle de nous ? Que nous apprend-elle des grands problèmes du monde passé, du présent, des mondes futurs ? Sur des bases scientifiques solides, traduire en français tout un univers de savoir (même un tout petit peu) ne semble pas hors de portée.
  • De façon plus ambitieuse : il faudrait (en parallèle avec le plan de formation décennale évoqué plus haut) prendre de façon plus systématique la mesure de la production scientifique en Corée (en Asie) en général : tout ne se dit pas en anglais ; tout dispositif de veille n’est pas automatisable et purement quantitatif. Que pouvons-nous faire, que savons-nous faire pour mieux appréhender (puis rediffuser) ce que pense le monde coréen des grandes questions scientifiques et sociétales qui travaillent notre époque ? Quelles ressources de concepts ou de pratiques gisent là, éclairantes ou utiles pour nous ?

3) Relations internationales : changer de braquet… et remettre les SHS dans la boucle : pour une Maison franco-coréenne… à Séoul ET à Paris

Les relations scientifiques internationales sont aujourd’hui décisives. Dans les faits, elles passent informellement par des individus, demeurent assez superficielles, manquent de constance, de moyens et de résultats : le tout semble peu efficace. Surtout : ni la Corée ni les SHS ne sont au devant (ou même en cinquième ligne) des priorités françaises.

Qui lit le coréen (ou examinera la liste des projets financés) pourra à cette aune évaluer le programme STAR liant France et Corée du Sud : outre que le CNRS n’a plus d’accord cadre avec ce pays, le partenaire dans la péninsule n’affiche aucun intérêt pour les SHS autres qu’immédiatement applicables à l’industrie (contrairement à ce qu’avance la partie française).

  • A minima : il est urgent (voir ci-dessus), de redonner aux échanges entre France et Corée un éventail disciplinaire un peu moins étroitement utilitariste ou « techno-sciences dures » lesquelles occupent tout le champ depuis maintenant 10 ans. Les accords STAR ont certes le mérite d’exister. Il n’est pas trop tard de faire l’effort de les adosser à des partenaires coréens… qui pratiquent (et financent) aussi la recherche en SHS. Il y en a.
  • De façon plus ambitieuse : un big bang s’impose. Les échanges scientifiques franco-coréens continuent d’être à la remorque de bureaux régionaux situés à Tokyo ou à Pékin qui prennent mal la mesure et de ce que produit la science coréenne (et pas du tout de ce qui s’y pense en SHS). On me pardonnera ici d’insister lourdement sur les dividendes de notre soft power
  • On peut donc enfin faire le choix de l’ambition : en créant à Séoul, comme on le faisait à Tokyo il y aura bientôt un siècle, une Maison franco-coréenne, fonctionnant peu ou prou dans les mêmes conditions et dans les mêmes domaines, associant la recherche et les affaires étrangères (façon UMIFRE).
  • On peut même faire beaucoup mieux : en la structurant d’emblée à égalité d’ambitions et d’intérêts comme une structure d’échanges et de circulations bilocalisée à Paris et à Séoul.

Il n’est pas trop tard pour mettre nos actes à la hauteur de nos ambitions verbales.

Il n’est pas trop tard de concevoir des ambitions françaises au sujet de la Corée.

Il n’est pas trop tard surtout pour sortir du XIXe siècle…

Alain Delissen, historien, est spécialiste de la Corée coloniale et des usages publics du passé dans le monde coréen. Il est directeur d’études à l’Ehess, directeur de l’Institut d’Études Coréennes du Collège de France et membre de l’UMR 8173 Chine, Corée, Japon.


[1] Une première approche de ce monde coréanologique en mouvement pourra passer par le Carnet en ligne du Réseau francophone d’études coréennes, porté par Paris Diderot, l’Inalco et l’Ehess et généreusement soutenu par l’Academy of Korean Studies (Overseas Leading University program for Korean Studies), sur appel d’offre pour cinq ans (2010-2014). Un Portail plus large devrait être ouvert courant 2013. http://parisconsortium.hypotheses.org/

[2] Il faudrait être capable de mesurer précisément, sur trente ans, la « capacité d’accueil » des disciplines pour telle et telle aire culturelle. Ainsi, le nombre des spécialistes de l’Asie recrutés dans des départements disciplinaires et qui y font l’essentiel de leur service sur leur aire de spécialité est plus que ténu. Les mantras neufs de l’histoire globale semblent devoir faire oublier que, chez les historiens par exemple, ce nombre semble, en réalité, avoir baissé… Sous bénéfice d’inventaire.

Pour citer ce billet : DELISSEN, Alain, « Émergences coréennes », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 9 décembre 2012, modifié le 20 décembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1304]

Laurence Roulleau-Berger : La sociologie chinoise au XXIe siècle

Si les sociologies européennes apparaissent ethno-centrées et peu ouvertes aux autres sociologies  du monde ce n’est pas le cas pour la sociologie chinoise qui d’abord s’est tournée vers les sociologies européennes et américaines pour affirmer aujourd’hui une pensée propre. Dans la sociologie chinoise les déplacements et hybridations de paradigmes s’organisent autour de la résistance à l’imposition de modèles intellectuels post-coloniaux et de l’affirmation d’une pensée « située » là où les sociologies européennes intègrent difficilement les pensées non occidentales.

Depuis 1979, la réinvention de la sociologie chinoise représente un évènement majeur dans l’histoire des sciences humaines et sociales. La sociologie chinoise, si elle s’était largement développée avant 1949, sera ensuite interdite pendant trente ans, pour retrouver un essor très rapide depuis sa recréation. La sociologie est en effet devenue une discipline-phare du champ intellectuel au cours de la décennie 1980 en Chine. L’abondance des productions scientifiques témoigne d’une dynamique intellectuelle forte qui produit une vraie originalité et de vraies spécificités liées à une histoire de la pensée chinoise et à la complexité d’un contexte sociétal..

La sociologie chinoise semble admettre plusieurs normes de légitimation scientifique qui permet la production d’une diversité et d’une cohabitation de points de vue, à condition que soit mise en oeuvre une vraie dialectique entre pratique et théorie sociologique. La sociologie chinoise s’est structurée tout au long de ces trente dernières années autour des tendances suivantes :

-la prise en considération de ce qui pourrait apparaître un effet de contexte civilisationnel.

– la montée de l’idée de « la production de la société » via l’analyse des processus structurels

– l’émergence de l’Individu à travers la question de la subjectivité et des interactions

– l’idée de produire des paradigmes émancipés de toute forme de colonisation culturelle et d’un regard surplombant de l’Occident sur la société chinoise

Les sociologues chinois connaissent les différents courants de la sociologie d’Europe de l’Ouest et américaine, il les distinguent et les associent dans différents travaux sans refuser à l’un ou à l’autre une légitimité donnée. En effet considérant que la sociologie comme discipline est née dans la civilisation capitaliste ils produisent une sociologie qui prend vraiment ses ancrages dans la civilisation chinoise d’hier et d’aujourd’hui, mais aussi dans des filiations, déplacements, hybridations avec des sociologies nord-américaines et européennes.

Certaines sociologies chinoises se nomment, d’autres ne se nomment pas. Mais surtout la sociologie se diversifie en produisant des propositions qui, à partir de l’effet de civilisation chinoise, agencent différemment processus structurels/actions pratiques/interactions/ subjectivités et se distinguent les unes des autres en donnant des statuts différents accordés à chaque concepts.

Parmi les sociologies qui se nomment Sun Liping parle de « sociologie de la pratique ».

Parmi les sociologies qui ne se nomment pas nous en avons distingué trois qui se construisent différemment en fonction du statut accordé aux concepts processus structurels/actions pratiques/interactions/ subjectivités :

– sociologie des structures et stratégies

-sociologie des  interactions, actions collectives et structures

-sociologie des  structures sociales, individu et subjectivité

Là où les couples individualisme / holisme, objectivisme / subjectivisme, microsociologique / macrosociologique ont été actifs dans la sociologie d’Europe de l’Ouest dans la production de pensées binaires, la sociologie chinoise se construit plutôt dans la pluralité des approches théoriques.

Cette réflexion sur la sociologie chinoise s’inscrit dans une entreprise scientifique plus large de désoccidentalisation des savoirs sociologiques et dans un travail épistémologique sur la production de « sciences sociales post-occidentales » qu’il paraît nécessaire de produire. Des dominations et des hiérarchies ont donc été très tôt construites entre les contextes occidentaux, orientaux et extrême-orientaux et ont produit des ignorances et des occultations de pans de savoirs entiers. Aujourd’hui nous sommes invités à nous placer dans un espace épistémique pluridimensionnel pour penser nos sociétés, pour comprendre comment d’anciennes hiérarchies de savoirs sont bousculées pour céder la place à de nouvelles, comment des réseaux transnationaux et translocaux de connaissances peuvent se former en créant des processus de conjonction et de disjonction culturelle et symbolique. Si Dipesh Chakrabarty avait créé subaltern studies en proposant de « provincialiser l’Europe » pour considérer les « histoires subalternes » dans leurs dynamiques propres et si des intellectuels comme Homi Bhabba ont porté les postcolonial studies à partir de l’idée de dépasser les grands récits de la modernité et les grands paradigmes en sciences sociales, il nous paraît aujourd’hui moins pertinent de penser la pluralité des « provinces du savoir» que les nouvelles centralités mais surtout de penser les modes de formation des continuités et les discontinuités, les agencements et les disjonctions entre des lieux de savoir situés à différents endroits du monde.

-L.Roulleau-Berger et  GuoYuhua, Li Peilin, Liu Shiding (dir), 2008, La Sociologie chinoise contemporaine, Coll. Réseau Asie, Éditions du CNRS, 2008, Paris.

-L.Roulleau-Berger, 2011,  Désoccidentaliser la sociologie. L’Europe au miroir de la Chine, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2011. Édition traduite en chinois aux Social Sciences Academic Press parue en 2012.

-L.Roulleau-Berger and Li Peilin (ed), 2011, European and Chinese Sociologies : a new dialogue, Brill Publishers, Leiden, Boston, Singapour.

-Li Peilin and L.Roulleau-Berger (ed), 2012, Internal and International Migration : a comparative perspective, Routledge Publishers, London and New York.

Lyon, le 5 novembre 2012

Laurence Roulleau-Berger est sociologue, spécialiste de la Chine, directrice de recherche au CNRS (UMR 5206, TRIANGLE interdisciplinaire au carrefour de la science politique, de l’histoire de la pensée politique et économique CNRS/ENS de Lyon, Sciences Po Lyon et université de Lyon 2)

 

Pour citer ce billet : ROULLEAU-BERGER, Laurence « La sociologie chinoise au XXIe siècle », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 28 septembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/548]

Eric Marié : La médecine chinoise

La médecine chinoise se caractérise par une longue histoire, avec une continuité épistémologique remarquable, des sources écrites abondantes et un statut officiel en Chine et, dans une certaine mesure, dans d’autres pays. Au cours des années 1950, à la suite de diverses décisions politiques successives et parfois contradictoires, la médecine chinoise a fait l’objet d’une reconstruction de ses théories et de ses pratiques et des réformes ont fortement modifié son exercice et sa transmission. S’exerçant auparavant dans un cadre privé, les consultations sont devenues principalement hospitalières, l’enseignement est devenu essentiellement universitaire, avec une harmonisation nationale des programmes et une intégration de données de médecine occidentale. Cependant, malgré un soutien gouvernemental, la médecine chinoise a traversé, en Chine, une crise à multiples facettes, notamment :

– diminution qualitative et quantitative des vocations, les projets de carrière étant peu motivants, en comparaison de la longueur des études ;

– perte d’identité due à l’obsession de démontrer son caractère « scientifique », avec des contorsions méthodologiques qui se fondent sur les critères de la médecine occidentale et ne prennent pas en compte sa spécificité ;

– Industrialisation de sa pharmacopée qui conduit à la création et à l’utilisation de plus en plus marquée de spécialités (pilules, comprimés…) manufacturées qui tendent à remplacer la traditionnelle prescription magistrale, fondée sur une individualisation du traitement ;

– polémique, comme celle initiée en 2006 sous forme de pétition pour l’abrogation de la médecine chinoise en Chine qui a provoqué un débat académique national, finalement clos par les instances gouvernementales qui ont confirmé leur soutien à la médecine chinoise.

La Chine s’engage de plus en plus dans la tendance à faire reconnaître sa médecine traditionnelle comme un élément essentiel de la culture chinoise, avec son inscription au patrimoine immatériel de l’humanité par l’UNESCO (2010) et la décision de créer des Instituts Confucius de médecine chinoise (le premier en Australie, le second au Royaume Uni et un troisième en préparation en France).

Parmi les nouvelles thématiques auxquelles nous nous sommes consacrés, durant ces dernières années, on peut mentionner :

– la place de la médecine chinoise dans l’offre et la demande de soin en France (plus particulièrement en cancérologie, en partenariat avec l’Institut national du cancer, qui a financé une recherche de trois ans et à qui nous avons remis un rapport de 287 pages en 2010) ;

– les transferts de savoirs vers l’Europe et les modalités de la transmission, l’analyse des programmes d’enseignement et l’implantation de la médecine chinoise en Occident, ainsi que les questions posées par sa globalisation, avec des communications dans plusieurs institutions académiques (Chine, Corée, Taiwan) ;

Dans le domaine de la médecine chinoise, l’enseignement et la recherche, en France, ne bénéficient pas d’un soutien suffisant et la plupart des chercheurs qui s’y consacrent le font à travers le prisme d’une autre discipline (médecine occidentale, sinologie, anthropologie…) et peu d’entre eux ont une connaissance interne, théorique et pratique, de la discipline. Les dizaines d’universités de médecine chinoise et autres organismes institutionnels de recherche implantés en Asie et Pacifique n’ont pas de partenaire officiel, de même rang, en France, et n’ont pas d’autre choix que de coopérer avec des organismes privés qui ne sont pas à la hauteur pour construire des conventions sur un plan égalitaire. Ce champ de l’enseignement supérieur qui pourrait permettre à la France de s’intégrer à des recherches internationales reste donc à créer. L’université de Montpellier 1, à travers sa faculté de médecine, a pris l’initiative d’ouvrir plusieurs diplômes d’université de 3e cycle de médecine chinoise (déjà plus de 150 diplômés) mais, pour combler le retard, il serait opportun de créer un véritable institut de recherche ou une chaire de médecine chinoise qui permettrait de développer une connaissance intrinsèque de cette discipline et de regrouper les doctorants et les chercheurs qui travaillent sur cette thématique.

Éric Marié , historien des sciences et spécialiste de la Chine est docteur de l’Université de médecine traditionnelle chinoise du Jiangxi (Nanchang, Chine) et docteur de l’EHESS à Paris. Il est actuellement rattaché à l’Institut d’Études Transtextuelles et Transculturelles de l’Université de Lyon 3  (EA4186). Il assure la direction pédagogique des Diplômes Universitaires de médecine chinoise à la Faculté de médecine de Montpellier.

Retrouvez le profil d’Eric Marié, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : MARIE, Eric, « La médecine chinoise », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 27 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/119]

Chloé Froissart : La Chine, un acteur incontournable

Alors même que la Chine est aujourd’hui devenue un acteur économique et politique incontournable dans le monde, les études sinologiques classiques sont beaucoup mieux représentées à l’université que les études sur la Chine contemporaine. On note en particulier que la science politique sur la Chine est menacée de disparaître avec le départ à la retraite, effectif ou éminent, de ses représentants patentés. Plus aucun chercheur ne travaille sur le système politique de la Chine et l’étude politique de la Chine en général, bien que représentant un enjeu crucial dans la compréhension de ce pays, est sous représentée. Enfin, on déplore une absence de relève à l’université, et encore plus au CNRS, de la jeune génération travaillant sur la Chine contemporaine.

Autrefois limitée à une approche sinologique (c’est-à-dire à l’étude de la Chine, notamment en sciences humaines, à travers ses textes), l’étude de la Chine s’est ouverte ces dernières années aux sciences sociales, notamment à la sociologie, à l’anthropologie, à l’économie et à la géopolitique. Cette évolution correspond à la nécessité de comprendre les enjeux contemporains et de former des étudiants à même d’en avoir une bonne appréhension. En ce qui concerne les deux premières disciplines, les termes émergents sont les suivants : actions collectives, développement des organisations sociales, d’Internet, migrations, urbanisation, citoyenneté, travail, et développement de formes de religiosité qui sortent du cadre institutionnalisé défini.

La recherche sur cette aire culturelle est néanmoins confrontée à de nouveaux défis. Alors même que la recherche collective est de plus en plus valorisée à travers le rôle croissant des laboratoires de recherche et des appels à projets, les laboratoires au sein des universités regroupent souvent des chercheurs spécialistes d’aires culturelles différentes et de disciplines différentes, ce qui rend souvent les collaborations hasardeuses, voire inopérantes. Or les chercheurs n’ont souvent d’autre alternative que de mener leurs recherches au sein de l’université, les recrutements au CNRS étant très peu ouverts aux spécialistes des aires culturelles. Les recrutements au CNRS devraient donc faire plus de place à l’international et d’une manière générale, à l’interdisciplinarité. Il existe une réelle difficulté d’accès aux aires culturelles asiatiques, en termes de temps d’apprentissage de la langue et d’accès au terrain, qui devrait être mieux prise en compte. Il s’agirait donc de valoriser les parcours atypiques de chercheurs qui ont fait de longs séjours dans des universités ou des centres de recherche asiatiques.

Enfin, la recherche en sciences sociales sur cette aire culturelle est menacée par le manque de temps dont disposent les enseignants-chercheurs pour faire du terrain. Il s’agirait d’accueillir plus largement des chercheurs de l’université au CNRS en augmentant les possibilités de détachement et de délégation pour une durée minimale de deux ans. D’une manière générale, il s’agirait de créer des aménagements plus réguliers pour les enseignants-chercheurs afin qu’ils puissent se consacrer à leur recherche et notamment faire du terrain en prenant exemple sur les « sabbaticals » dont disposent leurs homologues américains et anglo-saxons.

Chloé Froissart est politiste, spécialiste de la Chine et enseignante-chercheur à l’université de Rennes 2. Elle est membre du Centre Chine-Corée-Japon et du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (UMR 8173 – CECMC).

Retrouvez le profil de Chloé Froissart, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : FROISSART, Chloé, « La Chine, un acteur incontournable », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/91]