Christian Huetz de Lemps & Viviane Fayaud : Au-delà de l’Asie… Le Pacifique

Le concept d’Asie-Pacifique, largement utilisé aujourd’hui, introduit, volontairement ou non, l’idée d’une association dissymétrique et déséquilibrée dans laquelle le poids écrasant de l’Asie ne laisserait au Pacifique c’est-à-dire aux terres qui s’y dispersent, qu’une place annexe, secondaire. Le Pacifique, ne ferait en quelque sorte qu’apporter une dimension maritime et plus de profondeur à l’énorme ensemble continental asiatique. On comprend aisément cette tentation, qui conduit les Affaires Étrangères à raisonner généralement à partir de cette référence Asie-Pacifique, si l’on se réfère aux poids respectifs humain, économique et géopolitique des deux entités.

Un espace océanique

Et pourtant, l’aire Pacifique mérite d’être clairement individualisée car elle a une identité propre qui s’affirme aussi bien sur le plan géographique que politique, humain et culturel, une identité qui n’est ni asiatique, ni d’ailleurs américaine. Géographiquement d’abord, c’est un monde presque purement océanique, caractérisé d’abord par son immensité. Il représente en gros un tiers de la surface du globe, et les distances entre les principaux points tant à l’intérieur que sur ses bordures sont souvent énormes. De Panama ou Acapulco à Manille par exemple (la route « aller » du fameux « galion de Manille » au temps de la colonisation espagnole), il n’y a pas moins de 17 000 kilomètres !

Dans ces immenses horizons maritimes, les terres émergées n’occupent qu’une place secondaire, voire mineure, sauf à l’Ouest avec la masse australienne flanquée de la Nouvelle-Zélande et de la Nouvelle-Guinée. À ces exceptions près, les îles et archipels qui se dispersent au sein des solitudes océaniques ne représentent que des surfaces modestes, de quelques km² à quelques milliers de km². Rien à voir donc avec les gros ensembles continentaux américain et asiatique, même si ce dernier est flanqué de grands archipels (Philippines, Japon) qui en rompent la massivité.

Il y a donc là un espace largement maritime, qui justifie pleinement la traditionnelle appellation d’ « Océanie » attribuée à ce « cinquième continent » si différent des autres et si original à tous points de vue. Cette originalité est pour une large  part la conséquence de l’immensité océanique et de l’émiettement des terres, et nécessite à l’évidence des recherches spécifiques. Plusieurs grands domaines constituent des orientations privilégiées, que l’on retrouve aussi bien dans l’histoire de la recherche que dans les perspectives novatrices à développer dans le présent et le futur.

Une implication occidentale pluriséculaire

D’abord, la nature elle-même présente dans cette aire océanienne de fortes particularités par rapport par exemple aux ensembles asiatiques. Le naturaliste britannique Alfred R. Wallace avait déjà au XIXe siècle bien remarqué cette coupure entre les mondes asiatique et océanien, même si par la suite on s’est attaché à définir une zone intermédiaire de contact (Wallacea) plutôt qu’une ligne de séparation brutale. Quoiqu’il en soit, l’Océanie offre des traits naturels originaux  qui justifient bien sur des programmes de recherche spécifiques. Ainsi, on peut mentionner par exemple la mobilisation sur le thème des récifs coralliens, dont les trois-quarts se situent, on le sait, dans le Pacifique. Faut-il citer ici les travaux réalisés à Perpignan sous l’égide de Bernard Salvat, ou encore ceux de l’Institut Océanographique de Monaco, ceux de l’IRD et bien d’autres ? Les récifs coralliens manifestent, on le sait, une extrême sensibilité aux mutations environnementales, ce qui en fait des marqueurs très précieux des évolutions tant des climats que du niveau marin ou des pollutions. Les données ainsi recueillies ont en fait une valeur à l’échelle du globe. En outre, des problèmes écologiques telle que la disparition d’atolls par l’élévation du niveau de la mer (Tuvalu), la perforation de la couche d’ozone ou le danger des tsunamis avec leurs graves conséquences tels les réfugiés écologiques, les maladies et les destructions, appellent de vastes analyses pluridisciplinaires que l’appel à projet, en 2011, de la Commission Européenne intitulé « Climate change uncertainities: policymaking for the Pacific front » ne remplace pas.

De la même façon, le Pacifique est un domaine privilégié d’études sur la biodiversité, les mécanismes et la chronologie de l’évolution. L’isolement et l’émiettement des mondes insulaires conduisent à des phénomènes d’endémisme de la flore et de la faune tout à fait remarquables, et très éclairants sur les formes et les rythmes de l’évolution, dont la théorie

même a vu le jour, on le sait, dans les observations de Charles Darwin aux Galapagos, en plein Pacifique. Il reste néanmoins beaucoup à découvrir sur l’écologie des îles, comme l’a montré l’inventaire complet de l’île de Santo (Vanuatu) réalisé en 2006. L’intérêt de la recherche sur les mondes insulaires du Pacifique ne se limite pas bien sûr aux singularités de leurs milieux physiques et de leur biogéographie. Toute aussi passionnante est l’étude des hommes, de leurs migrations, de leurs constructions territoriales, de leurs structures sociales, de leur identité culturelle. Là aussi, les îles du Pacifique sont loin d’être un simple prolongement de l’Asie, même si l’origine lointaine des populations  « indigènes » qui y vivent se situe indiscutablement dans l’aire asiatique. Il y a à la fois une identité océanienne d’ensemble et une diversité matérialisée depuis Jules Dumont d’Urville dans la distinction entre Mélanésiens, Polynésiens et Micronésiens, sans oublier bien sûr les formes les plus anciennes de peuplement, les aborigènes australiens. Dès leur découverte, ces populations ont suscité un intérêt passionné de la part de leurs visiteurs. Dés le départ, elles ont tenu un rôle presque disproportionné dans la construction intellectuelle de l’Europe, en particulier de la France du dernier tiers du XVIIIe siècle. Le bon (et beau) sauvage de Louis de Bougainville et des philosophes, le vieux sage tahitien de Denis Diderot (Supplément au voyage de Bougainville) ont bien vite conquis une place dans l’histoire des idées sans rapport avec le petit nombre de ces « indigènes » et la modestie de leurs îles !

Ces populations ont continué à constituer des objets privilégies d’études, de la part de générations de simples observateurs d’abord (souvent fortement impliqués, comme les missionnaires dont les fonds documentaires constituent une source majeure d’information), puis les chercheurs scientifiques véritables, ethnologues, géographes, historiens, anthropologues, sociologues particulièrement nombreux depuis les années 1950. Les populations autochtones ont été scrutées en profondeur tant dans leurs spécificités pré-européennes (dans la mesure où il était possible de la connaître) que dans leur évolution au contact du monde extérieur qui les a si profondément transformées. La religion chrétienne, (catholique ou protestante), l’écriture, la modernité matérielle (métaux, armes, argent, commerce, etc…) ont généré des sociétés nouvelles, mono ou pluriethnique suivant l’ampleur de l’immigration et le poids de la colonisation sous toutes ses formes.

La diversité des thématiques abordées dans ces études est en fait à la mesure de la richesse de ces petits mondes qui ont souvent été considérés comme de véritables laboratoires bien individualisés par l’isolement insulaire. Certains sujets ont été particulièrement travaillés dans certaines périodes du fait de leur nouveauté et de leur importance pour ces sociétés. C’est le cas par exemple des études linguistiques, un sujet inépuisable si l’on songe à l’extraordinaire prolifération des langues autochtones (2 000 sur 7 000 pour l’ensemble du globe, dit-on) dans les grandes îles du monde mélanésien (Darrell Tryon). De même, de nombreux et importants travaux ont traité des rapports de parenté, des cycles de vie, des savoirs locaux, du rapport à la terre (Joël Bonnemaison). Certains de ces thèmes sont peut être un peu moins en pointe (ou à la mode) aujourd’hui. D’autres recherches par contre s’efforcent de renouveler l’approche des territoires, des représentations, de « l’îléité », mettent en valeur les mobilités, les réseaux, les mouvements migratoires, tandis que commencent à se développer les études sur l’urbanisation, fait nouveau en Océanie (Australie et Nouvelle-Zélande à part évidement). Les réflexions sur l’histoire conduisent à revisiter les thèmes géopolitiques (partage de l’Océanie, colonisation et décolonisation), religieux (doctrines, méthodes et impact de l’évangélisation) et culturels, sans oublier les problématiques de santé qui restent d’actualité aujourd’hui, même si elles ne remettent plus en cause l’existence même des populations autochtones comme elles le firent au XIXe siècle. Toutefois, si l’histoire du Pacifique a fait l’objet de quelques grandes synthèses qui, par l’ampleur même de la tâche empêche parfois l’analyse des singularités et des micro-phénomènes, la part des historiens français y reste faible d’autant qu’ils ne se sont investis qu’assez récemment dans l’histoire des îles du Pacifique et sont, il faut le dire, encore trop peu nombreux. Ce phénomène, qui mérite l’attention, s’avère d’autant plus paradoxal qu’un nombre important d’anthropologues, de sociologues ou d’économistes français se réclament d’une approche historique[i]. De fait, l’histoire de l’Océanie manque de programmes de recherches envisageant la région dans son ensemble, embrassant à la fois les périodes précoloniale, coloniale et postcoloniale et proposant une démarche comparative.

A priori, l’intérêt de la recherche en économie sur ces mondes insulaires du Pacifique pourrait paraître limité par leur petite taille, leur faible population, la brièveté de leur histoire et surtout peut être par le caractère réduit de leurs ressources en dehors de quelques produits miniers, de la Nouvelle-Calédonie à la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Et pourtant, quelle diversité dans les évolutions, les situations actuelles, les modes de développement ! Au temps de la découverte, les îles vivaient d’une agriculture de subsistance fondée sur les racines et les tubercules, plantes généreuses qui excluaient en temps normal la faim. Les échanges se faisaient suivant des procédures rituelles de dons et de contre dons. Les formes traditionnelles de culture continuent à tenir une place importante dans de nombreux archipels, tandis que d’autres voyaient de développer en parallèle une économie de plantation « moderne » fondée sur l’importation de mains d’œuvre. A la limite, aux Hawaï notamment, elles ont pratiquement disparu au profit d’un remarquable ensemble de puissantes plantations de canne à sucre et d’ananas, fondement de l’économie « coloniale américaine » des Hawaï qui a prévalu jusqu’au-delà de la Seconde Guerre mondiale et l’intégration de l’archipel comme 50ème état des États-Unis. Depuis, le secteur « plantations » a presque disparu au profit des activités tertiaires en général, notamment du tourisme et des bases militaires. Cette mutation vers les activités tertiaires et de services se retrouve en moins accentuée dans d’autres archipels qui ont fondé leur économie soit sur ce qu’on a appelé le système MIRAB (Migrations, Remittances, Aid, Bureaucracy), soit sur le soutien d’une métropole (Tahiti, une économie sous serre, B. Poirine). Dans tous les cas, on est ici assez loin des économies continentales, chaque situation constituant un exemple original.

Il n’en reste pas moins légitime de s’interroger sur l’utilité de développer des recherches sur ces mondes si lointains facilement qualifiés « d’exotiques » par rapport à la France et à l’Europe. En fait, plusieurs raisons majeures militent en faveur d’une attention particulière pour l’aire Pacifique. D’abord ces espaces lointains sont profondément intégrés à l’histoire de l’Europe dont ils ont été le point ultime de l’expansion et une expression très originale de la construction impériale. On retrouve, présents dans le Pacifique, tous les grands acteurs de la puissance maritime, pas seulement les Anglais et les Français, mais aussi les Espagnols, les Allemands, les Russes, les Japonais, les Américains. Ils y ont rivalisé, parfois jusqu’au point de confrontation, depuis les crises de Tahiti et de Samoa jusqu’aux formidables affrontements américano-japonais de la Seconde Guerre mondiale et au-delà, dans les risques de la surenchère Est-Ouest pendant la Guerre froide. Certes, le rôle stratégique des îles s’est un peu estompé ces dernières décennies, ou plutôt a changé de nature avec la définition du nouveau droit de la mer, c’est-à-dire des vastes Zones Économiques Exclusives (ZEE) qui entourent chaque terre émergée. Ces ZEE sont prometteuses de ressources halieutiques et de potentialités sous-marines, depuis les gisements de pétrole et le gaz off-shore jusqu’aux nodules polymétalliques des grands fonds. Les plus petites îles ont retrouvé ainsi un intérêt qui en fait, par exemple sur les bordures du Pacifique, des sources de conflits qui paraissent disproportionnés (Sankaku entre Chine et Japon).

Enfin, la petite taille des ensembles insulaires du Pacifique, l’isolement qui exacerbe l’affirmation de l’identité propre de chaque île ou archipel en font autant d’exemples singuliers des évolutions récentes, qu’elles soient politiques, économiques ou sociétales. Ce sont autant de « cas spécifiques » bien plus que des « modèles ». De plus, l’extrême imbrication des données physiques et humaines font des îles de véritables «systèmes » dont la connaissance en profondeur suppose une véritable pluridisciplinarité des chercheurs. En conséquence, nombres de chercheurs n’hésitent donc pas à se munir d’un double doctorat en Histoire et en Anthropologie ou en Histoire et en Droit.

Un défi pour une réflexion scientifique européenne

Si l’année Darwin a rappelé la dette des sciences du vivant envers le Pacifique, si l’on ne peut oublier ce que lui doit la pensée anthropologique (Boris Malinowski, Margaret Mead, Maurice Godelier) et écologique, la réflexion occidentale doit encore prendre conscience de certains héritages et mesurer certaines emprises dont il lui faut peut-être aussi s’éloigner.

Ainsi, les recherches initiées par Bernard Smith sur la vision européenne du Pacifique et son évolution s’avèrent riches d’enseignement sur l’Europe elle-même. Construction intellectuelle occidentale percevant le Pacifique comme une entité au  caractère uniforme qui abrite selon les époques et les approches le bon sauvage des philosophes, le païen déchu des missionnaires, le primitif des naturalistes, le sujet passif des administrateurs, et plus récemment des votes à conquérir, cette immensité océanique ne continue-t-elle pas de se dérober aux catégories savantes, géopolitiques, économiques ou géostratégiques en cours, surtout révélatrices des conceptions élaborées dans les métropoles d’Europe ?

Les études de Bernard Smith ont tardé à faire école. Cependant, l’impact de l’exploration du Pacifique sur l’art ainsi que l’alliance et l’influence de l’art sur la science constitue un autre axe de recherche important pour l’appréhension de l’Occident, si ce n’est pour la compréhension du Pacifique. Les explorations savantes ont embarqué et embarquent toujours des artistes dont les albums restent pour beaucoup à étudier. Or, ces albums eurent plus d’une conséquences : Bernard Smith a démontré comment l’idéal classique de vénération de la nature, ce qui signifiait la peindre dans ses formes les plus parfaites, a disparu de l’art occidental sous l’impulsion notamment des aquarelles représentant des animaux et des végétaux réalisées par les équipes de James Cook et de ses artistes qui dépeignent analytiquement la nature pour en rendre la variété au mépris de l’idéalisation. L’observation savante en révélant de nouvelles relations entre les composants de l’étrange nature des îles, que l’artiste dépeint scrupuleusement, a suscité une peinture décrivant un milieu naturel et non certains de ces éléments typiques. L’ensemble prépare le renouvellement de l’art du paysage, et ouvre le chemin à la peinture impressionniste.

De même, les relations des voyages scientifiques, hantées de réflexions philosophiques et avides de reconnaissance littéraire et esthétique, sont loin de n’être que de secs récits techniques. En conséquence, non seulement ces comptes-rendus scientifiques des antipodes ont participé à la transformation des concepts scientifiques, mais nombres d’entre eux ont alimenté une vaste littérature et très tôt, une production cinématographique, où l’aventure et le rêve le disputent à l’espionnage et aux réflexions éthiques. L’ensemble dévoile bien des aspirations et bien des mythes occidentaux. Cette abondance culturelle, bien étudiée dans ses dimensions esthétiques et mythiques pour le XVIIIe siècle, l’est moins pour des périodes plus anciennes (voir les ouvrages d’Annie Baert) ou très récentes, notamment pour le XXe siècle.

De plus, la collecte des données cartographiques, minéralogiques ou zoologiques a anéanti des concepts séculaires (l’inversion antipodale des lois), et initié des révolutions. Elles ne furent pas que scientifiques, mais aussi intellectuelles et culturelles. Certaines sont aujourd’hui bien appréhendées. Cependant, il reste à étudier la manière dont la recherche de ces cinquante dernières années alimente les confrontations philosophiques et politiques, enracine des considérations tenues pour vraies, ou nourrit des interrogations morales et éthiques, par exemple, sur la protection et la conservation des écosystèmes, le dénuement écologique (Nauru), ainsi que par exemple et plus largement sur l’approche des relations de l’homme à la nature. Ne reste t-il vraiment rien de l’approche philosophique d’un XVIIIe siècle en quête de solutions sociétales et qui les espérait des « cultures océaniennes » vivant dans un état tenu pour « premier » et donc riche encore de vertus ? Découvrir et sauver le caractère des peuples avant que l’emprise occidentale ne les voue à la disparition a, dès le XIXe siècle, motivé nombres de recherches : qu’en est-il du phénomène de la mondialisation et de son corollaire l’uniformisation du monde, et avec quelles conséquences sur les conclusions scientifiques ?

La recherche savante a également suscité plus d’un déracinement et plus d’une vocation tant savante qu’artistique dont Paul Gauguin demeure l’archétype, tant par sa vie personnelle que par le renouvellement esthétique qu’il imprime aux avant-gardes européennes de Paris à Moscou. Si ce peintre, que le Pacifique Sud inspire tant et dont l’exposition des œuvres draine de New York à Leningrad des foules immenses, rend justice à l’esthétique polynésienne en la détachant du canon grec (Et l’or de leur corps), il n’en contribue pas moins à relancer des représentations de la vahine, qui passant par Margaret Mead[ii],  alimentent certains fantasmes en cours depuis Bougainville sinon depuis Alvaro de Mendaña et Pedro de Quiros, et fleurissent dans les brochures de l’industrie touristique. Les « îles rêvées » et leur « paradis » conservent tout leur attrait. L’étude de ces représentations occidentales contemporaines, alors que le SIDA continue de défier la Recherche, ne se limite pas à des questions d’esthétiques intéressant seulement l’histoire de l’art et des représentations.

Enfin, l’enrichissement du patrimoine culturel occidental, les innovations esthétiques, et les créations culturelles qu’inspire le Pacifique méritent également des études pluridisciplinaires comparatives de vaste envergure, à l’image de ces établissements contemporains à la croisée des cultures que sont le musée du Quai Branly aux murs ornés de créations d’artistes aborigènes, ou le remarquable Centre culturel Jean-Marie-Tjibaou de Nouméa.

Naturellement, la France, qui a beaucoup participé à la découverte du monde pacifique (Bougainville, La Pérouse et les grands circumnavigateurs de la première moitié du XIXe siècle) y a conservé depuis plus d’un siècle et demi des intérêts politiques, économiques et culturels à travers les trois territoires qui lui sont rattachés (Polynésie-Française, Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna). Cela lui confère aussi des obligations particulières de participation au développement de la connaissance du Pacifique, aux cotés notamment des puissances anglo-saxonnes « régionales » (Australie et Nouvelle-Zélande). En un temps, où l’on parle beaucoup de mondialisation et de déplacement vers le Pacifique du centre du monde, cela devrait conduire au renforcement de véritables équipes pluridisciplinaire de chercheurs et d’enseignants intégrés dans les universités régionales (UPF, UNC) et les laboratoires de recherche spécialisé (IRD, CNRS, etc …). Déjà, une nouvelle génération de chercheurs prend aujourd’hui la relève des pionniers de la recherche océanienne, Jacques Barrau, Joël Bonnemaison, François Doumenge, Paul de Deckker, et bien d’autres !

Il serait indispensable qu’elle puisse disposer des moyens de ses ambitions.

Christian Huetz de Lemps est géographe, professeur des universités émérite, Université de Paris IV Sorbonne. Ses recherches ont porté sur  les spécificités insulaires, l’histoire de l’exploration, du commerce et de la cartographie de « l’outre-mer », directeur de la collection « Iles et archipels ».

Viviane Fayaud est docteure en histoire et diplômée de l’Ecole du Louvre, chargée des programmes concernant l’axe Océanie-Pacifique au Réseau Asie & Pacifique- IMASIE.


[i]Voir les journées d’études des 10-12 mars 2010, le Livre blanc des recherches sur le Pacifique en sciences humaines et sociales : pacific-credo.fr, reseau-asie.com.

[ii] 2 The antipodean laboratory, humanity, sovereignty and Environment in Southern Oceans and Lands, 1700-2009, session 7

 

Pour citer ce billet : HUETZ DE LEMPS, Christian & FAYAUD, Viviane, « Au-delà de l’Asie… Le Pacifique », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 9 décembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1299]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *