Présentation synthétique des contributions au Livre Blanc des études et des recherches sur l’Asie et le Pacifique

Virginie Symaniec, 12 décembre 2012

Tout au long de l’année 2012, une soixantaine de chercheurs et enseignants-chercheurs ont accepté de contribuer à la préparation du Livre blanc des études sur l’Asie et le Pacifique, une région qui représente à elle seule plus de 65% de la population mondiale. Leur état des lieux sur les forces et les faiblesses de la recherche française montre que l’Asie et le Pacifique constituent la seconde aire culturelle la mieux représentée au CNRS — ce qui la situe comme première « aire culturelle » extra-européenne. La position de force de l’Asie sur la scène mondiale n’a, en particulier, pas cessé de se consolider au cours des deux dernières décennies. Ce « retour » est lié, d’une part, à une évolution des représentations occidentales sur les mondes de l’Asie et du Pacifique faisant suite à la fin de l’ère coloniale ; d’autre part, à la rupture épistémologique qui a suivi la reconfiguration de l’Europe après la chute du mur de Berlin (émergence des notions plurielles « d’aires asiatiques » ou « d’Asies », par exemple). L’analyse s’inscrit donc dans une entreprise scientifique plus large de désoccidentalisation des savoirs sociologiques et dans un travail épistémologique sur la production de « sciences sociales post-occidentales » qu’il paraît nécessaire de produire (L. Roulleau-Berger).

Face à cette montée en puissance et au dépassement en cours de la notion même de post-colonialisme « qui permet à la recherche en Asie ou sur l’Asie d’être tenue comme indépendante et digne de participer à la vie scientifique mondiale », force est aujourd’hui de constater que « l’Asie n’est plus cette région mystérieuse, lointaine, plus ou moins exotique que la colonisation et l’impérialisme avaient tenté de placer en situation de dépendance » (M. Wieviorka). Pour Maurice Aymard, l’Asie est même « devenue, dans ses diversités, un acteur de premier plan, dont les performances ne se limitent pas à la géopolitique et à l’économie, mais s’étend à la culture, au social, à la recherche et à la science ». De son côté, le Pacifique, loin également de tout « exotisme », n’apporte plus, de façon dissymétrique ou déséquilibrée, une dimension simplement « maritime » à l’ensemble continental asiatique. L’immensité du monde océanique représente à lui seul un tiers de la surface du globe : un « cinquième continent » doté d’une identité propre qui nécessite, à l’évidence, le développement de recherches spécifiques (C. Huetz de Lemps & V. Fayaud) et qui, du fait de sa configuration géographique et du contexte historique, constitue un formidable laboratoire sociétal et environnemental (P.-Y. Le Meur). Dès lors, « s’il est un « paradis » océanien », écrit Jean-Yves Faberon, « c’est bien celui des sciences sociales ! »

Si ces deux espaces de l’Asie et du Pacifique, compris comme « facteurs du basculement du monde », se trouvent profondément interconnectés tout en restant intimement liés à l’Europe, ils représentent donc plus que jamais des champs de recherche immenses mobilisant toujours « l’épaisseur de l’histoire », et dont il importait de montrer que les scientifiques français restaient à la hauteur (Jean-Luc Racine).

Des obstacles dans un monde en mutation

Comme le suggèrent en particulier les contributions des spécialistes de l’Asie centrale Henri-Paul Francfort, Marlène Laruelle et Svetlana Gorshenina, certains déséquilibres dans le traitement de ces régions peuvent parfois relever de causes externes au monde des savants. Par exemple, la fin de l’URSS ainsi que les conflits et rivalités nationales qui ont suivi rendent aujourd’hui très difficile l’organisation d’une activité de recherche sur l’ensemble d’une région comme l’Asie centrale, tandis que de nombreuses questions scientifiques requièrent une telle vue d’ensemble (H.-P. Francfort). La fermeture à Tachkent de l’IFEAC semble avoir porté « un grand préjudice au maintien des études centre-asiatiques » et avoir nuit « au dynamisme de la recherche française sur la région, ainsi qu’à l’intégration professionnelle et intellectuelle des jeunes chercheurs en cours de formation » (M. Laruelle).

Il demeure qu’au cours des deux dernières décennies, la recherche sur l’Asie et le Pacifique a également été confrontée à de profondes mutations internes qui n’ont pas été sans créer un certain nombre de difficultés au sein même des institutions de recherche et d’enseignement supérieurs : des difficultés créant un sentiment de « crise mondiale », qui comme le rappelle Alain Delissen, touche particulièrement les sciences humaines et sociales. Si ces mutations se sont majoritairement traduites par la recomposition des équipes, l’émergence de nouvelles thématiques, la multiplication des approches comparatistes et multidisciplinaires ou le processus de dépassement des aires culturelles par la remise en question profonde des divisions géographiques jusqu’alors admises, certaines difficultés ont également pu découler d’un « pari » : « préférer systématiquement et massivement la recherche programmée au temps libéré, la surproduction quantitative à la qualité créative, la reproduction du même à l’énergie du neuf. » (A. Delissen).

Pour Jean-François Huchet, une sorte de « trou d’air » a séparé la génération des soixantenaires de celle des chercheurs actuels, reposant ainsi la question du vivier d’experts qui, au-delà de leur spécialité, sont capables de décrypter les situations sur le terrain. Certains domaines, pourtant importants en matière géostratégique, se voient même délaissés « faute de combattants » (P. Maurus). « Les départs en retraite de chercheurs CNRS non remplacés et les choix faits dans les universités de privilégier la période contemporaine, voire moderne » expliquent le déclin des effectifs dans des domaines aussi importants que les études sur la Chine ancienne (O. Venture) ou que les chercheurs du CNRS, par exemple sur le Japon, puissent aujourd’hui s’apparenter à une espèce en voie d’extinction (A. Horiuchi). Les questions de globalisation associées à celles des mutations technologiques ont par ailleurs conduit à une telle transformation en profondeur des corpus étudiés par les chercheurs du contemporain que la question de savoir comment maintenir le pôle d’excellence que fut celui des spécialistes français, notamment dans les domaines de l’archéologie, de l’histoire, des études documentaires, religieuses ou littéraires se pose aujourd’hui de façon lancinante (C. Sakaï). Dans certains domaines, tels que la recherche urbaine en Asie, la recomposition des équipes a même paradoxalement semblé conduire à toujours plus de fragmentation des réseaux, qui « relèvent davantage d’affinités géographiques (communautés organisées en sous-aires culturelles), personnelles ou corporatistes (normaliens, architectes), que de véritables stratégies de partage des compétences à l’échelle de l’Asie » (N. Aveline).

Parallèlement à ces nouveaux phénomènes d’enclavements de communautés scientifiques, aux difficultés de recrutement et de financement que rencontrent aujourd’hui les jeunes chercheurs (S. Veg) ou à la faiblesse de l’encadrement doctoral dans certains domaines — comme le montre par exemple Charles Stepanoff pour le cas des études sibériennes —, la visibilité de nombreux projets collectifs en sciences sociales reste encore insuffisante (B. Thomann). Marlène Laruelle rejoint par exemple Annick Horiuchi sur l’idée que « la visibilité dans le monde anglo-saxon des publications françaises est faible. Il n’existe pas de portail d’accès identifié à la production en langue française, comme il n’y a pas de revues scientifiques francophones internationalement reconnues. » Simultanément, « les aires culturelles en SHS et ce qu’elles nous permettent de comprendre en finesse — au prix d’une formation longue — des changements planétaires en cours sont sacrifiées sur l’autel d’un court-termisme utilitariste qui tient les échanges internationaux en « sciences dures » (en anglais international) pour suffisants à la compréhension du monde » (A. Delissen). Enfin, le transfert du pouvoir et des moyens du CNRS et des autres EPST aux universités, dont la gouvernance et la gestion ont été modifiés dans le sens d’une plus grande autonomie (Loi LRU, 2007) n’est pas la moindre des transformations auxquelles le monde de la recherche français a assisté ces dernières années. Corrélé à la création de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et de l’Agence pour l’évaluation de la recherche scientifique (AERES), ce transfert reste pour nombre de chercheurs à l’origine du sentiment que le CNRS a été progressivement vidé de son rôle de pilotage stratégique pour devenir, au mieux, une agence de main-d’œuvre hautement qualifiée, ce qui ne manque pas de poser la question de son avenir (M. Goujon).

Recommandations

De la mise en commun de cet ensemble de constats et de réflexions sur les mutations et les difficultés en sciences humaines et sociales sur l’Asie et le Pacifique résulte un certain nombre de recommandations qu’il convient de synthétiser et qui s’organisent essentiellement autour des thèmes de la formation des chercheurs, de la possibilité de mieux anticiper leurs recrutements, d’améliorer leur « productivité » et leur mise en réseau, de favoriser leur libre accès aux sources, d’accélérer le décloisonnement entre « aires » et « disciplines » ainsi que de mieux valoriser les résultats de la recherche.

1) Mieux former

La question de la formation a souvent été au cœur des réflexions dans le cadre de la réalisation de ce livre blanc, où plusieurs contributions en appellent à une politique de planification nationale permettant d’anticiper sur les lacunes en matière de thématiques d’avenir essentielles à notre développement ou sur les « blancs cartographiques » de la recherche, comme celui du Pacifique Nord, où la présence scientifique francophone fait aujourd’hui défaut, et où se développent essentiellement des programmes archéologiques australiens, américains et japonais (C. Sand). Rétablir les équilibres ou mettre fin à certaines situations de marginalité requiert que des dispositions, prises au plus haut niveau politique, accompagnent une révolution nécessaire des esprits (J.-M. Regnault).

Un tel constat n’en appelle pas uniquement à « un développement considérable des études de type économique sur la zone asiatique, appuyé sur des financements massifs et des procédures de sélection modernes » (J.-L. Domenach, C. Meyer). S’en dégage l’idée qu’une partie du besoin de chercheurs capables de produire des expertises sur leur terrain au-delà de leur strict domaine de recherche pourrait être comblée en formant plus de spécialistes du contemporain : aujourd’hui, l’étude de certains pays devrait plus relever de la sociologie que de l’anthropologie (G. Fussman) et ancrer de nouvelles options professionnelles pour une jeunesse prête à s’investir hors métropole (M. Nedeljkovic).

Pour Guy Trebuil, il s’agirait également de former une nouvelle génération de gestionnaires des territoires écologiquement efficaces et socialement équitables à différents niveaux (administrations locales, ministères sectoriels, organisations de la société civile, etc.), capables de concevoir, de mettre en œuvre et d’évaluer des processus de concertation, d’apprentissage et de décision collectifs. Ceci impliquerait de donner plus de moyens aux étudiants et aux doctorants pour faire des recherches de terrain (A. Arrault) comme d’encourager leur formation aux langues étrangères, certes en anglais, mais également en russe, chinois, mandchou, tibétain, japonais,… (O. Venture, I. Charleux). L’aide à la formation d’une nouvelle génération de chercheurs mieux intégrés sur leur terrain en matière de coopération pourrait enfin passer par l’organisation, en partenariat avec les chercheurs asiatiques et pacifisants, d’« écoles de chercheurs » ou « doctoriales » régionales sur des thématiques pluridisciplinaires (S. Morand).

2) Mieux recruter

Les questionnements sur la formation des jeunes chercheurs semblent intimement liés à un appel à une meilleure anticipation de la planification des postes (H.-P. Francfort), car il s’agit autant de compenser les départs à la retraite pour assurer la relève (O. Venture), de valoriser dans les carrières de chacun l’expertise géopolitique du chercheur en sciences sociales et humaines en renouvelant la politique de recrutement pour l’adapter à la pénurie croissante de la recherche française sur le contemporain dans les régions (B. de Tréglodé, G. Fussman), que de combler les lacunes thématiques existantes dans les recrutements, notamment en matières de sécurité et de défense, de santé, d’agroalimentaire, de sciences environnementale ou de la biodiversité (B. de Tréglodé, C. Hoste, S. Morand).

Les « blancs » dans les recrutements thématiques semblent parfois liés à des zones d’ombre en matière de recherche sur certaines régions, ce que les contributions sur le Pacifique soulignent au même titre que les articles sur la Corée. Aussi semblerait-il urgent, pour parvenir à les combler, d’organiser une réflexion commune sur la place des « aires culturelles » dans les critères de sélection (B. Tréglodé, B. Thomann). Car en effet, comme le souligne Cécile Sakaï, de nouvelles pistes doivent être explorées pour reconfigurer les études aréales au 21e siècle (C. Sakaï). Par ailleurs, il conviendrait de mieux identifier les compétences éparses, y compris parmi les chercheurs français qui travaillent à l’étranger, pour les relier au réseau institutionnel français (J. Brock).

3) Rentabiliser la recherche en sciences humaines et sociales et donner les moyens aux chercheurs d’accroître leur productivité

Pour permettre parallèlement à la recherche fondamentale française de retrouver une place de choix (C. Sakai), il importe de développer l’assistance à la recherche en évitant de noyer les équipes dans des logiques de regroupement tout azimut — voir notamment le cas du Centre d’études japonaises de l’Inalco décrit par J.-M. Butel. Rentabiliser la recherche, c’est aussi limiter « l’inflation chronophage des réunions et des productions administratives, imposée par la multiplication des niveaux de tutelle, et qui obère gravement la productivité du chercheur » (M. S. de Vienne, C. Sakai).

4) Faire circuler et mettre en réseau

Les nouvelles logiques de regroupement doivent désormais se penser tant au niveau français, européen que plus largement international, ce qui implique d’admettre de croiser les aires, les axes et les disciplines (R. Ivekovic, T. Pairault). Ces logiques ne pourront déboucher sur des résultats efficaces que si elles conduisent à renforcer aussi bien les institutions et les réseaux pluridisciplinaires et transversaux au sein du dispositif français (B. Jetin) que si elles permettent de développer la communication et les programmes structurant les coopérations entre équipes européennes (J.-P. Bassino) ou internationales (C. Hoste), à l’exemple de la coopération en matière de recherche et d’innovation entre l’UE et l’Association des nations du Sud-Est asiatique (ANASE) (J.-M. Sers) ou de celle entre l’Institut d’Asie Orientale (CNRS/ENS) à Lyon et l’UQAM au Canada autour du Vietnam.

Les circulations à l’échelle internationale pourraient également s’organiser aussi bien autour de la création d’un réseau « Villes d’Asie » qui couvrirait l’ensemble des aires culturelles (N. Aveline), qu’en favorisant les accords de coopération avec les centres de recherche extra-européens, notamment est-européens et d’Extrême-Orient (I. Charleux, P. Maurus). Le regroupement des spécialistes et le développement d’une meilleure communication entre collègues pourrait également s’établir à travers la construction de forums, plateformes collaboratives ou sites web communs (A. Horiuchi). Dans la même logique, la mise en place d’une plate-forme de réponse commune et de désignation de « porteurs de projet transdisciplinaires » permettant plus de réponses conjointes à appel d’offres reste à envisager (C. Serra Mallol).

Il conviendrait également d’entamer une réflexion sur la place des IFRE dans le paysage de recherche français, d’organiser une meilleure circulation entre IFRE et universités et d’accroître l’implication du CNRS dans les UMIFRES, qu’il s’agisse « de la mise en place de contrats doctoraux et surtout postdoctoraux, de la coordination de réponses à des appels à projets européens, de leur articulation avec les réseaux de recherche » (S. Veg), de l’accueil des collègues et des partenaires étrangers (H.-P. Francfort) ou de l’organisation de certaines délégations CNRS dans le cadre de conventions d’internationalisation pensées dans la réciprocité (C. Sakaï). Car la mise en réseau des équipes de recherche devrait autant reposer sur une aide à la mobilité des jeunes chercheurs que sur la valorisation des recherches de terrain de longues durée et des détachements pour favoriser une meilleure implantation des chercheurs français dans les régions concernées (H.-P. Francfort, A. Horiuchi, B. Jetin, S. Morand). Enfin, « la proposition de création d’une puissante UMR consacrée à l’Asie et commune aux établissements dans lesquels ces recherches présentent une pertinence forte, à laquelle le Réseau Asie apporterait ses compétences et ses forces propres, permettrait de répondre aux attentes et de promouvoir les intérêts tant de chaque partenaire que de l’ensemble » (J. Legrand). Elle permettrait également la mise en œuvre d’une « veille » assurée par un organisme commun « avec diffusion des informations en fonction des profils individuels de chercheurs » (C. Serra Mallol).

5)  Favoriser les transferts de connaissance et de savoir-faire

La mise en réseau des équipes et la circulation des recherches sont loin de ne concerner que les seules sciences humaines et sociales. Si « La guerre des cerveaux a lieu essentiellement aujourd’hui dans quatre domaines : Nanotechnologies, Biotechnologies, technologies de l’Information et sciences Cognitives (NBIC) » et si l’on souhaite participer « à l’immense challenge que constitue la compréhension mutuelle entre les peuples et en particulier à celui de l’appropriation sans frontière, des progrès de la Science et de la Technologie est sans conteste l’une des missions majeures du CNRS » (B. Chenevier), il importe alors également de favoriser les investissements ciblés sur certaines régions au cœur de ces problématiques (comme le Japon), les collaborations entre sciences humaines et sciences dures qu’illustre également le cas de la médecine chinoise (E. Marié), ainsi que les coopérations entre chercheurs et ONG « pour participer à leurs expertises ainsi qu’à des réflexions politiques approfondies qui prennent en considération tous les aspects d’une société » (J. Ivanoff).

Cet ensemble de propositions pose la question des transferts de connaissance et de savoir-faire, y compris alternatifs et issus de l’expérience (R. Ivekovic). Il s’agirait donc de « développer une meilleure synergie avec les attentes de milieux extérieurs à l’univers de la recherche » (C. Meyer). À noter que si ces transferts doivent désormais se penser entre disciplines, régions ou aspects théoriques et empiriques — l’enjeu étant ici également de prendre les moyens de faire face à la concurrence anglo-saxonne (B. de Tréglodé) —, ils concernent également les relations entre les universités et le CNRS qui pourraient profiter d’une augmentation substantielle des possibilités de détachement (C. Froissart).

Enfin, dans un contexte où un appel commun est lancé pour l’adoption de perspectives plus globales et comparatistes, il importerait de prêter une attention particulière au développement du domaine de la traduction (P. Brown, A. Horiuchi). Car « Plus généralement, les actions cherchant à établir des passerelles entre mondes anglophones et francophones, entre pays indépendants et territoires d’outremer, entre instituts de recherche et centre de collecte culturelle et patrimoniale sont à encourager » (P.-Y. Le Meur).

6) Valoriser la recherche

La valorisation de la recherche devrait en outre passer par le développement des publications des publications de chercheurs français dans les langues asiatiques et de l’est européen (I. Charleux) aussi bien que par un élargissement de la place accordée aux travaux en langues locales de l’Asie (C. Sakai). Admettre cette logique d’interactions pourrait permettre de créer des événements scientifiques de haut niveau bi- ou multinationaux et multidisciplinaires (H.-P. Francfort). D’une manière générale, les contributeurs de ce livre blanc affirment la nécessité de faire le choix de l’ambition et de l’innovation, y compris pour consolider certains échanges scientifiques qui continuent d’être à la remorque, en dépit de leur importance stratégique, des grands bureaux régionaux et dont on évalue encore mal l’apport pourtant fondamental en SHS. Le cas de la Corée est ici illustratif, car pourquoi ne pas créer, « à Séoul, comme on le faisait à Tokyo il y aura bientôt un siècle, une Maison franco-coréenne » et « en la structurant d’emblée à égalité d’ambitions et d’intérêts comme une structure d’échanges et de circulations bilocalisée à Paris et à Séoul » (A. Delissen).

7) Favoriser le libre accès aux ressources électroniques

Enfin, le développement de l’accès libre aux ressources électroniques (A. Arrault, J.-P. Bassino) et le développement d’outils informatiques d’information prenant en compte l’ensemble des productions scientifiques (J.-L. Racine) font partie des demandes récurrentes des chercheurs, dans un contexte où l’accès à un corpus international de données constitue l’attente majeure du chercheur du XXIe siècle. (B. Sudul).

Virginie Symaniec

Docteur en études théâtrales, HDR en Histoire

Le Ver à soie, Virginie Symaniec éditrice.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *