Archives de catégorie : Asie du Sud-est

Le Clersé

Abdelhafid Hammouche, Marie-Pierre Coquard, 09/05/2012

 

1) pour le sous continent indien :

Anthropologie – Brigitte Steinmann (Prof., anthropologie générale et approches ethnologiques comparées, construction des systèmes symboliques et des savoirs, ethno-histoire, anthropologie du développement et répercussions politiques) avec des champs de recherche en Inde et au Népal, et deux doctorantes du Clersé concernées sous sa direction :

– Claire Martinus avec un sujet de thèse intitulé « Mariages inter-castes au sein des populations népalaises locales et immigrées. Etude sur l’évolution des choix matrimoniaux au Néapl et dans l’immigration népalaise en Europe » ;

– Claire Femenias, sujet de thèse intitulé « Etude des rites funéraires chez les Bayung-Raï du Népal oriental : comparaison village /aire urbaine ».

2) pour l’extrême orient :

a) Asie du Sud-Est :

Economie – Pierre Alary (MCF) : Le développement des échanges marchands et les monnaies en Asie du Sud-Est. Le cas du Laos.

 Sociologie – Gwenola Ricordeau (MCF) : Mariages mixtes, féminisme, rapport sociaux de sexe et femmes migrantes aux Philippines. Gwenola Ricordeau travaille sur les mariages des femmes philippines avec des hommes étrangers. Sa recherche porte à la fois sur les parcours des actrices et sur les discours et débats publics sur ces mariages mixtes. C’est dans cette perspective qu’elle s’intéresse au mouvement féministe philippin et plus généralement aux femmes dans l’espace politique philippin.

 A noter que la recherche sur la zone des Philippines implique en France une communauté de chercheurs français restreinte alors qu’au niveau international, les américains et australiens sont très actifs compte-tenu de leur proximité avec cette zone. Ceci constitue une faiblesse pour la recherche française et le débat des idées, d’où l’intérêt d’être présent, de s’insérer et de développer des réseaux internationaux, de nouer des partenariats sur ces sujets avec des pays où souvent c’est la présence anglo-saxonne et américaine qui domine.

b) Asie de l’Est :

Chine : Brigitte Steinmann et Sébastien Delarre (MCF, sociologue, analyse des réseaux) dans le cadre du programme France-Chine Cuai Yuanpei (2011-2013) intitulé Integrated Urban Mesocosm.

Dans le cadre de ce programme, une doctorante du Clersé, Marjeurie Meunier est très impliquée. Son sujet de thèse porte sur « Anthropologie des organisations religieuses du taoïsme en Chine ».

Dans le cadre de ce programme, le Clersé accueille pendant 2 ans (2011-2013) un doctorant de l’Université de Pékin, Xuan Fan. Ses recherches portent sur « le genre, le corps, et la théorie générale du genre en Europe ».

 Chine : Economie – Bruno Boidin (MCF HDR) et Richard Sobel (MCF) dans le cadre de la thèse de Clément Séhier intitulée « RSE et transformations du rapport salarial dans la Chine contemporaine ».

 Chine : Anthropologie- thèse de Kamel Labdouni soutenue en nov. 2011 intitulée « Modernisation et changement en Chine : enjeux anthropologiques et sociaux. La rénovation des quartiers d’habitation vécue par une communauté de résidents de Harbin » sous la direction de G. Gaillard (Prof.).

Corée : Sociologie – Claire Gellereau, étudiante en M2 Sociologie et Anthropologie des Enjeux Urbains suivie par Cécile Vignal (MCF). Titre : « Les choix résidentiels d’expatriés issus de pays Occidentaux à Séoul ». Ce projet de recherche croise la sociologie urbaine, la sociologie de l’habitat et la sociologie des migrations dans le contexte asiatique. Il s’agit de saisir le rôle joué par les entreprises, la ville de Séoul, les institutions françaises ainsi que par les contraintes structurelles sur les choix résidentiels des expatriés. La thèse approfondira et développera l’étude engagée en Master 2 en s’intéressant également aux ressortissants d’autres pays européens, et en élargissant les questionnements dans une étude comparatiste des choix résidentiels selon le pays d’origine.

Le choix de la ville de Séoul reste pertinent car, récemment ouverte aux étrangers et dotée d’un important dynamisme urbain, la ville a créé des centres d’aides destinés aux étrangers et met en avant les identités culturelles des quartiers regroupant une forte communauté étrangère (quartiers mongol, japonais, chinois, ainsi qu’anglo-saxon et français). La thèse vise ainsi à enrichir les travaux en sociologie portant sur les expatriés ainsi que les études urbaines et asiatiques.

Japon : Economie – Florence Jany-Catrice (Prof.), sur la thématique du CARE (question montante dans les pays d’Asie, et au Japon en particulier), sur la question des nouveaux indicateurs de richesse question dont le Japon commence à s’emparer également, et dans le cadre du projet franco-japonais chorus ANR ILERE 2011-2013 « Initiatives locales et exclusion des résidents étrangers – Comparaison France –Japon ». Cette dernière recherche s’effectue en relation avec Thierry Ribault (CR CNRS) actuellement détaché à l’Institut de recherche de la maison franco-japonaise de Tokyo (UMIFRE 19 CNRS-MAEE). Thierry Ribault a également bénéficié d’un appui de l’INSHS au Clersé dans le cadre du 1er appel à projets en émergence PEPS 2009, sur le thème « Japon : des jeunes en émergence ».

Enfin, un projet de Laboratoire International Associé (LIA) à l’initiative de Thierry Ribault, qui sera proposé auprès de la direction de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS (InSHS) dont le titre provisoire est: « Protection humaine et réponses au désastre. Soin intensif en sociétés industrielles » basé au Japon et au sein duquel plusieurs membres du Clersé pourraient participer.

Japon : Sociologie – Abdelhafid Hammouche (Prof.) sur le thème Villes et Cultures : action publique dans l’espace urbain. Cette recherche sur la transformation des quartiers concerne les villes de Lille, Fortaleza et Yokohama. Coordonnée par Abdelhafid Hammouche, elle implique des chercheurs des universités des trois villes. Les chercheurs japonais sont enseignant-chercheurs à l’Université Meiji Gakuin de Yokohama.

Japon : Economie – Anne Bustreel (MCF) dans le cadre de sa coopération avec Tomo Nishimura (MCF, Université de Kwansei Gakkuin) un travail en émergence en liaison également avec Martine Pernod-Lemattre (MCF) et Frédéric Cornuau (MCF) : dimension de genre, conditions de travail des salariés précaires, approches comparatives France -Japon.

Japon : Ethnologie – projet de post-doc de Clothilde Sabre, suite à sa thèse intitulée « Le néo-japonisme ou la passion pour la culture pop japonaise comme forme de construction identitaire dans le cadre de la mondialisation » sous la direction de Paul van der Griip (Prof.).

Taiwan : Economie – Catherine Comet (MCF), projet PHC Orchid actuellement terminé. « Between State and Familism : a comparative study of interlocking Directorates between France Taïwan » (2009-2010).

Abdelhafid Hammouche,
Directeur du Clersé

Marie-Pierre Coquard,
Chargée des relations internationales au Clersé

Inventaire des thèses françaises relatives à l’Asie du Sud – Est, 2000 – 2010 (sujets déposés)

 

Inventaire des thèses françaises relatives à l’Asie du Sud – Est 2000 – 2010 (sujets déposés)

réalisé par l’AFRASE, Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est (http://www.afrase.org/)

par Annabel Vallard,

http://vlc.ish-lyon.cnrs.fr/IMG/pdf/Vallard_InventaireSujetsDeposesASE.pdf

 

TABLE DES MATIÈRES

CONTENTS

 

I. ARCHITECTURE ET URBANISME / ARCHITECTURE AND URBANISM

II. ART ET ARCHÉOLOGIE / ART AND ARCHAEOLOGY

III. DROIT / LAW

IV. ETHNOLOGIE / SOCIAL ANTHROPOLOGY

V. GÉOGRAPHIE / GEOGRAPHY

VI. HISTOIRE / HISTORY

VII. LINGUISTIQUE, SCIENCES DU LANGAGE, SCIENCES DE L’ÉDUCATION, SCIENCES  DE L’INFORMATION ET  DE LA COMMUNICATION / LINGUISTICS

VIII. LITTÉRATURE / LITERATURE

IX. PHILOSOPHIE / PHILOSOPHY

X. PSYCHOLOGIE / PSYCHOLOGY

XI. SCIENCE POLITIQUE / POLITICAL SCIENCE

XII. SCIENCES ÉCONOMIQUES ET GESTION / ECONOMICS AND MANAGEMENT

XIII. SOCIOLOGIE / SOCIOLOGY

 

 

Références biblio : Bilan et perspectives des études khmères (langue et culture) – 1997 et 2012

 

Article de Claude JACQUES sur l’ouvrage publié à l’Harmattan en 1997 :

Pierre L. Lamant, (sous la direction de) : Bilan et perspectives des études khmères (langue et culture)

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/befeo_0336-1519_1999_num_86_1_3450

 

Présentation de l’ouvrage :

Bilan et perspectives des études Khmères

Date d’édition : janvier 1998

Auteur : Pierre LAMANT
Editeur : L’Harmattan
Collection : Recherches asiatiques
Nombre de pages : 256
Prix : 23€
ISBN : 2-7384-6118-2

Ce bilan est le premier du genre. Les études khmères étant nées en France, il appartenait à ce pays de montrer l’exemple. Le lecteur trouvera donc, ici, la synthèse des travaux accomplis à propos du Cambodge et depuis plus d’un siècle, dans le cadre français mais aussi à l’étranger, au premier chef, bien sûr, au Cambodge même. Cette synthèse s’enrichit d’analyses présentant les acquis et les points forts de ces travaux, comme les faiblesses et les perspectives qui mériteraient d’être dorénavant prises en compte.

 

Etudes Khmères ? Outils pour une approche du Cambodge contemporain

ABDOUL CARIME, N.64, Revue PENINSULE, 2012, 242 p.

http://peninsule.free.fr/pages/peninsule_64pag.html

Voir aussi la deuxième partie dans le n°65 :

 http://peninsule.free.fr/pages/peninsule_65pag.html

Ces numéros ont pour point de départ un colloque organisé à cette fin conjointement par l’Association d’Echanges et de Formation pour les Etudes Khmères (AEFEK), l’Institut National des Langues et Civilisations orientales (INALCO) et le Centre Asie du Sud-Est (CASE) du CNRS, dont voici le programme :

Programme_colloque_khmer

 

 

 

Petit répertoire des études birmanes en France – 2000

 

« Présentation

Ce dossier n’a pas pour objet de faire un point général sur l’état des recherches sur la Birmanie (Union du Myanmar). Une excellente synthèse, qui dépasse en outre le cadre français, a récemment été proposée par Pierre Pichard et François Robinne en introduction au volume Etudes birmanes en hommage à Denise Bernot (Paris : Presses de l’Ecole française d’Extrême-Orient, 1998). Ce volume comporte également une bibliographie indicative des ouvrages et articles concernant la Birmanie parus entre 1985 et 1998. »

Voir la liste sur :

http://www.burmalibrary.org/docs3/Petit_annuaire.htm

 

 

Eric Benefice, Régine Lefait-Robin, Jean-Pascal Torreton, Jean-Paul Toutain : L’IRD, agir avec le Sud

Contexte

La région « Asie du Sud et du Sud- Est » est la plus peuplée des cinq régions où intervient l’IRD. Il existe une grande disparité démographique et économique entre les pays. Les activités de l’IRD, dont la mission est de promouvoir le développement par la Recherche, contribuent à réduire la fracture entre les pays émergents et ceux les moins avancés où il devient crucial de former une communauté scientifique au niveau international afin de leur permettre de relever les nouveaux défis du développement. Les Pays les moins avancés (Laos, Cambodge, Timor oriental, Birmanie) réclament une attention particulière. Les pays fondateurs de l’ASEAN, qui font désormais partie du groupe des pays émergents, souhaitent poursuivre leur développement tout en renforçant leur coopération régionale au sein de l’ASEAN. Ils jouent un rôle très actif, d’interface entre les grandes puissances asiatiques (Chine, Japon, Corée).

L’Asie du Sud-Est, comme plus largement l’Extrême-Orient (Asie du Sud et Asie Orientale), connaît depuis quelques décennies un processus d’urbanisation accéléré, plus récemment activé par la mondialisation économique et par la place prépondérante qu’occupe désormais l’Asie dans la « révolution des échanges » associée aux nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Les métropoles telles que Bangkok, Jakarta, Singapour, Manille et bientôt Ho Chi Minh Ville et Hanoï, sont des moteurs de la croissance à l’échelle nationale, mais aussi à l’échelle régionale tandis que d’autres villes, secondaires, revendiquent de plus en plus un statut de pôle régional (Chiangmai, Danang, Surabaya).

La Recherche menée par ces pays est essentiellement appliquée, en lien avec les besoins de la société et du secteur privé. La demande de formation est importante, dans les domaines de la santé, de l’agroforesterie, des sciences des matériaux, des transports et du tourisme. Cette demande s’exprime aussi bien dans les pays les moins avancés tels que le Laos, le Cambodge ou le Timor Oriental que dans les pays considérés comme émergents ou en cours d’émergence (Thaïlande, Vietnam, Malaisie). Ces derniers, notamment la Thaïlande et le Vietnam, ont mis en place des plans ambitieux pour promouvoir les sciences, la technologie et l’innovation. L’Indonésie est en retrait sur ce point, n’arrivant pas à mobiliser une fraction suffisante de son GDP pour ses activités de recherche-et d’innovation.

Caractéristiques et principaux problèmes scientifiques et sociétaux

–           Vulnérabilité liée à la forte densité de population et à l’importance des risques naturels et anthropiques largement illustrée par les catastrophes de 2004 (Tsunami post-sismique), 2010 (éruption du Mérapi) et les épidémies de SARS puis H5NI, H1NI et de Chikungunya,

–           contrastes importants entre les plaines et les montagnes, en termes de sociétés et d’environnement,

–           archipel équatorial avec la plus grande diversité de récifs coralliens et de mangroves,

–           rapidité de la croissance économique conduisant à des changements d’utilisation des terres : déforestation ou afforestation, conversion de systèmes agricoles de subsistance en systèmes commerciaux, et processus d’urbanisation,

–           risque accru de perte des patrimoines locaux lié à l’urbanisation galopante et aux déplacements contraints des minorités,

–           fortes pressions anthropiques sur les écosystèmes côtiers avec une incidence sur la dynamique des milieux (érosion côtière, dégradation des écosystèmes et des ressources).

–           « hot spot » des maladies émergentes et des zoonoses,

–           nombre élevé de barrages hydroélectriques prévus dans le monde avec une concurrence sévère pour les ressources en eau, et des risques élevés de maladies d’origine hydrique (pollution du Mékong),

–           intensification du tourisme et ses impacts socio-économiques, écologiques et médicaux,

–           ouverture de nombreux corridors économiques.

Changements radicaux intervenus dans cette région du monde

–           Crise financière asiatique, 1997

–           Chute de la dictature indonésienne en 1998

–           Entrée de la Chine dans l’OMC, 2001

–           Indépendance de Timor Oriental, 2002

–           Le Tsunami de 2004 et ses conséquences économiques

–           Entrée du Vietnam dans l’OMC, 2007

–           Entrée dans l’ASEAN du Laos et de la Birmanie en 1997, du Cambodge en 1999

–           Avancées de la démocratie en Indonésie et plus récemment en Birmanie avec la libération d’Aung San Suu Kyi (mars 2012).

Forces et faiblesses de la recherche française dans cette aire culturelle

Forces

Faiblesses

1) Expertise multidisciplinaire disponible et adaptée aux nouveaux champs de recherche2) Diversité des outils et ancienneté du partenariat3) Présence d’Unités de recherche mixtes internationales (UMI)  et mise en place de programmes structurants : Laboratoires mixtes internationaux (LMI) en réseau et programme pilote régional (PPR) doté.4) Brevets en cours de maturation. 1) Mutualisation des moyens et des activités encore insuffisante entre les opérateurs français2) Une Agence inter-établissements de Recherche pour le Développement (AIRD), non dotée3) Difficulté de promotion de la francophonie dans la région

Opportunités

Menaces

1) Grande disparité des pays et présence de pays émergents appelant à la coopération régionale2) Augmentation des budgets pour la recherche et l’innovation dans les pays émergents3) Etudes d’impact sur l’urbanisation accélérée4) Renforcement des partenariats face aux catastrophes naturelles, au Nord comme au Sud 1) Absence de statut du chercheur dans plusieurs pays de la région.2) Expertise dispersée et processus de décision lent et complexe

Nouvelles thématiques et axes de recherche émergents

L’IRD intervient actuellement en Asie sur une grande diversité de thématiques qui couvriront vraisemblablement diverses opportunités :

–           Dans le domaine de l’Environnement : changements climatiques, risques naturels et anthropiques, gestion durable, océanographie côtière, couplages océan-atmosphère, impact des systèmes de culture sur la qualité de l’environnement, aide à la décision environnementale, microbiologie des sols, services écosystémiques, ichtyodiversité et conservation

–           En Santé : lutte contre les maladies infectieuses et notamment les maladies émergentes, amélioration des politiques de vaccination, lutte contre la malnutrition, contre la mortalité importante liée aux accidents de la voie publique, contre les cancers liés aux agents infectieux, développement de la bioinformatique

–           Dans la promotion des Ressources : biotechnologies, et notamment leurs applications à la connaissance et l’amélioration des performances du riz, de l’hévéa et autres plantes cultivées, aquaculture durable, sciences et technologies de l’information, et plus particulièrement leur application transversale à la modélisation des systèmes complexes dans des domaines variés (agriculture, urbanisme, environnement, catastrophes naturelles, épidémiologie, etc.),

Dans la préservation des patrimoines et les sujets de Société : Politiques publiques de lutte contre la pauvreté, et notamment enjeux et contraintes de la transition économique, Patrimoines locaux, sédentarité et migrations.

Le Programme Pilote régional (PPR) SELTAR rassemble autour d’une thématique commune « diagnostic et prévention des risques », 12 pays de la Région, 34 Unités Mixtes de Recherche, 150 chercheurs et étudiants d’Europe et d’Asie, 95 universités et Institutions de la zone Asie du Sud et du Sud-Est.

Mesures qui permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française, dans cette aire culturelle

–           amélioration des modalités de la  la mutualisation des moyens et de la complémentarité des expertises ,

–         pérennisation de réseaux efficaces par une promotion de la francophonie tout en respectant la langue de travail officielle des pays de l’ASEAN,

–           accroissement du nombre de missions de longue durée,

–           développement des partenariats public-privés,

–           encouragement aux formations universitaires co-diplômantes.

–          dotation de l’Agence Inter-établissements de Recherche pour le Développement afin de promouvoir la recherche de qualité par des Appels d’Offre construits conjointement avec les Agences Asiatiques.

–           renforcement de la coopération régionale avec une implication croissante de l’ASEAN.

Références

-IRD 2012. Déclinaison du Plan stratégique « l’IRD demain » dans la Région Asie du Sud-Est

-IRD, 2012. Soils, Waters, Coastal Zones and Societies facing Risks in Southern and southeast Asia – SELTAR

-IRD 2011. Contrat d’objectifs de l’IRD, Etat-IRD, 2011-2015

-IRASEC, 2012. L’Asie du Sud-Est 2012

Contributeurs

Eric BENEFICE, Représentant IRD Laos/Cambodge

Régine LEFAIT-ROBIN, Représentante IRD Thaïlande, Coordinatrice régionale ASIE

Jean-Pascal TORRETON, Directeur de recherche IRD Vietnam, Institute of Biotechnology (Vietnam Academy of Science and Technology)

Jean-Paul TOUTAIN, représentant IRD/Timor Oriental

 

Pour citer ce billet : BENEFICE Eric, LEFAIT-ROBIN Régine, TORRETON Jean-Pascal, TOUTAIN Jean-Paul, « L’IRD, agir avec le Sud », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 21 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/911]

Marie-Sybille de Vienne : Les études Sud-est asiatiques en France entre Pékin et Pecus

L’Asie du Sud-Est se caractérise par sa segmentarité, que traduit la démultiplication des langues, des écritures, des architectures, autant de particularismes qu’animaient jadis une pléiade de principautés enracinées dans leurs cultes des dieux du Sol. Alors même que la modernité a accouché de concert du nationalisme et de l’ethnicité, le Sud-est asiatique demeure dépourvu d’État-Nation au sens où on l’entend habituellement en Occident tandis que les questions frontalières sont loin d’être entièrement traitées, ce qu’illustre dans les termes du droit international la multiplication des zones maritimes et territoriales contestées. Plus profondément, ses États souffrent de problèmes d’encadrement social : les aristocraties « légitimes » achèvent de s’user (cf. la Thaïlande), et leur relais n’est que très mal assuré par des groupes sociaux montants, composés d’urbains acculturés ou d’étrangers ; l’insuffisance des classes moyennes, la pauvreté croissante d’un monde rural démographiquement saturé démultiplient les tensions structurelles internes.

La décennie 2000 a enregistré un bouleversement des équilibres propres au Sud-est asiatique suite à l’émergence de la superpuissance chinoise, passée de quelque 3,3% du produit mondial brut (PMB, en dollars US courants) en 2000 à 11,9% en 2010, soit une progression de plus du triple en dix ans, du sixième au deuxième rang mondial. Or face à l’affirmation économique et politique d’une Chine désormais plus « riche » et qui pèse trois fois plus lourd au plan productif, l’Asie du Sud-Est (3,4% du PMB) apparaît fragilisée par son morcellement national et l’hétérogénéité de ses potentiels économiques, d’autant que la longue durée fait des États qui la composent les héritiers de principautés ou de royaumes qui, à un moment ou l’autre de leur histoire, furent tributaires de l’Empire du Milieu. Autant dire que Pékin la considère comme son pré carré.

Sur une telle aire culturelle dont la complexité est loin de se réduire, les ambitions chinoises constituent aujourd’hui en enjeu géostratégique et la recherche française se retrouve prise en tenaille entre la tradition orientaliste qui l’a modelée et le Léviathan du « classement de Shanghai » qui la sape.

Les Sud-est asiatisants, même les plus remarquables sachant opérer avec brio la synthèse des disciplines, ne sont pas parvenus à convaincre les politiques, pour lesquels l’approche scientifique des sociétés restait de belles leçons d’anatomie pour muséographes. Aussi les études sud-est asiatiques de tradition et de langue françaises ont-elles connu un certain désenchantement. La recherche française a donc eu tendance à changer de référents épistémologiques, abandonnant son appareil conceptuel « latin » pour se couler dans un cadre anglo-saxon : dominé par une vision uniformément positive du futur et un ralliement à une approche par des référents rhétoriques sur le modèle des gender studies. À l’interrogation sur l’altérité culturelle et ses fondements se sont substitués des groupements thématiques formels, ordonnés à proposer une vision unificatrice orientée sur le « progrès », par le biais d’un comparatisme mécanique, sans profondeur historique, dont la grille d’analyse est pré-codée et auto-justifiée.

Pour autant, la recherche sud-est asiatique française conserve un dynamisme certain malgré la faiblesse de ses moyens financiers et le peu d’attractivité qui en découle pour l’aspirant chercheur. D’une part en raison de sa structure, parce qu’elle a réussi, au moins jusqu’à ce jour, à maintenir une pluralité de lieux de tradition scientifique différente (EPHE, EHESS, EFEO, INALCO, CNRS, Paris VII, Paris IV, etc.) et qu’elle a en sus créé de nouveaux pôles de recherche, notamment sur le contemporain (IRASEC, IRD, MAP, etc.). Ensuite par son contenu, où aux côtés des indispensables savoirs traditionnels (épigraphie, archéologie, sciences religieuses, histoire ancienne et moderne, littérature, géographie) ont pu être développées des disciplines plus récentes comme la sociologie, l’économie, la politologie ou l’anthropologie. Enfin par ses axes de recherche qui attestent d’une capacité à renouveler les méthodologies, comme, pour n’en citer que quelques-uns, l’étude du Cambodge de l’époque moyenne par des sources jusque-là considérées comme uchroniques (CASE) ; la réévaluation de la « mondialisation », des prédécesseurs historiques aux présents acteurs dominants de l’économie mondiale (Asies, EA 4512, INALCO), la constitution d’un corpus d’épigraphie islamique sud-est asiatique, etc.

Il reste que cette résilience est aujourd’hui gravement menacée par l’irruption dans le paysage scientifique de la révision générale des politiques publiques (RGPP), qui au nom de compréhensibles impératifs budgétaires, cherche à tailler dans une recherche en SHS au demeurant fort économe de moyens, lesquels se résument le plus souvent à quelques frais de mission. Le phénomène se conjugue au rabotage par le classement de Shanghai (absence d’universités françaises dans les 35 premières), pour pousser à un regroupement hâtif des structures de production du savoir, d’autant plus préjudiciable que le Sud-Est asiatique manque de visibilité médiatique (hors coups de projecteurs comme aujourd’hui sur la Birmanie) tout en demeurant difficilement préhensible pour le tout venant, et qu’en plus les publics estudiantins concernés restent (toutes les langues et cultures confondues), cinq à dix fois moins nombreux que ceux du japonais ou du chinois malgré l’importance économique et stratégique de la zone.

Autant dire que dans les contextes actuels, ni George Cœdès, ni Bernard Philippe Groslier, ni Paul Mus, ni Denys Lombard, qui ont renouvelé chacun à leur manière, le terrain et la discipline, tout en restant d’une extrême indépendance d’esprit, n’auraient la moindre chance de s’imposer face aux Labex, Idex, etc., dont la fluorescence relève davantage d’une excellence de la communication à destination des politiques, que d’une organisation rationnelle de l’enseignement et de la recherche.

Faut-il pour autant baisser pavillon devant l’irruption des méthodes de gestion issues de l’entreprise, qui plus est appliquées par des bureaucrates qui ne les maîtrisent pas toujours, dans le cénacle académique ? Était-il nécessaire d’introduire une concurrence entre les équipes à force de stimuli financiers alors qu’à titre individuel les chercheurs vivent déjà dans un univers hautement concurrentiel, non pas seulement pour les postes, mais bien davantage pour la reconnaissance de leur pairs ? Compétition oblige, ne fallait-il pas mieux alors jauger l’excellence des résultats que celle des projets ?

La recherche en SHS, dont les besoins et les pratiques sont à l’opposé de ceux des sciences dites « dures », et a fortiori sur l’aire sud-est asiatique où les spécialistes sont moins nombreux que dans les études japonaises ou sinologiques, ne gagne rien à être diluée dans de vastes entités où les questionnements très spécifiques qui sont les siens sont difficilement compris. Héritière des clercs de l’époque médiévale, elle nécessite à la fois des temps de confinement solitaire pour élaborer ses problématiques, autant qu’une mise en commun des compétences permettant d’en formuler les éléments de réponse. À cette deuxième fin, une bonne connexion DSL suffit, assortie d’une structure de liaison efficace faisant circuler l’information – en temps réel. En revanche l’inflation chronophage des réunions et des productions administratives, imposée par la multiplication des niveaux de tutelle, obère gravement la productivité du chercheur, allant à l’encontre des impératifs de rentabilité économique qui lui sont désormais imposés.

Marie-Sybille de Vienne est économiste et géopolitiste, professeur des Universités, Directrice du Centre d’études de l’Asie du Sud et du Sud-Est (CEASSE, ASIES EM 4512, INALCO), du Centre de préparation aux échanges internationaux (CPEI) et de la revue Péninsule.

Retrouvez le profil de Marie-Sybille de Vienne, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : DE VIENNE, Marie-Sybille, « Les études Sud-est asiatiques en France entre Pékin et Pecus », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/366]

Guy Trébuil : Agriculture et systèmes ruraux, environnement et gestion des ressources renouvelables

L’Asie du Sud-Est péninsulaire, aire où je travaille sur les transformations écologiques et socio-économiques des systèmes agraires depuis 1981, a connu une croissance économique rapide après 1986 dont un des moteurs est le développement d’un secteur agro-industriel exportateur. Il monte en puissance parallèlement à l’industrialisation et l’urbanisation accélérée, accompagnée par le renforcement du système de recherche, surtout universitaire,  dans les pays émergents.

Ce processus de « dés-agrarianisation » de la société est contemporain de la montée de multiples problèmes agro-environnementaux le plus souvent liés à la dégradation des ressources naturelles renouvelables disponibles en quantités limitées (sols, eau, forêt, biodiversité, climat). Bon nombre de ces problèmes présentent de grandes ressemblances avec des situations similaires rencontrées en France dans un passé récent (changement d’usage des terres, partage et qualité de l’eau, surconsommations d’intrants agricoles, diminution de l’agro-biodiversité, interfaces entre zones agricoles et aires protégées, etc.). Aussi, les démarches interdisciplinaires systémiques mises au point en France pour agir sur de tels problèmes complexes dans un monde de plus en plus incertain présentent un grand intérêt pour nos collègues asiatiques dont la formation initiale locale dans l’enseignement supérieur et la recherche les prépare peu à affronter de telles situations.

Face à des changements écologiques et sociaux très rapides, il est urgent de former une nouvelle génération de gestionnaires des territoires, à différents niveaux (administrations locales, ministères sectoriels, organisations de la société civile, etc.), capables de concevoir, de mettre en œuvre et d’évaluer des processus de concertation, d’apprentissage et de décision collectifs. Écologiquement efficaces et socialement équitables, ils viseront à améliorer la préservation des ressources renouvelables afin d’améliorer la durabilité des systèmes productifs et à limiter les inégalités socio-économiques existantes, tout en augmentant la capacité d’adaptation au changement (notamment climatique) chez les différentes parties prenantes concernées par les problèmes concrets examinés. Le perfectionnement en cours des méthodologies et outils pour la gestion de systèmes complexes (démarches multi-niveaux, recours à la modélisation et la simulation collaborative de scénarios, apports de l’intelligence artificielle distribuée, etc.) donne lieu à de nouvelles questions de recherche stimulantes et académiquement très porteuses pour de jeunes doctorants et chercheurs.

Suite aux décennies 1980 et 1990 lors desquelles des moyens significatifs furent affectés par la France pour la conduite de tels travaux de recherche et de formation avec nos collègues locaux dans cette partie du monde, un certain désengagement est constaté depuis le début du nouveau siècle qui ne permet pas de capitaliser sur l’investissement précédemment réalisé. Des mesures, s’appuyant sur la complémentarité des universités et organisme de recherche français, visant à relancer la présence française dans ce domaine dans les universités de cette région du monde en cours de transformation rapide seraient les bienvenues. Elles pourraient notamment encourager les recherches collaboratives sous la forme de binômes franco-asiatiques de jeunes chercheurs réalisant leurs études doctorales de concert, sur le même terrain, en confrontant leurs références académiques et culturelles tout en diminuant l’obstacle linguistique souvent redouté. Le rôle croissant d’Internet en matière de communication et de partage du savoir pouvant maintenant aider à une meilleure pérennisation des partenariats ainsi construits que par le passé.

Guy Trebuil, agronome et spécialiste de l’Asie du Sud-est, est chercheur à l’unité de recherche Gestion des Ressources Renouvelables et Environnement (GREEN, UPR47) du département Environnement et Sociétés au CIRAD à Montpellier.

Retrouvez le profil de Guy Trébuil, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : TREBUIL, Guy, « Agriculture et systèmes ruraux, environnement et gestion des ressources renouvelables », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/187]

Serge Morand : Quand la santé rencontre la biodiversité en Asie du Sud-est

« Eco-health », « One Health » et services écosytémiques

Les maladies infectieuses sont revenues au premier plan des préoccupations de santé publique en Asie du Sud-est. Les crises sanitaires liées aux épidémies du SRAS (syndrome respiratoire acute sévère), de grippe aviaire H5N1 ou du virus Nipah ayant fortement impacté les économies nationales, le commerce et les systèmes de productions agricoles.

Les maladies infectieuses émergentes sont devenues un enjeu global du fait du risque avéré (ou potentiel) de propagation planétaire de certains de ces nouveaux agents infectieux (en provenance, en autres, de l’Asie). Des programmes spécifiques sont portés par les pays du Nord comme PREDICT ou RESPOND de l’USAID, et par les agences internationales, comme le « ONE HEALTH » par l’OIE, la FAO et l’OMS. Ces programmes et initiatives soulignent la nécessité d’intégrer l’environnement (comme « Eco-health »), considérant que les modifications importantes et rapides des écosystèmes sont une des causes de l’augmentation des épidémies et de l’émergence de nouvelles maladies infectieuses.

Les problématiques de santé sont également intégrées dans les agendas des organisations internationales (PNUD, PNUE), de la Convention sur la Diversité Biologique, du nouvel IPBES, ou des programmes internationaux comme DIVERSITAS, au travers du concept de « services écosystémiques » (et ici de régulation pour la santé et le bien-être des populations). Enfin, de grandes ONG états-uniennes, comme la « World Conservation Society », se sont également associées à cette dynamique, soulignant que la conservation de la biodiversité participait de l’atténuation du risque épidémiologique.

L’Asie du sud-est est de ce fait exemplifiée comme point chaud de biodiversité (et de diversité culturelle), particulièrement en danger, et comme lieu d’émergence de maladies infectieuses, à risque planétaire, en raison de son développement économique et de son insertion croissante dans l’économie globale.

Dans ce domaine, la recherche française est particulièrement visible en santé humaine avec le réseau des Institut Pasteur (Cambodge, Vietnam, Laos, Hong Kong), la présence d’équipes IRD, et d’enseignants-chercheurs des facultés de médecine des universités françaises. La recherche en santé vétérinaire est également bien active avec le CIRAD.

Les sciences de l’environnement sont représentées par l’IRD et ses dispositifs en partenariat d’observations au long terme (Observatoires des Sciences de l’Univers, OSU) des changements d’usage des terres, des modifications des pratiques agricoles et du devenir des ressources et de la qualité de l’eau et des sols.

Paradoxalement, le domaine des sciences de la biodiversité est moins visible du fait du faible nombre de chercheurs impliqués, tout particulièrement en écologie et biodiversité animale, de même que les sciences sociales (politistes, anthropologues, sociologues, économistes, géographes) intéressées aux problématiques de biodiversité en Asie du Sud-est.

Pourtant, les thématiques nouvelles de recherche en biodiversité, maladies infectieuses et santé humaine et animale, et de changement global nécessitent d’articuler des recherches sur les impacts/perceptions aux échelles locales (ressources vivantes et jeux des acteurs) et globales (changement global et gouvernance mondiale) et de développer des scénarios.

Trois mesures permettraient d’accroître l’efficacité et la visibilité de recherches en ce domaine :

(1) une implantation plus importante de chercheurs français dans les universités et institutions de recherche en ASE, notamment pour des chercheurs CNRS et universitaires en sciences de la biodiversité (écologie et sciences sociales).

(2) une aide à l’organisation d’ « écoles de chercheurs » et de « doctoriales » régionales sur des thématiques pluridisciplinaires, dans le cadre d’un réseau d’Universités d’Asie du Sud-est.

(3) le développement d’une formation régionale (curriculum) en sciences de la biodiversité (écologie et anthropologie des relations humains/nature).

Serge Morand est biologiste, spécialiste de l’écologie évolutive des interactions hôtes-parasites et de la biologie des populations des parasites et des pathogènes. Il est directeur de recherche CNRS/UMR 5554 (CNRS-IRD-Univ Montpellier 2) et membre de l’Institut des Sciences de l’Évolution (ISEM).

Retrouvez le profil de Serge Morand, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : MORAND, Serge, « Quand la santé rencontre la biodiversité en Asie du Sud-est », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/98]