Rapports entre appartenance nationale et « tradition » de recherche sud-asiatique en Grande-Bretagne et aux États-Unis au XXe siècle

 

Nations, diaspora et area studies

L’Asie du Sud, de la Grande-Bretagne aux États-Unis

Véronique Bénéï

L’HOMME 156 / 2000, pp. 131 à 160

« Résumé

Dans cet article, on traite des rapports entre appartenance nationale et « tradition » de recherche sud-asiatique en Grande-Bretagne et aux États-Unis au XXe siècle. Est  décrit le mouvement de renforcement disciplinaire qui a accompagné le déclin de l’empire britannique, inversement à celui amorcé aux États-Unis à la même époque, qui privilégiait le développement des area studies ; puis le développement de ces études en Grande-Bretagne à la faveur d’un engagement national. La rivalité politique et intellectuelle entre les deux nations a également eu le sous-continent indien pour enjeu. De ce même sous-continent a eu lieu une émigration importante dans les années 60 vers les États-Unis. Vingt ans plus tard, les générations qui en sont issues ont progressivement investi les campus universitaires américains. Les transformations récemment induites dans le champ de la formation aux études sur l’Asie du Sud sont d’abord resituées dans le contexte multiculturaliste de la société américaine, puis en relation avec le nationalisme hindou et le rôle qu’y joue la diaspora indienne. »

L’article :

http://lhomme.revues.org/74?file=1


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *