Les études sur le Pacifique en Europe

Source : Report on Pacific Studies Centers and groups in Europe – Serge Tcherkézoff, École des Hautes Études en Sciences Sociales, France (2009).

Voir la version anglaise/See the english version

 

I – Il y a quatre centres en Europe :

Trois sont des centres bien développés. Ils sont, du nord au sud :

  • En Norvège, à l’Université de Bergen :

GROUPE DE RECHERCHE SUR LES ETUDES PACIFIQUES DE BERGEN

C’est intéressant de remarquer comment, en Norvège (pays qui n’a absolument aucun intérêt historique, stratégique ou d’aide internationale dans le Pacifique), les financements extérieurs et l’importance institutionnelle pour les études sur le Pacifique peuvent néanmoins être obtenus grâce à l’extension du rôle du Pacifique aux plus larges travaux théoriques de l’anthropologie et des disciplines qui lui sont liées.

  • Aux Pays-Bas, à l’Université Radboud de Nimègue :

CENTRE D’ETUDES PACIFIQUE ET ASIATIQUE DE NIMEGUE (CPAS)

Le CPAS constitue / forme un réseau de chercheurs en anthropologie sociale et culturelle, en anthropologie juridique, des sociologues du développement, des géographes, des historiens et des linguistes à l’Université de Nimègue et à l’Institut Max Planck de psycholinguistique de Nimègue. Aujourd’hui, environ 25 directeurs de recherche et 14 chargés de recherche sont affiliés au centre.

Ces projets de recherche sont initiés et menés par le personnel du Département d’anthropologie et d’études du développement, du Département d’histoire, du Département des lois coutumières, du Département de géographie humaine et du Groupe de recherche Langage et cognition de l’Institut Max Planck. Le centre est affilié à l’Institut de recherche culturelle sociale de Nimègue (NISCO) et l’Ecole nationale de recherche pour les études des ressources pour le développement (CERES). Dans le domaine des études sud-est asiatiques et océaniques, le centre coopère avec l’Association néerlandaise des études océaniques (NVOS), le Centre d’études non-occidentales (CNWS), le Centre d’études asiatiques d’Amsterdam (CASA), et l’Institut international d’études asiatiques (IIAS).

Le CPAS a signé un protocole d’entente soulignant les modalités de coopération dans le domaine des études asiatiques et du Pacifique avec les départements d’anthropologie d’Aarhus (Danemark) et d’Heidelberg (Allemagne). Le CPAS est également représenté au conseil de la Société européenne des océanistes, depuis qu’elle s’est établie à Nimègue en 1992.

  • En France, au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) / Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) / Aix-Marseille Université

CENTRE DE RECHERCHE ET DE DOCUMENTATION SUR l’OCÉANIE (CREDO)

http://pacific-credo.net/

Le CREDO est un centre de recherche multidisciplinaire et d’information spécialisé sur les sociétés du Pacifique Sud, dans le champ de l’anthropologie sociale et culturelle, de l’histoire et de l’archéologie.

Les 25 membres qui en font partie sont rattachés à trois institutions : le CNRS, l’EHESS, et Aix-Marseille Université.

Le centre a mis en place trois secteurs d’activités différents:

Le premier concerne la recherche en anthropologie, histoire, ethnoarchéologie et linguistique centrée sur l’Océanie (Australie, Mélanésie, Micronésie, Polynésie).

Le second est relatif aux activités d’enseignement, dans le cadre du Département d’anthropologie de l’Université de Provence (étudiants du premier au troisième cycle), et des formations de master et doctorat à l’EHESS.

Le troisième se rapporte au Centre de documentation sur les sociétés océaniennes.

Le CREDO fait partie de la « Maison Asie-Pacifique », tout comme l’IrAsia (Institut de recherches asiatiques, UMR 7306) et une autre unité, combinant service de documentation et valorisation de la recherche.

La « Maison Asie-Pacifique » fournit les outils nécessaires aux membres de deux unités mixtes de recherche : le CREDO et l’Irasia. L’expression « Maison Asie-Pacifique » est souvent utilisée pour nommer toutes les composantes. Elle représente plus de 100 personnes (enseignants-chercheurs et membres associés, doctorants, ingénieurs et techniciens) à qui le rattachement à une même structure spécifique permet de faire partie d’un milieu de travail, un lieu de rencontre ayant une réelle synergie globale, au-delà d’un simple lieu de travail.

  • Et un quatrième, qui se développe rapidement, en Angleterre, à l’Université de Saint Andrews :

CENTRE SAINT ANDREWS D’ETUDES SUR LE PACIFIQUE

Le Centre d’études sur le Pacifique de l’Université de Saint Andrews propose deux bourses de doctorat de dispense de frais d’inscription en anthropologie sociale. Le choix des sujets est ouvert, mais ils sont généralement définis comme des travaux portant sur les sociétés des îles du Pacifique et des régions mélanésiennes.

 

II – Il y a trois unités de recherches, ou groupes, ou associations académiques.

  • Le plus important et le plus ancien est au Royaume-Uni, à l’Université d’East Anglia :

L’unité de recherche Sainsbury (SRU)

C’est un centre d’études des arts d’Afrique, du Pacifique et des Amériques, qui offre des services de grande qualité et une bibliothèque de recherche spécialisée pour son personnel, les doctorants et les professeurs invités.

Deux autres sont :

  • En Allemagne, à l’Université de Göttingen :

GÖTTINGEN

En Allemagne, il n’y a presqu’à l’Université de Göttingen que les études sur le Pacifique sont importantes. A côté de plusieurs enseignements (W. Kempf, Elfriede Hermann, etc.) – cependant non organisés en centre dédié aux études sur le Pacifique –, se trouve l’ « Association d’études sur le Pacifique », qui est hébergée au sein de l’université. Leur intérêt principal porte sur le développement économique, dans des conditions acceptables socialement et pour l’environnement, spécialement celui des états de la région Pacifique économiquement désavantagés.

  • En Autriche, à l’Université de Vienne :

La société autrichienne et Sud-Pacifique (OSPG)

7 février 2013


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *