Nouvelles perspectives en sciences humaines pour les Asian Studies

Source : Peyraube, Alain, Wang, Ayling, « New Perspectives for Asian Studies in the Humanities », in Asian Studies in the Humanities : Visions for the Future, European Science Foundation, Young Researchers Forum ‘New Perspectives for Asian Studies in the Humanities’, ESF-CCKF Humanities, Spring 2009, 27-30 May 2009, Prague, pp. 5-6

Les études interdisciplinaires sur les aires culturelles proviennent de champs hétérogènes et transdisciplinaires de la recherche et du monde universitaire qui se rapportent à une région géographique ou culturelle particulière. Ces études sont devenues de plus en plus populaires aux États-Unis et dans le monde universitaire occidental après la Seconde Guerre mondiale. Cependant, elles ont également fait l’objet de nombreuses critiques de la part des spécialistes de la région eux-mêmes qui ont pu constater que leur popularité était en baisse entre 1980 et 2000. Lorsque le Conseil de la recherche en sciences sociales, l’American Council of Learned Societies aux États-Unis et le Centre national de la recherche scientifique en France, qui avait soulevé et administré des fonds pour les études sur les aires, ont fermé leurs commissions aires culturelles, cela a été interprété comme un changement radical pour la recherche.

La plus grande menace pour les aires culturelles venait des sciences sociales, principalement des sciences politiques et économiques, et non des sciences humaines.

Les études sur les aires culturelles ont énormément bénéficié aux études asiatiques, qui sont l’une de ses principales branches, ainsi qu’aux études sur l’Afrique, l’Amérique, l’Amérique latine et l’Europe. L’expression « études asiatiques », englobe non seulement l’archéologie, l’histoire, les langues, la linguistique, les études anthropologiques et culturelles, la philosophie, les religions, l’art et la littérature, mais aussi des aspects de la sociologie, de la politique et de l’économie dans les sociétés asiatiques traditionnelles et contemporaines.

Afin d’examiner à quel point les études asiatiques devenaient populaires à nouveau dans les sciences humaines, le Comité permanent du FSE pour les sciences humaines (SCH) et la Fondation taïwanaise Chiang Ching-Kuo pour les échanges scientifiques internationaux (CCK-F) ont invité les universitaires à participer à un atelier de trois jours intitulé «Nouveaux Horizons» à Prague, du 27 à 30 mai 2009.

Le rôle du Comité permanent du FSE pour les sciences humaines (SCH) est de coordonner des réseaux transnationaux existants et émergents d’universitaires et d’institutions dans les sciences humaines. Ses intervenants sont des organismes nationaux et internationaux de financement de la recherche, qui à l’affût de nouvelles contributions dans les discussions sur les choix stratégiques. La Fondation taïwanaise Chiang Ching-Kuo pour les échanges scientifiques internationaux (CCK-F), favorise également l’internationalisation des études chinoises en intégrant aussi bien les tendances universitaires à Taiwan qu’à l’étranger. En outre, ses objectifs de promotion de jeunes talents signifient que de nouveaux champs et cadres conceptuels peuvent être également développés.

Deux réseaux d’études asiatiques en Europe

Le réseau Asie

Il a d’une part été fondé par un groupe de chercheurs et soutenu par le Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MENESR), le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) et l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Les objectifs du Réseau Asie incluent l’élaboration d’une liste d’experts de l’Asie et leur réunion afin de développer leur expertise, d’étudier les questions concernant l’Asie, d’attirer et de stimuler l’intérêt des spécialistes d’autres régions ou disciplines liées à l’Asie et de créer un pôle de compétences et de connaissances à travers la création d’une base de données, ce qui permet la coopération avec des organisations similaires en Asie, en Amérique du Nord et du Sud.

L’Institut international d’études asiatiques (ILAS)

L’ILAS, d’autre part, est un centre de recherche post-doctoral, à Leyde et Amsterdam. Son objectif est d’encourager l’étude interdisciplinaire et comparative de l’Asie et de promouvoir la coopération nationale et internationale. L’Institut met l’accent sur les sciences humaines et sociales et sur leurs interactions avec les autres sciences.

En tant que médiateur international, travaillant en étroite collaboration avec des partenaires nationaux et internationaux, les activités de l’Institut comprennent la fourniture de services d’information, la construction de réseaux internationaux et la mise en place de projets de coopération internationaux et de programmes de recherche.

En outre, l’ILAS accueille de nombreux stagiaires post-doctoraux en études asiatiques, qui sont sélectionnés par un comité académique, et organise des ateliers, des conférences et la publication d’un bulletin international et autres ressources académiques. Comme le Réseau Asie, l’ILAS possède une base de données contenant des informations sur les chercheurs et les instituts dans le domaine des études sur l’Asie, en Europe et dans le monde entier.

Enfin, en matière de réseaux institutionnels, l’ILAS joue un rôle stratégique et dominant au sein de réseaux tels que le « Consortium Leiden for Asian Studies », le « European Alliance for Asian Studies » et la Convention internationale des chercheurs asiatiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *