Archives de catégorie : 3.Aires

Un panorama des études mongoles en France

Articles de Isabelle Charleux et Roberte Hamayon :

Un panorama des études mongoles en France (partie 1)
Dans : Le CNRS en Chine, 2015, Cahier spécial consacré à la Mongolie, 18, pp.40-45.
URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01198486

1. Introduction
2. Les grands chiffres sur la mobilité des chercheurs et sur les publications du CNRS
3. Un panorama des études mongoles en France
4. Profils de chercheures : Roberte Hamayon et Isabelle Charleux
5. Présentation de la Mission archéologique franco-mongole

Un panorama des études mongoles en France (suite)
Dans : Le CNRS en Chine, 2015, 19, pp.49-52. : http://www.cnrs.fr/derci/IMG/pdf/cnrsenchine_19_print-ete2015.pdf
URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01198490

1-Un panorama des études mongoles en France  (suite)
• Chercheurs et étudiants travaillant sur l’aire mongole (trombinoscope)
• Sélection des publications françaises sur la Mongolie depuis 2010
• Liste des thèses non publiées, soutenues et en cours dans le domaine
2-La mission archéologique conjointe Monaco – Mongolie, recherches scientifiques et leurs applications dans la valorisation du patrimoine
3-Séismes majeurs et interactions entre grandes failles actives en Mongolie
4-Coévolution homme-milieu : le peuplement de la steppe eurasiatique de l’Age du bronze à l’heure actuelle

Dénomination des aires géoculturelles

Alexis Darbon, IE CNRS

Outre la définition de la notion d’aire géoculturelle, il est également utile de nommer précisément l’organisation des aires elles-mêmes. Comme le découpage des aires, la question de la dénomination, issue de discussions et réflexions menées avec des chercheurs et experts, peut être revue dans le futur.

Définitions

Aire géoculturelle

Il s’agit là de la dénomination générique, englobant tous les échelons détaillés ci-dessous.

Continent

Il s’agit du continent au sens géographique traditionnel. Il en existe donc six : Afrique, Amérique, Antarctique, Asie, Europe et Pacifique-Océanie.

Région

La région est ici définie comme un sous-ensemble d’un continent constitué d’un groupe de pays considérés dans leur globalité.

Le continent Asie est ainsi formé de cinq régions :

  • Asie occidentale
  • Asie centrale
  • Asie du Nord-Est (aussi appelée Asie orientale)
  • Asie du Sud
  • Asie du Sud-Est

On notera que le Moyen-Orient et le Caucase devraient être intégrés à l’Asie. Cependant, le consensus est plutôt de les traiter comme des cas particuliers, (relativement) isolés du reste de l’Asie.

Pays ou territoires transcontinentaux

Si la notion de pays est aisée à comprendre, il est nécessaire de mieux présenter les « territoires transcontinentaux ». Ces derniers sont des territoires d’un continent sous la souveraineté d’un pays qui n’appartient pas lui-même à ce continent. Les territoires transcontinentaux couvrent en fait deux cas de figures : les territoires continentaux mixtes et les territoires extracontinentaux.

Le territoire continental mixte se caractérise par l’appartenance géographique à un continent, mais sans rupture de frontière, terrestre et/ou maritime, avec le pays duquel il dépend. L’exemple le plus évident, et qui concerne directement le Livre blanc, est la Russie[1]. En effet, historiquement tournée à la fois vers l’Europe et vers l’Asie, celle-ci constitue un cas singulier. Ses territoires sur le continent asiatique, sans pouvoir être définis comme un « sous-continent », ne s’en retrouvent pas moins sous la souveraineté d’un pays appartenant lui-même au continent européen, en faisant donc des territoires continentaux mixtes. À noter que, dans le cadre de notre étude, et pour des raisons de commodité, nous traiterons les districts de l’Oural et de la Sibérie comme un seul territoire, du fait de leur association commune à l’Asie centrale, en conservant spécifiquement identifié le district de l’Extrême-Orient russe.

Le territoire extracontinental, pour sa part, ne possède pas cette continuité des frontières avec le pays auquel il appartient. Les territoires d’outre-mer français dans le Pacifique – Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis et Futuna –, en constituent un parfait exemple mais il ne faut pas oublier que c’est aussi le cas pour l’île de Pâques (territoire chilien), et les territoires américains du Pacifique : Hawaï (un des cinquante États des États-Unis), Guam, les Mariannes du Nord, les Samoa américaines et les Îles mineures éloignées des États-Unis.

Sous-région

La sous-région est un territoire qui couvre plusieurs pays, sans les inclure tous dans leur totalité. Normalement, elle est limitée à un seul continent, mais des exceptions peuvent exister.

Ainsi, le Cachemire est une sous-région qui couvre une partie de l’Inde et du Pakistan, et Bornéo une sous-région qui couvre une partie de l’Indonésie et de la Malaisie, mais la totalité du sultanat de Brunei.

L’exception asiatico-pacifique concerne la Nouvelle-Guinée, partagée entre l’Indonésie (Asie) et la Papouasie-Nouvelle-Guinée (Pacifique-Océanie).

Autres déclinaisons

Cette nomenclature n’est pas figée et l’on peut envisager de la faire évoluer pour l’adapter aux situations spécifiques à chaque continent.

Ainsi, il serait possible d’ajouter la définition du sous-continent pour traiter du cas de l’Amérique. Ses régions sont l’Amérique du Nord, l’Amérique centrale, l’Amérique du Sud et les Antilles-Caraïbes. Or, Amérique centrale et Amérique du Sud sont également parfois rassemblées sous l’appellation d’Amérique latine. Cette dernière pourrait donc parfaitement constituer un sous-continent propre.

Les aires géoculturelles de l’Asie et du Pacifique-Océanie

Les régions d’Asie

L’Asie est découpée en cinq régions. Voici la répartition des pays par région

Asie centrale

Kazakhstan

Kirghizstan

Ouzbékistan

Oural et Sibérie (territoire transcontinental russe)

Tadjikistan

Turkménistan

Asie occidentale

Iran, République islamique d’

Asie du Nord-Est

Chine

Corée, République de

Corée, République démocratique de

Extrême-Orient russe (territoire transcontinental russe)

Japon

Mongolie

Taiwan

Asie du Sud

Afghanistan

Bangladesh

Bhoutan

Inde

Maldives

Népal

Pakistan

Sri Lanka

Asie du Sud-Est

Bornéo

Brunei Darussalam

Cambodge

Indonésie

Laos, République démocratique populaire

Malaisie

Myanmar

Philippines

Singapour

Thaïlande

Timor-Leste

Vietnam

Quelques sous-régions

Bornéo (Asie du Sud-Est)

Cachemire (Asie du Sud)

Nouvelle-Guinée (Asie du Sud-Est, Pacifique)

Tibet (Asie du Sud et Asie du Nord-Est)

 

Les pays du Pacifique-Océanie

2

Le découpage du Pacifique-Pacifique en régions fait l’objet de nombreux débats. En conséquence, et en l’attente d’un consensus plus marqué, il a été décidé de ne pas attribuer de régions à ce continent. Voici la liste des pays du Pacifique-Océanie.

 

 

Australie

Fidji

Île de Pâques (territoire transcontinental chilien)

Îles Cook

Îles Marshall

Îles Salomon

Kiribati

Micronésie, États fédérés de

Nauru

Niue

Nouvelle-Zélande

Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis et Futuna (territoires transcontinentaux français)

Guam, Hawaï, Mariannes du Nord, Samoa américaines, Îles mineures éloignées des États-Unis (territoires transcontinentaux américains)

Palaos

Papouasie-Nouvelle-Guinée

Samoa

Tonga

Tuvalu

Vanuatu

Cartes :

Projection Robinson selon les bases de données géo-spatiales ESRI 2008 et DCW 1993

Échelle 1 :1 000 000

Données compilées par F. Pirot, UMR8564-CRN M²ISA (CNRS)


[1] Le Sinaï égyptien constitue un autre exemple de territoire continental mixte.

Le Clersé

Abdelhafid Hammouche, Marie-Pierre Coquard, 09/05/2012

 

1) pour le sous continent indien :

Anthropologie – Brigitte Steinmann (Prof., anthropologie générale et approches ethnologiques comparées, construction des systèmes symboliques et des savoirs, ethno-histoire, anthropologie du développement et répercussions politiques) avec des champs de recherche en Inde et au Népal, et deux doctorantes du Clersé concernées sous sa direction :

– Claire Martinus avec un sujet de thèse intitulé « Mariages inter-castes au sein des populations népalaises locales et immigrées. Etude sur l’évolution des choix matrimoniaux au Néapl et dans l’immigration népalaise en Europe » ;

– Claire Femenias, sujet de thèse intitulé « Etude des rites funéraires chez les Bayung-Raï du Népal oriental : comparaison village /aire urbaine ».

2) pour l’extrême orient :

a) Asie du Sud-Est :

Economie – Pierre Alary (MCF) : Le développement des échanges marchands et les monnaies en Asie du Sud-Est. Le cas du Laos.

 Sociologie – Gwenola Ricordeau (MCF) : Mariages mixtes, féminisme, rapport sociaux de sexe et femmes migrantes aux Philippines. Gwenola Ricordeau travaille sur les mariages des femmes philippines avec des hommes étrangers. Sa recherche porte à la fois sur les parcours des actrices et sur les discours et débats publics sur ces mariages mixtes. C’est dans cette perspective qu’elle s’intéresse au mouvement féministe philippin et plus généralement aux femmes dans l’espace politique philippin.

 A noter que la recherche sur la zone des Philippines implique en France une communauté de chercheurs français restreinte alors qu’au niveau international, les américains et australiens sont très actifs compte-tenu de leur proximité avec cette zone. Ceci constitue une faiblesse pour la recherche française et le débat des idées, d’où l’intérêt d’être présent, de s’insérer et de développer des réseaux internationaux, de nouer des partenariats sur ces sujets avec des pays où souvent c’est la présence anglo-saxonne et américaine qui domine.

b) Asie de l’Est :

Chine : Brigitte Steinmann et Sébastien Delarre (MCF, sociologue, analyse des réseaux) dans le cadre du programme France-Chine Cuai Yuanpei (2011-2013) intitulé Integrated Urban Mesocosm.

Dans le cadre de ce programme, une doctorante du Clersé, Marjeurie Meunier est très impliquée. Son sujet de thèse porte sur « Anthropologie des organisations religieuses du taoïsme en Chine ».

Dans le cadre de ce programme, le Clersé accueille pendant 2 ans (2011-2013) un doctorant de l’Université de Pékin, Xuan Fan. Ses recherches portent sur « le genre, le corps, et la théorie générale du genre en Europe ».

 Chine : Economie – Bruno Boidin (MCF HDR) et Richard Sobel (MCF) dans le cadre de la thèse de Clément Séhier intitulée « RSE et transformations du rapport salarial dans la Chine contemporaine ».

 Chine : Anthropologie- thèse de Kamel Labdouni soutenue en nov. 2011 intitulée « Modernisation et changement en Chine : enjeux anthropologiques et sociaux. La rénovation des quartiers d’habitation vécue par une communauté de résidents de Harbin » sous la direction de G. Gaillard (Prof.).

Corée : Sociologie – Claire Gellereau, étudiante en M2 Sociologie et Anthropologie des Enjeux Urbains suivie par Cécile Vignal (MCF). Titre : « Les choix résidentiels d’expatriés issus de pays Occidentaux à Séoul ». Ce projet de recherche croise la sociologie urbaine, la sociologie de l’habitat et la sociologie des migrations dans le contexte asiatique. Il s’agit de saisir le rôle joué par les entreprises, la ville de Séoul, les institutions françaises ainsi que par les contraintes structurelles sur les choix résidentiels des expatriés. La thèse approfondira et développera l’étude engagée en Master 2 en s’intéressant également aux ressortissants d’autres pays européens, et en élargissant les questionnements dans une étude comparatiste des choix résidentiels selon le pays d’origine.

Le choix de la ville de Séoul reste pertinent car, récemment ouverte aux étrangers et dotée d’un important dynamisme urbain, la ville a créé des centres d’aides destinés aux étrangers et met en avant les identités culturelles des quartiers regroupant une forte communauté étrangère (quartiers mongol, japonais, chinois, ainsi qu’anglo-saxon et français). La thèse vise ainsi à enrichir les travaux en sociologie portant sur les expatriés ainsi que les études urbaines et asiatiques.

Japon : Economie – Florence Jany-Catrice (Prof.), sur la thématique du CARE (question montante dans les pays d’Asie, et au Japon en particulier), sur la question des nouveaux indicateurs de richesse question dont le Japon commence à s’emparer également, et dans le cadre du projet franco-japonais chorus ANR ILERE 2011-2013 « Initiatives locales et exclusion des résidents étrangers – Comparaison France –Japon ». Cette dernière recherche s’effectue en relation avec Thierry Ribault (CR CNRS) actuellement détaché à l’Institut de recherche de la maison franco-japonaise de Tokyo (UMIFRE 19 CNRS-MAEE). Thierry Ribault a également bénéficié d’un appui de l’INSHS au Clersé dans le cadre du 1er appel à projets en émergence PEPS 2009, sur le thème « Japon : des jeunes en émergence ».

Enfin, un projet de Laboratoire International Associé (LIA) à l’initiative de Thierry Ribault, qui sera proposé auprès de la direction de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS (InSHS) dont le titre provisoire est: « Protection humaine et réponses au désastre. Soin intensif en sociétés industrielles » basé au Japon et au sein duquel plusieurs membres du Clersé pourraient participer.

Japon : Sociologie – Abdelhafid Hammouche (Prof.) sur le thème Villes et Cultures : action publique dans l’espace urbain. Cette recherche sur la transformation des quartiers concerne les villes de Lille, Fortaleza et Yokohama. Coordonnée par Abdelhafid Hammouche, elle implique des chercheurs des universités des trois villes. Les chercheurs japonais sont enseignant-chercheurs à l’Université Meiji Gakuin de Yokohama.

Japon : Economie – Anne Bustreel (MCF) dans le cadre de sa coopération avec Tomo Nishimura (MCF, Université de Kwansei Gakkuin) un travail en émergence en liaison également avec Martine Pernod-Lemattre (MCF) et Frédéric Cornuau (MCF) : dimension de genre, conditions de travail des salariés précaires, approches comparatives France -Japon.

Japon : Ethnologie – projet de post-doc de Clothilde Sabre, suite à sa thèse intitulée « Le néo-japonisme ou la passion pour la culture pop japonaise comme forme de construction identitaire dans le cadre de la mondialisation » sous la direction de Paul van der Griip (Prof.).

Taiwan : Economie – Catherine Comet (MCF), projet PHC Orchid actuellement terminé. « Between State and Familism : a comparative study of interlocking Directorates between France Taïwan » (2009-2010).

Abdelhafid Hammouche,
Directeur du Clersé

Marie-Pierre Coquard,
Chargée des relations internationales au Clersé

Inventaire des thèses françaises relatives à l’Asie du Sud – Est, 2000 – 2010 (sujets déposés)

 

Inventaire des thèses françaises relatives à l’Asie du Sud – Est 2000 – 2010 (sujets déposés)

réalisé par l’AFRASE, Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est (http://www.afrase.org/)

par Annabel Vallard,

http://vlc.ish-lyon.cnrs.fr/IMG/pdf/Vallard_InventaireSujetsDeposesASE.pdf

 

TABLE DES MATIÈRES

CONTENTS

 

I. ARCHITECTURE ET URBANISME / ARCHITECTURE AND URBANISM

II. ART ET ARCHÉOLOGIE / ART AND ARCHAEOLOGY

III. DROIT / LAW

IV. ETHNOLOGIE / SOCIAL ANTHROPOLOGY

V. GÉOGRAPHIE / GEOGRAPHY

VI. HISTOIRE / HISTORY

VII. LINGUISTIQUE, SCIENCES DU LANGAGE, SCIENCES DE L’ÉDUCATION, SCIENCES  DE L’INFORMATION ET  DE LA COMMUNICATION / LINGUISTICS

VIII. LITTÉRATURE / LITERATURE

IX. PHILOSOPHIE / PHILOSOPHY

X. PSYCHOLOGIE / PSYCHOLOGY

XI. SCIENCE POLITIQUE / POLITICAL SCIENCE

XII. SCIENCES ÉCONOMIQUES ET GESTION / ECONOMICS AND MANAGEMENT

XIII. SOCIOLOGIE / SOCIOLOGY

 

 

Rapports entre appartenance nationale et « tradition » de recherche sud-asiatique en Grande-Bretagne et aux États-Unis au XXe siècle

 

Nations, diaspora et area studies

L’Asie du Sud, de la Grande-Bretagne aux États-Unis

Véronique Bénéï

L’HOMME 156 / 2000, pp. 131 à 160

« Résumé

Dans cet article, on traite des rapports entre appartenance nationale et « tradition » de recherche sud-asiatique en Grande-Bretagne et aux États-Unis au XXe siècle. Est  décrit le mouvement de renforcement disciplinaire qui a accompagné le déclin de l’empire britannique, inversement à celui amorcé aux États-Unis à la même époque, qui privilégiait le développement des area studies ; puis le développement de ces études en Grande-Bretagne à la faveur d’un engagement national. La rivalité politique et intellectuelle entre les deux nations a également eu le sous-continent indien pour enjeu. De ce même sous-continent a eu lieu une émigration importante dans les années 60 vers les États-Unis. Vingt ans plus tard, les générations qui en sont issues ont progressivement investi les campus universitaires américains. Les transformations récemment induites dans le champ de la formation aux études sur l’Asie du Sud sont d’abord resituées dans le contexte multiculturaliste de la société américaine, puis en relation avec le nationalisme hindou et le rôle qu’y joue la diaspora indienne. »

L’article :

http://lhomme.revues.org/74?file=1

Les études concernant le Tadjikistan en France – 2009

 

Les études concernant le Tadjikistan en France :

http://www.ambafrance-tj.org/Les-etudes-concernant-le

 

SOMMAIRE DE LA PAGE :

Les études sur l’Asie Centrale en France

1. Enseignements et directions de thèses sur l’Asie Centrale et les aires avoisinantes

Au Collège de France, Paris

À l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris

À l’École Pratique des Hautes Études, Paris

Institut National des Langues & Civilisations Orientales, Paris

Centre d’Études et de Recherches Internationales (CERI), Sciences Po, Paris

Sciences Po Lille

Universités françaises

 

2. Chercheurs en poste travaillant sur l’Asie Centrale en sciences humaines et sociales

a) Chercheurs spécialisés en études centrasiatiques

Archéologie, préhistoire et protohistoire, art ancien

Histoire ancienne et médiévale, épigraphie

Histoire moderne et contemporaine, art moderne et contemporain

Linguistique

Anthropologie, Ethnologie, Sciences des religions

Sciences politiques, Sociologie

Géographie, Environnement, Urbanisme

Économie, Sciences de Gestion

b) Chercheurs émérites actifs dans le domaine

c) Chercheurs travaillant de manière épisodique sur l’Asie Centrale

 

 

Études coréennes : état des lieux – Fin des années 1990

 

Études coréennes : état des lieux

Par Sylvain ALLEMAND

 

« La Corée du Sud fait de plus en plus souvent parler d’elle. Pourtant, en France, on compte encore peu de spécialistes de ce pays.

« Le Pays du matin calme », « le Royaume des ermites », « Nouveau pays industrialisé », « Nouveau dragon d’Asie »… Par-delà les clichés auxquels on la réduit bien souvent, la Corée du Sud présente pour les sciences sociales de multiples motifs d’intérêt, tant sur les plans économique que culturel ou politique. »

http://www.scienceshumaines.com/etudes-coreennes-etat-des-lieux_fr_876.html

 

 

AEJF 1997 – 2012 : L’enseignement du japonais en France – bilan et perspectives

Association des enseignants de japonais en France :

AEJF 1997 – 2012 : L’enseignement du japonais en France – bilan et perspectives –

http://aejf.asso.fr/filemgmt_data/files/rappport.pdf

« Le but de cet ouvrage est double : d’une part établir un état rétrospectif de nos activités en vue de réfléchir à l’orientation de nos actions futures et de nos nouvelles missions. Présenter, d’autre part, la somme de ces activités dans un document en français afin de leur donner plus de visibilité et diffuser les informations essentielles concernant la pratique et les acquis dans le domaine de l’enseignement du japonais en France auprès de tous les acteurs de la communauté éducative. »

 

 

Références biblio : Assises de la Recherche Française dans le Pacifique

 

-Actes des Assises de la Recherche Française dans le Pacifique : 24-27 août 2004, Nouméa, Nouvelle-Calédonie

http://www.documentation.ird.fr/hor/fdi:010051919

Y lire « Les recherches en sciences humaines et sociales : bilan et perspectives » , Paul de Deckker, 2004 :

assises fra de la rech dans le pac_2004

 

-2nd Assises de la recherche française dans le Pacifique : 2-6 mars 2009, Tahiti, Polynésie française

http://www.psi2009.pf

 

 

Références biblio : Bilan et perspectives des études khmères (langue et culture) – 1997 et 2012

 

Article de Claude JACQUES sur l’ouvrage publié à l’Harmattan en 1997 :

Pierre L. Lamant, (sous la direction de) : Bilan et perspectives des études khmères (langue et culture)

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/befeo_0336-1519_1999_num_86_1_3450

 

Présentation de l’ouvrage :

Bilan et perspectives des études Khmères

Date d’édition : janvier 1998

Auteur : Pierre LAMANT
Editeur : L’Harmattan
Collection : Recherches asiatiques
Nombre de pages : 256
Prix : 23€
ISBN : 2-7384-6118-2

Ce bilan est le premier du genre. Les études khmères étant nées en France, il appartenait à ce pays de montrer l’exemple. Le lecteur trouvera donc, ici, la synthèse des travaux accomplis à propos du Cambodge et depuis plus d’un siècle, dans le cadre français mais aussi à l’étranger, au premier chef, bien sûr, au Cambodge même. Cette synthèse s’enrichit d’analyses présentant les acquis et les points forts de ces travaux, comme les faiblesses et les perspectives qui mériteraient d’être dorénavant prises en compte.

 

Etudes Khmères ? Outils pour une approche du Cambodge contemporain

ABDOUL CARIME, N.64, Revue PENINSULE, 2012, 242 p.

http://peninsule.free.fr/pages/peninsule_64pag.html

Voir aussi la deuxième partie dans le n°65 :

 http://peninsule.free.fr/pages/peninsule_65pag.html

Ces numéros ont pour point de départ un colloque organisé à cette fin conjointement par l’Association d’Echanges et de Formation pour les Etudes Khmères (AEFEK), l’Institut National des Langues et Civilisations orientales (INALCO) et le Centre Asie du Sud-Est (CASE) du CNRS, dont voici le programme :

Programme_colloque_khmer

 

 

 

Petit répertoire des études birmanes en France – 2000

 

« Présentation

Ce dossier n’a pas pour objet de faire un point général sur l’état des recherches sur la Birmanie (Union du Myanmar). Une excellente synthèse, qui dépasse en outre le cadre français, a récemment été proposée par Pierre Pichard et François Robinne en introduction au volume Etudes birmanes en hommage à Denise Bernot (Paris : Presses de l’Ecole française d’Extrême-Orient, 1998). Ce volume comporte également une bibliographie indicative des ouvrages et articles concernant la Birmanie parus entre 1985 et 1998. »

Voir la liste sur :

http://www.burmalibrary.org/docs3/Petit_annuaire.htm

 

 

Alain Delissen : Émergences coréennes

Avertissement

Les pages qui suivent n’ont pour ambition ni prétention de constituer un état des lieux objectif, à jour et détaillé des études coréennes en France. Encore moins des « connaissances françaises sur la Corée » — si cette formulation a un sens.

Du côté français comme du côté sud-coréen — souvent à l’occasion des anniversaires diplomatiques ou des commissions mixtes — une histoire des pionniers, des institutions, des personnes actives et des travaux ne manque pas d’être régulièrement établie. Elle fait alors office de bilan[1]. Comme ce domaine s’est très considérablement enrichi et diversifié depuis deux décennies, il a semblé inutile de sacrifier à un exercice réclamant, pour être sérieux, beaucoup de temps et de moyens.

Directeur d’études à l’Ehess, ancien directeur de l’UMR 8173 Chine, Corée, Japon (2008-2011) et directeur de l’Institut d’Études Coréennes du Collège de France, l’auteur de ces lignes est engagé dans le monde coréanologique depuis presque vingt-cinq ans : il peut avoir l’imprudence d’évoquer de façon subjective — quoique informée — cette expérience déjà assez longue.

Ce texte bref relève donc de l’exercice solitaire. Si son objectif et ses destinataires ont été discutés de façon informelle dans le petit milieu coréanologique, il n’a pas été soumis ni a fortiori validé par les nombreux acteurs qui constituent aujourd’hui les études coréennes en France. Il ne s’exprime pas en leur nom.

Émergence, s. f.  1) Sortie hors d’un milieu. 2) Fig. Circonstance pressante.

(« Littré » 1874).

Premier aperçu

À la mesure de l’émergence de la Corée du Sud sur la scène économique, politique et culturelle du monde depuis 30 ans (pour ne rien dire trop vite de la Corée du Nord), la production scientifique coréenne s’est considérablement développée. On désigne ici toutes les connaissances que produit et accumule le monde coréen, y compris sur lui-même.

Il en va de même plus modestement des études coréennes françaises. Depuis deux décennies, elles ont su entamer le « tournant disciplinaire » des études sur l’Asie, entretenir un dialogue plus assidu avec les aires culturelles voisines et concevoir des formes de coopération interinstitutionnelle productives qui les rendent visibles au-delà de l’hexagone.

Essentiellement du fait de ses universités, dans des domaines et des lieux disciplinaires « classiques » (histoire, littérature, langue), la France n’a pas à rougir de ses efforts passés et récents au regard des autres pays européens. Ils portent leurs fruits.

Car, comme en témoigne la spectaculaire croissance des étudiants de premier cycle engagés en études coréennes, la jeunesse française a pris la mesure de l’intérêt (du potentiel) de la péninsule. On doit s’en réjouir.

Cette nouvelle puissance (sud-)coréenne en actes doit désormais s’imposer aux décideurs français plus âgés, publics et privés : non plus comme une hypothèse, mais comme un fait. Il est temps de changer de lunettes et d’ajuster nos dispositifs à la réalité.

Une émergence spectaculaire

Des signaux très positifs

Une fois n’est pas coutume dans l’évocation — souvent découragée — de l’enseignement supérieur et de la recherche français, il est possible d’entamer l’esquisse d’un tableau des études coréennes sur une note générale positive, voire très positive. Elle doit autant à la trajectoire récente d’un petit pays ambitieux sur la scène mondiale qu’aux réponses actives qu’elle a su susciter de la part des institutions françaises de la connaissance.

Surprise (à déchiffrer) et promesse à la fois, le flux massif et toujours croissant des jeunes français intéressés par la Corée en constitue la manifestation récente la plus spectaculaire. S’en tiendrait-on à l’Île de France, à la rentrée 2012, plus de sept cents étudiants étaient inscrits pédagogiquement à l’une ou l’autre des trois années de Licence de l’Inalco et de Paris 7-Paris Diderot !

Parce que les échanges entre les deux « finisterres » eurasiatiques sont désormais plus intenses, fait écho à cette demande de formation avancée un intérêt notable de la société française qui est bien mieux informée sur la Corée qu’il y a 20 ans. On doit donc saluer aussi comme un signe encourageant la couverture médiatique consacrée à la péninsule, particulièrement dans la presse écrite. Dans la foulée d’un Philippe Pons qui a su, longtemps seul, assurer au Monde la pédagogie des choses coréennes, l’information s’est aujourd’hui remarquablement diversifiée et segmentée en niches spécialisées. Y dominent très largement les points de vue sur (et de) la Corée du Sud.

Cinq points saillants : Le Nord (le monde coréen), la tradition savante, Paris, l’Europe, la « famille » CNRS

Par contraste — et ce sera dit une bonne fois pour toutes —, on ne peut que regretter le traitement décevant et caricatural, bête et répétitif (en gros typiquement « orientaliste ») réservé en général à la Corée du Nord. On est parfaitement en droit d’avoir peu de sympathie et de goût pour cet État et ses dirigeants, mais il y a mieux que le psittacisme pour en rendre compte. On ne manque pas avec Pyongyang de beaux défis intellectuels et méthodologiques à relever, de beaux objets curieux à penser…

Plutôt que d’une Corée rabattue inconsciemment sur la Corée du Sud, on parlera ici de « monde coréen », non par prétention à la grandeur, mais par effort de reconnaissance d’une tension entre une unité indéniable vue de l’extérieur (il y a une coréanité qui n’est soluble ni dans la globalisation ni dans la vague « Asie ») et des pluralités internes d’ordres variés (le Sud, le Nord, les diasporas ; les régions, les générations, les classes ; les hommes et les femmes…).

Pour le reste heureusement, le monde savant français peut tirer fierté des efforts qu’il a fournis pour accompagner de son travail la lente émergence mondiale de la Corée à la conscience du monde. Quoique incomparablement moins épaisse que la sinologie (ou la japonologie) francophone, l’histoire longue de la première coréanologie française du Père Féron (1827-1903) à Charles Haguenauer (1896-1976) et de Mgr Dallet (1829-1878) à l’impressionnant Maurice Courant (1865-1935) est désormais bien connue. Il reste à écrire celle de la seconde génération (André Fabre, Li Ogg, Daniel Bouchez, Bertrand Chung, Marc Orange, Alexandre Guillemoz) qui eut pour mission — réussie —d’ancrer la Corée dans le paysage universitaire.

Mis bout à bout, le nombre de supports budgétaires consacrés aujourd’hui à connaître et faire connaître la Corée n’est pas négligeable. Musées et bibliothèques compris (Guimet, Bulac), l’État français finance entre 20 et 25 postes statutaires (à comparer avec + 150 sur le Japon). Ils relèvent des universités (enseignants-chercheurs et ingénieurs d’études ; Inalco, Paris Diderot) ou des grands établissements (EHESS, EFEO, CNRS, Collège de France. Plus inconstamment l’IEP-Paris) et, très largement aussi, d’une localisation à Paris même. La plupart sont logés dans des dispositifs disciplinaires spécifiques soit centrés sur l’enseignement de la langue ; soit cantonnés aux réduits exotiques des « aires culturelles »[2].

Pareille esquisse en grandes tendances ne peut oublier ce qui, en banlieue parisienne ou « en régions » (Lyon, Bordeaux, La Rochelle, Aix en Provence, Le Havre, Belfort…) se confirme ou s’affirme de formations à la Corée, originales de tenter parfois des formules plus « professionnalisantes ». On doit enfin évoquer diverses initiatives « coréennes » qui, de façon non structurée et non permanente, se manifestent aujourd’hui dans de nombreux établissements français.

Chiffres en main et loin des discours « RP » auto-promotionnels qui marquent actuellement la vie académique internationale, cet ensemble dense de ressources, d’actions variées et de travaux accumulés est tout à fait unique en Europe. La coréanologie française — qui a appris à communiquer et écrire en anglais — fait ainsi excellente figure dans un espace européen de recherches et d’échanges, remarquablement intégré et actif, que structure et anime l’AKSE. Parce qu’elle offre une masse critique de chercheurs et des structures efficaces de circulation, l’Association for Korean Studies in Europe est peu à peu devenue une instance majeure de professionnalisation, de validation ; en bref, de légitimation scientifique : et comme telle reconnue pour son expertise par les bâilleurs de fonds publics sud-coréens (Korea Foundation).

Depuis que l’auteur de ces lignes s’est plongé dans le monde coréen (à la veille des Jeux olympiques de Séoul de 1988), la coréanologie française a donc crû de façon remarquable. On notera pour conclure le rôle paradoxal qu’a joué le CNRS dans ce paysage : quoique tout à fait marginal (voire longtemps absent !) en termes de postes de chercheurs, l’organisme national de recherche a su continument y jouer un rôle structurant en rendant possible, grâce à ses UMR multi-tutelles, un dispositif inter-institutionnel précieux ; l’ambiance interpersonnelle d’une petite famille ; l’accès à des ressources spécifiques critiques (crédits de recherche, documentation, accès — coûteux — aux indispensables grandes bases de données scientifiques sud-coréennes).

Cette « petite famille » réclame aujourd’hui d’être repensée en d’autres termes. Avec d’autres dispositifs.

Les difficultés

Crise de l’université, géopolitique du savoir et points faibles de la coréanologie

Il est tentant de se saisir de cette tribune pour entonner un lamento général — au fond justifié — sur la vie académique au 21e siècle ; pour dévider la liste — au fond légitime — des grands besoins à satisfaire : des postes, des locaux, des budgets et du temps ! Il semble vain de trop s’y attarder sinon pour rappeler le caractère mondial du constat/sentiment de crise de « l’université » ; son acuité particulière en SHS.

Il serait plus justifié de s’étendre davantage sur ce qu’ajoute, en France, de difficulté aux difficultés le parti pris d’un pilotage des adaptations « nécessaires » qui apparaît nettement contre-productif : de préférer systématiquement et massivement la recherche programmée au temps libéré, la surproduction quantitative à la qualité créative, la reproduction du même à l’énergie du neuf.

Voire: dans toutes les grandes mutations en cours, il n’est visiblement réservé aucune place à une géopolitique du savoir un tant soit peu à jour sur des enjeux fondamentaux :

– les aires culturelles en SHS et ce qu’elles nous permettent de comprendre en finesse — au prix d’une formation longue — des changements planétaires en cours sont sacrifiées sur l’autel d’un court-termisme utilitariste qui tient les échanges internationaux en « sciences dures » (en anglais international) pour suffisants à la compréhension  du monde.

– indépendamment de la dignité et de l’intérêt égaux de toutes les aires culturelles, la place géopolitique de « la Corée » et son émergence, en puissance et en savoir — en ambitions dévorantes — à la mondialité n’est pas ou mal repérée. Il y a pourtant des mutations dans le monde au-delà du catalogue officiel des « émergents » patentés ; au-delà du sino-centrisme exclusif qu’impose une nouvelle doxa …

– cette émergence n’est pas bien comprise parce qu’elle est aussi insuffisamment analysée par un nombre insuffisant d’experts suffisamment in/formés. Indépendamment de la dignité et de l’intérêt égaux de tous les sujets et de toutes les périodes, il faut avoir le courage d’énoncer clairement des points faibles : les études classiques (et historiques) ne se portent pas si mal (elles pèsent et sont visibles à l’échelle mondiale) quand la connaissance, en France, du monde contemporain coréen a été visiblement abandonnée à d’autres métiers que ceux de la science. Très loin de tout « présentisme » (chiffon rouge dont la pertinence peut valoir pour les États-Unis…) la coréanologie francophone cherche politologues, économistes, sociologues, ethnologues ou médiologues connaissant vraiment — en langue coréenne cela va de soi et en profondeurs historiques cela va aussi de soi — le monde coréen actuel.

Divers effets secondaires néfastes des mutations en cours : effets de cycle, déstructuration des PRES, pilotage général

Il y a peut-être plus grave : la croissance brutale de la demande estudiantine, les réformes institutionnelles en cours (PRES et Idex) et le remplacement du pilotage stratégique national (le courage des choix) par la compétition systématique entre établissements (et entre PRES) semblent avoir la capacité rapide, dans le domaine des études coréennes, non seulement de contrarier une émergence, mais de parvenir à défaire trente années de patients tissages interinstitutionnels.

Aubaine pour une part, les effets de « cycle » sont non moins redoutables. Imprévue et spontanée, la croissance brutale des effectifs estudiantins en licence a d’autres inconvénients que de mettre aujourd’hui à rude épreuve les structures d’accueil : elle accule les établissements asphyxiés à gérer l’urgence en créant trop vite des postes, soudainement nombreux, face à un vivier de candidats insuffisant — insuffisamment large, varié, préparé, compétitif. La constitution de pareil vivier ne peut, par définition, ni être instantanée ni laissée totalement à la bonne fortune. Elle devrait se préparer.

En domaine émergent, peut-on concevoir une politique de formation et de recrutement qui ne soit pas coincée entre la pure reproduction du même et l’anomie hasardeuse générée par l’urgence ?

S’il est difficile d’anticiper aujourd’hui ce qu’il adviendra des PRES et des Initiatives d’excellence à l’horizon 2020, il est palpable d’en constater les premiers effets, à Paris, sur un petit domaine comme celui des études coréennes, naguère intensément coopératif. Longtemps interinstitutionnelles (de façon formalisée ou pas), elles ont commencé d’être mises à mal par la logique quantitative et concurrentielle qu’ont générée évaluation et contractualisation (AERES, UMRisation). La mise en place des PRES et des Initiatives d’excellence a aggravé la tendance. Les études coréennes — et souvent les personnes en charge de les gérer — sont ainsi éclatées (écartelées) aujourd’hui entre trois PRES : Paris-Cité, héSam et PSL. À la clé : pressions des établissements sur les individus, crédits étroitement ciblés, dé-circulation attristante des étudiants (!!!), bras de fer sur les créations de postes et les affectations, enrégimentement dans des projets collectifs artificiels, accroissement de la complexité bureaucratique et, à terme, concurrence franco-française prévisible auprès des bâilleurs de fonds français, européens et coréens…

Les études coréennes émergentes peuvent-elles raisonnablement se permettre une désastreuse mise en concurrence franco-française ?

Soumis, comme tous les autres EPST, à des logiques « supérieures » de mécano gestionnaire, de taille critique, de tempo contractuel trop court ; tiraillé par en bas par les demandes concurrentes des établissements désireux de retenir son attention et d’obtenir son « label », on peut interroger la capacité (son désir n’étant pas en cause) d’un organisme comme le CNRS à assurer la cohérence de l’ensemble tout en tenant compte des domaines « émergents » qu’il a pour mission non de protéger, mais de faire grandir. On peut s’interroger de même sur sa capacité à formuler une stratégie de soutien à la recherche qui ne soit pas soumise aux normes professionnelles des sciences dites « dures », aux sujets imposés par la technocratie scientifique de Bruxelles au nom sacré de la « demande sociale ». On peut enfin s’étonner de sa capacité à coordonner les efforts de la recherche française en SHS — naguère mondialement prestigieuse — pour l’insérer dans un environnement d’échanges globalisés et inégaux.

Dans ce contexte, il revient finalement… à un organisme sud-coréen (l’Academy of Korean Studies) de financer (considérablement) pour cinq ou dix ans, le seul dispositif interinstitutionnel coréanologique (Paris Diderot, Inalco, Ehess), en articulant recherche et formation dans une ambition francophone…

À l’échelle nationale et internationale, l’émergence des études coréennes peut-elle survivre longtemps à une programmation scientifique aussi impérieuse que sans pilotage ad hoc?

S’en déduisent quelques propositions d’actions, formulées brièvement, dans trois domaines très différents : pilotage, diffusion de la connaissance, relations internationales. Chacune est déclinée en deux volets, l’un facile à mettre en place, l’autre plus ambitieux.

Elles peuvent être décisives pour passer d’émergence en consolidation.

Une nécessaire consolidation

1) Pilotage : orientation nationale, passerelles, plan décennal de formation

Parce que la puissance coréenne est ce qu’elle est, parce que les études coréennes constituent un domaine émergent (parmi d’autres) et parce qu’elles sont particulièrement vulnérables à la recomposition (décomposition) en cours qu’induit la naissance des PRES  les études coréennes réclameraient un peu d’attention particulière.

  • A minima : on pourrait attendre d’un pilotage vraiment national de la recherche qu’il institue au sommet du Ministère une structure d’orientation destinée de réfléchir à des « passerelles » trans-PRES visant à contrebalancer, par des actions concrètes (autres que la réunionite), la dérive des continents.
  • Au mieux : pour faire face aux multiples formes de « demande de Corée », on pourrait envisager la mise en place d’un plan décennal de formation échappant aux à-coups et aux effets d’aubaine. Il s’agirait de créer un « horizon de postes » (enseignant ou chercheur), sans aucun autre fléchage que « langue + discipline », soutenu au départ par des bourses (en master) puis des contrats doctoraux. À charge pour les établissements, CNRS ou universités, ayant connaissance de ce vivier, d’ouvrir ensuite les postes « en réserve » — éventuellement reportables un nombre donné d’années — selon leurs procédures usuelles et le schéma national de la LRU.

2) Les aires culturelles, un savoir stratégique ?  Traduction, veille scientifique et diffusion de la connaissance

L’Asie en général nous connaît mieux que nous ne la connaissons. Cette dissymétrie en héritage est plus abrupte encore entre France et Corée. Elle ne sera pas indéfiniment sans conséquences pratiques depuis que nous n’avons plus le monopole des Lumières. Il est donc temps d’envisager les SHS et les aires culturelles aussi comme des savoirs stratégiques qui ne prospèrent pas dans les vases clos (supposés) de la pure érudition.

  • Au minimum : il ne semble pas inutile de faire un effort plus soutenu (à dire vrai il existe à peine) du côté de la traduction. À quoi pense la Corée ? Comment pense la Corée ? Que sait-elle et dit-elle de nous ? Que nous apprend-elle des grands problèmes du monde passé, du présent, des mondes futurs ? Sur des bases scientifiques solides, traduire en français tout un univers de savoir (même un tout petit peu) ne semble pas hors de portée.
  • De façon plus ambitieuse : il faudrait (en parallèle avec le plan de formation décennale évoqué plus haut) prendre de façon plus systématique la mesure de la production scientifique en Corée (en Asie) en général : tout ne se dit pas en anglais ; tout dispositif de veille n’est pas automatisable et purement quantitatif. Que pouvons-nous faire, que savons-nous faire pour mieux appréhender (puis rediffuser) ce que pense le monde coréen des grandes questions scientifiques et sociétales qui travaillent notre époque ? Quelles ressources de concepts ou de pratiques gisent là, éclairantes ou utiles pour nous ?

3) Relations internationales : changer de braquet… et remettre les SHS dans la boucle : pour une Maison franco-coréenne… à Séoul ET à Paris

Les relations scientifiques internationales sont aujourd’hui décisives. Dans les faits, elles passent informellement par des individus, demeurent assez superficielles, manquent de constance, de moyens et de résultats : le tout semble peu efficace. Surtout : ni la Corée ni les SHS ne sont au devant (ou même en cinquième ligne) des priorités françaises.

Qui lit le coréen (ou examinera la liste des projets financés) pourra à cette aune évaluer le programme STAR liant France et Corée du Sud : outre que le CNRS n’a plus d’accord cadre avec ce pays, le partenaire dans la péninsule n’affiche aucun intérêt pour les SHS autres qu’immédiatement applicables à l’industrie (contrairement à ce qu’avance la partie française).

  • A minima : il est urgent (voir ci-dessus), de redonner aux échanges entre France et Corée un éventail disciplinaire un peu moins étroitement utilitariste ou « techno-sciences dures » lesquelles occupent tout le champ depuis maintenant 10 ans. Les accords STAR ont certes le mérite d’exister. Il n’est pas trop tard de faire l’effort de les adosser à des partenaires coréens… qui pratiquent (et financent) aussi la recherche en SHS. Il y en a.
  • De façon plus ambitieuse : un big bang s’impose. Les échanges scientifiques franco-coréens continuent d’être à la remorque de bureaux régionaux situés à Tokyo ou à Pékin qui prennent mal la mesure et de ce que produit la science coréenne (et pas du tout de ce qui s’y pense en SHS). On me pardonnera ici d’insister lourdement sur les dividendes de notre soft power
  • On peut donc enfin faire le choix de l’ambition : en créant à Séoul, comme on le faisait à Tokyo il y aura bientôt un siècle, une Maison franco-coréenne, fonctionnant peu ou prou dans les mêmes conditions et dans les mêmes domaines, associant la recherche et les affaires étrangères (façon UMIFRE).
  • On peut même faire beaucoup mieux : en la structurant d’emblée à égalité d’ambitions et d’intérêts comme une structure d’échanges et de circulations bilocalisée à Paris et à Séoul.

Il n’est pas trop tard pour mettre nos actes à la hauteur de nos ambitions verbales.

Il n’est pas trop tard de concevoir des ambitions françaises au sujet de la Corée.

Il n’est pas trop tard surtout pour sortir du XIXe siècle…

Alain Delissen, historien, est spécialiste de la Corée coloniale et des usages publics du passé dans le monde coréen. Il est directeur d’études à l’Ehess, directeur de l’Institut d’Études Coréennes du Collège de France et membre de l’UMR 8173 Chine, Corée, Japon.


[1] Une première approche de ce monde coréanologique en mouvement pourra passer par le Carnet en ligne du Réseau francophone d’études coréennes, porté par Paris Diderot, l’Inalco et l’Ehess et généreusement soutenu par l’Academy of Korean Studies (Overseas Leading University program for Korean Studies), sur appel d’offre pour cinq ans (2010-2014). Un Portail plus large devrait être ouvert courant 2013. http://parisconsortium.hypotheses.org/

[2] Il faudrait être capable de mesurer précisément, sur trente ans, la « capacité d’accueil » des disciplines pour telle et telle aire culturelle. Ainsi, le nombre des spécialistes de l’Asie recrutés dans des départements disciplinaires et qui y font l’essentiel de leur service sur leur aire de spécialité est plus que ténu. Les mantras neufs de l’histoire globale semblent devoir faire oublier que, chez les historiens par exemple, ce nombre semble, en réalité, avoir baissé… Sous bénéfice d’inventaire.

Pour citer ce billet : DELISSEN, Alain, « Émergences coréennes », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 9 décembre 2012, modifié le 20 décembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1304]

Christian Huetz de Lemps & Viviane Fayaud : Au-delà de l’Asie… Le Pacifique

Le concept d’Asie-Pacifique, largement utilisé aujourd’hui, introduit, volontairement ou non, l’idée d’une association dissymétrique et déséquilibrée dans laquelle le poids écrasant de l’Asie ne laisserait au Pacifique c’est-à-dire aux terres qui s’y dispersent, qu’une place annexe, secondaire. Le Pacifique, ne ferait en quelque sorte qu’apporter une dimension maritime et plus de profondeur à l’énorme ensemble continental asiatique. On comprend aisément cette tentation, qui conduit les Affaires Étrangères à raisonner généralement à partir de cette référence Asie-Pacifique, si l’on se réfère aux poids respectifs humain, économique et géopolitique des deux entités.

Un espace océanique

Et pourtant, l’aire Pacifique mérite d’être clairement individualisée car elle a une identité propre qui s’affirme aussi bien sur le plan géographique que politique, humain et culturel, une identité qui n’est ni asiatique, ni d’ailleurs américaine. Géographiquement d’abord, c’est un monde presque purement océanique, caractérisé d’abord par son immensité. Il représente en gros un tiers de la surface du globe, et les distances entre les principaux points tant à l’intérieur que sur ses bordures sont souvent énormes. De Panama ou Acapulco à Manille par exemple (la route « aller » du fameux « galion de Manille » au temps de la colonisation espagnole), il n’y a pas moins de 17 000 kilomètres !

Dans ces immenses horizons maritimes, les terres émergées n’occupent qu’une place secondaire, voire mineure, sauf à l’Ouest avec la masse australienne flanquée de la Nouvelle-Zélande et de la Nouvelle-Guinée. À ces exceptions près, les îles et archipels qui se dispersent au sein des solitudes océaniques ne représentent que des surfaces modestes, de quelques km² à quelques milliers de km². Rien à voir donc avec les gros ensembles continentaux américain et asiatique, même si ce dernier est flanqué de grands archipels (Philippines, Japon) qui en rompent la massivité.

Il y a donc là un espace largement maritime, qui justifie pleinement la traditionnelle appellation d’ « Océanie » attribuée à ce « cinquième continent » si différent des autres et si original à tous points de vue. Cette originalité est pour une large  part la conséquence de l’immensité océanique et de l’émiettement des terres, et nécessite à l’évidence des recherches spécifiques. Plusieurs grands domaines constituent des orientations privilégiées, que l’on retrouve aussi bien dans l’histoire de la recherche que dans les perspectives novatrices à développer dans le présent et le futur.

Une implication occidentale pluriséculaire

D’abord, la nature elle-même présente dans cette aire océanienne de fortes particularités par rapport par exemple aux ensembles asiatiques. Le naturaliste britannique Alfred R. Wallace avait déjà au XIXe siècle bien remarqué cette coupure entre les mondes asiatique et océanien, même si par la suite on s’est attaché à définir une zone intermédiaire de contact (Wallacea) plutôt qu’une ligne de séparation brutale. Quoiqu’il en soit, l’Océanie offre des traits naturels originaux  qui justifient bien sur des programmes de recherche spécifiques. Ainsi, on peut mentionner par exemple la mobilisation sur le thème des récifs coralliens, dont les trois-quarts se situent, on le sait, dans le Pacifique. Faut-il citer ici les travaux réalisés à Perpignan sous l’égide de Bernard Salvat, ou encore ceux de l’Institut Océanographique de Monaco, ceux de l’IRD et bien d’autres ? Les récifs coralliens manifestent, on le sait, une extrême sensibilité aux mutations environnementales, ce qui en fait des marqueurs très précieux des évolutions tant des climats que du niveau marin ou des pollutions. Les données ainsi recueillies ont en fait une valeur à l’échelle du globe. En outre, des problèmes écologiques telle que la disparition d’atolls par l’élévation du niveau de la mer (Tuvalu), la perforation de la couche d’ozone ou le danger des tsunamis avec leurs graves conséquences tels les réfugiés écologiques, les maladies et les destructions, appellent de vastes analyses pluridisciplinaires que l’appel à projet, en 2011, de la Commission Européenne intitulé « Climate change uncertainities: policymaking for the Pacific front » ne remplace pas.

De la même façon, le Pacifique est un domaine privilégié d’études sur la biodiversité, les mécanismes et la chronologie de l’évolution. L’isolement et l’émiettement des mondes insulaires conduisent à des phénomènes d’endémisme de la flore et de la faune tout à fait remarquables, et très éclairants sur les formes et les rythmes de l’évolution, dont la théorie

même a vu le jour, on le sait, dans les observations de Charles Darwin aux Galapagos, en plein Pacifique. Il reste néanmoins beaucoup à découvrir sur l’écologie des îles, comme l’a montré l’inventaire complet de l’île de Santo (Vanuatu) réalisé en 2006. L’intérêt de la recherche sur les mondes insulaires du Pacifique ne se limite pas bien sûr aux singularités de leurs milieux physiques et de leur biogéographie. Toute aussi passionnante est l’étude des hommes, de leurs migrations, de leurs constructions territoriales, de leurs structures sociales, de leur identité culturelle. Là aussi, les îles du Pacifique sont loin d’être un simple prolongement de l’Asie, même si l’origine lointaine des populations  « indigènes » qui y vivent se situe indiscutablement dans l’aire asiatique. Il y a à la fois une identité océanienne d’ensemble et une diversité matérialisée depuis Jules Dumont d’Urville dans la distinction entre Mélanésiens, Polynésiens et Micronésiens, sans oublier bien sûr les formes les plus anciennes de peuplement, les aborigènes australiens. Dès leur découverte, ces populations ont suscité un intérêt passionné de la part de leurs visiteurs. Dés le départ, elles ont tenu un rôle presque disproportionné dans la construction intellectuelle de l’Europe, en particulier de la France du dernier tiers du XVIIIe siècle. Le bon (et beau) sauvage de Louis de Bougainville et des philosophes, le vieux sage tahitien de Denis Diderot (Supplément au voyage de Bougainville) ont bien vite conquis une place dans l’histoire des idées sans rapport avec le petit nombre de ces « indigènes » et la modestie de leurs îles !

Ces populations ont continué à constituer des objets privilégies d’études, de la part de générations de simples observateurs d’abord (souvent fortement impliqués, comme les missionnaires dont les fonds documentaires constituent une source majeure d’information), puis les chercheurs scientifiques véritables, ethnologues, géographes, historiens, anthropologues, sociologues particulièrement nombreux depuis les années 1950. Les populations autochtones ont été scrutées en profondeur tant dans leurs spécificités pré-européennes (dans la mesure où il était possible de la connaître) que dans leur évolution au contact du monde extérieur qui les a si profondément transformées. La religion chrétienne, (catholique ou protestante), l’écriture, la modernité matérielle (métaux, armes, argent, commerce, etc…) ont généré des sociétés nouvelles, mono ou pluriethnique suivant l’ampleur de l’immigration et le poids de la colonisation sous toutes ses formes.

La diversité des thématiques abordées dans ces études est en fait à la mesure de la richesse de ces petits mondes qui ont souvent été considérés comme de véritables laboratoires bien individualisés par l’isolement insulaire. Certains sujets ont été particulièrement travaillés dans certaines périodes du fait de leur nouveauté et de leur importance pour ces sociétés. C’est le cas par exemple des études linguistiques, un sujet inépuisable si l’on songe à l’extraordinaire prolifération des langues autochtones (2 000 sur 7 000 pour l’ensemble du globe, dit-on) dans les grandes îles du monde mélanésien (Darrell Tryon). De même, de nombreux et importants travaux ont traité des rapports de parenté, des cycles de vie, des savoirs locaux, du rapport à la terre (Joël Bonnemaison). Certains de ces thèmes sont peut être un peu moins en pointe (ou à la mode) aujourd’hui. D’autres recherches par contre s’efforcent de renouveler l’approche des territoires, des représentations, de « l’îléité », mettent en valeur les mobilités, les réseaux, les mouvements migratoires, tandis que commencent à se développer les études sur l’urbanisation, fait nouveau en Océanie (Australie et Nouvelle-Zélande à part évidement). Les réflexions sur l’histoire conduisent à revisiter les thèmes géopolitiques (partage de l’Océanie, colonisation et décolonisation), religieux (doctrines, méthodes et impact de l’évangélisation) et culturels, sans oublier les problématiques de santé qui restent d’actualité aujourd’hui, même si elles ne remettent plus en cause l’existence même des populations autochtones comme elles le firent au XIXe siècle. Toutefois, si l’histoire du Pacifique a fait l’objet de quelques grandes synthèses qui, par l’ampleur même de la tâche empêche parfois l’analyse des singularités et des micro-phénomènes, la part des historiens français y reste faible d’autant qu’ils ne se sont investis qu’assez récemment dans l’histoire des îles du Pacifique et sont, il faut le dire, encore trop peu nombreux. Ce phénomène, qui mérite l’attention, s’avère d’autant plus paradoxal qu’un nombre important d’anthropologues, de sociologues ou d’économistes français se réclament d’une approche historique[i]. De fait, l’histoire de l’Océanie manque de programmes de recherches envisageant la région dans son ensemble, embrassant à la fois les périodes précoloniale, coloniale et postcoloniale et proposant une démarche comparative.

A priori, l’intérêt de la recherche en économie sur ces mondes insulaires du Pacifique pourrait paraître limité par leur petite taille, leur faible population, la brièveté de leur histoire et surtout peut être par le caractère réduit de leurs ressources en dehors de quelques produits miniers, de la Nouvelle-Calédonie à la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Et pourtant, quelle diversité dans les évolutions, les situations actuelles, les modes de développement ! Au temps de la découverte, les îles vivaient d’une agriculture de subsistance fondée sur les racines et les tubercules, plantes généreuses qui excluaient en temps normal la faim. Les échanges se faisaient suivant des procédures rituelles de dons et de contre dons. Les formes traditionnelles de culture continuent à tenir une place importante dans de nombreux archipels, tandis que d’autres voyaient de développer en parallèle une économie de plantation « moderne » fondée sur l’importation de mains d’œuvre. A la limite, aux Hawaï notamment, elles ont pratiquement disparu au profit d’un remarquable ensemble de puissantes plantations de canne à sucre et d’ananas, fondement de l’économie « coloniale américaine » des Hawaï qui a prévalu jusqu’au-delà de la Seconde Guerre mondiale et l’intégration de l’archipel comme 50ème état des États-Unis. Depuis, le secteur « plantations » a presque disparu au profit des activités tertiaires en général, notamment du tourisme et des bases militaires. Cette mutation vers les activités tertiaires et de services se retrouve en moins accentuée dans d’autres archipels qui ont fondé leur économie soit sur ce qu’on a appelé le système MIRAB (Migrations, Remittances, Aid, Bureaucracy), soit sur le soutien d’une métropole (Tahiti, une économie sous serre, B. Poirine). Dans tous les cas, on est ici assez loin des économies continentales, chaque situation constituant un exemple original.

Il n’en reste pas moins légitime de s’interroger sur l’utilité de développer des recherches sur ces mondes si lointains facilement qualifiés « d’exotiques » par rapport à la France et à l’Europe. En fait, plusieurs raisons majeures militent en faveur d’une attention particulière pour l’aire Pacifique. D’abord ces espaces lointains sont profondément intégrés à l’histoire de l’Europe dont ils ont été le point ultime de l’expansion et une expression très originale de la construction impériale. On retrouve, présents dans le Pacifique, tous les grands acteurs de la puissance maritime, pas seulement les Anglais et les Français, mais aussi les Espagnols, les Allemands, les Russes, les Japonais, les Américains. Ils y ont rivalisé, parfois jusqu’au point de confrontation, depuis les crises de Tahiti et de Samoa jusqu’aux formidables affrontements américano-japonais de la Seconde Guerre mondiale et au-delà, dans les risques de la surenchère Est-Ouest pendant la Guerre froide. Certes, le rôle stratégique des îles s’est un peu estompé ces dernières décennies, ou plutôt a changé de nature avec la définition du nouveau droit de la mer, c’est-à-dire des vastes Zones Économiques Exclusives (ZEE) qui entourent chaque terre émergée. Ces ZEE sont prometteuses de ressources halieutiques et de potentialités sous-marines, depuis les gisements de pétrole et le gaz off-shore jusqu’aux nodules polymétalliques des grands fonds. Les plus petites îles ont retrouvé ainsi un intérêt qui en fait, par exemple sur les bordures du Pacifique, des sources de conflits qui paraissent disproportionnés (Sankaku entre Chine et Japon).

Enfin, la petite taille des ensembles insulaires du Pacifique, l’isolement qui exacerbe l’affirmation de l’identité propre de chaque île ou archipel en font autant d’exemples singuliers des évolutions récentes, qu’elles soient politiques, économiques ou sociétales. Ce sont autant de « cas spécifiques » bien plus que des « modèles ». De plus, l’extrême imbrication des données physiques et humaines font des îles de véritables «systèmes » dont la connaissance en profondeur suppose une véritable pluridisciplinarité des chercheurs. En conséquence, nombres de chercheurs n’hésitent donc pas à se munir d’un double doctorat en Histoire et en Anthropologie ou en Histoire et en Droit.

Un défi pour une réflexion scientifique européenne

Si l’année Darwin a rappelé la dette des sciences du vivant envers le Pacifique, si l’on ne peut oublier ce que lui doit la pensée anthropologique (Boris Malinowski, Margaret Mead, Maurice Godelier) et écologique, la réflexion occidentale doit encore prendre conscience de certains héritages et mesurer certaines emprises dont il lui faut peut-être aussi s’éloigner.

Ainsi, les recherches initiées par Bernard Smith sur la vision européenne du Pacifique et son évolution s’avèrent riches d’enseignement sur l’Europe elle-même. Construction intellectuelle occidentale percevant le Pacifique comme une entité au  caractère uniforme qui abrite selon les époques et les approches le bon sauvage des philosophes, le païen déchu des missionnaires, le primitif des naturalistes, le sujet passif des administrateurs, et plus récemment des votes à conquérir, cette immensité océanique ne continue-t-elle pas de se dérober aux catégories savantes, géopolitiques, économiques ou géostratégiques en cours, surtout révélatrices des conceptions élaborées dans les métropoles d’Europe ?

Les études de Bernard Smith ont tardé à faire école. Cependant, l’impact de l’exploration du Pacifique sur l’art ainsi que l’alliance et l’influence de l’art sur la science constitue un autre axe de recherche important pour l’appréhension de l’Occident, si ce n’est pour la compréhension du Pacifique. Les explorations savantes ont embarqué et embarquent toujours des artistes dont les albums restent pour beaucoup à étudier. Or, ces albums eurent plus d’une conséquences : Bernard Smith a démontré comment l’idéal classique de vénération de la nature, ce qui signifiait la peindre dans ses formes les plus parfaites, a disparu de l’art occidental sous l’impulsion notamment des aquarelles représentant des animaux et des végétaux réalisées par les équipes de James Cook et de ses artistes qui dépeignent analytiquement la nature pour en rendre la variété au mépris de l’idéalisation. L’observation savante en révélant de nouvelles relations entre les composants de l’étrange nature des îles, que l’artiste dépeint scrupuleusement, a suscité une peinture décrivant un milieu naturel et non certains de ces éléments typiques. L’ensemble prépare le renouvellement de l’art du paysage, et ouvre le chemin à la peinture impressionniste.

De même, les relations des voyages scientifiques, hantées de réflexions philosophiques et avides de reconnaissance littéraire et esthétique, sont loin de n’être que de secs récits techniques. En conséquence, non seulement ces comptes-rendus scientifiques des antipodes ont participé à la transformation des concepts scientifiques, mais nombres d’entre eux ont alimenté une vaste littérature et très tôt, une production cinématographique, où l’aventure et le rêve le disputent à l’espionnage et aux réflexions éthiques. L’ensemble dévoile bien des aspirations et bien des mythes occidentaux. Cette abondance culturelle, bien étudiée dans ses dimensions esthétiques et mythiques pour le XVIIIe siècle, l’est moins pour des périodes plus anciennes (voir les ouvrages d’Annie Baert) ou très récentes, notamment pour le XXe siècle.

De plus, la collecte des données cartographiques, minéralogiques ou zoologiques a anéanti des concepts séculaires (l’inversion antipodale des lois), et initié des révolutions. Elles ne furent pas que scientifiques, mais aussi intellectuelles et culturelles. Certaines sont aujourd’hui bien appréhendées. Cependant, il reste à étudier la manière dont la recherche de ces cinquante dernières années alimente les confrontations philosophiques et politiques, enracine des considérations tenues pour vraies, ou nourrit des interrogations morales et éthiques, par exemple, sur la protection et la conservation des écosystèmes, le dénuement écologique (Nauru), ainsi que par exemple et plus largement sur l’approche des relations de l’homme à la nature. Ne reste t-il vraiment rien de l’approche philosophique d’un XVIIIe siècle en quête de solutions sociétales et qui les espérait des « cultures océaniennes » vivant dans un état tenu pour « premier » et donc riche encore de vertus ? Découvrir et sauver le caractère des peuples avant que l’emprise occidentale ne les voue à la disparition a, dès le XIXe siècle, motivé nombres de recherches : qu’en est-il du phénomène de la mondialisation et de son corollaire l’uniformisation du monde, et avec quelles conséquences sur les conclusions scientifiques ?

La recherche savante a également suscité plus d’un déracinement et plus d’une vocation tant savante qu’artistique dont Paul Gauguin demeure l’archétype, tant par sa vie personnelle que par le renouvellement esthétique qu’il imprime aux avant-gardes européennes de Paris à Moscou. Si ce peintre, que le Pacifique Sud inspire tant et dont l’exposition des œuvres draine de New York à Leningrad des foules immenses, rend justice à l’esthétique polynésienne en la détachant du canon grec (Et l’or de leur corps), il n’en contribue pas moins à relancer des représentations de la vahine, qui passant par Margaret Mead[ii],  alimentent certains fantasmes en cours depuis Bougainville sinon depuis Alvaro de Mendaña et Pedro de Quiros, et fleurissent dans les brochures de l’industrie touristique. Les « îles rêvées » et leur « paradis » conservent tout leur attrait. L’étude de ces représentations occidentales contemporaines, alors que le SIDA continue de défier la Recherche, ne se limite pas à des questions d’esthétiques intéressant seulement l’histoire de l’art et des représentations.

Enfin, l’enrichissement du patrimoine culturel occidental, les innovations esthétiques, et les créations culturelles qu’inspire le Pacifique méritent également des études pluridisciplinaires comparatives de vaste envergure, à l’image de ces établissements contemporains à la croisée des cultures que sont le musée du Quai Branly aux murs ornés de créations d’artistes aborigènes, ou le remarquable Centre culturel Jean-Marie-Tjibaou de Nouméa.

Naturellement, la France, qui a beaucoup participé à la découverte du monde pacifique (Bougainville, La Pérouse et les grands circumnavigateurs de la première moitié du XIXe siècle) y a conservé depuis plus d’un siècle et demi des intérêts politiques, économiques et culturels à travers les trois territoires qui lui sont rattachés (Polynésie-Française, Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna). Cela lui confère aussi des obligations particulières de participation au développement de la connaissance du Pacifique, aux cotés notamment des puissances anglo-saxonnes « régionales » (Australie et Nouvelle-Zélande). En un temps, où l’on parle beaucoup de mondialisation et de déplacement vers le Pacifique du centre du monde, cela devrait conduire au renforcement de véritables équipes pluridisciplinaire de chercheurs et d’enseignants intégrés dans les universités régionales (UPF, UNC) et les laboratoires de recherche spécialisé (IRD, CNRS, etc …). Déjà, une nouvelle génération de chercheurs prend aujourd’hui la relève des pionniers de la recherche océanienne, Jacques Barrau, Joël Bonnemaison, François Doumenge, Paul de Deckker, et bien d’autres !

Il serait indispensable qu’elle puisse disposer des moyens de ses ambitions.

Christian Huetz de Lemps est géographe, professeur des universités émérite, Université de Paris IV Sorbonne. Ses recherches ont porté sur  les spécificités insulaires, l’histoire de l’exploration, du commerce et de la cartographie de « l’outre-mer », directeur de la collection « Iles et archipels ».

Viviane Fayaud est docteure en histoire et diplômée de l’Ecole du Louvre, chargée des programmes concernant l’axe Océanie-Pacifique au Réseau Asie & Pacifique- IMASIE.


[i]Voir les journées d’études des 10-12 mars 2010, le Livre blanc des recherches sur le Pacifique en sciences humaines et sociales : pacific-credo.fr, reseau-asie.com.

[ii] 2 The antipodean laboratory, humanity, sovereignty and Environment in Southern Oceans and Lands, 1700-2009, session 7

 

Pour citer ce billet : HUETZ DE LEMPS, Christian & FAYAUD, Viviane, « Au-delà de l’Asie… Le Pacifique », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 9 décembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1299]